Follow the sin's way, Dji Kay ! [HEADS GAME JUSQU'AU 23.10]



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Facebook  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Follow the sin's way, Dji Kay ! [HEADS GAME JUSQU'AU 23.10]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Crossroads Fate


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : MARY-W.&SWEET POISON
✾ MA CÉLÉBRITÉ : C. F est une célébrité
✾ MES CRÉDITS : Datura
✾ MON MOI² : Sam & dean
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 15/02/2010
✾ MES MESSAGES : 57

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : trop indiscret
✾ STATUT SOCIAL : idem
✾ SON EMPLOI : emmerder le monde



MessageSujet: Follow the sin's way, Dji Kay ! [HEADS GAME JUSQU'AU 23.10]   Mar 17 Aoû - 14:47


JAELYN&JACKSON - C'est bien connu qu'il ne faut pas goûter à tout !
.




Visite impromptue qui a eu pour effet de replacer Jackson dans le droit chemin. Allez savoir ce qui s'est passé, ce qui a fait naître ce subit éclair dans le cerveau du jeune homme, peut-être le simple contact si doux avec Alice, des souvenirs quelconques auxquels se raccrocher encore... Quelque chose cloche à Ellington et ça, Jackson s'en est rendu compte une fois qu'il avait cessé de désespéré sur son sort et après avoir pris une bonne douche ! Ni une ni deux, le voilà parti chez Jaelyn, sa si précieuse amie qu'il n'a que trop délaissée malgré les malheurs qui traversaient sa vie. Qu'elle n'est pas la surprise de Jackson quand Jaelyn l'accueille avec une bouteille de bourbon à laquelle il ne reste plus qu'une gorgée, le cou orné d'un boa on ne peut plus kitch comme si elle sortait d'une quelconque fête très, voire très arrosée. Loin d'avoir les pouvoirs des Anges, Jackson va pourtant devoir remettre son amie sur le bon chemin... ahem... quand on connaît Jaelyn, on sait bien que ce n'est pas chose facile. Une chance, cette si joviale version de Jaelyn, reste Jaelyn, avec ses talons d'Achille...
Revenir en haut Aller en bas

Phoenix H. Lawrence


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Twix
✾ MA CÉLÉBRITÉ : DiannaSexyAgron
✾ MES CRÉDITS : Me, I & Myself
✾ MON MOI² : None
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 22/07/2009
✾ MES MESSAGES : 470

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 printemps
✾ STATUT SOCIAL : Mère célibataire
✾ SON EMPLOI : Stripteaseuse


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: Follow the sin's way, Dji Kay ! [HEADS GAME JUSQU'AU 23.10]   Mer 18 Aoû - 9:00



When it hurts to look back, and you're scared to look ahead
You can look beside you and your best friend will be there




Se prendre un coup d'électrochoc, en temps normal, c'est déjà loin de figurer parmi les sensations les plus agréables, mais s'en prendre un et réaliser qu'on l'a mérité, parce qu'on fonçait droit dans le mur en persistant dans sa connerie, ça faisait encore plus mal aux fesses. Mais cela devait sans doute pouvoir être considéré comme de la bonne douleur, si seulement l'adjectif pouvait seulement être attribué à ce genre de choses. Jackson s'était comporté comme un abruti, en baissant les bras, et en tournant le dos en tout ce en quoi il croyait alors, de surcroit. Il en avait fait des erreurs ces derniers temps, on pouvait même dire qu'il les avait enchaîné, et le mal était plus ou moins fait. Il lui était impossible de gommer d'un seul coup les 6 derniers mois et plus, tout comme il lui était impossible de prétendre qu'il ne s'était rien passé, que rien n'était survenu. Cependant, il n'était pas encore trop tard pour lui pour certaines choses. Il pouvait tenter de combler les trous qu'il avait laissé d'ici de là dans le chemin de sa vie, tout comme il pouvait tenter de rattraper ses erreurs et de faire peau neuve, comme on dit. Cela passait tout d'abord par réunir ce qu'il avait un peu laissé filer, c'est à dire, ses relations avec autrui. Bien sûr, il ne s'agissait pas là de celle qu'il avait avec sa fille, car malgré toutes les stupidités qu'il avait pu faire, aucune d'elle ne touchait de trop près sa fille, son petit joyau auquel il tenait bien trop pour en arriver à omettre le bon sens vis à vis d'elle. Non, il s'agissait plutôt, par exemple, de Jaelyn Miller, qui en plus de partager, par le plus grand des hasards, le même nom de famille que lui, était sa meilleure amie. Ils se connaissaient depuis qu'il était venu s'installer ici, et pas un seul jour ne s'était écoulé, jusqu'à ces derniers mois, sans qu'ils ne se voient ni se téléphonent. Parfois, même, ils s'envoyaient des lettres, alors qu'ils n'habitaient pas 5000 km l'un de l'autre. Mais que voulez vous, cela les amusait tellement, surtout lorsque Jude insistait pour joindre au courrier de son père à destination de Jae un bien joli dessin, fait de ses propres mains, signé, dédicacé et tout et tout. Mais le jeune homme avait laissé cette relation si précieuse à ses yeux quelque peu partir a volo, sûrement parce qu'il s'était trop renfermé sur lui même, et qu'il s'était dit que, maintenant qu'elle était en couple, elle n'avait sûrement plus autant besoin de lui qu'avant. Ce n'était de toute façon pas une excuse, et elle ne tenait pas un seul instant à la route à partir du moment où on savait que Jae et Dean, parce que l'heureux élu n'était autre que Dean, avaient vécu une romance digne des plus dangereuses montagnes russes, et que le jeune homme qu'était Jackson en avait été au courant, très bien informé parce qu'ici, tout ou presque se sait très vite et qu'il s'agissait là de ses deux meilleurs amis. Il l'avait quelque peu laissée sur le banc de touche, la Jae, il l'avait quelque peu abandonnée à la vie aussi, et ça, c'était réellement pas bien, pas bien du tout. Il devait se rattraper, il le fallait.

De toute façon, qu'il le veuille ou non, il n'était plus temps de reculer, puisqu'il en était à son second coup de sonnette, et qu'il était posté devant la porte de l'appartement de sa meilleure amie, attendant que celle ci lui ouvre et tout à ses pensées. De toute façon, la question de le vouloir ou non ne se posait pas, il le voulait, en crevait même d'envie et d'impatience en plus, point barre. C'était très étrange à quel point il s'emballait soudainement parfois, parce que, même pas une heure avant, il se la jouait encore loque humaine dans son canapé, et qu'il ne songeait pas un seul instant à l'imbécile et le crétin qu'il était de ne pas prendre autant de nouvelles qu'avant de sa meilleure amie. Il aurait pu passer chez le fleuriste, mais ce n'était ni le lieu ni le moment, et il n'y avait de toute façon pas pensé, sans doute parce que c'était bien trop hors contexte pour qu'il puisse y songer un quelconque instant. C'était bien étrange qu'elle ne soit pas déjà en train de lui crier d'entrer, de sa cuisine, ni même qu'elle ne se soit encore jetée à son cou en ouvrant la porte. Jae était une rapide, et pas que pour répondre à la porte. Et là, pourtant, elle n'avait même pas encore ouvert la porte, et il en était encore à glandouiller sur le palier. L'hypothèse qu'elle ne soit pas chez elle lui traversa l'esprit, bien vite balayée par ce bruit qu'il entendit derrière le bois de la porte. Ouf, elle se pointait, et il se dit que si elle avait mis tant de temps, c'était peut être qu'elle en était encore à prendre son bain. Sauf que lorsqu'il la vit enfin, elle n'avait pas du tout les cheveux mouillés, pas plus qu'elle ne tenait serrée contre elle une serviette de bain en coton blanc et épais. Nan, Jae, là, elle avait, enroulé autour du cou, un truc en plumes ou en il ne savait trop quoi, qui pendouillait de chaque côté parce que c'était bien négligemment passé autour de son cou tout ça, et en plus, elle tenait dans sa main une bouteille de bourbon. Putain de merde, mais c'était pas l'heure du carnaval pourtant, et il était loin d'être l'heure adéquate pour se cuiter avec du bourbon. Ce genre d'alcool lui allait pas trop en plus, en général, elle était plutôt accro aux alcools forts, là, ça faisait vieille aristo' de 70 balais qui tenait à vider la cave de son défunt mari feu le comte de trouducville. Pas du tout en adéquation avec l'image que renvoyait la jeune femme quoi !

« Principessa, c'est quoi ce nouveau délire ?! Arrêtes de bouger comme ça, t'es pas Skippy le Kangourou, encore moins Tigrou, et tu me donnes envie de vomir, calmes toi ! »

Il lui attrapa l'un des poignets avant de s'engager de lui même dans l'appart', non sans laisser la porte d'entrée claquer derrière lui. Qu'elle se donne en spectacle avec lui, okay, mais devant toute personne passant dans le couloir à ce moment là, sûrement pas !
Revenir en haut Aller en bas
http://in-nomine-mens.bbactif.com

Jaelyn N. Miller


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Dodixe
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Leighton Meester
✾ MES CRÉDITS : Dodixe & LJ
✾ MON MOI² : None
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 18/07/2009
✾ MES MESSAGES : 1192

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 26 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Serveuse & Chasseuse


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: Follow the sin's way, Dji Kay ! [HEADS GAME JUSQU'AU 23.10]   Dim 22 Aoû - 5:01



« It's Raining Men! Hallelujah! - It's Raining Men! Amen!
I'm gonna go out to run and let myself get
Absolutely soaking wet!
It's Raining Men! Hallelujah!
It's Raining Men! Every Specimen!
Tall, blonde, dark and lean
Rough and tough and strong and mean »


    « Vas-y Jae, bouges ton cul ! »

    Pause… Comment en était-elle arrivée à remuer son joli derrière sur « It’s raining men » de Geri Halliwell, un boa autour à plumes autour du cou et une bouteille de bourbon de trente ans d’âge dans l’autre ? Hum… Tout cela avait sérieusement besoin d’une petite explication… Revenons quelques heures en arrière… Jaelyn venait à peine de terminer sa boite de chocolats lorsqu’elle s’était rendue compte de ce fait : Elle ne faisait pas beaucoup pour éliminer tout ce qu’elle ingurgitait dans la journée… A part ses joggings matinaux, elle ne faisait pas tellement pour faire partir toute la graisse qu’elle emmagasinait en mangeant tantôt un chocolat, tantôt un biscuit, tantôt une glace… Non, décidément, la jolie blonde ne se dépensait pas tellement pour virer de son corps toutes les mauvaises choses qu’elle ingurgitait et cela n’était pas très bien, même pour elle ! Puis elle avait compris… Comme si dieu lui avait fait une magnifique révélation, elle vu briller le reflet du soleil sur ses anciens CD datant d’érode, les vieux CD sur lesquels elle dansait quand elle était une gosse… Quand elle était jeune, Jaelyn était une sacrée danseuse, enfin, elle dansait surtout dans sa chambre, avec la musique à fond juste pour embêter ses parents mais… Dans l’idée, il fallait avouer qu’elle bougeait assez bien et elle restait tout de même assez mince, surtout qu’elle avait un très grand appétit vu tout ce que ses parents demandaient à leurs cuisiniers… Il fallait dire qu’elle oubliait sa peine dans la nourriture, vu qu’elle n’avait pas encore l’alcool à l’époque alors, plutôt que de picoler comme un trait à l’âge de huit ans, elle préférait largement manger tout une boite de chocolats qui coûtaient très cher et qui étaient la petite gâterie de maman plutôt que de vider la cave… Ah non, ça c’était mal ! La première fois qu’elle avait piqué une bouteille, elle avait quinze ans et c’était une bouteille de bourbon… Très, très chère et qui avait plus d’une trentaine d’année d’âge. Ne tenant pas vraiment l’alcool, la gamine avait picolé toute la bouteille mais arrivée aux dernières goûtes, elle avait rendu sur la nappe en coton égyptien du troisième salon, obligeant la femme de ménage à venir s’occuper de tout ça avant que ses parents ne reviennent de leur séminaire à Tokyo… Dieu merci, ils avaient décidé de prendre du retard et elle avait eut deux jours de plus pour continuer son expérience sur les alcools, s’aidant de la cave merveilleuse de papa et maman ! Ah la magie de la richesse, qui l’aidait à pouvoir se bourrer la tronche comme elle le souhaitait sur le dos de ses parents sans qu’ils ne s’en rendent compte car, grâce à leur égo, ils ne jetaient pas un œil à la cave et en plus, ne jetaient même pas un œil sur Jaelyn… Tant mieux parce qu’elle, de son côté, s’amusait beaucoup avec l’alcool, c’était pas mal, c’était rigolo ! Finalement, elle s’était lassée et tant mieux parce que sinon elle serait bien vite tombée dans l’alcoolisme ! La pauvre, elle aurait finit chez un médecin, complètement ivre, disant d’une voix penaude qu’elle avait peut-être un petit problème avec ce qui était à base d’alcool… Ca nuisait réellement à sa santé ces conneries…

    Ce matin là, la jolie blonde s’était éveillée la tête dans le cul, c’était le cas de le dire car elle n’avait aucun souvenir de la journée passée et encore moins de la soirée qui allait avec mais au vu du bordel considérable qu’il y avait dans sa chambre, elle comprenait que l’alcool y était sûrement pour quelque chose. En effet, alors qu’elle était allongée sur le ventre, telle une loque, dans son lit encore fait, le reste de la pièce ressemblait plus à un champ de bataille qu’à la chambre d’une jeune femme de 27 ans. Il y avait ça et là des vêtements et son armoire était grande ouverte, d’où pendant tantôt la jambe d’un jean, tantôt la manche d’un haut, non loin de là, la lampe sur sa table de chevet était tombée à terre, sa lumière tamisée éclairant le dessous de son lit. Pourtant cette lampe n’était pas cassée, non, elle était juste posée là, comme si Jaelyn avait souhaité regarder si, par hasard, le monstre sous le lit existait réellement. Juste à côté d’elle, trois boites de chocolat étaient posées pêle-mêle sur son lit. L’une d’elle, la plus proche de Jaelyn bizarrement, n’était pas totalement finie et la jeune femme, un petit sourire gourmand dessiné sur les lèvres, tendit le bras pour en prendre un et le glisser dans sa bouche, se délectant de l’arome qui se répandait sur sa langue alors qu’elle suçotait son précieux chocolat… Elle se redressa lentement pour s’asseoir en tailleurs et observer le champ de bataille qui s’était fait dans sa chambre, sûrement son œuvre vu qu’elle n’avait aucun invité surprise dans son lit pour lui tenir compagnie… En réalité, personne n’était entré dans sa vie depuis qu’elle en avait éjecté Dean. Elle en souffrait énormément mais, bien trop têtue, bien trop fière, elle préférait se dire que cela allait être très court et qu’après elle allait redevenir la Jaelyn qu’elle avait toujours été ! Après tout, ce n’était pas un homme qui pouvait entièrement changer la femme fatale qu’elle était ! Si ?! Elle avait du mal à y croire et pourtant, une petite partie d’elle le savait très bien, il n’était pas un simple « homme » pour elle et elle ne serait sûrement jamais la même après le passage, soit rapide mais très intense, de Dean Winchester dans sa vie ! Elle s’était ensuite levée d’un bond, manquant de tomber à la renverse, prise d’un vertige soudain, puis, reprenant un peu contenance, elle se décida à commencer à ranger le bordel ambiant de sa chambre, trouvant là-dedans un foulard bien moche qui appartenait à sa mère. Elle l’avait volé lorsqu’elle s’était enfuie à ses dix-huit ans, un boa avec pleins de plumes d’une laideur à faire fuir un Lucifer fortement énervé… Tiens ! Voilà ce qu’elle pouvait donner à Dean pour qu’il se défende contre le Big Boss ! Le super boa bien moche à la maman à Jaelyn ! L’arme ultime ! Mieux qu’un exorcisme ! Enfin bref, se prenant pour sa vieille baronne de mère, elle se prit à avoir l’air d’une jeune femme pétée de tune et prend une attitude comme si elle avait un balais dans le cul et s’était mise à ranger sa chambre en parlant toute seule en reprenant son anglais qu’elle avait perdu avec le temps. Ainsi, se prenant pour madame la baronne, elle avait rangé entièrement sa chambre. Puis, continuant son manège, elle était allée chercher une bouteille de bourbon de trente ans d’âge et une boite de chocolat et s’était affalée dans son canapé, mangeant un chocolat puis le faisant passer avec une bonne rasade d’alcool…

