Dean Winchester ?! NO WAY |with dean|*



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Facebook  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Dean Winchester ?! NO WAY |with dean|*

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
avatar

Jaelyn N. Miller


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Dodixe
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Leighton Meester
✾ MES CRÉDITS : Dodixe & LJ
✾ MON MOI² : None
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 18/07/2009
✾ MES MESSAGES : 1192

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 26 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Serveuse & Chasseuse


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Dean Winchester ?! NO WAY |with dean|*   Jeu 23 Juil - 7:14


C'est l'incertitude qui nous charme.
Tout devient merveilleux dans la brume.
[Oscar Wilde]



    « Dean Winchester… »

    Dean Winchester… Une connaissance ? On pouvait dire ! Plutôt un emmerdeur de service sexy et au vocabulaire pas très recherché ! Niveau drague, il n’était pas le meilleur, ni le pire d’ailleurs mais Jaelyn avait vus mieux dans sa vie, beaucoup mieux même ! Elle avait vus défilé pas mal de mec dans le bar où elle bossait, tous les jours elle en voyait passer, défiler. Ils étaient tellement… prévisibles ! C’était toujours la même chose avec eux : ils entraient d’un air décidé dans le bar, s’arrêtaient quelques secondes histoire de toiser la salle, de voir l’ambiance, de remonter leur braguette ou de simplement chercher une belle proie. De là, ils s’approchaient le plus souvent du bar avec cette démarche masculine et virile qui disait clairement : « Je suis le mâle, regardes-moi femelle ! ». C’était souvent ce moment là qui faisait le plus rire Jaelyn, parce que, quoi qu’il fasse, ce mec avait l’air d’un ridicule qu’il avait toujours le chic pour la faire pouffer dix minutes, le temps qu’il soit dans le bar en tout cas. Le dragueur s’essayait alors au bar, ou pas d’ailleurs ! Non, des fois le dragueur n’avait pas vraiment envie de poser ses fesses sur de la mousses, trop confortable, il préférait faire le rebelle deux minutes et rester debout, adossé au bar. Souvent, les hommes se tournaient vers elle avec un petit sourire charmeur et un regard très explicite et lui commandaient une bonne bière, elle souriait parce qu’il fallait bien mais rigolait intérieurement. Ils avaient beau être jeunes, vieux, grands, petits, bruns ou blonds, ils ne l’intéressaient pas plus que ça ! Si elle finissait la nuit avec l’un d’eux, s’était seulement parce que pendant le service, elle en avait profité pour se faire quelques verres et qu’elle ne tenait plus debout, rien de plus. Elle n’aimait pas ce genre d’homme qui ne voulait que de vous le corps et non l’âme. Elle préférait cent fois les utiliser comme « Boy Toy » et les jeter pour son bon plaisir et puis après, plus de nouvelles, elle partait comme une voleuse. Et si ils se croisaient dans la rue un beau jour ? Un joli sourire et un déhanché magnifique et puis s’en vont vite, très vite. Oui, Jaelyn n’aimait pas revoir des aventures d’un soir comme ça, dans la rue, que pouvait-elle bien dire ?! « Salut ! Tu te souviens de moi ?! On a baisés ensembles Jeudi dernier ! ». Non, c’était beaucoup trop malpoli ! Alors la belle blonde, par peur de représailles, partait rapidement, sans se faire voir, elle passait son tour et préférait largement passer sans se faire voir, se cacher derrière ses longs cheveux blonds qui pouvaient très bien la trahir, après tout, mais au moins elle aurait essayé, s’était déjà ça !

    C’est donc surentraînée à la tâche ardue d’envoyer bouler les Don Juan amateurs que Jaelyn était arrivée ce soir pour son service. Elle arriva devant le bar quelques minutes seulement avant son service, écouteurs vissés aux oreilles. Si on l’écoutait attentivement, on pouvait l’entendre chanter. Elle chantait tout le temps lorsqu’elle avait son MP3 en marche, elle en était obligée, comme pour se purger. Aujourd’hui elle écoutait « Waking Up In Vegas » de Katy Perry et chantonnait avec entrain le refrain alors qu’elle ouvrait de la main droite la porte d’entrée de service et déposa son manteau dans les vestiaires. Elle baissa les yeux vers sa tenue : un chemisier à carreaux, un jean brut un peu abîmé après tant d’années et des escarpins noires, seule fantaisie qu’elle s’accordait lorsqu’elle était en service. Elle attacha ses longs cheveux blonds en une queue de cheval haute et se dirigea vers le bar pour commencer son service. La belle blonde observa la salle, il n’y avait que des habitués, pour une fois il n’y avait pas ce fameux Dean, qui était souvent là lorsqu’elle bossait. Dean… Il était un peu maladroit et énervant, mais il était aussi drôle et attachant. Il était vraiment spécial, vraiment. Elle se mordit la lèvre inférieure en se retournant pour se servir un verre de Vodka pure. Elle était un peu dans l’optique de se bourrer un peu la gueule pendant le boulot, s’était plus facile pour répondre aux demandes pas très catholiques des mecs qui venaient la draguer. La belle blonde porta le verre à ses lèvres et compta jusqu’à trois avant de l’avaler cul sec et de grimacer. Elle faisait tout le temps ça et elle n’arrivait jamais à rester impassible lorsque l’alcool fort coulait contre sa langue mais ça la boostait, alors elle se faisait plusieurs verres dans une nuit pour tenir le coup. Elle se retourna et se remit à chantonner, attendant qu’on vienne la voir pour qu’elle fasse son boulot, après tout, elle n’allait pas monter sur le comptoir pour faire un streap-tease et se mettre à danser devant tout le monde seulement parce qu’elle n’avait rien à faire ! Et puis quoi encore ?! Non, décidément, Jaelyn n’allait pas venir faire son show devant tout le monde… sauf si elle était ivre…


    « Don't be a baby
    Remember what you told me
    Shut up and put your money where your mouth is
    That's what you get for waking up in Vegas
    Get up and shake the glitter off your clothes, now
    That's what you get for waking up in Vegas »

_________________

    ✔️ Sexyness is my second name...


Dernière édition par Jaelyn N. Miller le Mar 28 Juil - 21:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dean Winchester


SFTD ADMIN ◈ queen of everything, kiss my feet


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Sweet Poison
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Jensen Ackles
✾ MES CRÉDITS : Dodixe
✾ MON MOI² : Pepper J. Sparrow & Jillian N. Beckenridge.
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 10/07/2009
✾ MES MESSAGES : 2894

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 32 ans
✾ STATUT SOCIAL : célibataire
✾ SON EMPLOI : chasseur


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: Dean Winchester ?! NO WAY |with dean|*   Sam 25 Juil - 2:24

    C'est une nouvelle journée qui venait de se terminer, une journée laissant place à une soirée, rien de plus agréable que de voir le jour tomber, un soulagement quand vous vous dite que vous allez enfin profiter de votre temps, c'était comme ça que je voyais les choses, laisser tomber ses interminables recherches, oublier qu'on ne trouve rien, pour allez boire pis dormir, au moins quand on dort on ne se prend pas la tête avec ses histoires d'apocalypse insensées qui nous prend la tête jour après jour. C'était tellement démoralisant d'être là, dans cette ville pourries qui ne semblait avoir aucun intérêt, cette ville dans laquelle on aurait jamais mit les pieds volontairement tant elle était à la fois introuvable et dénuée de tout intérêt, les habitants y était ennuyeux, ils passaient leurs temps à parler de Dieu, l'église semblait être la seule chose importante de la ville. Quand on avait le malheur de leur avouer qu'on ne croyait pas en Dieu il nous regardait automatiquement avec cet air indigné, alors je n'ai jamais oser leur dire que Dieu était un gros crétin ! Même les femmes de cette ville me semblait compliquée, en même temps dans une ville où le Seigneur est maître, pas de sexe avant le mariage ! Ce qui est carrément absurde, comment voulez vous que les visiteurs restent s'il ne peuvent pas trouver ne serait-ce qu'un petit truc pour leur faire appréciait la ville, depuis mon arrivée ici, j'avais trouvé des femmes intéressantes, les trois quarts étant elle aussi de simples touristes, c'était carrément chiant, la ville la plus ennuyeuse de la planète. J'aurais tant aimé pouvoir la quitter, mais Sam n'était pas décidé à tenter sa chance essayé de partir pour voir ce qui en résulterait, d'après notre théorie longuement réfléchie les démons voulaient obligés les gens à rester dans la ville, c'est pourquoi quiconque tenterait de quitter la ville viendrait à disparaître mystérieusement comme ce fut le cas avec la famille Banhart et la famille Gordon, nous ne savions pas encore pourquoi, nous ignorions aussi s'ils étaient vivant ou non, mais nous avions déjà un départ, ce n'était pas mal vu le temps qu'on avait passé en ville.

    Ce soir, j'avais décidé de tirer momentanément un trait sur cette histoire, me changé les idées de la même façon que je l'avait fait chaque soir à notre arrivée en ville, quand Sam et moi ne nous parlions plus, chaque soir j'allais au bar, pour oublier la tension qui régnait dans notre chambre d'hôtel. Cette tension s'était dissipée, ne laissant désormais que les doutes entre nous, une relations fraternelle basée sur le doute, ce n'est pas forcément une bonne chose, mais c'est mieux qu'une relation fraternelle basée sur les engueulades et les coups. Quoi qu'il en soit, ce soir là j'avais pris ma chevrolet pour me rendre jusqu'au bar, en espérant que cette fois je ne serait pas trop bourré pour prendre le volant et rentré jusqu'à la chambre d'hôtel, au pire j'appellerais Sam, aussi tard soit il, pour qu'il vienne me chercher, comme nous étions réconcilier, il gueulera juste un peu, mais il viendra à mon secours, comme toujours, je le connaissais bien le petit Sammy. Il ne me laisserai jamais dans la merde, même si ma merde n'avait rien à voir avec les démons, mais plutôt avec les effets néfastes de l'alcool, pas si néfaste que ça d'ailleurs, ils provoquent une euphorie en vous quand vous êtes totalement démoralisé, il vous permet d'oublier, même temporairement, vos ennuis, alors moi je dis que même si l'abus d'alcool nuit gravement à la santé, il y a des moments où ça fait vraiment du bien.

    Mais assez blablaté, me voilà au bar de la petite ville d'Ellington, je gare ma voiture sur le parking avant de me rendre à l'intérieur de la petite bâtisse, pour une petite ville pleine de super chrétiens, à chaque fois que je passe au bar, je me fais la réflexion suivante : c'est fou comme il y a du monde dans ce bar ! Même les pro-Dieu pouvait être tenter par le péché que représentait l'alcool, il me faisait bien rire tout ces gens avec leur morale à la con qu'ils n'étaient même pas fichus de respecter eux même ! Je ne suis pas sûr que leur Dieu qu'ils vénèrent tant ait un jour dit « Vas y mon pote va au bar tout les soir pour boire jusqu'à t'en exploser le foi ! » en même temps, je dis ça mais je n'ai jamais lu la bible ! En attendant je trouve que beaucoup des habitués de ce bar sont des gens qui m'ont dit quand je les aient interrogés, qu'ils croyaient en Dieu dur comme fer ! Ils étaient pathétiques tout ces gens. Plus les jours passaient, plus j'avais l'impression que j'avais de bonnes raison de détester cette ville et ces habitants. Je n'avait qu'une hâte, c'était de me barrer d'ici, seulement, ce n'était pas demain la veille ! Nous avions la fin du monde à stopper ! Des milliards de personne à sauver et une seule à éliminer : Lucifer. Je ne savais pas comment ça allez se passer et j'aimerais pouvoir passer à côté de mon destin, ne pas être celui qui devrait renvoyer Lucifer moisir dans sa cage, j'aurais aimé ne pas être celui qui avait déclenché le mécanisme de son réveil. A chaque fois que cette pensée refaisais surface en moi, je sentais mon morale redescendre plus bas que terre, en dessous, aussi bas que les enfers, les enfers, cet endroit où j'ai passé 40 ans, soit 4 mois sur terre. J'ai souffert la bas, mais j'ai l'impression que le mal qui me ronge aujourd'hui est encore plus douloureux. La culpabilité des choses que j'ai faites volontairement ajoutée à celle que j'ai fait sans savoir, ses images qui me reviennent, suivies des conséquences de ma faiblesse sur le monde mais aussi sur mon frère. Tout ça qui me brise de toute part, je crois que j'ai vraiment besoin d'alcool !

    Je pour m'installer au bar, sur le premier tabouret que je vois, mes sombres pensées toujours présentes, cette envie de me mettre à pleurer comme un gros débile, je n'avais pas envie de craquer au milieu de se bar la honte quand même ! Que Sam ou Bobby me voient en train de chialer ça allait mes ses inconnus, ses jolies filles ? Il en était hors de question ! Alors même si je ne pouvais pas lutter contre ma tête de démoralisé, je pouvais encore lutter contre les larmes, et l'alcool me ferait oublier tout ce qui ne va pas dans ma misérable vie de chasseur. En plus, il y avait ma serveuse préférée ce soir, la magnifique Jaelyn, cette femme sublime qui semblait être insensible à mes charmes, un véritable mur qui se contentait d'être une fille sympa presqu'une amie quand moi j'en attendais plus, comme si elle jouait avec moi pour me faire tourner en bourrique, aussi insaisissable que le vent et pourtant si désirable, j'avais du mal à imaginer que j'étais la seule victime des sa beauté mystérieuse. D'autres hommes devaient être dans mon cas, à venir quasiment tout les soirs et a donner tout ce qu'ils ont pour avoir la chance de l'emmener dans leur lits. Mais elle résistait et pourtant elle n'avait pas l'air de celles qui ne croient qu'au grand amour, toutes ses chrétiennes qui vous disent « pas de sexe avant le mariage », elle était différente des pimbêches débiles qui peuplait en partie la ville, elle était l'une des perles rares de cette ville paumée, et je n'arrivait pas à mettre la main dessus, c'était frustrant, mais je tenterait ma chance se soir comme tout les soirs, ça m'aiderait peut être à oublier autrement qu'avec l'alcool mes sombres pensées.

    « Si ce n'est pas la magnifique Jaelyn que voilà ! Aurais-tu la bonté de me servir un Jet27 s'il te plait ? »

    Rien de tel pour une entrée en matière digne de se nom ! Enfin une entrée en matière digne de moi ! Elle avait l'habitude que je lui parle ainsi, c'est toujours comme ça que je m'adressais à elle quand je la voyais et ce depuis le premier soir où je l'avais vue, sans doute le premier soir où j'étais arrivé en ville, j'avais tout de suite filé au bar pour oublier Sam et sa mauvaise humeur constante que je ne faisais qu'enfoncer avec ma propre mauvaise humeur ! Depuis ce soir là, je venais régulièrement au bar soit pour voir la belle Jaelyn soit pour me bourrer la gueule et oublier mes soucis. Ce soir, j'étais surtout venu pour oublier mes soucis, mais j'avais eu de la chance que la belle Jaelyn soit là elle aussi ! Le hasard fait bien les choses non ?

_________________
UNDERCO.
Revenir en haut Aller en bas
http://sympathyforthedevil.forumactif.com
avatar

Jaelyn N. Miller


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Dodixe
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Leighton Meester
✾ MES CRÉDITS : Dodixe & LJ
✾ MON MOI² : None
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 18/07/2009
✾ MES MESSAGES : 1192

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 26 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Serveuse & Chasseuse


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: Dean Winchester ?! NO WAY |with dean|*   Dim 26 Juil - 7:56


Dès qu'un homme découvre du mystère dans une femme,
il est bien menacé d'en être amoureux.
[François Hertel]
Ou pas...


    Se changer les idées, chercher un moyen de s’évader des contraintes de la vie, s’amuser, respirer, vivre… Aller dans un bar, tard le soir, seul ou accompagné, n’était pas en soit une façon d’oublier ses démons invisibles de la vie, qui essayaient tant bien que mal de nous détruire, de nous pourrir la vie en beauté. Les jeunes venaient en bandes organisée, commandaient des boissons à la mode, buvaient pas mal, comme des trou même, puis devenaient ivres, violents, énervants et très joueurs avec les femmes. Qu’ils aient l’alcool joyeux ou l’alcool moins joyeux, les jeunes étaient la plaie béante dans le système d’Ellington et pour le bar surtout. Les gens de cette ville avaient beau crier sur tout les toits : « Vive Dieu, Jésus et tout le tralala ! », ils n’en étaient pas moins des êtres humains et, même, des personnes avec des désirs, des coups de barres, des coups de blues ou alors des coups de pompe. Chacun se changeait les idées comme il pouvait. Certains dormaient, d’autres allaient danser comme des idiots, seuls. Les derniers venaient boire dans le bar, le soir de préférence, pour oublier femme, contrainte ou alors le boulot. Ils faisaient le vide de tout, s’amusaient, buvaient, oubliaient, profitaient… Ce genre d’attitude chez les gens avait toujours intrigué Jaelyn. Vraiment. Elle n’avait jamais ressentit le besoin de se laisser entièrement aller dans la consommation d’alcool, comme si ils en avaient besoin, comme si picoler était un besoin vital pour eux, comme si ils allaient mourir sans. Jaelyn ne comprenait pas, alors elle observait. De son bar, elle servait les gens, elle leur parlait, elle les écoutait raconter leurs petites aventures, leurs histoires, elle écoutait et elle essayait de se mettre à leur place. Elle essayait de comprendre pourquoi ils avaient besoin de boire pour faire passer cette déprime et toutes ces histoires le plus souvent à dormir debout. Elle avait essayé plusieurs fois de picoler pour oublier mais elle devenait le plus souvent incontrôlable et, de surcroît, n’oubliait en aucun cas ce pourquoi elle était venue boire ! Ses tests étaient des échecs cuisants et, en plus, elle se réveillait le plus souvent avec un homme des plus inconnus, des plus beau aussi, des plus séduisant et des plus intéressant. Ne l’oublions pas, Jaelyn avait bon goût, même ivre morte à danser sur les comptoirs et rigoler parce qu’elle avait entendu le mot « chips » et manquait de tomber à chaque pas. Voir Jaelyn Norah Miller était très intéressant, très gratifiant mais surtout très hilarant. Elle parlait le plus souvent de sexe, de ses expériences complètements folles, de sa vie de gosse de riche ou encore, draguait tout ce qui bougeait. Elle était un genre de Dean Winchester féminin lorsqu’elle était ivre, elle n’était pas fière de cette appellation mais s’en contentait, au moins elle était quelque chose de définissable parmi la race humaine. Sinon, elle aurait eu quelques problèmes de compréhension et, ivre, elle aurait pu se mettre à se battre d’une façon tout à fait adorable. Elle donnait des petits coups dans l’épaule, bien sentis, à vous démettre l’épaule même ! La belle blonde était une dominante. On la cherchait, elle répliquait, puis finissait le plus souvent aux mains ! Elle n’aimait pas qu’on l’insulte, elle détestait, elle s’énervait souvent pour un rien et était impulsive, un gros défaut pour les gens qui s’énervent vite. La belle blonde était donc une impulsive qui pouvait partir dans ses délires toute seule, pouvait s’énerver pour un rien comme partir pour un footing à deux heures du matin parce qu’elle se disait que ce serait marrant de courir à cette heure-ci, pensant qu’il ne devait y avoir personne qui puisse avoir la même idée qu’elle. En tout cas elle avait raison, personne n’aurait eut l’idée de courir à deux heures du matin dans le froid et la neige, personne sauf Jaelyn Miller, naturellement ! Il n’y avait qu’une cinglée pour faire ceci et ne pas être complètement ivre morte et c’était bien elle.

    Elle était obligée d’être en décalage avec le monde réelle, elle se le devait parce qu’elle avait toujours vécus dans un monde trop… favorisé, trop superficiel. Elle revenait aux sources à présent, normale, simple, unique. Elle-même. Jaelyn était fondamentalement différente des autres enfants sortis de ce genre de familles. Elle aurait du parler avec un accent bon chic bon genre des plus snobes, elle aurait du marcher comme un top model tout le temps, elle aurait du lever le petit doigt lorsqu’elle buvait son thé, elle aurait du ne pas se faire tatouer, elle aurait du rester à Londres, elle aurait du être la petite fille parfaite à papa et maman, écoutant tous les ordres, ne faisait aucune contestation, ne restant qu’une ombre dans la vie de famille fictive qu’elle se serrait faites, vus que la vraie n’existait que dans ses rêves les plus profonds. Elle n’était pourtant pas tout cela. Elle était Jaelyn. Elle était elle-même et non une image faite pour satisfaire l’ego surdimensionné de sa mère. Elle ne pouvait pas, elle n’en avait pas la force, elle n’en avait pas le courage et, le plus important, elle n’en avait pas l’envie… Ce n’était pas des devoirs ni des obligations, ce n’était que des choix, Jaelyn avait fait celui d’être elle-même et de vivre par ses propres moyens, reniant celui d’être la fille que sa mère avait toujours voulu d’elle et de vivre sous sa tutelle, enchaînée toute sa vie sous la coupe du tirant maternel.

    Ca y est, elle avait trouvé une raison de picoler pour oublier : Parce qu’elle n’en pouvait plus de son passé qui pesait sur elle comme une ombre menaçante, essayant de la happer dans son halo démoniaque alors qu’elle, elle essayait de s’en échapper pour vivre une vie meilleure. La jeune femme s’enfermait dans le boulot pour oublier, dans la chasse pour se défouler, dans l’amitié et les rencontres pour tout changer. Elle s’était décidée à être ouverte à tout le monde, à être agréable et à les écouter, à les comprendre et à leur remonter le moral. Elle aimait beaucoup voir les gens revivre en sa présence, leur petite mine partant lorsque le beau visage de Jaelyn apparaissait, toujours aussi rayonnant qu’à l’accoutumée. Elle aimait qu’on la surnomme « bouffée d’air frais », c’était un surnom doux et sonore, elle aimait que les gens se sentent revivre en sa compagnie, qu’ils réapprennent à voir le monde dans le bon sens et non comme s’il n’était que noirceur et désillusions. Elle était souriante, gentille, serviable et cela y faisait beaucoup parce que les gens étaient gentils avec elle et pas seulement les hommes qui pourraient avoir seulement dans l’idée de l’avoir dans leur lit seulement pour une nuit et de partir très vite le lendemain matin, comme à son habitude.

    Ce soir était une bonne soirée. Elle était de bonne humeur, n’avait pas besoin de boire un verre de vodka pour se remettre d’attaque, à part celui qu’elle venait de prendre, et donc allait pouvoir remonter le moral d’une pauvre âme en peine. Elle observa les gens qui entraient et sortaient du bar lorsqu’elle vit la porte s’ouvrir devant Dean Winchester. Elle sourit, amusée, et se mordit la lèvre inférieure. Il était beau, désirable, vraiment. Si elle n’avait pas décidé qu’elle n’allait pas coucher avec, cela ferait bien longtemps qu’elle l’aurait pris entre deux murs et se serait envoyé en l’air juste pour le plaisir. Il s’avança devant elle, avec cette démarche qu’elle connaissait bien puisqu’il venait souvent ici et qu’elle le regardait toujours arrivé parce qu’elle adorait quand il la voyait et lui faisait un petit signe de tête, tout ce qu’il y a de plus adorable, et qu’elle faisait pareil. Elle l’observa alors qu’il s’asseyait, apparemment il ne l’avait toujours pas vus, ce qui risquait de très vite changer car Dean la voyait toujours, la remarquait toujours. Elle ne passait jamais inaperçu aux yeux du jeune homme. Plutôt drôle comme relation qui les liaient mais Jaelyn trouvait tout cela assez drôle, comique et ironique. Elle sourit aux paroles du beau brun. Il l’appelait toujours comme ça lorsqu’il lui adressait la parole, un vrai Don Juan, pourtant elle ne tombait pas dans le panneau, elle n’allait pas coucher avec lui, non, pas maintenant en tout cas ! Elle leva les yeux au ciel et se retourna vers la série de bouteilles et attrapa celle de Jet en haut, se mettant sur la pointe des pieds pour pouvoir l’atteindre. Elle se sentait petite et le regard de Dean la brûlait, surtout au niveau du derrière, bizarrement. Elle ne savait même pas s’il la regardait à cet endroit mais un frisson parcourut son échine à cette pensée idiote. Peu importait si Dean Winchester mâtait ses fesses, elle n’allait pas céder à son manège, non ! Elle se remit face à l’aîné des Winchester et lui sourit en lui servant son verre avant de lui demander avec douceur :

    « Dean Winchester ! Ca faisait longtemps que je ne t’avais pas vus, tu m'avais manqué ! Tu as une petite mine aujourd’hui ? Qu’est-ce qui se passe encore ? J’adore quand tu me parles de toi… »

    Elle lui posa son verre en face du jeune homme et lui sourit doucement en se penchant sur le comptoir et plongeant son regard bleu dans celui vert de Dean. Elle se mordit doucement la lèvre inférieure, décidément, en la présence du chasseur elle éprouvait beaucoup de plaisir, par rapport au fait qu’elle l’appréciait mais pas que pour ses phrases chocs. Elle adorait ce regard émeraude, elle ne l’aurait jamais dit, mais elle l’aimait beaucoup, vraiment. Elle jouait avec ses nerfs, elle le titillait depuis qu’ils se connaissaient, Jaelyn avait toujours réussit à lui donner envie de lui sauter dessus et pourtant elle arrivait en même temps à le tenir à l’écart, elle ne savait pas comment elle faisait ce coup de maître mais elle savait que Dean tenait mais avait du mal à se retenir, c’était sûrement ce qui la faisait le plus jubiler.

_________________

    ✔️ Sexyness is my second name...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dean Winchester


SFTD ADMIN ◈ queen of everything, kiss my feet


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Sweet Poison
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Jensen Ackles
✾ MES CRÉDITS : Dodixe
✾ MON MOI² : Pepper J. Sparrow & Jillian N. Beckenridge.
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 10/07/2009
✾ MES MESSAGES : 2894

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 32 ans
✾ STATUT SOCIAL : célibataire
✾ SON EMPLOI : chasseur


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: Dean Winchester ?! NO WAY |with dean|*   Mar 28 Juil - 3:03

    Jaelyn, un prénom original pour une fille originale, j'avais l'impression que c'était la première fois dans mes 30 années de vie, enfin, 30 ans moins 4 mois, car aussi bizarre que cela puisse paraître, j'étais bel et bien mort pendent 4 mois. Cette pensée me rabattit encore plus le morale, le temps que j'avais passé là bas, en enfer, les choses que j'avais subies, les choses que j'avais faites, les choses que j'avais vue, un tissu d'horreur qui me permettais presque de trouver ça normal que les démons veulent squatter la terre ! Je dirais presque que je ne souhaiterais pas ça, même à mon pire ennemie, mais ça aurait était mal venu de ma part étant donné que je renvoyais mes ennemis les démons pourrir en enfer chaque fois qu'ils se dressaient en travers de ma route. Et je ne m'en sentais pas plus coupable maintenant que j'avais vu à quoi ressemblait l'enfer, c'était un peu contradictoire comme façon de penser, mais bon, j'avais l'habitude de penser de façon contradictoire, c'est sans doute le résultat d'un petit cerveau qui fonctionne plutôt mal. Mais revenons à nos moutons, j'étais là dans ce bar avec toutes ses mauvaises pensées me retournant l'esprit et le cœur, mais le simple fait de voire Jaelyn suffit à me sortir un peu de mes tourments, elle était belle élégante, et apparemment trop petite pour attraper la bouteille de Jet, la voir galérer sur la pointe des pieds pour attraper une malheureuse bouteille me fit sourire, en plus j'avais un gros plan sur ses jolies fesses, malgré les sombres pensées qui envahissaient mon esprit, j'avais l'impression que j'avais de la chance se soir ! Un plan de vue super qui se stoppa malheureusement quand la jolie blonde mit enfin la main sur la bouteille de Jet.

    Je répondis par un sourire à ses belles paroles, même sa voix était sublime, j'avais du mal à croire que de telles pensées traversaient mon esprit, d'habitude quand je rencontrait une femme, je ne remarquait que sa beauté, le reste ne m'intéressais pas, je ne draguais les filles que pour passer une nuit avec elles, après je partais pour ne plus jamais donner de nouvelles, j'étais ce genre de mecs qu'on pouvait traiter d'abruti, de goujat ou de je ne sais quoi d'autres, mais en même temps j'étais un chasseur, je ne pouvais pas avoir une relation normale, une vie de couple, je passais tout mon temps sur les routes à chasser les mauvais esprits, je n'avais aucune raison d'être sûr que je reviendrais en vie et pour couronner le tout, mon boulot ne me rapportait pas d'argent. Non, je n'avais vraiment rien pour moi. Alors je vivais au jour le jour, profitant de mon célibat pour m'envoyer en l'air avec les filles que je draguais dans les bar, jamais je ne m'attachais à elles, jamais je n'avais connu cette connerie que l'on appelle amour et jamais je ne la connaitrais et ce n'étais peut être pas plus mal comme ça après tout c'est le genre de sentiment qui est à double tranchant et un mec comme moi avait tellement de chance de se retrouver du mauvais côté de la lame que je préférais ne pas jouer avec le feu et continuer ma vie de sale type, c'était tellement plus simple comme ça. Je n'avais aucune raison d'aller chercher une vie plus compliqué que la mienne, déjà qu'il fallait l'avouer, ma vie actuelle n'était pas facile tout les jours. Mais il fallait avouer que maintenant que je sentais une nouvelle fois qu'elle touchais à sa fin à cause de cette histoire d'apocalypse, il m'arrivait de me dire que j'avais rater quelque chose d'essentiel, que j'avais laisser passer ce pourquoi la vie était vraiment faites. Mais il suffisait que je me souvienne que j'avais réussis à sauver des vies, à permettre à des gens d'être heureux pour oublier que je n'avais pas eu une vie normale. Il me restait au moins cette sensation de ne pas avoir était inutile, même si peu de gens en était conscient, j'avais servit à quelque chose dans ma vie et je pouvais en être fier, alors l'amour, c'est à oublier, ce n'est pas ça qui sauvera les gens, ce n'est pas ça qui stoppera l'apocalypse. Enfin vous me demanderais sans doute à quoi bon cette réflexion sur le sens de ma vie et sur ce que je n'avais pas eu la chance de connaître, alors je vous répondrais que ça n'a aucun intérêt et que je ne sais absolument plus pourquoi je suis partit là dessus, le cerveau de l'être humain est instable, on se barre dans des pensées pas possible pour pas grand chose, on s'égare on se perd et c'est difficile de retournée sur le droit chemin dans toutes ses routes que nous propose les pensées. Mais bon, moi avec le peu de neurones que je possède, c'est pas difficile de revenir au point de départ, comme quoi ne pas être très intelligent ça à ses avantages ! J'en suis venu à ça parce que je pensais à Jaelyn et se qu'elle dégageait, je n'entend pas par là que je suis amoureux de cette fille, il ne faut rien exagéré, je pense juste que sa part de mystère, sa façon de jouer avec moi, son tempérament m'attire, j'ai envie de savoir ce qu'elle cache vraiment derrière ses mystères, derrière ses secrets, derrière ses jeux, il y avait aussi cette envie de savoir ce qu'elle cachait derrière ses vêtements si vous voyez ce que je veux dire, j'ai toujours en moi ce côté de mec qui désire coucher avec toutes les filles jolies qu'il rencontre, je suis comme ça et je ne pourrais jamais lutter contre ma nature et maintenant il était même trop tard pour en avoir envie.

    Le regard bleu de Jae était lui aussi comme un réconfort à mes peines encore un truc stupide que je n'avais jamais imaginer penser, ce genre de phrase qui sonnait trop romantique et donc trop faux dans ma bouche, j'étais loin d'être du genre romantique à sortir le grand jeu aux demoiselles, non j'étais un dragueur stupide mais apparemment assez séduisant pour arriver à ses fins. Ceci dit, avec Jae j'allais avoir besoin de plus que ça, car je n'arrivais absolument pas à l'emmenée là où je voulais. Elle résistait et me poussais chaque fois à la désirer un peu plus, c'est ce que ses magnifiques yeux bleus avaient comme effet sur moi dans l'immédiat. C'était presque énervant d'être là incapable d'obtenir ce que l'on désire, d'être face à ses grand et magnifique yeux et de ne pouvoir rien faire d'autre à part dire qu'il sont beau mais c'est trop nul comme truc de dire à une femme qu'elle a de beaux yeux, aujourd'hui c'est complétement périmé ça maintenant quand un homme dit ça à une fille elle lui rit au nez ! Enfin c'est comme ça que je vois les choses, après tout si ça se trouve elles aiment bien les mecs has been qui leur dise qu'elles ont de beau yeux, qu'ils pourraient se noyer dans tant de beauté... Carrément nul et pitoyable je trouve. Je souris à la belle Jae en fixant toujours l'océan de ses yeux, vous voyez je m'y connais bien en vieux romantisme, avant de lui répondre enfin.

    « Tu m'a manqué aussi, jolie petite Jaelyn. J'ai une petite mine tu trouves ? Pourtant ça va beaucoup mieux depuis que je t'ai vue, tu m'a soudainement remonté le morale ... »

    Le pire c'est que c'était vrai, en la voyait, j'avais presque mit de côté ces histoire d'apocalypse, de Lucifer, de plan absurde de mise en quarantaine de la ville la plus pourrie de l'univers, j'avais presque oublier les enfers et l'horreur qu'ils renfermaient. J'avais oublier ses imagines horribles qui hantaient encore mes pensées alors que j'étais sortis de l'enfer depuis plus d'un an, elle me faisait aussi oublier les problèmes de Sam, le fait que je n'avais pas réussit à l'aider. Quand j'étais avec Jae j'arrivais facilement à ne penser plus qu'à elle, sans doute parce que j'avais besoin d'être concentré uniquement sur elle pour trouver la faille dans son jeu de séduction et trouver le moyen de la convaincre de passer la nuit avec moi, c'était tout un travail et sans doute le plus dur que j'avais eu à accomplir jusqu'à présent, elle était tenace comme pas deux ! Mais je suis du genre déterminé, je ne laisserais pas tomber l'affaire facilement, je finirais par y arriver, elle pourrais bien m'accorder cette faveur avant que mes amis les anges ne m'envoies en première ligne sur le champs de bataille pour venir à bout de Lucifer ! J'avais tellement peu de chance de m'en sortir que je méritait bien de passer la nuit avec Jae mais bon je me voyais mal lui dire « Tiens Jaelyn, je vais combattre Lucifer, ça te dit de Ba*ser avec moi avant que j'aille me suicider ? » elle me prendrais pour un fou et le seul geste qu'elle ferait pour mon bien ce serait d'appeler l'asile psychiatrique ! J'avais toujours une autre possibilité ce serait de lui sauver la vie, les femmes tombent toujours sous le charme des mecs qui leur sauvent la vie, mais les démons n'attaquent jamais au bon moment, ils sont têtus, ils ne feraient jamais rien pour nous arranger et puis je n'avais pas envie de risquer la vie de Jaelyn, elle ne méritait pas ça ma belle Jaelyn, alors il me restait comme dernière possibilité d'attendre que les choses se fassent toutes seules ce serait sans doute très long, vu qu'elle était bornée mais je finirais par y arriver, parce que c'était Jaelyn était bien trop désirable pour que j'abandonne et je ne serais pas bon joueur si je laissé tomber au premier obstacle !

    Je souris une nouvelle fois avant de quitter la beauté des yeux de Jaelyn pour me plonger dans l'étrange couleur vert fluo de mon verre de Jet. D'ailleurs la couleur était sacrement suspecte selon moi, ça ressemble carrément à de la menthe chimique, mais je suis bien le dernier à m'inquiétais de ça ! Je saisis mon vert pour en avaler le contenu en un seul coup, cul sec comme on disait, notons que l'auteur de se message n'arrive toujours pas à comprendre cette expression et que ça l'énerve, ça décaperait presque autant qu'un vert de Saké ! Je reposais le verre sur la table avant de refixer Jae tout en me demandant si le remède le plus efficace pour oublier mes sombre pensée était l'alcool ou bien la belle Jae ...

