[event n.2] Un... tout sauf joyeux anniversaire ? - PV. Jackson&Louisa&Sam



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Facebook  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [event n.2] Un... tout sauf joyeux anniversaire ? - PV. Jackson&Louisa&Sam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Crossroads Fate


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : MARY-W.&SWEET POISON
✾ MA CÉLÉBRITÉ : C. F est une célébrité
✾ MES CRÉDITS : Datura
✾ MON MOI² : Sam & dean
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 15/02/2010
✾ MES MESSAGES : 57

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : trop indiscret
✾ STATUT SOCIAL : idem
✾ SON EMPLOI : emmerder le monde



MessageSujet: [event n.2] Un... tout sauf joyeux anniversaire ? - PV. Jackson&Louisa&Sam   Dim 21 Fév - 10:05


Personne n'a jamais dit que les anniversaires devaient se passer de la meilleure manière possible...
.




Apprendre une future paternité, c'était déjà à la base quelque chose de pas mal difficile, n'est ce pas ? Plaisant, certes, mais difficile, dans un sens, alors que les choses se bousculent pas mal dans l'esprit, de quoi filer la migraine. Mais apprendre une future paternité en s'appelant Sam Winchester, c'était encore plus difficile, croyez-moi. Depuis qu'il a appris la nouvelle, Sam n'a pas revu Louisa... et pourtant, ce n'était pas comme s'il cherchait, cette fois-ci à la fuir... ou peut-être que si, qui sait. Depuis cette fameuse de nouvelle, il faut dire, il avait eu le temps d'en traverser, des choses, entre devoir l'apprendre à son frère et une non moins fameuse rencontre avec un démon en plein cimetière, celui-ci lui promettant de savoir user à la perfection de Louisa et du bébé en route pour faire souffrir le Winchester plus que de mesure... de quoi prendre les voiles, non ? Pour Sam, c'était amplement suffisant, il avait parfaitement su qu'une chose pareille allait fatalement arriver. Perdu et désorienté, ce n'est pas pour autant que la vie lui fait des cadeaux. Alors qu'il est venu ici bien persuadé d'y trouver Louisa - fatalement, Jackson était son cousin quand même - ne voilà-t-il pas qu'il tombe sur elle, en compagnie dudit cousin. Entre les conflits des deux pas totalement résolus et tout le reste qui taraude Sam, les choses risquent d'être compliquées et il semblerait qu'il y ait quelques indésirables pour l'anniversaire de Jackson cette année.

    Points importants :
      1. Au moins une semaine s'est écoulée depuis le rp "Baby on the way" de Sam & Lou.
      2. Sam & Louisa ne se sont pas revus depuis le rp, ils se sont simplement brièvement adressé la parole au téléphone, Sam prenant relativement vite à la fuite, à voir comme Louisa peut réagir. Jackson & Louisa ne se sont pas revus depuis le rp au parc où elle lui a appris qu'elle était enceinte de Sam.
Revenir en haut Aller en bas

Phoenix H. Lawrence


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Twix
✾ MA CÉLÉBRITÉ : DiannaSexyAgron
✾ MES CRÉDITS : Me, I & Myself
✾ MON MOI² : None
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 22/07/2009
✾ MES MESSAGES : 470

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 printemps
✾ STATUT SOCIAL : Mère célibataire
✾ SON EMPLOI : Stripteaseuse


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: [event n.2] Un... tout sauf joyeux anniversaire ? - PV. Jackson&Louisa&Sam   Mer 24 Fév - 4:10

    Aujourd'hui était un jour particulier pour Jackson, son jour particulier à lui dans l'année. Aujourd'hui, le jeune homme avait 26 ans. Et oui, cela faisait déjà 26 ans que Jackson était né dans cette clinique privée de Naples, 26 ans déjà que sa mère avait souffert pour le délivrer de son ventre, 26 ans déjà qu'il avait tout de suite été placé en couveuse, né avec 9 semaines d'avance sur la date prévue pour l'accouchement de sa mère, Chiara. Nous étions le 02 Juin 2010, et 26 ans venaient donc de passer. Beaucoup de choses étaient survenues dans la vie du jeune homme, des bonnes choses comme des mauvaises choses, mais hélas, on ne décide pas. Il parait que c'est le destin, que tout est déjà écrit d'avance, quelque part, ou un truc dans le genre. Mais le jeune homme n'y croyait pas trop. Lui, il n'était pas baptisé, ne croyait en aucune religion, si celle de la vie. Il savait que le Boss, en gros, c'était la vie et qu'elle nous faisait subir ce qu'elle voulait nous faire subir. Mais cela n'empêchait nullement de se battre contre cette vie, de se révolter contre tout ce qu'elle nous faisait endurer, parce que, franchement, des fois, elle méritait le titre de plus belle sal*perie qui puisse exister. La vie était faîte de hauts et de bas, et tous vous disaient que, normalement, il devait exister un certain équilibre dans les existences de chacun. Tout bien était contrebalancé par un mal, et logiquement, la réciproque devait être vraie. Seulement, le jeune homme pensait que dans sa vie à lui, il y avait un certain déséquilibre, qu'il avait enduré plus de souffrances que de joies intenses. Alors, il se disait qu'étant un être humain comme tous les autres, ni plus ni moins, le futur devait sûrement lui réservé de sacrées belles choses, de satanés bons moments, tous ceux qu'il aurait dû connaitre pour que la balance soit équilibrée, mais qu'il n'avait pas connu. Le jeune homme avait appris à vivre au jour le jour, à ne pas trop se retourner sur son passé, mais c'était une chose dure à faire parfois, surtout quand votre passé influençait d'une façon majeure votre présent, et logiquement, influencerait énormément votre futur. On dit bien que c'est en fonction de notre passif que l'on construit son actif. Il y a donc forcément un lien entre passé et présent, et puisque ce que l'on bâtit aujourd'hui sera ce que l'on aura demain, d'où un futur dépendant du passé, en toute logique, le futur découle alors aussi du passé. Bref, passons, justement ...

    Aujourd'hui, Jackson avait 26 ans et toutes ses dents. Comme le jour même de sa naissance, l'Italie devait faire la fête au même instant, de l'autre côté de ce grand Océan que l'on appelle Océan Atlantique, sur ce continent, l'Europe, berceau du continent Américain. Après tout, personne ne pouvait se prétendre 100 % Américain aux Etats Uinis, hormis les Indiens, mais au fil des années, les gouvernements les avaient tant parqués dans des réserves, leur avaient fait tant de crasses que les personnes 100 % indiennes se faisaient de plus en plus rares. Oui, l'Italie devait sûrement être en fête au même moment, avec feu d'artifice, et tout le tintouin, avec son lot de voitures qui crament aussi, puisqu'en Italie, il y a cette loi, pourtant pas écrite dans la Constitution, qui autorise chaque Italien à détruire ce qu'il veut, du moment que cela ne lui appartient pas. Ou peut être qu'au final, la fête, c'était finie en Italie. Après tout, à la montre du jeune homme, il était 21 h, et, de ce fait, avec le décalage horaire, à savoir + 7 heures, il était déjà quelque chose comme 4 heures du matin à Naples, ville de naissance du jeune homme, et là bas, on était déjà le 03 Juin. Mais bon, depuis quand un seul jour dans l'année n'était pas un jour de fête en Italie ? Parce que niveau voitures brûlées et le tralala, on faisait fort là bas. Oui, ici, à Ellington, petite ville perdue au milieu du Missouri, nous étions encore le 02 Juin 2009, et Jack' fêtait ses 26 ans. Le moins que l'on pouvait dire, c'était qu'il n'était pas jeune homme à ébruiter l'info. Non pas qu'il ait quoi que ce soit contre le fait de prendre un an de plus, c'était que, tout simplement, si pendant 17 ans ce jour là avait été un jour merveilleux pour lui, depuis, c'était moins ça. Il avait fêté ses 18 ans avec sa soeur seulement, et quelques jours après, avait mis le pied dans un avion militaire qui l'emmena en Afghanistan, puisqu'il venait de s'engager sous les drapeaux. Il fêta ses 19 ans et ses 20 ans au Front, et vous aurez compris qu'il y a mieux comme endroit pour fêter son anniversaire. Ses 21 ans, il les avait fêtés dans un lit d'hôpital, incapable de marcher. Et depuis, il fêtait ses anniversaires en comité restreint. Il n'était pas trop accro au vaste et aux excès, un anniversaire fêté entre intimes lui convenait parfaitement. Seulement, ce soir, il avait eu une nouvelle fois la preuve que ce qu'il pensait n'était pas toujours du goût de sa soeur, Maëlys. Il ne s'était même pas méfié, n'avait pas fait attention plus que ça à la date. Il savait qu'il avait 26 ans aujourd'hui, il n'était pas étourdi à ce point, mais comme d'habitude, il se disait qu'ils fêteraient ça ensemble au restaurant qu'il tenait, le Chiarezza della Speranza, raison pour laquelle il n'arrivait que maintenant et non pas dès 19 heures au restaurant. Maëlys lui avait demandé de lui laissé un peu de temps pour organiser ce qu'elle appelait « une petite fête entre intimes ». Connaissant sa soeur, il aurait dû se douter qu'elle ferait plus que ça. Et, effectivement, le jeune homme avait eu droit à plus que cela ! Sa soeur avait fait du bon boulot, il fallait le reconnaître, et pendant un instant, le jeune homme pensa que tout Ellington était là. Mais il se ravisa bien vite, parce que Sam n'était pas là, et il en était soulagé. Du moins, discrètement, il avait demandé si Winchester n° 2 était dans les parages, et tous lui avaient répondu que non, pas encore en tout. Jack' aurait préféré un non tout court, mais bon, rien ne disait que ce n'était au final pas ce qui se passerait.