    Elle avait bien entamé sa boite de chocolat lorsqu’elle se rendit compte qu’elle allait bien grossir avec tout ce qu’elle mangeait à longueur de journée et c’est alors qu’elle se souvint de Geri Halliwell et de son tube « It’s raining men » et c’est alors qu’elle s’était levée d’un bon pour aller chercher le CD dans sa chambre et l’avait mis dans sa chaine hifi et avait enfin mis le son à fond pour se mettre à danser comme une tarée dans le salon, se prenant même à faire de la air guitare, tout cela dans un ridicule d’une beauté saisissante ! Réellement, elle était d’une idiotie magistrale mais qu’importe, elle perdait du poids en dansant avec un boa autour du cou et une bouteille de bourbon dans la main alors, elle s’en fichait depuis bien longtemps du ridicule sinon elle n’aurait même pas envisagé de toucher à ce foutu boa tout moche et tout vieux ! C’est alors que l’on sonna… Elle eut un long soupire, merde, elle ne voulait personne d’autre que Geri elle dans sa baraque alors qu’il se casse, mince alors ! Elle n’était pas du tout prête à recevoir quelqu’un en plus ! Finissant d’un trait sa bouteille, elle entendit une seconde sonnerie et s’en fut trop pour elle, ou peut-être pour la dose d’alcool qu’elle avait dans le sang, ça, elle ne sut le déterminer. Descendant de son canapé, elle s’approcha de la porte et l’ouvrit à la volée, observant la personne qui osait la déranger dans son délire… Jackson… Jack ! Quelle belle surprise ! Elle ne l’avait pas vu depuis… Très très longtemps ! Elle eut un petit sourire sarcastique et détourna les yeux, ne souhaitant pas vraiment l’accueillir chez elle… Après tout, il ne l’avait même pas soutenue pour tout ce qui s’était passé avec Dean Connard Winchester alors pourquoi elle devrait le pardonner ?! Dean, c’était son meilleur pote ! Elle, c’était seulement une merde sur sa route alors qu’il retourne voir son pote et la lâche cinq minutes ! Elle allait l’envoyer boulet lorsqu’il lui prit le poignet et la fit rentrer de force dans son appartement, elle poussa un cri strident pour montrer son mécontentement et se débâtit pour qu’il la lâche, à vrai dire, il serrait tellement fort qu’il lui en faisait mal au poignet ! Elle se dégagea d’un coup de bras violent et le toisa avec énervement, son expression fortement énervée de rigueur. Elle le fusillait à présent du regard, lui faisant comprendre qu’elle n’avait pas besoin de lui, elle préféra donc filer à la cuisine et lui dire en chemin, tentant de l’envoyer le mieux sur les roses :

    « Oh c’est bon Jack ! T’es pas mon père, t’es même pas mon meilleur ami ! Si t’était vraiment un ami tu m’aurais pas laissée dans cet état aussi longtemps alors lâches-moi et retournes taper de la goule avec ton super Dean Winchester, peut-être qu’il te détaillera avec précision comment c’était avec sa pute ! Quelle chance d’être aussi proche de lui, n’est-ce pas ?! J’y crois pas ! On se connaît depuis ton arrivée et tu me lâche pour un mec qui vient d’arriver en ville ! Tu me fais pitié Jackson ! Maintenant dégages de chez moi ! J’ai pas besoin de toi pour survivre ! Tout ce dont j’ai besoin c’est d’alcool, de chocolats et de solitude, ce que j’ai pas quand tu viens polluer mon espace vital avec ton hypocrisie à deux balles ! »

    Tout pendant qu’elle parlait, elle avait déposé sa première bouteille sur le comptoir et elle était en train de farfouiller dans son placard, cherchant la deuxième bouteille de bourbon qu’elle avait, la sortant rapidement du placard avant de revenir vers le salon où était resté Jackson, peut-être s’était-il un peu avancé, elle ne savait pas vraiment, évaluer les distances après une bouteille de bourbon n’était pas son fort mais bon, en tout cas, il était encore là, ce qui ne lui plaisait pas tellement… Elle laissa des larmes perler à ses joues, signe qu’elle lui en voulait et qu’elle souffrait énormément de ce manque mais qu’elle n’allait sûrement pas se laisser berner comme ça. Elle lui dit alors, sa voix déraillant régulièrement au fil des larmes qui roulaient à présent sur ses joues : « T’étais mon meilleur ami… Tu devais m’aider… Me sortir de là… Pas m’abandonner… Maintenant t’as plus rien à faire ici… ». Puis, sur ces mots qu’elle n’aurait peut-être pas voulus si durs, elle ouvrit sa bouteille et but une longue gorgée avant de se diriger vers chambre, remettant son boa autour de son cou comme il se devait…

_________________

    ✔ Sexyness is my second name...
Revenir en haut Aller en bas

Phoenix H. Lawrence


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Twix
✾ MA CÉLÉBRITÉ : DiannaSexyAgron
✾ MES CRÉDITS : Me, I & Myself
✾ MON MOI² : None
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 22/07/2009
✾ MES MESSAGES : 470

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 printemps
✾ STATUT SOCIAL : Mère célibataire
✾ SON EMPLOI : Stripteaseuse


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: Follow the sin's way, Dji Kay ! [HEADS GAME JUSQU'AU 23.10]   Mar 24 Aoû - 22:58

S'il se mordait les doigts d'avoir quelque peu délaissé sa meilleure amie, à savoir Jaelyn ? Bien sûr, c'était évident même, inutile de lui poser la fatidique question, ou alors vous teniez réellement à lui enfoncer un couteau tranchant entre les côtes, jusqu'à la garde, si ce n'était même plus loin. Jae avait toujours été là pour lui depuis qu'il était rentré un beau matin -ou un moche matin, il ne se souvenait plus exactement du temps qu'il faisait ce jour là- dans la ville d'Ellington, pour y poser ses bagages et élever cette fille qui lui tombait presque du ciel. Bien sûr, en couchant avec Grace, sans plus prendre de protection que ça, il avait compris qu'il prenait un pseudo risque de devenir père. Mais pour être franc, à cet instant là ce n'était pas trop dans ses pensées, parce que, bon, pour se couper pas mal d'envie, il n'y avait rien de mieux. Et puis, son esprit était à l'époque encore plus encombré par toutes ces choses qu'il avait vu au Front, par toutes ces choses vers lesquelles il reviendrait, une fois sa permission achevée. Il ne s'était pas focalisé sur ça, et 9 mois plus tard, quelque part sur cette terre, pendant que lui en bavait ailleurs, Grace donnait naissance à leur petit bout de fille, qu'elle prénomma Jude. Oui, en arrivant à Ellington, Jude sous le bras ou presque, encore un brin béquillé, il avait rencontré assez vite la belle et fougueuse Jaelyn, alors qu'elle dansait sur une table dans un bar, déjà pas mal éméchée et prête à remettre le couvert en tenant fermement une bouteille d'alcool à la main. Il n'était pas mieux ce soir là, sauf qu'il était un peu plus habillé qu'elle, mais ce n'était là qu'un détail, n'est ce pas ? Il avait de suite senti le courant passé entre eux, et ils ne s'étaient plus quittés. Ils passaient parfois la nuit ensemble, elle, blottie tout contre lui, lui, la tenant tout contre lui pour ne plus la laisser partir, du moins, pour la retenir le plus longtemps possible. Elle n'était pas la mère de Jude, pas plus qu'elle n'était sa cousine, ou un truc dans le genre, alors, Jackson s'était dit qu'elle restait avec lui et passait autant de temps en sa compagnie parce qu'elle le voulait et aimait ça, et non pas parce qu'elle s'y sentait obligée. Et croyez le, ça changeait énormément de choses, ça rassurait beaucoup aussi. Dans un certain sens, on se sentait aimé, désiré, pas de trop. On sentait que l'on tenait à nous et que notre présence apportait un temps soit peu quelque chose à ceux qui nous voulaient dans leur vie. Jae était une meilleure amie extra, et avec elle ... Ouais, avec elle, c'était quelque chose de pur et d'unique, quelque chose que l'on ne vit qu'une seule fois dans une vie, une relation que l'on ne rencontre sûrement pas tous les jours. Elle savait toujours lui remonter le moral, le faire sourire aussi même par temps de pluie pour lui. Elle savait lui sonner les cloches et lui passer un savon lorsqu'il le méritait et qu'elle estimait qu'il était de son devoir de meilleure amie que d'endosser le rôle de l'institutrice lui tapant sur les doigts avec sa petite règle en fer.

Ouais, il avait laissé une fille comme elle sur le bas côté, comme si elle n'était rien d'autre pour lui qu'une vague connaissance. Et à en voir le regard qu'elle lui adressa, accompagné de ce petit sourire sarcastique qu'il détestait tellement lui voir dès que c'était à lui qu'elle l'adressait, il se dit que, franchement, pour une fois, il n'allait pas pouvoir passer entre les mailles du filet et s'en tirer en prétendant qu'il l'avait simplement oublié. Cela lui serra le coeur, bien sûr, sensation normale que l'on perçoit lorsqu'on comprend clairement que l'on vient plus ou moins de se faire jeter. Mais il ne comptait pas baisser les bras, il ne comptait pas non plus tourner les talons et partir, parce que dans ce cas là, il serait venu la voir pour rien, et au final, cela n'aurait fait que les faire souffrir tous deux sans que rien d'autre ne puisse venir contrebalancer cette sensation affreuse, désagréable et très très peu enviable. Alors, il décida de prendre une décision, décision qui le mena à se saisir du poignet de la jeune femme pour mieux la repousser à l'intérieur de son logis. Cela ne plut pas du tout à la jeune femme, qui poussa un cri digne de celui d'une sirène de pompier ou presque, tout en se débattant comme si elle était devenue anguille durant la nuit. Visiblement, lui parler n'arrangeait en rien les choses, et il se demandait même si cela ne les avait pas aggravées. Enfin, bref, de toute façon, Jae avait toujours cette manière bien à elle de réagir face aux choses. Elle se dégagea de son étreinte, avant de lui adresser un regard qu'elle ne lui avait encore jamais agressé, sensation très peu engageante pour lui. Et voilà que maintenant elle filait vers sa cuisine, d'un pas rageur, et lui déballant un petit speech qu'il s'efforça d'entendre, d'écouter et de comprendre, et pour ça, il s'approcha quelque peu de la dite cuisine, restant cependant à équidistance de cette pièce et du salon. Les mots de Jae étaient durs, et même s'il se disait qu'elle avait raison de ne pas lui dire que ce n'était rien, qu'ils étaient toujours meilleurs amis pour la vie comme au pays des Bisounours, il savait aussi qu'elle y allait sans doute un peu fort. Quoi que ... Après tout, absorbé par ses propres problèmes et par tout un tas de trucs, il ne s'était pas plus penché que cela sur le cas et la vie de son amie, et ne pouvait donc pas réellement évaluer les difficultés qu'elle avait récemment rencontrées, ni même la douleur qu'elle pouvait avoir ressentie. Oui, ça l'atteignait en plein coeur que de l'entendre dire qu'il n'était pas son meilleur ami, qu'elle préférait qu'il se casse et retourne avec Dean, qu'elle n'avait pas besoin de lui. Cependant, il tenta de faire abstraction de tout ce qu'il pouvait bien ressentir sur le moment pour se concentrer sur la suite de ses propos : manger du chocolat, ça lui ressemblait bien, mais à outrance extrême, pas vraiment; boire de l'alcool et être seule, elle ne le faisait jamais qu'en étant avec lui. Là, elle l'excluait totalement, et, vlan, dans les dents ! Elle l'achevait presque en le traitant d'hypocrite, ce qu'il n'était sûrement pas, connu pour dire ce qu'il ressentait, tout ce qu'il ressentait. La preuve, il n'avait jamais caché à Lou que l'idée de la savoir en couple avec Sam et portant son enfant l'ulcérait, et il avait bien manqué de la perdre, alors qu'il tenait énormément à elle.

Enfonçant les poings dans les poches de son Jeans, il contracta la mâchoire avant de fixer le mur face à lui, tout en voyant bien quelque peu s'agiter la silhouette, floue pour lui, de sa meilleure amie, qui farfouillait dans ses placards. Un milliard de choses défilait en un seul et même flot dans son esprit, et y faire le tri n'était guère aisé. Il aurait tellement voulu lui dire qu'elle n'avait pas le droit de dire ça, pas le droit du tout, qu'elle abusait et qu'il n'appréciait pas particulièrement cette meilleure amie qu'il retrouvait, mais il se tut, parce qu'il estimait que c'était bien mieux ainsi, et qu'en plus, embrouillé par toutes ses pensées, il aurait du mal à clairement s'expliquer sans mélanger les mots. Et puis, il n'oubliait pas qu'on était chez Jae, qu'elle, elle était dans sa cuisine, et donc tout à fait en mesure de se retrouver avec un couteau dans la main en moins de deux. Sa meilleure amie avait parfois d'étranges réactions, un peu sur-jouées, mais c'était tout elle. Et puis, elle revenait déjà vers lui, avec une bouteille pleine à la main, ayant probablement abandonné l'autre quelque part entre ici et là bas. Et en posant ses yeux sur elle, il sentit son coeur se briser, une fois de plus : des larmes perlaient sur les joues de Jae, vision dont il avait particulièrement horreur, et jusqu'à maintenant, jamais elle n'avait pleuré à cause de lui, ou alors, si, de rire ou parce qu'il lui avait sorti un magnifique truc que lui pensait être magnifique connerie. L'emploi de l'imparfait fait par Jae lui zébrait le coeur, et le fait qu'elle sous entende qu'il l'avait abandonné, c'était ... Il sentit ses yeux le piquer, et les leva vers le plafond, réflexe qu'il avait trouvé pour éviter que les larmes naissantes dégoulinent en deux longs sillons sur ses joues. Jae avait filé vers sa chambre, et lui, en toute logique, aurait dû partir, comme elle le lui avait demandé, mais il ne pouvait juste pas. Ce serait trop simple, trop lâche aussi, et, présentement, tout cet engourdissement qui s'était saisi de lui avait perdu toute emprise sur sa personne. Il se devait de réagir et non pas de rester amorphe et sans réaction aucune. Il connaissait le chemin pour rejoindre sa meilleure amie, et y fut en deux temps trois mouvements, sans même s'en apercevoir, perdu, encore une fois, dans ses pensées. Elle avait laissé la porte ouverte, et il y vu l'occasion rêvée d'enfin lui répondre, histoire de ne pas la laisser dérailler plus longtemps, histoire aussi de ne pas se comporter comme un abruti plus longtemps.