_________________
UNDERCO.
Revenir en haut Aller en bas
http://sympathyforthedevil.forumactif.com
avatar

Jaelyn N. Miller


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Dodixe
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Leighton Meester
✾ MES CRÉDITS : Dodixe & LJ
✾ MON MOI² : None
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 18/07/2009
✾ MES MESSAGES : 1192

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 26 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Serveuse & Chasseuse


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: Dean Winchester ?! NO WAY |with dean|*   Mar 28 Juil - 22:31


Toutes les femmes sont belles et attirantes
pour qui sait les regarder.
[Louky Bersianik]


    Ouais, Jaelyn était un prénom des plus originales ! C’était un prénom assez rare, elle se demandait même très souvent comment ses parents avaient bien pu trouver ce prénom alors qu’ils s’en fichaient pas mal de la blondinette. Elle ne comprenait donc pas du tout pourquoi ils s’étaient creuser le crâne seulement pour lui trouver un prénom recherché, alors qu’il ne lui avait jamais prêté attention, comme si ils regrettaient de l’avoir appelée comme ça parce que maintenant elle devenait unique alors qu’elle aurait du se fondre dans la masse de toutes ces gamines de riches qui n’était pas plus intelligente, pas plus gentille que les autres petites filles, qui étaient seulement… plus friquées. Si Jaelyn était originale ce n’était pas par rapport à son prénom, c’était par rapport à sa façon de penser, de voir les choses, de voir le monde tourner, de le voir vivre, de voir les gens si simples avec les yeux d’une personne aux moyens plus que conséquents. Oui. Lorsque Jaelyn regardait les gens, elle ne les voyait pas comme une fille normale, elle les voyait avec les yeux d’une personne riche. Elle ne voyait pas les gens pareils, elle pouvait dire si ce que portait cette fille là-bas était de la marque ou pas, elle pouvait dire si ce pull que portait ce garçon juste ici était en cachemire ou si ce n’était pas du tout le cas. Elle reconnaissait beaucoup de choses pour les avoir portés pendant toute son enfance. Les fringues de créateurs à dix milles Livres alors que vous n’avez que cinq ans ça vous change à vie. Maintenant devait-on la blâmer parce qu’elle ne se sentait pas vraiment à l’aise dans ses bottes lorsqu’elle se rendait compte que ce n’était pas du vrai et bon cuir qu’elle avait aux pieds ? Elle avait toujours vécus comme ça, l’argent, les amis, l’influence… Ca faisait vraiment bizarre de revenir à la vie la plus simple, ne plus trouver de boutique Chanel tout près de sa maison dans le quartier chic de Londres. Rien à dire, Jaelyn se demandait vraiment comment elle avait fait pour vivre dans cette vie de luxe alors même qu’aujourd’hui elle vivait dans la simplicité la plus totale et qu’elle s’y sens bien, même mieux qu’à Londres, malgré les débuts difficiles et les désillusions sur la qualité vestimentaire. Elle faisait du tir à l’arc, elle vivait dans un petit appartement, seule. Elle travaillait dans un bar pour pouvoir vivre, c’était vraiment d’une simplicité presque ennuyeuse pour les autres alors que, pour Jaelyn, c’était le pied ! Encore mieux que le sexe ! Elle ne comprenait vraiment pas pourquoi elle était encore chez ses parents il y a quelques années alors que maintenant elle s’épanouit en rendant les gens ivres morts dans un bar ! Ouais ! Elle était vraiment heureuse de servir tout un tas de mecs pas louches dans son bar parce qu’elle se sent enfin normale. C’était maintenant qu’elle se rendait compte qu’elle était vraiment idiote : Se sentir normale en rendant les gens bourrés ?! Nan mais là il y avait un problème, un très gros problème même ! Jaelyn était vraiment une fille originale, décalée, surprenante et pétillante ! Elle avait trouvé en Dean un peu de ce qu’elle était, c’était pour cette raison qu’elle l’appréciait autant, qu’elle pouvait tolérer ces petites attentions, ces regards, ces mots, parce que si elle aurait été à sa place, elle aurait été identique. Oui, elle aurait eut envie de se prendre par les cuisses et arrêter de parler chiffons pour passer aux choses sérieuses. Pourtant elle n’allait pas faire ça avec Dean, pour la simple et bonne raison qu’elle n’avait pas assez de force pour faire ce genre de choses et surtout, parce qu’elle ne voulait pas, pour une fois, coucher parce qu’il voulait son corps. C’était tellement étrange comme sentiment, de vouloir coucher avec un homme pour autre chose que le fun et pour satisfaire son ego surdimensionné. Dean n’était pas un gars comme les autres pourtant elle avait envie de lui, ce n’était pas le problème, le problème était qu’elle ne voulait pas que ce soit rapide et définitif. C’était peut-être pour cette raison qu’elle rechignait à devenir aussi proche physiquement du Don Juan aux yeux émeraude… Magnifiques yeux au passage, envoûtants, attirants, désirables… Jaelyn se perdait bien souvent dans le regard de Dean lorsqu’il parlait et qu’elle trouvait un peu idiot ce qu’il disait… Dans ces moments là, elle se penchait sur le bar, le regardait dans les yeux, plongée dans son regard émeraude, magnifique regard émeraude. Une fois elle s’était sensiblement approchée de son visage, elle allait peut-être l’embrasser si seulement elle ne s’était pas réveillée et s’était écartée vivement en levant les bras au ciel et en criant d’une voix strident : « Oh mais t’as vus l’heure ?! Il se fait tard, très tard même ! Je vais bientôt rentrer chez moi ! ». Elle avait frôlé le gros problème, l’incident diplomatique ! Ce soir là elle aurait très bien pu coucher avec Dean Winchester parce qu’elle avait été très attirée lorsqu’ils parlaient tout les deux. La belle blonde était vraiment attirée par Dean, vraiment ! Combien de fois s’était-elle imaginer l’embrasser fougueusement ? Des centaines de fois, même plus !

    La jolie blonde se mordit la lèvre alors qu’elle avait du mal à attraper cette foutue bouteille de Jet. Elle savait très bien que le beau brun lui matait le derrière alors qu’elle ramait pour prendre cette bouteille. Ca s’était encore un coup de ses amis serveurs qui voulaient se moquer d’elle en l’empêchant de pouvoir aller aux bouteilles les plus utilisées. Elle lâcha enfin une série de jurons contre ses amis avant de leur lancer un regard noir. Elle les avaient vus, à l’autre bout du bar, en train de pouffer de rire devant la belle qui avait du mal à attraper sa pauvre petite bouteille. Jaelyn serait bien montée sur le comptoir elle-même si elle n’avait pas eut le regard de Dean sur elle. C’était peut-être un peu stressant, gênant. Oui, Jaelyn se sentait un peu mal par rapport à Dean. Elle était quelque fois gênée lorsque le beau brun aux yeux verts la regardait dans les yeux, lui faisait des propositions très coquines et très alléchantes et qu’elle devait refuser parce qu’elle ne voulait pas du tout que Dean la prenne pour un trophée et que ce soit fini toutes ces petites visites des plus agréables. Elle adorait lorsqu’il était là, parler, l’entendre, l’écouter. Dean était tellement bien avec elle, tellement gentil, très agréable. Elle ne voulait pas coucher avec lui parce qu’après il ne viendrait plus la voir, il ne viendrait plus lui parler, elle ne pourrait plus plonger dans son regard et lui sourire, sentir son regard parcourir son corps, tout ceci serait terminé… Elle se retrouverait seulement seule, à servir des boissons fortement alcoolisées à des mecs complètements moches et sans intérêt alors qu’elle serait en train de regretter atrocement la présence de Dean Winchester dans sa vie. Comment pouvait-elle dire tout ça ?! Elle avait besoin de Dean maintenant ?! Il fallait bien l’avouer, elle en avait atrocement besoin, son petit sourire, ses lèvres qui lui donnaient envie de s’écarter du bar et de lui sauter au cou, son regard vert qui la faisait baver… La belle blonde passa une main dans ses cheveux avant de sortir du bar et de s’asseoir à côté de Dean et de lui dire avec un énorme sourire :

    « Merci, joli petit Dean ! Arrêtes de m’appeler comme ça, tu vas me faire rougir et voir rougir Jaelyn Miller n’est pas la meilleure chose, ça casse tout mon mythe ! D’un côté on a Jae qui danse sur les comptoirs complètement ivre et de l’autre Jae qui rougit parce qu’on lui fait un peu trop de compliments… C’est vrai ? Je t’ai remonté le moral ? Tu vas mieux seulement grâce à ma présence ?! Sa me touche vraiment Dean ! T’es adorable ! »

    La jeune femme détourna les yeux quelques secondes pour regarder vers les joueurs de billards, elle sentait ses joues qui la brûlaient, elle était en train de rougir ce qui n’était pas bon pour ses affaires. Elle se mordit la lèvre et ferma les yeux, essayant de faire disparaître cette forte impression de honte qui planait sur elle. Pourquoi dés qu’un homme la complimentait, devait-elle rougir et être gênée alors qu’elle pouvait très bien coucher avec un gars et partir le lendemain matin sans éprouver quoi que ce soit ?! C’était vraiment une énigme pour elle et la comprendre serait sûrement très très dur et très long ! Lorsque la sensation fut disparue, elle se retourna vers Dean avec un énorme avant de dire pour toute explication :

    « J’avais… cru entendre quelqu’un qui me demandait de le servir ! Le boulot, tu sais… Et je vais m’y remettre tiens, ce serait mieux même ! »

    Elle se leva avec empressement avant d’aller derrière le bar et d’aller chercher sa bouteille de Vodka pour se servir un verre d’une main tremblante. Pourquoi fallait-il qu’il ait autant d’effet sur elle ?! C’était tellement bizarre qu’en un simple regard, en un simple compliment, il puisse la mettre dans un tel état de gêne et d’en arriver à trembler en se servant un remontant. Elle prit le verre entre ses doigts avant de le boire cul sec et de grimacer encore une fois. Lorsqu’elle se retourna, Dean buvait aussi le sien cul sec et elle se mordit la lèvre en pensant qu’ils avaient fait exactement la même chose sans même se concerter. Elle avait envie de s’enfuir, sinon elle ne savait pas ce qu’elle allait faire… S’envoyer en l’air dans les vestiaires c’était pas super classy pour Jaelyn Miller même si elle n’aurait pas rechigné à prendre Dean par le col pour l’y entraîner…. Mais qu’est-ce qu’elle disait maintenant ?! Elle avouait qu’elle voulait se faire le Winchester devant son nez ?! Ouah ! Il fallait qu’elle s’éclipse vite, très vite ! La belle blonde passa une main dans ses cheveux avant de se tourner vers son Don Juan favoris avant de lui dire en haussant un sourcil :

    « Je… »

    Il la fixait d’une façon un peu… spéciale. Sa bouche resta entrouverte devant son regard si beau, salopard tiens ! Il jouait carrément avec elle ! Jaelyn ne trouva pas mieux à faire que montrer les vestiaires en bégayant et elle ne pu rien dire à part s’enfuir vers ceux-ci comme une gamine qui s’enfuit devant ses parents pour ne pas se prendre une claque dans la tronche parce qu’elle avait fait une bêtise avant de taper dans une porte de toutes ses forces. Elle était vraiment tarée parce qu’elle s’était fait vachement mal. Un couinement sortit de sa bouche alors qu’elle sentait la douleur influer dans tout son bras et plus précisément dans son poing fermé. Elle poussa une série de juron avant de se redresser et de dire à elle-même avec rage vus qu’elle était toute seule, enfin, elle l’espérait...

    « Pourquoi est-ce que tu dois être aussi conne Jae ! Pourquoi ?! Tu craques pas pour les mecs dans les bars, tu vas pas le faire, arrêtes… Ca fait mal, la vache ! »

_________________

    ✔️ Sexyness is my second name...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dean Winchester


SFTD ADMIN ◈ queen of everything, kiss my feet


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Sweet Poison
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Jensen Ackles
✾ MES CRÉDITS : Dodixe
✾ MON MOI² : Pepper J. Sparrow & Jillian N. Beckenridge.
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 10/07/2009
✾ MES MESSAGES : 2894

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 32 ans
✾ STATUT SOCIAL : célibataire
✾ SON EMPLOI : chasseur


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: Dean Winchester ?! NO WAY |with dean|*   Jeu 30 Juil - 4:36

    J'avais vraiment du mal à savoir ce que Jaelyn représentait pour moi, est-ce qu'elle était juste une conquête, est-ce que j'avais juste besoin de m'envoyer en l'air avec elle, après elle ne représenterait plus rien ou est-ce que je ne pouvais pas me passer de se présence, de ses mimiques et de sa beauté qui n'avait de cesse de me remonter le morale. Je n'étais pas du genre à tomber amoureux de la première jolie fille que je croisais, j'avais connue quelques histoires mais elles n'avaient jamais impliquée l'Amour avec un grand A, ceci dit, cette histoire avec Jaelyn non plus, ce n'était pas de l'amour mais une certaine attirance, une chose étrange comme si on était liés par quelque chose, des points communs que l'on ne connaissait pas tant on ne se connaissait pas. C'est vrai, elle ne savait rien de moi et je ne savais rien d'elle, elle savait juste que j'étais nouveau en ville, je venais d'arriver, mais je ne lui avais jamais expliquer le pourquoi du comment, je n'avais même pas trouvé d'excuse, je n'avais pas su lui mentir, je lui avais juste dit que j'étais ici pour le boulot, boulot qu'elle ne connaissais pas parce que je n'étais pas du genre à dire aux jeunes femmes que je chassais les démons pour la simple et bonne raison qu'elles me prendraient pour un malade mental, ce n'était vraiment pas facile d'être chasseur pour draguer les jolies filles. Ce que moi je savais de Jaelyn maintenant ? Elle vivait dans cette ville pourrie, elle était serveuse et elle était incroyablement belle. Voilà qui était bien nié de ma part ce genre de commentaire, ce n'était pas mon style, mais alors pas du tout. Comme quoi le simple regard d'une femme peut transformer un homme, c'est l'effet que m'avais fait les beaux yeux bleus de Jaelyn c'est à peine si je me reconnaissais, que se soit les paroles ou mes pensées, elles ne me ressemblaient absolument pas. Sam serait bien amusé de me voir comme ça, c'était sûr qu'il se foutrait littéralement de ma tronche ! Et il aurait bien raison, je devais être pitoyable. Oui, je faisais pitié à venir tout les soirs dans ce bar que ce soit ses fois où je venais dans l'unique but de boire à m'en exploser le fois dans l'espoir d'oublier mes problèmes avec Sam, quand on ne pouvait plus se parler sans s'engueuler toutes ses fois où je me suis retrouvé coincé dans cette ville de merde en compagnie de mon frère avec qui je ne m'entendais plus du tout, ces fois où le patron de bar était obligé de me prendre mes clefs tellement j'étais incapable de conduire, ces fois là j'étais vraiment pitoyable, mais je ne l'étais sans doute pas moins quand je venais voir Jaelyn, que je lui souriais, que je lui parlais comme n'importe quel dragueur de ce bar, que je lui proposer de venir avec moi et qu'elle me répondait simplement non. Malgré ça j'avais continuais à venir, à la draguer, et je n'avais toujours pas couché avec elle, un homme qui n'avait que pour envie de s'envoyer en l'air avec elle aurait sans doute abandonné depuis longtemps? Alors qu'est-ce que je voulais moi ? J'en savais rien, je ne recherchais pas une histoire sérieuse, non je ne pouvais pas, je quitterais Ellington dés que cette chasse serait réglée, mais ce n'était pas demain la veille malheureusement, en vérité je ne savais même pas si je quitterais cette ville, c'était sans doute ici que je serais confronté à Lucifer, alors c'est sans doute ici que je mourrais, alors au fond peut être que je cherchais plus qu'une histoire d'un soir avec Jaelyn mais moins qu'une histoire sérieuse c'était carrément bizarre cette impression de ne pas savoir ce que je recherchais c'est comme si j'étais en conflit intérieur avec moi même et ça c'était ce qui faisais de moi un gars vraiment pitoyable. Peut être qu'au moment où j'aurais obtenu ce que j'attendais de Jaelyn, je n'aurais plus rien à désirer, peut être qu'elle ne serait plus cette Jaelyn si désirable car intouchable et je briserais encore le cœur d'une pauvre fille parce que je ne suis qu'un sale con. Peut être au contraire que je serais d'autant plus sensible à ses charmes parce qu'elle me fait tourner la tête au point de ne plus savoir ce que j'attends vraiment. Je n'ai pas envie de la blesser parce que je sais qu'elle ne le mérite pas, c'est une fille adorable toujours à l'écoute et de bon conseil, vraiment une fille en or. En même temps je ne m'attache pas facilement au gens parce que moi en revanche je suis ce genre de mec qui s'en fout de ce qu'on lui raconte qui n'écoute que d'une oreille parce qu'il n'attend qu'une chose : Le sexe. J'ai longtemps pensé que les choses étaient mieux ainsi parce que je ne passais que très rarement deux nuits au même endroit, j'étais toujours sur les routes en compagnie de mon frère et de la seule femme de mon cœur : Ma chevrolet. Mais aujourd'hui les choses sont peut être différente, nous sommes coincés dans cette ville, nous n'avons absolument pas le moyen de nous échapper, sinon les démons voudront nous tués pour nous empêcher de franchir la frontière invisible de la ville. Alors il était peut être temps d'envisager que c'était le moment de changer nos habitudes. Encore une fois je n'irais pas jusqu'à dire qu'il serait temps de s'efforcer à construire quelque chose, parce que j'en suis tout simplement incapable, je ne m'y connais pas en relations sérieuses, je ne sais pas comment ça marche et c'est très bien comme ça, ce que je veux dire, c'est qu'il serait temps d'envisager qu'il y ai un lendemain à notre histoire dite d'un soir, à force de réflexion, il me semble que j'ai presque fini par trouver ce que moi je voulais.

    Mais Jaelyn quant à elle qu'attendait elle de moi ? N'allez pas me dire qu'elle essayé simplement d'être une amie, elle avait dépassé ce stade depuis un moment déjà, son sourire, son regard, sa façon de se comporter avec moi ne mentait pas, elle attendait aussi quelque chose de moi, mais j'ignorais quoi. Car toutes mes propositions avaient était refusée, elle attendait bien plus qu'un mec qui lui propose une partie de jambe en l'air, alors jouait avec moi comme elle jouerait du violon ! Peut être que c'était se mystère qui planait au dessus de ses charmes qui me poussé à tenter de forcer la barrière coûte que coûte, là où j'aurais déjà abandonné avec d'autres femmes. Sa façon d'être imprévisible alors que je pensais voir clair dans son jeu, sa façon de douter d'elle même quand elle tombe dans mon piège sa façon de se retirer alors que je pensais avoir atteint mon but. Après tout ça, je ne pouvais plus abandonner ni même la considérer comme une amie, il y avait plus que de l'amitié entre nous, c'était clair et net. En vérité je ne savais même plus ce qu'il y avait entre nous, un jeu de séduction ou quelque chose de plus réelle, je l'ignorait et pour le savoir je devais continuer à jouer le jeu. Un jour peut être que ma persévérance sera récompensée ! Je ne cherchais pas à faire de Jaelyn à un trophée et je ne savais si c'était ce qu'elle attendait, après tout, peut être qu'elle était une de ses fille qui couche avec n'importe qui sans plus jamais donner de nouvelle ensuite, une sorte de « Dean Winchester » version féminine avec le sarcasme et la responsabilité de l'approche de la fin du monde en moins ! Une responsabilité qui refaisais surface dans mes pensée n'importe où n'importe quand, j'avais beau pensé à n'importe que, que se soit à Jaelyn ou à un champs de fleurs je finirais par me mettre à penser à cette satané apocalypse que j'avais déclenché alors que je brûlais en Enfer, et après mon retour j'avais laissé mon frère finir le boulot ! Pourquoi cette pensée ne voulait elle pas me foutre la paix, ne serait-ce que quelques heures sans que j'ai besoin de picoler ? C'est pas vrai ça ! Culpabilité quand tu nous tiens, t'es pas prêt de nous lâcher ! Je voulais pour la première fois depuis des semaines, juste penser à Jaelyn et oublier ces conneries de démons, d'anges, de Lucifer, de Dieu, d'apocalypse de merde ! Faire momentanément un trait sur tout ça et profiter un peu du temps qu'il me reste avant ma chute. Et dieu merci ce fut le retentissement dans mes oreilles, de la voix de Jaelyn qui fit disparaître une nouvelle fois mes pensées. Pour me permettre de me concentrer à nouveau uniquement sur son grand sourire.

    « Je suis sûr que j'apprécierais les deux Jaelyn, celle qui danse sur le bar complément ivre, surtout si elle ôte ses vêtements, celle qui rougit parce qu'on lui fait un peu trop de compliment car elle sera toujours aussi belle. Et c'est ça qui me remonte le morale, il suffit que je mette les pieds dans ce bar et en te voyant, je suis capable d'oublier toute la misère du monde ! »

    Je souris de nouveau à Jaelyn, à moitié surpris moi même de mes belles paroles, mais le pire étant qu'elles étaient vraie, quand je la voyais, quand je discutais avec elle, j'oubliais tout ce qui n'allais pas et quand bien même ses horreurs de démons refaisaient surface dans mes pensées il suffisait qu'elle reprenne la paroles pour que je me souvienne que tout ça n'avait plus d'importance, que la seule chose qui comptait en ses instants c'était cette magnifique femme qui me faisais complétement délirer, j'avais l'impression d'être en train de me faire ensorceler et je me sentais vraiment stupide ! Nan mais, perdre le contrôle de soit comme ça face à une femme c'est presque comme perdre sa virilité ! Rha la la ses femmes ! Elles sont vraiment chiantes à savoir exactement comment nous tenir en laisse, comment nous charmer comment nous rendre débile ! Je trouvais ça énervant presque frustrant de me mettre à penser n'importe comment juste parce que j'avais rencontré Jaelyn, mais en même temps j'aimais ressentir cette colère et cette frustration car aussi bizarre que cela puisse paraître ce sont ses sentiments qui apaisaient bien des choses en moi. Il fallait vraiment que j'évite de parler de Jaelyn à Sammy, sinon c'était sûr j'étais fichus ! Il me prendrait pour un taré ! Où juste pour un type qui aurait pris la place de son frère ! C'est vrai quoi ! Mais où est passé le Dean Winchester que je connaissais ? Si ça se trouve cet abrutit est resté en Enfer ! Et j'aimerais tant qu'il revienne parce que je préfère être cet abrutit là que l'autre grand malade du bar qui sait plus du tout où il en est ! Mais étant donné que l'abruti ne voulait pas revenir j'allais devoir continuer avec le grand malade ! Ce grand malade qui répondit aux paroles de Jaelyn par un sourire voulant dire un truc du genre « Oui, tu ferais mieux dallez bosser, je ne voudrais pas que ma présence dans se bar te coûte une baisse de salaire » quand l'abrutit lui aurait dit qu'elle ferait mieux de rester pour X raison tout droit sortie d'un cerveau d'abruti.

    En tant que grand malade que j'étais, je la regardait toujours, même quand elle me tournait le dos comme pour éviter mon regard, je m'accrochais, je ne lâchais pas prise car je savais que c'était le seul moyen de découvrir ce que je voulais vraiment. Comment entre en conflit intérieur, les dix leçons de Dean Winchester ! Apparemment Jaelyn avait eu le droit à ces fameuses leçon car elle paraissait ne plus savoir où se mettre elle semblait elle aussi totalement perdue, si perdue qu'elle préféra prendre la fuite vers les vestiaires avec cet air gêné et cette incapacité à prononcé une phrase complète, tellement que je n'eut le droit qu'au « Je ». Elle était partie dans les vestiaire et je devais absolument l'y rejoindre, non sans l'idée que ça pouvait être un très bon endroit pour conclure si vous voyez ce que je veux dire ! Mais aussi avec l'idée de savoir si tout allait bien parce que dans sa fuite précipité, elle m'avait amené à penser que j'avais dit où fait quelque chose qui l'avait blessée, quoi ? J'en savais fichtre rien, je ne comprenais rien aux femmes, c'était un petit reste de l'autre abrutit que le grand malade n'avait pas su se débarrasser ! Quoi qu'il en soit je me levé de mon tabouret pour passer de l'autre côté du bar, là où un des mec me stoppa dans ma progression.

    « Hep, c'est interdit à la clientèle ici ...
    - Ho, vas y, j'suis un habitué moi, j'ai bien le droit à quelques faveurs !
    - Désolé mais non ...
    - D'accord alors procédons autrement ... »

    Sourire made in Dean Winchester ainsi qu'une main dans le portefeuille pour en sortir un billet et le tendre bien gentiment à ce mogole qui veut me barrer la route, il me fait le coup de la moue peu convaincue parce que la somme n'est pas assez grande, mon sourire s'efface pour laisser place à la tête de blasé qui sort quand même un deuxième billet du portefeuille, de toute façon j'm'en fous, j'ai eu ce fric grâce à une fausse carte de crédit ! Alors ce n'était pas vraiment comme si cet argent m'appartenait vraiment, bref, le mec se décide quand même à me laisser passer pour que j'accède à la porte des vestiaires, j'ouvris la porte avant d'entrer dans la pièce, ouais c'est logique mais bon, je refermais sans bruit la porte après mon entrée dans cette pièce soit disant réservée au personnel, n'empêche que j'en avais eu l'accès facilement ...

    « Jaelyn ? »

_________________
UNDERCO.
Revenir en haut Aller en bas
http://sympathyforthedevil.forumactif.com
avatar

Jaelyn N. Miller


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Dodixe
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Leighton Meester
✾ MES CRÉDITS : Dodixe & LJ
✾ MON MOI² : None
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 18/07/2009
✾ MES MESSAGES : 1192

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 26 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Serveuse & Chasseuse


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: Dean Winchester ?! NO WAY |with dean|*   Ven 31 Juil - 4:14


La curiosité excite le désir plus
encore que le souvenir du plaisir.
[Anatole France]


    L’amour avec un grand A. C’est que de la merde. Non, franchement ! En tout cas, telles étaient les pensées de Jaelyn sur l’amour et tous ce charabia. Elle se savait indomptable, l’amour n’était pas pour elle, ne le serait jamais, sauf si elle trouvait quelqu’un capable de l’arrêter, de lui mettre ce licol et de lui flatter l’encolure comme on flatte un bon destrier qui vient enfin d’accepter son dompteur et qui se soumet jusqu’au point de se laisser monter, sans mauvais jeu de mot. Oui, Jaelyn était un peu comme cette jeune jument sauvage qui galope fièrement dans la plaine, comme dans le film spirit pour les connaisseurs du genre. Elle était libertine, elle était prête à tout pour rester dans son bout de plaine où elle pouvait faire ce qu’elle voulait, entièrement libre, entièrement seule, entièrement… Elle. Elle refusait de remettre ce licol qu’elle avait porté toute sa jeunesse sous la croupe de la famille Miller, la famille pété de tune et complètement imbue de sa personne, égocentrique, narcissique et tout le bordel. Alors dire que Jaelyn était indomptable était très vite dit, elle était plutôt à la recherche de la sérénité. A la recherche de ce qu’on pouvait appeler, la sérénité intérieur et toutes ces idioties de psychologue à deux balles. Elle ne voulait qu’une seule chose, qu’on la laisse gambader librement sans ne jamais venir l’embêter, sans ne jamais essayer de la dompter, parce que sinon elle s’enfuirait, elle partirait, comme à chaque fois qu’elle couchait avec homme. A votre avis, sincèrement, pourquoi pensez-vous que, chaque matin lorsqu’elle se réveille entièrement nue dans les bras d’un bel inconnu, prenait peur et s’enfuyait sans rien attendre, comme une voleuse de bas étages ? C’était parce qu’elle sentait qu’elle avait faillit à ses principes, qu’elle s’était trahit elle-même, elle s’était trahit parce qu’elle s’était laissée passée le licol par une personne autre qu’elle-même et que, maintenant, elle serait sûre de ne plus être libre, qu’elle ne pourrait plus retrouver sa plaine, qu’elle ne pourrait plus jamais courir, galoper, sentir le vent contre son visage, le soleil sur ses épaules et ce murmure chaud et agréable au creux de son oreille. Alors elle prenait la fuite. Elle partait en courant. Elle sauvait sa peau avant que le grand méchant loup de plante ses dents dans sa chair tendre et ne la mange au point de lui enlever tous ce qu’elle avait d’unique, de libre et de sérénité. Alors elle se levait sans un bruit, prenait ses affaires, se rhabillait et partait à pas feutré, pour ne pas qu’on l’entende, pour ne pas qu’on lui saute dessus, qu’on l’interpelle, qu’on attrape le licol avant la porte d’entrée et qu’on tire avec fermeté pour la ramener et l’enfermée dans un box moche et sans lumière. Alors tomber amoureuse, pas question ! Jaelyn refusait de tomber amoureuse, c’était catégorique, elle n’en avait pas le droit, elle ne le pouvait pas, c’était… contraire à ses idées les plus profondes. Se faire passer la bague au doigt c’était comme se faire passer une corde au cou, après, elle ne pourrait plus l’enlever et elle ne pourrait plus revenir en arrière en disant haut et fort : « Euh… J’ai changé d’idée là, ça vous embête si on dit qu’il ne s’est rien passé ?! ». Nan, elle ne pouvait pas lever le doigt et dire qu’elle en avait marre et qu’elle se cassait, pourquoi ? Bah parce que cette corde serait toujours là, elle la suivrait à vie, comme l’ombre menaçante d’une mort psychologique. Cette corde elle ne pouvait l’enlever que si elle était divorcée et vous voudriez vraiment coucher avec une femme divorcée ? Vous vous voyez draguer une femme alors qu’elle se présente en disant : « Bonjour, Jaelyn Miller, Divorcée, un enfant, et toi ?! ». Il n’y a pas mieux comme tue-l’amour ou casse ardeur.

    Non, décidément, Jaelyn Miller n’était pas faites pour le grand amour, celui avec un grand A. Ce grand amour qui vous ferait vous suicider pour l’être aimé, passer des montagnes pour lui, vous obligerait à faire mille et une concessions, non ce n’était pas Jaelyn. Elle n’avait jamais été amoureuse, jamais ! Elle n’avait jamais eut le temps aussi. Toute son enfance n’avait été que loyauté à ses parents et rébellion contre ces mêmes parents. Lorsqu’elle était loyale et bien élevée, elle ne pensait pas à l’amour, elle ne pensait qu’à rendre ses parents heureux, fiers d’elle, elle travaillait à avoir la plus belle des images, être parfaite pour ces parents qui se moquaient bien de savoir si elle avait bien fait son lit au carré, si elle avait eut une bonne note où si elle avait été sage à l’école. Ils ne voulaient qu’une chose : Qu’elle ne leur fasse pas honte. Qu’on ne parle pas des Miller en mal, qu’elle soit invisible était donc une bonne chose, mais pas pour Jaelyn. Alors l’amour, c’était dire si elle connaissait, elle ne connaissait même pas l’amour parental parce que ceux-ci n’avaient jamais daigné baisser les yeux vers la petite frimousse à leurs pieds qui tenait leur jambe en quête d’attention, trop occupés à lui donner un violent coup de pied pour qu’elle dégage bien sec histoire qu’elle arrête d’être aussi chiante. Tiens, il n’y avait pas que Sam qui la trouvait chiante… Puis le moment rébellion est vite arrivé où elle ne pensait qu’à une chose : Le sexe. Donc, en gros, lorsqu’on ne pense qu’au sexe, on ne peut pas tomber amoureux donc non, Jaelyn n’avait jamais connu l’amour, comme Dean n’avait pas connu l’amour non plus… Ils avaient besoin d’apprendre, chacun...

    Maintenant qu’attendait-elle de Dean ? Ce n’était pas le grand amour qu’elle attendait de lui, jamais elle ne tomberait amoureuse de quelqu’un aussi volage, elle ne tenterait jamais l’expérience pour se retrouvée seule et humiliée. Elle ne voulait pourtant pas une aventure d’un soir, se réveiller dans ses bras, la tête posée contre son torse, sa main posée contre la sienne par inadvertance, eux deux entièrement nus avec la couettes relevée jusqu’au dessus de la taille pour monsieur… *bave* Enfin, elle s’égarait un peu là. Hum… Reprenons contenance mademoiselle, il était sexy et désirable mais on se reprend. On disait donc… Elle ne voulait donc pas avoir seulement une aventure d’un soir, délicieuse et follement excitante certes, mais aussi sans lendemain, sans regards et sans présence rassurante. Et puis, si entre elle et lui ce ne devenait qu’une aventure d’un soir, la belle blondinette devrait s’enfuir le lendemain matin, laisser Dean Winchester tout seul alors qu’il avait passé la nuit avec elle et qu’il aurait peut-être espérer la voir, qui sait. Peut-être aurait-il voulu croiser son regard bleu à son réveil, la sentir bouger, au et puis merde… Jaelyn ne savait pas ce que voulait Dean, elle ne saurait que s’il lui disait mais avait en même temps peur d’être déçue parce que, inconsciemment, elle voudrait peut-être plus que lui. Elle ne savait que penser de toute cette histoire. Elle ne voulait pas de relation sérieuse mais ne voulait pas s’arrêter à une relation d’un soir. Elle voulait qu’il vienne tout le temps la voir au bar, qu’il ne picole pas trop, qu’ils tiennent une conversation toute la soirée, qu’elle puisse plonger dans son regard, qu’ils se sourient, qu’il la complimente, qu’elle soit fortement attirée par lui, qu’ils restent à parler jusqu’à la fermeture, qu’elle le raccompagne jusqu’à sa chambre d’hôtel, qu’ils aient l’air cons parce qu’ils savent très bien ce qui va se passer, et là ce serait le moment où Jaelyn lui sauterait dessus en l’embrassant avant de lui dire avec empressement : « Ouvres la porte, idiot ! » avant de le pousser à l’intérieure. Elle se faisait des films ? Oui, un peu, mais qui ne se ferait pas des films avec Dean Winchester ? Avouez les filles… La belle blonde savait très bien que s’envoyer plus d’une fois avec Dean ne lui apporterait que du sexe, c’était tout, elle ne saurait pas plus ce qu’elle ressentait pour lui, elle n’aurait que du sexe pour du sexe, même si ce ne serait pas franchement dérangeant…

    Si elle ôtait ses vêtements ? Le pire était qu’elle l’avait fait une fois, dans ce même bar lorsqu’elle était venue avec une bande de copines et qu’elles avaient pas mal picolées. De là, la blondinette était montée sur le comptoir et avait commencé à danser alors que les autres filles montaient le son du jukebox. Elle allait enlever toutes ses fringues mais on l’avait arrêtée avant et cette pauvre idiote elle était là : « Mais pourquoi tu m’arrêtes, je mettais l’ambiance ! ». C’est pour cette raison que dés que Dean parla de ça, elle pouffa de rire et regarda les autres serveurs qui faisaient pareil qu’elle. Ils étaient là aussi ces petits zigotos et ils n’avaient rien loupé du spectacle ! Elle se mordit la lèvre avec un sourire ravageur vers avant de leur faire un clin d’œil histoire de leur faire comprendre qu’elle savait pourquoi ils étaient morts de rires et qu’elle allait les faire morfler plus tard. Elle revint à Dean avant de se passer une main dans les cheveux et de lui dire, amusée par la situation :

    « Alors tu serais fou de moi ! Si je faisais ça à la bande de serveurs morts de rire là-bas c’est parce que ça m’est arrivé ! Je me suis retrouvée sur le comptoir à faire un strip-tease et je suis arrivée à enlever tout sauf les sous-vêtements, merci seigneur ! Ce soir là j’avais vraiment abusé de la tequila avec mes amies ! » Elle lui donna une tape sur l’épaule avant de froncer les sourcils en commençant à rougir des joues avant d’ajouter : « Arrêtes ! Maintenant je le sens, j’ai les joues rouges hein ?! C’est de ta faute ! Arrête de me dire que je vais être belle ! Tu me stresses en plus, c’est gênant… Tu n’oublierais pas toute la misère du monde juste en me voyant ! Et arrête je te dis ! Bientôt je vais me mettre à bégayer et devenir rouge comme une tomate alors arrête ! »

    Elle ne mentait en plus, elle sentait le rouge lui monter aux joues, elle sentait qu’elle avait chaud, ça devenait tellement gênant qu’elle posa ses mains sur ses joues pour voir si elles n’étaient pas trop chaudes. Elle commençait à chauffer sérieusement alors qu’il se mettait à sourire, la honte qu’elle devait avoir ! C’était tellement gênant qu’elle du se retourner et qu’elle alla se prendre un verre de Vodka, rappelons-le, le deuxième de la soirée. Soit elle le tuait, soit elle l’embrassait, soit elle s’enfuyait, voilà les trois idées qu’elle avait trouvé en faisant marcher son cerveau à plein régime pour trouver une bonne idée pour pouvoir arrêter le massacre. Elle ne pouvait pas le tuer, il n’était pas méchant ni violent, il la complimentait seulement et puis si elle voulait se le taper ça devenait problématique après ! Elle ne pouvait pas non plus l’embrasser parce que ça ne ferait que la faire rougir encore plus, ça l’emmènerait tout droit dans un pieu et puis non, elle ne pouvait pas l’embrasser parce que sinon elle allait devenir complètement folle, ce qu’elle était déjà un peu entre parenthèses. Il lui restait la fuite, elle n’aurait pas à rougir, elle n’aurait pas à lui parler, rien, c’était la meilleure idée qu’elle n’avait jamais eu ! Merci petit cerveau. Elle devait maintenant trouver une raison valable de se barrer alors qu’elle venait juste de dire qu’elle devait bosser… Elle ne put sortir qu’un « Je… » Embarrassant et s’enfuit parce que, de toute façon, il fallait bien qu’elle parte au plus vite pour être enfin seule et enfin pouvoir vivre. La belle blonde partit donc en courant avant de pousser la porte réservée au personnel et d’entrer dans les vestiaires. Elle se savait en sécurité ici au moins, c’est pour ça qu’elle éclata de rage, contre elle, sa bêtise et son attirance pour Dean Winchester ! Elle ne pouvait pas croire qu’elle avait été aussi conne d’avoir réagit comme ça avec lui ! Elle était vraiment bête, idiote et immature ! Elle mourrait de chaud, elle n’en pouvait plus. La belle blonde passa une main sous son t-shirt avant de pousser une série de jurons, après tout elle était toute seule, elle faisait ce qu’elle voulait ! Elle enleva son t-shirt avant de l’envoyer vers la porte par inadvertance avant de s’allonger sur le sol froid des vestiaires avant de pousser un soupir de satisfaction, elle n’aurait peut-être pas due parce qu’elle entendit bientôt la voix de Dean en train de l’appeler. Elle n’avait pas rêvé, ce n’était pas son imagination qui lui jouait des tours ! Dean Winchester était dans les vestiaires et elle elle était en… soutif ?! Elle n’en croyait pas ses yeux…

    « MERDE ! »

    Elle se leva rapidement avant de chercher une issue de secours. Elle était piégée, cernée, merde !!!! Jaelyn ne pouvait même pas aller chercher son t-shirt parce qu’il était le près, elle ne pouvait pas s’enfuir dehors, elle allait se retrouver en soutif devant tout le monde, la honte assurée ! La belle blonde chercha comment se dépêtrer de cette situation avant de se retrouver nez à nez avec lui. Elle ferma les yeux avant de crier d’une voix perçante à l’attention de Dean :

    « STOOP ! Ne bouges plus ! Tu ne vois pas mon-t-shirt par terre ? Parce que j’ai… comment dire… je l’ai enlevé et je l’ai jeté, vers toi… Enfin, vers la porte quoi et… je… enfin, je vais pas aller le chercher… Tu peux me l’apporter et te retourner ? Tu serais… gentil… Et qu’est-ce que tu fais ici ? T’as pas le droit ! »

    Elle avait vraiment honte en ce moment, pourquoi fallait-il qu’il vienne la voir dans ces vestiaires ?! Hein ?!