    Le souci, c'était qu'en tant que « homme du jour », Jackson devait saluer tout le monde. Mais avec toute cette foule, pas facile de savoir à qui on avait dit bonjour ou pas. Tant pis, les gens comprendraient, et si ce n'était pas le cas, et bien personne ne les empêchait de partir ! Le jeune homme chercha sa fille, sa princesse, mais ne l'a vit pas. Sa soeur, qui l'avait accueilli dès son arrivée dans le restaurant, lui avait cependant assuré qu'elle était là, quelque part. Mais tous les deux connaissaient Jude, pour l'avoir élevé ensemble assez souvent, surtout depuis que Maëlys était arrivée en ville, et le moins que l'on pouvait dire, c'était que la petite puce ne restait pas en place. Jackson refusait de la voir assise sur une chaise à s'ennuyer, et puis, ce n'était pas comme si, ici, quelque chose allait pouvoir lui arriver. Grace était là, comme le lui confirma Maëlys, alors, Jude était en sécurité. Et puis, Jack' aperçut Dean, près du comptoir, avec Jae. Il esquissa un sourire, mais se dit qu'il irait leur parler plus tard. A défaut de trouver Grace et Jude, le jeune homme repéra Louisa, sa cousine, et la famille passait avant le reste, c'était une de ses maximes. Et Dean et Jae comprendraient, ils étaient tous les deux ses meilleurs amis, et puis, Jack' refusait de prendre le risque de les déranger, cela ne se faisait pas, d'autant plus que ce n'était pas ses affaires. Après avoir une nouvelle fois serré sa soeur dans ses bras, lui avoir collé un baiser sur le front et lui avoir certifié qu'elle ne payait rien pour attendre, Jack' se sépara d'elle, et tenta de se frayer un chemin jusqu'à ce qui servait de buffet. C'était là qu'était Lou, tout près du plateau de Cantuccini. A ce que voyait le jeune homme, sa soeur avait réellement assuré, et s'était souvenue de la recette de pas mal des petites choses que leur cuisinait à tous deux leur mère lorsque celle ci était encore en vie. Et les Cantuccini étaient en réalité un simple exemple parmi tant d'autres ! Tout sourire, Jack' se dirigeait donc et vers sa cousine, et vers ce plateau de petits biscuits typiquement Italiens. Il allait pouvoir faire d'une pierre deux coups comme on disait. Lou' était seule, et ils ne s'étaient pas revus depuis leur discussion au parc, lorsqu'elle lui avait annoncé qu'elle était enceinte, de Sam. Il ne voulait donc pas tirer la tronche, pour leurs retrouvailles, avouez que cela ferait tâche. Et puis, Sam n'était justement pas là, il fallait donc en profit ... Il fallait surtout éviter de se réjouir trop tôt, car au même instant, alors qu'il posait un baiser sur la joue de sa cousine en arrivant par derrière elle, il vit, pile en face de lui, et donc, en face de Lou et de lui, Sam, qui marchait dans leur direction. Pour sûr, lui aussi avait sûrement dû vouloir profiter du fait que Lou était seule, sans personne pour interférer, et ce afin de pouvoir lui parler. Oh oh, les grands esprits se rencontrent on dirait ... Le jeune homme serra les dents et son visage se ferma.

    « Mais c'est pas vrai ... Qui l'a invité ? ... »
Revenir en haut Aller en bas
http://in-nomine-mens.bbactif.com

Louisa Delacroix


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Megalyn
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Zooey Deschanel
✾ MES CRÉDITS : Megalyn & Shiya
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 13/07/2009
✾ MES MESSAGES : 999

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Infirmière


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: [event n.2] Un... tout sauf joyeux anniversaire ? - PV. Jackson&Louisa&Sam   Dim 14 Mar - 6:28

    Ce jour là était l’anniversaire de Jackson. Sa jeune sœur avait organisé une méga fiesta (selon ses propres termes) pour fêter cela. Bien évidemment, Lou avait été invitée. Et sa cousine n’avait pas raté l’occasion de l’obliger (oui oui) à emmener l’heureux papa. Sam ne s’était pas montré spécialement ravi lorsqu’elle lui avait demandé de l’accompagner. D’autant plus qu’elle n’avait entendu que sa voix depuis qu’il savait pour le bébé. Ça aurait pu être pire, se disait elle dans les moments de lassitude. Parfois, elle se demandait si Sam n’avait pas raison de douter. Si avoir cet enfant dans une telle conjecture n’était pas la pire folie qu’ils pouvaient faire. Et puis elle parlait avec Jack ou Maelys. L’un comme l’autre lui assurait que c’était au contraire un événement merveilleux. Même si c’était rapide. Elle n’aurait pas dit mieux, c’était évident. Toutefois, Jackson n’oubliait jamais d’ajouter que Sam n’était pas quelqu’un pour elle. Quand la seule question de Maelys était ‘qui est ce ?’. Sa cousine voulait absolument connaître Sam et elle n’avait rien trouvé de mieux que l’inviter à l’anniversaire de Jackson. Sans le lui dire, bien évidemment. Et ce, malgré le fait que Lou lui avait spécifié environ un million de fois que les deux hommes ne pouvaient pas se voir en peinture.
    La jeune femme se retrouvait donc là, au nouveau restaurant de son cousin. Rempli plus qu’elle ne l’aurait cru possible. Lou n’aurait jamais imaginé que sa cousine puisse le faire. Elle la connaissait pourtant. Ça n’aurait pas dû l’étonner.
    Lou regarda autour d’elle. Elle ne reconnaissait que très peu de personnes, et pour la plupart, des gens qu’elle n’avait aucunement envie de voir. Bien évidemment, Sam brillait par son absence. Elle aurait bien dû se douter qu’il y aurait peu de chances pour qu’il vienne. Sam à l’anniversaire de Jack. Quelle douce plaisanterie. La jeune femme prit une grande inspiration. Ce n’était pas le moment de se sentir amère. Ou paranoïaque. Personne ne la dévisageait parce qu’elle avait un ventre plus rebondi que la moyenne. Ces gens ne la connaissaient pas après tout. Elle vit un missile d’à peine un mètre passer dans la foule. Ce qui lui arracha un sourire. Jude était dans une forme olympique. Voir ses deux parents réunis faisaient un bien fou à l’enfant. Quand à Lou, elle se fichait désormais que Grace reste ou non. Elle avait bien d’autres soucis. Néanmoins, elle n’hésiterait pas un seul instant à transpercer le cœur de Blondie si elle brisait à nouveau de Jack ou de Jude.
    La jeune femme se rapprocha du buffet, préférant ne songer qu’à son estomac. Elle vit alors des gâteaux italiens dont elle n’avait jamais réussi à se souvenir le nom. Mais dont elle savait qu’ils étaient succulents. Pourtant, la vue de tant de nourriture lui donne un haut le cœur. Elle étouffa un gémissement, priant intérieurement son bébé, dont elle savait depuis deux jours déjà qu’il était un petit garçon, de la laisser manger un minimum. Et tandis qu’elle songeait à cela, elle sentit un baiser sur sa joue. Elle sursauta et releva la tête, un peu étonnée que Sam fasse ce genre de choses, et nettement moins étonnée de le voir face à elle, la mine déconfite en voyant Jackson près d’elle.

    « Ta sœur. » répondit elle sèchement.

    Lou regarda Sam aussi glacialement que cela pouvait être possible, et même plus encore, avant de gratifier son cousin du même regard. Elle en avait plus qu’assez de leur petit cinéma de mâles alpha qui se battaient pour son ‘amour’. Comme s’ils en avaient besoin. Jack l’aimait comme un frère aime sa sœur, et Sam… Sam, c’était compliqué, mais une chose était sûre : ses sentiments à l’égard de Lou n’avaient à voir avec un amour familial. Absolument rien.

    « Oui, c’était une mauvaise idée, j’ai essayé de l’en dissuader, mais elle a fini par me convaincre, en utilisant des arguments du genre ‘je ne le connais pas encore’, et je te passe le reste. Le même genre d’arguments dont j’ai dû abuser pour que Sam daigne se déplacer. Ne serait ce que pour que je puisse le voir un minimum. » rajouta t’elle en fixant le jeune homme. Elle n’était même plus en colère. Seulement épuisée de devoir se battre pour quelqu’un qui s’en fichait éperdument, visiblement. Elle commençait à se dire qu’il s’était déplacé juste pour qu’elle cesse de le harceler.

    « Battez vous si ça vous chante. Honnêtement, j’en ai ras le bol de toute cette merde… » acheva t’elle en les plantant là, tels les grands dadais qu’ils étaient.

_________________
    VICTOR HUGO DEMAIN DES L'AUBE Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe, ni les voiles au loin descendant vers Harfleur, et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur
Revenir en haut Aller en bas

Sam Winchester


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : MARY-W.
✾ MA CÉLÉBRITÉ : J.Padalecki
✾ MES CRÉDITS : Dodixe
✾ MON MOI² : Zadkiel
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 11/07/2009
✾ MES MESSAGES : 45276

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 28 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Chasseur


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: [event n.2] Un... tout sauf joyeux anniversaire ? - PV. Jackson&Louisa&Sam   Mar 16 Mar - 7:31

    De toutes les mauvaises idées qui avaient pu être données à Louisa d’avoir, celle d’inviter Sam à l’anniversaire de Jackson était sans doute la pire possible et imaginable. Sans doute un parfait prétexte pour le voir, alors que lui, il s’acharnait encore et toujours à fuir, passant – en le sachant pertinemment – pour le meilleur beau parleur de la planète, avec ses « j’t’abandonnerai pas » et ses « j’veux être là pour toi » lui-même d’ailleurs il se trouvait bien con dans des situations pareilles… Mais qu’est ce que vous feriez, vous, si à peine vous veniez à apprendre que vous allez avoir un bébé, vous croisez un démon qui vous dit qu’il sait déjà tout et qu’il a des plans des plus sympathiquement obscurs pour ce bébé et tout ce qui peut vous attacher à cette foutue planète de merde ?!! Ah oui, vous ne croisez pas de démon vous… à présent que c’était devenu le lot quotidien de Sam, il aurait peut-être du commencer à s’y faire, et ne plus faire attention à ces petites menaces, sauf que depuis quelques temps… il n’arrêtait pas d’y penser, surtout depuis qu’il avait appris qu’il avait – à force de vivre sans doute un peu trop dans le surnaturel – fait une erreur que même le premier des types ne ferait pas ! Non pas qu’il considère ce qui lui arrivait comme une erreur… enfin, si, c’en était une, forcément, il le savait pertinemment et c’était la seule chose qu’il arrivait à se dire pour le moment : qu’il avait merdé en beauté et que voilà à présent dans quelle situation stupide il se retrouvait, un bébé en route et pas mal d’autres petits soucis en prime. Déjà qu’il avait du mal à survivre lui-même dans ce monde de dingue, alors si maintenant il devait en plus veiller sur ce qui ressemblait à un semblant de famille, il allait vraiment finir par perdre la tête, d’autant qu’avec les années, il s’était sans nul doute fait à l’idée qu’une vie de famille, c’était pas pour lui, encore moins dans des conditions pareilles… et qu’il ne voulait pas faire la même erreur que sa mère. Certes, elle avait voulu une vie normale, une vie saine et comme le commun des mortels après une enfance et une jeunesse plongée dans la chasse, les démons et les monstres planqués dans le noir. Sam avait cherché la même chose à une époque, et ça avait mené à la mort de Jessica, alors qu’il découvrait lentement mais sûrement que son frère et lui faisaient partie d’un plus grand cycle qu’ils ne l’imaginaient. Eh oui, être les super playmobile des démons et des Anges, pour certains ça pouvait être un privilège… bien peu de personnes apparemment dans ce monde attiraient l’attention du divin et du méchant diable. Quelle chance les Winchester !