« Ecoutes, je sais pas comme t'expliquer ça mais ... Je t'ai pas abandonné, du moins, j'ai jamais voulu le faire, même toutes ces fois où tu faisais cramer le repas ! ... J'ai jamais voulu te faire de mal, tout comme j'ai jamais voulu choisir le côté de Dean plutôt que le tien lors de toute cette histoire, c'est juste que ... Y a des tas de trucs qui sont survenus dans ma vie, et ... Peachy, y a des trucs qui tournent de moins en moins ronds et je crois que ... J'ai rien vu venir, ou alors, j'ai refusé d'ouvrir les yeux, et de regarder pour comprendre. J'ai perdu peu à peu toute envie de me battre, de me bouger et ... Tu me connais, tu sais que ça me ressemble pas. Mais y a pas que ça. Je crois que tout part encore plus en vrille que d'habitude, et ... Regardes toi, depuis quand tu te mets à boire et à t'enfermer dans la solitude sans moi ?
Peachy, je ... Y a des choses sur cette terre qui défient les lois de la logique et du rationnel. J'ai aucun mérite de le savoir, c'est Alice qui m'a tout dit, enfin nan, elle, elle s'appelle Ayaelle, et c'est un ... ange, véridiquement. Me prends pas pour un fou, c'est juste ... vrai. Et les esprits vaillants se doivent de réagir, sauf quand ils sont tous annihilés par tous ces trucs de merde qui leur tombent sur le coin du nez. »
Revenir en haut Aller en bas
http://in-nomine-mens.bbactif.com

Jaelyn N. Miller


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Dodixe
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Leighton Meester
✾ MES CRÉDITS : Dodixe & LJ
✾ MON MOI² : None
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 18/07/2009
✾ MES MESSAGES : 1192

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 26 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Serveuse & Chasseuse


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: Follow the sin's way, Dji Kay ! [HEADS GAME JUSQU'AU 23.10]   Mar 31 Aoû - 4:52

    Ils avaient vécus tellement de choses… Ils avaient partagé tellement de choses… Elle avait été là quand il avait fait des cauchemars sur le front, elle avait été là pour lui ces fameuses nuits où il ne pouvait pas dormir parce que des images horribles et sanglantes venaient se présenter à son esprits, comme des flash-back sanglants qui venaient le hanter. Elle avait été là, elle l’avait serré dans ses bras, elle l’avait bercé, elle lui avait promis que ce n’était rien et qu’elle était là pour prendre soin de lui, elle l’avait aidé à remonter la pente, elle avait été là pour lui et lorsqu’il se rendormait elle prenait le temps de lui caresser doucement les cheveux, elle prenait le temps de continuer à le bercer, elle avait prit tout ce temps à le soutenir dans son passage de l’ombre à la lumière parce qu’elle croyait en lui, elle savait qu’il n’avait plus à avoir peur et qu’il fallait aujourd’hui qu’il ait un guide qui le ramène vers le droit chemin, qui le sorte de tout ça parce qu’il ne méritait de subir tout ceci. Elle l’avait rencontré alors qu’elle était déjà bien éméchée et dansait sur le comptoir, heureusement que ce jour là elle n’était pas en service parce que sinon ça aurait été son patron qui n’aurait pas été très content… Enfin, ce soir là, elle n’avait pas payé un seul verre de sa poche, c’était plutôt des cadeaux des jeunes hommes qui étaient là avec elle et qui voulaient sûrement la rendre complètement ivre pour l’avoir dans leur lit parce que la réputation de Jaelyn Norah Miller était faite depuis déjà bien longtemps à Ellington : Aucun complexe et surtout le premier qui lui taperait dans l’œil serait celui qui finirait dans son lit. Elle avait alors rencontré Jack qui semblait tellement éteint, elle avait repéré immédiatement en lui cette immense souffrance, comme elle l’avait fait avec Dean. Elle avait enfin trouvé quelqu’un avec qui elle était sûre et certaine de ne pas coucher, elle était sûre que ce jeune homme quelque peu bizarre avait besoin d’une main tendue vers lui pour se relever alors, mettant tout son entrain de fille complètement torchée vers lui, elle lui avait proposé de danser avec elle et tous les hommes présents ce soir là avaient compris qu’ils n’avaient plus aucune chance avec la pute de service. Elle s’était amusée comme une petite folle avec Jackson ce soir là et elle l’avait découvert, elle avait dormit avec lui, tout contre lui et pourtant elle n’avait pas couché avec lui, comme si dés leur rencontre ils avaient su elle et lui qu’il n’allait jamais y avoir plus qu’une forte amitié entres eux. Elle l’avait poussé en avant, elle lui avait sortit la tête de l’eau alors qu’il était en train de se noyer, elle lui avait pris la main et l’avait guidé à travers la forêt épaisse et brumeuse, ils avaient trouvé la sortie, ensemble, main dans la main et jamais elle ne l’avait laissé tombé dés lors, elle était devenue sa meilleure amie depuis tellement ce soir là où elle s’était endormie dans ses bras. Elle avait découvert Jude, sa fille, qui l’avait tout de suite acceptée et qui la considérait désormais comme sa tante sans qu’elle n’ait eut quelque chose à demander, comme si c’était dans ses veines d’être la tante d’une petite fille qu’elle venait à peine de rencontrer. Elle avait beau dormir parfois chez Jackson, la petite ne confondait pas leur amitié en amour, elle savait que Jaelyn était tout sauf la petite amie de son père et que, de toute façon, elle n’était pas du tout prête à devenir une petite amie, même à Jack et encore moins à Jack ! Enfin, cette relation avait été pour elle un énorme tremplin, elle avait appris à se lier à quelqu’un, elle avait appris à partager son passé, sa vie. Elle avait appris toutes ces petites choses qu’on apprend grâce à l’amitié. Elle avait appris à penser à quelqu’un d’autre, à s’inquiéter pour quelqu’un d’autre, à avoir une furieuse envie de voir quelqu’un, elle avait découvert ce sentiment de bien-être qu’elle n’aurait jamais pu ressentir avec un homme qui n’était pas Jackson… Elle lui devait beaucoup mais lui aussi lui devait beaucoup… Peut-être était-ce pour ça que la chute était aussi dure pour Jaelyn…

    Oui, elle avait chuté ! Elle s’était pris de plein fouet le sol froid et dur pour une seconde fois. La première avait été lors de sa rupture avec Dean, certes énormément douloureuse mais si seulement elle avait eut son meilleur ami à cet instant, elle aurait pu relever la tête mais elle avait du chuter une seconde fois d’un autre piédestal, un beaucoup plus haut qui faisait donc beaucoup plus mal et qui l’avait beaucoup plus abimée, son cœur était déjà ruisselant, il était maintenant dégoulinant de sang, celui-ci sortant par toutes les coupures qu’elle avait reçues lors de ces différentes perte d’équilibre. Revenir à la réalité était dur, très dur, surtout lorsqu’on avait passé des années à s’accrocher à des croyances pour se rendre compte en quelques semaines que ces réalités n’étaient rien et que le joli film se terminait ici et maintenant. C’était pour cette raison qu’elle avait envoyé baladé bien comme il fallait Jackson… Parce qu’il ne pourrait jamais comprendre la souffrance qu’elle avait ressentit sans avoir son épaule sur laquelle pleurer… parce que perdre Dean était sûrement trois fois moins douloureux que de le perdre lui… Parce que Jack était la seule personne à l’aider à tenir sur ses deux jambes aussi longtemps, à ne pas sombrer dans l’alcoolisme profond, à ne pas sombrer dans un coma éthylique… Il avait été sa bouée et maintenant elle se noyait, elle avait même l’impression que le destin la tenait la tête enfoncée dans les toilettes pour bien la noyer et qu’elle s’en amusait, elle y prenait un plaisir malsain… Elle était en train de réussir car après tout, l’alcool était partout dans son appartement, elle allait sûrement bientôt être retrouvée inconsciente chez elle parce qu’elle en avait abusé… Elle ne rejetait pas toute la faute sur Jack mais il fallait avouer que si aujourd’hui il voulait revenir dans sa vie, il devait bien se prendre en pleine gueule toute sa haine accumulée pendant ce temps perdu à souffrir. On dit souvent que vaut mieux tard que jamais, et bien dans le cas de Jackson, la jolie blonde aurait préféré qu’il ne revienne jamais la voir, qu’il la laisse tranquille parce que, pour elle, son retour sonnait comme s’il voulait l’utiliser parce que LUI se sentait mal et non pour l’aider elle. En gros, monsieur ne pouvait pas surmonter ses foutus problèmes à la con et venait polluer son air pour qu’elle vienne le faire à sa place… Franchement, elle avait autre chose à foutre alors c’est bien pour cela qu’elle lui lâcha toute sa rancœur et sa haine au visage, c’est pour cela qu’elle lui fit comprendre tout ce qu’elle avait sur le cœur et c’est pour cela qu’elle n’attendit pas de réponse. Elle s’attendait à ce qu’il reparte, penaud, souffrant tout autant qu’elle plutôt que de le voir rappliquer cinq minutes après dans sa chambre. Elle s’était donc installée dans la pièce la plus loin du salon, s’asseyant sur le lit et ouvrant rageusement sa bouteille d’alcool. Elle vira d’un geste haineux son boa moche à souhait et l’envoya de toutes ses forces dans la porte. Les larmes sur ses joues ne cessaient pas de couler parce que, malheureusement, elle appréciait tellement Jack qu’elle ne pouvait que souffrir à l’idée de le laisser partir sans avoir sauté dans ses bras… Elle en avait marre de se prendre plein de conneries en plein visage, elle voulait seulement qu’on la laisse en paix, elle voulait partir, elle voulait dormir. Elle observa pensivement la pièce, un bon nombre de bouteilles vides gisaient à terre, des boites de chocolats aussi, des vêtements sales, le lit était défait, des objets étaient tombés… C’est alors qu’elle vit Jackson surgir et elle le regarda, laissant entrevoir toute sa détresse dans ses grands yeux bleus… Elle était fatiguée, elle en avait marre, pourquoi fallait-il qu’il s’accroche ?! Pourquoi ?! Il se mit alors à parler et elle baissa les yeux vers un cadre tombé au sol il y a quelques semaines déjà… Le verre en était brisé… La photo était pourtant rayonnante… C’était une photo d’elle et Jackson… Ils se tenaient tous les deux, souriant à l’objectif. Elle se souvenait de cette soirée… Ils fêtaient l’anniversaire du jeune homme, Jaelyn lui avait acheté des conneries et ils portaient tous les deux un caleçon à carreau de très mauvais gout… Ils étaient morts de rire… Ils sentaient bon la joie de vivre, le bonheur, la simplicité, la jeunesse. C’est alors qu’il s’arrêta enfin de parler. La jolie blonde releva les yeux vers lui, penaude. Il ne ressemblait plus à celui qui était sur cette photo, elle non plus… Elle soupira longuement et avala une longue rasade de la bouteille qu’elle tenait entre ses doigts crispés et tremblants. Elle n’avait pas tellement écouté ses mots, bien trop occupée à regarder la photo et se souvenir de tous ces évènements heureux qui était survenus auparavant, quand ils étaient insouciants… Elle aurait voulu remonter le temps et revenir à ce fameux jour où ils avaient bien l’air con à porter des caleçons à carreaux et à rigoler comme deux gosses… C’était le bon temps tout ça…

    « T’as peut-être pas voulu mais tu l’as fais… J’ai souffert à cause de Dean mais ce n’est rien comparé à te perdre Jack… Parce que tu étais tout ce que j’avais de plus important au monde… J’aurais pu donner ma vie pour sauver la tienne… J’aurais fait tellement pour toi et j’ai fais beaucoup pour toi… Et tu le sais aussi bien que moi… J’ai cru en notre amitié tout ce temps, j’ai vécu les plus belles années de ma vie grâce à toi Jack… Je me suis amusée, j’ai vécu… Mais là je suis fatiguée… J’en ai marre… De tout… De m’en prendre plein la gueule tout le temps… J’ai envie de me reposer cinq minutes mais je ne peux pas parce que maintenant te voilà… T’as besoin d’aide ? Tu veux quelqu’un pour te soutenir ? ». La jeune femme se leva et s’approcha de Jackson, laissant enfin toute sa détresse sortir de son regard, le poussant contre le mur avant de continuer, les larmes ne cessant pas de couler et le ton montant, sa voix tremblant au rythme de ses sanglots rauques : « Où t’étais quand j’avais besoin de toi Jackson Miller ?! Où t’étais quand j’me suis rendue compte que j’étais cocue ?! Où t’étais quand je picolais comme un trou pour oublier à quel point il me manquait ? Où t’étais quand je tapais dans les murs ?! Où tu étais tout ce temps là Jackson ?! Hein ? Tu peux me le dire ?! T’avais peut-être pas envie de te battre mais ce n’est pas une raison pour ne pas donner de nouvelles ! J’aurais pu t’aider ! J’aurais pu me reconstruire grâce à toi ! Mais toi tu t’en foutais ! Maintenant que tu vas mieux j’en ai rien à faire de toi ! Parce que toi t’en avais rien à faire de moi ! Je deviens égoïste, je le sais mais j’en ai plus rien à foutre parce que j’ai plus rien ! Tout ce en quoi je croyais s’effondre sous mes yeux alors j’en ai rien à foutre de ton Ayaëlle à la con… J’en ai rien à foutre des anges ! Qu’ils aillent tous se foutre ! Et qu’ils m’entendent, j’en ai rien à foutre ! ». La jeune femme s’écarta et regarda Jackson et lui dit en baissant les yeux : « Je croyais en toi Jack… Tu étais beaucoup plus pour moi qu’un simple ami… Tu étais mon piédestal… Maintenant j’ai plus que des photos… ». Elle désigna d’un signe de tête la photo qui gisait au sol et retourna s’asseoir sur le lit, prête à entendre ce qu’il avait à dire…