_________________

    ✔️ Sexyness is my second name...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dean Winchester


SFTD ADMIN ◈ queen of everything, kiss my feet


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Sweet Poison
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Jensen Ackles
✾ MES CRÉDITS : Dodixe
✾ MON MOI² : Pepper J. Sparrow & Jillian N. Beckenridge.
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 10/07/2009
✾ MES MESSAGES : 2894

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 32 ans
✾ STATUT SOCIAL : célibataire
✾ SON EMPLOI : chasseur


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: Dean Winchester ?! NO WAY |with dean|*   Dim 2 Aoû - 3:09

    Il y avait pas mal de choses totalement inexplicable dans ce monde, mais s'il y en avait une qui battait les records c'était bien l'amour, pas besoin d'être déjà tombé amoureux pour savoir à quel point il s'agit d'un sentiment étrange et ambiguë. L'amour ne se résume pas uniquement à de personne était étrangement attirée l'une vers l'autre, l'amour c'est aussi ce qui unie les personnes d'une même famille et cet amour est tout aussi incompréhensible que celui avec un grand « A ». Il nous pousse tout autant à faire des choses bizarres et non réfléchie, ils nous déchire et nous rapproche sans raison, il pousse un homme à suivre les traces de son père comme s'il ne pouvait faire autrement pour lui prouvé l'importance qu'il attache à sa famille, il en pousse un autre à quitter sa famille pour exprimer son besoin de liberté, il pousse les frangins à se rapprocher après des années de séparations pour retrouver leur père et il pousse se père à donner sa vie pour sauver celle de son fils, il nous pousse vraiment à faire des choses de taré, allez en enfer pour sauver son frère et chercher la vengeance dans les plus sombres recoin de la puissance enfouie en chacun de nous. Je pense que ma famille était un bon exemple de que l'amour familial pouvait pousser à faire et mon père lui même était un exemple des ravages de l'Amour avec un grand « A », ce qu'il avait fait après la mort de maman, sa quête à trouver la créature l'ayant tuée, est-ce que tout cela avait un sens ? N'aurait il pas fait mieux de rester chez lui à s'occuper correctement de ses deux enfants, nous élever autrement que comme des tueurs, respecter cette volonté que maman avait de nous offrir une vie normale parce qu'elle avait était élevée comme une chasseuse et ça ne lui plaisait pas, qu'est-ce qu'elle n'avait pas fait elle aussi par Amour ? N'avait elle pas sans le savoir vendu l'humanité de son fils contre la vie de l'homme qu'elle aimait ? En même temps sans ce pacte, ni Sam ni moi ne serions en vie aujourd'hui, peut être ne serait-ce pas plus mal. Tout ça pour en venir à la conclusion que l'amour était trop étrange, une chose tellement forte, rendant leur victimes heureuses jusqu'à ce qu'ils soient victime de son éphémérité, qu'importe la beauté de ce sentiment, l'amour avec un grand « A » est éphémère, il fini par s'éteindre un jour ou l'autre, il n'y a pas d'amour parfait, que dire sur l'amour qui unie les différentes personnes d'une même famille ? Celui ci n'est pas éphémère, il dur toujours du moment que personne ne fait le faux pas de trop, celui qui sera impardonnable, seulement c'est un amour à double tranchant, aussi bon que mauvais, il vous pousse au vice comme à la vertu. Alors quoi qu'on puisse en dire je pense que l'amour est bel est bien le sentiment le plus incompréhensible que la nature humaine puisse connaître. C'est sans doute cette façon de penser qui me force à m'écarter chaque fois de la route menant vers l'amour, n'ayant pas une bonne opinion de ce sentiment je le fuis et je prend ma liberté, je ne m'attarde pas au dur jeu des sentiments je ne prend de l'amour que l'aspect physique laissant de côté l'aspect qui fait battre les cœurs, oubliant le romantisme et la stabilité, je vais, je viens, je passe de bras en bras, sans jamais m'attacher à la chaleur d'aucun d'entre eux, j'applique une philosophie très particulière qui est « On couche et on part », c'est tellement plus simple comme ça. Je n'ai pas envie de connaître les ravages de l'amour, je voudrais en prendre que le meilleur, c'est pour ça que je choisis le sexe et que je laisse tomber le reste, enfin il y a aussi mon job qui me sauve des tortures de l'Amour, me forçant à quitter les jolies demoiselles que je rencontre, m'obligeant à les oublier dés que je quitte une ville et a ne jamais les regretter, j'ai très vite compris le truc, vu que lors de mes premières expériences « amoureuses » au lycée, j'étais soumis à se même rituel, restais quelques temps et partir, laissant tomber les filles que j'avais attiré dans mes bras, tout cela était devenu une habitude avec le temps, un jeu auquel je participait sans me poser de question, parce que je n'ai jamais su dire où était le mal dans ma philosophie. L'auteur de ce Rp tiens à citer les paroles d'une chanson entrant parfaitement dans la philosophie de son Deanou, « L'amour n'est rien, quand c'est politiquement correct », cette phrase correspond bel et bien à ma façon de pensé (Ha la la l'auteur de se Rp assure xD), bref il n'y a rien a ajouter à cette phrase, tant qu'on fait de l'amour quelque chose de correct, d'appuyé sur les sentiments ce n'est rien parce que ça ne dure jamais et que c'est absurde, pas la peine que je le démontre une nouvelle fois, je pense avoir était assez clair précédemment. En même temps je dis tout ça peut être parce que justement je ne suis jamais tombé amoureux, mais comme j'ai même pas envie d'essayer, je pense que ce n'est pas demain la veille que ça changera, parce que, qu'importe les sentiment que Jaelyn semble éveiller en moi, je ne peux pas tomber amoureux, la chasse m'en empêche, la chasse mais aussi la fin de ma qui semble une nouvelle fois être à porté de main. A quoi bon tombé amoureux avant d'aller combattre Lucifer ? Autant se dire que je tenterais après si je survis !

    Alors maintenant allez savoir pourquoi je m'attache tant à Jaelyn, moi même je l'ignore, elle est belle et mystérieuse, elle m'attire sans que je puisse dire être amoureux, peut être parce que je ne sais pas ce que c'est, mais peut être aussi parce que je suis sûr de mes sentiments et que je peux affirmer haut et fort que je ne suis absolument pas amoureux, évidemment, cette réponse me semble plus juste pour la simple et bonne raison que c'est celle que je préfère. Ceci dit, sans amour comment justifier un tel attachement ? Encore une question a laquelle je n'avais pas de réponse, il y a des moments comme ça où la vie nous surprend sans que nous puissions comprendre pourquoi ça nous arrive. Je suis très attaché à Jaelyn et j'ignore pourquoi, je renie l'amour et je désire plus qu'une nuit, parce que je neveux plus me passé de son regard bleu, de ses paroles rassurantes de sa façon de m'écouter quand je lui dit que ça ne va pas, je ne veux pas qu'après une nuit passé ensemble on s'ignore mutuellement parce que ce n'était qu'un « coup d'un soir », je pourrais abandonné cette idée de coucher avec elle pour garder cette complicité qui nous unis alors qu'on se connait à peine. Mais je la désire trop pour laisser tomber cette envie qui faisait de moi le Dean Winchester que vous connaissez tous, ce type immature qui s'envoie en l'air avec qui il veut quand il veut ! Renoncer serait vraiment absurde et ça détruirait complément le mythe de Dean Winchester, alors qu'importe le futur, concentrons nous sur le présent.

    Le présent c'est Jaelyn qui m'annonce qu'elle a déjà enlevé ses vêtements en dansant sur ce bar, ce genre de révélations me donnent envie de venir au bar encore plus souvent, pourquoi avais-je loupé une chose pareille ? Je souris à Jaelyn, autant pour cette partie de la phrase que pour la suite, je n'avais pas compter le nombre de fois où elle m'avait dit d'arrêter juste parce qu'elle n'avais pas envie de rougir face aux compliments que je lui faisais. C'était déjà trop tard ma pauvre amie ! Elle était tellement gênée qu'elle était partie sans même attendre que je lui réponde, tant pis. Je n'avais rien trouvé de mieux à faire que de la suivre jusqu'aux vestiaires, ce lieu où elle pensait sans doute que je ne pourrais pas la suivre, j'avais du mettre la main au portefeuille pour en obtenir l'accès, ça ne me dérangé absolument pas de toute façon cet argent n'était pas vraiment le mien. Quoi qu'il en soit, j'étais à peine entré dans le vestiaire que je me fis attaquer par un T-shirt ressemblant étrangement à celui que portait Jaelyn ce soir, comment voulait vous qu'un mec réagisse quand il se fait attaqué par le T-shirt de la fille qu'il était en train de draguer ? Moi même j'en savais rien ! Je ne savais pas quoi penser et le plus surprenant fut encore les paroles les paroles de Jaelyn c'était vraiment bizarre !

    « Bah, si j'ai pas le droit, j'ai pris le gauche ! Heureusement que j'ai l'habitude que les femme m'envoie leur T-shirt sinon j'aurais vraiment pas compris ce qui m'arrivait ... »

    Sur ses mots j'attrapais le T-shirt à mes pieds, avant de me dirigeait vers Jaelyn, n'ayant aucunement l'intention de me retourner, bien au contraire ! Il faut savoir profiter d'un spectacle quand il s'offre à vous ! Quand je fus assez prêt de Jaelyn plutôt que de lui rendre son T-shirt je mis mes mains sur ses épaules avant de l'embrasser, et j'arrête là parce que j'ai horreur d'écrire ce genre de scénes x)

_________________
UNDERCO.
Revenir en haut Aller en bas
http://sympathyforthedevil.forumactif.com
avatar

Jaelyn N. Miller


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Dodixe
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Leighton Meester
✾ MES CRÉDITS : Dodixe & LJ
✾ MON MOI² : None
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 18/07/2009
✾ MES MESSAGES : 1192

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 26 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Serveuse & Chasseuse


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: Dean Winchester ?! NO WAY |with dean|*   Lun 3 Aoû - 21:12


L'effet de l'ivresse est d'abolir les scrupules du sentiment.
[Alain]


    « Nous ne sommes jamais contents de ce que nous avons ». Une phrase assez philosophique lorsqu’on y pense mais tellement vraie. C’est vrai, lorsque nous sommes dans notre vie, nous regardons le monde, nous observons les gens, nous leurs parlons, nous les découvrons et nous finissons par les envier. C’est vrai. N’avez-vous jamais connu quelqu’un que vous enviez parce qu’il a quelque chose que vous voulez ? On ne se contente jamais de ce que l’on possède. Pourquoi ? Pourquoi vouloir toujours plus ? Est-ce vraiment le propre de l’être humain de toujours en vouloir plus ? Penser ceci est tellement étrange mais n’est-ce pas contradictoire de toujours vouloir. N’est-ce pas mal ? N’est-ce pas négatif ? On pourrait avoir deux réponses : La première serait oui ! Oui, c’est mal de toujours en vouloir plus parce qu’à trop en vouloir nous piétinons ceux qui n’ont pas fait le même choix que nous, qui se contentent de ce qu’ils ont, qui se disent que c’est déjà bien d’avoir ceci et qu’il ne faut pas trop en demander car tout perdre serait beaucoup plus dur après avoir eut autant. La deuxième réponse, ce serait non ! Pourquoi ? Parce que toujours en vouloir plus nous pousse à des choses extraordinaires dans notre vie, ces désirs si étranges nous poussent vers l’avant, nous donnent envie d’aller toujours plus loin, pour des raisons pas toujours très louables, mais elles nous poussent à réaliser des rêves, à aller vers de nouvelles horizons, à changer qui nous sommes.

    Et Jaelyn dans tous ça. Etait-elle contente de ce qu’elle avait ? Bizarrement oui. Elle qui aurait du en demander toujours plus, elle qui aurait du vivre dans la luxure et dans l’argent coulant à flot, avec une vie très facile. Ouais, dire que Jaelyn Miller aurait pu devenir une fille qui ne se contenterait jamais de ce qu’elle avait. Pourtant elle avait quitté le circuit depuis maintenant quelques années, bientôt huit. Elle ne ressentait plus vraiment cet horrible besoin d’acheter des choses complètement inutiles et très chères parce qu’elle avait appris à gérer son argent seule, sans avoir l’apport de papa et maman sur votre compte. Ouais, Jaelyn s’était émancipée et elle l’avait fait assez tôt pour ne pas avoir des séquelles de cette vie toute merdique, très bien payée certes, mais très peu louable. Alors maintenant elle voulait des choses d’une simplicité déconcertante : Elle voulait vivre, elle voulait s’amuser, elle voulait profiter, elle voulait porter des fringues déchirées, elle voulait… Elle voulait tomber amoureuse, un jour peut-être. Ouais. Elle voulait un jour pouvoir regarder des photos d’elle à cet âge et en rigoler en se disant qu’elle avait profité à fond de sa vie mais elle pourrait aussi regarder des photos de ses enfants et se dirait qu’elle avait réussit à tomber amoureuse alors qu’aujourd’hui c’est encore impossible pour elle. Le parcours amoureux de Jaelyn se résumait par ça : « Jaelyn, je t’aime ! ». La réponse, âme sensibles, s’abstenir : « C’est bien… Sinon tu fais quoi de beau ce soir ?! ».

    Ca fait mal ? Ouais très mal, elle en avait pleuré plus d’un avec son cœur de pierre. Devait-on la blâmer de ne pas se sentir prête à tomber amoureuse ? Non, elle n’y pouvait rien, elle ne pouvait pas faire l’impasse sur ce qu’elle avait toujours préconisé. Jaelyn n’était pas douce parce qu’elle avait peur de l’amour. C’était pour cette raison qu’elle n’aimait pas l’amour (comique !). Elle ne pouvait pas tomber amoureuse parce qu’elle avait peur de ne plus être la même, parce qu’elle avait peur d’être une autre, différente, moins appréciée… Elle ne savait pas comment elle deviendrait : Jalouse, introvertie, timide, tendre… Elle deviendrait la Jaelyn qui casserait le mythe et ce ne serait pas une bonne chose, pas du tout même ! Elle avait peur de sentir son cœur se serrer, elle avait peur de le sentir battre plus vite en présence d’un seul homme et plus seulement à cause de l’excitation. Elle ne pouvait pas tomber amoureuse pour l’instant, elle n’en avait pas le droit. Et puis l’amour n’était pas fait pour elle, c’était comme ça Elle avait toujours été contre l’amour, parce qu’elle sentait que même si parents ne s’aimaient pas ! Non, lorsqu’elle se levait le matin, qu’elle les apercevait passer en coup de vent, se faire un bisou de merde sur la joue et partir au boulot, ce n’était pas l’image de l’amour. Ce n’était pas l’image d’une famille soudée, plutôt l’image d’une femme qui n’a pas trop envie d’embrasser son mari, plutôt dégoûtée à l’idée de l’embrasser. Comment voulez vous que Jaelyn croie en l’amour si sa mère n’aime pas son père ? Ce n’était pas possible, ce n’était pas concevable ! Elle n’avait jamais connu de réel amour et ne voulait pas en connaître. Etait-ce trop demandé que de vivre seulement sa vie et de s’amuser sans se soucier du temps qui passe de du fait qu’à 26 ans il aurait peut-être été préférable de se caser et de faire des enfants ?! Oui, Jaelyn était différente parce qu’elle ne voulait pas se conformer à cette idée d’être une parfaite petite femme au foyer avec un mari barbant et des enfants plus qu’énervants. Ce n’était pas fait pour elle, elle en avait tout à fait conscience !

    Pourquoi avait-elle donc refusé de coucher avec Dean ?! Ils étaient deux adultes, consentants, ils n’avaient pas de relation chacun de leur côté. Alors pourquoi être obstinée à refuser de coucher avec lui alors qu’il était là, ivre, à la supplier à genoux en lui embrassant la cuisse ! Elle ne le savait pas vraiment. Peut-être parce qu’elle sentait qu’entre elle et Dean il allait falloir plus qu’un mec bourré et une nana qui profite de son état déplorable. Non, elle ne pouvait pas. Pourtant elle croisait son regard émeraude, elle sentait qu’il n’attendait qu’elle pour pouvoir sauter le pas, elle n’aurait jamais dit non à un autre, mais à Dean… Elle sentait qu’elle le voulait avec toutes ses capacités, elle le voulait lui et pas le Dean ivre mort qui s’endort avant la troisième mitemps ! C’était bête à dire mais, elle voulait pouvoir le regarder dans les yeux et ne pas y lire un message bizarre, limite pervers. Oui, elle voulait s’envoyer en l’air avec le vrai Dean Winchester, était-ce trop demandé ?! Elle aurait pu le faire plein de fois lorsqu’il n’était pas ivre, lorsqu’il venait d’arriver dans le bar, mais elle était en service et lorsqu’elle le finissait, lui en était déjà à plus d’une dizaine de verres. Alors elle l’aidait à rentrer chez lui, parce qu’elle ne se sentait pas le cœur à le laisser partir ivre mort et elle aimait bien parler avec lui encore un peu, même si ce n’était qu’une moitié de lui. Une moitié déraillée mais il était là et ça lui faisait du bien de ne pas être seule.

    Oui, elle était horriblement gênée par les compliments de Dean, parce qu’elle sentait qu’il arriverait peut-être à la faire craquer ce soir, qu’il aurait ce qu’il voulait, qu’elle n’aurait ce qu’elle voulait elle aussi… Puis en fait non, par on ne sait quel miracle elle arrivait à retenir ses pulsions qui lui donnaient envie de sauter sur lui et de lui arracher ses vêtements. Violente ? Non, seulement folle de lui au niveau physique. Il était beau comme un dieu et elle le savait depuis qu’ils s’étaient rencontrés, l’avait tellement pensé qu’elle avait faillit en tomber de sa chaise une fois. Mais bizarrement, ils ne s’étaient jamais touchés, comme si il leur fallait une distance de sécurité pour qu’ils ne se sautent pas dessus comme des animaux en rute. Alors ils se dévoraient des yeux, littéralement. Combien de fois la belle blondinette s’était-elle mordue la lèvre parce que le regard de Dean criait qu’il la trouvait sexy et qu’il avait envie d’elle ? Et puis elle ne faisait rien, ça en devenait démoralisant parfois alors elle jouait avec ses nerfs. Elle effleurait sa main dans lui prenant son verre finit, elle remontait quelque peu sa jupe, elle le chauffait pour encore plus attiser la flamme qui les liaient. Elle s’était éclipsée dans les vestiaires pour l’éviter alors qu’habituellement elle faisait tout pour rester avec lui et rendre les choses plus intenses qu’à l’accoutumée. Elle s’était enfuie parce qu’elle craignait de rougir et puis, elle ne savait pas pourquoi mais, elle n’était pas super combative contre son envie de lui ce soir, bien au contraire… Elle était là, en soutif alors que Dean Winchester était à la porte. Sa réponse la fit sursauter et elle se mit à lui crier avec un petit gémissement horrifié :

    « Non Dean, c’est pas ce que tu crois ! Attends... des filles t’envoient leurs t-shirts ?! »

    Elle fronça les sourcils en comprenant enfin ce qu’il venait de dire. Comme ça plein de filles lui envoyait leurs t-shirts à la figure ! Génial, et c’est pour quand le strip-tease ?! La jeune femme ouvrit de grands yeux surpris lorsque Dean s’approcha d’elle, il avait l’air déterminé et pas du tout près à s’enlever de son chemin ! Ca sentait le roussi pour elle, vraiment ! Dés qu’il posa ses lèvres contre les siennes, la jeune femme se rendit compte qu’elle n’aurait pas son t-shirt de si tôt. Elle suivit son baiser, ses lèvres avaient goût de Get, c’était pas mal du tout ! Elle passa une main derrière sa nuque et s’écarta quelque peu de son étreinte avant de lui dire avec un sourire charmeur :

    « Dean Winchester compte-t-il vraiment s’envoyer en l’air avec moi ici ?! Parce que j’ai dans l’idée que, si il le souhaite toujours dans… » Elle lui pris son bras pour regarder sa montre et dire : « deux heures, je finis mon service. On pourrait aller chez moi tous les deux et finir ce qu’on vient de commencer là. Parce que j’ai dans l’idée que si on se fait choper dans les vestiaires, je perds mon boulot et toi ta carte de membre fidèle au bar ! Quoi que… Alors ? Tu attends encore un peu ou tu envoies tout balader ? Au choix ! »

    Elle lâcha son bras avant de prendre son t-shirt de ses mains et d’ajouter avec amusement :

    « Tu n’auras pas besoin de ça je supposes ! »

_________________

    ✔️ Sexyness is my second name...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dean Winchester


SFTD ADMIN ◈ queen of everything, kiss my feet


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Sweet Poison
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Jensen Ackles
✾ MES CRÉDITS : Dodixe
✾ MON MOI² : Pepper J. Sparrow & Jillian N. Beckenridge.
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 10/07/2009
✾ MES MESSAGES : 2894

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 32 ans
✾ STATUT SOCIAL : célibataire
✾ SON EMPLOI : chasseur


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: Dean Winchester ?! NO WAY |with dean|*   Jeu 6 Aoû - 2:00

    Que dois t-on penser en cet instant où ce qu'on veut depuis plusieurs jours, plusieurs semaines et presque sur le point de se réaliser ? L'avantage quand je bois trop c'est que je ne me pose pas ce genre de question, j'agis sans réfléchir, sans me demander quels seront les conséquences de tel ou tel acte ou de telle ou telle paroles, je n'avais rien à regretter, rien a penser, j'agissais sans vraiment m'en rendre compte, il y a des fois où je suppose que c'est bien mieux, seulement la chute après une cuite et lente et douloureuse, les migraines et les nausées ne sont jamais très agréables, alors n'est-il pas des fois mieux de s'encombrer la tête avec nos pensées et nos réflexions, rester maître de ses gestes et de ses paroles mais aussi de ses souvenirs et de son bien être. Je suppose que c'est mieux, mais quelques fois nos pensées sont trop désagrables pour qu'on souhaite les garder, pour ma part si je bois comme un taré depuis mon arrivée à Ellington c'est bien pour cette raison, mes pensées et mes réfléxions sont trop dur à emagasiner, je sais bien que je n'étais pas le seul dans ce cas, Sam devait avoir du mal lui aussi et pourtant il s'accrochait comme il pouvait, il ne passait pas son temps à boire pour oublier ce qu'il avait fait et ce qu'il n'avait pas fait, mais ce n'était un secret pour personne, de nous deux Sam était le plus fort, il me l'avait prouver à de nombreuses reprises, quand moi j'étais replier dans un silence incomparable après la mort de notre père, lui n'hésitait pas à en parler, quand il mort, je n'ai pas su l'accepter et j'ai donné ma vie pour sauver la sienne, quand un an plus tard mon temps était fini, il s'est plus battu pour moi que je ne l'ai fait, et quand je suis parti pourir en enfer, lui il est resté, il a trouver la force de survrire, au mauvais endroit certes, mais n'aurais-je pas fais la même chose si ça avait été le contraire ? J'en sais rien, je me plait à me dire que non parce que je ne suis pas du genre à faire confiance aux démons bien au contraire, mais on ne sait pas de quoi on est capable quand l'envie de vengeance prend le pas sur vos capacités de réfléxions. Oui Sammy était sans aucun doute le plus fort de nous deux il me l'avait prouvé aussi prouvé en me filant la raclé du siécle dans cette chambre d'hôtel avant d'allez reveiller Lucifer ! Il n'avait vraiment pas besoin de boire lui, il supportait tant bien que mal le fardeau qu'il portait sur ses épaules, à sa façon. J'ignore comment, mais il s'en sortait mieux que moi.

    Moi j'étais là, dans cette ville paumée, je recherchais des informations que je ne trouvais pas, alors je baissais les bras et aussitôt, une vague de culpabilité envahissait mon esprit, elle me disait que j'avais tord de baisser les bras alors que tout était de ma faute, de l'apocalypse juste à la déchéance de mon frère. Je n'avais pas le droit de laisser tomber, je devais me battre jusqu'au bout, pour ramener la paix et Sam, mais je n'en avais jamais la force. Je ne trouvais rien et ses pensées me torturaient, alors j'allais au bar, je buvais, un verre, un autre puis encore un, et j'en passe sinon j'ai pas fini ! J'avais passé plus de temps à picoler qu'à enquêter sur les mystérieuses disparitions d'Ellington et je savais bien que ce n'était pas franchement glorieux, chaque soir quand je montais au volant de ma chevrolet pour me garer sur le parking de ce petit bar, je me disais « Dean tu va encore finir bourré et tu vas dormir toute la journée de demain et ça ne fera pas avancer les choses ! » et pourtant chaque soir je revenais après avoir passé la journée à dormir pour décuver. C'était un cerle vicieux du quel je n'arrivais pas à sortir, mais que voulez vous, quand ça va mal, il faut trouver un moyen d'allez mieux et on choisi rarement le meilleurs des moyens. Moi j'ai choisi l'alcool, mais je commence à me rendre compte que j'ai aussi choisi Jaelyn, car plus que pour boire, je venais pour elle, je n'avais pas forcément besoin d'allez au bar pour picoler, il suffisait que j'achéte de l'alcool en grande surface, mais je sais pas, chaque soir quand je venais et que Jaelyn était là, c'était agréable, je ne le dirais sans doute jamais assez, mais elle a cette capacité étonnante de vous écouter lui dire tout ce qui ne va pas. Que se soit quand vous êtes sobre ou complétement boourré, elle vous écoute, elle vous comprend, elle vous parle elle vous regarde de ses chavirants yeux bleus, dans ce bar, j'ai trouvé bien plus qu'un grand nombre d'alcool en tout genre me permettant d'oublier que tout va mal, j'ai trouvé un véritable reconfort, un baume permettant de soigner mes blessures internes. J'avais trouvé cette femme incroyable, la première à me faire douter ainsi de mes sentiments, la première ayant fait naitre la dure question qu'est : « Qu'est-ce que l'amour ». Seulement elle reste l'une des nombreuses qui ne me donneront pas la réponse à la question, parce que j'ai cette obligation de garder mon coeur solitaire, de ne pas le laisser s'attacher au charmes mortels d'une femme, l'auteur du Rp désire encore citer une chanson, « Que je meurs à l'instant si l'envie me reprend, de remettre ma tête dans la gueule du serpent, de me laisser encore crucifier le coeur pour un joli sourire au parfum de leur fleur. », l'auteur du Rp s'arrête ici, même si son moment préféré de la chanson est juste après, tout ça pour dire que je ne pouvais pas laisser mon coeur s'attacher à une femme, car je devrais la quitter pour partir sur les routes pour traquer les démons jusqu'à ma mort, telle était ma déstinée, je ne pouvais pas y échapper et je n'avais pas l'intention de la fuir, je ne pouvais qu'accépter ce qui avait été prévu pour moi, parce que j'étais le seul à m'être coincé dans ce destin en accéptant en enfer de torturer ses pauvres âmes pour échapper à ma propre torture. Encore quelque chose qui méritait bien de boire, oublier le mal que j'avais fais en enfer, c'était carrément impossible sans l'alcool, c'était tellement horrible, les quarantes années que j'avais passé là bas, je ne pourrais jamais les oublier. Je ne peux pas non plus les extorisée en parlant parce que ça me fait trop mal, et j'en ai déjà parler à Sam et même la capacité d'écoute de Jaelyn ne me permettait pas de lui raconter un truc pareille, dans le meilleur des cas elle me prendrait pour un fou et m'enverrait à l'asile psychiatrique le plus proche, dans le pire des cas elle me considérerait comme un sale type. Alors autant garder mes souffrances pour moi.

    Peut être serait-il temps d'arrêter l'alcool maintenant, Sam et moi nous nous étions réconcillié, alors il était sans doute grand temps qu'on se concentre sur l'affaire d'Ellington, ensemble, que j'arrête de le laisser tout faire tout seul, que je me mette à assumer, que je souffre en silencen mais que je souffre sans le ralentir, ce serait mieux pour moi, mieux pour lui et sans doute mieux pour Jaelyn, elle devait en avoir sacrément marre de voir des mecs bourrés comme moi lui faire la cours, c'est sans doute pour ça qu'elle refusait toujours de faire quoi que ce soit avec moi et au fond elle avait bien raison, les alcooliques doivent être vraiment lourds, ils puent l'alcool, ils ne savent plus ce qu'ils disent ou ce qu'ils font et le lendemain ils ne se souviennent de rien, ça ne vaut pas la peine de coucher avec mec qui ne se souviendra plus de vous le lendemain, Jaelyn méritait bien mieux, moi je dis pas, j'avais déjà couché avec une fille qui ne se souvenais plus de ce qu'on avait fait, Ludmiya de son petit nom. Une fille plutôt chouette aussi, mais ce n'est pas le moment de penser à elle, centrons notre attention sur Jaelyn et son histoire de T-shirt, quel idée j'avais eu de lui dire que les filles m'envoyaient souvent leur T-shirt ? Pour quel genre de mec j'allais encore passer ? Le genre de mec que je suis sans doute ... Un pervert, qui adore assister à des Strip-Tease ! Pauvre moi quand même, je devais quand même me concentrer d'avantage sur Jaelyn et ce que j'allais lui dire pour me ratrapper.

    « Ouais, enfin non, en générale c'est plutôt moi qui leur enlève... »

    Là j'étais carrément en train de m'enfoncer, ça voulait clairement dire, je m'envois souvent en l'aire avec les nanas, je le genre de type qui cumule les histoire d'un soir, mais qui l'assume et qui en est plutôt fier, autant dire que c'est censé faire fuir les filles les mecs comme ça non ? A part quand il sont séduisants peut être, je suis séduisant moi ? Je ne répondrait pas à cette question, ça n'en vaut pas la peine, mais l'auteur du Rp pense que la réponse est un enorme oui, ha la la, cette pauvre fille. Bref, Jae suivit mon baiser, ce qui semblait vouloir dire qu'elle ne me prenait pas pour un pauvre type sinon elle se serait sans doute contenté d'une claque, ça ne m'aurait pas beaucoup surpris, ça arrivait aussi dans le métier ce genre de situation, c'était plus rare que la réaction de Jaelyn mais bon (Alors séduisant ou pas le Deanou ? xD). Ça faisait un moment que j'espérais juste un baiser et je fus plutôt satifais, ses lèvres étaient douces et autant le dire clairement, elle avait du talent la Jaelyn ! En même temps ça ne m'étonnait pas une seule seconde. Vint le moment où elle s'écarta et où sur ses lèvres se dessina un sourire qui me fit craquer, sourire que le lui retournait.

    « C'est une bonne idée, je pense que je peux encore attendre deux heures, et je tiens à ma carte de client fidéle, autant que toi tu dois tenir à ton job »

    Je lui souris encore une fois, c'est vrai que je pouvais encore attendre deux heures étant donné que j'avais attendu plusieurs semaines déjà, deux heures de plus ou deux heures de moins, on ne voyait quasiment pas la différence maintenant ! En plus c'est vrai que je n'avais absoument pas envie qu'elle perde son boulot par ma faute ! Elle m'arracha son T-shirt des mains prétextant que je n'en avais sans doute pas besoin, bha elle n'avait pas tord. Mon sourire s'élargissa avant que je ne lui réponde.

    « Non je n'en ai pas besoin, je ne pense pas que ça m'irais .. »

    A vrai dire je m'imaginé plutôt mal, même carrément mal avec un T-shirt de fille ! Pauvre de moi quand même, je préférais mes fringues à moi – Et l'auteur pense aussi que c'est beaucoup mieux –, Bref, j'avais encore quelque chose à dire à la belle Jaelyn avait de la laisser partir et de l'attendre bien sagement.

    « Soit dit en passant, tu as très bon goût pour la lingerie ... »

    Encore des paroles dignes du goujat que j'étais, mais elles étaient vraies, elle portait un très joli soutien-gorge, et même si ce n'est pas le genre de remarque très romantique ques les femmes adorent, ben ça reste un compliment non ?

_________________
UNDERCO.
Revenir en haut Aller en bas
http://sympathyforthedevil.forumactif.com
avatar

Jaelyn N. Miller


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Dodixe
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Leighton Meester
✾ MES CRÉDITS : Dodixe & LJ
✾ MON MOI² : None
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 18/07/2009
✾ MES MESSAGES : 1192

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 26 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Serveuse & Chasseuse


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: Dean Winchester ?! NO WAY |with dean|*   Ven 7 Aoû - 2:54


La lingerie est indissociable de la condition humaine.
[Rebecca Bloomwood]

    Pourquoi avait-elle enfin cédé aux avances de Dean ? Pourquoi avait-elle été aussi rapide à retourner sa veste ? C’est vrai, elle qui s’était retenue pendant des soirées, des journées, des semaines et des mois. Elle qui avait toujours su dire : « Non » avec douceur, sans jamais vexer Dean, sans réussir non plus à l’obliger à arrêter ses demandes qu’elle gratifiait d’un magnifique sourire avant de dire encore une fois, une fois de plus, tellement qu’elle ne comptait même plus. Combien de fois l’avait-t-elle repoussé gentiment alors qu’il tentait d’approcher ses lèvres des siennes pour l’embrasser alors qu’il était complètement ivre ? La pire avait le premier jour, leur rencontre en réalité… Elle bossait avait ses camarades et ils étaient dans une bonne ambiance, Jaelyn avait déjà un peu bu avec certains clients. Oui, dans le bar, la coutume voulait que si un client commandait un verre et proposait au serveur de boire avec lui la même chose, il n’avait pas le droit de refuser. Alors, naturellement, vus que Jaelyn était une femme on lui proposait pas mal de verres dans la même soirée, elle adressait le plus souvent un sourire enjoué au premier mais lorsqu’elle arrivait au septième et qu’elle sentait sa tête tourner et le bar ne plus rester en place, son sourire de rigueur se crispait d’amertume et elle tirait une tronche pas possible alors qu’elle avalait le contenu du verre avec découragement. Le client était roi, certes, mais Jaelyn finissait parfois complètement ivre et ceci sans pourtant avoir eut envie de boire et sans payer une seule consommation ! C’était certes un avantage lorsque c’était les deux premiers verres, qu’elle s’échauffait et qu’elle était de bonne humeur, ça commençait à devenir problématique dés lors qu’elle commençait à ne plus marcher droit et sentait peu à peu les bouteilles lourdes dans ses doigts alors qu’elle servait le client et son propre verre. Mais cela n’était que les aléas du métier de serveuse dans un bar, rien de plus, rien de moins, elle endossait la responsabilité qu’elle avait d’être toujours fraîche et disponible pour servir et encaisser la monnaie, surtout pour encaisser. Avec le magnifique sourire qui vous vos parfois un petit pourboire. L’avantage aussi d’être une femme dans un bar et d’être plus précisément serveuse comme le cas de Jaelyn était que vous aviez pas mal de pourboires dues le plus souvent à votre physique plus que convenable. Ainsi la blondinette empochait plus d’argent que ses collègues parce qu’elle jouait de ses charmes pour avoir des pourboires en plus et ça fonctionnaient la plupart du temps.

    Malheureusement il y avait pas mal d’inconvénients à être serveuse et plutôt jolie le premier : Les dragueurs. Oui, vous êtes une serveuse, vous êtes sexy et vous êtes souriante, drôle et pétillante. L’attention des hommes se portait automatiquement sur vous, normal, vous êtes le plus souvent le centre de l’attention de toute la salle, de la plupart des regards masculins et certains féminins. Vous êtes souvent une petite attraction parce que, naturellement, vous aimez bien faire des trucs drôles comme jouer au poker avec les clients après le service, jongler avec des couteaux ou alors les lancer dans un jeu de fléchette et avoir pile le centre de la cible. Elle se faisait draguer presque tous les soirs, par Dean comme par d’autres. Le plus drôle était sûrement la réaction de Dean lorsqu’il comprenait qu’elle se faisait draguer par un mec alors qu’il faisait la même quelques secondes plus tôt. Cette expression sur son visage était à mourir de rire et Jaelyn n’avait que beaucoup de mal à se retenir d’exploser de rire devant ce doux visage torturé par la vision horrible du gibier appâté par un autre chasseur que lui. Heureusement pour lui Jaelyn n’en avait fichtrement rien à faire de l’autre idiot et revenait pour reprendre sa conversation avec Dean comme si de rien n’était. Mais il ne fallait pas aussi oublier que Jaelyn était une femme avec de la poigne et pas mal moqueuse. Elle arrivait le plus souvent à se débarrasser de ce genre de mecs seulement avec une petite réflexion pas mal désagréable, avec une remarque gênante. Elle était la reine du râteau et avec Grace, elle mettait un point d’honneur à ne jamais laisser un homme s’accaparer qui elles étaient. Alors Jaelyn envoyait gentiment bouler les garçons qui s’approchaient de Grace dés lors que sa comparse lui faisait comprendre qu’elle ne voulait pas de lui, et Grace faisait déguerpir un mec un peu trop collant avec la serveuse. Oui, elles étaient très fortes pour faire partir un homme un peu trop collant, très très fortes même, mais avec Dean, ça avait été tout autre chose...