    Alors dans toute cette histoire, avec une Apocalypse en prime, un dépendance au sang de démon, des super pouvoirs, où est-ce qu’il la plaçait la vie de famille ?! Et même, combien de temps ça pouvait tenir une situation pareille ?! Il le savait, il le sentait au fond de lui, ça ne tiendrait pas longtemps, à moins qu’il ne meurt même avant… alors autant ne jamais commencer, n’est-ce pas ?! Certains « sam sceptiques » (oui la joueuse à étudier l’Europe ce matin, ça se voit n’est-ce pas ?) s’empresseraient de répondre par une question parfaitement ironique du genre : alors le seul moyen qu’il avait trouvé pour ça, c’était de fuir ?! Eh bah oui, voilà, bravo à ces « sam sceptiques » qui voyaient vraiment le cadet Winchester tel qu’il l’était dans des moments où il se sentait totalement désarmé : parfaitement lâche et ce, au point de ne même pas pouvoir faire face à la triste réalité qui se dévoilait devant ses yeux. Ou peut-être était-ce parce qu’il ne voulait pas y faire face… après tout, pourquoi est-ce qu’il n’aurait pas droit à ce petit, tout petit, minuscule, infime, micro même, bout de bonheur avant de mourir, merde ?! Certes, il était avec Dean un petit jouet du destin, un démon lui avait refilé son sang sans qu’il demande quoique ce soit alors qu’il était à peine né, une salope lui avait menti pour qu’il libère Lucifer, mais pourquoi est-ce qu’il ne pouvait pas pour autant s’accorder l’espace de quelques jours, quelques mois dans sa – certes, courte – vie, un moment de plénitude, de bonheur ? Et puis alors, quand c’était pas ces crétins de démons qui l’empêchaient de profiter de Louisa et de tous les poids dont elle pouvait le débarrasser à chaque fois qu’elle était avec lui, voilà que c’était son abruti de cousin qui se mettait entre eux deux, comme si leur histoire ou même leur soupçon d’histoire le concernait de près ou de loin ce con ! Ils avaient beau avoir eu une mini explication en plein milieu de la bibliothèque d’Ellington, Sam en mettait sa main au feu que la situation n’avait pas changé pour autant… c’était forcément comme ça, y’a que les abrutis qui changent pas d’avis dit-on bien ! Non, définitivement, Sam pouvait pas le sentir ce crétin, et rien que l’idée de le voir le révulsait au plus haut point… ce qui l’avait poussé à faire pas mal de ronds de jambes pour faire comprendre à Louisa que « oui mais nan, venir à l’anniversaire de ton cousin c’est pas forcément… une bonne idée pour une super soirée… » sauf que bien sûr mademoiselle ‘j’ai toujours le dernier mot et les hormones en furie à cause du môme que tu m’as mis dans le ventre’ avait finalement obtenu gain de cause… et c’est pour ça que ce soir… Sam – qui était sans doute le seul être de tout Ellington à ne pas être invité pour le bon plaisir de Jackson, on en doute certainement pas hein – n’avait pas forcément envie de lever son cul du lit sur lequel il était posé depuis la veille, depuis qu’il était revenu de cette foutue chasse avec cette foutue entaille qui le faisait pas mal souffrir – eh oui, il n’y a pas que Dean qui se blesse à la chasse, bien qu’il soit systématiquement plus amoché… c’est la taille qui l’handicape, le pauvre.

    Enfin bref, toujours est-il que plus contraint et forcé qu’obéissant à une volonté supra réjouissante d’aller voir Jackson pour lui hurler « YEAAH JOYEUX ANNIVERSAIRE mon meilleur cousin -_-‘ » - mais oui bien sûr – Sam s’était finalement décidé à bouger, quelques bières déjà dans le nez… il faut bien quelque chose pour faire passer la douleur quand même, même si niveau « taux d’alcoolisation » les bières ne font pas partie des alcools les plus dangereux, mais sait-on jamais hein. De toute manière, il en avait bien besoin pour paraître un tant soit peu sympathique envers le cousin de Louisa qui ne serait définitivement jamais considéré par Sam comme ce qui pouvait ressembler de près ou de loin à un « beau cousin »… dans le cerveau de Sam, Jackson était né crétin et il restera crétin, point barre, ledit Jackson n’étant sans doute pas près de changer d’avis sur le Winchester non plus, donc bon. Sam arrivera relativement – trop – vite devant le Chiarezza (en gros un truc impossible à prononcer et encore plus à écrire, note personnelle de la joueuse xD), le Winchester marqua une pause… naon, il ferait vraiment mieux de repartir, au pire, Louisa lui ferait la gueule et voudrait plus jamais lui parler, ce qui restait une option qui l’arrangeait plus ou moins dans le sens où elle voudrait plus jamais le revoir et… Rah mais quelle idée débile ! Ca ne ferait que donner raison à l’autre crétin en plus ! Nan, allez, il suffisait qu’il prenne son courage à deux mains – enfin, ce n’était pas vraiment le courage qui lui manquait, donc bon – le chasseur eut un soupir, avant de se décider à entrer dans le trop petit restaurant… duquel il n’avait désormais plus qu’envie de s’échapper… bizarre, quand il savait que Jackson n’y était pas pour faire la fiesta au centre de toutes les attentions, Sam trouvait ce resto moins étriqué et moins étouffant… et la banderole kitch « joyeux anniversaire Jackson » ne faisait vraiment rien pour arranger les choses, arrachant un haussement de sourcils déjà las au Winchester. Plus les secondes passaient, plus ils avaient envie de faire demi-tour, se persuadant presque que Louisa avait en fait été prise de vertiges et de nausées et qu’elle avait finalement décidé de ne pas venir enfin, cette belle illusion ce fut jusqu’à ce qu’il posa justement son regard… sur la jeune femme… avant de voir oh tiens, le pot de colle numéro un accroché à ses bottes, quel chieur celui-là. Détournant l’espace de quelques secondes le regard pour le poser sur son frère et – oh tiens encore un super truc dans sa soirée – Jaelyn en sa compagnie, Sam serra la mâchoire… qu’est c’qu’il foutait là merde ?! Reposant son regard sur Louisa en espérant la voir désormais seul, il ne fut pourtant pas très étonné de la voir toujours aussi mal accompagnée. Se frayant tant bien que mal un chemin entre les gens pour atteindre Lou et son ô combien aimable cousin petit centre du monde ce soir – de quoi le mettre sans doute bien en joie, pleiiin de gens rien que pour lui (sauf Sam certes) – sans même être surpris du regard ô combien glacial qu’elle lui jeta… quel accueil quand même, ça valait le coup qu’il ait forcé sa motivation pour se pointer ici. Et puis, comme si le regard glacial de la jeune femme additionné à celui de l’autre crétin qui lui sevrait de pot de colle ne suffisait pas, elle prit la parole, avant de carrément commencer à se barrer. Quoi ?! Ils avaient même rien fait, et d’ailleurs Sam ne lui avait même pas accordé le moindre regard à ce con, qu’est c’qu’elle avait encore à péter son plomb là ?! Sam ? De mauvaise humeur ce soir ? Ouais, sans doute. La retenant en l’attrapant – fermement mais avec la douceur accoutumée qu’il avait avec elle – Sam la retint, histoire de pas être venu pour des prunes – ou même une entrevue avec Jackson, une dans sa vie lui suffisait déjà amplement, sans vouloir dire que c’était même une de trop – et aussi parce que maintenant qu’il était là, il avait envie de la voir tiens… et dans un certain sens, comme ça face à elle après avoir pris son temps pour trouver son courage pour la revoir à nouveau, Sam commençait presque à regretter cette longue distance qu’il avait mise entre eux…

    « Eh… attends… Pourquoi tu t’en vas ? J’suis pas venu pour me battre, c’est toi qui m’a demandé de venir. » Il ne savait pas vraiment si ça allait la calmer un peu, faut dire, Louisa n’aurait jamais pu avoir une si mauvaise idée par elle-même, alors peut-être que c’était des manigances de démons et qu’en fait elle l’avait jamais invité… Oui, depuis quelques temps, il virait presque un peu parano. Se rendant compte qu’il avait carrément ignoré Jackson – dans un sens ça lui allait parfaitement – le Winchester se reprit, posant son regard sur le cousin de Louisa, sans pour autant paraître sympathique ou antipathique… en fait, il s’en fichait bien de ce type, l’important, c’était qu’il était venu pour Louisa, et pas pour autre chose, encore moins pour l’anniversaire de celui-là. « J’sais que t’aurais sans doute pas voulu me voir là… mais j’suis venu pour voir Louisa… et j’partirai pas parce que t’en as envie… alors autant qu’on laisse un peu tomber les tensions… » Il détourna relativement vite le regard, le reposant sur Louisa, avant de le poser dans le vide, un peu entre eux deux. Il avait déjà fait comprendre à Jackson qu’il ne serait pas parmi les crétins qui fuient à cause d’un cousin trop possessif qui sort les crocs, et ce soir les choses n’allaient pas changer, même si c’était l’anniversaire dudit cousin, Sam n’avait pas particulièrement envie de lui faire un cadeau.