_________________

    ✔ Sexyness is my second name...
Revenir en haut Aller en bas

Phoenix H. Lawrence


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Twix
✾ MA CÉLÉBRITÉ : DiannaSexyAgron
✾ MES CRÉDITS : Me, I & Myself
✾ MON MOI² : None
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 22/07/2009
✾ MES MESSAGES : 470

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 printemps
✾ STATUT SOCIAL : Mère célibataire
✾ SON EMPLOI : Stripteaseuse


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: Follow the sin's way, Dji Kay ! [HEADS GAME JUSQU'AU 23.10]   Mar 7 Sep - 0:57

Sans être une personne foncièrement violente, il arrivait parfois à Jackson de vouloir coller un poing au prochain qui lui dirait qu'il n'avait pas trop de soucis lui, parce qu'il était fort et capable de résister aux intempéries de la vie. Parce qu'il avait connu pire, il devait rester de marbre face aux problèmes un peu moins graves, sans rien dire, sans se plaindre, sans réclamer d'aide ? Non mais c'était quoi cette théorie fumeuse, cette manière de pensé puante, qui lui interdisait de se sentir pour un temps comme tout le monde ? Il ne réclamait pas particulièrement son lot de misères, attention, il préférait de loin ne pas rencontrer trop d'embûches sur le chemin de sa vie, réaction tout à fait humaine, il réclamait juste le droit de pouvoir l'ouvrir et dire que cela ne lui plaisait pas, sans se faire assassiner par des regards haineux de gens qui n'y comprenaient rien de rien, rien à la vie, rien à l'existence, yep, rien de rien. Il avait besoin d'aide, tout fort et résistant qu'il était, malgré tout. Parce que ces gens aux pensées si tordues avaient pour partie raison : il avait connu pire, il avait vécu l'horreur, et il était vrai qu'il prenait les choses de la vie avec un peu plus de philosophie et de recul que ne l'aurait fait un autre qui ne se serait lui pas battu sous les drapeaux, sous la bannière étoilée. Il tenait un peu mieux que les autres le coup, mais les blessures de la vie restaient douloureuses et dures à cicatriser, surtout pour certaines d'entre elles. Et dans ces moments là, il hésitait tant à ravaler ce petit quelque chose de fierté et d'orgueil mal placés. C'était dur de faire confiance aux gens, parce que dans la vie, au fond, c'est chacun pour ça. A l'école, on nous enseignait de si belles valeurs : partage, don, soutien, entre-aide, pardon, compassion, et toutes ces belles autres choses qui faisaient bomber le torse dès qu'on s'avisait d'affirmer que l'on savait et pratiquait. Mais en réalité, ce n'était que pour se donner un genre, un air, pour se donner bonne conscience aussi, parce que dès qu'on entrait un peu plus dans la vie d'adulte, à l'adolescence par exemple, on se retrouvait du premier coup le nez dans l'eau, et ce n'était sûrement pas de la faute à Rousseau, non, simplement à nos enseignants des classes antérieures, et à tous les adultes qui faisaient notre éducation depuis que l'on était venu au monde. On se ressaisissait bien vite, on reprenait du poil de la bête, du moins, on prétendait en reprendre. On disait que ce n'était rien, qu'on avait compris la leçon, alors qu'au fond, on était tout honteux de s'être laissé berner en n'ayant rien vu arriver de tout ça plus tôt, alors que notre coeur, notre âme et notre fierté étaient tout sanguinolents. Ce n'était pas facile la vie, alors, accepter de la mettre un temps soit peu dans les mains d'autrui, ce n'était pas la chose la plus aisée qu'il soit. Heureusement, il pouvait compter sur quelques âmes pures à qui il accordait une confiance aveugle, et Jaelyn Miller était de celles ci. Sauf que lui, comme un con, il n'avait pensé qu'à lui. Ce n'était pas la première fois de sa vie qu'il avait agi de la sorte, il y avait eu une première fois du temps d'Alice, quand il avait pensé à l'intérêt de Jude, sa fille, avant de penser à celui d'Alice, sa fiancée. Mais à cette époque là, les faits et les enjeux étaient tout autre. Là, il ne s'agissait pas d'un péril pour sa fille, ni même pour lui, pas plus pour Jae, et pourtant, il s'était éloigné, moins brusquement et définitivement qu'il ne l'avait fait avec Alice, mais tout de même quand même. Il s'était comporté comme un vrai égoïste, un égoïste complet et total, et c'était dur à accepter et à comprendre, parce que, dans le fond, c'était bien la première vraie grande fois dans toute sa vie, une fois où il n'avait pas l'excuse d'une protection de qui que ce soit. Les premières fois font toujours mal dit-on ... Pourquoi fallait-il absolument qu'il vérifie cette thèse, là, tout de suite, maintenant, en face de sa meilleure amie si effondrée.

Il n'y avait rien de plus dur, selon lui, que de contempler la fin de quelque chose dans les yeux de quelqu'un. Il en avait déjà fait l'amère expérience, à plusieurs reprises. La première fois, ça avait été très tôt dans sa vie, quand il avait demandé à sa mère pourquoi son père lui avait été enlevé comme pour le punir alors qu'il n'avait rien fait de mal, et que Chiara lui avait répondu calmement et posément. Il avait lu dans ses yeux que bon nombre de choses s'étaient envolées à tout jamais des rêves et de la vie de sa mère lorsque Kélian était mort : l'amour profond, véritable et durable pour un seul et même homme tout au long de sa vie, l'innocence, la naïveté, la compréhension de la justice et de la logique du monde aussi. Oui, bon, il n'avait clairement pas tout analysé de cette façon à l'époque, étant encore trop petit pour savoir quels mots mettre sur ses ressentis, mais il n'en demeurait pas moins qu'il en avait tout de même perçu toutes ces nuances, toutes ces émotions, tous ces concepts aussi. Et cela lui avait fait mal, mal de comprendre que, parfois, les choses nous échappent beaucoup trop pour qu'on puisse un temps soit peu en garder un total contrôle. Il avait compris, alors, que parfois, la vie était une vraie salope, et qu'elle nous embarquait dans de drôles de galères. La seule chose à faire, c'était alors de pagayer à toute vitesse dans l'autre sens, histoire de refuser que seul le courant de cette vie bien trop dangereuse emporte notre petite embarcation. A coup sûr, il y avait une chute vertigineuse dans le coin, et personne n'a réellement envie de faire le test de la survie ou de la mort, parce que, ne nous leurrons pas, il n'y avait pas d'autres alternatives que ces deux ci, et cela impliquait donc aussi l'absence mortelle de la possibilité de passer un arrangement à l'amiable, de trouver un terrain d'entente, et de faire aussi un compromis. Il n'avait pas besoin d'entendre les paroles de Jaelyn, parce que la voir regarder si tristement cette photo, et lire dans son regard, ça lui avait suffit pour comprendre que quelque chose s'était brisé entre eux. Il n'espérait cependant pas que ce soit irréversible, mais il était bien trop intelligent pour écarter cette possibilité là, possibilité qui restait envisageable à partir du moment où Jae était brisée et toute différente de la Jae qu'il avait l'habitude de côtoyer. Il n'en demeurait pas moins que ses paroles venaient lui fendiller le coeur, un peu plus que ce n'était déjà fait, et un mot un seul serait sans nul doute possible capable de réduire en miettes cette partie de son coeur qu'il avait autrefois entièrement dévoué à ces quelques vrais amis qu'il avait. Il lui resterait bien sûr cette autre partie, qu'il avait confié à sa fille, à sa cousine, à sa nièce, à Grace aussi, mais ce ne serait pas pareil, oh non, parce qu'il ressentirait toujours ce deuil de l'autre partie de son coeur, comme traumatisé par le syndrome du membre fantôme, si connu parmi les soldats. Comme à travers la brume du cauchemar le plus tenace, il la vit se lever, s'approcher de lui, et le pousser plus loin d'elle, alors que des larmes cascadaient sans discontinuité sur son si beau visage d'habitude si souriant et plein de vie. Chacun de ses mots frappait un coup supplémentaire dans son coeur, et la détonation retentissait jusque dans son âme. Il voulait tant fermer les yeux pour les ré-ouvrir par la suite et découvrir que tout ceci n'était qu'un mauvais rêve super réaliste mais loin d'être réel. Mais s'il le faisait, ce serait accepter la fuite, tenter de trouver un moyen d'atténuer tout ça, de rendre tout ceci faux et non avenu. Mais à chacune des questions posées par Jae, à chacune de ses exclamations, il se sentait perdre en force et en motivation. Il aurait tellement préféré pouvoir lui dire de l'oublier, pouvoir lui jurer qu'il ne reviendrait plus mettre sa zone dans sa vie, mais ce serait bien trop dur. Il n'allait pas quitter Ellington de si-tôt, même si, selon certaines personnes à qui il avait parlé très récemment, c'était la meilleure chose à faire dès que la possibilité en serait donnée. Jude avait passé toute son existence ici, Grace venait de s'y re-poser après plusieurs longues années d'absence, et on avait besoin de gens qui tenaient le coup ici, pas de gens qui fuyaient devant le premier problème venu, même si dans son cas, c'était loin d'être un simple petit problème futile et sans aucune espèce d'importance. Et entendre Jaelyn lui dire qu'elle n'en avait plus rien à foutre de tout un tas de choses, et en premier lieu, de lui, c'était tout simplement trop dur à supporter. Mais il n'allait tout de même pas lui dire de se la fermer, même si, peut être, aller savoir, cela remettrait les idées en place dans la caboche de la jeune femme. Il se disait que ce n'était tout simplement pas une chose à faire, raison pour laquelle il s'abstint et que l'idée resta comme amorphe dans son esprit. Elle semblait de plus en plus tirer un trait sur eux deux, sur leur amitié, et ne proposait aucune réelle porte de sortie plus douce, aucune alternative à la séparation de leurs deux êtres formant cette entité si forte qu'avait été leur amitié, et il avait tellement besoin de toujours l'avoir dans sa vie pourtant ... Alors qu'elle retournait s'assoir sur son lit, sans vraiment le regarder dans les yeux, et dans l'expectative probablement, malgré tout, de sa réponse, il contracta durement la mâchoire, tentant de réguler à la fois son coeur qui s'emballait bien trop vite sous le coup de la douleur, et ses larmes qui commençaient à lui piquer les yeux.

« Je veux pas te perdre Jae, parce que ce serait trop dur à supporter, mais à t'entendre parler, j'ai l'impression que c'est trop tard, et moi, j'ai rien vu venir, parce que j'ai fermé les yeux. Pour la première fois de toute ma vie, j'ai fermé les yeux, j'ai baissé les armes, j'ai refusé de me battre, alors que ... Alors que, merde, t'es l'une des filles qui compte le plus à mes yeux, surtout parce que tu t'es liée à moi sans t'en sentir obligée par un quelconque lien de sang ! Mais tout m'a semblé d'un coup trop dur à supporter, à endurer, et ... J'avais même pas le courage de me laisser aller dans les bras de qui que ce soit. J'en avais juste assez de sans cesse devoir accabler ceux que j'aime de mes soucis, et c'était tellement plus simple de me laisser dépérir chez moi, sans chercher à vaincre l'adversité. Alors, pendant tout le temps où tu avais besoin de moi, j'étais là bas, chez moi, me déconnectant peu à peu de cette vie qui me semblait trop dur, j'étais pas là où je devais être, à tes côtés. Je suis désolé ... » Une larme solitaire coula le long de l'une de ses joues, le jeune homme parvenant encore quelque peu à retenir toutes les autres perles salées. Le jeune homme ne pleurait pas souvent, parce qu'il y avait en lui cette force et cette retenue, comme s'il refusait d'imposer sa peine aux autres, de les mettre dans l'embarras et de les obliger à le consoler. Cependant, il refusait de se comporter ainsi avec Jaelyn, parce que même si, de plus en plus, il sentait le goût acre de ce qui semblait se profiler comme une rupture de leur amitié, Jaelyn restait dans son coeur sa meilleure amie. « Je me souviens de notre rencontre comme si c'était hier, tout comme je me souviens avoir compris que je devais jamais te lâcher, parce que tu étais celle qu'il me fallait. Quand tu t'es nichée la première fois tout contre moi, ça a juste été parfait et ... Et j'ai merdé, j'ai tout fait foiré, alors que tu m'as jamais repoussé auparavant, pour quoi que ce soit. J'en crèverais si tu me demandais de sortir de ta vie, mais je suppose que je dois te laisser partir, et te laisser me foutre hors de ta vie si je tiens autant à toi que je le penses. Mais je veux juste pas ... » S'approchant doucement d'elle, il se posa sur le lit, alors que de nouvelles larmes cascadaient le long de ses joues. D'un geste tremblant, mais qui se voulait malgré tout le plus assuré possible, il se saisit de l'une des mains de Jae, du moins, du bout de ses doigts, de peur qu'elle ne la retire précipitamment. Il fallait qu'il sache, qu'il comprenne. « Est-ce que tu crois qu'il nous reste une chance pour que tout s'arrange, pour que tout redevienne comme avant ? Je suis prêt à endurer tous tes châtiments pour ce que j'ai osé faire, ou plutôt, pour tout ce que je n'ai pas fait, si je sais qu'au bout du tunnel, tu seras là ... »
Revenir en haut Aller en bas
http://in-nomine-mens.bbactif.com

Jaelyn N. Miller


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Dodixe
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Leighton Meester
✾ MES CRÉDITS : Dodixe & LJ
✾ MON MOI² : None
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 18/07/2009
✾ MES MESSAGES : 1192

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 26 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Serveuse & Chasseuse


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: Follow the sin's way, Dji Kay ! [HEADS GAME JUSQU'AU 23.10]   Mer 15 Sep - 8:23