    La jeune femme croisa lentement les jambes, sensuelle et féline, telle une danseuse en action. Pourtant elle ne dansait pas, loin de là, très loin de là même. Elle était assise au comptoir et parlait avec un habitué du bar, qui ne faisait que de critiquer les femmes et leur manque de poigne. La blondinette avait eut les yeux qui brillaient pendant un instant et elle avait répondu que elle n’était pas comme ça, qu’elle savait faire beaucoup de choses. L’homme lui demanda ce qu’elle pouvait faire d’aussi incroyable. Elle sourit en replaçant une mèche blonde comme les blés avant de dire à l’homme, croisant les jambes sensuellement :

    « Je peux vous battre au poker, je peux lancer des couteaux et toujours avoir le centre de la cible. »

    L’homme éclata de rire, cette mistinguette haute comme trois pommes et pas du tout musclée se disait capable de lancer des couteaux et toujours avoir le centre de la cible ? Il ne la croyait pas une minute ! Ce n’était pas une femme de cette carrure là qui pourrait faire ce que lui n’arrivait jamais. Elle ne savait pas viser, ça se voyait dans son regard, elle faisait comme tout le monde, elle gonflait son CV histoire de l’impressionner. Pourtant son sourire et l’expression de son visage témoignaient d’un calme assurance, étrange comme gamine ! Vraiment étrange… Non, c’était décidé, elle ne pourrait jamais le faire ! Il tapa du point sur la table et lui répondit :

    « Je pari 100 dollars que tu ne pourrais pas me battre au lancé de couteau ! Ca fait bientôt trente ans que je fais ça, tu ne pourras pas me battre ! »
    « Pari tenu ! »

    La jeune femme s’était levée et en même temps la porte s’était ouverte sur un jeune homme. La belle blonde avait appelé un serveur pour venir la remplacer. Elle avait ensuite suivit le vieillard au pari vers la cible avant de sortir sa lame en argent de sa botte devant le regard du nouveau visiteur qui l’avait observée quelques secondes. Deux minutes plus tard elle revenait au comptoir avec 100 dollars qu’elle comptait dans sa main avec un magnifique sourire pendant que le vieillard rallait parce qu’il s’était fait avoir comme un bleu. La belle blondinette rangea ses billets dans sa poche arrière avant d’entendre une voix s’élever d’une table voisine du comptoir :

    « Et bien, c’était un joli coup ! »

    Jaelyn tourna la tête vers lui, surprise. Elle s’approcha lentement, les mains dans les poches arrière, un sourire malicieux au coin des lèvres. Lorsqu’elle fut prête de l’homme en question, elle fut surprise du fait qu’il soit aussi jeune. Sa voix grave lui faisait penser à un homme plus mur, mais non, elle avait à faire un homme des plus charmant et jeune. Elle haussa les épaules avant de dire avec douceur :

    « Ca ?! Les hommes pensent que je suis un peu idiote parce que je suis jeune et blonde, je leur prouve donc que je ne suis rien de cela ! Au passage, je m’appelle Jaelyn ! »
    « Dean, Dean Winchester… »


    Elle s’en souvenait parfaitement de cette rencontre ! Ca ne s’oubliait pas ce genre de rencontre, surprenante, détonante. Dean était un garçon tous ce qu’il y a de plus doux et secret. Le pire était sûrement lorsqu’il commençait à lui parler de lui et de son frère et qu’elle l’écoutait, passionnée par ses histoires. Ouais, il était passionnant, franchement ! Il parcourrait le pays, comme ça, avec son frère dans sa Chevrolet, il dormait dans des motels et s’éclatait comme un fou, ça devait être génial comme vie. Elle, elle restait coincée à Ellington en tant que serveuse dans un bar pourri. Alors elle s’évadait en parlant avec Dean, captivée par ses histoires, son regard et cette folle envie qu’elle avait de laisser tout tomber et de crier qu’elle voulait partir avec eux. Elle passerait pour une gamine, rien de plus, et puis Sam et elle s’était la guerre des mondes fois dix mille, non, ce n’était vraiment pas possible qu’ils se retrouvent tous les deux dans la même voiture même si Dean était là en tant que médiateur. Non, ils étaient trop différents pour s’entendre. Pourtant elle n’avait pas parlé à Dean de Sam, elle ne le voulait pas, ils étaient frères et cela n’allait pas aller si elle en parlait, et puis elle s’en fichait de Sam lorsqu’elle était avec Dean, par contre, lorsqu’elle était avec Sam elle ne s’en fichait pas de Dean !

    Ils étaient là, dans ce vestiaire, et Jaelyn sentait clairement qu’elle n’allait pas franchement tenir par rapport à ses refus pour Dean, et puis elle n’en avait bizarrement plus envie. Elle rendait les armes assez facilement mais ce soir il n’avait bu qu’un verre, il était de bonne humeur et des plus patients, en plus elle mourrait d’envie de faire glisser cette le long de ses épaules, depuis pas mal de temps déjà. Elle en avait vraiment marre de se retenir alors que tous ce qu’elle désirait c’était finir la soirée avec Dean et rentrer toute seule en se demandant si il était bien rentré de son côté. La réponse de Dean par rapport à la question houleuse du : « Les filles t’envoient leur t-shirt ?! » la fit hausser sensuellement un sourcil. Ce n’était pas faux comme réponse mais quelque peu mal placé dans le contexte, voulait-il casser le moment ? Parce que là, il y contribuait vachement ! Il disait ouvertement qu’il couchait avec tout un tas de filles et ça la fit même sourire mais elle ne pipa mot. En fait, c’était plus à cause du baiser de Dean qu’elle ne dit rien et puis que pouvait-elle répondre ?! « Ouais bah écoutes, tant mieux, moi je fais pareil ! », elle passerait pour la même chose que lui et ce n’était pas du tout le but recherché, bien au contraire ! Elle se laissa aller dans le baiser pour noyer cette envie folle qu’elle avait de sortir une connerie plus grosse qu’elle, c’était beaucoup plus divertissant d’embrasser Dean Winchester que de lui dire qu’elle enlevait aussi pas mal de t-shirt en ce moment. Bien sur qu’elle embrassait bien, elle avait embrassé tellement d’hommes qu’elle savait très bien comment faire. Encore une chose à ne pas dire à Dean au passage. Il lui rendit son sourire et elle se sentit fondre alors que sa réponse la fit le désirer qu’encore plus. Elle passa ses bras autour de son cou avant de lui dire avec douceur et avec malice :

    « Tout a fait ! Et puis… Deux heures c’est pas si long que ça ! Hein ? C’est pas comme si on allait se sauter dessus comme des animaux ? Pas vrai ?! »

    La belle blonde cherchait à faire acquiescer Dean pour être sûre qu’elle-même n’allait rien faire avant d’être chez elle. La jeune femme en était certaine, si elle ne tenait pas, elle l’attraperait par le col direction les vestiaires, mais elle savait qu’elle pourrait se retenir. Elle au moins était d’une patience à toute épreuve… Le nouveau sourire de Dean, l’obligea à faire de même alors qu’elle détournait les yeux. Sa réponse alors qu’elle lui piquait son t-shirt des mains la fit éclater de rire et elle acquiesça avec un magnifique sourire. Voilà une chose qui était sûre, Dean ne mettrai jamais ses fringues, il en était tout simplement hors de question ! Elle n’allait pas risquer de les agrandir pour un délire avec lui, oh ça non ! Les dernières paroles de Dean la firent ouvrir grand la bouche avant de le taper à l’épaule. Pour qui il se prenait pour parler de sa lingerie ! C’était certes un compliment, il était très mal placé, même si elle devait bien avouer que cela la faisait bien rire. Elle le toisa deux secondes avant de l’embrasser de nouveau avec fougue, puis déposa un baiser sur sa joue avant de lui dire à l’oreille avec un énorme sourire :

    « Soit dit en passant Dean, j’attends avec impatience que ces deux heures s’écoulent… »

    Elle déposa un baiser dans sa nuque avant de le regarder dans les yeux avec un sourire délicieux avant de remettre son t-shirt et d’ajouter :

    « Pour ma lingerie, tu as tout à fait raison, j’ai très bon goût, ça me fait très plaisir que tu le remarques ! »

_________________

    ✔️ Sexyness is my second name...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dean Winchester


SFTD ADMIN ◈ queen of everything, kiss my feet


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Sweet Poison
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Jensen Ackles
✾ MES CRÉDITS : Dodixe
✾ MON MOI² : Pepper J. Sparrow & Jillian N. Beckenridge.
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 10/07/2009
✾ MES MESSAGES : 2894

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 32 ans
✾ STATUT SOCIAL : célibataire
✾ SON EMPLOI : chasseur


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: Dean Winchester ?! NO WAY |with dean|*   Dim 9 Aoû - 2:02

    J'avais longtemps attendu ce moment, qu'elle m'invite enfin à passer chez elle après son service, j'avais su être patient et déterminé, jamais je n'avais baissé les bras, j'avais continuer à venir soir après soir, depuis la première fois que je l'avais depuis la première fois qu'elle s'était adressée à moi, à partir du moment où j'avais entendu sa voix, où j'avais vu ses magnifiques yeux bleus je n'avais eu de cesse de me dire qu'elle finirait dans le même lit que moi, vous m'avouerez, ce n'est pas très romantique, mais je ne suis pas du tout un mec romantique alors ça n'a rien de surprenant. Je m'étais vite attaché à la belle Jaelyn, je lui avait raconté un tas de chose, écartant chaque fois la partie chasse de mes récits, je ne m'étais pas retenu de lui dire que je m'étais embrouillé avec mon frère, qu'en ce moment ça allait mal, et elle avait était la première à me conseillé de lui parler, de mettre les choses au clair avec lui et c'est ce que j'avais fait, et depuis ça allait mieux, d'ailleurs il faudrait que je pense à la remercier pour ça un jour, parce que son aide m'a était précieuse, pas seulement parce qu'elle avait été de bon conseil mais aussi parce qu'elle avait été là pour m'écouter dans un moment où j'avais eu besoin qu'on m'écoute je lui avait raconté beaucoup de choses sans jamais lui révéler la vérité, je lui avait parler des mes erreurs sans dire ce que c'était. Elle savait que j'avais fait quelque chose que je ne pouvais pas me pardonner, bien sûr elle ignorait qu'il s'agissait de tortures qui avait déclenchées le réveil de Lucifer, peut être qu'un jour je serais capable de lui dire, parce que j'avais cette impression au fond de moi, cette impression qui me laissait croire qu'elle ne me prendrait pas pour un fou bon a interner, je me tromper peut être, et j'aimerais un jour en avoir le cœur net, au pire comme je buvais beaucoup en règle général quand je venais au bar, elle penserait juste que se sont les paroles d'un mec bourré. Alors je suppose que je devrais tenter ma chance et essayé de lui parler réellement de ce que je fais parce que c'est une femme que j'apprécie et qu'il serait temps un jour de mettre un terme à tout ses mystères que je fais autour de moi, autour de mes erreurs, autour de mes voyages, autour de ma famille. Seulement peut être que c'était ses mystères qui faisait qu'elle s'était rapprochée de moi, de la même façon dont moi même j'avais était attiré par ses propres mystères, je m'étais rapproché d'elle parce que j'avais craqué sur sa beauté mais aussi ses nombreuses chose que j'ignorais sur elle, par exemple comment faisait elle pour envoyer si facilement un couteau au centre de la cible ? Ce n'était pas forcément quelque chose de réalisable pour n'importe qui, c'était quelque chose qui s'apprenait avec patience et détermination, je le savait car j'étais moi même capable aujourd'hui de lancer un couteau pour qu'il aille se planter au centre d'une cible, mais c'était justifié grâce à mon métier, j'étais chasseur, j'avais besoin de savoir viser. Jaelyn était serveuse, je ne suis pas sûr qu'elle ait besoin de savoir viser dans son boulot, elle cachait quelque chose, quelque chose qui m'intriguait, quelque chose que je voudrais tant savoir pour pouvoir découvrir la vraie Jaelyn parce que même si ces mystères m'attirent, je suis un homme des plus curieux, j'ai besoin de découvrir ce que je ne sais pas, de rechercher sans cesse la vérité, sans doute parce que c'est quelque chose qui fait partit de mon métier, ne jamais laisser les charmes du mystère prendre le dessus sur la vérité, en cet instant présent c'était déjà trop tard, j'avais littéralement succombé aux mystères de Jaelyn. Mais je savais que je pouvais les percer, peut être que si nous pouvions nous revoir après cette nuit j'y arriverais, à part si elle n'avait pas envie de me revoir, j'en savais rien moi. Je ne pense pas qu'il soit nécessaire de revenir sur le fait que j'ignorai beaucoup de choses sur les intentions de Jaelyn, j'ignorais beaucoup de chose sur Jaelyn en générale de toute façon. C'est sans doute étrange de sentir une attirance dénuée de ce sentiment stupide que l'on appelle amour, pour une personne dont on ne sait pratiquement rien et pourtant on sait pertinemment que ce n'est pas qu'une attirance physique, il y a plus que ça entre Jaelyn et moi et c'est quelque chose que je sais depuis notre première rencontre, elle est clair comme de l'eau de roche et pourtant j'ai finis ivre mort ce soir là ! Je venais tout juste d'arriver dans cette petite ville merdique, on était à peine arrivé que je m'étais pris la tête avec Sam, alors la première chose que j'ai faite ce soir là c'est aller au bar et je ne regrette pas, parce qu'il n'y a que les douloureuses migraines et les nausées d'après coup qui me font regretter une bonne cuite ! Mais une fois que c'est passé il n'y a plus rien à regretter. Mais après cette soirée, même quand je me suis réveillé avec cette impression que je m'étais fais écrasé par un bulldozer, même si j'ai finis à quatre pattes au dessus de la cuvette des toilettes, je ne regrette pas d'être venu au bar, car ce soir là j'ai rencontré l'une des rares personnes qui valait le coup d'être rencontrée dans cette ville merdique, premier soir, première rencontre intéressante, ça semblait commencer plutôt bien pour moi, seulement, je me suis vite rendu compte que j'avais eu une sacrée chance ce soir là, j'ai vite appris que les perles rares étaient particulièrement rare à Ellington.

    En cet instant, dans ses vestiaires je sentais enfin que ma patience et ma détermination avait était utile, c'était comme un soulagement au plus profond de moi, un soulagement qui m'avais fait dire des conneries d'ailleurs, arrivé sur ce que l'on pourrait appeler le chemin de la gloire, j'avais cessé de réfléchir à ce que je disais et pourtant j'étais sobre, alors c'est pour dire ! Ma grande connerie avait fait que j'avais dis à Jaelyn que j'avais l'habitude d'enlever les T-shirt des filles me faisant ainsi passer pour un mec qui couchait à droite et à gauche, en même temps c'était exactement ce que j'étais ! Alors j'allais quand même pas lui dire que j'étais un mec fidèle prêt à s'engager, que je n'avais ôter les T-shirt qu'à des filles dont j'étais follement amoureux ou pire encore, lui dire que j'étais puceau ! Ce que j'entend par là c'est qu'au moins j'étais sincère, je veux bien avouer que j'en avais sans aucun doute dit beaucoup trop, mais qu'importe j'avais dit la vérité et on ne pouvait pas me blâmer pour ça. Mon expérience m'avais avais appris que le moindre petit mensonge pouvait engendrer l'apocalypse, sans mauvais jeu de mot bien sûr ! Bien sûr là ça n'aurait pas était grand chose surtout qu'elle ne m'aurait pas cru, je n'avais pas du tout l'air d'un mec romantique qui se fait l'amour qu'avec les filles dont il tombe follement amoureux et j'avais encore moins la tête d'un mec puceau, ni même le comportement bien au contraire ça se voyait sur mon visage que j'étais un libertin, personne n'aurait pus croire le contraire. Jaelyn ne releva pas cette histoire de T-shirt et c'était beaucoup mieux comme ça, en même temps on allait pas en faire un pâté hein ! En plus entre nous, Jaelyn n'avais pas non plus l'air d'être non plus le genre de personnes tout à fait pure. Déjà elle buvait beaucoup, je ne me souviens plus le nombre de fois où moi même je lui ai payé un verre, un truc que faisait un bon nombre de client, mais j'étais peut être celui à lui en avoir offert le plus au cours de ses dernière semaines, ajouté à cela qu'elle n'hésitait pas à jouer de ses charmes pour obtenir un pourboire et trouvez moi la pureté la dedans ! D'ailleurs j'étais bien le premier à lui laisser des pourboires, la pauvre, si elle savait seulement à quel point cet argent a été obtenu illégalement ! Vive les fausses cartes de crédits ! En même temps c'était une grosse fraude totalement justifiée ! Mon boulot était dur et risqué et jamais je n'étais rémunéré ! C'est se foutre de la gueule du monde ! En même temps si ça devenait un travail à part entière il faudrait faire des études et tout le bordel, rien que de penser au mot étude, j'en ai des frissons dans le dos ! Heureusement que je n'avais pas eu à faire d'études pour en arriver là où j'en étais. J'étais plutôt satisfait de la vie que je menais, bien sûr il m'arrivait de regretter de ne pas faire bien de ne pas pouvoir avoir une vie normale, une femme des enfants, mais après réflexion je finissais toujours par me dire que la vie que je menais me permettais de sauver des vies et donc de donner la possibilité à ses gens menant une vie normale de continuer de la mener et d'être heureux. Et de toute façon, je ne me considérais pas comme quelqu'un de malheureux, c'était plutôt agréable cette liberté de naviguer sur les routes des États unis selon notre bon vouloir, et même si ces derniers temps entre Sam et moi ça n'avait pas était la joie, j'étais quand même plutôt bien accompagné, alors pas de regret.

    Pour en revenir à nos petits moutons, Jaelyn était vraiment une fille charmante, elle était si proche de moi, douce et malicieuse, sa voix était adorablement séduisante. Ses paroles me firent décrocher un sourire, je suppose qu’elle avait raison, nous n’étions pas des animaux impatients, quoi qu’avec le temps qu’elle m’avait fait déjà attendre j’aurais eu le droit de lui sauter dessus ! Mais bon, je savais encore me tenir ! Une bonne nouvelle pour mon entourage d’ailleurs. J’étais prêt à attendre deux petites heures sans soucis surtout que ma patience sera récompensée ! Je lui souris, toujours avec le sourire charmeur qui en faisait craquer plus d’une, avant d’approcher mon visage du sien et de déposer sur ses lèvres un simple baiser, je me ré éloigné un peu avant de lui répondre.

    « Je suis un mec assez patient, alors je suppose que je pourrais facilement tenir deux heures de plus … »

    Elle rigola quand elle entendit ma réponse sur le fameux t-shirt, en même temps moi avec des vêtements de filles c’était tellement risible que ça ne risquait pas d’arriver ! Non mais, vous imaginez le grand, le beau Dean Winchester avec des vêtements de fille ? Nan sérieux, ça casserait le mythe, c’est un peu comme les vieux short rouge de survêtement tout pourris si vous voyez ce que je veux dire ! Je valait bien mieux que ça quand même, j’avais une réputation à tenir alors je n’arrivais même pas à m’imaginer dans des vêtements de fille, en plus je rentrerais même pas dedans ! J’suis loin d’être taillé comme une nana ! Encore heureux, vous imaginez un mec taillé comme une fille en train de chasser les démons ? Le pauvre type, j’ai bien peur qu’il ne survive pas très longtemps ! Enfin bref, ma remarque sur les sous vêtements de Jaelyn fut accueillie d’une tape sur l’épaule qui me fit sourire. Elle me regarda quelques secondes, posant ses magnifiques yeux bleus sur les miens, avant de m’embrasser à nouveau, il va de soit que je suivis le mouvement si vous voyez ce que je veux dire ! Les mains posées sur ses hanches, je l’embrassait jusqu’à ce qu’elle se retire pour déposer un baiser sur ma joue et murmurer à mon oreille qu’elle attendait avec impatience que ces deux heures s’écoulent, j’étais dans le même cas qu’elle, c’est pourquoi, je lui répondis le sourire aux lèvres.

    « Moi de même Jaelyn … »

    Ce fut dans ma nuque cette fois qu’elle déposa un nouveau baiser, j’adorais le contact de ses lèvres douces contre ma peau, je crois que je ne me lasserai jamais de ses petits baisers, ç croire qu’en l’espace de quelques secondes je suis tombé dans une drôle d’addiction, remarquez, c’était toujours mieux que le sang de démon ! Moins dégueulasse, moins dangereux et tellement plus agréable et sensuel. J’aimais cet instant, j’aurais aimé qu’il dur encore un peu, mais Jaelyn avait encore du boulot, alors je devais la laisser partir et surtout remettre son t-shirt, même si la voir le remettre eu pour effet de me décevoir un peu, elle était tellement plus sexy en soutien gorge ! Enfin bon, elle n’allait pas allez bosser en sous vêtements !

    « Je remarque toujours les belles choses … »

    Et oui, je remarquais toujours les belles choses, c’est bien pour ça que j’avais remarqué Jaelyn, elle faisait partie des « belles choses » de notre monde, elle était une perle rare, une femme extraordinaire et tellement différente des autres femmes qui vivaient à Ellington, elle valait mieux que toutes ses pimbêches mariées qui ne cessait de jurer que par dieu et dont les maris étaient quasiment tous dans ce bar tout les soirs ! J’étais ravi de connaître la belle Jaelyn et j’étais ravi que cette nuit enfin, j’allais pouvoir profiter pleinement de ses charmes …

_________________
UNDERCO.
Revenir en haut Aller en bas
http://sympathyforthedevil.forumactif.com
avatar

Jaelyn N. Miller


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Dodixe
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Leighton Meester
✾ MES CRÉDITS : Dodixe & LJ
✾ MON MOI² : None
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 18/07/2009
✾ MES MESSAGES : 1192

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 26 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Serveuse & Chasseuse


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: Dean Winchester ?! NO WAY |with dean|*   Mar 11 Aoû - 7:57



L'amour, c'est attendre quelqu'un depuis toujours, une
aventure, c'est attendre quelqu'un depuis qu'on le connaît.
[Jérôme Touzalin]



    Sur quoi était donc basée la relation entre Dean et Jaelyn ? C’était souvent la question que se posaient beaucoup de personnes dans le bar. Oui, des habitués observaient souvent les deux jeunes gens en train de parler. Ils les observaient pendant des heures, leurs vue se troublant au fur et à mesure qu’ils prenaient des verres pour passer le temps et histoire de dire qu’ils sont la seulement pour picoler alors qu’ils ne sont là que pour suivre la plus ou moins « romance » entre elle et Dean. Un peu comme les feuilletons à l’eau de rose, avec ses rebondissements à deux balles, ses histoires d’amours à répétitions, ses mariecouchetoilà, ses accidents… Ouais, il fallait croire que ce qui se passait entre les deux libertins en chef attendrissait de vieux baroudeurs qui s’amusaient à les regarder comme s’ils étaient devant les feux de l’amour, bien assis dans un fauteuil avec la boite de mouchoirs en papier sortie pas très loin. Pourtant ils n’étaient pas amoureux, ils n’avaient pas du tout l’intention de tomber amoureux l’un de l’autre si vite, renier vingt-six ans et trente ans de célibat et d’aventures en tout genre, ce n’était pas très facile et il fallait en vouloir et « en vouloir » c’était ce qu’ils n’avaient pas tous les deux. Nan, décidément on pouvait difficilement comprendre ce qu’une bande de vieux buveurs pouvaient bien trouver d’intéressant à la relation entre Dean et Jaelyn, à leurs instants tous les deux dans le bar, à leurs sourires, à leurs rires ou à leurs regards échangés. Et bien la blondinette n’en savait fichtre rien ! Tous ce qu’elle savait était qu’ils n’arrêtaient pas de les regarder et qu’ils attendaient avec impatience l’instant où ils allaient s’embrasser, histoire de donner une fin heureuse à leur histoire d’amour fictive. Ca faisait très roman photo dans les magasines pour femmes, nan ?! Comment était-elle au courant du fait qu’on les observait elle et Dean ? Tout d’abord, elle avait trouvé qu’on les regardait pas mal depuis quelques temps, elle se sentait épiée, littéralement. Elle ne se sentait pas très bien dans le bar et voulait de plus en plus être seule avec le beau brun. Et puis, elle avait entendu une petite conversation alors qu’elle venait servir les observateurs en question. Ce soir là Dean n’était pas là, elle se retrouvait donc seule et se faisait chier comme un rat mort. Véridique. Elle était littéralement avachie sur le bar, le coude posé sur le comptoir et le menton posé sur la paume de sa main. Observant les ivrognes en se demandant ce qu’elle pourrait bien faire pendant son service, elle avait vus une main se lever pour l’appeler. C’était marrant mais elle bossait depuis ses dix-huit ans ici et elle ne s’était jamais autant ennuyée. A croire que maintenant elle avait besoin de la présence de monsieur Winchester dans les parages pour être bien, détendue et pour s’amuser. Ca en devenait parfois maladif, elle se demandait ce qu’il faisait, si il n’était pas blessé, se demandait même si un démon qu’elle chassait ne l’avait pas attrapé pour la faire venir. Lui servant ainsi d’appât pour la belle serveuse. Mais bien souvent c’était parce qu’il se tapait une fille ou qu’il était trop occupé autre part, alors Jaelyn prenait son mal en patience et se morfondait sur elle-même en observant les gens sans intérêt dans la salle. Ce fameux soir, elle avait pris leur commande et lorsqu’il avait été temps de les servir, elle avait surpris une conversation assez spéciale… « Il lui manque… », Disait l’un d’eux. Un autre disait plus précisément : « Cette Jaelyn doit être amoureuse, c’est obligé ! Vous avez vus comment elle le regarde à chaque fois, comment elle sourit ?! C’est pas comme ça qu’elle est avec tout le monde, moi je vous le dit ! ». La belle blonde s’était alors approchée lentement avec un sourire de rigueur malgré son visage couleur rouge tomate avant de déposer les boissons avec empressement et de s’enfuir. Elle était gênée, comment pouvait-on parler d’elle dans son dos ? Parler d’elle et de Dean ?! Affirmer par A B qu’elle était follement amoureuse de lui alors que ce n’était pas la vérité ! Perdue, ce soir là, elle était rentrée en ressassant cette histoire dans sa tête, des larmes parlant le long de ses joues encore rouges. Elle se sentait mal, frustrée, perdue, déboussolée ! Elle ne supportait pas de voir les gens s’approprier sa vie, ses choix mais plus encore, ses sentiments ! Elle ne savait pas ce qu’elle ressentait pour Dean et elle ne voulait pas le savoir. Elle voulait juste plonger dans ses yeux verts émeraude, sourire à ses remarques, poser une main réconfortante sur la sienne lorsqu’il lui raconte une histoire difficile pour lui, rougir à ses compliments, se mordre la lèvre lorsqu’elle le trouve trop désirable, éclater de rire lorsqu’il fait le pitre, le prendre dans ses bras lorsqu’elle à envie de le sentir plus prés d’elle en prétextant que ça lui remonterait vachement le moral si elle lui faisait un câlin magique. Sympa comme prétexte, hein ?! Oui, lorsqu’elle voulait, la jeune femme pouvait trouver de très bonne excuses bidon pour avoir ce qu’elle voulait, mais dés qu’on parlait de Dean Winchester, les excuses bidon on s’en fichait un peu parce qu’elle avait juste à lui dire avec une tête de chien battus : « Fais-moi un câlin… », Il lui sauterait tout de suite dessus pour le bien de la communauté ! Elle était même sûre à quatre-vingt dix-neuf pourcent que si elle lui demandait comme ça, ouvertement : « Embrasses-moi devant tout le monde… », il le ferait sans hésiter parce qu’il saurait que dés qu’il aurait posé les lèvres sur les siennes, elle craquerait et finirait que plus rapidement dans son lit. Alors s’était seulement ça que voulait Dean ? Il ne voulait que coucher avec elle ? Et après alors ? Que se passerait-il finalement entre eux ? C’était précisément pour cette raison que Jaelyn avait toujours refusé de coucher avec lui, parce qu’elle sentait que ce n’était que ça qu’il voulait d’elle, qu’il ne voulait que son corps et rien d’autre, qu’il ne voulait que son corps et pas continuer à parler avec elle. C’était frustrant de se dire qu’elle était là, qu’elle voulait que tout ça continu, qu’elle voulait continuer à parler avec lui et à le voir venir au bar parce que sinon, elle ne se sentirait pas bien, elle se sentirait si mal, si perdue.

    Mais qu’est-ce qui avait donc pu changer entre eux pour qu’aujourd’hui elle se décide à lui proposer de s’envoyer en l’air chez elle ? Elle n’en savait fichtre rien mais son cœur lui avait dit qu’elle pouvait croire en lui, lui faire confiance et qu’il reviendrait peut-être la voir. De toute façon, si il ne le faisait pas, que pourrait-elle bien faire ?! De toute façon elle n’aurait jamais le courage d’aller le voir en lui demandant des comptes. Elle aurait l’air de quoi. Juste imaginer Jaelyn Miller frappant à la chambre d’hôtel de Dean et Sam Winchester, emmitouflée dans son énorme pull avec les larmes aux yeux. Non, elle n’était pas comme ça, elle était beaucoup trop humble pour aller le voir et lui cracher son venin au visage. Elle n’avait pas besoin de ça, et puis, ce n’était pas comme si elle était amoureuse de lui ! Bordel ! Comme si elle allait venir chialer à sa porte comme une pauvre idiote complètement folle de lui, et puis quoi ? Tu veux pas cent balles et un mars, non plus ?! Non, Jaelyn n’allait pas ramper aux pieds de Dean pour l’avoir de nouveau dans le bar, pour s’envoyer en l’air une nouvelle fois avec lui ! Non, si il décidait de partir, elle laissait tomber et l’oubliait, ce serait dur, vachement dur mine de rien… Mais elle n’avait pas changé d’avis pour se retrouver seule dans le bar à faire une dépression. Elle avait changé d’avis parce qu’elle sentait qu’elle ne pouvait plus attendre, qu’elle en avait marre d’attendre, et puis il fallait dire qu’elle n’avait pas eut le temps de réfléchir avec le baiser si surprenant et si délicieux que lui avait offert Dean. C’était vrai que sentir enfin ses lèvres contre les siennes avait changé toute la donne, elle s’était sentie fondre, comme du beurre sur du pain de mie grillé. Elle s’était laissée faire comme une débutante, elle s’en voulait presque mais d’un autre côté… Ne regrettait rien de ce baiser inattendu. Elle savait tellement de choses sur lui, elle l’écoutait parler de ses problèmes, le conseillait, tentait de trouver des réponses à ses questions qui lui faisaient du mal, elle cherchait à l’aider par sa présence. Elle adorait être là dans le bar, à le dévorer des yeux, ne suivant même pas ce qu’il disait, juste acquissent histoire de dire qu’elle était là et qu’elle comprenait ce qu’il ressentait. Elle se mordait alors la lèvre inférieure et passait une main dans ses cheveux blonds avant de reprendre connaissance dés lors que Dean devient muet. Dans ces moments là, elle lui sourit tendrement avant de lui dire en jouant le tout pour le tout : « Mince alors ! Qu’est-ce que tu en as des aventures dans ta vie ! Et moi qui suis ici depuis mes dix huit ans ! ». Parlait-elle de ses parents ? Non, jamais, Dean ne savait rien et c’était très bien comme ça ! Il n’avait pas à savoir son passé de petite fille pourrie gâtée parce que ses parents s’en foutaient complètement d’elle. Jaelyn n’était pas là pour se faire blâmer par toutes les personnes qui lui parlaient au bar, elle avait certes manqué d’attention étant jeune, elle n’avait pas besoin qu’on ait pitié d’elle aujourd’hui pour exister, bien au contraire ! Elle ne voulait pas que ça se sache parce qu’elle ne voulait pas être appréciée seulement parce qu’elle faisait pitié… Alors elle ne lui avait rien dit pour ses parents et ne lui dirait peut-être pas, sauf si lui il abordait le sujet en lui parlant des siens, peut-être ferait-elle l’effort. Ou sinon cela sortirai tous seul, sans qu’elle n’ai le temps d’y réfléchir à deux fois avant de parler ou de tourner sept fois sa langue dans sa bouche. Heureusement donc pour Dean qu’il était d’une patience à toute épreuve, parce qu’il voulait en savoir plus sur Jaelyn et ses mystères, il allait avoir besoin de pincettes et de temps, beaucoup de temps ! La patience, encore une chose dont il aurait besoin pour attendre que ces deux heures passent et qu’il puisse avoir ce qu’elle attendait. Le sourire de Dean la fit fondre alors qu’il approchait son visage du sien pour déposer un baiser sur ses lèvres, à ce rythme là, elle allait devenir une guimauve en cinq minutes si il continuait à jouer avec ses nerfs comme ça ! Elle regarda derrière lui, la porte toujours fermée avant de dire en haussant les sourcils :

    « Tant mieux alors, mais je dois avouer qu’attendre autant de temps juste pour coucher avec moi, c’était très fort de ta part ! T’étais en manque ou quoi ?! Parce que pour attendre une fille comme moi pendant autant de semaines, il doit y avoir quelque chose… »

    Elle n’avait pu s’empêcher de sortir la fin, c’était plus fort qu’elle ! Si on y réfléchissait bien, il devait avoir une raison à toute épreuve pour expliquer le fait qu’il l’ai attendu autant de temps, sinon c’était juste parce qu’il se faisait chier et que Jaelyn était une bonne poire, soit alors il testait son pouvoir de séduction et avait décidé de quitter la ville après s’être fait la serveuse à cinq cent milliard de dollars ! La jeune femme l’avait embrassé une nouvelle fois, avec plus de fougue que Dean précédemment, sentant les mains du beau brun aux yeux émeraude se poser délicate, ni vu ni connu sur ses hanches. Elle ne dit rien, après tout, que pouvait-elle dire ?! Il avait déjà eut la galanterie de pas les poser sur son derrière, s’était déjà pas mal du tout pour un libertin qui couche avec tous ce qui bouge et qui enlève les t-shirts à la pelle. S’était un très bon début même ! Alors qu’elle posait ses lèvres contre sa peau, elle sentit un frisson parcourir son échine alors qu’il lui répondait qu’il était dans le même cas qu’elle. Si elle avait eut moins de retenue et si elle n’avait pas dit précédemment qu’elle n’allait pas se jeter sur lui, elle aurait dés lors retiré cette foutue veste. Mais un peu de tenue ne faisait pas de mal, elle se contenta donc de sourire jusqu’au oreille comme une gentille fille à papa, elle se revoyait encore avec son bandeau blanc, cette robe cintrée à la taille et ses cheveux blonds lissés, tous ça étant parfait, trop parfait ! La nouvelle addiction made in Dean Winchester n’était pas vraiment gênante pour la jeune femme qui adorait le contact humain et plus encore le contact avec Dean. Juste poser sa main sur la sienne la rendait contente alors imaginez maintenant qu’elle avait ses bras autour de son cou, qu’elle embrassait sa nuque et qu’elle sentait ses mains posées sur ses hanches. Elle était au paradis même si on ne pouvait pas dire que tous ceci se voyait. Malheureusement pour elle, toutes les bonnes choses avaient une fin et celle-ci devait finir parce qu’elle sentait le temps passer et elle allait bientôt devoir retourner bosser avant que son employeur ou que ses collègues se ramènes et les surprennes. C’est pour cela qu’elle remit son t-shirt et s’écarta en ajoutant un commentaire sur sa lingerie. Elle croisa les bras sur sa poitrine en l’écoutant répondre. Il remarquait donc les belles choses ? Et elle en faisait partie ? C’était ça le sous-entendu qu’elle devinait dans ses paroles ? Si s’était le cas, peut-être, elle n’allait pas affirmer qu’elle était une « belle chose », elle passerait pour une fille égocentrique alors qu’elle n’avait jamais été comme ça, sa mère était comme ça, pas elle et puis, elle n’avait jamais été comme ça ! Elle était juste gênée par n’importe quel compliment et là ça ne manqua pas, ses joues rougissant à vue d’œil alors qu’elle détournait les yeux du regard pénétrant de Dean, préférant regarder le carrelage froid tandis que ses joues la brûlaient. Lorsqu’elle releva la tête vers le beau brun et qu’elle passait une main dans ses cheveux, mal allaise, elle dit en haussant les épaules comme une petite fille prise sur le fait :

    « Je rougis, hein ?! Je supporte pas ça, j’ai l’impression de passer pour une gamine ! J’ai vraiment l’air d’une gamine ?! Bordel Dean, arrêtes de me dire des choses comme ça ! Après je sais plus où me mettre ! »

_________________

    ✔️ Sexyness is my second name...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Jaelyn N. Miller


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Dodixe
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Leighton Meester
✾ MES CRÉDITS : Dodixe & LJ
✾ MON MOI² : None
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 18/07/2009
✾ MES MESSAGES : 1192

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 26 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Serveuse & Chasseuse


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: Dean Winchester ?! NO WAY |with dean|*   Mar 11 Aoû - 7:57

    La jeune femme se retourna pour poser ses deux mains sur ses deux joues en pestant contre ses hormones ou ce truc machin bidule débile qui faisait qu’elle rougissait à la pelle, tous le temps, surtout lorsqu’il ne fallait pas ! La jeune femme attendit quelques secondes avant de respirer calmement et se cesser de stresser pour un rien, après tout, il n’y avait rien de mal à rougir, s’était naturel ! Là c’était vraiment bizarre ce qu’elle faisait seulement pour arrêter de rougir. Malheureusement pour elle, ça ne marchait pas et elle sentait en plus le regard de Dean sur elle. Elle haussa les épaules et poussa une série de jurons avant de se retourner, défaitiste avant d’ajouter, énervée contre lui et contre elle-même en même temps, partant dans un délire :

    « Bordel Dean ! Je sais pas comment ça s’arrête cette connerie ! Je vais me flinguer sur place, c’est pas possible d’être aussi pourrie que moi ! Tu te rends compte ?! Je rougis parce qu’on dit que je suis une belle chose ?! Et si on me disait que j’étais belle comme le soleil ou une connerie comme ça, j’vais bientôt avoir un orgasme ! Bonjour la honte ! » Elle croisa les bras en détournant les yeux avant d’ajouter : « Je te préviens ! Si tu me dis que je suis belle comme le soleil et que j’avais raison, je te tues ! Qu’est-ce que ça peut m’énerver ces trucs là, pourquoi est-ce qu’il faut que je sois comme ça ?! Et pourquoi toi tu arrives à me faire rougir aussi facilement !? Ca ne devrait même pas être permis d’être comme toi et d’avoir autant d’effet sur une pauvre petite fille sans défense comme moi ! T’as pas honte ? Mécréant ! Je sais même pas ce que ça veut dire en plus ! »

    Comment passer pour une folle furieuse en cinq minutes ? Demandez à Jaelyn Norah Miller, numéro : O6… Nan mais c’est vrai ?! Qu’est-ce qui lui prenait de déballer tous ça devant un mec avec qui elle allait coucher dans deux heures moins dix minutes maintenant au chrono ! Elle passait pour une folle furieuse mais elle était tellement chamboulée qu’elle se sentait mal allaise et devait absolument débiter quelque chose, parler, pour faire passer sa gêne. La jeune femme leva les yeux au ciel avant de regarder le beau brun dans les yeux avec un regard de chien battus et de s’excuser en haussant les épaules…

    « Désolée, c’est juste que quand je rougis, je sais plus où me mettre ! Et puis quand c’est toi alors, c’est encore pire ! Me demandes même pas pourquoi, je sais pas ! Tous ce que je sais, c’est que tu me fais rougir dés que tu… tu me complimentes… dés que t’es adorable avec moi… Que… »

    La blondinette s’approcha du beau brun avant et le regarda dans les yeux, posant une main sur sa joue droite avant de poser ses lèvres contre les siennes dans un baiser doux et langoureux, beaucoup moins fougueux que le précèdent mais beaucoup plus beau, enfin beau, c’était vite dit ! Elle passa ses bras autour de la nuque du beau chasseur avant de s’écarter lentement et de lui dire, pas très sûre de réellement vouloir de réponse :

    « Dis-moi… Que… Enfin… Qu’est-ce qui va se passe après ? Enfin… Tu vois, après qu’on ait… Bon, qu’est-ce qui va se passer après qu’on se soit envoyé en l’air ? Est-ce que… Est-ce que tu vas toujours venir au bar ? Euh… Non, oublie ça ! »

    La jeune femme ferma les yeux, elle avait dit quelque chose qu’elle n’aurait pas du dire ! Elle ne pouvait pas lui demander ça, sinon elle allait déchanter, non, ce n’était pas bon. Jaelyn ne pouvait lui demander ça parce que si il partait comme un voleur, elle n’allait pas bien se sentir. Et puis ça ne se demandait pas ! On ne demande pas aux hommes ce qui va se passer après s'être envoyés en l'air, beurk !