_________________

winchesters say "hi" - i wake up every evening with a big smile on my face, and it never feels out of place. and you're still probably working at a nine to five pace, i wonder how bad that tastes. when you see my face hope it gives you hell, hope it gives you hell. when you walk my way hope it gives you hell, hope it gives you hell. now where's your picket fence love ? and where's that shiny car ? you never seemed so tense love and never seen you fall so hard. VOTEZ POUR NOUS ♥
Revenir en haut Aller en bas

Phoenix H. Lawrence


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Twix
✾ MA CÉLÉBRITÉ : DiannaSexyAgron
✾ MES CRÉDITS : Me, I & Myself
✾ MON MOI² : None
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 22/07/2009
✾ MES MESSAGES : 470

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 printemps
✾ STATUT SOCIAL : Mère célibataire
✾ SON EMPLOI : Stripteaseuse


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: [event n.2] Un... tout sauf joyeux anniversaire ? - PV. Jackson&Louisa&Sam   Mar 30 Mar - 10:17

    Parfois, les choses semblaient avoir une drôle de synchronisation. Pendant des jours qui vous paraissaient interminables, il ne se passait pas grand chose de bien palpitant dans votre vie, voire même rien, comme tous ces jours où, en vous couchant le soir, vous vous disiez que vous auriez très bien pu rester planqué sous la couette toute la sainte journée que cela n'aurait rien changé à quoi que ce soit et que vous n'auriez rien manqué. Et puis, soudainement, tout s'enchainait, tant et si bien que vous vous retrouviez à ne plus trop savoir où donner de la tête, quoi faire, comment réagir, où être ou encore comment faire que tout ceci se règle au plus vite histoire que vous n'ayez plus la désagréable impression de ne pas voir le bout du tunnel, de vous laisser submerger par un milliard de trucs au point de croire apercevoir le fond du fond alors que c'est bien connu, en général, le fond du fond, c'est bien au fond, comme son qualificatif l'indique, loin, très loin de la surface. Un loin, très loin que vous n'étiez pas particulièrement friand de connaître. Oui, si on vous l'avait proposé, vous auriez gentiment et poliment décliné l'offre. Sauf que, voilà, la vie sait tellement que tout ceci est pourri qu'elle vous force la main et vous impose d'office des tas de trucs et de machins au même moment. C'est comme la mauvaise marchandise, il faut bien la refourguer à un moment ou à un autre, et il y a toujours un dindon dans la farce. Mais après tout, de quoi pouvait bien se plaindre Jackson ? Ce n'était pas comme s'il découvrait soudainement tout ça, toute cette réalité. Ce n'était pas non plus comme si c'était la première fois que cela lui arrivait, comme s'il n'était encore qu'un bleu qui découvrait avec stupéfaction, les yeux ronds de surprise que, oui, décidément, la vie pouvait prendre un sacré plaisir sadique à vous faire chuter en vous collant des tas de trucs sur le dos, des trucs qui pesaient leur poids mais que vous deviez tout de même gérer, et ce quel que soit votre degré de motivation, que cette même vie adorait par dessus tout vous faire tomber par terre, en collant ça sur le dos de Voltaire -bien sûr, qu'est ce que l'on ne serait pas capable de faire pour se dédouaner, on vous le demande !!- et en souriant comme une sale sadique en vous regardant vous débattre, tenter de vous relever, de faire comme si rien ne s'était passé, comme si personne n'avait rien vu, comme si tout ceci était nul et non avenu ! Après tout, Jack' avait connu des périodes où, sacrément, il n'avait pas eu une minute à lui entre deux tuiles lui tombant dessus, à tel point qu'il avait manqué d'oublier comme la vie était sans que toutes ces merdes ne vous accablent au même moment, lorsque, bien sûr, ce n'est franchement pas le moment !

    Pourquoi fallait-il qu'en arrivant pour saluer sa cousine et lui dire à quel point il était content qu'elle soit là, et ce malgré le fait qu'ils ne s'étaient pas parlés depuis longtemps, une éternité selon lui, il tombe sur Sam, qui arrivait en sens inverse ? Il n'aurait pas pu se pointer 5 minutes après Winchester n°2, ou nan, même mieux, jamais ? Oui, il n'aurait pas pu jamais se pointer et rester où qu'il était avant, à faire ce qu'il faisait, loin de Jack', loin de cette fête, et surtout, loin de Lou ? Non mais vous aviez vu le visage ravi, comblé et fou de joie de la jeune femme lorsque Sam s'était approché d'elle ? Ah, pour sûr, tout ça, ça respirait l'entente cordiale et la joie d'être réunie avec l'homme qui était le père de son enfant ! Bien sûr, Jack' n'était pas réellement à la page, il n'était pas un feru fanatique de ce qui pouvait ressembler à un énième soap opera que l'on aurait rebaptisé avec un nom kitch, comme c'est le cas pour à peu près tout ce genre de série télévisé à rallonge, dans lesquelles vous voyiez peu à peu mourir les premiers acteurs ! D'accord, Sam et Lou étaient encore loin d'avoir des rides, ou encore d'avoir besoin d'un déambulateur pour se déplacer, mais Jack' devait bien avouer que le côté « je me la joue mystérieux, je cause pas ou pas beaucoup, et, attention, mais je suis tellement ravi d'être bientôt papa que quand je me pointe, j'ai le sourire aux lèvres » de Sam tenait bien d'un speech de personnage de soap, gribouillé à la va vite sur un coin de nappe en papier salie par des tâches de bolognaise, de café et d'autres trucs que l'on n'arrivait même pas à reconnaître ! De son côté, Lou était bien partie pour pouvoir être nominée dans la catégorie « Miss Freeze, reine de glace pour vous servir » aux prochains Oscars ! Oui, c'était une toute nouvelle catégorie, qu'on allait inventer exprès pour elle, histoire que la femme enceinte qu'elle était, sujette à des sautes d'humeur hormonale, puisse nous faire un splendide discours plein de larmes, tant et si bien que la statuette de récompense allait fondre avec tout ce sel lui tombant à gogo dessus ! En tout cas, merci bien, pour son 26 ème anniversaire, sa cousine le comblait ! Il s'en souviendrait de celui là, promis juré ! Mais après tout, il y avait toujours quelque chose dans chaque anniversaire qui le rendait inoubliable, ce n'était qu'une logique de choses pour le coup ! Youhou, on avait les grands gagnants ! Alors, heureux le Jackson ? Pas réellement ... Pas réellement, pour ne pas dire pas du tout en fait ! Entendre sa cousine lui parler de la sorte, en employant un tel ton, ce n'était pas réellement quelque chose qui l'enchantait plus que cela. Il avait tellement peu de famille, parce que, hasard de la vie, tous les membres de sa famille étaient plus ou moins morts jeunes, violemment, et sans que Jack' n'ai eu le temps de les connaître. Le premier était sans nul doute possible son père, qui battait tous les records en s'éclipsant de la vie du jeune homme qui était son fils avant même que celui ci ne naisse ! Très fort le Kélian, comme s'il avait deviné avant même que son p'tit bout naisse que sa vie serait suffisamment dure et compliquée comme ça pour que lui y fourre son nez, s'y embarque et finisse par mourir comme tous les autres. Sauf que de l'avis de Jack', ne pas avoir de peur, n'en avoir jamais eu, c'est pire que d'en avoir eu un qui vous avait faussé compagnie alors que vous n'étiez qu'un petit enfant, qu'un gosse qui croyait encore que lorsque les gens mourraient, ils allaient quelque part pour demander aux anges de veiller sur leurs enfants restés sur terre, quelque part où ils n'avaient pas mal, où il n'y avait pas de guerre, pas de pleurs, rien que du bon et du joli, rien que du calme et du paisible. Et avant même qu'il ne puisse dire quoi que ce soit, sa cousine parla à sa place. Réellement, c'était une mauvaise idée que d'avoir invité Sam, et Jack' savait d'ores et déjà qu'il allait avoir à demander une explication à sa soeur. Toute gentille et mignonne qu'elle était, Maëlys allait devoir rendre des comptes ! Et d'après ce qu'il en comprit, Jack' se dit qu'il n'avait pas tord de penser que c'était loin d'être Amour et Passion entre Sam et Lou. Bien sûr qu'il aurait aimé comprendre pourquoi plus en détail, mais il allait s'abstenir de demander des détails hein, ça valait mieux, à coup sûr ! Et il fallait que Sam en rajoute une couche en plus ! Dieu que Jack' était verni ! Felice compleanno Jackson !

    « Oui, tu as raison, après tout, c'est connu, on se pointe aux anniversaires des gens pour voir d'autres personnes, tout en en n'ayant rien à carrer de savoir si oui ou non c'est le lieu et le moment idéal ! »

    Jack' haussa les épaules, avant de tendre la main et de piquer dans un plat de cantuccini. Portant le biscuit à sa bouche, il tourna le regard sur 360°, tentant, sans doute, de chercher tous ceux qui, comme Sam', s'étaient pointés là en en n'ayant strictement rien à faire de lui et en voulant faire dans l'original en transformant une fête d'anniversaire en une réunion salon de thé ! Ouais, il devait bien y avoir d'autres petits plaisantins qui ne pouvaient pas l'encadrer et à qui il était heureux de renvoyer l'ascenseur, qui étaient uniquement venus pour bouffer à l'oeil et voir du monde, comme d'autres se pointent au bar le dimanche matin après la messe pour discuter, se prendre la tête et déblatérer sur tout le monde !
Revenir en haut Aller en bas
http://in-nomine-mens.bbactif.com

Louisa Delacroix


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Megalyn
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Zooey Deschanel
✾ MES CRÉDITS : Megalyn & Shiya
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 13/07/2009
✾ MES MESSAGES : 999

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Infirmière


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: [event n.2] Un... tout sauf joyeux anniversaire ? - PV. Jackson&Louisa&Sam   Dim 9 Mai - 2:23

    Lou s’arrêta immédiatement en entendant la phrase de Sam et vit aussitôt volte face. Elle lui avait demandé de venir ? Dire qu’elle avait cru un bref instant qu’il avait envie de la voir. Mais non, il s’était visiblement dit que s’il venait, elle le laisserait peut être enfin tranquille. Sur ce coup là, il n’avait peut être pas eu si tort. Elle était lassée de sans cesse de se battre avec lui. Il ne voulait plus la voir ? Qu’il aille se faire foutre chez les Grecs, ça lui était bien égal désormais. Elle ne tenterait plus rien. Surtout pas avec quelqu’un qui s’en fichait d’elle comme du premier démon qu’il avait éliminé.
    Elle brûlait d’envie de lui cracher au visage tout ce qu’elle pensait. Mais ce n’était pas vraiment le bon endroit. Surtout pas avec Jackson à côté d’eux, et qui n’attendait que ça. Les voir se séparer pour de bon. Et pouvoir enfin dire à Lou qu’il avait eu raison depuis le début. Que Sam n’était qu’un raté qui allait immanquablement la quitter et que la meilleure chose à faire, était de le quitter la première. Ce qu’elle n’avait jamais eu la moindre envie de faire, même si parfois, la nécessité de le faire s’imposait à elle.
    Aussi, souhaitant par-dessous tout éviter d’avoir des mots malheureux qui éloigneraient Sam pour de bon, elle se tourna vers son cousin, non sans avoir gratifié le chasseur d’un regard sensé le décourager de fuir pendant qu’elle déversait sa bile de femme enceinte sur Jackson.

    « Ne t’en prends pas à Sam. Ce n’était pas son idée de venir. Comment peux tu imaginer un seul instant qu’il est venu de gaieté de cœur ? Tu es donc si stupide ? C’est une idée de ta sœur, et je n’ai pas dit non. » Même si elle se disait qu’au fond, Jack avait raison. Sam n’était pas à sa place ici, et Lou se disait qu’elle n’aurait jamais cédé aux supplications de sa cousine. « Au cas où tu ne le saurais pas, Sam et moi allons avoir un bébé, et je ne vois pas pourquoi on ne sortirait pas ensemble quand ça nous chante. Spécialement pour les grandes occasions. »

    Ce faisant, elle tourna les talons, assénant à Sam un regard à peine moins hargneux que le précédent. Elle lui fit signe de la suivre et elle s’assit sur une confortable chaise, à l’écart des convives. Elle finit pourtant par se calmer, alors que Sam se rapprochait d’elle. La jeune femme mourrait d’envie de se blottir contre lui. Il lui avait manqué plus qu’elle ne l’aurait imaginé avant de le revoir.
    La lassitude l’envahit soudain. Qu’allait elle faire si le jeune homme décidait, comme Jackson en était si intimement persuadé, de s’en aller ? Ou pire, s’il se faisait tuer ? Elle avait toujours refusé d’y songer jusqu’à présent. Mais à présent qu’il était assis à ses côtés, ça la hantait. Brutalement, brusquement, sans que rien n’ait pu le laisser présager.
    Lou posa ses yeux clairs sur Sam, gardant le silence un bref instant. Elle ne savait pas vraiment par où commencer. Sans parler du fait qu’elle avait peur que ses mots dépassent sa pensée.

    « Jack n’avait pas tort. Ta place n’est pas ici. » lâcha t’elle avant d’éclater de rire. « Je suis désolée de t’avoir traîné ici, je sais que tu ne voulais pas venir. » Elle baissa la tête avant de le fixer à nouveau. « Merci d’être venu. Je ne pensais pas que tu le ferais. Débarquer à la fête d’anniversaire de ton pire ennemi. Juste pour moi. »

    La brunette prit une grande inspiration. Peut être aurait elle dû commencer par le plus difficile. Mais comment pouvait elle être courageuse alors que ce serait peut être la fin de tout ce qu’ils avaient plus ou moins commencé à construire, de façon imprévue et maladroite ? Relâchant enfin sa respiration, Lou se décida enfin à reprendre la parole.

    « Je ne peux pas continuer comme ça, Sam. J’ai vraiment envie que ça marche, je ne te l’ai jamais caché. Comme je ne t’ai jamais caché que ma priorité était le bébé. Même si je tiens à toi plus que je n’arriverai jamais à te le dire, je ne passerai pas ma vie à t’attendre. Je sais parfaitement contre quoi tu te bats, mais ça ne t’oblige à me laisser comme ça. Sans te voir, et avec à peine quelques coups de téléphone. » Elle désigna Jackson du regard, puisant du courage dans les yeux de son cousin. « Je ne te demande pas de choisir, simplement d’ouvrir les yeux. Tu vas être père. Je peux parfaitement comprendre que ça t’effraie. Mais cet enfant a besoin d’un homme pour le guider, et sur qui se reposer. Un homme qui lui servira de modèle pour celui qu’il deviendra plus tard… »

    A demi mots, elle venait de dire deux choses extrêmement importantes à Sam. La première, c’était que l’enfant qu’elle portait était un petit garçon. La seconde, nettement moins réjouissante, était qu’elle le quitterait pour refaire sa vie avec un homme qui élèverait ce bébé si Sam l’estimait nécessaire. Ce qu’elle n’espérait pas du tout…

_________________
    VICTOR HUGO DEMAIN DES L'AUBE Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe, ni les voiles au loin descendant vers Harfleur, et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur
Revenir en haut Aller en bas

Sam Winchester


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : MARY-W.
✾ MA CÉLÉBRITÉ : J.Padalecki
✾ MES CRÉDITS : Dodixe
✾ MON MOI² : Zadkiel
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 11/07/2009
✾ MES MESSAGES : 45276

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 28 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Chasseur


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: [event n.2] Un... tout sauf joyeux anniversaire ? - PV. Jackson&Louisa&Sam   Mer 19 Mai - 4:21

    Définitivement, Sam aurait sans doute eu quelque chose de plus intéressant à faire de sa soirée… genre, chasser du démon ou encore chasser du démon et peut-être encore chasser du démon, l’une des rares occupations qu’il trouvait utile ces derniers temps… sans doute parce que c’était justement les démons qui lui donnaient le plus l’impression d’en vouloir à Louisa et à l’enfant qu’elle portait. Quoique… Sam passait aussi pas mal de temps à boire, encore une chose qu’il trouvait utile, parce que celle-ci lui permettait de se vider un tant soit peu l’esprit, de faire taire cette voix en lui qui disait qu’il n’y avait qu’un seul et unique moyen d’être sûr de protéger Louisa et le bébé qu’elle attendait et que, bien que ce moyen tout sauf catholique ne plaise pas à Dean, il fallait quand même faire avec… parce que la puissance dont Sam bénéficiait quand il était en pleine possession de ses pouvoirs était un luxe duquel il n’aimait pas vraiment être privé. Cependant, il tenait, il résistait encore, se persuadant qu’une nouvelle fois, Dean avait raison et que cette chose l’avait déjà trop dépassé pour qu’il risque de retomber une nouvelle fois dans un quelconque excès. Il aurait sans doute pu préférer que les choses soient plus simples, qu’il n’y ait pas cette part en lui qui lui répétait que c’était la meilleure chose à faire s’il voulait pouvoir protéger Louisa contre tout et non pas être impuissant face aux attaques des démons contre elle, comme il l’avait été lorsque Jessica était morte. Avec ses pouvoirs, il avait pu tuer Lilith, il parviendrait certainement à en tuer une bonne masse d’autres, bien qu’il sache pertinemment que l’Apocalypse en avait amené de nouveaux, d’un tout autre genre sur le sillage de Lucifer même. Parfois il se demandait même si lutter était vraiment utile, après tout, ses pouvoirs pourraient être d’une grande aide dans l’Apocalypse tout simplement, même pas que pour protéger Louisa. Quoique… il y avait cet autre côté de Sam, celui qui craignait plus que tout perdre Louisa, celui-ci réveillait en Sam une crainte récurrente face à l’idée qu’elle puisse découvrir l’existence de ce côté-là chez lui, alors qu’il n’avait même pas encore eu le courage de lui en avouer la moindre parcelle d’existence encore. Ce soir, Sam ne savait pas vraiment si l’ambiance festive de l’anniversaire de Jackson pourrait l’aider à oublier ou à occulter toutes ces pensées de plus en plus vives et de plus en plus prenantes. Toujours est-il qu’il était venu, pour voir Louisa, après qu’elle ait largement insisté pour le traîner parmi les invités de son cousin, bien qu’il n’ait sûrement pas été sur le carton d’invitation fait par Jackson… Dieu seul vraiment sait qui avait finalement pensé à Sam, ou qui était assez fou pour chercher à rassembler le chasseur et le cousin de Louisa dans la même pièce. Alors que Sam avait essayé de calmer l’offensive de Jackson, ne voilà-t-il pas que celui-ci rebondit sur les paroles du Winchester… qui haussa les sourcils d’un air totalement pris au dépourvu. Il rêvait ou cet idiot lui reprochait d’être venu pour Louisa et non pas pour lui ?! C’était quoi cette nouvelle connerie qu’il pondait cet abruti ?!!! Maintenant il jouait les offusqués parce que Sam ne jouait pas les hypocrites à ramener un cadeau au type qu’il détestait le plus dans la ville en lui hurlant un « joyeux anniversaire ! » alors qu’au fond, que ce crétin ait dix, vingt ou quarante ans, il s’en foutait comme la première fois qu’il avait plu sur cette planète ! Le Winchester posa son regard sur Jackson, la mâchoire crispée, cherchant des mots on ne peut plus soutenus alors que l’envie de lui faire clairement comprendre qu’il préférait s’étouffer avec sa salive plutôt que de se pointer la bouche en cœur pour souhaiter un anniversaire auquel il ne préférait pas assister. Pourtant, ce fut Louisa qui prit la parole en premier, alors que les deux hommes semblaient avoir assez vite oublié sa présence pour retourner à leurs petits différends complètement stupides. Cependant, ce que dit Louisa eut pour effet de jeter un froid, Sam ne cherchant rien d’autre à ajouter… ni même à son adresse à lui ou à l’adresse de la jeune femme… il avait comme l’impression qu’il ferait mieux de ne pas chercher à alimenter encore plus le conflit qui se mettait petit à petit en place.

    Relevant le regard vers Jackson, Sam le soutint quelques secondes, avant de détourner le regard, pinçant les lèvres sans trouver quoique ce soit à dire… ils avaient beau ne pas s’entendre, ils étaient quand même assez malins pour être d’accord sur une chose : mieux valait que ce soir ils ne se cherchent pas trop, Louisa semblait… particulièrement irritable et sur les nerfs. D’ailleurs, lorsqu’il baissa à nouveau le regard vers Louisa, il croisa le même air furibond que quelques instants plus tôt… c’était fou quand même de se mettre à flipper à cause d’un mot de travers de la part de l’autre idiot en plus ! Suivant la jeune femme à son geste sans même chercher à faire quoique ce soit pour éviter de se retrouver en tête à tête avec elle, Sam fourra les mains dans ses poches, quittant Jackson sans même lui accorder le moindre regard pour rejoindre Louisa qui s’asseyait, quelques pas plus loin. Arrivant à sa hauteur, il s’assit également, sur la chaise à côté de la sienne, sans pour autant oser la regarder, si bien qu’il posa son regard sur le vide entre le sol et le néant qui les entourait alors qu’il appréhendait de plus en plus chacune des entrevues que le destin lui offrait avec Louisa. Cela faisait pas mal de jours que Sam et elle ne s’étaient pas revus, leur distance seulement entrecoupée de quelques coups de téléphone, que le Winchester s’arrangeait souvent pour écourter, prétextant une chasse ou n’importe quoi d’autre qui servait de prétexte un tant soit peu plausible. Il laissa le soin à la jeune femme de prendre la parole, sans chercher à la couper, un peu comme s’il sentait encore une fois que couper Louisa dans son discours pourrait lui nuire plus qu’autre chose… ne jamais énerver une femme enceinte. Et quand bien même, Sam ne savait même pas quoi dire… c’était sans doute pour ça qu’il fuyait sans cesse la vérité qui s’étalait devant ses yeux de plus en plus. Rien ne l’empêchait vraiment de pouvoir passer du temps avec Lou avant de… tout simplement passer de l’autre côté. Même Dean, que Sam aurait pu espérer être d’un secours pour « me lâche pas maintenant, j’peux pas continuer tout seul » - phrase qu’il avait longuement sorti des années auparavant – avait fait comprendre à son cadet qu’il était prêt à le laisser vivre sa vie… comme il ne l’avait pas fait avec Jessica. A croire que Dean s’en voulait pour ce qui était arrivé à Jess. Le fait était en réalité, que c’était Sam lui-même qui ne voulait pas… ou qui ne pouvait se résoudre à fuir une nouvelle fois… la chasse était sa vie, les démons et autres monstres en tout genre n’avaient fait que le lui montrer plusieurs centaines de fois et la simple idée de s’éloigner de cette vie l’effrayait… parce qu’une nouvelle fois, les démons ou qui sait-il encore, reviendraient pour l’arracher à sa vie « normale » pour le faire revenir dans la chasse. Si au départ du monologue de Louisa, Sam avait gardé les yeux baissés, il le releva lorsqu’elle lui fit comprendre enfin où elle voulait en venir dans tout ce qu’elle avait dit… Fixant la jeune femme du regard, Sam crispa la mâchoire, esquissant un léger froncement de sourcils sans pour autant trouver quoi dire… la laisser s’en aller… rester… aucun des deux choix ne semblait être le meilleur et dans un sens, Sam avait encore moins envie de la voir partir… mais il n’avait pas envie de la voir mourir comme il avait vu mourir Jessica. Les choses sont bien compliquées dans l’esprit d’un Winchester, franchement… Après tout, il avait bien chercher à lui faire comprendre dans ce foutu cimetière que les histoires de couple c’était pas son genre ! Encore moins en ce moment ! Mais noooon, il avait fallu qu’elle insiste, qu’elle s’accroche et voilà où ils en étaient maintenant, à croire presque qu’il portait toute la faute sur lui, elle avait qu’à aller trouver un meilleur parti ailleurs, tiens ! Sam soupira, relevant le regard vers Louisa, avant de le poser une nouvelle fois sur le sol, alors qu’il se décidait à prendre la parole :

    « J’suis désolé… j’aurais préféré que ça s’passe autrement tout ça… » Le plus marrant étant qu’au final, la simple perspective d’être père n’était même pas celle qui le dérangeait ou l’effrayait le plus… c’était le fait d’être père et d’être lui à la fois… les Winchester en tant que père n’avaient visiblement pas le don d’assurer vraiment… c’était sans doute ça qui faisait qu’à chaque fois que Louisa l’approchait d’une vie toute simple, d’une quelconque paternité, il freinait des quatre fers, bien décidé à ne pas y’aller par la voie de la simplicité ! « Ma place est pas ici, t’as raison… et tu pourrais sans doute trouver mieux – bien que ça ne plaise sans doute toujours pas à ton cousin… » Il eut un ricanement nerveux, alors qu’il ne savait lui-même pas où cette discussion allait le mener, allait les mener tous les deux… c’était définitivement trop compliqué pour qu’il entrevoit une quelconque fin à tout ça : « Mais… j’crois que j’pourrais pas… » Cette fois-ci il reposa son regard sur Louisa, sans rien ajouter, bien que cette phrase ne soit pas des plus limpides pour ce qui était de la compréhension : « La vie de famille ça a jamais été mon truc… c’est pas vraiment notre spécialisation… sans parler de mon père… » La ferme Sam sérieux… quoique, déballer tout ça lui permettait de se laisser le temps de réfléchir à toutes ces choses qui se bousculaient dans sa vie… et puis aujourd’hui plus que jamais, Sam se sentait proche de son père, obligé de faire ce choix, pencher en faveur d’un besoin quasi viscéral de se racheter ou de trouver vengeance à travers la chasse… ou une vie toute simple, des enfants et un bonheur à la fin, peut-être qui sait. Mais dans un sens, est-ce qu’il pourrait vivre heureux en fuyant toutes ses responsabilités ? Il avait libéré Lucifer… et il ne pourrait pas oublier ça, malgré tous les efforts qu’il pourrait faire. « J’veux pas risquer de passer à côté de quelque chose… mais tu peux pas me demander de fuir alors que tout c’qui arrive c’est de ma faute…j’pourrais jamais vivre avec l’idée que j’ai laissé mon frère et d’autres encore pour arrêter un truc que j’ai lâché dans la nature. » Il déglutit péniblement, serrant la mâchoire : « J’t’ai trop promis sans doute… et j’peux pas être un quelconque modèle pour qui que ce soit si j’laisse d’autres réparer mes erreurs… » Encore une fois, le « où il voulait en venir » restait flou, lui-même ne voulait pas arriver à une quelconque conclusion : « J’t’en ai peut-être trop demandé… mais j’suis pas prêt à faire comme si de rien n’était… et tu sais bien qu’on revient pas d’un truc comme ça… alors, okay… Si c’est c’que tu veux vraiment… arrête de m’attendre… parce que j’ai rien à te donner, et j’ai rien à donner à cet enfant. » Il détourna une nouvelle fois le regard, se relevant comme s’il ne supportait plus de rester assis d’un air passible après ce qu’il venait de dire. Il s’apprêta à partir, avant de se raviser, passant une main dans les cheveux de la jeune femme, déposant un léger baiser sur le sommet de son crâne le temps de se reprendre. « Prends… prends soin de toi… » Il détourna le regard, n’osant même plus la regarder, alors qu’il s’apprêtait à repartir comme il était arrivé. En relevant le regard, il intercepta celui de Jackson qu’il soutint l’espace de quelques secondes, le temps de lui faire comprendre qu’il aurait certainement de quoi se réjouir maintenant, avant de finalement reprendre son chemin vers la sortie.

_________________

winchesters say "hi" - i wake up every evening with a big smile on my face, and it never feels out of place. and you're still probably working at a nine to five pace, i wonder how bad that tastes. when you see my face hope it gives you hell, hope it gives you hell. when you walk my way hope it gives you hell, hope it gives you hell. now where's your picket fence love ? and where's that shiny car ? you never seemed so tense love and never seen you fall so hard. VOTEZ POUR NOUS ♥
Revenir en haut Aller en bas

Phoenix H. Lawrence


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Twix
✾ MA CÉLÉBRITÉ : DiannaSexyAgron
✾ MES CRÉDITS : Me, I & Myself
✾ MON MOI² : None
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 22/07/2009
✾ MES MESSAGES : 470

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 printemps
✾ STATUT SOCIAL : Mère célibataire
✾ SON EMPLOI : Stripteaseuse


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: [event n.2] Un... tout sauf joyeux anniversaire ? - PV. Jackson&Louisa&Sam   Mer 9 Juin - 22:36

    Jackson en était parfaitement conscient, son attitude et ses réactions laissaient parfois à désirer. Il ne réagissait pas toujours de la bonne façon, n'employait pas non plus toujours les mots et phrases adéquates, mais c'était en lui, dans ses veines, comme tatoué sur sa peau, et ce depuis qu'il était en âge d'exprimer son opinion et de réagir, et ce même lorsqu'il ne savait pas encore parler. Balancer son jouet à l'autre bout de la pièce parce que quelque chose nous déplait, c'est bien sûr une réaction, quelque chose dont l'on peut tirer une conclusion, et ce même lorsqu'aucun mot n'a été prononcé pour la simple et bonne raison qu'on n'est pas encore doué de la parole. Encore aujourd'hui, il se souvenait de toutes ces fois où sa mère lui avait dit de se calmer un peu, ne le prenant sur ses genoux et en le serrant tout contre elle, pendant que lui plongeait son nez dans la chevelure ample et parfumée de Chiara, et qu'il serait son tout petit corps contre le sien, comme pour que leurs deux corps se confondent et ne fassent plus qu'un. Sans être un petit garçon effrayé et peureux, dès tout petit, il avait quand même réaliser qu'un jour, les gens partent, pour ne plus jamais revenir. Il n'avait même pas eu besoin qu'on lui invente le mythe d'un pays d'où on ne revient jamais mais où il fait bon être et demeurer pour l'éternité, ce sacro saint mythe que tous les parents livrent à leurs enfants lorsque leur grand père ou leur arrière grand mère vient de mourir. Il n'en avait pas eu besoin, parce qu'il avait grandi avec l'image de ce père parti trop tôt, et qu'il lui était inconcevable de penser que Kélian n'avait pas souffert, lui qui avait été tout de même tuer de plusieurs balles. Il avait tellement peur que sa mère ne décide elle aussi de le quitter, surtout toutes ces fois où il n'avait pas été un petit garçon et un fils idéals. Elle le sermonnait, bien sûr, parce que c'était mérité, parce que c'était ça, d'être de mère, de savoir punir et dire à son enfant que l'on était mécontent de lui, qu'il nous avait fait de la peine et que l'on ne voulait surtout pas qu'il recommence. Elle lui disait aussi qu'avoir du sang italien dans les veines n'était pas l'excuse suprême à ressortir à chaque fois, sans jamais sourciller, sans jamais chercher à faire pénitence et sans jamais se lasser. Elle aussi en avait, elle aussi avait des coups de sang, ne réagissait pas toujours comme il le valait, mais elle savait se contrôler. Elle lui pardonnait, non sans ne pas tout à fait passer l'éponge : après tout, à cette époque là, il n'était encore qu'un enfant et n'avait pas encore saisi tous les concepts de la vie. Mais cet enfant avait bien grandi, et l'adulte qu'il était devenu tombait il était vrai un peu trop facilement dans ses vices passés. Et s'il n'y avait plus de Chiara pour le raisonner, lui passer un savon bien mérité et le remettre dans le droit chemin, maintenant, il y avait Maëlys, Lou', ses amis, et tous ceux qui le connaissaient pour réagir et lui faire comprendre que, sérieusement, il devrait arrêter d'agir et de réagir ainsi en bien des occasions, parce que c'était tout bonnement inapproprié. Cependant, un bref instant, sans réellement s'en rendre compte, il avait regardé en direction de Lou et de Sam, et peut être le faisait-il depuis le début, il n'en avait pas la moindre idée, perdu dans ses divagations mentales et intérieures. Son regard croisa celui de Lou, et, instinctivement, il le soutint, comme pour laisser sa cousine y puiser quoi que ce soit, tout ce qu'elle avait besoin et dont elle manquait. Et puis, finalement, Lou reposa son regard vers Sam, et Jack' détourna le sien, plus loin, vers rien en particulier.