    Si elle lui brisait le cœur ? Peut-être… oui, Jaelyn avait conscience de peut-être être en train de détruire quelque chose en Jackson, alors que ses mots dépensaient certainement sa pensée, obscurcie, noircie parce la bouteille d’alcool qu’elle avait déjà bu. Elle ne le niait pas, ce soir elle n’était pas dans son état normal, Jack avait certainement du s’en douter lorsqu’il avait eut le plaisir de franchir la porte d’entrer et qu’elle avait vu la bouteille presque vide qu’elle avait dans la main, l’état lamentable dans lequel elle laissait son appartement mais plus encore, l’état lamentable dans lequel elle était, elle, Jaelyn. Car oui, la chose qui pouvait le plus frapper toute personne qui entrait dans cette pièce, ce n’était pas tellement son état, peut-être désastreux et un peu embêtant mais pas irréversible, ou plus encore, mais pas déprimant. Non, ce qui était le plus déprimant, le plus douloureux, c’était sûrement de voir le visage de Jaelyn alors qu’elle vous ouvrait la porte… Parce que oui, lorsqu’on découvrait ce qu’était devenue la jeune femme habituellement quelque peu hâlée, maquillée, belle, délicate, souriante, avec de longs cheveux blonds coiffés de façon élégante, des vêtements certes simples mais propres sur le dos… Là, c’était une toute autre personne qui vous faisait face alors que la même porte s’ouvrait : Une jeune femme était là, son regard éteint, sa peau blanche, ses yeux fatigués dont la blancheur est striée d’un ou deux trait rouge passant dedans, visage endormit, une allure misérable et des vêtements sales car, oui, vous les aviez déjà vus deux jours plus tôt… Elle n’était que l’ombre d’elle-même, de ce qu’elle avait été. Elle était dans la déchéance, elle n’était plus Jaelyn Norah Miller, seulement une ombre au tableau, une erreur, à effacer, à corriger… Elle ne blâmait personne pour l’état dans lequel elle se trouvait aujourd’hui, même pas Dean. Pas lui parce qu’après tout il l’avait trompée, certes, mais elle aurait très bien pu réagir, rebondir, ne pas se laisser aller comme elle l’avait fait. Elle aurait du se bouger, elle aurait du continuer à vivre sa vie, même si elle avait le cœur brisé, même si ce qu’avait fait Dean l’avait laminée toute entière. Elle ne pouvait nier que sans lui elle se sentait vide, sans réel intérêt et que toute cette histoire ne représentait qu’une décente lente et sanglante vers les enfers. Elle ne chassait même plus, trouvant qu’aller faire comme lui n’était sûrement pas une très bonne idée car rappelons tout de même que lorsque Monsieur avait tenté de s’occuper et de l’oublier en allant faire mumuse avec un démon, il était tombé sur Belzébuth et, qui plus est, il s’est fait défoncer comme jamais dans sa vie et avait fini tout droit à l’hôpital. C’était même une chance qu’il ne soit pas mort, dieu merci ! Si il était mort elle aurait sûrement été dans un état bien pire, déjà que le voir dans ce lit d’hôpital l’avait rendue mi-stoïque, mi-abattue. Enfin, ce stoïcisme, c’était seulement une façade qu’elle s’était donnée devant lui car, alors qu’elle avait pris la fuite comme une voleuse, ayant grappillé au passage, pas mal d’information sur son agresseur, ses possibles motivations et aussi un certain ange qui l’aurait emmenée vers lui… Peut-être qu’à la place de rester chez elle à boire et à s’empiffrer de chocolats, elle aurait du se mettre à la recherche d’information sur cet ange, sur ses motivations à envoyer Dean dans un magnifique coupe-gorge. Etait-ce possible que certains anges soient du côté du mal ? On pouvait bien le penser, comme on pouvait penser que certains démons étaient du côté du bien… Ce qui était beaucoup moins plausible, cela-dit ! Enfin bref, tout cela était pour dire à quel point Jaelyn n’était pas dans le meilleur des états, elle ne l’avait pas été depuis bien longtemps, depuis ce triste jour où elle avait appris de la bouche d’un Dean Winchester complètement ivre que… qu’il l’avait trompée. Voilà, c’était dit, c’était fait. Aujourd’hui elle était la plus belle cocue de tout Ellington après avoir été la fille qui couche avec tout le monde juste pour le plaisir. Elle avait sentit la claque revenir sec ce soir-là, surtout qu’il était ivre et qu’il parlait pour ne rien dire… Et puis il y avait cette question qui la taraudait, qui lui faisait du mal : L’aurait-il dit sans les effets de l’alcool ? Aurait-il eut le courage de lui avouer sa faute plutôt que de continuer à profiter d’elle, de ses charmes, comme il l’avait fait jusqu’alors ? L’amour n’était pas une raison valable, l’amour n’expliquait pas tout, le destin non plus alors ça n’était pas passé… Parce que l’amour ne pardonne pas tout non plus… Et chez Jaelyn, plus que chez n’importe qui, la confiance était la clef, il l’avait brisée, à lui de se racheter pour pouvoir en avoir une autre ou sinon, qu’il l’oublie et la laisse tranquille…

    Une autre personne qu’elle souhaitait voir quitter sa vie ou, tout du moins, son appartement aujourd’hui, c’était Jackson Miller ! Celui-là, il ne perdait rien pour attendre ! Alors qu’elle avait déjà une bonne bouteille de bourbon dans le ventre, l’alcool se diffusant lentement dans son système sanguin, elle avait le droit d’utiliser ses dernières minutes de totale lucidité pour lui balancer en pleine face tout son ressentit sur son attitude qu’elle avait jugée dégueulasse et indigne de celui qui se disait être son « meilleur ami ». Plus qu’en Dean, elle avait une confiance quasi absolue en lui, elle ne s’imaginait pas une seconde pouvoir tenir la route sans lui, sans son soutient, comme lui avait eut le sien à tous les instants sombres de sa vie à Ellington. Elle avait été là pour s’occuper de sa douce petite fille, s’était entichée d’elle comme de sa petite nièce et elle comme de sa tante, elle avait pris soin de lui lorsqu’il était au plus bas. Elle lui avait sortit la tête de l’eau, lui avait fait ses petits-déjeunés, ses déjeunés et ses diners lorsqu’il était rattrapé par son passé douloureux et qu’il ne se sentait capable que d’une chose : s’autodétruire. Elle avait été là à chaque instant, chaque minute, chaque seconde, le prenant par la main, serrant celle-ci fort dans la sienne et l’aidant à voir autre chose que le noir du passé, l’aidant à deviner derrière les nuages orageux le soleil pointant le bout de son nez, diffusant une agréable petite lumière chaude sur son visage. Elle n’allait pas jusqu’à dire qu’elle était la seule personne à avoir été là pour lui mais elle pensait avoir été l’une des plus ferventes, la seule qui l’ait obligé à venir dormir chez elle, dans son lit, avec sa petite Jude, le réconfortant de ses anciens démons. Elle avait pris soin de cette petite famille comme son oncle et sa tante avaient pris soin d’elle lorsqu’elle était arrivée ici, elle s’était entichée d’eux, d’elle, de lui. Ils formaient sa petite famille à elle, elle les aimait. Et puis Jack n’avait plus donné de nouvelles à cet instant où elle avait besoin de lui. Il l’avait laissée tombé, en plan. Elle avait eut beau téléphoner, laisser des messages, parfois même lorsqu’elle était complètement ivre, en larmes, lui criant toute sa peine aux oreilles, cela n’avait rien changé, tout ce qu’elle avait eut c’était un Sam Winchester ivre… Quoi que… Il avait été un soutient qu’elle n’aurait jamais imaginé, beaucoup plus fort qu’elle ne l’espérait, lui redonnant un peu de courage face à cette sale période qu’elle traversait. Il l’avait aidée, beaucoup plus que Jackson ne l’avait fait et pourtant Sam était loin d’être son meilleur ami… Aujourd’hui elle se trouvait face à lui et elle ne se sentait pas d’attaque à le voir, trop chamboulée par ces semaines de silence. Il fallait qu’elle digère, il fallait qu’elle face passer la pilule, elle ne pouvait rester stoïque lorsqu’il s’agissait de Jack, parce que lorsqu’on promet de toujours prendre soin de quelqu’un, on tient parole. Hors, Jackson n’avait pas tenu sa promesse et l’avait clairement ignorée, avait ignoré ses messages, ses appelles au secours. Elle avait beau avoir toujours besoin de lui, terriblement besoin de lui, elle se sentait tellement trahie et abandonnée que donner une nouvelle fois sa confiance allait devenir quelque peu ardu. C’est pour cette raison qu’elle venait de lui dire toutes ces choses, qu’elle venait de l’apostrophé, qu’elle venait de le virer de chez elle comme si elle le virait de sa vie. Pourtant en elle brulait encore la flamme qu’il y avait toujours eu pour lui, elle avait beau être devenu un petit brasier, il n’était pas mort, cette amitié n’était pas morte pour elle, loin de là alors, il fallait bien qu’elle arrête un peu de le détruire comme elle le faisait en ce moment et se laisse aller à lui dire aussi à quel point elle l’aimait… Ils étaient tellement bien sur cette photo, le verre était pourtant brisé, elle était toujours intact, elle l’aimait toujours cette photo comme elle aimait toujours son meilleur ami…

    Alors lorsqu’il s’assit à côté d’elle, elle ne pu s’empêcher de tourner son visage voilé de larmes vers lui, l’observant comme pour chercher en lui une façon de tempérer les choses. Pourquoi fallait-il qu’elle commence culpabilisé maintenant que toute sa rage était partie en mots ? La rancœur avait enfin pu être traduite et maintenant qu’elle avait été libérée, il restait une Jaelyn chamboulée et culpabilisante. Lorsqu’il commença à parler, elle ne pu s’empêcher d’avoir un petit sursaut, les larmes lui revenant aux yeux alors qu’elle écoutait le plus silencieusement ce qu’il avait à lui dire, elle détourna même les yeux, les posant sur ses mains, se refusant à le regarder de peur de ne pouvoir plus rien répliquer, de rester mal alaise. Maintenant qu’elle lui avait fait comprendre à quel point il lui avait manqué, à quel point elle avait eut besoin de lui, elle se rendait compte qu’elle l’avait plus blessé qu’autre chose, qu’elle avait mal agit avec lui, enfin, elle commençait à culpabiliser surtout parce qu’elle sentait pointer les larmes sur ses joues dans le son de sa voix et ça, c’était presque déchirant. Le pire était que, alors qu’il parlait, il s’enfonçait un peu lui-même : Il disait qu’il ne s’était plus sentit assez fort pour endurer les épreuves de la vie ? Mais à quoi elle servait alors elle ? Elle aurait pu l’aider ! Elle aurait été là pour lui, il le savait, l’avait toujours alors pourquoi fallait-il qu’il se recroqueville sur lui-même ! Ca ne lui ressemblait pas, ce n’était pas le Jack qu’elle connaissait ! Elle eut un petit sourire lorsqu’il se mit à parler de leur rencontre. Elle s’en souvenait aussi, de chaque instant, comme si c’était hier, il y a quelques heures mêmes. Un instant gravé dans sa mémoire à vie parce qu’il représente un tournant de sa vie qu’elle avait adoré passer avec lui, avec Jack. Elle fut prise au cœur alors qu’il continuait à parler, se rendant compte à quel point il lui avait manqué, à quel point elle tenait à lui. Elle était folle de ce jeune homme qui réussissait toujours à rendre à sa vie ses couleurs douces. Elle sentit le lit bouger alors que la présence de Jackson se faisait sentir tout prés d’elle, il était là… Après tout, vaut mieux tard que jamais… Elle se laissa faire lorsqu’il prit sa main, sursautant légèrement malgré tout. Elle la serra dans la sienne et se laissa aller à soupirer longuement, observant leurs mains entrelacées comme ils l’avaient fait tellement fois. Mais aujourd’hui représentait beaucoup plus qu’un symbole de pardon ou d’amitié, ça représentait à quel point les deux Miller étaient attachés l’un à l’autre, à quel point leurs vies respectives n’avaient aucun sens sans l’autre, à quel point ils s’étaient manqués lorsqu’ils avaient étés loin l’un de l’autre. S’il restait une chance ? Bien sur, ils avaient toujours une chance de tout changer, ils pouvaient tout changer s’ils le voulaient vraiment, ce n’était pas à elle de poser la question, c’était plutôt à elle de dire ça à Jack parce que ce n’était pas elle qui avait lâché son meilleur ami… Elle tourna alors son visage vers lui, le regardant dans le blanc des yeux. Elle se permit de sourire et passa le bout de ses doigts sur le dos de sa main dans une caresse douce et mélancolique. « T’es mon meilleur ami… J’ai peut-être eu le cœur brisé après ce que tu m’as fait, cela ne veut pas dire que je peux ne plus vouloir de toi… J’étais énervée… J’avais besoin de toi Jack… Mais si tu te sentais aussi mal tu aurais du venir me voir parce que c’est ce que t’as toujours fait… Qu’est-ce qu’y t’arrives ? Je comprends plus… Enfin… Je ne pourrais pas vivre sans toi… Regardes où j’en suis aujourd’hui… J’suis pathétique… J’ai besoin de toi… De mon meilleur ami… ». Elle lui lança un regard penaud et ouvrit lentement les bras comme pour l’inciter à venir contre elle pour lui faire oublier un peu tout ce qui venait de se passer…

_________________

    ✔ Sexyness is my second name...
Revenir en haut Aller en bas

Phoenix H. Lawrence


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Twix
✾ MA CÉLÉBRITÉ : DiannaSexyAgron
✾ MES CRÉDITS : Me, I & Myself
✾ MON MOI² : None
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 22/07/2009
✾ MES MESSAGES : 470

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 printemps
✾ STATUT SOCIAL : Mère célibataire
✾ SON EMPLOI : Stripteaseuse


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: Follow the sin's way, Dji Kay ! [HEADS GAME JUSQU'AU 23.10]   Dim 26 Sep - 1:56

C'était une sensation tellement agréable que celle de savoir qu'il y aurait sans cesse cette personne unique et sans rivale auprès de vous, cette personne qui vous ouvrirait la porte à n'importe quelle heure du jour et de la nuit, alors qu'il pleuvait des cordes, qu'on se les caillait, qu'elle était si bien, au chaud dans son lit, alors que vous vous étiez trempé jusqu'aux os et que vous veniez de sonner à sa porte sans discontinuité pendant de bien longues secondes, voire même de bien longues minutes. On est tous humains, malgré tout, alors, on a forcément des points communs, des faiblesses communes à tous aussi. On avait beau faire, on avait beau se défendre et prétendre que tout allait parfaitement bien et que rien ni personne ne pourrait nous faire chuter, la réalité était toute autre. L'être humain n'était pas fait pour évoluer seul sur le long chemin de la vie, pas plus qu'il n'était fait pour être cette chose asociale, perdue, désorientée, sans repère, sujette à tous les maux du monde ou presque. L'être humain était fait pour évoluer en groupe, pour vivre en collectivité, et ces principes débutaient dès qu'on était deux. Bien sûr, c'était bien mieux lorsqu'on était nombreux, nombreux et soudés, mais, bon, on n'a pas toujours ce que l'on désire, et il semble bien qu'il faille que certains se trouvent bien moins chanceux que d'autres. C'est la vie qu'on dit, le destin. Peut être qu'au final, on se bat juste bien trop contre l'inévitable, tout ça parce qu'on pense stupidement que ce que le destin nous réserve un temps soit peu est bien maigre par rapport à nos espérances et espoirs les plus fous. Peut être qu'au final, on s'épuise à nager à contre courant alors qu'il nous suffirait juste de nager quelques temps dans cette direction du flux d'eau qui nous est indiquée par la destiné, pour mieux fausser compagnie à ce flux principal au détour d'un croisement, d'un embranchement entre ce fleuve que l'on pratique et cette rivière qui part sur la gauche, sillonnant légèrement et semblant bien plus calme, ouvrant vers de nouveaux horizons qu'on est loin d'avoir encore exploré. Peut être qu'au final, c'est ça l'intelligence d'esprit : savoir nager dans le bon sens pendant quelques temps et savoir au moment le plus opportun suivre sa propre voie, celle que l'on a choisit, celle qui émane de notre propre choix personnel, effectué sans aucune pression, juste parce qu'on l'a choisit cette voie là et pas une autre. Durant toute sa vie, Jack' avait tenté de se battre contre son destin, contre la moindre petite parcelle de ce que la vie mettait sur son chemin, et il en était ressorti fatigué, exténué, épuisé. Il n'avait pas compris jusqu'au jour de sa rencontre avec Jae que, parfois, la vie décide de nous conduire vers une période d'accalmie et qu'elle nous récompense en nous faisant rencontrer des gens qui n'avaient pas leur pareil, des gens qui vous attrapaient le coeur et l'âme au premier regard, pour ne plus jamais réellement totalement vous les restituer. Il s'était dit qu'arriver ici, à Ellington, et rencontrer Jae, ça n'avait été possible que parce qu'il s'était rebellé contre son destin, alors qu'au final, peut être que c'était bel et bien son destin que de faire cette formidable rencontre, allez savoir. On ne sait jamais réellement à quoi s'attendre avec la vie, alors comment pourrait-on être en mesure de dire si oui ou non telle ou telle chose était conséquence ultime d'une des décisions de la vie ?

A l'inverse, il n'y avait pas pire sensation que celle de se savoir seul et démuni pour gérer les situations de crise. La majorité du temps, se retrouver seul et sans personne pour nous soutenir lorsque l'on sentait nos jambes ne plus nous porter et que l'on se savait donc en train de tomber, c'était uniquement notre faute. Nous étions tous des meurtriers dès qu'il s'agit d'amour, d'amitié, de haine aussi. Contrairement à ce que l'on pouvait croire, ce n'était pas dans la haine que l'on exprimait au mieux ce penchant sado-masochisme qu'était celui constituant à tout détruire sur son passage. Certes, c'était le premier exemple qui nous venait à l'esprit, sans doute parce que c'était le plus visible et qu'en bon flemmard, on se contentait bien souvent de regarder au lieu d'observer. On ne cherchait pas à savoir ce qui se cachait derrière tous ces masques, on ne cherchait pas à craqueler ce verni plus ou moins doré qui recouvrait un peu tout. On se contenait très souvent de prendre les choses comme elles semblaient être constituées, sans doute parce qu'on avait été échaudé par une expérience précédente, ou alors parce que personne ne nous avait jamais appris que les apparences sont sans cesse trompeuses, que personne ne nous avait jamais expliqué qu'il y avait tellement de choses bien plus belles à découvrir si on se donnait un temps soit peu la peine de chercher à les découvrir, de partir à leur découverte. On ne faisait que briser entre nos mains dont ce que l'on était parvenu à force d'effort, d'espoir et d'espérance à bâtir, un peu comme un gosse capricieux va briser entre ses petites mains potelées ou non ce cookie que sa mère avait pourtant préparé avec amour en pensant lui faire plaisir en l'en régalant. On sortait tous avec nos haches, nos tronçonneuses, nos guillotines aussi, partout où l'on allait, afin d'être sans cesse prêt à porter le coup de grâce, l'estocade finale, le but étant uniquement de s'en sortir soi. Si l'autre finissait dans un bien sale état, pissant le sang comme jamais, si l'autre était au bord de la mort, affalé sur le seuil et prêt à en crever, et bien tant pis. On partait du principe qu'il s'agissait là d'une simple application de la loi du plus fort, alors, pourquoi chercher à aller à l'encontre de cela ? Où était l'intérêt ? Quelle leçon et privilège allait-on bien pouvoir en tirer ? Jackson était un jeune homme à peu près comme les autres, alors bien sûr qu'il n'échappait pas à la règle, même si, il fallait bien l'avouer, avant Alice, il n'avait jamais décidé de sombrer au côté obscur et de se laisser tomber dans ce penchant abjecte et bien trop facile, rebutant et effarant. Mais l'histoire entre Alice et lui était bien différente de celle entre Jae et lui, et pourtant, le résultat semblait tellement être le même dans les deux cas. Il leur avait fait du mal, les avait mises plus bas qu'elles ne l'étaient précédemment, et de ça, bien sûr qu'il s'en voulait. Pour réparer les choses entre son ex fiancée et lui, c'était trop tard, bien trop tard. Maintenant, il y avait ce foutu ange en Alice. Mais à ce qu'il en savait, Jaelyn demeurait encore être Jaelyn, sans squatteur à l'intérieur de son enveloppe corporelle. Sauf qu'il y avait ce quelque chose qui clochait, qui ne cadrait pas du tout avec la demoiselle. Il s'en voulait de ne pas encore parvenir à mettre le doigt dessus, et par la même occasion, de trouver le nom de cette fameuse chose qui rendait sa meilleure amie si étrange et différente.

Mais pour le moment, il préférait tellement tenter de se concentrer sur ce qui prenait à nouveau place entre eux. Il était prêt à le jurer sur la vie de sa fille, mais tout à l'heure, lorsqu'il était entré chez la jeune femme, jamais celle ci ne l'aurait laissé lui prendre l'une de ses mains pour la serrer entre les deux siennes, jamais. Jaelyn était encore trop émotionnelle et pleine d'une rancoeur tellement justifiée que cela serait le coeur du jeune homme. Mais maintenant, elle se laissait faire, même s'il n'avait pas pu passer à côté de ce petit sursaut qu'elle avait eu en réaction. Mais il n'en demeurait pas moins qu'elle ne fuit pas, qu'elle ne retira pas sa main en prétextant qu'elle était sienne, et qu'elle était donc seule en mesure de décider ce qu'elle faisait avec et si oui ou non elle autorisait qui que ce soit à s'en saisir. Il avait tellement besoin de réponse, tellement besoin de savoir qu'il n'était pas trop tard, que malgré tout ce que Jae pouvait ressentir, elle n'excluait pas que tout redevienne à la normale entre eux, et ce même si c'était un jour, dans très longtemps. Il écouta très prudemment ce que dit la jeune femme, dont la voix était moins chancelante qu'auparavant, sans doute parce qu'elle se trouvait bien moins noyée dans un flot de larmes lourdes et pleine de sens. Il ne désirait n'en manquer aucune miette, lui qui avait tellement de retard et de moments d'absence à rattraper auprès de Jaelyn. Et il ne pouvait qu'agréer ses paroles, et tout ce qu'elle avait à lui dire, tout ce qu'elle lui disait même. Cela semblait comme émaner directement de leur âme à tous deux ... Il ne put s'empêcher de sentir son coeur bondir dans sa cage thoracique, prison osseuse qui retenait ce dernier prisonnier, lorsqu'il vit Jaelyn lui lancer ce regard penaud et digne du plus mignon des chiots Cocker. Il ne put non plus empêcher ce sourire de naître sur ses lèvres, les tirant quelque peu parce qu'elles étaient figées à force de ne pas sourire depuis ces derniers temps. Il n'eut pas besoin de plus de moment de réflexion que cela en la voyant entrouvrir ses bras, pas plus qu'il ne mit de temps à venir tout contre elle, pour l'attirer contre lui et la serrer dans ses bras. D'un geste de réflexe très rapide, il ferma les yeux et vint enfouir son nez dans la chevelure en cascade blonde de la jeune femme, respirant à plein pot l'odeur de son shampooing. Cerise, fruits rouges, fraise, ou quelque chose dans le genre, quelque chose qui avait bien le mérite de le faire sourire. Elle ne le voyait pas, et donc, il pouvait sourire tout son grès sans craindre qu'elle n'en vienne à penser qu'il se foutait d'elle et donc, dans le même temps, de tout ce qu'elle pouvait souhaiter, dire et faire. Mais il se reprit bien vite, non sans ne pas bouger d'un millimètre dans tout ce que les parties de son être étaient en occupées à faire. « Je pouvais pas Peachy, c'était comme impossible ... Je ... Je trouvais ça normal que de sombrer dans cette phase si étrange, comme si je me coulais dans un bon bain chaud tout plein de bulles, hypra confortable et accueillant. J'aurais dû me battre, me défaire de tout cela, mais j'y parvenais pas ... Il a fallu que cette emplumée se pointe une énième fois et que Grace manque de me violer pour que j'accepte un court instant d'écouter la voix de la raison, et que je comprennes les enjeux d'à peu près pas mal de chose. Il parait que c'est la faute de Méphisto, un truc dans le genre, et que nous autre humains sommes dans l'incapacité de lui résister. Grace est tombée dans le panneau aussi et ... » Se décollant quelque peu de l'étreinte, ne serait ce que pour pouvoir regarder la jeune femme dans les yeux, et voir autre chose que l'intérieur de ses propres paupières, le jeune jeta un rapide coup d'oeil autour de lui, alors que dans le même instant, il se remémorait tout un tas de choses qu'il avait constaté depuis qu'il avait pénétré dans l'appart' de Jaelyn après une si longue absence. Sans être un mec qui avait le souci du plus minutieux détail, il était venu ici assez de fois pour constater que certaines choses avaient plus que bien changé. De plus, il connaissait bien la jeune femme, et lorsqu'elle avait une peine, de coeur ou autre, certes, elle mangeait, mais pas autant qu'il avait pu le constater, surtout qu'il y avait des boîtes de chocolat vides à plusieurs endroits. Il était même prêt à jurer qu'elle avait blindé le moindre de ses tiroirs de petites friandises sucrées-chocolatées. « A part ma désertion, y a t-il des choses anormales qui se sont produits dernièrement dans ta vie ? Peut être que toi aussi, t'as été prise en grippe par ce Méphisto ... » Bien sûr, il n'avait rien d'un chasseur, au contraire, et il était loin de se douter que Jaelyn était l'une d'entre eux, même s'il n'avait pu s'empêcher de se demander si ce n'était pas peut être là une chose possible. Après tout, son ex était devenue la dernière robe à la mode d'une emplumée, tout pouvait donc arriver ! Mais il cessa un instant de froncer si consciencieusement les sourcils, et posa ses mains de chaque côté du visage de la jeune femme, l'attirant encore plus à lui, avant de plonger son regard dans le sien. « Je vais nulle part, plus jamais, plus jamais sans toi en tout cas, je te le promets. » Il déposa un tendre baiser sur ses lèvres, comme ils avaient l'habitude de le faire depuis qu'il se connaissait. Ce n'était là qu'un geste des plus amicaux, qu'ils avaient plus ou moins cessé avec le temps, parce que, bon, Dean était arrivé dans la partie et que le jeune homme n'était pas bien sûr que celui ci sache bien comprendre la nuance dans ce baiser. Jack' ne cherchait pas à se taper Jae, juste à lui remémorer l'un de ces petits rituels bien à eux, histoire de pouvoir rassurer la jeune femme. « T'as rien de pathétique, tu t'es juste perdue en chemin, comme moi. »
Revenir en haut Aller en bas
http://in-nomine-mens.bbactif.com

Jaelyn N. Miller


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Dodixe
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Leighton Meester
✾ MES CRÉDITS : Dodixe & LJ
✾ MON MOI² : None
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 18/07/2009
✾ MES MESSAGES : 1192

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 26 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Serveuse & Chasseuse


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: Follow the sin's way, Dji Kay ! [HEADS GAME JUSQU'AU 23.10]   Dim 10 Oct - 1:49

    Destin ? Qui a parlé de destin ?! Si on pouvait bien prononcer un mot qui rendait folle Jaelyn, c’était bien le mot « Destin » parce que pour elle, le destin n’était qu’une chose futile créée pour tenir en laisse le monde entier et l’empêcher de penser par lui-même, d’agir par lui-même et d’affronter en face ses problèmes. C’est pour cela que la notion de destin était totalement étrangère à la jeune femme, qu’elle n’acceptait pas l’idée que quelqu’un la tenait comme une marionnette et lui fasse faire telle ou telle chose seulement parce qu’il s’appelait « le destin » et qu’il contrôlait tout et tout le monde. Comme si le futur était marqué sur une pierre et qu’on ne pouvait pas y changer quelque chose, que tout était fait pour arriver et que si ça arrivait, il ne fallait s’en vouloir, il ne fallait pas se faire du mal, il ne fallait pas être triste, il ne fallait pas tout faire pour changer les choses parce que, après tout, c’était dieu ou une force suprême basée au-dessus de nos têtes qui réglait tout ça et que, de toute façon, on avait pas besoin de changer les choses vus qu’elles étaient faites pour arriver et qu’on y peut rien. Non ! Jaelyn n’était pas d’accord avec tout cela ! Elle savait très bien que le destin n’était qu’une jolie fabulation qui voulait endoctriner les gens et les empêcher de faire ce qu’ils voulaient librement ! Ca enlevait la liberté et ça c’est la chose la plus importante pour Jaelyn, sa liberté… La seule qui avait une réelle importance dans le monde de Jaelyn était sa liberté, celle qu’on lui avait enlevée lorsqu’elle était jeune, celle qu’elle avait perdu alors que ses parents ne prêtaient même plus attention à elle et lui détruisaient la vie à l’oublier comme si elle n’était qu’un morceau de gâteau qu’on jette lorsqu’on pense qu’il doit être périmé. Pourtant Jaelyn n’était pas périmée et elle avait bien pris le soin de reprendre sa liberté sans-même leur demandé leur avis, pensant légitimement que, de toute façon, ils n’en auraient rien à faire et tant mieux d’ailleurs car elle en avait profité pour prendre tout l’argent qu’elle avait dans son compte et que ses parents avaient pensé bon de cacher un peu partout dans l’appartement juste devant le nez de leur fille, chose à ne pas faire s’ils ne voulaient pas se retrouver un jour avec tout cet argent ayant disparu. Et c’est ce qui était arrivé car, alors qu’ils étaient tout deux en voyage d’affaire et que les employées de maison en avaient profité pour prendre un petit congé, elle avait choisit de prendre tout et de s’enfuir jusqu’aux Etats-Unis pour y retrouver un semblant de famille dont elle ne connaissait strictement rien ! Folle ?! Oui ça elle l’était et c’était bien ça le mieux chez elle ! Elle était folle d’agir comme ça mais elle avait fait le bon choix parce que quelques temps plus tard, elle trouvait son oncle et sa tante et filait le parfait bonheur dans une vie un peu pitoyable mais qu’importe, elle était enfin libre d’avoir un semblant d’amour, de pouvoir tout ce qu’elle voulait et de pouvoir gérer sa vie comme bon lui semblait ! Enfin, le destin ne l’avait sûrement pas poussée à faire tout cela, bien au contraire, elle avait du aller dans le sens contraire du destin parce que celui-ci aurait bien pu dire que Jaelyn vivrait toute sa vie sous la tutelle de ses parents seulement pour avoir toujours de l’argent à flot et épouser un homme tout aussi riche pour finalement ne jamais être amoureuse de lui ! Quel joli destin que celui-ci ! Alors non, Jaelyn n’aimait pas le destin, elle préférait être libre, libre comme l’air et emmerder tous ceux qui croyaient que le destin pouvait exister parce que non, il n’existe pas, une fois pour toute ! Et elle assumait tout ce qu’elle avait fait et ne mettait surtout pas chacun de ses actes sur le dos du pauvre destin qui s’en prenait déjà assez dans la tronche chaque jour que dieu fait !