_________________

    ✔️ Sexyness is my second name...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dean Winchester


SFTD ADMIN ◈ queen of everything, kiss my feet


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Sweet Poison
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Jensen Ackles
✾ MES CRÉDITS : Dodixe
✾ MON MOI² : Pepper J. Sparrow & Jillian N. Beckenridge.
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 10/07/2009
✾ MES MESSAGES : 2894

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 32 ans
✾ STATUT SOCIAL : célibataire
✾ SON EMPLOI : chasseur


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: Dean Winchester ?! NO WAY |with dean|*   Mar 11 Aoû - 13:05

    Cela faisait bien un moment que j'avais cessé de me soucier du regard que les gens posaient sur moi, je n'aimais pas être juger à tord, mais que pouvais-je faire pour éviter que les regards se posent sur moi et que les gens se mettent à jaser ? Je ne pouvais pas les frapper un à un et leur dire de se taire, alors je n'y faisais plus vraiment attention même si j'avais remarqué que les habitués du bar nous observé Jaelyn et moi, il ignorait la façon dont le petit nouveau que j'étais dragué leur belle et mystérieuse serveuse. Ils se demandaient sans doute quel était la relation qui nous unissait, comment notre histoire allait elle finir, est-ce qu'ils se disaient que je n'étais qu'un minable qui n'avait aucune chance ? Moi c'est ce que j'avais longtemps pensé, j'avais tellement essayé, sans même savoir pourquoi je ne pouvais pas laisser tomber, est-ce qu'ils se rendaient compte de ça tout ses spectateurs matant la toute nouvelle série à la mode diffusée en avant première dans leur petite ville minable. Ils devaient se dire que j'étais bien fou et que j'étais le pire des goujats que la terre n'ait jamais connu, un mec qui s'accroche à sa cible pour la laisser tomber après avoir obtenu son corps pendant une nuit, mais ses abrutis qui jasaient parce qu'ils n'avaient de mieux à faire de leur soirée ne comprenait pas du tout ce que je ressentais. Personne ne s'imaginait que cette drôle de relation était à la fois si agréable et si douloureuse à la fois. Quand je quittais le bar encore maitre de mon esprit, c'est à dire pas très souvent mais bon, j'avais l'impression qu'on me planté un couteau dans le bide en me privant de la présence de Jaelyn, vous me direz sans doute que ce n'est rien comme souffrance par rapport à ce que j'ai connu en enfer, mais c'est déjà une souffrance que je n'avais jamais connue et je suppose que l'inconnu est pire que tout. C'était étrange, je ne savais que penser de cette douleur car avec le temps j'avais fini par la trouver agréable parce qu'elle rendait mes retrouvailles avec la jolie blonde, magnifiques ! Alors quoi que pense les gens ce n'était pas si facile, ceux qui pensaient à une histoire sans lendemain se trompaient, ceux qui voyaient une belle histoire d'amour qui nous conduirait jusqu'au mariage et nous apporterait des enfants, ceux là aussi se trompaient, nous étions à mi chemin entre ces deux histoires ce qui rendait la notre d'autant plus difficile, il y a des fois où je voudrait pouvoir hurler « bordel je suis amoureux ! », mais je ne pouvais pas parce que je n'étais pas amoureux, je ne pouvais pas l'être, je n'étais pas ce genre de mec qui tombe amoureux ! J'avais connu trop d'histoire d'un soir, j'aimais trop ma liberté pour me laisser tomber amoureux, alors les années m'avaient appris à ne plus me laisser prendre dans ce piège qu'était l'amour, qui nous séquestrait dans le cœur d'une femme unique qui à elle seule suffirait à nous rendre heureux. Je n'étais pas fait pour ça, j'aimais trop partir à la conquête d'une nouvelle femme en oubliant la précédente. Mais je ne pouvais pas oublier Jaelyn, même avec toute la volonté du monde, je savais qu'elle hanterait une part de ma mémoire. J'avais déjà essayé, en m'envoyant en l'air avec d'autres femmes pour ne plus avoir envie de Jaelyn, mais en vain, je revenais quand même au bar plus pour la revoir que pour boire, même si l'un était quasiment indissociable de l'autre. Je détestais cette ville, je n'avais qu'une hâte c'était de la quitter et pourtant je savais qu'à mon départ j'aurais du mal à oublier cette charmante femme qui avait eu le don d'illuminer ces moment où mes journées avaient été plongée dans un noir opaque dont je n'arrivais pas à m'extirper seul. Je ne savais pas ce que pensaient exactement les habitués de ce bar, au fond je m'en foutais de toute façon. Ce qui comptait dans cette histoire c'était uniquement ce que nous pensions nous. Nous étions les acteurs de cette drôle de série à l'eau de rose, que nous vivions en nous basant sur un silence concernant ce que nous faisons une fois les caméras éteintes, nous n'en parlions jamais où alors sous cachions tout deux que que nous ne voulions pas avouer à l'autre et les gens qui nous regardaient bêtement ignoraient aussi bien des choses, ses mensonges ou ses mystères si bien installés entre nous deux, alors ils ne comprenaient ce qui nous unissait tant, moi je pense que c'était bel et bien ça, ses discussions que nous avions eues qui perdaient leur sens quand on masquait la vérité, tous ce que je n'avais pas dit et tout ce qu'elle pas dit, ses secrets que nous gardions tout les deux enfouis dans nos cœurs parce que nous avions trop peur de ce qui se passerait quand nous aurions dit la vérité à l'autre. C'était ça qui faisait de notre relation un mythe étrange qui s'écrivait petit à petit sur le bois luisant du bar de la petite et minable ville d'Ellington. Notre histoire devenait un compte pour cette ville apparemment dénuée de légende ou tout autre étrangeté, les habitués de se bar étaient en train sans s'en rendre compte d'en inventer une avec nos vies. Même si je n'aimais pas qu'on joue avec ma vie, je ne pouvais rien leur dire, alors qu'ils jasent, je n'en avais plus rien à faire …

    Notre histoire qui avait longtemps rassemblait à un « je t'aime, moi non plus » semblais se concrétiser ce soir. Pourquoi ce soir d'ailleurs ? Qu'avais-je fais de plus que les autres soirs, pour que la belle Jaelyn cède enfin à mes caprices ? Que c'était il passé dans sa tête pour qu'elle se dise qu'elle avait envie de coucher avec moi alors qu'elle avait refuser tout les autres soirs ? Étais-je mieux habillé ? Mieux coiffé ? Non je ne pense pas, ou alors c'était arrivé sans que je m'en rende compte. Peut être étais un peu plus sobre ! C'est vrai que ça devait y faire beaucoup, mais si elle me voulait sobre elle m'aurait juste dit d'arrêter de boire non ? Je ne savais pas ce qui avait changer, peut être qu'elle avait craqué, elle se voulait forte et résistante à mes charmes mais elle était tombé dans ce piège que j'essayais de lui tendre depuis si longtemps, peut être s'était elle rendu compte de ce que je ressentais réellement pour elle. Elle devait avoir remarqué que je n'avais pas juste envie de baiser, sinon j'aurais laisser tomber depuis longtemps et j'aurais été chercher une autre femme avec qui assouvir mon envie de pornographie ! La façon dont elle se comportait signifiait bien qu'elle n'acceptait pas juste pour que je lui foute la paix. Je ne sais vraiment pas ce qui avait changer, j'espérais seulement qu'il n'y ai pas d'amour dans son cœur, qu'elle ne soit pas tombée dans ce sentiment stupide car je ne serais pas capable de lui offrir plus que le sexe et ma présence soir après soir dans ce bar. Je ne me voyais pas main dans la main avec Jaelyn dans les rues d'Ellington, regardant les boutiques de meubles pour chercher de quoi meubler notre nouvel appartement ! C'était une relation qu'il m'était impossible d'entretenir parce que qu'est-ce que je lui dirais le soir quand je serais obligé de m'éclipser pour allez chasser un démon ? En même temps j'avais cette envie stupide de lui dire la vérité parce que je savait qu'elle mérité de savoir qui j'étais vraiment, mais j'avais peur de sa réaction, ce n'est pas tout les jours qu'on vous dit qu'on est un chasseur de démon ! Mais je me disais qu'elle devait savoir, surtout parce que la proximité qu'elle avait avec moi en faisait une magnifique proie pour les démons, un otage ou un moyen de me faire souffrir, je savait qu'il pouvait se servir d'elle pour se jouer de moi et si jamais ça arrivait je me sentirais obligé de la sauver à n'importe quel prix, parce que la perdre me ferait trop mal. Que valent vraiment ses paroles ? Elles sont sans doute stupides parce qu'elle ne devrait pas être grand chose pour moi si je dit ne pas être amoureux, quel sentiment ambiguë qui me torture … Qu'importe son étrangeté, il était là et je ne pouvais plus lutter contre sa présence alors je devais en accepter aussi bien les bénéfices que les inconvénients, j'espérais seulement que cette relation ne nous apporterais pas de problèmes démoniaques. Je ne pouvais pas la perdre, je tenais trop à elle c'était une certitude que personne ne m'enlèverais, j'avais besoin de son regard bleus, de sa main sur la mienne, de son oreille attentive, j'avais besoin qu'elle soit là derrière le bar à m'écouter lui raconter un tas de truc dont elle se foutait peut être c'était aussi une chose que j'ignorais, mais ça me faisais du bien, elle avait vraiment ce pouvoir de me remettre sur pieds rien qu'en m'écoutant, rien qu'en étant là, c'était surprenant mais c'était ce que j'admirais en elle et ce dont je ne pouvais pas me passer, alors je suppose que c'est ça qui à fait que j'étais venu au bar tout les soirs même après mettre pris une sorte de râteau en plein dans la gueule, c'était peut être parce que je n'avais pas été comme tout les abrutis qui fréquentaient le bar et essayé de la mettre dans leur lit que Jaelyn avait enfin cédé, parce que j'avais su être patient mais surtout parce que je n'avais pas pensé qu'a son corps, j'avais su avoir autre chose qu'une magnifique femme avec qui je pouvais m'envoyais en l'air j'avais découvert les mystère et les charmes d'une femme alors habituellement j'aurais fait comme tout les autres débiles qui la drague ne pensaient qu'à son corps, je crois qu'elle m'avait même fait découvrir la jalousie, je savais qu'elle s'était envoyé en l'air avec d'autres hommes alors que moi je n'avais pas eu le droit et ça me rendait presque fou de savoir que d'autres avaient réussis là où j'avais tant échoué, j'avais du mal à la penser dans les bras d'un autre alors que je n'avais pas eu la chance de la serrer dans les miens, je ne voulais pas l'imaginer embrasser quand moi je n'avais pas eu la chance de poser mes lèvres sur les siennes et j'avais peur que son cœur ne tombe dans les mains d'un homme qui pouvait lui apporter ce que moi j'étais incapable de lui offrir, je ne voulais pas qu'elle trouve l'amour parce que moi je pouvais pas le lui offrir. Elle m'avais fait découvrir tant de sentiments que je n'avais pas pu laisser tomber, je n'avais pas pu abandonner parce qu'avant de rechercher à coucher avec elle, je n'avais rechercher que sa présence et ce qu'elle m'apportait … C'était la réponse à la question qu'elle venait de me poser. Question qui avait eu pour effet d'effacer mon sourire pour inscrire le doute sur mon visage …

    « J'en sais rien … Je suppose que j'ai juste apprécié ta présence alors le sexe est passé après le simple fait de te voir ... »

    Je me sentais horriblement mal de dire un truc pareil, c'était tellement loin d'être dans mes habitudes que ça me faisais devenir mal à l'aise ! Je me serais taper la tête contre les murs si j'avais pu ne pas m'y faire mal et ne ma passer pour un fou, pour faire partir de moi ce sentiment qui me nouait l'estomac ! Et pour une raison que j'ignore je ne pouvais pas m'empêcher de me dire que Sam se foutrait de ma gueule s'il m'entendais dire un truc pareil, c'était bizarre de toujours se demander ce que dirait son frère s'il était là ! Je crois que je tiens trop à ce qu'il ait une bonne considération de moi que ça en devient maladif. J'ai peur de le décevoir plus que je ne l'ai déjà fait, mais ça c'est une autre histoire, pour le moment restons sur celle que je vis avec Jaelyn.

    Et la présence de son corps contre le mien était beaucoup plus agréable que ce que j'avais pus imaginer ! J'en avais tellement eu envie que quand elle se retira pour remettre son T-shirt, j'aurais pu la reprendre dans mes bras tant je la désirais, mais je me devais d'être patient, autant que je l'avais été jusqu'ici parce qu'arriver si proche de ce que l'on attend depuis des semaines il ne faut pas relâcher les efforts et ne dit on pas que tout vient à tant à qui sait attendre ? J'avais su résister tant bien que mal à mon envie de lui sauter dessus, cette envie qui m'avait longtemps torturer l'esprit, alors aujourd'hui, je ne devais pas me laisser avoir par cette fameuse torture qui commençait à peine à partir. Même si c'était dur, même si j'avais apprécié son contact et ses baisers, même si ses joues virant au rouges me faisaient craquer à un tel point que j'aurais pu tomber à la renverse ! Bien sûr c'est une hyperbole, mais vous voyez bien où je veux en venir. Et puis, elle me faisais tellement rire quand elle m'engueulais alors que je n'avais rien fait de mal, je la trouvais tellement drôle, c'est sans doute débile de trouver ça drôle quand on se fait engueuler, surtout pour rien, mais je sais que ce n'est pas méchant et puis de toute façon je ne peux pas l'empêcher de rougir alors bon ! Je plaide non coupable. Suite à sa réplique, je ne pus donc m'empêcher de rigoler, que voulez vous que je fasse d'autre ? Je ne vais pas me mettre à pleurer non plus !

    « Ce qui te donne le plus des airs de gamine, c'est t'as réaction, parce que le fait de rougir en lui même, c'est plutôt mignon ... »

_________________
UNDERCO.
Revenir en haut Aller en bas
http://sympathyforthedevil.forumactif.com
avatar

Dean Winchester


SFTD ADMIN ◈ queen of everything, kiss my feet


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Sweet Poison
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Jensen Ackles
✾ MES CRÉDITS : Dodixe
✾ MON MOI² : Pepper J. Sparrow & Jillian N. Beckenridge.
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 10/07/2009
✾ MES MESSAGES : 2894

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 32 ans
✾ STATUT SOCIAL : célibataire
✾ SON EMPLOI : chasseur


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: Dean Winchester ?! NO WAY |with dean|*   Mar 11 Aoû - 13:07

    C'était clair que c'était sa réaction qui la faisait passer pour une gamine, elle se mettait à stresser et grondait comme une enfant déçue, elle n'arrêtez pas de me dire d'arrêter et c'était vraiment adorable, combien de fois l'avais-je entendue répéter ses simples mots qu'étais « Dean, arrête ! » des fois elle insisté avec un « mais arrête je te dis » sans que je n'ai eu le temps de lui dire quoi que se soit en plus, je crois qu'une fois qu'elle se mettait à rougir, le simple fait que je la regarde aggravé la rougeur de ses joues, en même temps je n'allais pas systématiquement me cacher sous le bar ou ailleurs mais bon. Non je crois qu'en plus ça m'avais toujours un peu amusé d'enfoncer le clou pour la voir encore rougir d'avantage, ce n'était pas méchant, c'est juste que j'apprécie de la voire se comporter comme une gamine, elle est tellement mignonne, depuis le premier jour où je l'ai vu réagir ainsi, je me suis amusé de son comportement et c'est sans doute la raison pour laquelle je finis toujours par lui dire des trucs qui la feront rougir, elle est tellement sensible aux compliments que ce n'est pas difficile ! Au moindre petit compliment ses joues virent au rouge, dés que je me met à rire, elle me fit d'arrêter, dés qu'elle regarde en ma direction et qu'elle voit que je l'observe d'un œil attentif, presque qu'attendrit, elle ré-enchérie avec ses « Mais arrête je te dis ! », comment de pas continuer à chercher ce genre de réaction tellement enfantine dans ce corps de femme accomplie, c'est tellement adorable ! Mais apparemment, jusqu'à présent je n'avais encore rien vu, la réaction qu'elle eu cette fois ci fut des plus amusante, elle se retourna, jura et parti dans un discours délirant, que j'écoutais, le sourire aux lèvres. Elle était en train de dire qu'elle rougissait pour pas grand chose et j'étais entièrement d'accord avec elle, mais je ne pensais pas que si je lui disais qu'elle était belle comme le soleil elle aurait un orgasme ! En plus elle me traitait de mécréant sans savoir ce que ça voulait dire … La pauvre fille.

    « Tssss, d'abord je suis pas un mécréant, je n'ai absolument pas honte de moi et je trouve que tu es belle comme le soleil …. » Je m'arrêtais quelques secondes pour reprendre dans un chuchotement, le sourire aux lèvres : « Et puis, l'orgasme peut attendre deux heures lui aussi ... »

    J'étais toujours souriant un peu comme si j'étais fière de ma connerie, et je l'étais complètement, j'assumais complètement mon côté de type pervers qui dit n'importe quoi et qui fait rougir les pauvres filles sans défense comme Jaelyn ! J'avais toujours le sourire aux lèvres quand je la vis me regardais avec un regard de chien battu, c'était tellement attendrissant, qu'encore une fois, j'aurais pu la serrer dans mes bras, tant elle était adorable. En plus elle me disais que quand c'était moi qui la faisais rougir, c'était encore pire … Je me sentis mal face à ses mots, vous savez, ma peur bleue de l'amour semblait refaire surface, je crois qu'en cet instant précis j'aurais voulu prendre mes jambe à mon cou et partir loin très loin d'Ellington et puis je serais parti tellement vite que les démons n'auraient pas eu le temps de m'empêcher de partir ! J'avais tellement peur qu'elle soit amoureuse de moi, que je ne trouvais même pas les mots pour lui répondre, j'étais un peu sous le choc si vous voyez ce que je veux dire, ha bah la, j'avais arrêter de sourire et je faisais beaucoup moins mon malin toute suite ! Ça m'avais calmer … Je ne pouvais pas fuir, et de toute façon je n'en avais pas tant envie que ça, je préféré rester avec Jaelyn. Même si j'avais peur de la faire souffrir avec mon « non amour ». Cette situation compliqué allez vraiment m'en faire voir de toutes les couleurs ! Pour ne pas qu'elle s'inquiète de mon silence, je répondis à ses paroles par un petit sourire en coin légèrement gêné.

    Et je la laissait se rapprocher de moi, n'ayant ni l'envie ni le courage de la repousser, même si je ne voulais pas la faire souffrir après, je ne voulais pas laisser tomber, je l'ai dis plus haut, je tenais trop à elle. Alors je voulais profiter de la situation, quel égoïsme, je suis vraiment pathétique ! Un pauvre type qui ne mérite sans doute pas tant d'attention de la part d'une femme superbe comme Jaelyn. Mais je la laissait faire, je la laissait m'embrasser et je faisais de même parce que j'étais vraiment incapable de résister, j'en avais pas envie non plus, après tout, j'avais attendu tellement longtemps pour me retrouver si proche d'elle que ça aurait été vraiment dommage de laisser tomber maintenant ! Alors quand elle passa ses mains autour de ma nuque tout en s'écartant, je remis mes mains sur ses hanches tentant d'oublier cette nouvelle forme de culpabilité qui s'installait en moi.

    Comme si elle voulait m'achever, elle me demanda ce qui se passerait après qu'on se soit envoyé en l'air, la, elle enfoncé vraiment le clou et j'avais vraiment peur de ne pas être ce à quoi elle s'attendait, en même temps, elle me demandait juste si je continuerais à venir au bar, elle me demandait pas non plus de lui passer la bague au doigt ! Et encore heureux d'ailleurs ! Je m'imaginais très mal en costume en train de me marier et puis je pouvais pas parce que je n'étais pas amoureux et je n'avais pas envie de me marier, je n'avais même pas envie de me mettre en couple ! Je voulais juste ma liberté ! C'était tout à fait légitime non ? Non, peut être qu'après avoir passé tant de temps à draguer une fille, on ne devrait plus avoir le droit de réclamer sa liberté ! C'était tellement compliqué que je ne savais même pas quoi lui répondre ! Est-ce que je devais mettre les choses au clair avant qu'elle pense s'enfonce trop profondément dans les méandres de l'amour ? Est-ce que je devais lui faire comprendre que je ne voulais pas d'une relation normale, ou est-ce qu'elle le savait déjà ? Est-ce qu'elle voulait juste me revoir au bar pour le simple plaisir de discuter, est-ce qu'elle voyait ma présence à ses côtés sous le même ange que moi ? J'espérais vraiment que ce n'était que ça sinon les choses auraient été trop compliqués pour moi et là c'est clair que j'aurais pris la fuite, je n'aurais plus jamais remis les pieds dans le bar, aussi dur que cela puisse être, pour l'alcool comme pour Jaelyn, mais j'étais le pro de la fuite alors je m'en serais sortis tant bien que mal, j'espère en tout cas ! J'hésitais donc sur la réponse à lui donner et c'est encore une émotion qui devait se lire facilement sur mon visage, j'avalais ma salive avant d'ouvrir la bouche, d'ailleurs même après avoir ouvert la bouche j'eus besoin de quelques secondes pour rassembler mes mots et pouvoir parler distinctement.

    « Bhé écoutes, non j'oublie pas parce que bon … C'est une question que je me pose aussi ... »

    Mais qu'est-ce que je raconte encore ? C'est pas vrai ça, y a des baffes qui se perdent Dean ! J'ai encore cette envie d'aller me cogner la tête contre les murs à m'en faire éclater la cervelle ! Mais sans un sens c'était tellement vrai, que je suppose que c'était la seule chose que mon cerveau minable ait trouvé à répondre. Moi même je me demandais ce qui se passerait après, j'avais envie de revenir chaque soir au bar, j'avais encore tant de chose à dire à Jaelyn, tant de mystère à lui faire découvrir sur ma petite personne et en même temps tant de choses à apprendre sur elle que je ne pouvais pas me permettre de ne plus mettre les pieds dans le bar, bien que je suis sûr que ça aurait bien arrangé Sam ! Soit dit en passant, j'espérais quand même m'arranger moi et continuer à venir au bar sans avoir peur de l'autre abrutit que l'on appelle Amour ….


    Spoiler:
     

_________________
UNDERCO.
Revenir en haut Aller en bas
http://sympathyforthedevil.forumactif.com
avatar

Jaelyn N. Miller


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Dodixe
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Leighton Meester
✾ MES CRÉDITS : Dodixe & LJ
✾ MON MOI² : None
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 18/07/2009
✾ MES MESSAGES : 1192

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 26 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Serveuse & Chasseuse


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: Dean Winchester ?! NO WAY |with dean|*   Mer 12 Aoû - 8:24


Nous apprécions les services que quelqu'un nous rend d'après
la valeur qu'il y attache, non d'après celle qu'ils ont pour nous.
[Friedrich Nietzsche]



    Lorsqu’on n’a jamais eut d’attention de la part de ses parents, on est assez tatillon sur l’attention que nous porte les autres, lorsqu’on est à l’âge adulte. C’est ainsi que Jaelyn attachait beaucoup d’importance à ses choses de la vie, au regard que portait cette bande de vieux débris sur sa personne. Dean ne comprenait pas, il ne savait pas, mais elle, oui elle, elle les voyaient s’échauffer à chaque fois qu’elle s’approchait de lui de trop près, à chaque fois qu’elle devenait rouge comme une tomate, à chaque fois qu’un rebondissement arrivait à l’histoire qu’ils se faisaient avec Jaelyn Miller et Dean Winchester comme personnages principaux. Ils étaient les acteurs du téléfilm à l’eau de rose qu’ils voyaient se dérouler devant leurs yeux ébahis. Pourtant ils étaient humains, ils n’étaient pas des personnages façonnés par un scénariste complètement déjanté. Ils avaient leurs histoires, chacun de leur côté, leurs secrets, leurs épreuves passées, leurs mystères, leurs épreuves à venir. Touchés par la vie comme touchés par une flèche tirée par un archer de grand talent, Jaelyn et Dean étaient tous deux des personnes compliquées qui n’avaient pas non plus envie d’être les acteurs d’un téléfilm pourri et imaginaire dans la tête de vieux cinglés qui ne voulaient qu’une chose : qu’ils finissent ensemble, se marie et aient beaucoup d’enfants avec au passage un petit « The End » blanc sur fond noir pour bien faire comprendre qu’on pourrait en demander plus aux acteurs parce qu’ils en ont raz le cul. Nan, Jaelyn n’était pas actrice, elle n’allait pas finir sa vie avec Dean Winchester, elle n’en était même pas amoureuse ! A quoi bon finir sa vie avec un homme si vous n’êtes pas amoureuse de lui ! Ca servait à quoi ? En plus, elle tenait beaucoup à sa liberté pour ça, pour finir avec une bague au doigt comme on pourri vous passer les menottes ! Mais malheureusement pour elle le regard trop insistant des autres et le jugement qu’ils avaient à propos d’elle la touchait beaucoup plus qu’il ne touchait Dean. Ce regard qu’on portait sur elle, cette attention qu’on lui portait enfin, ses jugements non fondés qu’on faisait sur elle, toutes ces petites choses qui faisaient que la jeune femme se sentait mal allaise, qu’elle ne voulait plus de cette attention néfaste qu’on avait à son égare. Toute son enfance elle avait essayé d’avoir l’attention sur elle. Elle avait toujours essayé de se montrer, de faire voir qu’elle était là, qu’elle n’était pas seulement une façade de bonheur familiale, un genre de publicité pour la famille parfaite made in London. Elle n’était pas cette grande affiche qui disait : « Je suis une petite fille parfaite, je suis effacée et je ne sors que pour qu’on dise à mes parents qu’ils ont de la chance de m’avoir ! ». Non, elle n’était pas effacée, elle était un être humain et qui plus est, une enfant ! Elle avait tellement souffert lorsqu’elle gamine que l’attention des gens maintenant la rendaient mal, elle se sentait épiée, alors qu’elle n’aurait jamais du. Les compliments la faisaient rougir parce qu’elle n’était en aucun cas habituée à ce genre d’attention, les insultes la faisaient littéralement sortir de ses gonds. Elle était déboussolée dans ce monde où les gens ont besoin de l’attention pour vivre et qu’elle, elle avait toujours enfermée et seule. Le jugement des autres la faisait souffrir parce qu’il touchait elle et Dean, sa relation avec lui, et qu’elle ne voulait pas que les gens s’approprient quelque chose qu’elle ne comprenait même pas elle-même. Elle se sentait si mal que dés qu’elle pensait aux paroles qu’ils pouvaient dire sur elle, elle sentait les larmes lui arriver aux yeux comme une petite fille qui se fait sévèrement grondée par ses parents. Elle était déboussolée, perdue, elle avait perdu son nord et maintenant elle sentait qu’elle coulait à pique parce qu’elle ne comprenait pas pourquoi l’attention des autres pouvait être aussi mauvaise et mal fondée. Elle qui désirait tant que les gens la remarque, maintenant elle se rendait compte qu’elle voulait certes être remarquée, mais pas dans ce sens là ! Elle se sentait trembler lorsqu’elle était avec Dean, qu’elle était dans ce bar, qu’ils parlaient et qu’il dos à tous ces vieux cinglés et qu’elle sentait leurs regards se poser sur eux et plus précisément sur elle. Elle ne pouvait pas, elle n’aimait pas, ne supportait pas. Bientôt elle allait leur mettre un plateau dans la tronche si ils continuaient à être aussi agaçants, frustrants et dérangeants. Ne pouvait-elle pas avoir sa vie ? Alors lorsqu’elle finissait le boulot, qu’elle voyait Dean complètement ivre, dans l’impossibilité de faire un pas devant l’autre, que disait-elle ? Elle sentait que s’était de sa faute, qu’il était comme ça bien à cause d’elle, elle s’en voulait tellement. Ces regards sur eux, si seulement elle avait refusé de le servir encore et encore, si elle avait eut le courage de ne pas lui adresser la parole, peut-être serait-il rentré sobre, saint de corps et d’esprit ? Tous ceci était de sa faute, les vieux cinglés le savaient, alors ils continuaient à voir le film se dérouler, essayant de mettre pause mais comme la télécommande ne marche pas, ils suivent le mouvement. Combien de fois Jaelyn avait-elle pris Dean et avait-elle essayé de le ramener chez lui, s’insultant elle-même pour avoir été assez conne pour l’avoir laissé faire. Trop de fois malheureusement. Le voir ivre devenait un supplice parce qu’elle sentait à chaque gorgée qu’il prenait de cet alcool à la con, qu’il sombrerait tôt ou tard dans l’ivresse et qu’à ce moment là, elle ne pourrait rien y changer, qu’ils ne pourraient plus vraiment parler, qu’elle serait obligée de le ramener elle-même avec beaucoup de mal, d’affronter le regard de Sam, et qu’elle s’en voudrait encore une fois pour avoir fait cette fâcheuse erreur. Imaginez donc Jaelyn lorsqu’elle venait de déposer Dean devant sa chambre, qu’elle se mettait à frapper. Ce moment précis où elle à le choix entre rester et se faire insulter comme une merde ou alors partir en courant et passer inaperçu. Imaginez bien ce moment où son cœur bat la chamade, où elle sait qu’elle devrait rester, où elle sait qu’elle doit affronter le regard de celui à qui elle fait subir son manque de répartie, à qui elle fait subir l’ivresse de Dean, pour qui tout sera difficile le lendemain alors qu’elle, elle avait le droit au meilleurs moments. Imaginez ce que ressent Jaelyn alors qu’elle sent que Sam est là, qu’il sait ce qui va se passer, ce qu’il va découvrir lorsqu’il aura ouvert cette porte. La pression qu’elle ressentait, la vision de Dean qui souriait de béatitude… Elle ne pouvait pas, non, elle ne pouvait pas. Alors elle se mettait à courir, elle sortait de ce motel pourri, prenait ses jambes à son cou pour ne pas subir le regard haineux de Sam qui ne pouvait pas la voir en peinture depuis toutes ces histoires débiles. Elle s’en voulait parce que Dean pouvait être tellement mieux sans être ivre et qu’elle ne faisait que le rendre pire en acceptant à chaque fois de remettre une couche en le servant une nouvelle fois. Par sa faute ils perdaient tous le deux beaucoup de choses, tellement de choses…

    « Je t’aime moi non plus », si on veut, avec les sentiments en moins. Non, Dean n’était pas mieux coiffé, il n’était pas mieux habillé, elle sentait juste… Juste qu’il était temps de finir l’histoire. Vous savez ?! Il était temps de mettre le dernier chapitre en place, histoire de finir une bonne fois pour toute ce téléfilm, ainsi, il n’y aurait plus de personnes à les regarder constamment. Elle n’en pouvait plus, elle ne voulait plus, elle était beaucoup trop touchée pour avoir encore la force de se battre contre ses personnes qui pensaient tous savoir sur elle, sur sa vie, sur ses choix. Il y avait aussi la lassitude, ne pas écouter son corps qui lui criait qu’elle avait envie de lui, ne pas écouter son cœur qui battait la chamade à chaque fois qu’il s’approchait un peu trop d’elle, seulement écouter sa tête qui lui disait qu’elle n’avait pas à faire ça parce qu’elle ne pouvait pas écouter cette pulsion complètement débile. Et puis elle était là, seule avec Dean, il l’embrassait et elle était spectatrice de ce qui pourrait bien se passer si elle acceptait de coucher avec lui. Elle sentait ses lèvres contre les siennes, l’envie monter, son cœur taper contre sa poitrine, le sang faire un tour dans ses veines… Cette attente avait assez duré, elle n’en pouvait plus, ce baiser était la cerise sur le gâteau de son impatience, elle devait céder, et elle avait cédé. Elle rendait les armes après avoir beaucoup combattus contre elle-même, les bagarres intérieures, c’est vraiment pas cool. Elle avait sentit ses forces la quitter dés lors qu’elle sentit les lèvres de Dean effleurer les siennes, elle voulait voir plus, beaucoup plus, sans attendre ! Enfin si, elle allait attendre deux heures, mais l’idée était là, elle n’en pouvait plus, quittes à violer Dean Winchester sur le capot de sa voiture ! Il avait déjà fait le Backsit, Jaelyn fera le capot pour le plaisir de tous les passants… C’était une blague hein ! Dean Winchester ne se fera pas violer et encore moins devant tout le monde, la belle Jaelyn avait assez de retenue pour ne pas l’attraper et faire ce genre de choses en public, après tout, mademoiselle Miller était issue d’une famille riche de Londres, elle avait des manières la demoiselle et violer les hommes sur le capot de leur voiture n’était pas quelque chose de très recommandable. Bizarrement, elle ne savait comment ça allait se passer après. Vous imaginez si Dean revenait au bar et qu’alors là, ils se voient, sachant qu’ils s’étaient déjà envoyés en l’air et qu’ils en auraient alors parfaitement conscience ! Ce serait vachement différent tout de suite, vraiment très différent… Juste imaginer le regard qu’il poserait sur elle, ce regard qu’elle comprendrait parce qu’elle saurait pertinemment ce que ça voudrait dire. Et pourtant, ça ne la dérangerait en aucun cas qu’il soit là et qu’il la regarde, bien au contraire, ça voudrait dire que coucher avec elle ne changeait rien à leur relation, qu’il pouvait toujours venir et lui parler, lui tenir compagnie sans que personne ne puisse se douter de quoi que ce soit. Mais pour l’instant rien ne s’était encore fait, ils se retrouvaient donc tous les deux dans ces fameux vestiaires, faisant passer ces deux fameuses heures en parlote, ce qui ne devait peut-être pas être la meilleure chose à faire. Oui, parce que à parler, ils en venaient aux sujets dits « sensibles ». On allait bientôt parler de sentiments alors qu’ils ne savaient pas tout deux ce qu’ils ressentaient l’un pour l’autre. La première question fatidique était tombée sans que Jaelyn ne puisse retenir le flot de parole qu’elle avait laissé couler, pauvre Dean, elle lui posait une question quelque peu spéciale et la réponse allait sûrement faire mal. Elle aurait voulu lui dire d’oublier ça mais elle avait en même temps trop envie de savoir la réponse qu’elle n’en fit rien. Elle avait ce mal de ventre à l’attente de quelque chose d’important, un peu comme lorsque vous êtes à l’école et que vous attendez les résultats du bac, même si aux Etats-Unis ils n’ont pas ces examens, c’était en tout cas le même genre de sentiment qui s’occupait de broyer votre estomac. Elle avait envie de lui crier de se dépêcher, qu’elle ne pouvait pas attendre plus longtemps, mais elle n’en fit rien encore une fois, respectant son silence confus. Son sourire charmeur pris la fuite et elle fronça immédiatement les sourcils lorsque le doute s’immisça dans l’affaire. Pourtant sa réponse était celle qu’elle aurait pu attendre. Elle sourit de nouveau mais comprit très vite qu’elle avait gêné Dean au plus profond de lui, qu’elle le mettait sacrément mal allaise même. Elle s’en voulait maintenant, elle n’aurait peut-être pas du poser cette question qui n’était pas du tout appropriée à l’instant. Elle se mordit la lèvre inférieure et en fronçant un peu plus ses sourcils, son nez se fronçant aussi quelque peu. Cette mimique elle l’avait depuis qu’elle était toute petite, elle avait réussit à attendrir pas mal de monde, les nourrices surtout, les garçons pas mal. Au fur et à mesure qu’elle grandissait, elle avait prit en sensualité pour non seulement attendrir mais attirer en même temps. Grâce à elle, Jaelyn se faisait pardonner à tous les coups, mais avec Dean, elle ne savait pas si ça allait marcher, après tout, il n’était pas comme tous les autres…

    « Oh… Tu n’avais pas à t’expliquer… Je suis désolée. J’aurais pas du te demander ça et c’est sortit un peu trop vite de ma bouche, si on l’occupe pas elle fait des malheurs cette coquine ! J’espère que tu ne m’en veux pas… »

    Elle accompagna sa déclaration d’un regard de chien battu et passa une main dans ses cheveux blonds pour les remettre en place. Elle ne voulait pas qu’il reste mal allaise, sinon elle, elle allait le devenir et là, elle deviendrait encore rouge comme une tomate et ça, elle n’en voulait pas. Elle était en mode séductrice histoire d’oublier cette question déplacée, pas besoin de mettre des lunettes pour le voir, si Dean ne le voyait pas, c’est qu’il était vraiment idiot et aveugle ! Elle espérait ainsi faire oublier tout ça et pouvoir changer de sujet rapidement, au pire elle se serait barrée en courant comme une voleuse mais le problème était celui-ci : Si elle le faisait, Dean et elle ne se reverraient pas avant le lendemain soir et adieu la jolie promesse fait par la blondinette quelques minutes plus tôt. Non, il fallait seulement changer de sujet pour ne plus s’embêter avec le malaise. Mais maintenant elle avait cette horrible envie de jouer avec ses nerfs, après tout, ils avaient deux heures à tuer et Jaelyn Miller était en mode séductrice, il fallait bien passer le temps et comme il avait dit être très patient, ça la titillait de savoir si il l’était autant qu’il le disait. La jeune femme sourit en regardant Dean dans les yeux avant de lui dire, fronçant les sourcils et en levant les yeux au ciel faignant de chercher ce qu’elle voulait dire avant de lui dire avec malice :

    « Dites-moi monsieur Winchester… Il parait que vous êtes patient, tant mieux… »

_________________

    ✔️ Sexyness is my second name...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Jaelyn N. Miller


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Dodixe
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Leighton Meester
✾ MES CRÉDITS : Dodixe & LJ
✾ MON MOI² : None
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 18/07/2009
✾ MES MESSAGES : 1192

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 26 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Serveuse & Chasseuse


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: Dean Winchester ?! NO WAY |with dean|*   Mer 12 Aoû - 8:24

    La jeune femme se pressa un peu plus contre le torse puissant du chasseur. Elle posa avec douceur ses lèvres contre sa nuque, déposant ses baiser langoureux puis elle passa ses mains de son cou à son dos, passant rapidement sous son haut, touchant sa peau. Naturellement elle jouait avec le feu, elle jouait avec ses nerfs, mais c’était tellement plus agréable que de jouer avec l’alcool qu’elle préférait largement entendre Dean Winchester gémir de plaisir sous ses caresses que l’entendre parler avec sa bouche pâteuse comme un alcoolique qui vient juste de succomber aux charmes de la Vodka citron. La jeune femme fit glisser le pouce de sa main droite le long de sa colonne vertébrale, partant de ses reins à sa nuque, continuant de l’embrasser dans la nuque, descendant quelque peu vers sa clavicule droite. Tout ce manège faisait monter la température d’un cran et la jeune femme se surpris à agripper ses épaules. Si elle continuait comme ça encore longtemps elle allait finir par lui sauter dessus, littéralement, se prenant elle-même dans son propre jeu. Elle avait envie de lui, elle le savait maintenant mais son problème était qu’elle n’avait pas le droit, pas ici en tout cas, dés qu’ils seraient chez elle, d’accord mais pas dans les vestiaires en tout cas...