    Ses pensées dérivèrent sur Jude, qui devait bien être dans les parages, et qui ne lui avait pas encore sauté au cou pour lui coller un baiser collant de ce qu'elle était en train de manger, avant de le serrer de toutes ces petites forces dans ces tous petits bras. Elle n'était sûrement pas seule, et cette pensée rassura le jeune homme. Si les gens qui étaient ici étaient tous des connaissances, à défaut d'être tous des amis, il était obligé qu'ils connaissent Jude, parce qu'elle était la raison de vivre du jeune homme, et que sa vie tournait autour d'elle, entre autres. Alors, il était évident que si l'un d'entre eux la voyait trottiner seule, où que ce soit, ils n'allaient pas la laisser continuer son périple solitaire, et allaient engager la conversation, et se livrer à tous les jeux qu'elle pouvait vouloir leur faire faire. Et dire qu'elle était hier encore ce tout petit bébé qu'il tenait dans ses bras ... Le temps passait vite, trop vite, mais il se félicitait tout de même d'avoir réussi à faire d'elle ce qu'elle était aujourd'hui, et de ne pas être l'un de ces pères qui n'avaient pas vu leur fille grandir. Lui l'avait vu grandir, bien sûr, mais c'était dur d'accepter ces changements. Demain, elle quitterait le nid, et il avait bien peur de ce qu'il deviendrait. Mais Grace était revenue, et il espérait bien que ce ne serait pas pour repartir en coup de vent aussitôt après, le laissant seul, et un peu désorienté, comme la dernière fois. Et il y avait Alice, qui s'appelait maintenant Ayaëlle, et qui prévoyait des lendemains bien sombres. Un bébé, dans un monde comme celui là ? C'était une idée dure à accepter, mais après tout, cela semblait être ainsi depuis toujours. Jack' avait réussi à élever sa fille sans qu'il ne lui arrive quoi que ce soit, Lou n'était pas une fille niaise et pas débrouillarde, elle réussirait elle aussi. Bien sûr, le jeune homme ignorait que tous les deux étaient bien plus concernés par tout ça que lui, mais après tout, n'était ce pas mieux ainsi ? Il avait déjà bien des cas de conscience durs et complexes pour avoir à les renforcer niveau balisage et questionnement ! Et une fois de plus, il fut tiré de ses pensées par un regard, celui de Sam cette fois ci, un regard nettement différent de celui de Lou de tout à l'heure. Et ce que le jeune homme crut y comprendre n'était pas réellement pour l'enchanter, surtout qu'après l'avoir soutenu, il vit Sam prendre la direction de la sortie. Aussitôt, son regard se posa sur Lou, et ses jambes le portèrent vers elle, sans qu'il n'ai l'impression de leur en avoir donné l'ordre. Il se mettait déjà à réfléchir à ce qu'il pourrait bien lui dire, en voulant bien sûr éviter de se ramasser une paire de gifles bien senties de la part de sa cousine. C'est qu'il ne fallait jamais chercher une femme enceinte, et le moindre mot pouvait donner lieu à une crise de nerfs de femme enceinte.

    Et voilà que les deux « amoureux », si on pouvait qualifier de la sorte la paire que formaient Sam et Lou, prenaient ses distances d'avec lui, allant s'installer plus là, un peu à l'écart. Jack' se doutait évidemment qu'à un moment ou à un autre, sa cousine voudrait se poser un peu, parce que c'était ainsi lorsqu'on était enceinte, on fatiguait un peu plus vite que les autres. Déjà que rester planté comme un piquet lorsque l'on était en parfaite santé était crevant, imaginez ce que l'on pouvait ressentir lorsque l'on attendait un enfant ! Il ne chercha pas à les suivre, parce qu'ils avaient droit à leur intimité, parce qu'il n'en avait de toute façon pas envie, et qu'il ne désirait pas abuser de leur patience, histoire de ne pas lancer un conflit ouvert avec un Sam qui ne moquait ni de mordant ni de verve et un Lou qui était bourrée d'hormones et irritable à souhait. Alors, il resta là, debout, seul, droit comme un piquet enfoncé dans la terre de toutes ces fermes américaines, délimitant la parcelle des champs entre propriétaires voisins. Et il réalisa qu'après tout, c'était sa place. Ici, et pas ailleurs, seul mais entouré de tout un tas de monde. Cela n'avait pas toujours été ainsi, avant, il y avait sa mère, et même lorsque tous les deux étaient éloignés de plusieurs miles -parce qu'on parle en mile aux USA et que la joueuse veut rester dans le ton- ils sentaient toujours ce lien qui les unissait, et que celui ci était sans doute encore plus fort et vibrant que lorsqu'ils étaient côtes à côtes. Et puis Chiara était partie, elle aussi, pour ce fameux pays dont on ne revient pas, comme l'auraient dit tous ces psy et spécialistes de l'enfance qui cherchent à tout pris à vous faire avaler des couleuvres et à faire que la pilule passe le mieux possible, ce pays auquel Jack' n'avait jamais cru. Et depuis lors, tout était différent, sans cesse différent. Elle était celle qui le comprenait le mieux, et désormais, il devait se satisfaire des liens qu'il pouvait avoir avec les autres. Il s'y était fait, à la longue, et ne cherchait plus à retrouver un tel lien, partisan de cette maxime qui disait que ce qui était perdu l'était pour toujours et à jamais. C'était ainsi, sa vie, c'était d'être entouré de tout un tas de personnes avec qui il s'entendait plus ou moins bien, avec qui il avait plus ou moins un certain nombre d'interactions, mais sans jamais être totalement oublieux du fait que, dans le fond, l'être humain était toujours seul, et surtout grand adepte de la préservation des apparences. Tant que les apparences étaient sauves, tout allait bien : cela fonctionnait un peu trop souvent de la sorte au goût du jeune homme, mais il semblait que c'était ainsi depuis toujours, et, tout seul, il n'allait pas se mettre à vouloir révolutionner les choses, il ne s'en sentait ni l'envie ni le courage. Alors, il restait là, au milieu d'une pièce remplie de gens censés venir fêter ses 26 ans avec lui, à songer à tout un tas de choses, à penser, à refaire mentalement sa vie, sans ouvrir la bouche. A qui aurait-il parler sur le moment présent ? Au vide ? Pour passer pour un cinglé, il n'y avait rien de mieux ...

    « Lou ? Je ... Qu'est ce que ... Où il va ? Qu'est ce qui s'est passé ? Est ce que ... Tu veux que ... Je suis là, et, promis, t'as le droit de réagir comme tu le souhaites et de me dire ce que tu veux, même si ça finit par un bon savon et une joue rougie ... »

    Spoiler:
     
Revenir en haut Aller en bas
http://in-nomine-mens.bbactif.com

Louisa Delacroix


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Megalyn
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Zooey Deschanel
✾ MES CRÉDITS : Megalyn & Shiya
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 13/07/2009
✾ MES MESSAGES : 999

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Infirmière


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: [event n.2] Un... tout sauf joyeux anniversaire ? - PV. Jackson&Louisa&Sam   Sam 12 Juin - 5:47

    Lou regarda Sam s’installer à ses côtés. Au moins il ne fuyait pas. On pouvait presque considérer sa réaction comme une bonne chose. Presque. Elle voulait encore pouvoir croire que tout irait bien, que Sam comprendrait que tout ne reposait pas sur ses épaules, qu’il devait aussi penser à elle et à ce bébé, son fils, qui aurait besoin d’un père. Car tous deux savaient ce qu’était la vie sans ses parents. Et elle se refusait à infliger ça à son enfant.
    Mais ce n’était visiblement pas l’avis de Sam. Lui était intimement persuadé qu’il devait arrêter ce qu’il avait, sans le vouloir, contribuer à créer. Quitte à l’abandonner. Quitte à y laisser la vie. Elle s’était préparée à ses mots. Ce n’était pas comme s’il ne s’était pas déjà comporté de la sorte. Mais les entendre, là, assise sur cette chaise, rendait tout plus réel. Trop réel. Trop douloureux. Elle ne voulait plus souffrir, mais c’était trop tard. Bien trop tard. Le jour où elle avait rencontré Sam, où elle avait trouvé ce chasseur différent des autres, à sa manière, il avait été trop tard.
    Elle ne trouva rien à dire. Que pouvait elle rajouter aux douloureuses phrases du jeune homme ? Il avait choisi. Sauver le monde plutôt qu’être un père. Sauver le monde plutôt qu’elle. En sachant pertinemment qu’il avait peu de chances de réussir.
    Lou ne le regarda pas partir, se rendant à peine compte qu’il l’avait embrassée. A quoi bon, de toute manière. Les yeux baissés, elle fixait ses mains jointes sur ses genoux, ne voulant même plus regarder son ventre tout juste rond. Elle n’était plus sûre de rien, et même plus de vouloir de ce bébé. Elle soupira. Peut être n’aurait elle jamais du revoir Sam après cette nuit chez elle. L’oublier, comme elle l’avait si souvent fait avec tous les autres hommes qui avaient croisé sa route.

    La voix de Jackson la fit sursauter. Elle ne l’avait ni entendu ni vu arriver. Elle se décida à relever la tête, croisant le regard inquiet de son cousin, et se refusant à regarder vers la porte, se refusant à croire que Sam n’était pas parti et que, peut être, elle pourrait encore le faire changer d’avis.
    Son cousin s’était assis près d’elle, aussi, à défaut de pouvoir se blottir contre lui, Lou lui prit la main, sans pour autant sentir une quelconque consolation dans ce geste. Jack l’avait cherchée, alors qu’elle ignorait jusqu’à l’existence d’une quelconque famille en dehors de ses défunts parents. Il était bien le seul qui ne l’abandonnerait jamais. Alors pourquoi le frapperait-elle alors qu’il tentait simplement de lui remonter le moral ?