    Enfin le destin n’avait obligé Jack à ne pas venir la voir pendant tout ce temps, à l’ignorer et faire comme si madame n’existait pas. C’était presque inadmissible, elle ne pouvait même pas y croire, elle lui en voulait tellement que si elle avait pu lui mettre une claque elle l’aurait fait, malheureusement pour elle il était sûrement plus rapide et lui aurait attrapé violement le bras pour la retenir alors, plutôt que de se faire avoir comme une idiote, elle préférait largement ne pas agir et garder toute cette violence en elle et s’enfuir dans sa chambre. Ce qui n’empêchait pas Jack de la suivre… Si seulement elle avait pu lui mettre une claque pour qu’il comprenne qu’elle ne souhaitait en aucun cas lui adresser la parole parce qu’elle était tellement déçue qu’elle n’en avait rien à faire de ses possibles explications qu’elle pensait inacceptables parce qu’elle, elle avait été là pour lui et ce même lorsqu’elle était dans de très mauvais états et puis, si il allait vraiment mal, il aurait du venir la voir et puis merde ! Elle n’aurait pas du craquer… parce qu’elle avait craqué ! Elle avait accepté d’écouter ses paroles parce qu’après tout elle tenait à lui et elle avait beau lui en vouloir au plus haut point, elle ne pouvait s’empêcher de tenir à lui parce qu’il était son meilleur ami, la seule personne à l’avoir réellement comprise et malgré toute cette rancœur, il fallait avouer qu’elle ne pouvait pas lui résister parce que plus que tout, elle avait terriblement besoin de lui aujourd’hui et ce même si elle avait déjà eut le soutient d’une personne qui n’était pas du tout Jack… Oui, elle avait eut le petit frère de Dean qui l’avait aidée à tenir le cap et c’était même le seul à avoir été là alors qu’il n’était pas le genre à vraiment aimer la jolie blonde alors ce soir il avait eut du mérite et elle le lui redevait bien parce que la laisser pleurer toutes les larmes de son corps contre lui était sûrement une grande épreuve pour lui… Oui… Ce soir-là, Sam avait remplacé Jackson parce que ce dernier était aux abonnés absents depuis quelque temps. Pas de nouvelles. Rien. Nada. Niente. Et ça ne lui ressemblait pas en plus ! Lui qui venait aux nouvelles, lui qui voulait toujours savoir ce qui s’était passé dans le roman photo de Jaelyn, mais qu’était-il arrivé ?! Il ne répondait même pas aux appels qu’ils soient sur son portable comme sur téléphone fixe, il ne répondait pas non plus lorsqu’elle était venue une fois sonner à sa porte alors elle avait bien de quoi lui en vouloir ! Et pourtant la voilà qui faisait des concessions et acceptait de mettre derrière sa rancœur pour qu’ils se réconcilient parce qu’elle ne pouvait pas vivre sans Jackson Miller, parce qu’il n’avait pas le même nom de famille pour rien, après tout, ils ne partageaient pas ce nom de famille par le hasard mais sûrement parce qu’ils étaient liés et même si le nom de famille de Jackson n’était pas réellement celui qu’il avait aux Etats-Unis, c’était bien cette abréviation qu’il avait choisit ! Enfin, si aujourd’hui elle était assise sur son lit, acceptant par miracle que le jeune homme soit juste à côté d’elle, c’était bien pour comprendre pourquoi il avait agit ainsi, pourquoi il avait été aussi méchant avec elle, pourquoi il avait eut la simple idée de ne pas lui donner de nouvelle pendant X temps et croire qu’il allait s’en sortir sans avoir le droit à ce qu’elle lui fasse la gueule et lui demande des explications. Non, elle attendait sagement de comprendre pourquoi Monsieur Miller avait cru bon de rayer Jaelyn de sa vie pour ensuite la reprendre comme si elle était un mouchoir, un peu à la manière de Dean d’ailleurs ! Oui… A plus y réfléchir, Jackson avait bien agit exactement comme Dean avec elle ! Comme quoi, le fait qu’ils soient amis tous les deux n’était pas une bonne chose pour Jackson parce qu’il faisait du mal à Jaelyn à cause de lui ! Oui, c’était sûrement tiré par les cheveux mais avouez que l’attitude de Jack envers sa meilleure amie était exactement la même que le chasseur avec sa petite amie, en gros, elle s’était faite jetée deux fois pour se faire deux fois reprendre comme si de rien n’était ! Ah ça non ! Cette fois-ci elle ne s’était pas laissé faire mais elle avait craqué parce que Jackson n’était pas Dean et que lui méritait bien qu’elle l’écoute, au nom de leur longue et solide amitié !

    Elle avait donc laissé Jackson prendre sa main parce que c’était sûrement la meilleure façon qu’ils avaient de se faire comprendre à quel point ils comptaient l’un pour l’autre. C’est pour ça qu’elle avait décidé de serrer sa main en retour pour qu’il comprenne que malgré tout ce qui s’était passé elle acceptait qu’il revienne parce que Jackson n’avait pas brisé son cœur comme l’avait fait Dean… Non, lui avait seulement pris la décision de s’écarter pour aller ruminer sa peine tout seul et si il n’avait pas envie de la voir à ce moment-là alors peut-être était-ce sûrement une bonne chose et elle devait s’y faire, elle n’était pas le centre de la vie de Jackson… Elle s’était donc mise à parler, lui expliquant calmement son ressentiment sur tout ce qui s’était passé depuis qu’elle ne l’avait pas revu comme depuis qu’il était entré chez elle sans même attendre qu’elle daigne lui donner la permission. Elle finit le tout par un regard de chien battu qui ne pouvait que signifier qu’elle n’était plus énervée contre lui, bien au contraire, elle cherchait aujourd’hui à ce que toute cette potentielle guerre et cette rancœur s’enfuie d’elle pour faire place à leur bonne entente naturelle qui les caractérisait tellement bien. Le sourire qui illumina le visage de son ami à cet instant précis fit bondir le cœur de la jeune femme dans sa poitrine, elle ne put s’empêcher de sourire en retour comme un dialogue muet dont ils avaient le secret lorsque les mots ne peuvent représenter ce qu’ils ressentent vraiment au fond d’eux. Lorsqu’il finit par la prendre dans ses bras tous ses ressentiments possibles s’envolèrent bien loin, en un seul instant, parce que c’était comme ça entre eux. Elle se blottit tout contre lui, enfouissant son visage au creux de son cou comme pour se cacher de la lumière extérieure comme si elle lui agressait quelque peu les yeux. Elle sourit comme une idiote en le sentant respirer contre elle, cela faisait bien longtemps qu’elle n’avait pas sentit le va-et-vient de sa cage thoracique dans leurs câlins, ça lui avait tellement manqué, elle n’en revenait pas… Ce qu’il lui apprit par contre l’obligea à s’écarter vivement en observant le jeune homme d’un air un peu surpris. Quoi ?! Grace avait essayé de le violer ?! Elle ne connaissait pas son amie comme ça mais qu’importe, c’était plus drôle de l’imaginer comme ça avec le père de son enfant. Et puis c’est alors qu’il parla d’un certain… Mephisto ? Mephisto ? Elle avait entendu ça quelque part ! Elle en était sûre et certaine mais impossible de se souvenir où ! Tant pis, elle observa son meilleur ami qui observait la pièce avec son radar et cela la fit rougir quelque peu… A vrai dire, sa chambre était un réel bordel parce que cela faisait bien longtemps qu’elle n’avait pas eut l’idée de la ranger. Haussant les épaules à ses paroles, la jeune femme leva les yeux au ciel et dit d’une voix qui se voulait détachée parce qu’elle repensait à sa soirée avec le cadet Winchester juste à cet instant : « Nan, nan… Rien ! J’aime juste énormément les chocolats et en ce moment j’ai décidé d’en commander plein parce que j’en avais envie depuis longtemps et depuis que j’ai cassé avec Dean c’est devenu assez difficile de relever la tête… ». Ah ça non, elle n’allait pas parler de sa soirée plutôt étrange avec Sam parce que cela n’avait rien à voir avec ce Mephisto, et puis, c’était quelque chose de tout à fait normal… hein ?! Mais pourtant, ce Mephisto l’intriguait, il fallait qu’elle voit ce qu’elle savait sur lui, c’était presque impossible qu’elle ait oublié de qui il s’agissait… Pourtant elle ne pouvait pas faire ressortir la chasseuse qu’elle était devant Jackson… Non… Si ?! Elle n’eut pas le temps de réfléchir plus longtemps car son meilleur ami décida de la sortir de ses pensées en passant ses mains sur ses joues pour rapprocher leurs visages. Elle eut un petit sourire et se mordit la lèvre avant de poser sa main sur celle de son ami, soutenant son regard. Elle répondit en douceur à son baiser qui aurait pu passer pour un geste amoureux pour le reste du monde mais qui révélait seulement la nature complexe et forte de leur amitié, le fait qu’ils soient proches au point de pouvoir s’embrasser sans que cela ne les mette dans une gêne totale et ça s’était un exploit parce que du côté de Jaelyn, les joues seraient déjà devenues rouges comme des tomates, c’était sûr ! Lorsqu’il se décida à parler, elle eut un petit soupir, observant son meilleur ami dans les yeux… Perdue en chemin ? Elle était plus que perdue, elle était paniquée à présent et c’était le pire des sentiments qu’elle puisse connaître ! Elle ne voulait pas être perdue, elle ne voulait pas se retrouver toute seule mais elle sentait bien que maintenant Jackson avait repris sa place dans sa vie. Tout reprenait son cours normal… Et c’était la meilleure des choses possibles… Elle haussa les épaules et, préférant éviter le sujet, elle préféra dire : « Alors… Tu sais quoi sur ce Mephisto ?! »

_________________

    ✔ Sexyness is my second name...
Revenir en haut Aller en bas

Phoenix H. Lawrence


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Twix
✾ MA CÉLÉBRITÉ : DiannaSexyAgron
✾ MES CRÉDITS : Me, I & Myself
✾ MON MOI² : None
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 22/07/2009
✾ MES MESSAGES : 470

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 printemps
✾ STATUT SOCIAL : Mère célibataire
✾ SON EMPLOI : Stripteaseuse


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: Follow the sin's way, Dji Kay ! [HEADS GAME JUSQU'AU 23.10]   Lun 18 Oct - 23:31

Peut être que c'était son truc à lui ça, lâcher les gens qu'il aimait et qui comptaient pour lui au moment où ils avaient le plus besoin de son aide, le plus besoin de lui auprès d'eux, le plus besoin de son soutien, le plus besoin de savoir qu'il était là pour eux, qu'ils comptaient tellement pour lui. Il ne pouvait s'empêcher de voir certains des grands événements de sa vie défiler devant lui, un peu comme une rétrospective arrivant bien trop tôt, aux images déjà en format ancien et couleur sépia, alors même qu'il n'était pas sur le point de mourir, du moins, à ce qu'il en savait. Il avait laissé partir sa mère sans rien faire. Bien sûr, il n'y avait plus rien à faire, quoi que. Il aurait dû se réveiller bien avant, comprendre que quelque chose n'allait pas, que, peu à peu, Chiara adoptait une attitude qui n'avait jamais été la sienne et qui ne cadrait pas du tout avec elle, avec sa vie, avec leur existence. Il aurait dû ouvrir les yeux, savoir décrypter les signes, savoir comprendre, tout simplement. Elle était sa mère, merde, pas une vulgaire étrangère qu'il venait juste de rencontrer. Il la connaissait, mieux que personne, et sans nul doute même mieux qu'elle même. Elle était sa presque seule famille depuis toujours, et malgré tout, par pudeur, ou par stupidité, il n'avait pas osé chercher à comprendre. Il avait comme fermé les yeux, devant tous ces petits indices disséminés de ci de là. Et il n'avait pu que sentir son coeur exploser en une infinité de morceaux lorsqu'elle était morte dans ses bras. Il avait laissé partir Grace sans rien faire, lorsqu'elle lui avait confié leur petite Jude, qui était encore si jeune, si fragile. Il l'avait laissé partir, sans plus chercher à en savoir sur le pourquoi du comment, sur les raisons qui la poussaient à agir ainsi, en dépit de toute considération logique et rationnelle, en dépit de toute morale, de tout devoir et instinct maternel. Il l'avait laissé partir, sans réagir, serrant comme il le pouvait leur fille contre lui, lui qui, sans être dans l'état pitoyable dans lequel il était rentré de sous les drapeaux, ne se portait pas si excellemment que ça. Il avait tenu le choc, droit et fier, comme si Grace s'était soudainement métamorphosée en général de l'armée lui ayant donné un ordre qu'il entendait bien voir respecter, à la lettre et au point virgule prêts. Et il n'avait pas énormément poser plus de questions que ça lorsqu'elle était revenue. Et il avait avancé dans la vie, sans penser que, peut être, elle aurait aimé le savoir avant de l'apprendre seulement maintenant, parce qu'il s'y était presque senti contraint et forcé. Il avait laissé tomber Alice, lorsque leur vie amoureuse avait commencé à s'étioler, et qu'il avait commencé à avoir peur, plus pour la stabilité de la vie de sa fille que pour la sienne. Lui, il avait compris qu'il tiendrait le coup, quoi qu'il advienne. Il avait vu et connu pire. Cependant, il avait compris, au fond de lui, que même si Jude n'avait pas été dans l'équation, il aurait fini par partir, un jour ou l'autre, parce que c'était son truc à lui, tourner le dos aux gens avant même qu'ils ne se décident à tirer le signal d'alerte. Il avait laissé Alice à son début de folie, à ses dires. Il lui avait brisé le coeur, il en était assuré, et le pire dans tout ça, c'est que même en tentant de s'en assurer, de se dire que cela avait la bonne chose à faire, la meilleure décision, il n'en était pas si sûr. Il aurait dû trouver une solution, un compromis, cela était son devoir de fiancé. Si on ne fait pas ça lorsqu'on est fiancé à quelqu'un, alors quand est ce que, au juste, on va se décider à accorder notre aide ? Il avait senti son coeur se serrer en faisant ça, mais cela ne l'avait pas pour autant faire changer de décision. Et aujourd'hui, même si c'était Ayaëlle dans le corps d'Alice, il ne pouvait s'empêcher de déceler toutes ses lueurs si particulières à Alice dans le regard de la jeune femme. C'était trop tard maintenant, pour eux tous, parce que ce qui était fait était fait. Il avait laissé aussi Jae, à sa peine, à son chagrin, à son désarroi, mais, pour une fois, il avait une justification qui tenait un temps soit peu la route. Mais cela n'était pas une raison, il aurait dû être plus fort, il aurait dû rester en mesure de réagir, de donner un gros coup de pied sur la pédale de frein, d'arrêter la locomotive avant que le train de leur amitié et de leur existence ne commence à dérailler, à sortir de sa voie toute tracée, une voie certes tortueuse, mais qui leur faisait tenir la route. Il aurait dû faire tout ça, et il avait déjà la certitude que, de cette période de sa vie, de ces dernières semaines, il ne lui resterait que des regrets, ainsi que la sensation amère de ne pas avoir fait ce qu'il aurait dû faire. Les gens disaient qu'il n'était pas toujours trop tard et que, quand on le désirait réellement, on pouvait se racheter, mais c'était tellement dur de continuer à avancer, de renouer les liens et de revenir à la situation d'avant quand on n'était déjà pas capable d'oublier ce par quoi on était passé, les erreurs et drames qu'on avait commis. On ne passe pas aisément l'éponge sur ce genre de choses, on ne peux d'ailleurs jamais réellement la passer, et sans doute était ce bien mieux ainsi.

Oui, quand on chutait, ce n'était pas facile de se relever, comme si, peu à peu, on commençait enfin à de nouveau se sentir bien dans cette existence désastreuse qu'était devenue la nôtre. On se satisfaisait de ce qu'on avait, peut être, ou alors, on se convainquait qu'on avait mérité ça, mérité d'en arriver là. Ce n'était pas une chose très reluisante, on n'avait absolument aucune fierté à en tirer, mais on le faisait, quand même, d'une façon ou d'une autre. Le meilleur confort qu'il pouvait lui apporter, présentement, c'était lui tout entier. Alors, bien sûr, ils n'allaient pas rouler sous les draps et y faire des roulez boulez, ce serait tellement déplacé, même pour eux. Non, même s'ils savaient qu'ils pouvaient tous les deux finir enlacés l'un contre l'autre sous les draps sans qu'il ne se passe rien de purement sexuel, ils n'allaient pas emprunter cette voie là, du moins, peut être pas. Cela ne semblait peut être tout simplement pas LA chose à faire. Il y avait tellement de troubles au dehors, tellement de maux, de plaies, de souffrances, que bien sûr, ce serait tellement confortable de se laisser couler, de se laisser enlacés l'un contre l'autre. Attirant Jae contre lui, il se mit à fourrager doucement et affectueusement ses cheveux, comme il le faisait depuis toujours, ce geste presque inné chez lui, mais qui faisait lien avec un sentiment et une aptitude qui semblaient l'avoir brusquement lâché ces derniers temps, et dans lesquels il n'excellait pas tout le temps. « J'en sais seulement ce qu'on a bien voulu m'en dire, c'est à dire, peu. Mais ... Mais je sais qu'il y a sur cette terre des choses dont j'imaginais pas l'existence, mais qui pourrait y croire, c'est tellement ... C'est tellement effrayant. Tellement trop grand pour que je sois convaincu de pouvoir y faire face comme il faut. Je crois que la seule fois où je me suis senti dans cette position, c'était quand ... Quand j'étais en train de mourir, là bas. Mais le pire dans tout ça, c'est que cette fois ci, je me sentais mourir, je sentais le souffle chaud et froid de la mort sur mon visage, alors que là ... Là, je suis parfaitement conscient, y a pas de plaie dans mon abdomen, mes jambes fonctionnent, alors c'est bien pire ... » Son regard était parti dans le vague, alors que l'emprise du bras encerclant la taille de Jae se resserra, alors que ses doigts cessèrent quelque peu leur mouvement dans la crinière blonde de sa meilleure amie, et que son souffle se fit plus court, emprunt de ce drame qui lui avait été si familier pendant bien des moments de sa vie. « Mais même si je suis pas de ces gens qui semblent tout savoir de tout ça depuis le début, je veux me battre. J'ai baissé les armes bien trop vite, bien trop lâchement mais ... Plus jamais ... Que je le veuille ou non, je suis un combattant. C'est dans mon sang, dans mes veines, c'est en moi. Ma mère me disait que je tenais ça de mon père, et de tous les O’Harahiordan, mais je sais que ça me vient d'elle aussi. Je dois me rendre à l'évidence, me battre, c'est en moi. Et si j'en meurs, et bien, je n'aurais fais que perpétuer la tradition paternelle ! » Il eut un petit rire nerveux, mais tellement désabusé, un petit éclat de rire qui, à peine sorte, se brisait, comme les vagues sur des rochers sauvages. Il posa son regard sur Jae, avant d'entrecroiser les doigts aux siens. « Si ça peux permettre à des gens comme toi, qui ont déjà payé leur part, alors, ce sera pas en vain. Bien sûr, je veux pas que Jude connaisse ce que j'ai vécu, mais je veux pas non plus qu'elle grandisse en comprenant que son père a rien fait pour lui assurer un avenir meilleur, à elle et aux autres ... »

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://in-nomine-mens.bbactif.com

Jaelyn N. Miller


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Dodixe
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Leighton Meester
✾ MES CRÉDITS : Dodixe & LJ
✾ MON MOI² : None
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 18/07/2009
✾ MES MESSAGES : 1192

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 26 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Serveuse & Chasseuse


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: Follow the sin's way, Dji Kay ! [HEADS GAME JUSQU'AU 23.10]   Ven 22 Oct - 2:15

    Ce n’était pas facile de se relever lorsqu’on a chuté, ah ça oui, c’était sûrement la chose la plus dure à faire mais il faut aussi prendre en compte la distance de laquelle on tombe… C’est vrai ! Tomber du trottoir ne nous vaut qu’une petite égratignure, un petit peu de larme versées, peut-être un bleu à la suite mais on est encore stable et on peut continuer notre chemin avec un peu de honte sur nous parce que, naturellement, tout le monde nous aura vu chuter… Mais lorsqu’on tombe du haut d’un building… On a tout le temps d’apprécier la descente, de penser, de voir le sol se rapprocher petit à petit de nous, à mesure que l’on tombe dans le vide complet… De se rendre compte que nous ne sommes pas comme les oiseaux, qu’on ne vole pas… Nous. Le temps de voir le seul arriver, de se préparer et de mourir… Jaelyn avait chut elle aussi… Elle avait été pendant quelques temps, quelques mois, sur un joli petit nuage de bonheur dans les bras de Dean, elle avait été heureuse même si quelques fois ça n’avait pas été toujours la joie, même s’ils avaient risqué tous les deux leur vie dans cette histoire mais qu’importe, ils étaient amoureux… Et puis elle avait appris ce qu’avait fait Dean et ça avait été l’instant de la chute… Elle tombait de haut, elle tombait du ciel pour se retrouver à rester dans le vide, sujette à cette gravité qui faisait en sorte de l’happer le plus vite possible, donnant une chute rapide et violence, brisant ses ailes au passage, celles-ci se détruisant contre le vent violent. Quelle belle connerie que l’amour ! Il lui avait appris une seule chose : Elle n’était même pas sûre que l’homme pour qui elle s’était battue fût réellement amoureux d’elle, s’il voulait réellement d’elle. Maintenant elle apprenait que pour l’oublier il s’était farcit une autre pouffe. Comme s’il combattait l’amour qu’il lui portait parce qu’il avait peur, enfin tout ceci était son explication à lui parce que Jaelyn pensait plutôt qu’il ne l’aimait pas, qu’il ne l’avait jamais aimée et que s’il avait agit comme ça, c’était seulement pour varier les plaisirs et essayer autre part histoire d’être sur que celle qu’il avait choisit était bien celle qui allait lui convenir… Enfin, elle était comme son joujou et il ne l’avait pas prévenue, pensant plus juste de lui mentir et de la laisser là, comme une conne, devant tous les autres lorsqu’elle l’apprendrait… Elle avait chut comme une débutante, une naïve, une idiote et aujourd’hui elle était au fin fond du trou et personne ne l’avait aidée à remonter… Tout de moins, la seule personne qui l’avait aidée n’était pas celle à laquelle on pouvait s’attendre, non ? Oui, au lieu de voir son super meilleur ami rappliquer comme il l’avait toujours fait lorsqu’elle allait mal ou qu’elle avait besoin d’aide, elle avait vu venir Sam Winchester, petit frère de celui qui lui avait brisé le cœur, génial ! Quelle grande surprise de voir qu’ils arrivaient à se parler et en plus, qu’ils pouvaient se blottir l’un contre l’autre comme si tout ce qui s’était passé auparavant n’était qu’une broutille et qu’aujourd’hui ils étaient devenus les meilleurs amis du monde ! Bienvenue à Bisounours land ! Sortez les mouchoirs, Sam et Jaelyn étaient de nouveaux amis pour la vie ! Par contre, entre Jackson et Jaelyn, les choses étaient devenues quelque peu tendues pour une simple et bonne raison : Il était son meilleur ami, il avait besoin d’elle, elle rappliquait immédiatement sans se poser de question, sans attendre que quelqu’un ait dit que c’était judicieux et lorsque elle, elle avait eut besoin de lui une fois, il n’avait même pas pensé une seule seconde à elle, n’avait pas répondu à ses messages, ni ses appels, ni même lorsqu’elle était venue frapper à sa porte et qu’elle s’était mise à pleurer en hurlant qu’elle avait besoin de lui… Il n’avait pas été là, comment faire pour lui pardonner ? Elle ne pouvait pas lui pardonner et elle avait beau pouvoir tout lui pardonner à cet homme qu’elle adorait, elle ne pouvait pas accepter qu’il l’ait laissée dans la merde alors qu’elle avait toujours été là pour lui, pour le soutenir, pour le prendre dans ses bras lorsqu’il cauchemardait sur son passé tumultueux, elle avait été là pour Jude, pour lui, pour eux, elle aurait tout fait, elle aurait risqué sa vie pour cette petite famille qu’elle avait réussit à former avec eux mais aujourd’hui il l’avait laissée tomber et elle ne savait pas quoi faire avec ça… Dean, maintenant Jackson… A croire qu’elle ne pouvait compter que sur Sam, le mec qui avait sûrement déjà voulu trois milles fois sa mort ?! C’était tellement con comme situation… Elle avait donc réfléchit, elle avait réfléchit longuement et avait vu sa vie, son état, celui de son appartement et en était arrivé à la conclusion que, peut-être, ce n’était pas Jackson qui ne voulait pas ça mais ce supposé Mephisto et qu’il disait vrai. Elle prenait donc ses excuses en compte et, elle avait beau pardonner, elle n’oubliait pas et, tout comme avec Dean, il allait lui falloir du temps pour passer outre tous les évènements qui avaient détruit sa vie…

    Pardonner, elle avait commencé à pardonner à Jackson aujourd’hui même, entendant tout ce qu’il avait à dire et observant cette fameuse photo d’eux, qui était tombée au sol depuis bien longtemps, le verre protégeant dans la photo étant brisé… Elle se souvenait parfaitement ce jour heureux où il n’y avait pas encore Dean… Sam… et tout le reste dans leur vie… Une vie paisible et aujourd’hui elle voyait tout ça et elle se demandait si ça pouvait redevenir, comme avant… Avec Jude, elle et Jackson… Une belle petite famille au complet… Sauf qu’elle n’était pas la mère, elle était juste… L’amie dévouée… Et, plongée dans les bras de Jackson, sentant ses doigts glisser dans ses cheveux comme à l’accoutumée, elle se demandait si seulement ils pourraient un jour retrouver tout ça… Si elle pouvait redevenir l’amie dévouée qui peut venir n’importe quand pour juste, regarder un film à la télé en « famille »… Et puis l’évidence était arrivée à ses yeux… Elle le pourrait, encore et encore parce qu’ils étaient la famille qu’elle n’avait jamais eut et que Jackson était le même qu’avant, même s’il avait eut une mauvaise passe… Ses derniers mots la surprirent, alors comme ça il savait pour tout ce qui peuplait ce monde dans l’ombre et voulait le détruire… Il savait pour tout ? Il connaissait les démons ? Mais qui lui avait dit ? Pouvait-elle vraiment lui dire qu’elle les chassait ? Non… pas aujourd’hui tout du moins, le mieux était déjà de lui dire qu’elle en savait bien assez… Elle eut un petit sourire, observant Jackson avant d’hausser les épaules et de dire d’une voix douce : « Je sais… ». Voilà qui était bien assez déjà, elle n’avait pas besoin de lui en dire plus, après tout, ils auraient bien le temps de reprendre une conversation là-dessus, elle avait bien le temps de lui apprendre qu’elle était chasseuse et qu’elle risquait sa vie pour combattre ces choses étranges qui le surprennent tant… Le pauvre, il ne méritait pas de savoir ça après tout ce qu’il avait vécu dans sa vie ! La suite fut un peu plus tendue alors qu’elle sentait l’emprise du jeune homme se faire plus serrée sur elle. Non, elle n’avait pas l’impression d’étouffer, pas dans les bras de Jackson, jamais dans ses bras… Elle eut un petit sourire et caressa son dos en douceur et c’est alors qu’elle fronça les sourcils en entendant ses mots. QUOI ?! Il comptait encore se battre ?! Et puis quoi encore ? Il ne savait pas du tout à quoi il avait à faire aujourd’hui ! Il n’était pas prêt et il avait intérêt à rebrousser chemin et elle allait lui montrer qu’il le fallait ! La suite, d’ailleurs était encore mieux, il voulait lui éviter de se battre ? Très drôle mon coco mais elle se battait depuis déjà bien longtemps et il n’allait sûrement pas l’empêcher de continuer, elle était une femme indépendante la Jaelyn et pas besoin de lui pour se battre, elle était même meilleure que lui dans ce domaine-là parce qu’on ne jouait pas dans la même cours ! Elle eut un petit rire cynique avant de dire à Jackson d’une voix amusée : « Jackson… Jackson… Jackson… Tu manques tellement d’informations ! Vas te renseigner un peu ! Je suis dans cette guerre depuis mes 18 ans et j’ai bien l’impression que tu ne connais pas tous les enjeux… Je crois même qu’il va falloir que je t’apprenne certaines petites choses… ». Et bien finalement, elle lui avait dit qu'elle était chasseuse, enfin, d'une certaine manière... Elle eut un petit sourire et s’écarta de lui avant de se lever pour aller farfouiller dans ses affaires, cherchant tout ce don elle avait besoin pour commencer le cours numéro un…

To be continued...

_________________

    ✔ Sexyness is my second name...
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: Follow the sin's way, Dji Kay ! [HEADS GAME JUSQU'AU 23.10]   Aujourd'hui à 23:27

Revenir en haut Aller en bas
 

Follow the sin's way, Dji Kay ! [HEADS GAME JUSQU'AU 23.10]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Burning Heads
» Amv /// Follow the beat
» Match Loser / Burning Heads UniTeD VS Equality For All
» Dead Heads
» [JEU] TUMBLE HEADS : A nous le trésor ! [Gratuit]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SYMPATHY FOR THE DEVIL ◈ BEDTIMES STORIES :: SAY GOODBYE TO THE WORLD :: archives :: RPG :: SFTD 1 - Les archives :: Ellington ; Missouri :: Hébergements et habitations :: Le quartier résidentiel :: Appartement de Jaelyn N. Miller-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com