    Ce contact entre eux était tellement nouveau que Jaelyn ne savait plus quoi en penser, était-elle trop proche ? Ou au contraire trop loin ? Avait-elle le droit de l’embrasser ? Ou devait-elle seulement le faire attendre ? C’en devenait compliqué et mélangé dans son esprit à un tel point qu’elle sentait encore une fois le rouge tomate monter à ses joues. Elle ne voulait pas paraître trop cavalière et pourtant elle avait envie d’être collée contre lui, de lui faire comprendre qu’attendre est un supplice pour lui. Sadique ? Nan, Jaelyn n’était pas sadique, elle voulait juste… Qu’il se rende compte à quel point lui dire non avait été douloureux pour elle et a quel point attendre avait été douloureux pour lui. La jeune femme devenait une vraie gamine, littéralement, en s’énervant à cause de cet effet qu’avait Dean sur elle. Mais elle n’y pouvait rien, c’était comme… inscrit dans ses gênes, c’était intime, c’était comme ça et pas autrement. Elle n’aimait pas que ses joues rougissent, s’était incroyablement gênant, sentir le feu lui monter au visage, sentir ce regard sur elle, c’était insoutenable ! Le rire de Dean ne fit qu’accentuer sa gêne déjà pas mal présente et elle fronça les sourcils comme une gamine qui en veux à sa mère parce qu’elle ne lui a pas acheté ce qu’elle voulait. Elle tapa le beau chasseur du point dans l’épaule, une tape pas trop forte et lui dit, excédée par ses foutus hormones :

    « J’y peux rien moi ! Tu veux que je fasse quoi ?! Je vais pas sauter de joie non plus ! Je ne supporte pas de me voir rougir ! Et puis, tu ne dirais pas ça si tu rougissais toi ! T’as de la chance ! Je peux te dire que t’es beau comme un dieu et que j’ai envie de toi tout de suite, ça serait pareil ! Que moi… Tout de suite je serais en train de rougir… Et peut-être que je te sauterais dessus mais ça on s’en fiche, ça a aucun rapport ! Et arrête de dire que c’est mignon, parce que tu insinues comme ça que je suis mignonne et… C’est vrai ? Tu trouves ça mignon ? »

    Elle rougit de plus belle en se rendant compte qu’il venait d’insinuer par là qu’il la trouvait mignonne lorsqu’elle rougissait, c’était pas possible, mais il était où le bouton « arrêt » là-dessus ?! Le chasseur avait beau être aussi gentil et compréhensif avec elle, elle ne pouvait s’en empêcher, il avait ce pouvoir qui faisait qu’elle rougissait tout le temps, et avec les autres aussi, mais surtout avec lui. Ouais, elle savait, elle rougissait à chaque compliment, à chaque petit bout de compliment, à tout ce qui s’apparente à un compliment. Elle était comme ça et depuis toute petite. C’était gênant, très gênant, surtout lorsqu’elle était en compagnie d’un homme séduisant. Elle sentait ce regard surpris se poser sur ses joues rougissantes. Rougir pour draguer ça ne cassait pas franchement des briques, oh que non ! Et puis Dean adorait en rajouter une couche, enfoncer le couteau dans la plaie, ce genre de chose. Alors elle était obligée de rougir encore plus, puis à la fin, elle éclatait de rire face à sa bêtise, elle oubliait ses joues rouges et ça disparaissait petit à petit. Mais auparavant, elle devait crier sur Dean, lui donner des petites tapes, lui dire plusieurs fois d’arrêter d’une voix des plus fluettes. Elle avait cette réaction de gamine mais c’était tellement naturel, tellement spontané, que Dean ne trouvait jamais quelque chose à en redire. Alors que d’autres hommes seraient partis devant une femme-enfant aux traits de Jaelyn, cessant de voir la fille avec qui il faut coucher à tout prix, lui était resté, s’en amusant, cherchant la petite bête, tout le temps. Elle n’avait rien contre ça mais rougir chez elle était signe de honte cuisante pour elle, alors elle se devait de lui faire des remontrances, de lui faire comprendre qu’il ne devait pas recommencer. Le coup de l’orgasme ? C’était un délire, rien de plus, elle n’allait pas avoir un orgasme seulement en se faisant complimenter de cette sorte, c’était un superbe exemple d’hyperbole, rien de plus, mais lorsqu’on parle sans réfléchir, ça peut devenir cocasse. La jolie blonde observa Dean qui lui répondait, ses bras toujours croisés sur sa poitrine comme une petite fille insatisfaite. Lorsqu’il parla, elle ne pu s’empêcher de sourire, se retenant follement de rire. Elle ne pouvait s’en empêcher, c’était plus fort qu’elle. Elle le regarda avant de répondre en s’approchant lentement :

    « Peu importe ! T’es méchant, tu joues avec moi juste pour que je rougisse un peu plus et ça, c’est dégueulasse ! Parce que tu sais que ça va marcher ! J’en ai marre de rougir, t’as pas un remède pour ça ? Et si tu réponds le sexe… Je vais sûrement rougir, encore une fois et t’étrangler après ! Rectification Dean, l’orgasme ne peut pas attendre, il doit attendre ! C’est aussi pour cette raison que j’ai préféré attendre, d’ailleurs… »

    Elle fit un très léger pincement de lèvre et sourit en penchant légèrement sa tête vers la droite lorsqu’elle finit sa phrase. Là elle rajoutait encore du mystère dans son personnage déjà bien mystérieux, mais après tout, Dean la voulait, alors il pouvait attendre pour avoir la réponse à cette fâcheuse question qu’elle sentait planer dans son esprit à cet instant précis. Elle avait encore un peu rougis à cette part de vérité sur elle et… peu importe. On s’en fichait, elle avait encore rougit, c’était ça qui comptait. La jeune femme devait s’excuser pour ses paroles passées, lorsqu’elle le fit, elle comprit très vite qu’il y avait quelque chose qui clochait. Avait-elle dit quelque chose de mal ? De déplacé ? Elle avait l’impression d’enchaîner bourde sur bourde ce soir, ses rougeurs la rendaient bizarre, elle ne réfléchissait plus vraiment à ce qu’elle disait, elle se mordit la lèvre inférieure alors qu’il lui lançait un sourire gêné. Mais qu’avait-elle dit bon sang ?! Qu’avait-elle dit pour qu’il soit autant touché ?! Elle sentait une vague de culpabilité cuisante monter en elle, elle sentait qu’elle n’avait pas fait les choses correctement, elle ne pouvait donc pas s’empêcher de dire des âneries à longueur de journée ? C’était ça ?! Elle sentait son esprit qui commençait à tourner à toute allure pour trouver la source de sa gêne mais il en fut incapable et la jeune femme serra sensiblement les poings, s’en voulant à elle-même d’avoir été aussi cavalière avec lui. Elle voulait tellement bien faire qu’elle avait besoin de lui demander ce qu’il y avait, ce qu’elle fit, avec douceur :

    « Dean ? J’ai… enfin je… J’ai dit quelque chose qu’il ne fallait pas ? Enfin… c’est juste que… t’as… t’as l’air bizarre… »

    Génial, et en plus elle se mettait à bégayer ! Elle venait de remporter le pompon là ! Pire que rougir chez Jaelyn, c’était de bégayer ! Oui, elle bégayait quelque peu, parfois, rarement mais dés que quelque chose faisait qu’elle était touchée un peu trop, elle se mettait à bégayer comme si cela avait été naturel toute sa vie, comme si elle avait toujours parlé comme ça. C’était assez étrange lorsqu’on entendait ça pour la première fois, mais cette fâcheuse chose se résorbait avec un peu de temps, ça allait bien finir par partir de toute façon, en tout cas, s’était ce qu’espérait fortement la belle Jaelyn alors qu’elle embrassait de nouveau Dean. Faites partir vos craintes et vos troubles dans un baiser, reprenez contenance par la même occasion ! Rouler une pelle est le meilleur moyen de faire passer toute la tension apparue entre vous et votre partenaire ! Ca aurait pu être ce genre de publicité qu’aurait pu faire Jaelyn tellement elle se revigora pendant ce baiser. Elle avait besoin de tout faire partir, empêcher Dean de la regarder et de réfléchir était le meilleur moyen pour elle de reprendre contenance. Ca avait même marché ! Lorsqu’elle s’était écartée de lui, elle était bien, redevenue normal, elle avait passé ses bras autour de son cou le plus naturellement du monde et il avait posé ses mains sur ses hanches le plus… Deanemment du monde. Malheureusement pour elle, la dernière question qu’elle posa fut le coup de grâce, elle n’en savait rien mais elle venait de donner à Dean un beau coup derrière la tête, fort et précis. Pourtant elle n’avait jamais voulu insinuer, après après, comme après dans le futur. Elle ne s’imaginait pas non plus aller dans un magasin meuble main dans la main, tout sourire, vous savez, ce sourire niais de couple qui se voile carrément la face. Non, tous ce qu’elle voulait savoir, c’était si Dean allait revenir, si elle pourrait encore parler avec lui, remettre le couvert si besoin est. Par besoin on entend, mal chez Dean. Elle le vit fortement hésiter, comprit avoir touché une corde très sensible chez lui, pourtant elle n’en avait pas eu conscience, elle voulait juste savoir si il allait venir et en même temps, elle savait que de son côté, elle était assez gênée par ce genre de paroles sortant de sa bouche. Déroutée par la façon qu’avait Dean de chercher ses mots, déboussolée par cette question bizarre qui avait mine de rien fait son chemin dans son esprit, c’est avec appréhension qu’elle attendit sa réponse. C’est alors qu’elle arriva, et qu’elle la surprit au plus haut point. Alors comme ça il se la posait aussi ?! Elle avait l’impression de se prendre la plus belle claque du siècle. Ces mots si anodins firent l’effet d’une bombe atomique dans son beau monde. Alors comme ça il se posait la question de savoir ce qui allait se passer après s’être envoyé en l’air avec elle ? Super, sortons le champagne ! Ca s’était vraiment le pompon ! Et qu’avait-il trouvé comme réponse ? Ca, mystère et boule de gomme. Elle était déboussolée, tellement qu’elle baissa légèrement les yeux et entrouvrit la bouche pour chuchoter un « merde » pour elle-même. Elle ne pu s’empêcher de redresser la tête avant de lui dire avec douceur, haussant les épaules, n’étant plus l’enfant mais la femme :

    « Cool, c’est bien quand on se pose les mêmes questions… T’as trouvé la réponse ? Nan parce que moi, je le cherche encore, bizarrement ! Sérieusement Dean, tu veux seulement coucher avec moi ? Tu ne veux pas parler ? Tu sais, quand on est dans le bar, et que tu parles et parles encore et que je t’écoutes, tu faisais ça juste pour passer le temps ? Heureusement que je ne crois pas en l'amour, j'aurais eu une magnifique désillusion... »

    Elle sentait quelque chose se déchirer dans sa poitrine, ce n’était pas son cœur, c’était beaucoup plus intime, beaucoup plus enfouie. Si il répondait oui, tout s’effondrait, si il répondait oui sa main partait et le choc serait très grand. Elle n’était pas amoureuse mais elle ne voulait pas être prise pour une femme-objet, qu’on prend et qu’on jette. Elle n’en avait pas le courage, ni la force d’être seulement ça pour Dean, elle avait tissé ce lien si différent qu’elle le refusait, alors si il ne voulait que ça d’elle, s’était fini, elle jetait l’éponge et s’enfuyait… Elle sentait les larmes lui monter aux yeux, ce n'était pas bien, elle n'avait pas à pleurer, c'était comme ça et pas autrement.

_________________

    ✔️ Sexyness is my second name...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dean Winchester


SFTD ADMIN ◈ queen of everything, kiss my feet


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Sweet Poison
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Jensen Ackles
✾ MES CRÉDITS : Dodixe
✾ MON MOI² : Pepper J. Sparrow & Jillian N. Beckenridge.
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 10/07/2009
✾ MES MESSAGES : 2894

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 32 ans
✾ STATUT SOCIAL : célibataire
✾ SON EMPLOI : chasseur


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: Dean Winchester ?! NO WAY |with dean|*   Ven 14 Aoû - 8:54

    Je ne savais pas ce que le regard des autres représentait pour Jaelyn à vrai dire je ne m'étais jamais posé la question, j'avais toujours agit de la même façon, sans me soucier de ce que les gens pensait de moi ou de Jaelyn, c'est doute encore une marque d'égoïsme de ma part. Les femmes faisaient souvent attention à ses regards perçants qui vous reluquent des pieds jusqu'à la tête, puis de la tête jusqu'aux pieds afin de mieux pouvoir vous juger, dans cette société où on ne juge plus que par l'apparence et le comportement, cette société où pour ce faire apprécier, chaque individu se doit de rentrer dans un moule construit à l'image de « Mr. ou Mme tout le monde » il est normal de penser aux regards que vous porte les gens, c'est le cas de beaucoup de gens et peut être celui de Jaelyn. C'était quelque chose que je pouvais comprendre, mais si je ne faisais absolument pas partit de cette catégorie de personne étant donné que je change régulièrement de ville depuis que je suis jeune, je n'ai jamais eu besoin de supporter bien longtemps le jugement des autres. Je suppose que c'était différent pour une serveuse telle que Jaelyn, elle était cette femme, belle et élégante que beaucoup d'hommes regardaient avec comme seule et unique envie, obtenir une nuit avec elle, les filles la regardait avec jalousie, certaines admiraient sa façon d'être, la plupart des gens avaient sans doute une bonne opinion que cette merveilleuse serveuse, en tout cas, moi mon premier jugement avait été plutôt positif, alors je suppose que je n'étais pas le seul. De toute façon il n'y avait que Sam pour mal juger une personne comme Jaelyn, enfin bref, je me disais que ces regards la gêné peut être elle, peut être qu'elle n'avait pas envie que les gens s'inventent à titre erroné des film avec sa vie, elle n'avait sans doute pas envie d'être prise au piège dans le le film de sa vie sans pouvoir en superviser l'histoire. Je pense que c'était tout à fait normal de ne pas vouloir que les gens refasse votre vie derrière votre dos, s'inventent une belle histoire, pleine d'amour et de romantisme, que chacun de ses sécateurs pensent que cette histoire connaitra un « Happy End » sans avoir quel seront les rebondissements qui se mettront en travers de la route des deux héros qu'ils jugent amoureux sans connaître nos véritable sentiments. Les gens sont parfois stupides, pourquoi perdaient ils leur temps à inventer nos vies, ou en tout cas notre vie commune et pas la leur ? Ils préfèrent sans doute voir notre couple fictif éclater en éclat plutôt que le leur. Alors ils jugent sans savoir de quoi ils parlent il commentent une histoire qu'ils ne comprennent pas, ils s'inventent une histoire qui n'existera jamais. Ils rêvent à un compte de fée là où nous nous savons pertinament qu'il n'y a ni prince charmant ni belle princesse à embrasser pour la réveiller d'un long sommeil. Pas de dragon à combattre, pas de ronces à trancher pour accéder à la plus haute tour d'un palais magnifiques. Non, il n'y avait pas toutes ses épreuves entre Jaelyn et moi, il y avait juste un bar et deux cœurs que je préféraient penser trop dur pour fondre d'amour. Les comptes de fées n'existent pas, et je n'ai pas la carrure d'un prince charmant, de toute façon tout le monde devrait savoir que le prince charmant n'existe pas. J'ai sauvé des vies, détruit des démons mais ça ne fais même pas de moi un Héros, non, je ne suis qu'un pauvre mec parmi tant d'autres, bien que ma vie ne soit pas semblable à celles des autres. Je suis un peu à part mais ça ne fais pas de moi un prince charmant toujours prêt à sauver les demoiselles en détresse, car les princes n'échouent jamais, il réussisse toujours alors que moi je n'ai que trop échouer. J'ai voulu faire le bien, protéger ma famille, protéger des inconnus mais j'ai souvent raté. La preuve, mon père est mort, mon frère a eu tant de problèmes qu'il n'est plus lui même et je ne compte plus le nombre de vies que j'ai laissé filer entre mes doigts, je compte encore moins le nombre d'âme que j'ai torturé. Est-ce qu'un prince charmant aurait fait ça ? Non, le prince charmant aurait su échapper au Enfer, il aurait combattu, il aurait eu son Happy End, il aurait vécu heureux et auraient eu plein d'enfants ... Qui pourrait vivre un truc pareil ? Personne je suppose, tout cela est bien trop simple, bien trop irréel. La vie ne peut pas ressembler à un compte de fée tout comme elle ne ressemble pas à un film. La vie c'est quelque chose de trop compliquer, ce n'est pas une mise en scène, des choses prévues qui se déroule comme on l'a décidé avant de se lancer dans l'aventure, c'est une série de hasard, de déception, de rancœur et quelques moment de bonheur. La vie on la vie un point c'est tout, pas la peine d'essayer d'en connaître la fin, pas la peine de vouloir la juger. C'est inutile, tout ses gens se plantent en beauté, et de leur erreurs ils ne retireront rien d'autre que la déception de n'avoir pas mieux su diriger la vie des autres que la leur. Ils feraient mieux de garder leurs jugements stupides pour eux même et nous laisser vivre nos vies en paix, ce serait sans doute mieux pour cette pauvre Jaelyn à qui je brise l'image soir après soir ...

    Chaque soir, je finissais ivre mort sur ce bar, je racontais n'importe quoi, il m'était peut être arrivé de vomir tout ce que j'avais dans l'estomac tant l'alcool avait des effets néfastes, et je dis peut être parce qu'après chacun des mes réveils, ma tête étaient presque vide, les souvenirs quasiment tous effacés et cette migraine qui semble vouloir faire exploser votre cerveau. Je suppose que ça n'a pas était évident tout les soirs pour Jaelyn quand elle devait raccompagner ma carcasse de mec ivre mort jusqu'à ma chambre de Motel parce que moi même j'étais tout bonnement incapable de mettre un pieds devant l'autre sans m'écraser par terre, j'étais encore plus incapable de prendre ma voiture étant donné que j'aurais été incapable de mettre la clé dans le contact tellement j'étais bourré. Je peux facilement imaginer que je n'avais pas facilité la vie de cette pauvre Jaelyn ces derniers temps, pas une seule fois je m'étais demandé ce qu'elle pensait de moi et de mon état d'ivresse à répétions, à y réfléchir après coup, je suppose qu'elle aurait du trouver ça vraiment chiant, à la limite insupportable alors pourquoi était elle toujours restée, pourquoi m'avait elle aidé jusqu'au bout, sans jamais craquer, elle avait su être patiente avec moi, ce pauvre type qui à chaque fin de soirée était littéralement incapable de faire quoi que ce soit tout seul, j'avais besoin de son aide, et elle était là, me l'offrant alors que je ne la méritait absolument pas. C'était sûr qu'elle méritait un type mieux que moi, un type qui ne passait pas toutes ses soirées à boire jusqu'à frôler le coma éthylique. Quelqu'un qui avait un travail qui lui rapportait de l'argent, un type qui n'avait pas provoquer la fin du monde. Je suppose que ce n'était pas si difficile que ça à trouver, alors pourquoi s'était elle attachée à moi, ce pauvre type qui avait gâché un grand nombre de ses soirées ? Ça n'avait sans doute aucun sens, c'était pas quelque chose de commun de s'attacher à un mec comme moi. Ce mec qui buvait presque autant qu'il respirait ! Qu'est-ce qui avait bien pu me pousser à un tel paroxysme ? Je veux dire, je ressemblait plus à un alcooloqie qu'à un chasseur en ce moment, j'avais mes raisons, mes problémes à oublier, mais je pense que j'aurais pus quand même boire un peu moins, juste par respect pour Jaelyn mais aussi pour Sammy, même si on était brouillés, il avait du supporter toutes ses fois où j'étais rentré ivre mort, ça n'avait pas du être facile pour lui non plus. Je suppose qu'on ne remarque que le mal que l'on fait qu'une fois qu'il s'est bien étendu. La vie est mal faite si vous voulez mon avis. Mais il y a certaines erreurs que l'on peut encore réparer, plus facilement que d'autre, je pense qu'il est grand temps que je me resaissise, que j'arrête de boire autant tout les soirs, pour pouvoir aider Sam à réoudre cette affaire qui nous concernait tout les deux bien plus que tout les autres chasseurs qui pouvaient trainer en ville en quête de vérité. Je devais aussi le faire pour Jaelyn qui devait en avoir sacrément marre de ne connaître que ce Dean Winchester qui avait plus d'alcool dans le sang que de sang justement ! Je devais le faire pour ces deux personnes qui représentaient beaucoup pour moi, d'un côté il y avait Sam, ma seule famille, ce seul homme qui faisait ma vie, celui à qui je vouais la mienne, celui qui m'avais trahis et déçu, mais aussi sauvé un bon nombre de fois, celui qui avait le même sang que moi et pour qui je donnerais ma vie s'il le fallait,je l'ai déjà fait une fois, et si c'était à refaire, je le referais sans hésiter. Et de l'autre il y avait Jaelyn cette femme si belle et si mystérieuse que quiconque se noierait dans ses yeux faits à l'imagine d'un océan de pureté. Cette femme qui m'avait apporté tellement depuis mon arrivée à Ellington, elle avait sut m'écouter quand je lui racontait des histoires que je ne pouvais pas raconter à quelqu'un d'autre, elle m'avait conseillé, aidé et soutenu quand j'en avais vraiment besoin. Pour ses deux personnes qui subissaient quotidiennement les ravages de mes états d'ivresses, il était temps que j'arrête et que je redevienne un peu le Dean Winchester à peu près mature qui veillait sur son petit frère et qui tuer les créature malveillantes qui vivaient dans l'ombre et faisaient regner le mal autour d'eux. Je suppose que pour moi même, c'est à dire pour ma santé, je devais aussi arrêter de boire, il paraît que l'abus d'alcool nuit gravement à la santé, c'est ce qu'on entend partout de nos jours ! Alors je suppose qu'à force d'en abuser ma santé va finir par se barrer en couilles, alors même si, Sam c'est celui qui ne boit pas, c'est pas moi qui l'a dit, c'est la pub, enfin bon, il était tant que j'arrête mon délire et que je devienne Sam ! Ouais enfin celui qui ne boit pas ! Parce que j'ai pas envie de devenir mon frère, ce serait trop bizarre, je préfère être moi que lui, il est trop bizarre, trop compliqué en plus il écoute de la musique carrément nulle, enfin bon, je reste moi mais j'arrête de boire, c'est tout !

    Je suppose que Jaelyn s'était appecçue de l'effet que ça question avait eu sur moi, en même temps elle m'avais demandé pourquoi j'avais attendu si longtemps, pourquoi je n'avais pas baisser les bras. Moi même je n'en savais pas grand chose, mais je pense que ma réponse était la bonne, je veux dire, ce n'est pas comme si c'était la réponse à un exercice, c'était juste ce que je ressentais vraiment au fond de moi, j'avais eu envie de lui parler encore et encore, parce qu'elle avait sut éclairer mon monde et guider mes pas vers un chemin que je ne trouvais, elle m'avais fait sortir de mon propre enfer parce qu'elle avait cette capacité d'écoute que j'admirais, elle était intellitente en censée, elle savait quoi faire quand moi j'étais plongé dans le doute. J'avais tellement de raison de m'attacher à elle, cette femme qui m'avait tant aidé sans que je ne lui donne rien en retour? J'avais eu besoin de revenir encore et encore, juste pour voir ses yeux bleu et entendre sa voixn admirer son sourire et voir ses joues rougir à chaque fois que je lui dis qu'elle est merveilleuse. J'en avais besoin et aujourd'hui j'avais l'impression que je ne pouvais plus m'en passer, je revenais chaque soir et bout d'un moment je ne m'en rendais presque plus compte c'était comme si mes pas me guidaient automatiquement vers ce bar pour que je puisse passer une nouvelle soirée à boire en sa compagnie, elle était tellement adorable, elle avait des mimiques qui avaient du en faire craquer plus d'un. Par exemple, cette grimace qui demandait pardon, c'était enfantin mais si adorable que je ne pouvais répondre à ça que par un sourire sincére cette fois, de toute façon je ne lui en voulais, pas, je pense que c'était normal de sa part de vouloir savoir pourquoi je n'avais pas laisser tomber plus tôt, pourquoi j'étais revenu tout les soirs, elle était en droit de savoir qu'il n'y avait pas qu'une histoire de cul derrière tout ça, qu'il y'avais aussi cette drôle d'attirance que je ne comprenais pas, cette envie de passer du temps avec elle, c'était tellement étrange. Je n'avais jamais ressenti ça auparavant.

    « C'est pas grave, je ne t'en veux pas et puis cette bouche est vraiment adorable alors je lui pardonne d'être un peu trop bavarde ! »

    Elle était tellement mignone cette bouche, que je me sentis obligé de déposer un nouveau baiser dessus avant de sourire devant le jeu de séduction de la belle Jaelyn, son regardn sa voix, c'était passé passé du monde gamine au monde aguicheuse, est-ce que j'étais partient ? Oui, je l'avais était jusqu'à présent. Sauf que là ce n'est vraiment pas juste, comment voulez vous resister à ça sans avoir envie de s'envoyer en lair dans la seconde qui suit ? J'étais peut être patient, mais je n'étais qu'un homme. Et un homme ça réfléchit plus vite avec ce situe entre ses deux jambes qu'avec son cerveau si vous voyez ce que je veux dire ! Alors c'était carrément abusé de sa part de jouer à ça avec moi. Elle allait me rendre fou la belle Jaelyn, sa pression contre mon corps, la douceur de ses lèvres contre ma nuque, la chaleur de ses mains dans mon dos, tous ça me procurra un frisson qui me donna envie de la plaquer contre le mur et de faire « tac tac » de ce pas ! Elle le faisait exprés, ça sentait la provocation à des kilométres à la ronde ! J'aurais voulu résister, lui montrer à quel point j'étais patient, au début, je me mordis la lèvre pour tenter de resister, mais je finis par succomber et quand elle s'agrippa à mes épaules, je ne pu plus resister d'avantages, merde alors ! Quand on me cherche on me trouve toujours surtout quand c'est une jolie fille dont j'ai étrangement envie depuis plusieurs jours ! Comment voulez vous resister à une telle provocation ? Oui ce n'était sans doute pas l'endoit ni le moment adéquate pour le sexe mais qu'importe et puis personne n'a parler de se lancer toute suite dans une partie de jambe en l'air considérons seulement que c'est encore de la provocation qui peut être emmenera cette fameuse partie plus tôt que prévu, m'enfin bref, pris par cette pulsion de « non resistance », je me mis à embrasser la magnifique Jealyn, oublier l'aspect romantique du baiser, c'était finis ça ! Et le fameux mur dont je parlais tout à l'heure, puisque je ne me contrôlais plus, je plaquais contre ce fameux mur, à peu près délicatement, j'suis pas une brute quand même (>.<), je continuais de l'embrasser, serré contre son corps, mes mains sur ses hanches glissèrent jusqu'à ses fesses (pervers xD). Laissant mes mains là où elles étaient desormais, elles y étaient très bien, je cessais de l'embrasser, sans pour autant beaucoup m'éloigner d'elle, la regardant droit dans les yeux, je répondis presque dans un murmure.

    « Oui, Jaelyn, je suis patient .... Mais ma patience à des limites, méfie toi .. »



Dernière édition par Dean Winchester le Lun 17 Aoû - 4:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://sympathyforthedevil.forumactif.com
avatar

Dean Winchester


SFTD ADMIN ◈ queen of everything, kiss my feet


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Sweet Poison
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Jensen Ackles
✾ MES CRÉDITS : Dodixe
✾ MON MOI² : Pepper J. Sparrow & Jillian N. Beckenridge.
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 10/07/2009
✾ MES MESSAGES : 2894

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 32 ans
✾ STATUT SOCIAL : célibataire
✾ SON EMPLOI : chasseur


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: Dean Winchester ?! NO WAY |with dean|*   Ven 14 Aoû - 8:56

    Méfie toi, c'était bien absurde quand même, qu'est-ce qu'elle risquait au final ? Je n'allais pas la violer sur place, j'avais quand même un minimum de principe je n'étais pas du genre à violer les filles, elles étaient consententes ! Donc c'était juste façon de parler elle ne risquait rien normalement avec toi, une chose est sûre, sur ce je me poussais, reculant d'un ou deux pas, j'avais besoin d'un peu de distance, parce que comme je l'ai dit plus haut, je suis un homme ! Et mes amis, je suis sûr que vous connaissais l'effet que ce genre de situation peeut engendrer sur la gente masculine ! J'aurais eu l'air malin si j'avais eu une bosse sur mon pantalon ! Je suis sûr que vous voyez très bien où je veux en venir, pas la peine que je vous fasse un dessin ! (De toute façon, les dessins c'est Jaelyn ! xD) Je n'en pouvais plus d'attendre, c'était devenu trop difficile avec une Jaelyn plus déchainée que jamais, je suis sensible à ses charmes, mais là c'était carrément trop osé ! Je ne pouvais plus ! Il fallait que je me tienne a distance sinon, j'étais fichu ! Trop de contact pourrait presque m'être fatal !

    S'il y'a bien quelque chose à quoi je pouvais résister, c'était voir ses joues rougir au moindre compliment, au moindre sourire de ma part, je crois qu'en cet instant précis je préférais la Jaelyn aux côtés de gamines et non l'aguicheuse, dans un peu moins de deux heures, il y a des chances pour que ce soit le contraire ! Mais nous n'en sommes pas là, pas encore. Même si j'avais vraiment hâte d'y être ! Jaelyn me donna une tape dans l'épaule, une petite tape de rien du tout, c'était aussi adorable, elle partait dans un monologue, c'était craquant ça aussi je lui souris, toujours autant amusé par sa réaction, oui je trouvais ça mignon, il y avait de quoi non ? J'aimais vraiment cette Jaelyn là, qui rougis pour un rien et qui s'énerve bêtement de façon totalement enfantine, mais j'aimais aussi la séduisante Jaelyn qui joue facilement de ses charmes pour presque me coincer dans ma condition d'homme, ceci dit, quand j'utiliser le verbe aimer, il ne faut pas le comprendre au premier sens, je ne répéterais jamais suffisament qu'entre Jaelyn en moi ce n'est pas de l'amour, peut être que je le répéte trop uniquement pour me cacher la vérité ... Non, non et re non. Revenons sur les joues rouges de Jaelyn, ce sujet est, pour moi, plus agréable à aborder.

    « En même temps, je suis beau comme un Dieu et j'assume, donc pas besoin de rougir, et oui je trouve ça mignon quand tu rougis et je te trouve toi même mignonne. »

    La première partie de ma réplique était une plaisanterie bien sûr, j'étais pas prétencieux à ce point là, c'était juste pour rire, par contre la suite était vraie, et Jaelyn était encore plus rouge, elle allait bientôt être aussi rouge qu'une tomate, voir plus encore ! Elle allait encore s'enerver, elle le faisait tout le temps, avant d'en rigoler et de retrouver sa couleur naturelle, c'était amusant de voir comment sa peau pouvait changer si facilement de couleur ! Et oui moi je trouvais ça mignon, peut être que certains hommes trouvais ça ridicule au contraire et bien ceux là se trompaient ! Ils étaient sans doutes trop stupides pour apprécier les charmes de Jaelyn à leur véritable valeur, je pense qu'il faut savoir apprecier les deux facettes de la personnalité de cette superbe femme, premièrement parce qu'elles sont indisociable, deuxiémement parce qu'elles font tout son charme alors se serait absurde de partir devant une Jaelyn ressemblant plus à une enfant qu'à une femme séduisante ! Cette façon de croiser ses bras sur sa poitrine pour faire part de son insatisfaction telle une enfant qui boude, moi je trouvais ça vraiment adorable ! Surtout quand tout était cassé par son sublime sourire, ça me donnait d'autant plus envie de se rapprocher pour la prendre dans mes bras, mais je devais encore faire part de retenue, la température ne descendait pas vite dans cette pièce, j'avais encore l'impression de bouillir ! En plus d'être un mécréant, maintenant j'étais méchant, même quand elle « m'insulait » je ne pouvais pas m'empêcher de sourire, alors je la regardais, je sourire au lèvre pendant qu'elle entré à nouveau dans un monologue, la fin de sa phrase m'interloqua plus que le reste, toute cette discussion sur un orgasme, c'était un peu abusé quand même mais bon, comment ça il devait attendre ? Et pourquoi avait elle préféré attendre ? Je ne comprenais plus grand chose et je suppose que ça se fit sur mon visage, ce n'est pas facile de cacher l'incompréhension, surtout que j'étais un garçon plutôt curieux ...