    « Il est parti, ça n’a plus d’importance. » murmura t’elle plus pour elle-même que pour Jack. « J’ai tout essayé, rien n’y a fait. Sam et moi n’étions pas faits pour être ensemble, même s’il restera probablement le seul homme qui ait réellement compté dans ma vie, en dehors de toi. Et pas uniquement parce que c’est le père de mon fils. » Elle serra plus fort la main de son cousin. « Ne lui en veux pas. Il ne le fait pas par égoïsme. Bien au contraire. Il y a tellement de choses que tu ignores et dont je ne pourrais jamais te parler. »

    Lou lâcha la main de Jack, déposant un baiser sur sa joue avant de se lever. C'est alors qu'elle le vit. Sam n'était pas parti. Il était là, devant la porte, à regarder Lou parler avec son cousin. Au fond, peut être qu'il n'était pas aussi déterminé dans son choix radical que Lou ne le pensait. La jeune femme avait toujours autant envie de se blottir contre Sam, mais elle avait terriblement peur qu'il l'en empêche, qu'il la repousse en lui disant qu'il ne fallait pas, qu'il s'en allait et qu'elle devait l'oublier.
    Elle lança un dernier regard à Jack, puisant dans les prunelles noisette tout le courage qui lui manquait, et se dirigea lentement vers Sam, priant un dieu auquel elle ne croyait pas et n'avait jamais cru pour que le jeune homme ne parte pas...

_________________
    VICTOR HUGO DEMAIN DES L'AUBE Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe, ni les voiles au loin descendant vers Harfleur, et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur
Revenir en haut Aller en bas

Sam Winchester


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : MARY-W.
✾ MA CÉLÉBRITÉ : J.Padalecki
✾ MES CRÉDITS : Dodixe
✾ MON MOI² : Zadkiel
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 11/07/2009
✾ MES MESSAGES : 45276

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 28 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Chasseur


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: [event n.2] Un... tout sauf joyeux anniversaire ? - PV. Jackson&Louisa&Sam   Jeu 22 Juil - 4:33

    Pourquoi est-ce qu’il restait là, incapable de bouger, de franchir cette porte comme seul et unique signe qu’il se décidait enfin à passer à autre chose… Perdu dans ses pensées, dans des questions constantes qui lui dévoraient l’esprit, il ne savait même pas où aller, ni même quelle décision pouvait être la meilleure à prendre à l’instant. Il n’avait pas le droit de demander à Louisa de se sacrifier constamment pour lui, il n’avait pas le droit de la laisser dans cette attente sans fin alors qu’il hésitait, qu’il oscillait d’un côté ou de l’autre, d’une décision à l’autre, insatiable, incapable d’être satisfait par quelque choix qu’il faisait. Réprimant un soupir, il s’était arrêté devant cette porte, la fixant l’espace de quelques instants, comme plongé dans une subite admiration de celle-ci… il faut dire, les portes c’est toujours une merveille d’architecture à observer et à détailler sans modération, n’est-ce pas ? Et puis peu à peu, son regard glissa, incapable de se fixer sur un point précis, se posant finalement sur le sol, ou dans le vague près du sol alors qu’il sentait sa mâchoire se crisper tout comme son esprit tout entier se serrait soudainement, pris dans un étau glacial qui lui bouffaient complètement toutes les pensées. Comme si son cerveau avait été vidé de toute sa substance, comme si ses jambes ne voulaient plus obéir au reste, il était là, immobile, bien pathétique à être plongé dans ses pensées, déchiré par celles-ci alors que les choses auraient pu être bien plus simples, alors qu’elle semblaient bien l’être pour Dean qui ne se posait pas autant de question quand il s’agissait de s’interroger sur Jaelyn et sur bien fondé de la relation qu’ils avaient ensemble. Réprimant un soupir, il se décida, s’attardant et se risquant quand même à attarder un nouveau regard en direction de Louisa, dans une imprudence qu’il ne remarqua que lorsque son regard tomba sur le sien, glacial et doux à la fois. Il aurait du partir et c’est ce qu’il devrait faire encore, c’était sans doute la meilleure chose à faire pour elle comme pour lui, et pour leur bébé. C’est ce dont il essayait de se persuader, c’est ce que sa raison ne cessait de répéter à son être tout entier alors que ces deux parts si différentes de lui se déchiraient peu à peu pour se livrer à un duel qu’aucun des deux ne parvenait à remporter définitivement. Le sang de démon, les chasses, les démons à leurs trousses, l’Apocalypse, tant de facteurs qui entraient en leur défaveur, qui en auraient fait fuir plus d’une et pourtant, elle était toujours là… et pourtant, il en gardait encore des secrets, des voiles de doute dans ses silences constants, dans les quelques expressions qui traversaient les traits de son visage quand il se perdait à réfléchir, à essayer de comprendre, d’expliquer. Une subite envie de fuir lui dévora les tripes alors qu’elle se relevait, qu’il se sentait le besoin de ne pas replonger dans ce cercle vicieux, de marquer un point final à toute cette histoire, au risque de la faire souffrir et de souffrir aussi malgré les apparences et malgré l’étrange sang qui battait dans ses veines. Réprimant un soupir, il eut un léger froncement des sourcils, alors que ses jambes n’étaient toujours pas décidées à obéir à sa raison, écoutant plus ce palpitant qui suivait toujours cette course folle malgré les apparences qui ne laissaient rien trahir.

    Il ne savait pas quoi faire, incapable de trouver la bonne chose à faire, le bon acte à accomplir pour ne pas risquer de perdre tous les efforts qu’il avait pu faire, pour ne pas risquer de réduire à néant chacun des choix qu’il avait pu faire… Il la laissa pourtant s’approcher, se décidant à avoir un léger sourire alors qu’il soutenait son regard, sans doute qu’il voulait encore utiliser le peu d’humanité qui semblait lui rester à l’instant précis alors qu’il abandonnait la vie qu’il aurait pu avoir pour se plonger dans le combat de toute sa vie, la lutte constante qui n’avait pas été la sienne au départ mais qui le devenait peu à peu, de plus en plus alors qu’il s’enlisait et qu’il se retrouvait finalement incapable d’en échapper. S’approchant d’elle également, il finit par baisser le regard, ignorant totalement les gens qui leur lançaient des regards en biais comme s’il se jouait devant eux une scène de mélodrame… mais tant pis, peu importait au final. Dans un geste doux et presque imperceptible, il finit par lui prendre la main, caressant doucement sa paume du bout des doigts avant de relever le regard vers elle, détaillant ses prunelles l’espace de quelques secondes avant d’avoir un léger soupir alors qu’il quittait à nouveau son regard, comme s’il ne voulait pas prendre trop de temps pour s’y perdre avec trop d’intensité au point d’être incapable de s’en détacher à nouveau. C’était étrange la façon dont s’étaient déroulées les choses entre eux… il lui avait dit de ne pas s’attacher à lui, elle ne l’avait pas écouté et voilà où ils en étaient à présent, liés non plus que par des sentiments mais aussi un enfant qui était le leur et qui naîtrait dans ce monde déchiré et torturé. Il ne savait pas encore quelle vie il pourrait donner à son fils, mais au fond, il savait que s’il abandonnait pour rester avec Louisa, il ne tirerait aucun mérite de ce qu’il traversait depuis des années, si ce n’est une succession d’erreurs, d’échecs qui avaient provoqué ce qu’il n’aurait même pas eu la force d’affronter et ce qui aurait causé la mort d’autres alors que lui aurait survécu rien que par lâcheté, parce qu’il s’était décidé à aller voir ailleurs si la vie était plus belle. Il avait envie de pouvoir la serrer dans ses bras, si ce n’est une dernière fois avant de prendre une quelconque décision concrète alors qu’encore une fois, il avait faibli ici au dernier moment. Esquissant un léger sourire, il finit par passer son autre main sur sa joue, frôlant sa peau l’espace de quelques instants avant d’aller replacer une mèche de ses cheveux noirs derrière son oreille, forçant encore un peu son sourire qui se voulait presque réconfortant et doux : « J’suis… désolé pour tout ça… » Il baissa à nouveau le regard, esquissant un léger sourire à la limite du ricanement alors qu’au final, les attentions s’étaient détournées d’eux, ce qui n’était pas vraiment une mauvaise chose au final : « Après tout, j’croyais bien te l’avoir dit… j’suis pas le genre de personne à qui il faille vraiment s’attacher… » Relevant ses yeux vers ceux de Louisa, il caressa à nouveau sa joue, lâchant sa main pour passer son autre paume sur la joue de la jeune femme, toujours avec cette même douceur qui était presque méconnue et étrange chez lui. C’est fou comme il pouvait être un instant doux et posé et comme l’instant d’après il pouvait être instable et incontrôlable. Il était fatigué d’être déchiré entre ses choix, de ne plus savoir quoi faire sans douter… Il ne doutait pas de l’attachement intense qui le liait à Louisa, non, il doutait bien plus du bien fondé de cet attachement, pour elle comme pour lui… et quand bien même, quand sa raison lui disait de tout stopper avant qu’il le soit trop tard et qu’il perde totalement pieds, il doutait encore de ce que cette décision pouvait avoir de bien dans sa vie… il vivait ici les derniers mois, peut-être les dernières années de sa vie et pourtant, chacun de ses doutes ne lui permettait pas de savoir faire la part des choses pour en profiter un tant soit peu… encore une forme de malédiction qui était sienne, une douleur que personne ne pouvait sans doute comprendre ou partager, la sienne à lui et lui seul, dans cette extrême solitude qu’il essayait de plus en plus de construire sans pour autant y parvenir comme il l’aurait voulu.

_________________

winchesters say "hi" - i wake up every evening with a big smile on my face, and it never feels out of place. and you're still probably working at a nine to five pace, i wonder how bad that tastes. when you see my face hope it gives you hell, hope it gives you hell. when you walk my way hope it gives you hell, hope it gives you hell. now where's your picket fence love ? and where's that shiny car ? you never seemed so tense love and never seen you fall so hard. VOTEZ POUR NOUS ♥
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: [event n.2] Un... tout sauf joyeux anniversaire ? - PV. Jackson&Louisa&Sam   Aujourd'hui à 7:31

Revenir en haut Aller en bas
 

[event n.2] Un... tout sauf joyeux anniversaire ? - PV. Jackson&Louisa&Sam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» joyeux anniversaire emmeraude
» Joyeux ANNIversaire mon coeur adoré...
» Joyeux anniversaire Chacha
» Joyeux Anniversaire Poucelinette
» JOYEUX ANNIVERSAIRE KAMM'
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SYMPATHY FOR THE DEVIL ◈ BEDTIMES STORIES :: SAY GOODBYE TO THE WORLD :: archives :: RPG :: SFTD 1 - Les archives :: Ellington ; Missouri :: Les restaurants :: Le Chierazza Della Speranza-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit | Art, Culture et Loisirs | Supernatural