    « Tu n'oserais pas m'étrangler si je te disais que le sexe réglait tout les problèmes, et comment ça l'orgasme doit attendre ? Explique toi ma petite Jaelyn ... »

    Laissant un sourire prendre la place de l'incompréhension, j'avais vraiment envie de savoir ce que Jelyn voulait dire pas là. Pourquoi aimait elle tant faire courir en moi tant de mystères et de confusion ? S'était presque agaçant à la fin, même si j'étais incapable de m'énerver contre Jaelyn ! Et puis au fond même si ça m'agaçait, ça me plaisait aussi, ça me donner encore plus envie de découvrir les mystéres qu'elle gardait prisoniers en elle, d'en savoir bien plus sur elle, sur ces paroles, sur son corps, j'avais encore tant de choses à découvrir, que j'éspérais que ma patience serait bien récompensée ! Je suppose que c'était pareil de son côté, j'avais laissé plané le mystère et le doute autour de moi, autour de mon histoire, elle ignorait beaucoup de chose, notamment sur ce que je faisais de ma vie, elle le saurait tôt ou tard, mais pour le moment, tard semble me convenir, je n'avais pas envie de gâcher notre petite histoire avec une histoire de démons et d'esprit à la con, ces connards me pourrissent suffisamment la vie comme ça, alors pour une fois, je voulais juste qu'ils restent là où ils sont et qu'ils me foutent la paix pendant l'espace des quelques heures que j'allais passer en compagnie de Jaelyn. Je ne voulais pas l'inquiéter par mon sourire stupide en coin, je ne voulais pas qu'elle sache que je me sentais mal vis à vis de ses paroles qui au fond n'avaient rien de bien génant, je ne pouvais pas non plus lui dire ce qui n'allais pas, alors j'allais devoir feinter, passer à autre chose parce que je me voyais mal lui dire que j'avais horriblement peur de l'amour ! C'était ridicule ! Là où les gens normaux flippent et s'enfuient, moi je fonce dans le tas ! Je combat des monstres qui effrayent sans cesse les gens normaux, et là devant l'amour, ce sentiment dont les gens rêvent, moi je fuis, moi j'ai peur, je ne dois pas être normal comme type ! J'étais stupide. Où juste trop attaché à mon libertinage pour me laisser plonger dans les marécages de l'amour, j'avais l'impression que l'amour était stupide et ridicule, qu'il ferait de moi un gros nul, c'était peut être débile mais c'était comme ça, je n'y pouvais rien. Je ne voulais pas tomber amoureux, un point c'est tout ! C'est un choix comme un autre, un choix n peu poussé par mes conditions de vie, mais je suppose qu'on ne peut pas tout avoir alors je choisis la chasse et le libertinage sans hésiter ! Elle eu du mal à s'exprimer, elle bégayer et ça aussi c'était mignon.

    « T'inquiétes pas, je suis bizarre naturellement ! »

    Je souris tant bien que mal, pour la rassurer, il était hors de question que je n'obtienne pas ma nuit avec Jaelyn parce que j'ai eu une réaction bizarre, alors elle devait cesser de s'inquiéter et moi je devais cesser de faire le con ! Et profiter à fond de ses chaleureux baiser, qui me remettent directement sur le droit chemin, m'ote mes doutes au moins le temps que nos lèvres se touchent. C'était court mais tellement agréable ! Je n'étais pas forcément fan des baisers, ouais je préfère l'étape au dessus, mais ça restait un moment agréable qu'il fallait savourer, surtout avec Jaelyn. Quand elle se retira ses propres doutes avaient l'air de s'être envolé. Seulement, sa question me mit de nouveau mal à l'aise et ma réponse était tellement absurde qu'elle même ne devait pas s'en sentir plus soulagée, j'étais vraiment con parfois, si je pouvais je me mettrais des grandes baffes ! Nous étions tout les deux paniqués interieurement je crois, tout ça à cause de cette réponse stupide, j'aurais pu trouver bien quand même ! Je n'avais pas envie de la blesser, elle ne méritait pas de souffrir, elle valait tellement mieux que toute mes conquêtes précédentes, les autres je les avaient jetée sans m'en soucier, mais Jaelyn c'était tellement différent ! Elle avait quelque chose en plus, elle était différente des autres, je ne sais pas en quoi, mais elle l'était, elle était la première à me faire réélement douter sur le sens de l'amour, elle m'avais même pousser à être jalou de tout les autres hommes avec qui elle parlait ou rigoler ! Elle était unique, mais j'avais peur de ne pas pouvoir lui apporter ce qu'elle voulait, de ne pas être l'homme qu'elle attendait, je ne voulais pas qu'elle se fasse de faux espoir et rien que de la voir débousolée tel qu'en cet instant ça me faisait du mal, je me sentais coupable, je m'en voulais et je devais rattraper le tir ! Mais non je n'avais pas la réponse à cette question, peut être qu'il fallait attendre pour connaître la réponse. Je n'avais pas juste envie de coucher avec elle, j'avais encore envie de venir soir après soir au bar pour lui parler, pour qu'elle m'écoute et m'aide, j'avais encore besoin de la complimenter pour voir ses joues rougir, je ne désirais pas seulement son corps, j'avais aussi besoin de sa présence, de sa compassion, de son amitié, de son amour ? J'en sais rien, je ne veux pas savoir, je ne veux pas me lancer sur cette pente trop glissante pour moi. Je ne faisais pas juste ça pour passer le temps, non c'était plus que ça, et sous ses paroles mon coeur s'accélera, je l'avais déçue et c'est quelque chose que je ne voulais pas et en cet instant j'avais peur de la perde, qu'elle me gifle et qu'elle quitte la piéce ...

    « Jaelyn, je n'ai pas la réponse à cette question, parce que j'ignore ce que toi tu veux. Je suis ce genre de mec qui couche et qui après s'en va seulement ... Quand je m'en vais c'est que je dois quitter la ville, pour ........... Le boulot. Là je suis coincé à Ellington, alors je ne pars pas ... »

    J'avais l'impression d'avoir sorti une connerie encore plus grosse que la précédente, et mon rythme cardiauqe s'accelera davantage, j'avais besoin de me ressaisir là sinon j'étais un homme mort, mais je ne savais pas quoi lui dire, je n'arrivais même plus à réfléchir, ma tête était trop embrouillée j'avais l'impression que si j'ouvrais encore la bouche j'allais continuer de creuser alors même que j'avais toucher le fond ! J'étais tellement troublé qu'elle devait l'avoir elle même remarqué, il me fallu quelques longues secondes avant d'être enfin capable de reprendre la parole.

    « J'ai besoin de parler encore et encore avec toi, j'ai besoin que tu m'écoutes parce qu'en ce moment tu es la seule personne qui m'ai vraiment écouté et aidé, je ne peux pas te promettre la lune, ni te dire que toi et moi c'est pour toujours parce que quand j'en aurais fini avec Ellington, je reprendrais la route ... Mais tant que je serais là, je viendrais au bar soir après soir seulement pour te voir, parce que j'en ai juste envie et que l'acool ça va bien cinq minutes, je pourrais même venir sans arrières pensées parce que tu es différentes des autres filles que j'ai rencontré jusque là et c'est pas qu'une simple histoire de cul entre nous ... Je crois ... »

    Ces paroles me donnait l'impression de m'être pris un coup de pied dans les valseuses tant elles faisaient chuter mon statut de Dean Winchester ! J'avais parler sans réfléchir et j'avais l'impression que c'était un autre qui avait parlé tant je ne me reconnaissais pas dans ses paroles, j'étais horriblement mal à l'aise tellement je me sentais débile ! J'aurais voulu remonter le temps et lui dire à la façon d'un don juan que ce n'était pas qu'une histoire de cul, parce que la façon dont j'avais parlé c'était trop nul et j'me sentais stupide ... En plus mon coeur ne retrouvé pas son rythme normal, il était bien trop stressé par l'attente du verdict de Jaelyn qui n'allait pas tardé à tomber ...

_________________
UNDERCO.


Dernière édition par Dean Winchester le Lun 17 Aoû - 4:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://sympathyforthedevil.forumactif.com
avatar

Jaelyn N. Miller


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Dodixe
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Leighton Meester
✾ MES CRÉDITS : Dodixe & LJ
✾ MON MOI² : None
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 18/07/2009
✾ MES MESSAGES : 1192

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 26 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Serveuse & Chasseuse


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: Dean Winchester ?! NO WAY |with dean|*   Dim 16 Aoû - 23:02

    Le regard des autres se résumait à ce qu’ils voyaient d’une personne dans une situation donnée. Jaelyn Miller par exemple, dés qu’une personne la découvrait, derrière son bar, à sourire agréablement, à rire avec ses collègues et clients, qu’elle parlait d’une voix douce et énergique, qu’elle se faisait draguer par les clients et qu’elle disait non bien gentiment, que pouvait-on penser d’elle ? Simplement qu’elle était une serveuse comme les autres, qui fait bien son boulot, qui y met du cœur et qui profite de ce moment et de cet endroit pour faire des rencontres diverses et toutes plus intéressantes les unes que les autres. On pense que sa tenue est un peu trop sexy mais on laisse passer pour cette fois parce qu’elle à l’air adorable à rigoler aux éclats et à essayer d’attraper une bouteille de Gin un peu trop haute qu’on s’en moque un peu. Maintenant, second exemple, on garde toujours Jaelyn Miller, de l’autre côté du comptoir cette fois, en train de descendre plusieurs verres de vodka, de danser sur le bar, de faire une partie de poker, de lancer des couteaux dans une cible de fléchette, de rigoler aux éclats ou encore de faire un strip-tease. Que pouvait-on penser d’elle maintenant ? Qu’elle était une allumeuse, qu’elle était une fille qui ne pensait qu’au sexe, qu’elle était assez étrange et qu’elle n’était pas faite pour le mariage, qu’elle était célibataire et qu’elle devait être un bon coup d’un soir. Vous comprenez maintenant pourquoi le regard des autres est important pour elle ? Pourquoi elle en a besoin pour se faire une opinion de sa propre personne ? Elle avait besoin de savoir ce que pensaient d’elle parce qu’elle ne voulait pas passer pour la deuxième Jaelyn, parce qu’elle ne voulait pas être comme ça, elle ne voulait pas qu’on croit qu’elle était comme ça alors qu’elle ne l’était qu’en cas extrême et avec un taux d’alcoolémie élevé ! Elle avait besoin du regard des autres parce qu’elle ne sentait que sans celui-ci, elle n’était peut-être plus aucune des Jaelyn, elle n’était personne, juste une fille. Elle avait eut besoin du jugement de Dean, elle avait eut besoin de savoir qu’il l’appréciait, qu’elle l’intéressait mais gardait tout de même un peu de mystère pour attiser sa curiosité. Ce soir là, lorsqu’elle était en train de passer et qu’elle l’avait vu entré, elle n’avait rien pensé, elle avait juste découvert un jeune homme qui venait commander quelque chose un soir où il n’y avait presque pas d’affluence et où elle avait pu faire un pari et gagner de l’argent. Lorsqu’elle avait lancé ces couteaux et qu’elle avait sentit son regard posé sur elle, elle n’avait pas pensé qu’il était pervers, elle n’avait pas pensé qu’il était un malade qui regarde les belles filles lancer des couteaux, elle avait seulement pensé qu’il était des plus observateurs. Lorsqu’elle avait finalement entendu sa voix, qu’elle s’était approchée et qu’elle avait découvert son visage elle l’avait… elle l’avait trouvé mignon, beau comme un dieu même. Elle l’avait trouvé gentil, charmeur et terriblement attirant. Elle avait tout de suite eut envie de le connaître beaucoup plus que d’habitude lorsqu’elle rencontrait des clients parce que, de nature sociable, la blondinette aimait bien connaître tout le monde mais avec Dean… Avec Dean elle voulait savoir tout un tas de choses, curieuse sur les voiles de mystère qu’il laissait volontiers planer sur sa petite personne. Elle adorait lorsqu’il entrait dans le bar, avec son magnifique sourire et sa bonne humeur, rayonnant comme si il venait de croiser un ange alors qu’il venait juste picoler comme alcoolique et parler avec une serveuse des plus surprenantes. Imaginez-vous cinq minutes la scène...

    Jaelyn derrière son comptoir en train d’essuyer des verres et qui s’ennuie toute seule en se demandant si son pseudo prince charmant parce que, naturellement, Dean Winchester n’est pas un prince charmant et Jaelyn Miller n’est pas amoureuse. Imaginez donc cette serveuse à l’ouvrage qui attend avec l’impatience d’un petit chien qui veut aller faire sa promenade, belle comparaison au passage, l’arrivée d’un jeune et beau chasseur qui vient profiter de… L’alcool ou la serveuse ? Disons les deux, ça fait plus sérieux. Elle attend donc et c’est à ce moment précis, le moment où on ne s’y attend jamais naturellement, que la porte du bar s’ouvre sur quelqu’un de grande taille. Imaginez alors Jaelyn levant les yeux d’un air absent, plus par habitude qu’autre chose. C’est alors qu’elle découvre Dean dans l’entrebâillement de la porte et qu’elle le voit sourire. Et là vous ne pouvez même pas imaginer ce qu’elle ressent, dés lors qu’elle le voit arriver, marchant comme un chasseur qui vient chercher sa proie de la nuit. Un peu comme le lion qui vient chasser sa gazelle, Dean Winchester venait chasser la Jaelyn… Elle s’attendait souvent à voir Dean arriver tel un chasseur, après tout, il était comme ça, au fond de lui, il ne pouvait en être autrement. C’était souvent à son entrée qu’elle éclatait de rire en l’observant arriver avec sa démarche des plus sexy, son regard de prédateur et son sourire Max White de Don Juan. Et puis lorsqu’il s’asseyait au bar et la regardait avec toujours ce petit sourire et qu’il commandait sans oublier le « s’il te plait ». Dean était un mec unique et tellement tordant qu’elle l’appréciait vraiment trop pour ne pas l’aborder dés qu’il rentrait dans le bar. C’était son coup de cœur à elle, son petit rayon de soleil dans ce bar si gris où les gens venaient le plus souvent comme des âmes en peines histoire de boire et d’oublier que dés qu’ils seront rentrés, ils seront soit seuls, soit leur femme poussera un long soupir de détresse… Le bar n’était pas l’endroit le plus joyeux mais Jaelyn tentait de le rendre plus agréable. Pourquoi ? Parce qu’elle sentait que peu importe qui vous êtes, le plus important est que vous soyez heureux, alors elle tentait de rendre le bar un endroit plus chaleureux, où on peut parler, se confier, où on peut s’amuser, rigoler, où on peut oublier tous ses petits problèmes et les ranger dans une petite boite pour une soirée et les ressortir après avoir franchit la porte du bar.

    Dean était l’une des rares personnes à ne pas agir ainsi. Il arrivait normalement, il pouvait très bien être heureux comme mal sans pour autant ranger ses problèmes dans la petite boite. Il arrivait et s’asseyait, sur son visage se lisait ce qu’il ressentait au plus profond de lui, Jaelyn lui servait sa commande et lui demandait comment ça allait même si elle savait déjà pertinemment si il allait bien ou non. Dés qu’il lui disait que ça n’allait pas fort, elle s’asseyait à côté de lui et lui demandait de tout lui raconter en détail avec un sourire engageant et il déballait toute l’histoire. Parfois elle posait sa main sur la sienne et faisait toujours la même chose : Elle passait lentement son pousse le long du dos de sa main dans un mouvement de droite à gauche. Elle faisait toujours ça et bizarrement, elle arrivait à l’apaiser et s’apaiser en même temps. C’était tellement étrange comme sensation, elle caressait sa main, la serrait dans la sienne et elle sentait ce frisson parcourir son corps lorsqu’elle croisait le regard de Dean après qu’il ait regardé sa main posée sur la sienne et qu’elle découvrait son doux sourire et qu’elle lisait dans son regard qu’il trouvait ça… mignon. Elle se mettait alors à rougir comme une tomate mais n’arrivait pas à enlever sa main, elle adorait sentir sa peau passer sous son pouce, elle adorait sentir sa peau tout court. Elle adorait passer sa petite main sur la grande de Dean, elle souriait toujours lorsqu’elle voyait qu’elle était vraiment petite par rapport à la sienne. Elle avait entrelacé ses doigts avec les siens une fois, une seule fois. Elle se souvenait encore avoir refermé sa main sur la sienne, avoir passé lentement ses doigts entre les siens et serrer un peu plus, ses doigts touchant l’intérieur de la paume du jeune homme. Elle avait fait ça comme pour lui montrer qu’elle était touchée par ce qu’il disait, qu’elle le comprenait et le soutenait. C’était un geste anodin, un geste que tout le monde faisait dans sa vie, mais dés qu’elle l’avait fait à Dean, elle s’était approchée lentement de lui pour l’embrasser. C’était étrange comme chose parce qu’elle savait que si elle aurait fait ça a quelqu’un d’autre elle n’aurait jamais éprouvée cette folle envie de poser ses lèvres contre les siennes dans un baiser des plus doux. Elle se souvenait encore avoir approché son visage jusqu’aux lèvres de Dean, avoir entendu quelques secondes, revenant elle-même à la réalité, avant de déposer rapidement un baiser sur sa joue et de s’écarter. Pourquoi était-ce toujours elle qui faisait les fautes ? Pourquoi était-ce toujours elle qui manquait dépasser les limites qu’elle avait mises elle-même ? Peut-être parce que Dean n’attendait que ça, peut-être parce qu’après tout, attendre ne changeait rien que… Que même si elle attendait encore et encore, elle finirait un jour par tomber dans les bras de Dean et elle finirait un jour dans son lit ou dans le sien en sa compagnie. Ils étaient faits pour coucher ensembles, c’était obligatoire et ça, elle le savait depuis qu’ils s’étaient rencontrés, dés le premier soir, dés qu’il lui avait proposés et qu’elle avait refusé, elle avait eut cette furieuse envie de l’interpeller et de lui dire qu’elle voulait bien tout compte fait. Mais il ne serait pas revenu, il ne serait jamais revenu. Peut-être avait-elle pressentit le fait qu’ils allaient devenir plus qu’une histoire d’un soir, plus que la volonté d’une histoire d’un soir. Elle avait travaillé à ça, sans réellement s’en rendre compte. En l’écoutant, en lui parlant, en le conseillant, en l’aidant, elle s’était rendue indispensable le temps qu’il était à Ellington… Le temps qu’il était à Ellington ? C’était tout à fait ça parce que dés lors que son travail, comme il le disait si bien, serait terminé, il repartirait sur les routes en compagnie de Sam et adieu Jaelyn… Ca faisait mal de penser à ce moment où elle allait le voir pour la dernière fois, qu’il allait lui annoncer qu’il partirait et qu’elle transmettrait beaucoup plus qu’une simple tristesse sur son doux visage. Qu’il lirait dans son regard bleu beaucoup plus qu’une envie qu’il revienne faire un tour par la case Ellington…

    Heureusement que la maladresse était un défaut des plus adorables chez Jaelyn, parce que sinon, Dean Winchester aurait pris la poudre d’escampette il y a bien longtemps. Oui, la blondinette n’était pas des plus intelligente parfois et cela donnait des petites bourdes verbales, maladroites et accessoires mais, malheureusement, qui ne passait jamais inaperçu. Dean avait ce fameux « radar à maladresse de Jaelyn » qui faisait que dés que la belle blonde se trompait lorsqu’elle parlait, il le voyait et lui faisait comprendre qu’elle n’aurait pas due faire cette magnifique bourde. Mais celle qu’elle venait de faire était beaucoup plus grosse de toutes celles qu’elle avait faites auparavant. Elle venait presque de lui demander pourquoi il était assez con pour s’accrocher à elle, comme si tout était perdu depuis longtemps. Non, elle n’avait pas vraiment réfléchit sur ce coup là et elle sentait en elle-même qu’elle ne avait peut-être fait exprès… Elle l’avait peut-être fait exprès pour comprendre pourquoi elle avait eut la chance de voir revenir à chaque fois Dean alors qu’elle ne le méritait pas vraiment au fond. Elle n’avait rien fait de si extraordinaire pour mériter de le voir revenir à chaque fois. Elle était naturelle, elle était drôle avec tout le monde, elle était souriante avec tout le monde, elle rougissait presque avec tout le monde, elle agissait pareil avec tout le monde alors pourquoi avec Dean Winchester cela avait été la raison pour laquelle elle le voyait revenir la plupart des soirs de la semaine ? Qu’avait-elle dit pour attirer l’attention de Dean aussi longtemps ? Peut-être était-ce parce qu’elle l’écoutait et qu’elle le conseillait ? Mais encore une fois, une femme comme elle faisait toujours ça pour tout le monde alors pourquoi avait-il toujours demandé si elle voulait rentrer avec lui pour continuer leur conversation dans un endroit plus calme. Elle ne comprenait pas pourquoi elle avait le droit à toute cette fameuse attention de la part d’un homme aussi coureur de jupon que Dean, elle avait besoin de savoir, elle l’avait donc demandé sans réellement s’en rendre ou sans vouloir s’en rendre compte. Il devait sûrement y avoir des deux et dés la réponse du beau chasseur, elle avait compris qu’elle avait fait la bourde du siècle. Elle avait vus sur son visage qu’il était soucieux, elle avait lu dans son regard sa grande gêne par rapport à sa trop grande curiosité. La réponse de Dean la fit sourire alors qu’elle lui renvoyait un regard qui disait, même plus qui criait : « merciii ! ». Sa gêne ne s’était pas entièrement dissipée malgré le fait qu’il lui dise qu’il ne lui en voulait pas, elle sentait qu’elle avait quand même posé une question qui n’était pas anodine, une question qui signifiait beaucoup pour chacun d’eux, qui en posait un tas d’autres et qui laissait sur le carreau. Elle se laissa embrasser, posant sa main sur son torse le temps qu’il posait ses lèvres contre les siennes avant de le regarder, scrutant ses yeux émeraude pour savoir si il lui mentait. Elle avait l’impression d’être folle à faire ça mais elle ne se sentait pas bien à cause de cette question, après tout, elle venait d’avoir une déclaration des plus belles et ne se sentait pas le droit de la mériter. Elle se mordit la lèvre inférieure et fronça les sourcils quelques secondes, perdues dans ses pensées. Elle était perdue malgré le fait qu’il lui dise qu’elle était pardonnée. Elle revint bientôt à la réalité pour le regarder avec un sourire mi-figue mi-raisin et de lui répondre dans un murmure, avec une voix presque… enfantine :

    « Merci… »

_________________

    ✔️ Sexyness is my second name...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Jaelyn N. Miller


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Dodixe
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Leighton Meester
✾ MES CRÉDITS : Dodixe & LJ
✾ MON MOI² : None
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 18/07/2009
✾ MES MESSAGES : 1192

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 26 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Serveuse & Chasseuse


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: Dean Winchester ?! NO WAY |with dean|*   Dim 16 Aoû - 23:04

    Elle avait penché la tête sur le côté tendit qu’elle le regardait, n’en revenant même pas de ce qu’elle venait de dire. Elle venait de le remercier ? Mais pourquoi elle venait de le remercier ?! Elle n’avait aucune raison de le remercier et elle secoua la tête histoire de revenir cinq minutes sur terre, depuis cette fameuse question elle enchaînait bourde sur bourde, comme si une partie d’elle avait furieusement envie de savoir à quel point elle comptait pour Dean, comme si elle avait besoin de le savoir alors que non… Il allait seulement s’envoyer en l’air dans moins de deux heures et après tout reviendra à la normale, ensuite il allait s’enfuir pour son fameux boulot dont elle ne savait strictement rien. Et si elle lui parlait de la chasse ? Non… Elle aurait seulement l’air d’une demeurée tout droit sortie de l’asile du coin et finit l’idée de le voir revenir pour venir la voir et lui parler de ses petits malheurs. Au lieu de lui parler de la chasse, elle avait préféré utiliser ses lèvres dans quelque chose de beaucoup plus intéressant, de beaucoup plus… agréable. Ses lèvres se posant contre la nuque de Dean, ses mains dans son dos, la proximité entre eux, tous cela faisait que monter la température d’un cran, elle jouait avec ses nerfs comme avec ceux de Dean et pourtant elle ne pouvait s’arrêter. Elle se sentait obligée de continuer à faire ça parce qu’elle sentait qu’elle en avait envie et qu’elle ne pouvait plus s’arrêter et, alors qu’elle s’agrippait avec force aux épaules de Dean, elle sentait en elle ce désir perdre toute raison, devenir plus fort que la simple… patience. Elle n’avait plus envie d’attendre et pourtant elle le devait. C’est alors qu’il l’embrassa avec fougue, la jeune femme raffermie sa prise sur ses épaules avant de mettre tout son désir dans ce baiser, oubliant même de respirer par la même occasion. Se retrouvant collée contre le mur, elle ne put rien faire à part pousser un soupir de plaisir en sentant se mur dans son dos et le corps brûlant de Dean contre elle. Elle était aux anges et sentir les mains de Dean glisser jusqu’en dessous de la jolie chute de reins la fit sourire intérieurement alors qu’il lâchait ses lèvres, elle fit une moue déçue à son attention avant de l’entendre lui murmurer de faire attention. Elle éclata de rire, leurs visages étaient espacés de même pas cinq centimètres et il lui disait de faire attention ? Là ce n’était pas juste, il était plus fort ! La jeune femme fit glisser ses mains pour les sortir de sous son t-shirt comme pour lui faire croire qu’elle allait faire attention avant de coller ses lèvres aux siennes et de lui dire d’une voix sensuelle :

    « C’est dommage parce que… Je ne me méfit de personne… »

    Au même moment elle passa ses mains sur ses épaules et fit glisser la veste du beau chasseur le long de ses bras avant de la prendre dans ses mains et de la regarder puis de renvoyer un regard des plus provocateurs à Dean en haussant les sourcils avant de laisser tomber la veste à terre. Elle aurait du être une petite fille des plus sages et se méfier, elle n’en faisait qu’à sa tête et continuait son doux manège. Ses lèvres reprirent celle de Dean avec empressement tendis que ses mains reprenaient tranquillement leur place sur ses épaules, ses ongles flirtant dangereusement avec sa peau des plus douces. Ils n’avaient pas vraiment le droit mais elle s’en fichait pas mal, elle voulait juste profiter du moment avec quelqu’un qu’elle voulait se faire plus tard dans la soirée. Elle lâcha ses lèvres pour déposer des baisers sur sa joue, dans sa nuque puis près de son oreille avant lui mordiller le lobe, joueuse. Elle reprit ensuite ses lèvres dans un baiser des plus passionnés pour ne plus les lâcher d’une semelle, elle en était malade, ces lèvres étaient vraiment son pêché mignon de la soirée…

    Les joues rouges de Jaelyn étaient une plaie permanente malgré le fait qu’elle attendrissaient le mec le plus sauvage de tout les USA, j’ai nommé Dean Winchester. Elle se demandait bien comment une chose aussi anodine et, surtout, aussi idiote pouvait mettre le grand Dean Winchester dans un tas d’attendrissement à la trouver mignonne et adorable alors qu’elle se trouvait juste moche et repoussante dés qu’elle voyait ses joues rougir de cette façon. Dés qu’elle sentait ses joues qui la chauffaient, qu’elle croisait le regard de Dean et qu’il savait, parce qu’il s’en rendait évidemment compte à chaque fois, elle s’insultait toujours de tous les noms intérieurement pour être aussi… Facilement impressionnable ! Elle passait pour quoi maintenant ? Pour la fille la plus rougissante de tout le pays, elle pourrait peut-être tenter un concours, peut-être gagnerait-elle le premier prix ?! Il était vrai qu’elle était une petite fille dans ses réactions mais comment pouvait-elle faire lorsqu’elle sentait qu’elle allait perdre le contrôle de la situation et ça, elle le détestait. Non, elle ne pouvait pas perdre le contrôle de situation, ce n’était pas juste, s’était de la triche ! En plus, il utilisait des ruses beaucoup trop évidentes pour se jouer de ses barrières mentales ! Elle était obligée de rougir, s’était tout simplement impossible de ne pas rougir… Sa petite tape n’était qu’une tape pour lui montrer son désaccord, elle n’allait jamais l’assommer avec, s’était sûre et de toute façon, avec la force qu’elle avait, elle ne risquait pas de faire des miracles de la nature sur la personne de Dean ! Son petit sourire lui fit froncer les sourcils, mais qu’avait-il à toujours sourire dés qu’elle faisait quelque chose ?! Elle avait vraiment l’air d’une belle idiote ? C’était ça ? En réalité, elle avait plus l’impression de passer pour la fille la plus paranoïaque de tout Ellington mais l’idée était là. La réponse de Dean la fit éclater de rire alors qu’elle lui donnait une tape derrière la tête. Naturellement ses joues devenaient encore plus rouges sous les derniers compliments de Dean et pourtant elle s’en fichait maintenant, il avait réussit à la convaincre pour quelques temps qu’elle était adorable avec ses joues rouges mais dés dans quelques jours, elle allait s’énerver à nouveau, elle allait encore piquer une belle crise et se mettre à le taper comme elle venait de le faire. La jolie blonde sourit et croisa le regard de Dean avant d’hausser les épaules et de dire, défaitiste :

    « Oh et puis t’as gagné ! T’es content ? Je suis rouge comme une tomate à cause de tes foutues compliments, tu me trouves mignonne et mes joues rouges aussi alors que moi j’ai juste l’impression de passer pour la pire des idiotes ! Et puis non ! Tu devrais rougir aussi, comme ça tu verrais ce que ça fait au moins ! »

    La jolie blonde s’avouait vaincue, elle s’était fait avoir par Dean et à mesure qu’elle avait parlé et accepté ses joues rouges tomates, celle-ci avaient petit à petit arrêté d’être de cette belle couleur pour revenir à son agréable teint de pêche naturel, le teint qu’elle avait lorsqu’elle n’avait pas le droit aux magnifiques compliments made in Dean Winchester. Elle était enfin redevenue normale et bien décidée à ne plus succomber à aucun des compliments du beau chasseur aux yeux émeraude. Malgré le fait que ses joues avaient repris leur teinte naturelles la blondinette ne pouvait pas s’empêcher de continuer son monologue des plus poussés, il fallait toujours qu’elle en dise trop, qu’elle parle beaucoup pour finalement ne rien dire, c’était touchant et énervant à la fois mais pour Dean, ce n’était que touchant. Tant mieux, elle n’allait pas se plaindre de ce qu’elle avait, au moins, Dean s’occupait d’elle et ça, c’était déjà très bien ! Son sourire n’arrangeait en plus, il ne faisait que la rendre plus susceptible et puis il n’avait pas à se moquer d’elle comme ça ! En plus, alors qu’il la questionnait sur quelque chose qui devrait plus ou moins arriver dans deux heures, elle avait eut la bonne idée d’en déballer un peu trop… Elle était comme ça, il fallait toujours qu’elle en dise trop ! Pourquoi fallait-il qu’elle ait dit que l’orgasme attende ? Elle aurait juste pu dire un « Ouais » des plus simples mais non, il fallait toujours qu’elle en fasse trop, il fallait toujours qu’elle dise des choses qui ne fallait pas en présence du garçon qui allait attendre pour avoir le droit à une place dans son lit le temps de la nuit qui se déroulait en ce moment même. Et puis vint le sourire des plus sadiques qu’il prenait lorsqu’il savait qu’il avait touché quelque chose, une mine d’or même. Comment passer pour la pire des gourdes en cinq minutes en dix leçons par Jaelyn Miller ! Elle passa une main dans ses cheveux et dit d’une voix qui se voulait assurée alors qu’elle ne l’était pas du tout en réalité :

    « Si tu me cherches trop si ! Tu sais pas de quoi je suis capable ! Peut-être qu’en faites je suis Cat Woman ! Ouais ! Je suis peut-être Cat Woman déguisée en humaine et en réalité je peux me déplacer comme un chat et je fais des « miaou ! » dans la nuit et que je m’habille avec des tenues en latex ou en cuir qui moule un peu trop ! Tu sais pas ! Euh… Il doit attendre parce que… Parce que… Euh… Tu le sauras quand on sera chez moi ! J’ai pas envie de parler de mes orgasmes dans les vestiaires du bar où je bosses si tu vois ce que je veux dire ! »

    Cat Woman ?! Non franchement ?! Là elle avait carrément touché le fond ! Est-ce qu’elle pouvait sortir d’autres conneries aussi belles que celle-là ou avait-elle épuisé son quota d’idioties digne d’une vraie blonde pour la soirée ? Elle espérait vraiment que ce serait la deuxième idée car elle sentait déjà le petit sourire de Dean revenir alors qu’elle se mordait la lèvre inférieure en fermant les yeux tout en s’insultant intérieurement. Elle était vraiment conne, c’était pas possible ! En plus de parler de Cat Woman, elle faisait planer le doute sur une éventuelle double vie, qu’elle menait par ailleurs ! Elle était serveuse et chasseuses ! Deux choses entièrement différentes alors que l’une l’aidait à payer la deuxième ! Ce n’était vraiment pas intelligent de sa part, vraiment, elle sentait déjà ça gros comme une maison, Dean qui lui dirait en lui faisant un petit signe de tête : « Alors comme ça t’es Cat Woman ?! ». C’était tellement évident qu’elle ne pu retenir un juron dans un simple murmure des plus discrets.

    Jaelyn aussi était terrifiée par l’amour, elle ne pouvait même pas s’imaginer tomber un jour amoureuse d’un homme tellement l’amour n’avait jamais d’autre image que la destruction pour elle. L’amour c’était comme lui mettre une horrible laisse ou de lui passer la corde au cou et dés que l’envie vous passait, vous pouviez tirer sur l’autre bout de la corde et la pendre sans qu’elle ne puisse rien faire à part se laisser mourir, évitant de se débattre pour ne pas encore plus souffrir. L’amour ça ne servait à rien, s’était des plus faux et des plus sur joués, non rien à dire l’amour n’apportait que déception à ceux qui essayaient de tomber dans ses horribles filets ! Il était donc hors de question qu’elle tombe amoureuse de Dean, parce qu’elle ne voulait pas, elle ne pouvait pas, il allait bientôt partir, elle le savait et le sentait et dés qu’il serait partit, elle ne ferait que souffrir et ça n’était pas possible, elle ne voulait plus souffrir et encore moins à cause d’un homme aussi séduisant soit-il ! Elle se l’était jurée, elle allait tenir sa fichue promesse ! Elle n’arrivait donc pas à répondre normalement à la phrase de Dean, elle avait bégayé comme une pauvre idiote sortie de sa campagne. Pire que de rougir, le bégayement chez Jaelyn ça devenait la sonnette d’alarme pour toute personne qui la connaissait, ça voulait dire, en gros : « Là j’ai vraiment, vraiment, vraiment peur ! » et surtout il fallait le plus souvent la rassurer pour qu’elle perde cette façon idiote de parler. Elle avait l’impression de passer pour une moins que rien, qui rougie et qui bégaye ! La réponse de circonstance de Dean fit froncer les sourcils de la blondinette mais elle ne put rien dire de plus, ne voulant même pas voir si elle allait encore bégayer. Il était bizarre naturellement ? Non, pas du tout, il disait ça seulement histoire de la rassurer et malheureusement ça ne marchait absolument pas, bien au contraire mais comment lui faire comprendre qu’elle n’était pas du tout rassurée par ce qu’il venait de dire ?! Elle n’allait pas lui dire qu’il avait tord, ça n’allait faire que de les mettre dans une situation des plus gênantes et là, c’était Jaelyn qui allait être très mal parce qu’elle n’allait pas apprécier la réponse et allait rougir, bégayer une phrase complètement débile puis s’enfuir comme une voleuse en espérant que cette fois il n’allait pas la suivre. Elle l’avait donc embrassé avec douceur, histoire de se rendre compte du fait qu’il allait plus la rassurer en acceptant ses lèvres plutôt qu’en paroles inutiles et qui sonnaient faux. Elle reprenait contenance, après ce petit assommage en bonne et du forme en embrassant Dean.

_________________

    ✔️ Sexyness is my second name...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Jaelyn N. Miller


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Dodixe
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Leighton Meester
✾ MES CRÉDITS : Dodixe & LJ
✾ MON MOI² : None
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 18/07/2009
✾ MES MESSAGES : 1192

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 26 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Serveuse & Chasseuse


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: Dean Winchester ?! NO WAY |with dean|*   Dim 16 Aoû - 23:05

    Elle n’en était pas vraiment sûre mais une force la retenait ici, dans ce vestiaire, avec lui. Une force qui contrôlait tout son corps et la paralysait sur place à dire des bêtises plus grosses qu’elle et à embrasser encore et encore Dean. Elle ne contrôlait pas cette force mais s’y soumettait entièrement parce qu’elle sentait qu’elle avait besoin de lui maintenant, qu’elle avait envie d’être avec lui maintenant et qu’elle ne pourrait jamais combattre ce sentiment de dépendance au fond fin de son cœur. Elle n’était pas amoureuse, ce n’était pas possible mais elle se sentait dépendante de lui, elle sentait que dés qu’il était dans la même pièce qu’elle, elle devait aller le voir, c’était comme si elle ne commandait plus son corps et ses jambes et qu’elle partait à l’aventure sans même prendre d’armure. Alors qu’elle écoutait la dernière réponse de Dean, tout ce en quoi elle croyait s’effondrait sous ses yeux. Elle sentait le monde tourner trop vite autour d’elle alors qu’elle devenait spectatrice de se propre douleur. Elle avait cette horrible envie de pleurer alors qu’elle réalisait l’ampleur des paroles de Dean. Alors comme ça il se posait la même question ? C’était quoi ce bordel ! Il était sensé être là pour rassurer la paranoïaque, pas la faire paniquer encore plus ! La belle blonde sentait les larmes lui monter aux yeux et elle se pinça fortement les lèvres histoire de les retenir, histoire qu’elles ne franchissent pas la barrière de ses yeux. Elle souffrait parce qu’elle sentait qu’elle n’avait été qu’un objet alors que Dean n’avait pas été ça pour elle, il avait été tellement plus, et cette horrible sensation qui détruisait son estomac se propageait dans tout son corps à présent. Ce couteau enfoncé jusqu’à la garde dans son ventre, la douleur diffusée, ténue et tellement intime. Elle lui aurait mis sa main dans la tronche si seulement elle ne se sentait pas paralysée par sa propre douleur, par sa propre réaction. Elle n’en revenait même pas, pourquoi avait-elle envie de pleurer pour un garçon comme lui ? Qui la traitait seulement comme une conquête d’un soir alors qu’elle elle voulait… Elle n’en savait fichtre rien mais elle savait que ce n’était pas le sexe pour elle ! Elle était horriblement déçue, elle l’avait vu… différent. Elle l’observa, les larmes prêtes à sortir avant qu’elle ne l’entende répondre et qu’elle se sente encore plus mal, s’en était trop… Les larmes partirent alors qu’elle faisait « non » de la tête comme si elle ne voulait pas s’avouer ce qu’elle venait d’entendre sortir de la bouche de Dean. Elle avait envie de lui mettre une gifle mais là encore sa main restait prés de son corps, paralysée par la détresse de sa propriétaire. Elle soupira et lui répondit avec énervement :

    « Qu’est-ce que je veux ?! Putain mais Dean j’en sais rien moi ! Je t’aime pas, j’ai juste… je sais pas moi ! J’aime bien parler avec toi, t’écouter, rigoler, rougir comme une grosse idiote alors que toi tu souris comme un demeuré ! Bordel Dean je t’adore, t’es gentil, mignon et bien foutu mais c’est pas pour ça que je vais te demander de m’épouser ! Comme si je croyais à l’amour déjà, non merci, j’ai déjà donné ! Super ! Trop cool, tu veux qu’on sorte le champagne ? Non parce que le mot coincé me fait penser qu’il te faut des bonnes distractions histoire de rester frais et dispo pour faire ton boulot pourri à la con ! Désolée mais je suis pas une pute de luxe ! Et puis c’est quoi ton boulot d’abord, hein ? Vas-y, parles vus qu’on est partit ! Tu vois, moi je ne suis pas serveuse en fait ! Je suis pas Cat Woman non plus ! Ca t’en bouche un coin là, avoues ! Je suis… Dis-moi ce que t’es avant qu’on se marre cinq minute avant que je sortes la bombe atomique ! Allez, j’técoutes ! »

    Elle avait craché son venin assez rapidement, s’énervant contre Dean mais après tout, il l’avait bien cherché ! Son cœur battait à une vitesse folle et elle respirait par la bouche, sa poitrine se soulevant en de douloureux va-et-vient. Sa tête l’élançait et elle avait l’impression qu’elle allait s’évanouir tellement elle ne tenait même plus sur ses deux jambes. Pourquoi fallait-il qu’elle ait des coups de cœurs pour les mecs les plus cons ?! C’est alors que Dean repris la parole, des belles paroles comme dans les films, vous savez ? Ces paroles qui mettent les filles sur le cul et qui les obligent à sauter au cou de leur sauveur. Et bien, pour Jaelyn, l’effet était quelque peu… différent. Elle croisa les bras et tout au long de la tirade de Dean, son visage déglutit pour devenir un havre de surprise. Elle était certes sur le cul, elle ne comprenait pas pourquoi il ne lui avait pas dit tout ça plus tôt. La jolie blonde s’approcha et posa doucement sa main sur le torse de Dean, avant de pencher la tête sur le côté et de dire avec un étrange sourire, surprise, agréablement surprise…

    « C’est bizarre, j’ai toujours su que ça allait un jour tomber sur le tapis… C’était obligé, c’est sûrement pour cette raison que je refusais de te dire oui, je ne voulais pas que tout ce qui se passe change parce que… C’est devenu ma routine, c’est devenu ma vie. A croire que j’avais besoin de toi pour apprécier d’être serveuse, de venir voir plein de mecs complètement ivre me dire que j’étais une très bonne serveuse. Euh… Si tu viens tout les soirs, alors promets-moi de ne pas prendre que de l’alcool, parce que j’ai dans l’idée que ton frère ne soit pas trop content de tes performances au « boulot » ! Tant mieux si il n’y a pas que du cul, je veux pas devenir madame Winchester mais je ne veux pas être seulement être un Sex Toy non plus… Je sais pas Dean… J’en sais rien et c’est ça qui me gêne… »

    Elle s’était apaisée en sentant le rythme cardiaque de Dean faire de même sous sa main posée contre son torse. Elle était passée de l’énervement à la douceur en même pas cinq minutes, à croire qu’elle était une fille des plus lunatiques ce qui n’était pas tellement faux dans le fond. La jeune femme plongea son regard océan dans les émeraudes de Dean avant de déposer un baiser sur ses lèvres, un unique baiser.

_________________

    ✔️ Sexyness is my second name...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dean Winchester


SFTD ADMIN ◈ queen of everything, kiss my feet


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Sweet Poison
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Jensen Ackles
✾ MES CRÉDITS : Dodixe
✾ MON MOI² : Pepper J. Sparrow & Jillian N. Beckenridge.
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 10/07/2009
✾ MES MESSAGES : 2894

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 32 ans
✾ STATUT SOCIAL : célibataire
✾ SON EMPLOI : chasseur


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: Dean Winchester ?! NO WAY |with dean|*   Mer 19 Aoû - 0:41

    Je ne me souvenais pas moi même la façon exact dont j'avais jugé Jaelyn Miller la première fois que je l'avais vue, mais je l'avais d'abord jugée sur qu'elle dégageait, parce que c'était comme ça que les humains fonctionnaient dans la société moderne, on regardait quelqu'un et on jugeait, tiens lui il est bien habillé, il doit être marié et avoir un bon boulot ou tiens cette nana à l'air dévergondée, encore une fille qui couche avec n'importe qui. Les gens s'arrêtaient sans cesse à l'apparence et se faisaient une image des gens grâce à cette apparence c'était affolant, il en allait de même avec les relations entre les gens, prenez deux personnes allant au restaurant, de préférence une fille et un garçon, et hop, ils forment un couple ! Et oui une fille et un garçon parce que les gens imaginent moins facilement des relations homosexuelles, c'est affolant quand même, ces pauvres gens, si ça se trouve ils sont juste frères et sœurs, ou juste amis et voilà qu'on juge mal et qu'on jase ! C'était vraiment énervant. On juge tellement sans connaître les gens que je ne me souviens plus du nombre de fois où on a crus que Sam et moi étions un couple gay ! Et du coup les gens nous regardaient bizarrement ... C'est horrible ... Moi en couple avec un homme ... Avec mon frère en plus ! N'importe quoi. En même temps on dit souvent que les hommes les plus beaux sont Gay, alors je suppose qu'on devait être considérés comme des hommes beaux ! Il m'arrivait aussi de me demander ce que pensais les gens de moi, quand ils me voyais tout seul dans un bar en train de me bourrer la gueule et de draguer les filles, on me considérait sans doute comme un pauvre type à première vu, un mec célibataire et alcoolique. J'étais certes célibataire, mais je n'étais pas alcoolique alors tout ceux qui pensaient ça en me regardant se trompaient, aucun d'eux ne pouvait imaginer la vérité sur moi, sur ce que je faisais de ma vie, sur mes erreurs, sur mes faux pas, tout simplement parce qu'ils sont trop inimaginables pour les gens normaux, ceux qui vivent bien loin de moi, ceux qui vive dans un monde utopique qu'ils considèrent pourtant comme mauvais alors qu'ils n'imaginnent même pas à quel point il l'est. De plus, allez dire à tous ses ignares que le monde est peuplé par des démons et des créatures maléfiques et que Lucifer va apporter l'apocalypse ! Et bien là ils vous jugent encore et vous dise que vous êtes cinglé alors qu'en vérité vous avez raison, mais ils sont trop occupé à parfaire leur illusions pour vous écouter, ils pensent, ils rêvent, il croient qu'ils ont le contrôle sur tant de choses du moment qu'ils s'arrêtent aux apparences et pourtant ils ne sont que des patins superficiels incapable de penser correctement. Du moment qu'ils jugent que telle ou telle ne vaut pas la peine ils n'essaient pas de la connaître et pourtant cette personne vaut peut être mieux qu'eux. Je suppose que je suis moi même un peu comme ça, je regarde les gens et je me dit qu'il a l'air con, que c'est un boulet, qu'elle est pas assez bien foutue pour que je lui adresse la parole, enfin vous voyez le genre ... Ouais je suis comme ça, débile et impertinent, je m'en rend compte mais je ne change pas parce que je n'ai pas le temps de m'attarder pour essayer de voir si j'avais un bon ou un mauvais jugement, ceci dit, je me trompais rarement sur la personnalité des gens regardez, j'avais jugé Ruby comme une grosse pute de démon manipulateur à qui il ne fallait pas faire confiance et j'avais raison, il ne fallait pas lui faire confiance, elle avait manipulé Sam du début jusqu'à la fin. J'avais sans aussi raison sur Jaelyn, et les mauvaises langues qui osaient la juger mal, se trompaient vraiment, parce qu'elle c'était une fille bien, et personne ne pourra dire le contraire à part Sam qui ne la porte pas vraiment dans son cœur, je ne sais même pas pourquoi, il me semble qu'ils se sont rencontré un soir où j'étais trop ivre pour rentré tout seul, mais vu que j'ai du tombé raide mort sur mon lit, je n'ai pas suivit la discussion qui avait suivie, peut être qu'il faudrait que je pense à demander à l'un où à l'autre pourquoi ils ne s'aiment pas. En tout cas, je me souviens de notre ma propre rencontre avec Jaelyn, ce soir là, le premier soir que je passais dans cette petite ville minable qu'étais Ellington, ce fameux soir, je m'étais pris une grosse cuite, le genre de cuite assez mémorable, j'avais sans doute décidé de boire à fond en voyant dans quelle ville merdique je venais de mettre les pieds, en plus j'avais passé tout le trajet à m'engueuler avec Sam alors je suppose que je méritais bien de boire ce soir là, afin d'oublier un peu tout ce bordel, c'était peut être même la pire cuite que je m'étais mangé à Ellington et pourtant je m'en étais mangé mal mal des cuites , mais il me restait encore quelques souvenirs, ceux du moment où je n'avais pas encore engloutis trop d'alcool, je me souviens avoir franchis la porte de ce bar, je m'étais installé au comptoire et j'avais vu cette femme blonde lancer un couteau en plein dans la cible, à bien y réfléchir, j'avais du me dire qu'elle était douée et quand elle s'est retournée vers moi j'avais sans doute du la juger belle et attirante, ma première pensée avait été sans aucun doute qu'elle était parfaite pour faire un tour dans mon lit, si vous voyez où je veux en venir. Quand on se fais un jugement des gens, on se dit rarement, « tiens cette fille elle à l'air gentille », la gentillesse des gens est rarement inscrite sur leurs visages, et pourtant en apprenant à connaître Jaelyn, j'avais découvert qu'elle n'était pas juste une femme de plus à ajouter à mon tableau de chasse, non elle valait mieux que ça, c'était une fille ouverte, une fille avec qui on peut facilement discuter tout en laissant planer un certain mystère, sans qu'elle ne pose trop de question essayant de découvrir vos mystères, elle vous laisse vos secret alors vous lui laissez les siens même si vous avez une envie folle de les découvrir, elle est toujours là quand vous avez besoin d'un conseil, elle vous soutien et son sourire à cet effet immédiat de vous redonner le votre, c'est du moins de cette façon que moi je la voyais depuis que je la connaissais, j'avais largement dépassé mon premier jugement, j'étais passé au dessus de la Jaelyn juste bonne pour une partie de jambe en l'air, j'avais passé l'étape du « On sera deux inconnus demain mais en attendant, Je veux qu'on baise »(Ycare xD), et je ne regrettais pas d'être passé au dessus de ça, je ne regrettais pas d'avoir fait la connaissance de Jaelyn, car je la trouvais simplement merveilleuse tout en étant naturelle.

    En revanche, j'ignore qu'elle même avait pensé de moi en me voyant, elle s'était sans doute qui que je n'étais qu'un sale type venu boire et draguer les filles encore un connard qui ne vallait pas mieux que les autres, je suppose que si je ne me connaissais pas, c'est ce que je penserais moi même en me voyant ces derniers temps. Après je ne connaissais pas vraiment l'opinion de Jaelyn sur ma personne, mais je suppose qu'elle devait être pourtant assez bonne pour qu'elle soit là avec moi et m'invite à une partie de jambe en l'air ! C'était bizarre, je n'étais pourtant pas un type et lors de notre rencontre quoi qu'elle ai pu se dire sur moi, elle avait du finir par me trouver pathétique quand j'avais réussis tant bien que mal à rejoindre ma voiture mais que j'avais était obliger de m'accroupire près des buissons pour vomir tout ce que j'avais dans l'estomac ou ailleurs d'ailleurs, j'en savais rien, enfin qu'importe, le résultat à la sortie était le même ! Imaginez un peu la scène un pauvre mec complètement bourré en train de vomir dans les buissons voilà l'un tableau les plus pitoyable de ma vie ! C'est vraiment pas élégant, le bruit, l'odeur, le goût ... (Désolée, il est 1h40 du matin alors je part dans mon délire glauque xD) je pense que devant une scène pareille, toutes les filles avaient le droit de s'enfuir en courant, pourtant Jaelyn ne l'avait pas fait, alors que ce soir là j'étais carrément le mec le plus horrible de la planète, même une grosse cuite ne nous fais pas oublier ses moments où l'alcool fait remonter à la surface tout ce qu'on a avaler depuis bien des heures ! Je devais être blanc comme un cachet d'aspirine, peut être même que je virais au vert tant j'étais mal, j'étais incapable de me relever sans être bizarrement en proie à une gravité hors norme qui me ré-étalé par terre dans une grâce carrément ignoble ! A ce moment elle ne me connaissait pas assez bien pour me reconduire elle même jusqu'à ma chambre d'hôtel, mais par pitié ou par bonté, venant de Jaelyn, je pensais plus à bonté, elle avait appelé un taxi, me permettant ainsi de rentrer plutôt que de me laisser dormir par terre sur le parking où, si j'avais eu un élan de courage et un moment de grande force, dans ma voiture, j'aurais toujours était sur le parking, mais au moins je n'aurais pas été par terre comme un clochard ! Et puis les siège de mon Impala étaient confortable, enfin bon, de tooute façon j'avais passé la nuit, pratiquement même la journée, dans mon lit et ce grâce à Jaelyn. Tout ça pour dire qu'avec ce qu'elle avait fait pour moi, je me disais qu'elle devais m'avoir jugé de façon positive et elle se trompait sans doute, je n'étais pas quelqu'un de bien, je n'étais pas quelqu'un à qui il fallait s'attacher, au contraire même. J'étais toujours venu au bar de façon tout à fait naturelle, parce que je savais que Jaelyn m'écouterait si j'allais mal, rigolerait avec moi si j'allais bien, je n'étais pas du genre à dire que tout va bien quand tout va mal, avec Jaelyn en tout cas, alors peut être qu'elle avait apprécier ce moi qu'elle pouvait consoler uniquement avec une geste simple qui était de poser sa main sur la mienne et le caresser ma peau d'un simple mouvement de pouce, elle avait eu ce son dés le départ de me consoler, de comprendre mes peines sans que j'éprouve le besoin de pleurer sur son épaule tout en sachant que si j'avais besoin d'une épaule pour pleurer, elle serait là. Enfin j'avais quand même suffisamment d'honneur pour ne pas venir pleurer dans les bras de Jaelyn ! Bref, elle avait aussi cette étrange capacité à me faire tourner en bourrique, comme lorsque toutes ses fois, quand je croyais avoir le droit à un vrai baiser, du genre avec la langue (xD), je n'avais qu'un bisou sur la joue, j'avais eu le droit à de nombreuses déception et pourtant j'en avais toujours rigolé, alors que ce n'était pas mon style de rigoler de mes propres déceptions, mais là, ça me faisait sourire bêtement, sans doute parce que je me rendais compte de ma propre connerie, je ne comprenais pas vraiment pourquoi elle faisait ça, sans doute parce que ça l'amusait elle aussi, où simplement parce qu'elle ne voulait pas que tout aille trop vite, où juste parce qu'elle n'avais jamais voulu coucher avec moi, juste être une amie, et j'aurais sans doute pu comprendre, même si ma déception aurait été d'autant plus grande, je voulais m'envoyer en l'air avec Jaelyn avant de quitter Ellington, si seulement je quittais cette ville maudite en vie ! Avec ses histoires d'apocalypse et de moi qui devait réduire Lucifer au silence, je devais avouer que je n'imaginais pas trop quitter Ellington en vie alors je préférais ne même pas imaginer comment se déroulerais tout ça, je vivais plus ou moins au jour le jour, ne me souciant que de ce que je savais sur cette enquête de merde, c'était largement suffisant. Je n'avais pas envie de me projeter dans un avenir dont je n'arrivais pas à imaginer la fin tant il sera sombre. Je ne savais pas non plus comment Jaelyn vivrait mon départ d'Ellington, ou mon départ de ce monde, mais je pensais qu'elle serait bien triste, parce qu'elle s'était trop attachée à moi, c'est du moins l'impression qu'elle me donnait et dans le genre, j'ai pas envie de la faire souffrir, là ce serait bien foiré ! Mais bon, je n'avais pas vraiment le choix. S'il fallait que je parte pour continuer ma route, pour continuer à sauver des vies, parce que le combat ne serait jamais fini; je le ferais, je quitterais la ville sans me retourner et en essayant de n'avoir aucun regret parce que le boulot c'était plus important que ce que je pouvais ressentir en compagnie de Jaelyn. Dans le cas où je serais mort sans quitter Ellington, bah je n'aurais pas non plus eu le choix, de toute évidence je n'allais pas mourir de mon plein grès !

    Jaelyn était une fille bien maladroite, disons qu'elle ne réfléchissait pas toujours avant de parler, elle avait ce petit côté de fille idiote qui sort des bourdes et qui ne s'en rend pas compte, ce n'était pas une idiotie négative au contraire, ça renforçait ses airs de petite fille et c'était adorable et drôle en plus, elle me faisait rire à sortir souvent n'importe quoi et je ne pouvais pas m'empêcher de lui faire comprendre à quel point elle était blonde ! Ce n'était plus seulement une couleur de cheveux pour Jaelyn, c'était un état d'esprit ! Il y avait des fois où elle sortait des truc tellement absurde que c'en était drôle, je préférais ce genre de bourde plutôt que le genre qu'elle venait de faire, poser une question horriblement gênante a laquelle vous aimeriez de pas avoir à répondre, j'aurais aimé pouvoir faire comme si je n'avais pas entendu la question et passer à autre chose, mais ça aurait sans doute été trop simple et ce soir la simplicité n'avait pas l'air d'être de mon côté, alors j'avais du répondre à cette fameuse question, j'avais du tant bien que mal, ravaler ma fierté, cette fierté qui était tellement grande qu'elle en était presque encombrante et pourtant je n'avais pas de quoi être fier, c'était seulement une apparence, ce que les autres voyaient, ce que je leur faisais voir parce que ça faisais de moi un homme fort et plein d'assurance, pourtant ce n'était pas ce que j'étais, au contraire un mec trop faible qui n'était même pas capable de montrer sa faiblesse tant il ne la supporté pas, alors ça avait été particulièrement difficile pour moi d'avouer à Jaelyn la raison pour laquelle je m'étais attaché à elle alors qu'elle refusait sans cesse, la raison pour laquelle je n'avais pas baisé les bras alors que ça semblait être perdu d'avance, je m'étais accroché à elle simplement à elle parce qu'elle était elle, parce que j'avais apprécié sa présence et c'était quelque chose qui n'était pas facile à avouer, surtout pour un mec, ça faisait pas du tout viril de dire à une femme qu'on avait apprécié sa présence et pourtant je l'avais fait, aussi nié que celui puisse être, je suppose que si j'avais été du genre à rougir comme Jaelyn, cette phrase m'aurait rendu rouge comme une tomate, une chance pour moi, je ne rougissais pas ! J'étais mal à l'aise et elle l'avait sans doute remarqué, mais un simple baiser me ramena à la normal, tiens d'ailleurs c'était un simple baiser, alors sans la langue (xD), je précise on sait jamais, je pourrais ne pas être assez clair. Jaelyn sembla perdue pendant quelques secondes, laissant un silence s'installer entre nous, elle fini par ne répondre qu'un simple merci, c'était assez bizarre comme réponse, mais le sourire qui l'avait accompagnée était très attendrissant, je lui souris à mon tour avant de lui répondre un peu bêtement :

    « Bah .... De rien ... »

_________________
UNDERCO.
Revenir en haut Aller en bas
http://sympathyforthedevil.forumactif.com
avatar

Dean Winchester


SFTD ADMIN ◈ queen of everything, kiss my feet


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Sweet Poison
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Jensen Ackles
✾ MES CRÉDITS : Dodixe
✾ MON MOI² : Pepper J. Sparrow & Jillian N. Beckenridge.
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 10/07/2009
✾ MES MESSAGES : 2894

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 32 ans
✾ STATUT SOCIAL : célibataire
✾ SON EMPLOI : chasseur


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: Dean Winchester ?! NO WAY |with dean|*   Mer 19 Aoû - 0:43

    Je n'avais rien trouvé de mieux à répondre, parce qu'au fond, je n'avais pas vraiment compris pourquoi elle me remerciait, je lui avais dis que c'était pas grave et qu'elle était mignonne, en gros, je l'avais plutôt imaginée en train de rougir et de me taper dessus, mais au lieu de cela elle m'avait remercié, il y a des fois où je n'arrivais vraiment pas à comprendre les réactions des femmes et pourtant je l'avais observée depuis de nombreux soir, à force de la voire, de la regarder, de l'écouter, de lui parler, de la complimenter je suppose que j'aurais du être capable de savoir comment elle allait réagir et pourtant là, je ne m'attendais pas à un remerciement, peut être qu'elle non plus elle ne comprenant pas pourquoi elle s'était contentée de dire merci, je la vis secouer la tête, comme quand on remarque qu'on raconte n'importe quoi ou pour stopper nos songes en tout cas c'est de cette façon que moi j'interprète les choses. Quoi qu'il en soit, la proximité entre nous, disparu bien vite, comme si les deux heures n'avaient plus d'intérêt, comme si nous étions passé su stade vestiare au stade chambre d'hôtel, moi ça ne me dérangeais absolument pas, mais au fond, peut être que Jaelyn aurait mieux fait de retourner travailler non ? Enfin moi je m'en foutais, j'étais très bien là avec elle, alors c'était mieux ainsi, je ne pouvais pas la repousser de toute façon, j'en était carrément incapable, c'est une faiblesse que de tomber aussi facilement dans les jeux de séduction des femmes, j'étais horriblement sensible aux charmes de Jaelyn, quand elle posait les douces lèvres sur ma nuque, ou sur mes propres lèvres, quand elle passais ses mains douces et chaudes dans mon dos, soumis à ce contact brûlant, je ne pouvais plus résister, j'étais obligé de craquer, d'oublier ma patience et de rentrer dans le jeu, seulement, quand moi je rentrais dans ce jeu, il m'était difficile d'en sortir, alors à ce rythme là, on pouvait facilement oublier qu'on aurait du attendre deux heures. L'attendre paraissait vraiment terminée. Quand je me mis à l'embrasser, avec la langue, (mdr, tu pourras pas dire que je précise pas xD), je sentis son étreinte se resserrer d'avantage sur mes épaules ses étreinte lui donna le droit de se retrouvée collée au mur, son corps contre le mien, dans un jeu devenu des plus torride, j'avais vraiment de plus en plus de mal à me dire que j'allais être patient; c'était devenu vraiment difficile et même si moi j'étais patient, mon corps ne le serait pas, il y a des trucs qu'il est parfois bien difficile de contrôler. J'aurais presque pu croire que Jaelyn allait se montrer raisonnable, c'est ce que je ressentis quand elle retira ses fines mains d'en dessous de mon T-shirt, mais au final elle n'avait pas l'intention d'être raison able, les lèvres collée au mienne, elle m'annonça de sa voix sensuelle qu'elle ne se méfiait de personne, je lui souris, la laissant enlever ma veste tout en lui rendant ses regards provocateur, elle laissa tomber ma veste par terre puis nous repartîmes dans un baiser, avec la langue bien sûre (u___u), ses mains reprirent place sur mes épaules, je sentais ses ongles contre ma peau semblables à des griffes aiguisées mais dont le contact avec ma peau serait bien plus jouissive que douloureux, là c'était vraiment terminé, j'étais presque sûr d'être incapable de me ressaisir et de faire en sorte que ses deux heures se passent de façon tout à fait raisonnable. Je ne pouvais plus être raisonnable face aux baisers qu'elle déposa sur ma joue, dans ma nuque, pour venir se poser prés de mon oreille avant de m'en mordiller le lobe, là c'en était vraiment, je n'en pouvais plus. Je recommençais à l'embrasser encore plus fougueusement que précédemment et toujouuuurs avec la langue, à mon tour je passais mes mains son T-shirt étreignant ses hanches puis descendant à nouveau surs ses cuisses pour les soulever, les amenant de part et d'autre de mes hanches. Je cessais de de l'embrasser, (parce qu'il faut penser à respirer aussi xD),. Mon visage toujours aussi prêt du sien, mon corps toujours collé contre le sien, je répondis enfin à sa précédente réplique.

    « Tu as tord, je pense que tu devrais vraiment te méfier ... »

    Ajoutez à cette réplique un sourire aguicheur made in Dean Winchester et la scène est vraiment parfaite, non je n'étais pas le grand méchant loup, dont elle devrait se méfier, mais presque ! Je n'étais pas non plus méchant, il va de soit que c'était juste façon de parler mais aussi de la provoquer d'avantage tout en lui faisant comprendre que ce n'était plus la peine d'attendre deux heures, je n'allais plus pouvoir tenir moi, j'avais largement dépasser mon taux de patience, et c'était un peu de sa faute non ? Alors maintenant elle devait assumer, tant pis si ce n'était ni le lieu, ni le moment, de toute façon moi je pouvais faire ça quasiment n'importe où n'importe quand !

    Quoi qu'il en soit, revenons un peu sur les joues de Jaelyn et leur capacité à rougir au moindre compliment, moi je trouvais ça tout simplement adorable, mais ce n'étais pas le cas de Jaelyn, ça l'énervait, elle ne supportait pas de voir ses joue rougir, et elle se mettait à se comporter comme une gamine, comment voulez vous ne pas être attendrit par un tel comportement ? J'avais beau être ce genre de mec qui se montrait fort et résistant, je ne pouvais pas être insensible aux charmes de Jaelyn et ses joues rougissantes faisaient partit de son charme et puis c'était toujours marrant de la voir s'énerver toute seule pour rien du tout, c'est pour cette raison que je m'amusais à toujours la faire rougir en la complimentant, ce n'était pas non plus des compliments en l'air, je le pensais vraiment à chaque fois que le lui disait qu'elle était belle, séduisante ou mignonne, il m'arrivait aussi de lui dire qu'elle était sexy et attirante et quand j'avais trop d'alcool dans le sang soit ça se transformais en discours romantique absurde dont là en effet je ne pensais pas tout les mots tant c'était débile, je n'ai pas honte de dire que je trouve qu'être romantique c'est débile, ça fait cul-cul la praline ! Et ça avait le dont de m'énerver, mais bourré, je ne m'en rendais pas compte alors bon. Sinon, je me mettais à dire n'importe quoi n'ayant pas grand sens et parfois même à la limite de la vulgarité, ha la la l'alcool, ce n'est vraiment pas bon pour la santé ! Enfin bon, j'aimais voir les joues de Jaelyn rougir, j'aimais la voir s'énerver contre moi et me frapper avec une force tellement hors du commun que je ne sentais rien ! Il va de soit qu'elle n'y mettait pas doute sa force, je ne méritait pas que l'on me frappe pour de vrai quand même, mais il y a des fois où j'aimerais bien voir ce que ça donnerait si elle frappait vraiment, j'avais connu des femmes qui frappait fort dans ma vie, mais je sais pas pourquoi je n'imaginais pas que Jaelyn puisse faire partie de ses femmes, elle avais l'air tellement fragile, elle me faisait plus penser à une fille qui avait besoin de protection, mais bon, c'est encore un simple jugement, peut être que je me trompait après tout. Je la vit froncer les sourcil face à mon sourire, comme si elle en avait marre de me voir sourire quand elle s'énervait contre moi, en même temps j'allais pas me mettre à pleurer ! C'était juste un sourire affectif, un peu moqueur face au comportement enfantin de la jeune femme. En tout cas, elle éclata de rire face à ma réponse, j'adorais entendre son rire, encore quelque chose que j'adorais chez cette femme ! Et je me pris une nouvelle tape, derrière la tête cette fois, et ça me fis encore sourire, ces joues qui rougissaient encore et encore face a un nouveau compliment. Elle m'annonça que j'avais gagné, encore une victoire pour Dean Winchester ! Est-ce que j'étais content ? Bien sûr ! Comment ne pas être content alors qu'elle s'avoue enfin vaincue et qu'elle arrête de se prendre la tête pour des broutilles pareilles ! Mais non, je n'avais absolument pas l'intention de rougir, de toute façon, ce n'était pas moi qui décide ce genre de truc et de toute évidence mes joues n'étaient pas faite pour rougir autrement que quand elles sont frappées jusqu'au sang si vous voyez ce que j'entends par là. Conclusion, Jaelyn ne voudrait sans doute pas me voir avec les joues rouges ! En tout cas moi je n'avais pas envie qu'elle ne me voit comme ça.

    « Ouais j'suis plutôt content, j'adore gagner et puis t'as pas l'air idiote, je t'assure. Crois moi, je pense que tu ne me verra jamais rougir, de façon naturelle en tout cas. »

    Je souris une nouvelle fois à Jaelyn, décidément, j'allais attraper des crampes à force de sourire ! Fixant toujours la belle Jaelyn, je remarquais que ses joues reprenaient peu à peu leur couleur naturelle, c'était moins amusant, moins enfantin, mais elle était quand même ravissante, elle était toujours ravissante. Même quand elle partait dans un monologue stupide comme elle le faisait si souvent, comme elle le faisait en cet instant précis, elle disait qu'elle serait capable de m'étrangler si je l'énervait trop, évidemment ça me fit rire, pur l'instant personne n'avait réussi à me tuer, enfin si, une fois, mais j'étais revenu, conclusion, ce n'était sans doute pas Jaelyn qui réussirait à m'étrangler. La suite de son monologue était d'autant plus drôle, voilà qu'elle se prenait pour Cat Woman, qu'elle faisait « miaou » dans la nuit et qu'elle portait des tenue trop moulante, elle fini en disant qu'elle n'avait pas envie de parler de ses orgasmes dans les vestiaires de son lieu de travail. Décidément, on avait peut être des points communs elle est moi, j'avais moi même dit que j'étais batman ! Enfin, je n'avais pas était jusqu'à dire que je portais un slip noir par dessus un slim gris moulant ! Et dieu merci je ne porte pas ce genre de vêtements ! Sérieusement, les super-héros devaient boire avant de choisir leurs costumes, c'était toujours laid, mais celui qui battait les records c'était peut être superman, les couleurs qu'il porte son vraiment pas géniales ! Du bleu et du rouge …. Aucun goût, en plus, v'la la discrétion ! C'est le genre de couleurs qu'on repère à deux kilomètres à la ronde tellement ça flash ! Au moins batman n'avait pas ce problème vu qu'il porte des couleurs sombre. Y a spiderman aussi qui flash, en même temps lui aussi il est en rouge et bleu, mais au moins il porte pas de slip par dessus le pantalon, à croire qu'il est un peu plus intelligent que les autres ! Enfin bon, heureusement, ils ont la classe sur bien d'autres points, ils sont forts, ils sauvent des vies et tout le monde les adore ! Sauf les méchants, enfin bon on va pas passer la journée à disserter sur les super-héros, revenons à nos moutons, après un nouveau sourire un peu salace, je répondit à Jaelyn.

    « J'adore Cat Woman …. Et je rêve de te voir porter des vêtements en cuir ou en latex qui moule un peu trop, alors si tu es vraiment Cat Woman n'hésite pas à me le montrer. Et puis, on parlera de tes orgasmes chez toi dans ce cas ... »

    Je souris encore, voir Jaelyn dans des vêtements de cuir serait vraiment un grand plaisir pour les yeux ! Et pas que pour les yeux si vous voyez ce que je veux dire. Enfin quoi qu'il en soit, avec une connerie tellement grosse, j'allais pouvoir la faire chier un bon moment, je n'allais pas oublier si facilement qu'elle m'avait dit être Cat Woman en plus je n'avais bu qu'un verre, alors mes souvenirs de cette soirée resterait intact au petit matin, du coup en revenant au bar je pourrais sans doute l'appeler « Cat Woman » au lieu de Jaelyn. La pauvre, elle aurait sans doute du réfléchir plus longtemps avant de sortir un truc pareil, une connerie digne d'une blonde ! D'ailleurs Cat Woman est brune non ? En tout cas quand c'est Halle Berry qui la joue, elle est brune et très sexy, encore une actrice qui à beaucoup de talent et beaucoup de charme, mais je suppose que ce n'est pas vraiment le moment adéquate pour fantasmer sur une actrice, alors revenons à la réalité et à cette soirée dans les vestiaires du bar, en compagnie de Jaelyn, cette soirée placée sous le signe de l'amour.

    L'amour, un bien grand mot, tenant en 5 lettres dans la langue de l'auteur, 4 dans la mienne, qu'est-ce que c'était réellement que ce sentiment des plus étranges, que représentait il à mes yeux ? Et a ceux de Jaelyn ? Tans de questions sur ce simple sentiment, tant d'interrogations dans la tête d'un mec comme moi, un gars qui ne voit pas les choses de la même façon que les autres, tout ceux qui voient en l'amour le bonheur et la vie, moi je vois la souffrance et l'enfermement, je n'avais pas eu de très bon exemple de l'amour dans ma vie, j'avais vu mon père tant souffrir de la mort de ma mère, ronger par la perte de l'être aimé, il ne m'avait pas franchement donné envie de tomber amoureux, j'avais aussi vu Sam perdre sa petite amie, puis être obligé de tuer une femme dont il était tombé amoureux, trop d'exemple de l'amour qui me donne plus envie de le fuir plutôt que de le laisser entrer dans ma vie, alors quoi qu'il y ait entre Jaelyn et moi, ça ne pouvait pas être de l'amour et quoi que ce soit d'autres, ça finirait par s'effacer quand je partirais d'ici pour une autre chasse ou pour un autre monde, ces départs étaient aussi là pour me rappeler que dans ma vie il n'y avait pas de place pour l'amour. Je ne savais pas pourquoi Jaelyn avait bégayé, était-ce à cause de ce que j'avais dit où ce qu'elle ressentait, je n'en savais trop rien, alors j'avais juste dit que j'étais bizarre, histoire de la rassurer, peut être que ça avait eu l'effet contraire, mais c'était vrai dans le fond, j'étais bizarre et je ne pouvais pas le nier. Avouons le, c'est carrément bizarre de vouer sa vie à la chasse aux démons, c'est carrément bizarre d'être mort, d'avoir été en enfer, d'avoir briser le premier sceaux pour libérer Lucifer puis d'être ressusciter, j'avais une vie bizarre alors je l'étais moi même forcément. Comme pour changer de sujet, Jaelyn m'embrassa à nouveau, j'étais soulagé car moi même je n'avais pas l'intention de revenir sur cette histoire là qui était bien trop compliquée pour moi. Alors je me laissais aller dans le baiser de Jaelyn toujours aussi agréable que les précédent, j'aurais presque eu envie que ça ne s'arrête pas histoire de ne plus aborder les sujets qui fâchent, mais toute les bonnes choses ont une fin …

_________________
UNDERCO.
Revenir en haut Aller en bas
http://sympathyforthedevil.forumactif.com

Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: Dean Winchester ?! NO WAY |with dean|*   

Revenir en haut Aller en bas
 

Dean Winchester ?! NO WAY |with dean|*

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» [Koontz, Dean] L'étrange Odd Thomas
» Manips sur Sam et Dean
» Koontz Dean R. - La nuit des cafards
» James Dean – le biopic : un teaser et une affiche
» [Dean Butler] La petite maison dans la prairie
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SYMPATHY FOR THE DEVIL ◈ BEDTIMES STORIES :: SAY GOODBYE TO THE WORLD :: archives :: RPG :: SFTD 1 - Les archives :: Ellington ; Missouri :: Ellington Crossroads-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit