Baby is coming - Sam + Jack + June -



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Facebook  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Baby is coming - Sam + Jack + June -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Louisa Delacroix


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Megalyn
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Zooey Deschanel
✾ MES CRÉDITS : Megalyn & Shiya
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 13/07/2009
✾ MES MESSAGES : 999

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Infirmière


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Baby is coming - Sam + Jack + June -   Mer 18 Aoû - 6:40

    Lou se massa les reins pour la énième fois de la journée. Depuis le matin, le bas de son dos était douloureux. Il n’y avait plus qu’un mois et demi avant la naissance du bébé. Elle posa la main sur son ventre en souriant. Le petit monstre avait catégoriquement refusé de se tourner. Si bien qu’elle en ignorait encore le sexe. Elle était de toute façon persuadée qu’elle aurait une autre petite fille. La jeune femme soupira. Elle prit son portable et chercha Sam dans son répertoire. Mais à quoi bon ? Il ne répondrait pas à cette heure de la journée. June venait de rentrer de l’école et faisait tranquillement, consciencieusement ses devoirs dans le salon. Lou lui avait promis de passer voir son oncle Jackson et sa cousine Jude dès qu’elle aurait terminé. La jeune maman regrettait amèrement à cet instant là. Elle se ne sentait pas du tout l’envie de sortir avec la douleur qui lui barrait le dos. Surtout qu’elle ne pourrait pas le cacher à Jack. Il allait s’inquiéter, la sermonner et râler contre Sam qui n’était pas assez présent à son goût. Bien que Lou soit du même avis sur ce point là, elle n’en dirait rien, et le laisserait marmonner dans sa barbe quand il réaliserait qu’elle ne l’écoutait plus depuis déjà un long moment.

    Sortant de ses pensées, elle s’approcha de la fenêtre du salon, tirant les rideaux pour observer l’homme qui, depuis quelques temps déjà, était assis toute la journée sur le banc juste en face de l’immeuble. Parfois, quand il ne pouvait la voir, elle remarquait qu’il regardait ses fenêtres. N’importe qui aurait dû être effrayée. Surtout une femme enceinte, mère célibataire. Mais Lou ne s’inquiétait pas. Cet homme n’était pas un démon, ou un quelconque monstre. Et au vu de son allure de dandy anglais, il était riche et parfaitement sain d’esprit. Sa seule crainte était qu’il soit un détective privé au service de Remy. S’il y avait bien une personne qui pouvait la retrouver à Ellington, c’était lui. Elle avait fort opportunément oublié de parler à Sam de l’obsession de son ancien petit ami, du fait qu’il n’avait jamais totalement accepté leur rupture. Et qu’il avait les moyens financiers pour la retrouver. Au début de sa grossesse, elle avait envisagé de le recontacter. Elever June seule n’avait pas été simple, mais avec un autre enfant, elle n’était pas sûre de s’en sortir. Et elle savait Remy encore suffisamment amoureux pour prendre en charge deux enfants qui n’étaient pas les siens du moment qu’elle le lui demandait. Mais elle avait finalement changé d’avis, malgré les réactions imprévisibles de Sam. Il faisait de son mieux, et elle aurait été cruelle de le blâmer pour ses efforts.
    Elle lâcha le rideau et voulut rejoindre June lorsqu’une douleur lui traversa le ventre. La fillette s’était levée d’un bond et fixait sa mère avec de grands yeux effarés. Lou sentit un liquide couler entre ses jambes. Splendide. Elle avait perdu les eaux chez elle. Tout ce qu’elle ne voulait pas. Mais lorsqu’elle vit les murs bouger dans tous les sens, elle comprit que ce n’était pas du tout les eaux qu’elle perdait.

    *musique de Urgences*

    « Laissez passer !!! » vagit la secouriste en poussant le brancard. Son jeune collègue maintenait un masque à oxygène sur la jeune femme inconsciente. Un médecin s’approcha et il expliqua la situation.
    « Femme enceinte d’environ sept mois, hémorragie importante, le travail a commencé et le fœtus est en souffrance. On l’a placé sous monitoring. »
    « Salle trois. »

    La secouriste vit alors l’enfant. Elle les avait suivis en pleurant. Elle hurlait qu’elle voulait voir sa mère et qu’il fallait appeler Sam. Elle allait s’approcher lorsqu’elle vit l’homme qui posait une main sur l’épaule de l’enfant. Elle s’éloigna. Le grand père était déjà là, le père serait là sous peu…

    « Ne t’inquiète pas, ma chérie. J’ai déjà appelé Sam. J’ai laissé un message. J’ai aussi téléphoné à ton oncle Jackson, il va arriver. » Devant l’air incrédule de June, Douglas posa un genou pour être à sa hauteur. « Je m’appelle Doug. Je suis le papa de ta maman. Ton grand père. Je sais que c’est un peu compliqué pour toi, mais quand ta maman est née, je ne pouvais pas m’en occuper, alors elle a été adoptée. Mais elle ne le sait pas. Tu veux bien que je reste avec toi en attendant que ton oncle et Sam arrivent ? »

    Se redressant, il prit la main de la fillette et la fit asseoir sur une chaise, avant qu’une infirmière ne lui indique qu’il devait monter deux étages plus haut, au service de gynécologie et d’obstétrique. Avant de s’exécuter, il laissa un nouveau message à Sam, et un à Jackson pour les prévenir. Il constata que cela rassurait sa petite fille qu’il agisse ainsi. Elle n’avait pas l’air si surprise. Comme si elle savait.
    Il déraillait. Sa fille allait peut être mourir, il paniquait inconsciemment et commençait à croire que sa petite fille était voyante…


    Douglas sentit June réagir. Un interne venait vers eux. Il devait probablement sortir du bloc, car il avait un peu de sang sur son pyjama bleu. Du sang de Louisa… Il déglutit, se forçant à ne pas songer à ça sous cet angle. Mais ce ne fut guère aisé lorsqu’il vit l’air défait du jeune médecin.

    « Monsieur ? Vous êtes le père de Mlle Delacroix ? »
    « Oui, c’est bien moi. Comment va ma fille ? »
    « Elle a perdu énormément de sang. Nous avons dû sortir le bébé. C’est un petit garçon, en excellent santé. Néanmoins, étant donné qu’il n’est pas né à terme, le pédiatre a jugé plus prudent de le mettre en couveuse. Mais ça ne sera que pour quelques jours. »

    Il baissa les yeux vers June.

    « Tu as un petit frère. »
    Puis il fixa à nouveau l’interne. « Mais vous n’avez pas répondu à ma question. Comment va ma fille ? »

    Le jeune homme l’emmena à l’écart, laissant la fillette seule à quelques mètres.

    « Louisa perd beaucoup de sang. Le médecin ne parvient pas à arrêter l’hémorragie, il n’est pas sûr de savoir d’où cela vient. Cela devrait venir de l’utérus, mais il n’y a aucune déchirure ou ni une quelconque plaie ou autre chose qui pourrait expliquer pourquoi elle saigne de la sorte. Monsieur, vous devez vous préparer, et la préparer. Nous faisons absolument tout ce que nous pouvons, mais il n’est pas certain que nous puissions la sauver… »

    Le laissant digérer la nouvelle, il repartit au pas de course vers le bloc opératoire. Douglas le regarda s’éloigner, ne pouvant y croire. Il venait à peine de la retrouver, et il allait la perdre. Il n’avait pu sauver sa mère, il ne pourrait pas sauver Louisa, même pour tout l’or du monde. Tentant tant bien que mal de masquer son désespoir, il se tourna vers Jude et vit deux hommes arriver en courant vers eux. Il reconnut Sam. June se précipitait déjà vers lui…

_________________
    VICTOR HUGO DEMAIN DES L'AUBE Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe, ni les voiles au loin descendant vers Harfleur, et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur
Revenir en haut Aller en bas

Invité


Invité





MessageSujet: Re: Baby is coming - Sam + Jack + June -   Mer 18 Aoû - 7:56

    Vous êtes-vous déjà réveillé un beau matin consciente d'avoir fait un rêve que vous ne parvenez pas à reconstituer comme si vous aviez soudainement été frappé par la maladie d'Alzheimer ? Vous est-il déjà arrivé de ressentir une impression de déjà vu, comme si vous aviez rêvé d'un moment bien précis qui se déroulait enfin sous vos yeux comme un film que l'on aurait rembobiné ? Avez-vous déjà eu l'impression d'être coincé dans un corps qui n'est pas le vôtre ? C'est ça. C'est exactement toute cette flopée de questions qui représente l'esprit de June Michaels. Elle s'était réveillée le matin-même dans un sursaut, la respiration saccadée après ce qui semblait être un cauchemar dont elle ne gardait que quelques images. Tout était encore flou dans son esprit à peine éveillé mais, c'était comme si June sentait que quelque chose allait se passer avant la fin de la journée, quelque chose qui risquait de la chambouler au plus haut point. C'est sur cette pensée que la petite quitta son lit, traînant des pieds jusqu'à la cuisine pour y prendre son petit déjeuné et se préparer pour se rendre à l'école, comme tout enfant de son âge qui se respecte. Lorsqu'enfin la sonnerie marqua la fin des cours, June rentra chez elle avec les parents d'une amie qui eurent la bonté de ramener la petite chez elle afin de soulager sa maman enceinte. Louisa proposa alors de rendre visite à Jackson et Jude à conditions que les devoirs de la petite soient terminés, June ne se fit pas priée ! Elle goûta et se mit aussitôt à plancher sur ses multiplications et le devoir de grammaire qu'on lui avait donné, la petite ayant le goût pour le travail correctement exécuté, elle prit tout son temps pour terminer ses devoirs correctement et ainsi obtenir une bonne note parce qu'elle savait que c'était ce qui faisait le plus plaisir à sa maman ces derniers-temps.

    Soudain, il y eut un bruit étrange, un bruit qui l'obligea à lever le nez de son livre pour venir fixer sa mère avec de grands yeux, regardant l'énorme flaque d'eau au-dessus de laquelle se tenait Louisa, les mains plaquées sur le ventre, le visage exprimant une grande douleur. Au début, on avait expliqué à June que lorsqu'un bébé s'apprête à venir au monde, la maman perd les « os »... June s'était dit que cela devait faire très mal, elle-même s'était déjà fracturer le poignet il y avait quelques années de ça, elle s'était donc mise à paniquer et à déclarer haut et fort ne jamais vouloir tomber enceinte, Louisa lui avait même donné sa bénédiction. Cependant, elle avait vite compris que le terme exact était « perdre les eaux », par réflexe, elle attrapa le téléphone et composa le 911 pour demander à ce qu'une ambulance se déplace jusque ici. June était une enfant intelligente, le fait que sa mère soit enceinte lui avait donné envie d'envisager toutes les possibilités pour être sûr que cela se passe dans de bonnes conditions, à commencer par la mémorisation du numéro d'urgence et de son adresse qu'elle connaissait déjà sur le bout des doigts.

    C'est en ouvrant la porte aux ambulanciers et en voyant le camion que June eut cette impression de déjà vu, c'était devenu monnaie courante ces temps-ci chez elle. La petite se sentit presque mourir en observant sa mère être transportée et grimpa dans le camion, n'ayant personne pour la surveiller. Malgré le fait qu'elle semblait ressentir chaque événement tragique, la tristesse était indéniable, des larmes coulèrent aussitôt le long de ses joues pour venir y dessiner des sillons, sa main s'empara de celle de sa mère avec laquelle elle se frotta la joue dans un geste rassurant, tentant de se blottir contre Louisa du mieux qu'elle le pouvait et puis lorsqu'ils arrivèrent enfin à l'hôpital, on l'arracha à June qui ne put s'empêcher de crier après sa mère. La petite ne comprenait pas tous ces termes technique, le sang battait dans ses tempes, son rythme cardiaque était plus vif mais, elle retint sa respiration. C'était comme si elle mourrait un peu plus lorsque sa mère s'éloignait davantage et puis, il y eut cette main sur son épaule. June tourna la tête et leva les yeux vers un homme aux cheveux poivre et sel qui l'observait de son regard bleu azur semblable à celui de Louisa. Cet homme qu'elle avait souvent vu devant son appartement et parfois même devant son école maternelle, June l'avait déjà surpris en train de l'épier lorsqu'elle était dans la cour de récréation.

    Citation :
    « Ne t’inquiète pas, ma chérie. J’ai déjà appelé Sam. J’ai laissé un message. J’ai aussi téléphoné à ton oncle Jackson, il va arriver. Je m’appelle Doug. Je suis le papa de ta maman. Ton grand père. Je sais que c’est un peu compliqué pour toi, mais quand ta maman est née, je ne pouvais pas m’en occuper, alors elle a été adoptée. Mais elle ne le sait pas. Tu veux bien que je reste avec toi en attendant que ton oncle et Sam arrivent ? »

    Dans d'autres circonstances, June aurait été méfiante. Sa mère lui avait toujours dit de ne pas parler à des inconnus et de ne pas accepter les bonbons qu'ils proposaient et surtout de ne pas les suivre mais, elle sentait que cet homme était digne de confiance, qu'il disait la vérité. Elle lui opposa donc une résistance d'ours en peluche lorsqu'il la prit tout contre lui pour la rassurer, cela ne fonctionna uniquement lorsqu'il laissa un second message à Sam et Jackson avant de monter deux étages plus haut. June semblait enfin revoir ce qu'elle avait rêvé comme l'on se revisionne un film, surtout lorsqu'elle vit l'interne couvert du sang de sa mère. June déglutit et se lova un peu plus contre son grand-père, elle ne fut guère étonnée d'apprendre qu'il s'agissait d'un garçon, elle avait toujours dit à sa mère qu'elle aurait un frère. Son visage s'assombrit lorsque Doug réitéra la question, June savait que quelque chose n'allait pas bien avant que l'interne ne l'emmène à l'écart, elle baissa donc la tête et renifla une nouvelle fois puis, un bruit de porte et des pas de course se fit entendre. La petite se leva d'un bond et courut aussitôt vers les deux hommes, serrant aussitôt son cousin Jack dans les bras, les larmes aux yeux. Elle n'avait pas encore rêvé de l'état de santé de sa mère ce qui l'effrayait un peu. Le choc l'avait rendu totalement muette.
Revenir en haut Aller en bas

Phoenix H. Lawrence


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Twix
✾ MA CÉLÉBRITÉ : DiannaSexyAgron
✾ MES CRÉDITS : Me, I & Myself
✾ MON MOI² : None
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 22/07/2009
✾ MES MESSAGES : 470

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 printemps
✾ STATUT SOCIAL : Mère célibataire
✾ SON EMPLOI : Stripteaseuse


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: Baby is coming - Sam + Jack + June -   Jeu 19 Aoû - 1:54

Se reprendre, ça sous entendait changer tout un tas de choses dans ses habitudes de la vie courante. Se reprendre, ça signifiait aussi faire des efforts, changer ce qui devait l'être et conserver intact ce qui ne clochait pas et avait parfaitement tout son sens. Ce n'était pas forcément facile, parce que cela impliquait faire un grand ménage de printemps, même lorsque ce n'était pas le printemps. Il fallait se poser 30 secondes, poser devant soi tout ce qui nous était tombé sous la main quelques minutes auparavant et se mettre à tout trier, en se demandant si oui ou non cela nous avait été utile ces derniers temps et donc, si ça valait vraiment le coup de tout conserver. Il fallait également faire de même avec tout ce qui n'était pas objet mais bel et bien concept, valeur, personne aussi. Cela prenait du temps, bien sûr, et impliquait une impossibilité de retour en arrière si jamais on réalisait qu'on avait un peu tout bâclé niveau tri. Si, parfois, on pouvait retourner fouiller dans la benne pour récupérer cet album photo qu'on avait un peu trop précipitamment décidé de jeter, ce n'était pas toujours possible, et cela devenait carrément irrécupérable ou presque lorsqu'il s'agissait de récupérer quelqu'un que l'on avait décidé d'expulser de sa vie. Jackson savait parfaitement qu'il n'y avait pas qu'avec Jaelyn qu'il fallait recoller les morceaux. Du côté de sa cousine, du côté de Louisa, il avait aussi des efforts à faire, mais avait l'esprit parfaitement assez clair pour savoir qu'il ne fallait surtout pas faire une croix ni même tirer un trait sur sa relation avec sa cousine. Bien sûr, il se disait qu'il allait devoir jouer carte sur table avec elle, en lui avouant tout ce qu'il pouvait bien conserver en tant que secret sur elle, à commencer par le premier et non le moins imposant, celui qui concernait son adoption. Il n'avait toujours pas réussir à ouvrir la bouche sur ce sujet, sans doute parce qu'il avait un peu trop tardé à l'aborder, puis qu'il aurait été trop risqué pour lui d'en parler alors que sa relation avec Lou partait a volo, et que c'était carrément de sa faute. Mais maintenant que tout s'arrangeait entre eux, pas à pas, il savait qu'il allait devoir se donner lui même un bon coup de pied au cul. Mais il se disait aussi que ça pouvait attendre encore un peu, Lou abordant le dernier virage ou presque dans sa grossesse, période des plus risquées comme pouvait l'être le début de grossesse. Il refusait d'être à l'origine d'un accouchement prématuré qui mettrait en danger autant la vie de sa cousine que celle du bébé.

June et Louisa devaient passer les voir, Jude et lui, dès que la petite demoiselle aurait fini ses devoirs, c'était en tout cas ce que lui avait annoncé sa cousine au téléphone, quelques heures auparavant. Il savait très bien qu'elle se savait dans la non obligation de le prévenir avant de passer, parce qu'elle était de la famille et que, normalement, pour lui, la famille n'attendait jamais et n'avait pas à s'annoncer, en partant du principe qu'elle était toujours la bienvenue où que ce soit et à n'importe quel instant. Louisa le connaissait de toute façon assez pour savoir que si elle se pointait devant chez lui et qu'il n'était pas là, il ne pouvait être qu'au Chiarezza, ou bien encore au parc, bref, elle connaissait tous les lieux où il allait, et même s'ils ne s'étaient pas plus parlé que ça depuis des semaines, les bonnes vieilles habitudes du jeune homme n'avaient pas changé. Il avait donc décidé de se donner un coup de sang, afin que sa maison ressemble un temps soit peu plus à quelque chose lorsque les deux belles arriveraient. C'était un peu le chantier, et pas seulement parce que Jude ne perdait pas ses bonnes vieilles habitudes en mettant la pagaille partout où elle passait, il se savait en tord, lui aussi. Il s'était mis aux fourneaux, histoire de pouvoir offrir à June et à Louisa autre chose que des biscuits tout sec lorsqu'elles arriveraient. Il n'avait pas sortit le menu gastronomique, parce qu'il ne fallait pas s'embarrasser de fioritures, et qu'elles n'étaient pas difficiles dans leurs goûts gastronomiques. Il s'était donc contenté, si on pouvait dire ça comme ça, de faire un tiramisu myrtilles-chocolat noir, ainsi qu'un Ciambella orange-chocolat. Il y en avait sûrement assez pour une famille de 18 personnes, au moins, mais il se disait qu'il n'aurait qu'à faire comme d'habitude : partager les restes en deux et en donner l'une des moitiés formées à sa cousine, histoire qu'elle embarque ça chez elle et qu'elle puisse continuer à en faire son dessert pendant quelques jours, ainsi que le goûter de sa fille. Il achevait la décoration du tiramisu sorti du frigo' après 3 heures au frais lorsqu'il vit son petit bout de chou courir vers lui, téléphone à la main. Il avait les mains prises, alors elle lui avait glissé le combiné entre le cou et l'oreille, combiné qu'il avait coincé, afin que ce dernier ne fasse pas une bonne chute. « Pronto ? »

Il fallait vraiment que, lorsque les choses s'arrangeaient quelque peu, la vie vienne foutre son grain de sel pour mettre bien des choses en péril ? La nouvelle qu'il avait apprise, seulement quelques minutes plutôt, l'avait figé, glacé, bloqué, tout ce que vous voulez, mais elle ne l'avait sûrement pas ravi. Louisa était en train d'accoucher, et ce n'était pas l'heure, pas du tout m^me. On appelait ça un accouchement prématuré, il était bien placé pour en parler, étant lui même né avant terme. Cela ne finissait pas sans cesse par la mort du nourrisson, ni même par le décès de la mère, mais il y avait des risques certains, ça c'était sûr ! Il n'avait pas fait de vieux os dans sa cuisine, et n'avait même pas cherché à réfléchir plus longtemps. Maëlys n'avait pas posé plus de questions en voyant le visage de son demi-frère blêmir, alors qu'il n'avait prononcé qu'un seul mot un seul, à savoir le prénom de Louisa. Elle avait attrapé Jude au passage, alors que celle ci s'élançait derrière son père, voulant venir avec lui, alors que Jack', lui, avait juste attrapé au passage ses clefs, avant de s'élancer au dehors, vers sa voiture, voiture dans laquelle il avait bondi et de laquelle il venait juste de sortir, s'étant garé d'un coup de volant brusque dans l'un des emplacements de parking tracés sur le sol, devant le petit hôpital d'Ellington. Il claqua sa portière derrière lui, alors que l'angoisse et la tension s'étant saisies de lui lors de ce coup de téléphone impromptu n'avaient fait que décupler lorsque, à nouveau, il avait reçu un coup de téléphone, bref mais précis, de Doug, le père de Louisa. Oui, l'heure des révélations allait du coup être plus matinale qu'il ne l'aurait voulu, mais vraiment, c'était la dernière de ses peurs, ou presque, sur le moment. Il manqua de rentrer dans Sam, devant les portes du hall des urgences, parce que le jeune homme arrivait de l'autre côté et qu'il ne l'avait pas vu. Mais il ne s'en soucia guère, pas du tout partant, de toute façon, pour se lancer dans une nouvelle confrontation verbale. Ils étaient tous les deux mort d'inquiétude pour Louisa et le bébé, et c'était sincèrement tout ce qui leur importait. Et puis, June avait besoin d'eux, sans nul doute, alors, les engueulades, les prises de bec et les disputes verbales, ce serait pour plus tard, pour bien plus tard même s'il le fallait. Tous les deux savaient vers où se diriger, merci Douglas, alors, Jackson ne mit pas longtemps à parcourir la distance qui le séparait du couloir d'attente, poussant sans vergogne la porte coupe feu qui était fermée juste devant lui. L'objet vint claquer contre le mur, d'un bruit lui étant bien caractéristique. La petite tornade brune qu'était June fila de son siège, où elle était installée jusqu'alors, pour courir vers eux. D'une réaction instinctive et protectrice, il se pencha et la recueillit dans ses bras lorsqu'elle tendit ses bras à elle pour le serrer tout contre son petit coeur. Caressant d'une main doucement son dos, il passait l'autre dans ses cheveux, frottant sa joue tout contre celle de sa petite cousine, qu'il considérait comme sa nièce. « Chut, ça va aller Sunshine ... On est là. »

Se redressant, il entraina la petite dans son élan, la portant désormais complètement dans ses bras. Il avait inclus Sam, pour une fois, sans que cela ne lui fasse mal au coeur ou autre part, cela lui avait juste semblé naturel, connaissant l'attachement du jeune homme pour la fille de Lou. Mais son regard ne se posa pas que sur Sam, il se dirigea aussi vers cet homme, un peu plus éloigné d'eux, sans doute Douglas. Son visage était pâle, mais pas d'une pâleur naturelle. Les choses s'annonçaient donc compliquées ... Continuant de caresser les cheveux de June, il tentait d'apaiser sa propre fréquence cardiaque, ce qui n'était pas une mince affaire. Les gens s'agitaient autour d'eux, personnel soignant et autres personnes attendant elles aussi des nouvelles de leurs proches, mais lui ne ressentait la présence que de trois personnes : June, Sam, et cet homme qui était probablement Douglas. Il ne se rendait même pas compte de cette douce litanie qu'il murmurait à l'oreille de June, pour l'apaiser, pourtant teintée de peur et d'angoisse. Ses lèvres semblaient bouger d'elles même, comme échappant totalement à son contrôle. « June, ça va aller ... Lou' va s'en sortir, c'est une battante, et le bébé aussi. » Il n'en savait rien, savait qu'il pouvait promettre ce dont il n'était pas sûr, mais il refusait de briser une enfant, comme la vie avait pu briser Maëlys à la mort de leur mère. Devant le mutisme de sa nièce, il entreprit de se diriger vers Douglas, d'une démarche se voulant la plus assurée possible, histoire de ne pas chuter et de ne pas paniquer plus que de raison June. C'est d'une voix angoissée et quelque peu nouée qu'il s'adressa alors à lui. « Où en est-elle ? »
Revenir en haut Aller en bas
http://in-nomine-mens.bbactif.com

Sam Winchester


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : MARY-W.
✾ MA CÉLÉBRITÉ : J.Padalecki
✾ MES CRÉDITS : Dodixe
✾ MON MOI² : Zadkiel
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 11/07/2009
✾ MES MESSAGES : 45276

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 28 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Chasseur


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: Baby is coming - Sam + Jack + June -   Jeu 19 Aoû - 3:43

    Dans une vie, il y a certains coups de fils qu’on n’aimerait pas avoir… il y a aussi certains coups de fils qui ne la changent pas du tout mais dans ce groupe là, il y a aussi ceux qui la bouleversent totalement. Ce soir, on peut dire que le coup de fil que Sam avait reçu faisait plus partie de la troisième catégorie que des autres… oui, ce n’était certainement pas un coup de fil qui n’allait pas la changer… quoique, peut-être que c’était un coup de fil qu’il n’aurait pas aimé avoir. Pas « déjà » en tout cas. Car aussi mauvais homme de famille et futur père puisse-t-il faire, Sam était pourtant sûr d’une chose : Louisa n’était pas encore à terme… loin de là, d’ailleurs rien que la taille – déjà imposante on ne le cache pas, sauf Sam qui doit s’efforcer de dire que chaque jour passant Louisa est plus rayonnante que tous les autres (tu parles) *sbaff la joueuse* - de son ventre. En voyant le numéro inconnu apparaître sur l’écran de son téléphone, il eut la folie de croire un instant que c’était Dean qui avait trouvé un moyen de le joindre depuis la troisième dimension… Mais non, d’ailleurs il fut quelque peu déçu, voire même déstabilisé lorsqu’il entendit la voix relativement rauque et vieille d’un homme qui en avait, de l’expérience dans la vie ! Un léger soubresaut lui vrilla l’esprit… peut-être était-ce son père qui prenait contact avec lui après leurs retrouvailles qui avaient comment dire ? Mal commencé… c’est sans doute le terme exacte ! Il mit un certain temps avant de se rendre compte que la voix au bout du fil n’avait rien à voir avec celle de John, voix qui lui redevenait peu à peu familière alors qu’il s’était déjà fait – depuis longtemps d’ailleurs – à l’idée qu’il ne pourrait plus jamais l’entendre. Ce soir au bout du fil, c’était un pur inconnu, du genre… « Vous ne me connaissez pas, mais je sais chaque détail de vous, jusqu’à votre numéro de téléphone, c’est dire ! » et pourtant, à l’annonce que lui fit cet homme, le Winchester sentit son sang ne faire qu’un tour, grimper dans son cerveau, l’irriguer à fond avant de déserter tout son corps… truc dans le genre. Louisa avait des problèmes, la phrase tournait et retournait dans son cerveau qui apparemment souffrait d’une surcharge de café tant il répétait cette phrase à toute allure et de plus en plus fort. A croire que la pire crainte du chasseur semblait se concrétiser, ce soir, sous ses yeux… ou presque et pourtant, ce n’est que quelques secondes après qu’il pigea la suite… Elle était en train d’accoucher ! Pire encore à vrai dire, ce n’était pas du tout le bon moment ! Entre la disparition de son frère, la réapparition miraculeuse de son père, cette constante envie de partir, cette impression que tout s’effondrait depuis que Dean était aux abonnés absents, bref, tout ça sans compter que bébé avait décidé d’avoir un mois et demi d’avance… ce n’était franchement PAS le bon moment, pour papa, comme pour maman apparemment !

    Et pourtant, ni une ni deux, le voilà embarquer dans la voiture que Dean avait laissé derrière lui : preuve qu’il était parti d’Ellington par la soit disant opération du soit disant saint esprit et non pas de son plein gré ! A moins qu’il ne soit allé se suicider… Non, Dean n’aurait jamais fait une chose pareille et d’ailleurs, les Anges ne l’auraient pas laissé faire donc bon… On peut bien dire que c’est n’importe comment et en trombe que Sam trouva – ou piqua – sa place au milieu des autres qui se pressaient pour trouver un endroit où se garer. Après tout, là où d’autres viennent à l’hôpital pour une entorse, lui il y allait parce que sa… parce que Louisa était en train d’accoucher d’un saleté de mioche qui avait décidé de se pointer trop tôt ! Devant la pourtant large entrée de l’hôpital, Sam manqua de se manger Jackson, et en beauté et pourtant, la seule chose qu’il fit après ça, c’est lui adresser un furtif regard pas forcément sympathique mais pas non plus totalement antipathique : pour une fois qu’ils avaient les mêmes intentions… on allait pas non plus les faire se disputer devant l’hôpital, bien que la nervosité soit au rendez-vous pour mettre les nerfs de tout le monde bien en pelote ! S’engageant donc à la suite de Jackson – qui sans conteste connaissait mieux l’hôpital d’Ellington que Sam (car oui, Sam est le meilleur, l’hôpital, il ne connaît pas) – Sam marchait à vive allure à travers les tortueux passages, qui étaient finalement bien bondés en ce moment, de l’hôpital. A peine arrivé avec son ami Jackson – ça fait trop crédible – Sam remarqua la présence d’un type, quelque peu à l’écart et quelque peu… familier, tandis que Jackson, lui, concentrait toute son attention sur la fille de Louisa qui était venue se serrer dans ses bras. Quelque peu perplexe face à l’arrivée nouvelle de ce type qui apparemment avait pris June en charge entre son arrivée aux urgences et leur arrivée à eux, il resta silencieux, se contentant de l’observer de loin. Il l’avait déjà croisé, il l’avait vu quelques fois dans un café… et d’autres fois près de l’appartement de Louisa – Sam est un chasseur, Sam a l’œil. Comme d’un commun accord silencieux, les deux hommes – définitivement, ils sont très proches Jackson et Sam ce soir, sans compter que monsieur cousin de Lou avait utilisé « on » et pas « je »… un quelconque signe de petit plus ? Ouais, bref – les deux hommes, donc, s’avancèrent vers l’inconnu qu’apparemment Jackson connaissait, puisqu’il lui adressa la parole comme s’il s’agissait d’un homme qu’il ne voyait pas souvent mais qu’il avait déjà eu le plaisir – ou pas – de croiser. Alors qu’ils arrivaient à hauteur de l’homme relativement âgé – plus fraîchement jeune hein – Jackson prit la parole, posant la question fatidique à laquelle pourtant le Winchester ajouta – plus parce qu’il était paniqué et que les questions des autres, il ne les entendait pas vraiment au vu de toutes celles qui lui brouillaient l’esprit : « Elle va bien ? » Oui pas de « ils vont bien », Sam ne s’était tout simplement pas encore fait à l’idée qu’un enfant était en train de germer – comme une plante – dans le ventre de Louisa et que cet enfant était en plus son enfant à lui. Donc pour le moment – tant qu’il était dans cet état second qu’est l’état de choc qu’il ne cherchait pas vraiment à masquer – Sam n’avait pas encore inclus le bébé qu’ils avaient avec Louisa, dans l’équation. Décidément, ce n’était pas comme ça qu’il avait imaginé devenir père un jour dans sa vie… dans une ville paumée, en plein milieu d’une Apocalypse, un mois et demi à l’avance et prisonnier à attendre et stresser avec un mec qu’il ne connaissait pas, une petite fille en pleurs et un autre type qu’il ne pouvait pas blairer. Mais qui sait, peut-être que tout ça allait finir par briser la glace… enfin, il ne fallait pas trop espérer non plus hein…

_________________

winchesters say "hi" - i wake up every evening with a big smile on my face, and it never feels out of place. and you're still probably working at a nine to five pace, i wonder how bad that tastes. when you see my face hope it gives you hell, hope it gives you hell. when you walk my way hope it gives you hell, hope it gives you hell. now where's your picket fence love ? and where's that shiny car ? you never seemed so tense love and never seen you fall so hard. VOTEZ POUR NOUS ♥
Revenir en haut Aller en bas

Louisa Delacroix


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Megalyn
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Zooey Deschanel
✾ MES CRÉDITS : Megalyn & Shiya
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 13/07/2009
✾ MES MESSAGES : 999

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Infirmière


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: Baby is coming - Sam + Jack + June -   Jeu 19 Aoû - 6:26

    Douglas regarda Jackson, puis posa son regard azur, si semblable à celui de Lou, sur Sam, et l’observa longuement, pensif. Il comprenait parfaitement ce qu’il traversait. La naissance de Louisa avait été tout aussi mouvementée, simplement dans un genre différent. Ni elle ni sa mère ne risquaient de mourir. On les lui avait enlevées. Il risquait d’en être de même pour Sam, et de la pire des façons. Et c’était lui qui devait le lui annoncer. Le leur annoncer. Malgré l’évidente antipathie entre Jackson et Sam, les deux hommes s’entendaient pourtant, paradoxalement, sur leur point principal de discorde. Louisa.
    Il s’approcha de June, toujours dans les bras de son cousin, et lui caressa doucement les cheveux. Cette enfant n’avait absolument rien de sa mère. Quant à son père, dieu seul pouvait savoir où il se trouvait. Peu importait. Il s’occuperait bien d’elle si Louisa venait à mourir. Et du bébé qui venait de naître, si Sam décidait de jouer lui aussi les pères indignes. Mais pour le moment, rien n’était sûr.

    « Je ne sais pas. Pour le peu que j’en ai compris, elle va très mal. Le médecin que j’ai vu n’est pas très optimiste. Ils ont sorti le bébé. C’est un petit garçon. Hormis le fait qu’il est prématuré, il semble aller bien. »

    Mais il n’osa pas en dire plus alors que la fillette était là, à écouter tout ce que les adultes se disaient entre eux. Elle avait les yeux rouges d’avoir trop pleuré, et des larmes roulaient encore sur ses joues rosées. Il savait que la seule chose qu’elle voulait était se blottir contre sa mère…

    *

    « Clamp ! »

    Le chirurgien fit signe à l’infirmière de bloc de lui essuyer le front. La jeune femme saignait déjà avant que le bébé ne soit sorti. A présent, cela empirait, sans qu’il ne parvienne à en trouver la source. Pire encore, après tout le sang qu’elle avait perdu et les deux arrêts cardiaques qu’elle avait fait, la malheureuse s’accrochait encore. Il avait survolé le dossier. Elle avait vingt quatre ans, et déjà une fillette de neuf ans, sans même songer au petit miraculé qui était dans une couveuse en réanimation néo-natale.

    « Elle fait encore un arrêt ! »
    « Palettes ! Vite ! »

    *

    La secouriste regarda, à travers la baie vitrée, les minuscules bébés noyés sous les tubes et tuyaux dans leurs immenses couveuses chauffées. Tout du moins, le semblait il. En réalité, seul un enfant l’intéressait. Celui qui faisait tâche au milieu des autres, par sa taille, son poids, sa couleur bien rose et ses gestes sereins, alors que les autres bébés avaient l’air à l’agonie. Les yeux de la femme se noircirent. La nouvelle génération Winchester. Elle ne pouvait pas rêver mieux. Lucifer les avait tous abandonnés. Elle leur montrerait à tous qui était le nouveau big boss, capable de botter le cul de Dieu et ses petits angelots trouillards et prétentieux…

    *

    « Heure du décès… »

    Lou cessa d’écouter le chirurgien, se contentant de le regarder. Il remontait sur elle le drap ensanglanté.

    « Je suis morte ? » murmura t’elle.
    « Non, pas encore. Mais tu le pourrais. »

    Elle se tourna vers la voix. Un ange, dont le visage lui était inconnu. Où étaient Sariel et Castiel quand on avait besoin d’eux ? Apparemment pas auprès des mourants.

    « J’ai un choix à faire, je suppose ? Si vous me demandez de choisir entre ma vie et celle de mon fils, c’est la sienne que je choisis, sans hésitation. »
    « Le choix est bien plus difficile que tu ne le penses… »

    *

    Exténué, le chirurgien regarda le brancard s’éloigner. Il l’avait sauvée, mais à quel prix ? Il se changea et sortit du bloc. Il enleva sa charlotte, la jetant dans la première poubelle venue, et pénétra dans la salle d’attente. Trois hommes et une enfant attendaient anxieusement. Ils se levèrent tous lorsqu’il arriva.

    « Je voudrais avoir de meilleures nouvelles. Louisa est vivante, mais elle a perdu beaucoup de sang. Elle a été transférée en soins intensifs. Vous pouvez la voir, mais pas entrer dans la chambre. Suivez moi, je vous prie. »

    Sans attendre de réponse, il les conduisit en soins intensifs. Il s’arrêta devant une fenêtre. De l’autre côté, Lou reposait dans un lit, un tube dans la gorge, et plusieurs fils dans les bras. Elle était aussi blanche qu’un cadavre, et seuls les moniteurs indiquaient qu’elle vivait encore.

    « Anita ? Si l’un de ces messieurs veut aller en réa néo nat, conduis les auprès du bébé Delacroix. »

_________________
    VICTOR HUGO DEMAIN DES L'AUBE Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe, ni les voiles au loin descendant vers Harfleur, et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur
Revenir en haut Aller en bas

Invité


Invité





MessageSujet: Re: Baby is coming - Sam + Jack + June -   Dim 22 Aoû - 1:04

    Le pressentiment que June avait eu le matin-même s'était avéré exact, quelque chose se déroulerait avant la fin de la journée mais, elle était très loin de se douter que ce serait la naissance de son petit-frère tant attendu et encore moins dans de telles circonstances. La vision de sa mère perdant les eaux ou encore être embarquée par les secours resteraient probablement gravée dans sa mémoire pour très longtemps. Elle avait essayé d'être forte, de ne pas pleurer mais, le fait est que sans sa mère, June était très vulnérable et fut incapable de réprimer ses larmes et puis cet homme qui prétendait être le vrai père de Louisa, c'était un peu trop pour une petite fille mais, June avait toujours eu l'impression d'être un peu à part. N'allez pas croire qu'elle se juge supérieure aux autres parce que ce n'est pas du tout le cas mais, il y a des jours où elle a l'impression d'être coincée dans un corps qui n'est pas le sien. Son esprit n'est pas celui d'une enfant de neuf ans par exemple. Et dire qu'elles avaient toutes deux prévu d'aller rendre visite à Jude et Jackson avant de voir brusquement les plans chambouler par cette situation impromptue. Son petit frère venait au monde beaucoup trop tôt, June en avait parfaitement conscience et elle savait aussi que ce n'était pas bon signe du tout. L'arrivée de Jackson sembla lui apporter un peu de réconfort, des trois hommes c'était bien lui qu'elle connaissait le plus pour avoir grandi avec, il l'avait même presque élevé et faisait office de figure paternelle même s'il n'était qu'un cousin ou plutôt un oncle, la différence d'âge était telle que June préférait l'appeler « Tonton ». La petite fille lui opposa une résistance d'ours en peluche lorsque Jackson la serra contre lui et posa sa tête sur son épaule en essayant de calmer ses pleurs, il frotta alors sa joue contre la sienne humide de larmes qui semblaient avoir enfin cessé de couler. Lorsqu'elle était trop perturbée, la petite ne parlait qu'à de rares occasions uniquement pour répondre aux questions qui nécessitaient une réponse monosyllabique, ceux qui ne nécessitent pas trop de réflexions parce qu'elle n'était pas d'humeur à réfléchir à une réponse construite.

    June ne répondit pas, incapable de sortir de sa léthargie à présent mais, elle était déjà beaucoup plus calme que précédemment en étant dans les bras de son cousin, Douglas était sympathique, protecteur mais, June ne le connaissait à peine alors le calcul avait été fait rapidement. Soudain, tout le monde se regroupa autour de l'homme aux cheveux poivre et sel qui passa une fois de plus sa main dans les cheveux de la petite fille dont les yeux bouffis- plongés dans les siens- guettaient la réponse de Douglas. Elle n'était même pas sûre de comprendre ce qui sortirait de sa bouche mais, June était une très fine observatrice et n'aurait aucun mal à décrypter les expressions faciales des trois hommes pour parvenir à un constat.

    Citation :
    « Je ne sais pas. Pour le peu que j’en ai compris, elle va très mal. Le médecin que j’ai vu n’est pas très optimiste. Ils ont sorti le bébé. C’est un petit garçon. Hormis le fait qu’il est prématuré, il semble aller bien. »

    La petite n'en eut pas besoin finalement, Douglas alla droit au but et elle apprécia le fait qu'il dise les choses franchement en sa présence. June détestait avoir de faux espoirs surtout concernant l'état de santé de sa maman. La seule chose qui sembla la conforter fut de savoir qu'il s'agissait d'un petit garçon mais, elle n'en fut nullement étonnée en réalité parce qu'elle le savait depuis fort longtemps, c'était Michael, son ami imaginaire, qui le lui avait soufflé. June resserra l'étreinte autour des épaules de Jackson et finit par s'assoupir, exténuée par tout ce remue-ménage et cette anxiété qui ne cessait d'accroître. Elle n'avait alors aucune idée du temps qui s'était écoulée mais, cela lui avait semblé être une éternité lorsqu'enfin le chirurgien s'approcha d'eux. June se leva alors d'un bon comme précédemment mais, resta un peu en retrait contrairement aux trois hommes, il leur proposa d'aller voir Lou, les regards se posèrent sur la petite qui leur offrit un regard digne du Chat Potté en guise de réponse. June avait parfaitement conscience que voir sa mère dans un triste état n'était pas recommandable pour elle mais, s'assurer que sa mère était en vie semblait tout aussi important. La petite le regretta amèrement, Louise se tenait là, allongée sur un lit, pâle comme la mort, reliée à toutes sortes de tubes qui ressemblaient davantage à des tentacules et une machine indiquait sa tension et son rythme cardiaque, June avait déjà vu ça à la télévision ou alors, dans une vie antérieur mais, cela ne lui était pas totalement inconnu.

    « Je te l'avais dit que ce serait un garçon. » chuchota t-elle, la gorge nouée à l'adresse de sa mère inconsciente de l'autre côté de la vitre.

    June disait souvent « Je te l'avais dit » surtout à sa mère, elle avait beaucoup d'intuitions qui s'étaient révélées exactes ou alors était-elle tout simplement douée du pouvoir de prémonitions. Ce fut une voix qui tira la petite fille de sa rêverie.

    Citation :
    « Anita ? Si l’un de ces messieurs veut aller en réa néo nat, conduis les auprès du bébé Delacroix. »

    June posa alors son regard sur Sam, c'était même la première fois qu'elle le regardait depuis qu'il était arrivé en compagnie de Jack, elle tira alors sur sa manche pour attirer son attention, hésita un moment puis, échangea un regard avec les deux autres hommes.

    « C'est Sam le papa de mon petit frère. » dit-elle simplement, faisant comprendre aux deux autres que même s'il le voyait d'un mauvais œil, c'était tout à fait légitime.
Revenir en haut Aller en bas

Phoenix H. Lawrence


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Twix
✾ MA CÉLÉBRITÉ : DiannaSexyAgron
✾ MES CRÉDITS : Me, I & Myself
✾ MON MOI² : None
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 22/07/2009
✾ MES MESSAGES : 470

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 printemps
✾ STATUT SOCIAL : Mère célibataire
✾ SON EMPLOI : Stripteaseuse


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: Baby is coming - Sam + Jack + June -   Lun 23 Aoû - 1:46

Dans toute sa vie, Jackson avait déjà assisté à plusieurs accouchements, mais à chaque fois, c'était la même chose : il sentait en lui cette peur que tout ne se passe pas bien, qu'il y ait des complications, que la mère ou le nourrisson y reste, voire même que le sort soit funeste pour tous les deux. Il y avait eu l'accouchement de sa mère, et lui qui avait attendu dans le couloir, avec celui qui était alors le mari de Chiara. Cela s'était plutôt bien passé, sauf qu'étant encore assez jeune, il s'était un peu trop laissé assaillir par la peur panique de perdre sa mère, alors même qu'il n'avait plus de père pour se charger de lui si jamais Chiara y perdait la vie. Et puis, il y avait ce petit frère ou cette petite soeur qu'il voulait tant rencontrer et tant aimer. Il y avait également eu l'accouchement d'une de ses amies de lycée, fille mère, mais là, il s'était senti un peu moins concerné, n'étant pas le père, et pas de la famille des deux futurs parents non plus. Et puis, ils avaient été toute une petite bande à attendre dans le couloir de l'hôpital, squattant bon nombre des sièges disposés pour attendre. Il avait également assisté de plus près à un accouchement, lorsqu'il servait sous les drapeaux. C'est ça aussi d'être soldat, apporté aide et assistance aux populations présentes sur le terrain bien avant votre arrivée, tout simplement parce qu'elles étaient ici chez elles, des populations qui n'avaient pas forcément demander à ce que vous vous pointiez chez eux, et qui subissaient tout ça. Les conditions de l'accouchement avaient été épiques, et il avait dû assister le soldat-infirmier de son escouade. Cela avait été moins affreux qu'il ne l'aurait pensé, et au final, tous étaient tellement pris par l'envie que tout se déroule du mieux possible qu'ils ne s'étaient rendus compte du vrai péril de la situation qu'une fois le bébé dans les bras de sa mère, né et en assez bonne condition de santé. Et maintenant, Lou. C'était là une toute autre histoire, parce qu'il était adulte, concerné par l'accouchement, et qu'il s'agissait de sa cousine, tout de même. En plus de cela, ce bébé à venir était le fils de Sam, qu'il n'appréciait pas particulièrement sans plus forcément vouloir voir sa tête au bout d'un pique, et pour couronner le tout, les temps étaient sombres et le futur assez peu encourageant, nice, isn't it ? Rajoutez à cela qu'il y avait dans l'histoire une petite fille morte de trouille pour sa mère et vous aurez le parfait cocktail d'une situation très très angoissante.

La réponse de Douglas ne vint en tout cas en rien rassurer qui que ce soit, du moins, pas totalement. Au moins, maintenant tous savaient que le bébé n'avait pas de souci de santé imposant aux vues de son arrivée avant terme, et tous savaient maintenant que Sam et Lou' venaient d'avoir un petit garçon. Perdre un petit bout de chou à peine né est l'une des choses les plus dramatiques et destructrices au monde, Jackson se sentait donc bien soulagé de savoir que ce ne serait pas le cas cette fois ci, du moins, pas pour le moment même s'il se défendait fermement de penser que tout pourrait changer. Le petit gars était là, né, et probablement placé dans une couveuse, dans la salle réservée aux prématurés. Il sentit les petits bras de June resserrés leur étreinte autour de son cou, alors qu'il cherchait à apaiser la petite fille en la berçant quelque peu et en lui caressant le dos. Jamais il ne ressentit le besoin urgent d'aller se poser, habitué à porter des charges et plus que ravi de la sentir contre lui. Il se disait qu'au moins, il se rendait utile, et que sa cousine se saurait soulagée lorsqu'elle apprendrait qu'on s'était bien occupé de la petite puce. Le jeune homme refusait de douter d'un retour au calme et d'un embellissement de la situation de sa cousine, parce que c'était juste douloureux de penser autrement. Lou' allait mal, mais elle s'en sortirait, non ? Il le fallait ... Il le fallait pour ses deux petits bouts, qui avaient besoin de leur mère. Lui avait certes perdu la sienne à 17 ans, mais il savait ce que c'était que de sentir le vide causé par la disparition d'une mère, tout comme il savait la difficulté de grandir sur une jambe, parce que l'un de nos deux parents nous avait été arraché. Il n'y avait rien d'autre à faire que d'attendre, attendre et espérer que le chirurgien reviendrait le plus vite possible. Sentant le corps de June quasi inerte contre lui, il remarqua que la petite s'était assoupie, sans doute shootée par les émotions et par l'angoisse qu'elle ressentait. Estimant qu'elle serait bien plus à l'aise s'il s'asseyait, il allait prendre place sur l'un des sièges disposés dans le couloir, tout en continuant quelque peu de lui caresser le dos, comme pour l'apaiser, y compris dans son sommeil. Il songea à tant de choses que cela en fut douloureux. Il ne pouvait s'empêcher de revivre cette situation d'autrefois, lorsque Lou' avait manqué de périr, et que June était encore plus jeune. Fermant les yeux pour tenter de s'échapper par la pensée vers autre chose, il les ré-ouvrit brusquement en entendant le chirurgien revenir vers eux. June se réveilla instantanément, comme tirée de ses songes par un réflexe, une intuition. La laissant se redresser et courir vers le chirurgien, il se leva à son tour, et serra la mâchoire en apprenant la nouvelle. Certes, sa cousine était tirée d'affaires, mais rien n'était jamais sûr question médical, il le savait. Et elle n'avait pas recouvré ses esprits.

L'observer derrière cette vitre lui déchirait le coeur. Ces derniers temps, il ne s'était pas assez consacré à elle, et lorsqu'il l'avait fait, c'était sans cesse avec ce voile de rancoeur contre Sam. Ils n'étaient plus autant qu'avant sur la même longueur d'ondes, et la part de responsabilité lui revenait presque entièrement. C'était une chose dont il aurait beaucoup moins éprouvé de difficulté à supporter si seulement sa cousine avait été là, pour lui répondre, pour se lancer dans une parfaite imitation de June et de ses « je te l'avais dit ». Oui, il aurait tout donné pour qu'elle lui passe présentement un savon, en l'appelant par tous ses prénoms et de tous les noms, mais cela était impossible : elle était là, inconsciente et soutenue par tout un tas de machines. Lui aussi avait connu ce genre de choses là, souvenirs fort peu agréables et qu'il maudissait chaque jour. C'était là, encré en lui, et il ne pouvait s'en défaire. Ressentir la douleur que c'était de vivre telle chose à travers un autre était douloureux, et encore plus maintenant parce qu'il s'agissait de nulle autre que Louisa, sa cousine bien aimée. Il sentit June pivoter légèrement sur elle même, alors qu'il avait une main posée sur son épaule. Il posa alors les yeux sur elle, qui ne faisait que réagir aux dernières paroles du chirurgien, et la vit tirer sur la manche de Sam afin, probablement, d'attirer son attention. Il se refusait d'imaginer ce que pouvait bien ressentir le jeune homme en ce moment, surtout parce qu'il n'en avait pas grande idée, ne le connaissant pas du tout en fait, mais à qui la faute ? Il fut tiré de ce petit constat amère par le regard de June, qui se posa sur lui. C'était quelque chose qu'il ressentait à chaque fois au plus profond de son être. Oui, Sam était le père du petit bout, et Jackson se surprit presque à trouver naturel que ce soit lui qui aille le premier voir la petite merveille.

« Elle a raison. C'est ton fils Sam, c'est donc naturel que ce soit toi qui aille le voir. Il a besoin de toi. »

Posant sur le jeune homme un regard emprunt de neutralité, mais aussi de franchise et dénué de toute haine ou autre sentiment négatif, Jack' acquiesça doucement de la tête, la mâchoire encore contractée par le poids de tout ce qui tourbillonnait en lui. Lui devait rester ici, à veiller Lou', même si, il le savait, cela ne sauverait en rien la jeune femme. Mais il voulait laisser à Sam ce premier contact avec le nouveau né, seul à seul. C'était ... important pour lui, et il s'en voudrait de lui voler ce moment.

« Vas y, moi je restes ici ... »


Dernière édition par Jackson Miller le Mar 24 Aoû - 22:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://in-nomine-mens.bbactif.com

Sam Winchester


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : MARY-W.
✾ MA CÉLÉBRITÉ : J.Padalecki
✾ MES CRÉDITS : Dodixe
✾ MON MOI² : Zadkiel
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 11/07/2009
✾ MES MESSAGES : 45276

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 28 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Chasseur


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: Baby is coming - Sam + Jack + June -   Mar 24 Aoû - 6:37

    Un flot de pensées, voilà ce qui se déversait à cet instant précis dans l’esprit du Winchester. Les choses allaient trop vites, elles semblaient se précipiter au moment crucial où tout allait basculer. Les démons avaient quelque peu déserté les rues d’Ellington, les gens devenaient… bizarres et Dean avait disparu… rien de bon à l’horizon, si l’on peut dire. Il s’était docilement laissé guidé vers Louisa, ou du moins, ce qu’il en restait. Dans sa vie, il avait été habitué plus que quiconque à en voir, des choses pas nettes : des gens déchiquetés en petits morceaux et dont il ne restait plus grand-chose, des zombies sortis d’outre tombes, des squelettes, des cadavres tous plus pourris les uns que les autres et pourtant, là, cette vision semblait se graver plus douloureusement que les autres dans ses pensées. L’absence de son frère n’avait fait que glacer tout son être dans une solitude qu’il avait déjà connu la dernière fois qu’on lui avait arraché son frère avec presque moins de violence qu’à présent. L’absence de Louisa ne serait sans doute plus que celle qui précipiterait sa chute dans ce néant glacé qui l’envahissait déjà. Un mauvais pressentiment, les choses semblaient s’être stabilisées dans cette pathétique situation morbide et pourtant, il était persuadé au fond de lui que quelque chose allait à nouveau changer… pas en bien, évidemment, on ne s’appelle pas Winchester pour rien. Le regard rivé sur la vitre qui le séparait de la jeune femme, il restait silencieux, presque autant que les autres, muré, lui, dans un silence qui durait depuis qu’il avait posé une seule et unique question, incapable encore de s’inquiéter de la santé du bébé qui venait de naître. Sans doute qu’il ne l’avait toujours pas intégré dans sa vie, peut-être pour se protéger et pour le protéger lui-même face au moment inévitable où il déciderait de sortir de sa vie et de celle de Louisa. Il savait que c’était la meilleure décision qu’il puisse prendre pour eux deux, et pour lui également… ou pas d’ailleurs, mais laissez-le s’en persuader au moins, quoi. Il n’avait même pas encore eu le réflexe de penser à un quelconque pacte qu’il pourrait faire à un quelconque croisement, ni même à une possibilité de s’arranger avec ces saletés d’Anges. De toute manière, d’ici à ce qu’ils accèdent à une requête de Sam, il se passera quelques millénaires ! Il ne prêta pas la moindre attention aux propos que le médecin adressa à il ne savait qui, il avait tellement envie de ne pas être connecté à la réalité à l’instant précis, il avait tellement envie de pouvoir stopper tout ça et de remonter dans le temps pour ne jamais entrer dans la vie de Louisa, ou même de qui que ce soit dans cette ville. Définitivement, même la chose qui enchanterait le plus n’importe lequel des hommes – à savoir la paternité – tournait au fiasco avec lui.

    Ce n’est que lorsqu’il sentit une main tirer sur sa manche qu’il sortit de cette léthargie dans laquelle il s’était enfoncé pendant trop de temps. Comme sorti d’un sommeil profond, il releva le regard, incapable de comprendre ce qui lui arrivait. Il comprit au moment où Jackson lui adressa la parole… apparemment, ils avaient la possibilité d’aller voir le bébé. Il ne voulait pas bouger, il voulait rester là, avec Louisa, à veiller sur elle comme il aurait du le faire pendant si longtemps et au fond, encore une fois, le cousin de Lou se trompait… La chose dont ce bébé avait le plus besoin, c’était que Sam n’entre jamais dans sa vie, pas plus loin que le fait d’avoir été son géniteur en tout cas… Il se détestait pour avoir de telles pensées, tout comme il avait détesté son père qui les avait faits passés, Dean et lui, au second plan derrière une vie remplie de vengeance et d’horreurs. Sa vie à lui, n’avait plus rien d’une vengeance, c’était plutôt une quelconque recherche de rédemption après tout ce qu’il avait accompli de déplorable dans sa misérable existence. Et qui sait, s’il parvenait à vaincre Lucifer, ça ne ferait qu’arranger la vie de tous, même de Louisa et ce, quoiqu’elle en dise. Croisant les regards des deux hommes qui l’accompagnaient puis de la petite fille, il ne put cependant pas s’en tenir à cet engagement. Louisa le tuerait si elle apprenait qu’il n’avait pas su veiller sur leur enfant pendant qu’elle elle… il ne savait même pas pourquoi elle ne se réveillait pas, pourquoi elle demeurait dans cet état entre la vie et la mort. Les paroles de Jackson – pour une fois sympathiques et pas agressives – firent tilt dans l’esprit de Sam… C’était à lui et à personne d’autre d’assumer les événements et de ne pas lâcher prise… du moins, temps que Louisa resterait dans cet état là. Hochant légèrement la tête, il posa son regard sur Jackson, lui faisant comprendre qu’il allait finir par prendre son courage à deux mains pour y aller. Forçant un sourire à Anita l’infirmière XD, il n’eut pas besoin de s’épancher plus pour qu’elle ne comprenne, l’emmenant voir l’enfant que Lou avait mis au monde et qui, logiquement parlant, était le sien… Son fils… fils, à lui… bébé, paternité, des choses qui n’avaient pas été si concrètes que ça quelques jours plus tôt, voire même quelques heures plus tôt alors qu’il avait chassé… et pourtant, maintenant, c’était bel et bien là et… et ça dormait profondément dans une couveuse, la respiration rapide, minuscule comme… comme il ne savait même pas quoi, c’était sans conteste la première fois qu’il voyait un bébé aussi petit – par rapport à lui, c’est un microbe, carrément. C’était étrange quel effet l’idée que des gens puissent encore naître en plein milieu d’un chaos pareil, il avait l’impression que quelque chose venait de renaître en même temps que cet enfant… que son enfant, il fallait vraiment qu’il comprenne que c’était le sien et pas le bébé de la voisine d’à côté. Il avait l’impression de pouvoir à peine respiré sans que ça fasse quelque mal que ce soit à cet enfant, si petit et a l’air si fragile – la joueuse arrive pas à croire que Sam puisse avoir de pareilles pensées – et pourtant, plus que son souffle, c’était son regard qui était rivé en direction de son fils, incapable de s’en détacher, pas même pour adresser le moindre remerciement à l’infirmière… c’était bizarre, il avait rêvé de connaître ça pendant si longtemps et maintenant qu’il avait perdu tout espoir que ça lui arrive un jour, ça lui tombait sur le coin de la tête… comme quoi, encore une fois, les choses ne tombent jamais quand on les attend…


Spoiler:
 

_________________

winchesters say "hi" - i wake up every evening with a big smile on my face, and it never feels out of place. and you're still probably working at a nine to five pace, i wonder how bad that tastes. when you see my face hope it gives you hell, hope it gives you hell. when you walk my way hope it gives you hell, hope it gives you hell. now where's your picket fence love ? and where's that shiny car ? you never seemed so tense love and never seen you fall so hard. VOTEZ POUR NOUS ♥
Revenir en haut Aller en bas

Louisa Delacroix


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Megalyn
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Zooey Deschanel
✾ MES CRÉDITS : Megalyn & Shiya
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 13/07/2009
✾ MES MESSAGES : 999

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Infirmière


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: Baby is coming - Sam + Jack + June -   Jeu 26 Aoû - 5:22

    Douglas baissa les yeux, entendant malgré lui la petite June qui murmurait ces quelques mots si touchants et attendrissants à sa jeune mère. L’enfant ne se remettrait jamais de sa mort, si Louisa ne s’en sortait pas. Et quand il voyait sa fille dans cet état, Douglas avait l’impression que des dizaines d’épées lui traversaient le corps. Il ne la connaissait pas que déjà il la perdait. De vieux souvenirs, d’à peine quelques années, remontaient peu à peu. Quand il avait enfin retrouvé la mère de la jeune femme. Mourante. Incapable de lui dire où était leur bébé. Bébé qui était désormais maman, et qui dépérissait sous ses yeux. Il sentait ses forces l’abandonner en même temps que la vie de sa fille. Il ne la connaissait pour ainsi dire pas du tout, mais elle était sa fille. Et à l’heure actuelle, aller voir son petit fils n’était pas envisageable. Il était bien trop inquiet pour Louisa. Quand bien même, Sam serait prioritaire. Il regarda distraitement le jeune homme s’éloigner pour aller voir son fils.
    Puis il observa Jackson. Lui était père. Tout dans son comportement l’indiquait. Tant sa façon d’agir avec June que sa réaction à l’encontre de Sam que, selon toute vraisemblance, il n’appréciait pas outre mesure. Qui plus est, le jeune homme n’avait pas semblé étonné de le voir. Il avait agi comme s’il y attendait, mais que le moment était arrivé plus tôt que prévu. Ce qui était vrai. Douglas n’avait pas prévu d’entrer aussi brutalement dans la vie de Louisa. Il n’était même pas certain de vouloir perturber la vie qu’elle avait toujours connue. Mais désormais, il était trop tard. S’il demandait à Jackson de ne rien dire à la jeune femme, June ne cacherait rien à sa mère. Il s’approcha de lui, souriant un bref instant à la fillette, avant de poser ses prunelles si identiques à celles de Lou, sur son cousin.

    « Vous saviez, n’est ce pas ? » Mais sa question n’attendait pas de réponse. « J’ai passé dix huit ans à la chercher. Au début, je ne pouvais pas vraiment m’y consacrer autant que je le voulais. Je ne savais même pas que sa mère l’avait faite adopter avant que je ne la retrouve. Elle ne savait même pas que sa propre fille vivait toujours à la Nouvelle Orléans. » Douglas secoua la tête. « Quand j’ai enfin réussi à savoir où était Louisa, elle avait vingt deux ans. Je n’ai jamais eu le courage d’aller lui parler. Même pour lui demander mon chemin. Je n’aurais peut être plus l’occasion de le faire. » acheva t’il en baissant la voix, bien conscient que June les écoutait.


    Tout était flou, comme si elle était dans du coton. Lou n’arrivait pas à bouger, et avait conscience de ne pas respirer par elle-même. A travers ses paupières closes, elle pouvait sentir les variations de lumière, lorsque quelqu’un passait devant elle. Elle ne savait pas où elle était, ni pourquoi elle était incapable de bouger. Ni pourquoi elle ne sentait plus son bébé. Elle voulut lever la main pour la poser sur son ventre, mais une douleur lui traversa le corps de part en part…


    La lumière au dessus de la porte se mit à clignoter rouge vif. Un médecin et deux infirmières entrèrent en courant dans la chambre de Louisa en criant « Code bleu ». Douglas sentit son sang se glacer. Il ne pouvait pas regarder sa fille mourir. Il attrapa June, ignorant ses cris, et l’emmena loin de sa mère. Elle était bien trop jeune pour voir ça…


    « Bonjour, Sam. »

    Elle sentit le regard inquisiteur du Winchester se poser sur elle. Elle fit noircir un bref instant ses yeux avant de se rapprocher sournoisement.

    « Ton fils est magnifique. Il a ouvert les yeux juste avant que tu arrives. Il a les yeux de sa mère. A ce propos, tu devrais peut être aller la voir. Sinon, tu ne pourras jamais lui dire que tu l’aimes… »

    S’éloignant, elle se retourna un bref instant.

    « N’envisage pas de me tuer. Surtout pas ici, devant ton fils. Tu n’avais que six mois quand ta mère est morte, et regarde ce que tu es devenu… » acheva t’elle avec un air cruel.

    S’éloignant pour de bon, elle fit plusieurs fois le tour de l’hôpital avant de se cacher près de la chambre de Louisa. Le médecin tentait de la réanimer. La démone, Lindsay de son petit nom, espérait ardemment qu’il ne réussirait pas. La jeune femme vivait, mais son rythme cardiaque ne suivait pas. Lindsay l’aurait volontiers tuée pour prendre sa place, mais ici, avec Sam de l’autre côté de la vitre, ce serait impossible. Son seul espoir désormais était une mort cérébrale. Mais lorsque le cœur de l’ancienne chasseuse se décida enfin à calmer, Lindsay comprit que c’était raté. Malgré son coma profond, Louisa était toujours là et se battait pour survivre. A croire qu’un ange veillait sur elle…

_________________
    VICTOR HUGO DEMAIN DES L'AUBE Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe, ni les voiles au loin descendant vers Harfleur, et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur
Revenir en haut Aller en bas

Invité


Invité





MessageSujet: Re: Baby is coming - Sam + Jack + June -   Ven 27 Aoû - 2:57

    June avait eu l'audace de dire à voix haute ce que tout le monde semblait penser tout bas, elle savait que Jackson ne portait pas Samuel Winchester dans son cœur et que Douglas ne le connaissait pas encore assez pour juger s'il était signe de confiance ou pas cependant, les hommes approuvèrent sans broncher, donnant même raison à la petite fille qui ne quitta pas le père de son petit frère des yeux jusqu'à ce qu'il ait tourné à l'angle d'un couloir. June était certes encore trop jeune pour comprendre les craintes et réticences d'un homme à être père cependant, elle savait que rien ne pourrait arriver à son cadet qu'elle espérait bien voir dans les prochaines heures afin de s'assurer qu'il irait bien. Bien que ce fut tout à fait légitime, la petite fille avait tout de même eu l'impression d'avoir jeté un froid, le silence était pesant, un silence pendant lequel le regard de Douglas passa de son cousin à elle. Il attendit un moment et brisa enfin le silence ambiant pour s'adresser à Jackson et quelques souvenirs lui revint en mémoire lorsqu'à la sortie de l'école, elle s'était jetée dans les bras de son cousin venu la récupérer à la place de sa mère et que Douglas s'était tenu à quelques mètres d'eux. June avait alors exprimé à Jackson qu'elle voyait souvent cet homme rôder autour de chez eux ou de l'école, c'était également ce qui lui avait mis la puce à l'oreille.

    La petite fille savait que la discussion n'était pas de son ressort, qu'elle était trop jeune pour comprendre ou même pour s'y intéresser mais, ses yeux bleu-vert étaient à présent plongés dans ceux de son grand-père biologique -du mois, c'était ce qu'elle croyait- sans perdre une miette des mots qui traversaient la barrière de ses lèvres. Il expliqua alors avoir passé 18 années de sa vie à chercher Louisa, son enfant. Étrangement, June compatissait et le comprenait comme si elle même avait passé ces dernières années à chercher quelqu'un en vain alors que de mémoire, elle n'avait jamais eu personne à chercher parce que sa vie avec sa mère la satisfaisait pleinement, quant à son père, la petite savait qu'il était inutile de chercher à le contacter, que ce n'était pas un homme bien. Il était facile d'être père mais, d'autant plus difficile de se conduire comme tel et ça, June l'avait compris depuis bien longtemps en observant ses camarades de classe. Soudain, les médecins s'agitèrent autour de la chambre de Louisa et l'on entendit dans les hauts-parleurs qu'il y avait un « code bleu », nullement besoin d'être diplômé en médecine pour comprendre que ce n'était pas bon signe du tout, ce qui fut confirmé par la vision de sa mère dont le monitoring s'agitait. Son cœur manqua un battement tandis que le sang affluait jusqu'à son cerveau, sa mère était en train de mourir sous ses yeux et cette fois-ci, June sembla enfin reprendre l'usage de la parole pour crier sa douleur.

    « Maman ! Maman ne me laisse pas. Bas-toi ! Maman ! MAMAN ! » hurla t-elle encore plus fort tandis qu'une paire de bras la tirait en arrière.

    Les mouvements d'épaules pour tenter de se débarrasser de l'étreinte de Douglas ne lui furent d'aucune utilité.

    « Maman, s'il te plait. Me laisse pas, t'as pas le droit. Tu dois me protéger. Tu dois reste pour mon petit frère. Tu ne peux pas partir comme ça, j'ai encore besoin de toi. »

    La gorge nouée, les yeux de nouveau embués de larmes salées coulant le long de ses joues qui avaient soudainement pâli, June se tourna soudain vers Douglas et s'agrippa avec force à sa jambe tandis que ce dernier l'emmenait au loin pour lui épargner la triste scène. Après ça, il semblait évident qu'elle en ferait des cauchemars pendant longtemps. C'est alors qu'une voix se fit entendre, une voix que June était la seule à pouvoir entendre alors, la petite se leva discrètement et s'éloigna de Douglas et Jackson pendant un moment d'inattention de leur part. La petite tourna à l'angle d'un couloir et tomba nez-à-nez avec un homme qui s'accroupit juste devant elle, un homme qu'elle semblait être la seule à voir. Il était grand et beau, comme Michael, son ami imaginaire.

    « Bonjour, June. »
    « Qui êtes-vous ? » demanda t-elle en fronçant les sourcils.
    « Peu importe mon nom, c'est Michael qui m'envoie. »
    « Mon ami imaginaire ? »
    « Ton ami imaginaire. » dit-il en crispant son visage ce qui ressemblait presque à un sourire après avoir hésité une fraction de secondes.
    « Pourquoi ? »
    « Parce qu'il a un message pour toi. Il m'a dit de te dire de ne pas t'inquiéter, que tout allait s'arranger. »
    « S'arranger pour qui ? Ma maman va vivre ? »

    Elle n'obtint aucun réponse, il disparut sous ses yeux comme avait l'habitude de le faire Michael.
Revenir en haut Aller en bas

Phoenix H. Lawrence


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Twix
✾ MA CÉLÉBRITÉ : DiannaSexyAgron
✾ MES CRÉDITS : Me, I & Myself
✾ MON MOI² : None
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 22/07/2009
✾ MES MESSAGES : 470

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 printemps
✾ STATUT SOCIAL : Mère célibataire
✾ SON EMPLOI : Stripteaseuse


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: Baby is coming - Sam + Jack + June -   Sam 28 Aoû - 0:52

Jackson refusait de perdre Louisa. C'était impossible, tout simplement impossible. Et si jamais Lou' n'arrivait pas à s'en sortir, cela lui serait insupportable. L'idée même le révulsait, lui tordait le ventre comme autrefois, sur le Front, à chacune de ses sorties. Il avait entre autre tenu pour elle quand il était là bas, parce qu'il savait qu'elle l'attendait, qu'elle tenait vraiment à ce qu'il leur revienne en un seul et même morceau, de préférence dans le meilleur état possible. Ce serait mentir de sa part que de se demander s'il avait exactement sa place dans la vie de sa cousine, depuis qu'il savait qu'entre eux deux, en fait, il n'y avait aucun lien familial, et que pas une seule goutte de sang n'était partagée entre eux, coulant dans leurs veines avec toutes ses comparses. Il s'était parfois demandé, et surtout récemment, s'il avait bel et bien laissé son emprunte dans l'existence de la jeune femme, et si sa disparition de sa vie serait vraiment dure et compliquée à supporter par la demoiselle. Ces derniers temps, il se posait effectivement nombre énorme de questions, mais il y avait également toutes ces certitudes qui s'imposaient à lui, immuables et omniprésentes, des certitudes qui ne se souciaient jamais de savoir si c'était exactement le bon moment pour elles de se pointer dans ses délires réflexifs avant de le faire. Et entre autres certitudes, il y avait celle là : quoi qu'il en soit, cousins par adoption ou pas, il tenait vraiment énormément à Louisa. Alors, la voir dans ce lit, allongée de cette manière, avec des tuyaux partout, reliée au monde extérieur par des machines et séparée d'eux par cette vitre qu'il avait tant envie de faire voler en éclats, ça lui brisait le coeur. Ce qui vint cependant y mettre un peu de baume, ce fut le départ de Sam, non pas parce que Jack' en avait assez de le voir dans leur petit groupe de personnes inquiètes pour Lou, puisque le cadet des frères Winchester y avait tout à fait sa place, mais plutôt parce que le jeune homme les quittait pour aller voir son fils. C'était la meilleure des choses à faire de l'avis de Jackson, parce que cela lui évitait au moins de voir plus longtemps la femme qu'il aimait dans ce ... dans cet état. Ne restaient plus que June, lui et ... Et Douglas.

A la question de Douglas, qui dans le fond n'en était pas vraiment une, il ne fournit pas de réponse, du moins, pas oralement, se contentant d'un petit hochement de tête. Oui, il savait, du moins, il avait deviné, en faisant coller une à une les pièces du puzzle. Il en savait plus long sur toute cette affaire que la principale intéressée, et si c'était bel et bien un comble, il se disait que c'était mieux comme ça. Certes, un jour ou l'autre, et plus trop que lui ne l'avait prévu semblait-il, Louisa finirait par découvrir toute la vérité, et mieux valait que ça se fasse en douceur, pas trop vite donc. Sauf que rien ne se passe jamais comme prévu, et que le jeune homme cherchait sans nul doute à trop idéaliser le moment des révélations. Il écouta en détails l'histoire de Douglas, et ne s'empêcha pas de penser à la douleur qu'avait éprouvé cet homme de ne pas élever sa fille, de ne pas la voir grandir, rire et s'épanouir auprès de lui. Jackson avait une fille lui aussi, et le simple fait d'imaginer un présent parallèle où elle ne serait pas à ses côtés lui donnait presque envie de vomir de douleur. C'était l'une des choses les plus déchirantes pour un père que de vivre cette vie, à sans cesse se demander où était son enfant, ce qu'il faisait, où il était, s'il était heureux et si un jour, il finirait par ressentir ce manque de vous. Il éprouva le besoin de réconforter ce père dans la tourmente, qui voyait sa fille se dépérir de l'autre côté de cette vitre.

« C'est une battante ... Et une tête de mule. Elle tiendra le coup. »

Il tenait sans doute à se rassurer lui aussi un peu en mettant tant de détermination dans sa voix, en serrant les poings et en contractant sa mâchoire. Pour lui, se réveiller un matin et savoir que sa cousine n'était plus lui était intolérable, comme une sorte de mauvaise blague pas drôle du tout, comme une sorte de caméra cachée poussée de façon malsaine à l'extrême. Et puis, il y eut cette lumière rouge qui se mit à clignoter, et ce médecin, ce personnel de santé, qui pénétra en toute trombe dans la chambre. Jackson avait passé assez de temps à l'hôpital autrefois pour comprendre que quelque chose n'allait pas, que la situation était extrêmement préoccupante. Il eut le réflexe de se retourner pour emmener June au loin, mais fut pris de vitesse par Douglas. Il jeta un coup d'oeil à l'homme, puis à la chambre, à Douglas, puis à Lou', à Douglas, ... Le choix était cornélien, et finalement, il se décida à rejoindre sa nièce et le père biologique de Lou. Il ne serait d'aucune utilité auprès des médecins, et tant qu'à angoisser et à se faire un sang d'encre, autant que ce ne soit pas seul. Les cris et suppliques de June lui déchiraient le coeur, et ce fut pour ne pas aggraver la situation qu'il se mordit violemment les joues afin se s'empêcher de pleurer et de laisser sortir ce cri de désespoir qui résonnait du plus profond de son âme et roulait en lui comme le tonnerre dans la vallée. Il blêmit, rejoignant à grand pas les deux autres devant. De retour dans le couloir, il resta silencieux, et après avoir fermé un court instant les yeux, tête appuyée contre le mur, il décida de les ré-ouvrir, pour constater la disparition de June.

« Douglas, où est passée June ? »

Son coeur tambourinait en lui. On était dans un hôpital, lieu où on vous exposait plus de mille et une façon de se donner la mort, en détournant les objets de leur usage habituel. Il ne savait pas ce qui pouvait tourner dans la tête de la petite, il ne savait pas non plus si dans sa tristesse et sa peur immense, elle était capable de se laisser chuter peu à peu, s'exposant au premier mec doté des pires intentions possibles. Il n'hésita pas une seule seconde avant de s'élancer à sa recherche, jetant un coup d'oeil partout où il le pouvait. Il était sur le qui-vive, comme projeté plusieurs années en arrière, sur ces champs de bataille qu'il foulait à longueur de journée. Il ne cessait d'appeler la petite fille, au risque de se faire regarder de travers par nombre des personnes qu'il croisait, l'autre moitié semblant être shootée par on ne savait trop quoi, mais après tout, on était dans un hôpital, ça se comprenait. Finalement, le prénom de sa nièce lui resta dans la gorge lorsqu'il la retrouva, seule, dans un couloir non loin de là. Aussitôt, il se précipita vers elle, la serrant contre lui.

« T'éloignes pas comme ça Sunshine, okay ? Tu nous as fait une peur monstre, recommences pas, s'il te plait. Est- ce que ça va ? »

Revenir en haut Aller en bas
http://in-nomine-mens.bbactif.com

Sam Winchester


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : MARY-W.
✾ MA CÉLÉBRITÉ : J.Padalecki
✾ MES CRÉDITS : Dodixe
✾ MON MOI² : Zadkiel
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 11/07/2009
✾ MES MESSAGES : 45276

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 28 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Chasseur


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: Baby is coming - Sam + Jack + June -   Sam 28 Aoû - 5:57

    Quelques secondes à peine, voire quelques minutes, c’était apparemment l’âge qu’avait déjà son fils, à croire que le temps se mettait déjà à filer à toute vitesse à présent que tout se précipitait. C’est fou le nombre d’événements qui pouvaient se condenser en si peu de temps, à croire que l’être humain et la terre vivaient leurs derniers instants, si bien qu’ils pressaient le pas pour accomplir tout ce qu’ils avaient à faire avant le grand feu d’artifices final. Il semblait dormir, ou du moins, être calme après avoir vu le jour d’une façon bien plus compliquée que n’importe quel enfant, dans un monde plus déchiré que celui qu’il avait même pu connaître, lui, Sam, en naissant… et pourtant, sa vie n’avait jamais été de tout repos, et visiblement, elle n’était pas prête à le devenir. Le regard rivé sur ce nouveau né qui aurait pu être synonyme d’un quelconque nouveau départ, il ne faisait même plus attention à ce qui l’entourait, pas même à l’agitation qui naissait en dehors de cette pièce, comme s’il avait subitement besoin de se concentrer sur cette unique personne qui venait de voir le jour pour ne pas désespérer et sombrer dans le désespoir. Il ne savait pas combien de temps cette situation un tant soit peu stabilisée allait pouvoir tenir… quelques secondes à peine apparemment et il ne l’aurait que très bien compris s’il avait été un tant soit peu connecté à la réalité. Ce n’est que lorsque la présence à ses côtés se mit à parler que Sam sortit de sa léthargie, relevant le regard vers elle avec une intuition légèrement suspicieuse… il ne put pas vraiment réprimer un froncement de sourcils surpris, alors qu’elle révélait impunément sa nature au chasseur, faisant brusquement tomber les masques dans un moment aussi critique où il menaçait d’être aussi imprévisible que lorsqu’il s’était retrouvé sans son frère… c’est dire. Crispant la mâchoire alors qu’il sentait le poignard à sa ceinture douloureusement le démanger, il se contenta de détailler la démone, comme pour en retenir chacun des traits et être capable de la retrouver où qu’elle aille, quoiqu’elle fasse, impression fugace de servir à quelque chose et de pouvoir un tant soit peu protéger cet enfant… en espérant qu’il ne se retrouve pas à finir comme sa mère lorsque celle-ci avait voulu en faire de même avec lui. Alors qu’elle se rapprocha, il ne se risqua pas à esquisser le moindre mouvement, bien décidé à ne pas bouger face à cette arrivée décidément tout sauf désirée.

    On peut bien dire que ce n’était pas le meilleur endroit et encore moins le meilleur moment pour faire connaissance. Ses paroles eurent d’abord pour effet de le plonger dans l’incompréhension totale, alors que ses pensées n’arrivaient même pas à s’aligner correctement, alors qu’il n’arrivait même pas à intégrer son propre fils dans sa vie… Il allait prendre la parole pour lui répondre quoique ce soit, histoire de montrer qu’il avait de quoi lui faire comprendre qu’elle ferait mieux de se tenir à l’écart, sans quoi elle ne devrait pas s’étonner de se retrouver plus profond encore que l’enfer. Et pourtant, elle finit sa phrase d’une manière bien assassine, comme si elle lui prédisait un avenir qui ne saurait arriver que trop vite ou qui, qui sait, était déjà en train de se dérouler. Il savait que ça finirait par arriver, que les choses finiraient par se dérouler de la sorte, aussi douloureusement et aussi dangereusement pour elle comme pour l’enfant qu’elle venait de mettre au monde. Il se retrouva à nouveau à réaliser qu’il n’y aurait jamais du y avoir quoique ce soit entre eux, que ce soit de l’attachement, de l’amour ou même une simple amitié. Guidé par une pulsion soudaine, il se lança sur les talons de la démone, dans le vain espoir de la trouver dans le couloir et pouvoir faire quoique ce soit pour faire à nouveau pencher la balance en sa faveur… et pourtant, elle avait disparu, laissant un goût amer reprendre le dessus sur la trop courte euphorie du moment. Se retrouvant à nouveau plongé au milieu de la réalité qui avait continué d’avancer malgré son état second, il comprit que l’alarme qui résonnait à ses oreilles n’était pas anodine et que son instinct de chasseur lui avait d’ailleurs dit de ne pas attendre et de rebrousser chemin, retourner vers Louisa, avant qu’il ne soit trop tard, comme cette saloperie de démone venait de le dire. Adressant un rapide regard en arrière pour veiller à ce que l’enfant qu’il venait d’abandonner pour suivre cette créature soit toujours là, il finit par revenir sur ses pas, dans l’espoir de ne pas arriver trop tard, bien que les médecins soient visiblement encore en train de s’activer autour du corps blême de Louisa. Il se sentait totalement dépassé, incapable de faire quoique ce soit, juste avec la possibilité d’être un stupide spectateur de la scène, tout comme il l’avait été face à la mort de Dean ou même à chaque fois qu’il s’était retrouvé à osciller entre la vie et la mort quand ils avaient eu leur accident. Fébrile et perdu, il adressa un rapide regard aux trois autres qu’il venait de rejoindre sans même s’en rendre réellement compte.

    « Qu’est c’qu’y s’est passé ? »

    Il arrivait à peine à parler, la salive venait à trop lui manquer tandis qu’il sentait le sang battre à ses tempes à un rythme effréné. Comme pour répondre à sa question alors que les réponses des deux autres ne lui suffiraient pas, le médecin revint vers eux, dubitatif et le regard totalement inexpressif. Le silence était finalement retombé, tout comme la précipitation alors que Louisa semblait avoir repris le dessus sur le chaos qui l’avait soudainement prise. Pourtant, les médecins ne semblaient pas avoir la mine la plus optimiste possibles, probablement qu’ils prévoyaient de passer une longue nuit à obéir aux oscillations de Louisa, aux éclats de stress qui surviendraient subitement, à l’adrénaline qui viendrait faire palpiter leurs cœurs. Scrutant l’espace d’un court instant les alentours, à la recherche de la démone qu’il avait eu le malheur de rencontrer, il finit par reposer son regard sur le médecin qui semblait prêt à dire quelque chose, sans doute une douloureuse révélation qui ne leur garantirait rien de bon ou rien de bien définitif :

    « Nous avons réussi à la stabiliser assez vite, l’ennui c’est que nous ne pouvons pas savoir si la situation va s’arranger ou si des événements de ce genre vont se répéter… Elle semble s’accrocher en tout cas. Vous pouvez aller la voir, ça pourra peut-être l’aider… »

    Il se contenta d’acquiescer, baissant le regard vers le sol, comme si le trop rare élan d’optimisme du médecin ne laissant que deviner la suite. Il savait que cette saloperie de l’enfer n’était pas venue en simple visite de courtoisie, elle était toujours là, il le savait, il le sentait… ce qu’il ne savait pas, c’était de quel côté elle comptait frapper. Et pourtant, il n’y prêta que trop peu attention, se décidant sans hésiter bien longtemps à aller voir Louisa, entrant dans la pièce après avoir croisé une infirmière qui sortait tout juste et qui lui adressa un sourire aux allures compatissantes, auquel il ne prit pas la peine de répondre. Il ne savait pas si les autres l’avaient suivi et au fond, il s’en fichait presque, comme si dans ce monde présent, il n’y avait plus qu’eux d’eux qui existaient… Elle avait toujours su faire naître cette impression en lui, cette idée qu’il n’y avait qu’elle qui existait quand il se retrouvait tout près d’elle, cette unique bouffée d’air frais qui avait su jusque là tout accepter chez lui, sans chercher à se poser plus de questions que ça. S’approchant du lit dans lequel elle gisait à osciller entre vie et mort, Sam se risqua à prendre la main de la jeune femme dans la sienne, réprimant un soupir qui ne pourrait que trop bien traduire l’impuissance qui tombait sur ses épaules à cet instant précis. Caressant la peau glaciale de la jeune femme du pouce, il finit par se forcer un sourire, baissant le regard à nouveau. Puis, comme si de rien n’était, il vint déposer un baiser sur son front, caressant ses cheveux, pour une fois qu’elle ne dirait rien, il n’allait pas s’en priver. Il était incapable de savoir si elle pouvait l’entendre d’où elle pouvait bien être, ou même si elle pouvait sentir sa présence en quoique ce soit mais au moins, à cet instant précis, la proximité avec Louisa lui permettait au moins à lui de tenir encore bon.

_________________

winchesters say "hi" - i wake up every evening with a big smile on my face, and it never feels out of place. and you're still probably working at a nine to five pace, i wonder how bad that tastes. when you see my face hope it gives you hell, hope it gives you hell. when you walk my way hope it gives you hell, hope it gives you hell. now where's your picket fence love ? and where's that shiny car ? you never seemed so tense love and never seen you fall so hard. VOTEZ POUR NOUS ♥
Revenir en haut Aller en bas

Louisa Delacroix


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Megalyn
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Zooey Deschanel
✾ MES CRÉDITS : Megalyn & Shiya
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 13/07/2009
✾ MES MESSAGES : 999

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Infirmière


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: Baby is coming - Sam + Jack + June -   Sam 28 Aoû - 11:19

    Douglas aurait vraiment voulu croire que Louisa était une battante, qu’elle s’en sortirait. Mais quand il la voyait comme ça, à l’agonie, peut être même morte à cet instant précis, il sentait toute résolution disparaître à chaque seconde qui s’écoulait lentement. Il tenait toujours June, qui hurlait, pleurait et gesticulait en demandant après sa mère. Se sentant brusquement observé, il posa la fillette, entendant des pas derrière lui. Se retournant, il vit Jackson, aussi blême que lui-même devait l’être. Las, il se laissa tomber lourdement sur le premier fauteuil venu. Il ne pouvait plus rester devant cette fenêtre, à regarder sa fille unique mourir à petit feu. Ou plutôt, subitement, alors que sa vie commençait à peine, alors qu’elle venait de donner la vie pour la seconde fois déjà…
    La voix du jeune homme le sortit de ses pensées. Un frisson de panique glacé lui traversa l’échine lorsque, posant son regard azur aux alentours, il ne vit la petite June nulle part. Ce n’était pas possible. Elle ne serait pas éloignée de sa mère. Se levant aussi prestement qu’il ne s’était laissé tomber avec abandon, il entreprit, ainsi que Jackson, de chercher la fillette. Il demanda à toutes les personnes qu’il croisait si elles ou ils avaient vu une enfant aux longs cheveux bruns. Mais tous répondaient par la négative.
    C’est alors qu’il vit enfin Jackson revenir vers la chambre de Louisa, tenant la fillette par la main. June ne pleurait plus, semblant rassurée. Comme si on lui avait dit que sa mère allait bien. Pourtant, le médecin qui parlait à Sam lorsqu’ils le rejoignirent n’avait pas franchement la mine des bons jours. Néanmoins, le médecin leur proposa d’aller la voir. Douglas mourait d’envie d’être auprès de sa fille. Mais l’air complètement perdu de Sam l’en dissuada. Faisant signe à Jackson, il lui murmura quelques mots à l’oreille puis se pencha vers June.

    « Sam va rester avec ta maman. Qu’est ce que tu dirais d’aller manger un peu ? Tu pourras prendre toutes les sucreries que tu veux. »

    June jeta un regard à sa mère. Douglas constata, étonné, que l’enfant était sereine. Il suivit son regard et vit Sam qui embrassait Louisa sur le front. Le jeune homme, pour sa part, était bien loin d’être serein, mais être près d’elle semblait l’avoir apaisé. Il connaissait cette sensation, même si sa relation avec la mère de Louisa n’avait jamais été aussi saine. Il soupira, entrainant Jackson et June avec lui…


    L’infirmière entra sans bruit dans la chambre. La jeune femme s’était enfin stabilisée dans la nuit, et respirait par elle-même. Malgré le fait qu’elle n’avait toujours pas repris conscience au petit matin, le médecin était confiant. Vérifiant ses constantes, elle vit que son compagnon s’était endormi, la tête posée près de celle de la jeune femme, ses deux mains bronzées serrant la main gauche, pâle, de la malade.


    Lou sentait ses paupières lourdes, très lourdes. Trop lourdes pour qu’elle puisse ouvrir les yeux. Qui plus est, elle avait terriblement soif. Elle savait qu’elle avait dû beaucoup dormir, pourtant elle se sentait encore terriblement fatiguée. Peut être que c’était ça la mort, au final. Ne plus pouvoir se réveiller, et en avoir pleinement conscience.
    Non, ça ne pouvait pas être ça. Elle était vivante, juste dans le brouillard après son accouchement. Ses pensées dérivèrent vers son bébé, qu’elle n’avait pas vu, dont elle ne connaissait même pas le sexe, ni si tout allait bien. Étouffant un gémissement, elle parvint enfin à ouvrir les yeux. Dans la pénombre d’une chambre d’hôpital, le soleil se levant tout juste.
    C’est alors qu’elle sentit la présence à ses côtés. Tournant la tête, elle vit Sam à ses côtés. Il dormait, mais un pli d’inquiétude barrait son front. Il lui tenait fermement la main, peu enclin à la lâcher dans son sommeil. Souriant, elle pencha la tête, frottant son nez contre les cheveux du jeune homme, n’ayant guère plus de forces pour autre chose que ça.

    « Sam… » murmura t’elle avec une voix rauque qu’elle ne reconnut pas. « Sam, réveille-toi… »


_________________
    VICTOR HUGO DEMAIN DES L'AUBE Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe, ni les voiles au loin descendant vers Harfleur, et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur
Revenir en haut Aller en bas

Invité


Invité





MessageSujet: Re: Baby is coming - Sam + Jack + June -   Mar 31 Aoû - 2:26

    Après l'apparition de ce que June pensait être un ami imaginaire, l'enfant resta là, bouche bée, le regard vide et quasi-inexpressif tandis qu'elle cherchait une explication logique à cela. Pourquoi son ami avait-il envoyé un bouc émissaire à sa place ? Pourquoi refusait-il de venir voir June ? Les psychologues auraient sans doute trouvé une explication logique à tout ça mais, l'enfant était loin de se doutait que ce qu'elle croyait être des amis imaginaires étaient en fait des anges. Sa dernière question était restée sans réponse. Est-ce que sa mère s'en sortirait ? Elle n'avait aucun doute sur ce qu'il adviendrait de son petit frère mais, le sort de Louisa l'inquiétait beaucoup plus. June avait l'impression que l'histoire se répétait, qu'elle allait de nouveau être seule alors que sa mère ne l'avait jamais abandonné alors pourquoi est-ce qu'elle comprenait le vide que pouvait ressentir un enfant orphelin ? La petite baissa les yeux et ravala cette boule d'angoisse qui venait de se former au niveau de sa gorge puis, son regard se posa sur « l'ami imaginaire » qui lui souriait en acquiesçant d'un signe de tête, cela ne voulait donc dire qu'une seule chose ; sa mère allait vivre. Il fallait juste y croire, avoir foi. June s'était aussitôt ressaisie, bombant légèrement le torse, redressant fièrement le menton comme un petit soldat s'apprêtant à livrer bataille et tandis qu'elle s'apprêtait à rejoindre Douglas et Jack, ce dernier la serra tout contre lui. June lui opposa une résistance d'ours en peluche avant de répondre à son étreinte d'une manière beaucoup plus calme qu'à son arrivée parce qu'elle était à présent convaincue que tout irait bien.

    « Excuses-moi Jack, je ne voulais pas vous faire peur. Ca va... mieux. Maman va s'en sortir, je le sais maintenant. »

    Elle lui adressa alors un petit sourire confiant qui se voulait également rassurant et prit sa main dans la sienne pour retourner auprès de Douglas qui essaya de la soudoyer.

    Citation :
    « Sam va rester avec ta maman. Qu’est ce que tu dirais d’aller manger un peu ? Tu pourras prendre toutes les sucreries que tu veux. »

    Autant dire que c'était réussi. Comment June pouvait-elle refuser une telle offre ? Et puis, elle savait que c'était la seule façon que son grand-père avait trouvé pour lui changer les idées. La petite jeta un regard à sa mère, confiante et rassurée, elle était persuadée que tout irait bien et pour cause, elle venait tout juste de voir l'homme avec qui elle avait discuté dans le couloir penché au-dessus de Louisa comme une main invisible essayant de la ramener à la vie. Cet homme, June était consciente d'être la seule à le voir.

    « Haan, oui alors mais, il faut que ça reste entre nous. » dit-elle en posant son index devant sa bouche, arborant une mine tout à fait enfantine et un petit sourire malicieux.

    Douglas avait l'air tout aussi abattu que Jackson, June lâcha donc la main de son cousin pour celle de son « grand-père » et s'humecta les lèvres, hésitante, avant de lâcher d'une voix parfaitement calme et sûre d'elle-même.

    « Maman va s'en sortir, c'est un ami de Mike qui me l'a dit et je le crois. »

    June reprit la main de Jackson, elle tenait donc celle de son cousin et celle de Douglas puis, entraînée par les deux hommes, s'éloigna de la chambre de sa mère, le cœur beaucoup plus léger qu'à l'arrivée.
Revenir en haut Aller en bas

Phoenix H. Lawrence


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Twix
✾ MA CÉLÉBRITÉ : DiannaSexyAgron
✾ MES CRÉDITS : Me, I & Myself
✾ MON MOI² : None
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 22/07/2009
✾ MES MESSAGES : 470

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 printemps
✾ STATUT SOCIAL : Mère célibataire
✾ SON EMPLOI : Stripteaseuse


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: Baby is coming - Sam + Jack + June -   Mar 31 Aoû - 9:40

Chaque minute passée assis dans une chaise, à attendre dans ce long couloir dont le sinistre blanc des murs ne faisait qu'allonger la perspective de longueur, c'était une heure passée intérieurement à songer, à songer à tout un tas de choses. Il était impossible cependant de totalement faire abstraction du lieu dans lequel on se trouvait, lieu qui ne faisait que nous re-situer perpétuellement dans le cadre hospitalier. Il y avait cette odeur si particulière aux hôpitaux, faite de médicaments, de produits chimiques, mais aussi de javel. Il y avait ce blanc, partout, parsemé de tâches bleu-vomir, dès lors que passait un chirurgien dans un couloir, parsemé de vert-à pâlir dès lors que passait une infirmière dans le couloir. Il y avait aussi cette ambiance pesante, créée par toutes ces personnes réunies ici sans se connaître, mais pour à peu près la même chose. Tous avaient les yeux gonflés, ou alors à peine ouverts, épuisés par la fatigue. On aurait dit qu'on leur avait sucé la vie, qu'ils étaient en manque flagrant d'énergie vitale. Personne ne parlait, et le silence pesant n'était guère troublé que par de brefs et légers murmures, ou par des sonneries de téléphone, des bip continuels d'appareils médicaux. Parfois, tous se mettaient à relever la tête en voyant passé un chirurgien, puis la rebaissaient, constatant qu'il ne venait pas pour eux, ou qu'il ne faisait que traverser le couloir sans s'arrêter et sans jeter un seul regard à qui que ce soit, sans sourire, peut être pour ne pas paraître comme moqueur. Quoi qu'il en était, tout ici lui donnait envie de s'enfuir en courant, mais il était encore là, alors qu'il était si tôt et qu'il avait très mal dormi sur cette chaise visiblement pas faîte pour ça. Il se devait de rester, pour June, pour Lou aussi, et pour cet enfant qu'il n'avait pas encore rencontré.

Lorsqu'ils étaient revenus du restaurant, ils avaient décidé de se poser là, dans le couloir, pour attendre. June paraissait étrangement sereine, et encore maintenant, plusieurs heures après, les paroles de la petite fille, prononcées alors qu'il venait de la retrouver, résonnaient en lui. Etrangement, il voulait croire à ce que l'ami de ce Mike avait dit à sa nièce, parce que c'était tellement plus facile de se raccrocher à ce genre de paroles, même s'il était loin de vous assurer être en mesure de les corroborer. C'était juste si ... si aisé de tenter de devenir aussi serein que June, qui avait cessé de pleurer et qui avait affirmé à plusieurs reprises, d'un air déterminé, que tout irait bien, que Lou s'en sortirait. Ouais, un bref instant, Jackson voulait tellement croire en ces croyances qu'on laissait bien volontiers aux plus jeunes, aux enfants. C'était un monde bien à part, l'enfance, un monde où tout nous apparaissait plus dur, mais aussi plus doux. Il voulait croire en cet ami sorti d'il ne savait trop où, il voulait y croire, tout simplement. Cependant, il était adulte, et sentait ce besoin naturel et irrépressible s'imposer à lui : il devait garder les pieds sur terre et rester connecter à la réalité. Il ne devait pas se perdre dans des croyances sucrées, sinon, la chute n'en serait que plus risquée. Cependant, il s'interdisait de supplier June de reprendre le sens de la raison : c'était une enfant, elle avait besoin de rester encore innocente le plus longtemps possible, et ce même si c'était une petite fille très mâture pour son âge. Il était de son devoir de ne surtout pas se comporter comme tous ces imbéciles qui, parce qu'ils étaient adultes, cherchaient sans cesse à briser les enfants et leurs croyances, ces connards qui jouaient aux grands et jubilaient plus qu'intensément en ramenant un enfant au sens des réalités. Plusieurs fois cette nuit, il avait senti la main de June, enserrée dans la sienne, exercer une pression sur sa main, comme pour chercher à le rassurer, à lui dire que tout se passerait bien, qu'elle n'avait plus aussi peur, et qu'elle était là pour lui. C'était tout de même quelque peu étrange ce revirement de situation, l'enfant rassurant l'adulte, mais de l'avis même de Jack', ce n'était pas du tout déplacé, et pour rien au monde il ne chercherait à rappeler à June qui, de eux deux, était l'adulte, et qui était l'enfant. Si ne serait ce qu'un seul instant, il pouvait se reposer sur elle sans que le poids de ses inquiétudes n'écrase le corps fluet de sa nièce, alors il ne s'en priverait pas, et puis, June ne pouvait en être que ravie et rassurée, non ? Les enfants aimaient tellement se savoir utiles, et ils se sentaient poussés des ailes lorsqu'ils voyaient qu'en jouant un temps soit peu aux grands, ils assuraient.

Il avait à plusieurs reprises déjà fait le trajet jusqu'au distributeur, pour ensuite regagner sa place. Cela lui avait donné l'opportunité de discuter quelque peu avec le personnel soignant. Et il n'avait pas un seul instant répondu que, oui, il était fatigué, lorsqu'on lui avait posé la question. Il avait eu de l'expérience, sous les drapeaux, pour enchainer de longues nuits sans sommeil, et pour se contenter du peu d'heures qu'il passait endormi. La fatigue lui retomberait plus tard sur le dos, ça, il le savait très bien, pour l'avoir expérimenter, mais tant qu'il tenait, ne faiblissait pas et refusait de reconnaître son état de fatigue, il tiendrait le coup, sans aucun souci. Il avait seulement appris quelques petites choses, choses qui, malgré leur nombre infime, étaient toutes venues pour le rassurer. Lou n'avait plus besoin d'assistance respiratoire, et le médecin était plutôt confiant quand à ses chances de réveil et de reprise de connaissance. Cependant, Jack' savait que rien n'était jamais gagné. Il en avait fait l'amère expérience autrefois, perdant son compagnon de chambre du temps de son passage à l'hôpital militaire. Le jeune homme était sorti du coma, tous ses signes vitaux étaient revenus à la normale. On avait même prévenu sa famille, vivant à l'autre bout du pays, pour qu'elle vienne le visiter. En arrivant, les siens avaient appris la douloureuse nouvelle de son décès. Un caillot de sang était remonté vers le coeur, obstruant une artère; le jeune homme en était mort. Alors, il ne s'avouerait soulagé que lorsqu'il verrait sa cousine debout sur ses deux jambes, lui fronçant les sourcils parce qu'il parlait encore trop fort alors qu'elle tentait d'endormir son fils, lové au creux de ses bras, en le berçant. Avant ça, non, il ne la dirait pas sauvée. C'était peut être un peu dur, un peu strict et sévère, mais il préférait penser de la sorte et se savoir récompenser, plutôt que de crier sa joie et de sentir l'un des cris se coincer douloureusement dans sa gorge en constatant qu'il s'était réjoui trop vite.

« Tu vas voir comme c'est magique de sentir un bébé qui est notre petit frère ou notre petite soeur. C'est magique de le prendre dans ses bras June, de le serrer tout contre soit et de le sentir essayer de glisser ses doigts dans notre bouche ... On se sent grand, et c'est le début de notre prise de responsabilité. Il ne devra jamais rien arriver à ce bébé, et il ne lui arrivera jamais rien, parce qu'on serait là. On comprend que c'est notre job', même si personne ne nous le demande. On le comprend, et c'est tellement plus fort, parce qu'on a décidé de ça tout seul ... »

Il ignorait quelle heure il était exactement. Il ignorait aussi si, à cet instant, June était éveillée, mais il était plutôt égoïste sur ce coup là. Il voulait que les mots sortent, et repenser à sa propre expérience personnelle le faisait tellement quitté un instant ces murs d'hôpital, pour s'envoler vers ceux de cette maternité, il y avait déjà si longtemps de cela, presque 20 ans en fait. Il se souvenait de sa soeur, bébé, dans sa petite couveuse, et ce serait une image qui le marquerait à vie. Alors, oui, il préférait se dire que sa nièce les avait entendus, ces fameux mots, mais même si ce n'était pas le cas, au moins, pendant un instant, il s'était senti mieux, heureux et détendu.
Revenir en haut Aller en bas
http://in-nomine-mens.bbactif.com

Sam Winchester


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : MARY-W.
✾ MA CÉLÉBRITÉ : J.Padalecki
✾ MES CRÉDITS : Dodixe
✾ MON MOI² : Zadkiel
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 11/07/2009
✾ MES MESSAGES : 45276

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 28 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Chasseur


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: Baby is coming - Sam + Jack + June -   Mar 31 Aoû - 11:11

    Un voile de fatigue qui l’avait soudainement envahi. Un genre de calme après la tempête, comme si, inconsciemment, il avait compris que les choses étaient finies, qu’il n’avait plus à s’en faire après avoir attendu une heure… puis deux… puis deux et demi sans que rien de nouveau ne se manifeste. Etait-ce bon signe ? Etait-ce mauvais signe ? Les médecins eux-mêmes ne semblaient plus pouvoir penser quoique ce soit de la situation, peut-être était-ce un genre de miracle, peut-être qu’elle se battait bien plus fort que ce que les médecins auraient pu soupçonner d’elle. Il n’avait pas lâché sa main, incapable de briser quelques secondes que ce soit le contact entre eux, comme s’il craignait qu’elle lâche l’affaire sitôt qu’il s’éloigne d’elle. Tout allait si bien depuis qu’il était auprès d’elle qu’il ne pouvait même pas s’empêcher de penser – dans un genre de folie bizarre – que c’était parce qu’il y avait quelqu’un avec elle – lui ou un autre hein – qu’elle s’accrochait autant à la vie… ou à ce qu’elle percevait encore de la vie, il ne savait quoi. Et puis, petit à petit, le stress des derniers instants retombant, les longues nuits qu’il passait à chasser depuis la disparition de Dean s’alignant, il s’était endormi, sans même avoir le réflexe d’aller jeter un œil à l’enfant qu’il venait d’avoir avec Louisa, incapable de penser à lui, bien qu’il soit en quelque sorte, fruit d’un amour qu’il niait encore éperdument, persuadé que ça aiderait le moment venu. Il aurait sans doute pu trouver mieux que s’endormir au chevet de Lou comme signe pour « nier » toute l’inquiétude qui lui broyait l’esprit à l’instant précis. Et pourtant, il n’avait visiblement pas su faire mieux… et ce, sans même se rendre compte qu’il tombait peu à peu dans un profond sommeil, bien mérité pourtant. Encore une fois, il n’avait pas rêvé, sommeil profond dans lequel il était allégrement tombé, profitant rien que du fait de ne pas être hanté et happé par les remords qu’il gardait toujours, malgré tous les mois qui passaient et malgré tous ces pseudo pardons qu’elle lui avait accordé, ou que même son frère lui avait accordé.

    Murmures qui mirent du temps à atteindre ses oreilles, ou du moins, ses songes silencieux et noirs. Voix qu’il ne connaissait pas, ou qu’il ne reconnaissait pas et qui, pourtant, il le sentit bien, capta toute son attention, le forçant à remuer, à esquisser un froncement de sourcils, avant d’avoir une longue inspiration, tandis qu’il sentait que son dos avait largement eu le temps de se faire bien douloureux dans les heures qu’il venait de passer, avachi comme une loque contre le lit de Louisa, au plus près d’elle, sa main désormais moite enserrant toujours celle de la jeune femme avec une quelconque douceur, bien qu’il ait serré assez fort pour être sûr et certain qu’elle ne lui échapperait pas de si tôt. Pas avant qu’il l’ait décidé du moins. Ouvrant les yeux alors qu’il sentait une légère caresse le ramener sur la planète terre et dans le monde réel, il plissa légèrement les yeux… il faisait sombre dans la petite chambre, bien que la lumière du couloir dehors ait tout pour les éclairer… laissez lui le temps de se faire à l’obscurité, au petit Sammy hein ! Posant son regard sur Louisa, il crut un instant la voir dormir encore, presque plus par habitude que par envie, cela va de soit, peut-être par un excès de pessimisme aussi. Et pourtant, il mit un certain temps avant de se rendre compte qu’elle était bien réveillée, si bien qu’il dut s’écarter légèrement, la fixant comme si elle revenait à la vie après avoir été morte. Sourire qu’il ne put réprimer, incontrôlé alors qu’il avait l’impression de sentir son sang battre à nouveau dans tout son corps, alors que quelques heures plus tôt, le stress le lui avait complètement glacé. Sans attendre quoique ce soit ni même un quelconque signe de la part de la jeune femme, ni même une quelconque parole venant d’elle, il passa sa main sur sa joue, la laissant dériver pour aller caresser ses cheveux avec douceur, tandis qu’il retrouvait enfin l’usage de la parole après être passé par toutes les expressions de surprise et de soulagement possibles et imaginables :

    « Hey… »

    Un nouveau sourire, alors qu’il déposait encore une fois un baiser sur le front de Lou, avant de coller son front, rien qu’histoire de se rendre compte que sa peau n’était plus aussi glaciale qu’auparavant, mais qu’elle avait retrouvé sa chaleur habituelle, tout comme quelques couleurs sur les joues. Peut-être n’était-ce d’ailleurs qu’une illusion, ou même que temporaire. Pensées déplaisantes qui le forcèrent à s’écarter pour la regarder à nouveau, s’inquiétant de son état, qui sait, elle avait peut-être encore quelques problèmes :

    « Tu vas bien ? Tu veux que j’aille chercher un médecin ? »

    Un regard frénétique vers la sortie de la chambre, non pas qu’il ait subitement envie de quitter Louisa à peine venait-elle de se réveiller, mais plus pour tenter de capter l’attention d’une quelconque personne qui passait par là et qui pourrait enfin assurer que le long calvaire de toute cette nuit s’était finalement bien terminé.

_________________

winchesters say "hi" - i wake up every evening with a big smile on my face, and it never feels out of place. and you're still probably working at a nine to five pace, i wonder how bad that tastes. when you see my face hope it gives you hell, hope it gives you hell. when you walk my way hope it gives you hell, hope it gives you hell. now where's your picket fence love ? and where's that shiny car ? you never seemed so tense love and never seen you fall so hard. VOTEZ POUR NOUS ♥
Revenir en haut Aller en bas

Louisa Delacroix


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Megalyn
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Zooey Deschanel
✾ MES CRÉDITS : Megalyn & Shiya
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 13/07/2009
✾ MES MESSAGES : 999

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Infirmière


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: Baby is coming - Sam + Jack + June -   Mer 1 Sep - 1:29

    Douglas sourit. June ne perdait pas le sens des affaires. C’était une bonne chose. Il fallait mieux que la voir dans le même état que Jackson, ou que lui-même. Il avait conscience qu’autant lui que le jeune homme avaient des mines abattues et les épaules basses. Eux étaient encore terriblement inquiets, alors qu’un regard de l’enfant à sa mère semblait l’avoir rassurée, ça et la conviction de l’ami de Mike, qui était inconnu pour Douglas et visiblement pour Jackson aussi. Tandis qu’il restait pensif, il sentit une petite main chaude se frayer un passage au creux de la sienne, gelée par l’inquiétude. Il baissa les yeux et sourit à l’enfant, se laissant guider par elle, plus que le contraire…

    Ils avaient mangé en silence, tout du moins pour les deux hommes, tandis que June papotait gaiement avec eux, tout en ne se leurrant nullement. Ils ne l’écoutaient que d’une oreille, et n’étaient que peu convaincus par les propos de l’ami de Mike. Jackson avait discrètement expliqué au nouveau grand père que Mike était l’ami imaginaire de June. Devant l’air perplexe de Douglas, le jeune homme lui avait expliqué que ce n’était pas encore une mauvaise chose. June n’était qu’une enfant, il fallait s’inquiéter lorsque ce genre de choses se prolongeait à l’adolescence. Néanmoins, il n’avait guère été convaincu. Il n’était pas fou, schizophrène ou autre genre de démence, pourtant, quand elle parlait à son ami imaginaire, il avait la désagréable impression que la petite fille n’était effectivement pas seule. Mais il se dit que c’était sans nul doute un effet de la fatigue et de l’angoisse.

    Lorsqu’ils étaient remontés, Douglas avait vu que Sam veillait Louisa, toujours sa main dans la sienne, un masque de peur quasi panique plaqué sur le visage. June avait commencé à manifester des signes de fatigue, chose somme toute normale pour une fillette de neuf ans qui ne dort toujours pas au milieu de la nuit. Il avait quitté sa veste, la posant sur l’enfant, allongée sur les deux chaises, et dont la tête reposait sur les jambes de son grand père.
    Quant à Jackson, il semblait incapable de tenir en place, faisant les cents pas toute la fin de la nuit, parlant à tous ceux qu’il croisait. Il lui rappelait son frère aîné, s’efforçant de garder la tête haute alors que sa femme se mourait d’un cancer, leurs deux enfants n’étant même adolescents. Sa belle sœur s’était vainement battue contre la maladie pendant cinq ans, sous les yeux impuissants de sa famille. Comme Louisa le faisait en ce moment même. Tournant les yeux, il vit que Sam s’était endormi contre elle. Mais durant la nuit, l’état de sa fille semblait s’être amélioré. Une infirmière s’était même autorisée à sourire à June, réveillée bien avant que le soleil ne pointe le bout de son nez.

    Jackson les avait enfin rejoints. Douglas n’avait fait aucune remarque, mais il s’était senti soulagé. Les cents pas du jeune homme lui donnaient le tournis. Il l’écouta parler à June, sans vraiment savoir si elle était réveillée ou non. Le grand père constata qu’elle s’était rendormie. Mais il le laissa faire, il ne parlait pas fort et sa voix douce l’aurait bercée plus qu’autre. Le regardant, il posa une main paternelle sur son épaule.

    « Essayez de dormir. Vous êtes épuisé. Nous sommes juste devant sa chambre. S’il se passe quelque chose, je n’aurais qu’à tendre le bras pour réveiller.
    Louisa n’est plus sous assistance respiratoire, je ne me risquerai pas à dire qu’elle est sortie d’affaire, mais elle va déjà mieux. »


    Le jeune homme hocha vaguement la tête. Douglas se sut dire si c’était une bonne ou une mauvaise chose, toujours était il qu’il s’endormit sitôt qu’il se fut confortablement installé sur le fauteuil. Lui-même aurait dû en faire autant, mais il était incapable de détourner le regard de sa fille inconsciente…


    Sam redressa enfin la tête. Il avait encore les yeux voilés par la fatigue, mais Lou les vit brusquement s’éclairer. Il s’était légèrement écarté, et à présent lui souriait. Elle en fit de même. L’angoisse qui noyait ses traits un instant plus tôt disparut aussitôt. Il tendit une main vers elle, lui caressant tendrement la joue puis les cheveux, avant de se pencher vers pour l’embrasser sur le front, pour ensuite garder leurs têtes l’une contre l’autre. Baissant les yeux, elle vit que l’autre main de Sam tenait fermement la sienne, comme pour l’empêcher de partir. Le sourire que cette constatation lui arracha disparut sitôt que son regard clair tomba sur son ventre. Plat. Peu à peu, la mémoire lui revint. Ce n’était pas un cauchemar. Elle avait bel et bien accouché. Elle était bel et bien à l’hôpital. Et il n’y avait pas l’ombre d’un berceau ou d’une couveuse près d’elle. Un frisson glacé lui parcourut tout le corps. Où était son bébé ? Puis elle se souvint des mots du médecin, au bloc. Elle était à demi inconsciente, à demi assommée par l’anesthésie, mais elle avait lutté pour voir son enfant. Elle se souvenait du pédiatre qui emportait un bébé vagissant, le lui montrant un bref instant en l’informant que c’était un magnifique garçon, avant de l’emporter loin d’elle.

    « Je veux voir Noah. »

    C’était ainsi qu’elle l’avait appelé, dans sa semi conscience. Ils n’en avaient jamais vraiment discuté, mais elle n’était pas prête à changer d’avis pour Sam. Elle aurait pu lui dire qu’il n’avait guère été présent. Elle aurait pu. Mais il semblait n’avoir jamais vraiment réalisé qu’il allait être père. Qu’ils allaient être parents pour la première fois.
    Elle tourna la tête et vit trois personnes qui l’observaient. L’une d’entre elles ne lui était pas inconnue. Elle fit un signe à son cousin, puis posa son regard sur les deux autres. Un homme grisonnant qui portait une fillette aux longs cheveux bruns. Tous deux lui paraissaient familiers. Ses cauchemars lui revinrent alors en mémoire et elle se tourna à nouveau vers Sam, les yeux remplis de larmes.

    « Ne les laisse pas m’enlever June, je t’en prie… »

    Mais le jeune homme n’avait pas l’air de comprendre ce qu’elle voulait dire. Et elle ne pouvait pas le lui révéler. Qu’elle l’ait mise au monde ou non, June était sa fille. Tout se superposait. Sa vie avec June, et sa véritable vie, où elle était un chasseur sans attache. Dans l’autre vie, elle chassait les démons tout aussi sauvagement, mais restait tout de même prudente. Dans la réalité, elle n’avait jamais manifesté le moindre intérêt pour sa propre vie, simplement occupée à se venger. Tout avait changé lorsqu’elle avait rencontré Sam.

    « Qui est l’homme avec elle ? » demanda t’elle sans lui le laisser le temps de répondre à sa précédente requête. « Il… Il traine souvent autour de nous, depuis plusieurs mois. Je ne t’ai rien dit parce qu’il ne me semblait pas dangereux. Et il ne me semble toujours dangereux, mais je voudrais juste savoir qui c’est… » Il allait répondre lorsqu’elle posa une main sur ses lèvres. « Dis moi d’abord comment va le bébé, je t’en prie… »

_________________
    VICTOR HUGO DEMAIN DES L'AUBE Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe, ni les voiles au loin descendant vers Harfleur, et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur
Revenir en haut Aller en bas

Invité


Invité





MessageSujet: Re: Baby is coming - Sam + Jack + June -   Ven 3 Sep - 5:53

    C'est ainsi que June avait mené la marche jusqu'au distributeur de l'hôpital afin de se ressourcer, une petite pause n'était pas de refus dans une telle situation et la petite avait bien vu que les deux hommes ne supportaient plus de rester trop longtemps devant la chambre de Louisa à attendre les nouvelles sur son état de santé qui ne s'améliorerait pas tout de suite. June savait que Michael aimait bien faire durer le suspens, elle le connaissait par cœur après tout ce temps et bien qu'elle était jugée mature par son entourage, la petite continuait à croire en l'existence de cet ami imaginaire qui l'avait toujours épaulé. A présent, elle ne pensait plus à tout ça et c'est le cœur léger qu'elle s'attaqua à son petit encas gracieusement offert par son grand-père qui venait de faire son apparition dans sa vie. June n'avait pas eu l'air si surprise que cela, elle l'avait même entièrement adoptée et c'était un grand pas étant donné que la petite était réputée pour être un tantinet sauvage et craintive avec les étrangers. Sa maman lui avait toujours strictement interdit de discuter avec des étrangers et de ne jamais accepter quoi que ce soit d'eux, une règle que toute mère qui se respecte inculque très tôt à son enfant.

    Après s'être octroyé une petite pause, ils remontèrent tous trois à l'étage où se tenait Louisa dont l'état semblait toujours stable, du moins, d'après ce que les médecins avaient affirmé cependant, la petite était toujours aussi confiante, gardant la même innocence que les enfants de son âge qui pensent que tout ira bien dans le meilleur des mondes. A bien y réfléchir, elle n'avait jamais fait partie de cette catégorie, June avait compris très tôt les aléas de la vie comme les difficultés financières par exemple et n'avait jamais persécuté sa mère pour un quelconque cadeau. Il lui arrivait d'être capricieuse de temps en temps, comme tout à chacun mais, elle n'insistait jamais très longtemps. L'heure tournait et aucun d'eux trois n'eurent de nouvelles de Louisa, June commençait à être fatiguée tant et si bien qu'elle se laissa glisser sur le côté et s'allongea sur le reste des chaises avec les genoux de son grand-père en guise d'oreiller. La petite ne parvint pas à s'endormir d'un sommeil profond, surtout en se sachant dans un tel endroit et à l'affût des médecins, elle entendit quelques bribes de paroles de ces derniers et finit par se rendormir en étant bercé par la voix lointaine de son cousin Jack lui apprenant ce que c'était que de tenir un enfant dans ses bras. C'est sur ces dernières paroles que June se laissa complètement glisser dans les bras de Morphée...

    [Désolée pour ce retard, rentrée oblige. June s'est endormie pour laisser à Jackson et Douglas le loisir de parler ensemble (:]
Revenir en haut Aller en bas

Phoenix H. Lawrence


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Twix
✾ MA CÉLÉBRITÉ : DiannaSexyAgron
✾ MES CRÉDITS : Me, I & Myself
✾ MON MOI² : None
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 22/07/2009
✾ MES MESSAGES : 470

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 printemps
✾ STATUT SOCIAL : Mère célibataire
✾ SON EMPLOI : Stripteaseuse


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: Baby is coming - Sam + Jack + June -   Sam 4 Sep - 6:46

Dormir ? Il n'en avait pas vraiment envie, mais de toute façon, dernièrement, il n'avait plus trop le goût à quoi que ce soit. Les temps étaient durs pour lui fallait il croire. Il n'avait pas envie de dormir, de peur de retomber une fois de plus dans tous ces cauchemars sans fin, qui lui faisait penser, parfois, qu'on n'était jamais plus heureux et apaisé qu'en étant éveillé. Le sommeil avait été son ennemi durant tout son temps au front, parce que vous comprenez bien qu'il est très peu recommandé de piquer un somme quand on est en mission d'observation, et ce même quand il fait nuit, que les étoiles brillent dans le ciel et que la lune est bien haute : ce n'est pas une excuse, il était employé pour rester éveillé et veiller sur les fesses de ses camarades, il se devait d'accomplir sa mission, que cela lui plaise ou non. De toute façon, au front, un sacré nombre de concepts qui nous sont si communs dans la vie quotidienne disparaissent de nos pensées, et on en vient presque à omettre leur existence. Il ne se sentait pas d'humeur à dormir, il n'en avait pas envie, mais si Douglas y tenait tellement ... Il ne lui suffisait qu'à fermer les yeux pour se sentir emporté, il le savait, et au fond, depuis tout à l'heure, il ne faisait que s'efforcer à garder les yeux grands ouverts, et boire la dose astronomique de caféine qu'il s'enfilait depuis tout à l'heure l'avait bien aidé. Il caressa une dernière fois le front de la petite, sentant quelque peu son coeur se serrer en voyant que c'était contre Douglas qu'elle s'était endormie, et pas contre lui. Cela n'était autre que de la jalousie mal placée, ou plutôt, un petit pincement d'orgueil, rien de plus. L'essentiel, au fond, c'est que la Miss se sente assez bien avec Douglas pour se blottir contre lui. Il ferma les yeux, se laissant emporter plus par l'épuisement que le sommeil.

Combien de temps avait-il dormi ? Il n'en avait aucune idée, tout ce qu'il savait, c'est que Douglas avait fini par secouer quelque peu son bras. Jack' avait immédiatement ouvert les yeux, et on aurait pu jurer qu'il ne venait pas à peine de se réveiller. Certes, ses cheveux étaient en vrac, mais c'était le cas de tous ceux présents dans le couloir, à force de s'appuyer comme on pouvait contre les murs et de se caler tant bien que mal dans ces chaises si peu confortables. Il se chargea de réveiller June, en douceur, tâchant de ne pas avoir la voix trop cassée comme c'était son habitude en se réveillant. Mais ce n'était pas le cas, sans doute parce que son sommeil avait été trop éphémère pour avoir assez d'emprise sur son corps. Dans un mouvement réflexe, sans doute, June se hissa dans les bras de Douglas, mais Jack' préféra ne pas trop y porter d'attention. Dans le fond, après tout, tous les deux étaient de la même famille, le même sang coulait en eux, de parce qu'ils étaient respectivement le père et la fille de Louisa, alors que lui, dans les faits, n'était rien, si ce n'était un cousin adoptif, mais ça, bien sûr, seul Douglas le savait. Il n'allait tout de même pas se mettre à piquer un scandale à l'homme, alors que ce dernier savait très bien ce qu'il en était niveau arbre généalogique. Et puis, l'essentiel, c'était Louisa. Jackson se leva, étirant le plus discrètement possible ses membres, en grimaçant tout autant discrètement. Il s'approcha de la vitre, observant la scène à travers elle : Sam tenait l'une des mains de Louisa. De ce qu'il en voyait, la jeune femme bougeait les lèvres, murmurant sans doute quelque parole à Sam, qui seul pouvait les entendre. Puis il la vit tourner la tête dans leur direction, comme sentant d'instinct la présence de sa fille. Cependant, c'est à lui qu'elle accorda son premier regard, et à qui elle fit un petit signe de tête. Merci, elle ne voyait pas à quel point ses mains étaient enfoncées dans les poches de son Jeans, et ses poings serrés. Une boule d'angoisse s'était libérée en lui, mais il n'en demeurait pas moins toujours aussi inquiet. Cependant, c'était une bonne chose qu'elle ne soit pas trop déboussolée et qu'elle ait su le reconnaître. Il lui adressa un petit sourire, avant de tourner le regard vers June. Heureusement pour lui, car cela l'empêcha de voir le visage de sa cousine se décomposer par une peur panique.

« Ta mère est réveillée Sunshine. Tu avais raison. »

Il déposa un tendre baiser sur la tempe de sa nièce, avant de pousser un soupir de soulagement. Il se sentait mieux, pas encore au top, certes, mais c'était déjà ça. Il mourrait d'envie d'entrer dans la chambre pour être au plus près de sa cousine, mais il était pour le moment l'heure pour elle d'être avec Sam, et lui seul, et la personne qui venait ensuite sur la liste, c'était June, certainement pas lui. De toute façon, entourer une personne qui vient de sortir du coma, ce n'est pas la chose à faire. Une personne à la fois, voire deux, mais pas plus, c'est la règle. Il mourrait aussi d'envie d'aller saluer son neveu, dont il n'avait toujours pas fait la rencontre, mais ce n'était guère le moment. Et puis, encore une fois, Sam étant entré dans la vie de Lou, il avait raflé nombre des prérogatives qu'avait jusqu'alors Jackson. C'était au cadet des Winchester d'aller chercher le petit et de la ramener à Louisa. Tout ce qu'il avait à faire, c'était d'attendre, d'attendre qu'on lui demande quelque chose, d'attendre qu'on le demande.
Revenir en haut Aller en bas
http://in-nomine-mens.bbactif.com

Sam Winchester


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : MARY-W.
✾ MA CÉLÉBRITÉ : J.Padalecki
✾ MES CRÉDITS : Dodixe
✾ MON MOI² : Zadkiel
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 11/07/2009
✾ MES MESSAGES : 45276

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 28 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Chasseur


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: Baby is coming - Sam + Jack + June -   Sam 4 Sep - 11:44

    La nuit avait été longue, pas que pour lui sans doute et pourtant, tout le poids du stress semblait être momentanément passé, alors que Louisa s’était enfin éveillée de son sommeil qu’on aura pu voir comme étant le dernier sommeil avant le grand saut vers l’inconnu. Heureusement pour tout le monde, Louisa avait tenu bon, apparemment pas décidée à plonger dans ce monde de la mort duquel personne ne revenait jamais. Qui sait, peut-être qu’elle s’amusait simplement à les narguer, tous, là-bas. Tous ceux qui n’avaient pas su flirter avec la mort pour en réchapper quelques heures plus tard, tout comme elle venait de le faire là, à cet instant précis. Il ne savait pas vraiment si le simple fait qu’elle soit réveillée pouvait exclure tout risque à présent et pourtant, il voulait bel et bien y croire, se détendant soudainement en la voyant répondre à son sourire, puis tourner le regard vers les autres qui attendaient sagement dehors. Pas d’esclandre de la part de Jackson pour être celui qui serait au premier plan, chose étrange que Sam ne parvenait pas encore à comprendre venant de celui qui s’était trop souvent senti sur le banc de touche pour pas grand-chose, au point d’en devenir agressif là où il n’y avait franchement pas lieu d’en avoir. A croire que leur entrevue à la bibliothèque avait pu servir en quoique ce soit qui sait… Non, sans doute que c’étaient uniquement les récents événements, ceux qui avaient complètement bouleversé le cycle de leurs soirées respectives et qui avait complètement remplie leurs nuits de doute et de stress. Il ne savait pas vraiment si on lui offrait seulement un léger mieux avant que tout ne retombe, ou si la situation s’était enfin et durablement apaisée… mais il tenait bien à profiter de la pleine conscience de Louisa à cet instant précis, profitant de chaque contact visuel qu’ils pouvaient avoir, de chaque caresse de la peau de sa main dans la sienne.

    Esquissant un sourire à chaque fois qu’il la regardait, comme s’il pensait à cet instant précis que dans cet hôpital plus rien ne pourrait venir les déranger. La visite du démon d’hier soir semblait avoir été totalement éclipsée par le réveil de Lou et au fond, ce n’était pas plus mal. Il avait l’impression d’avoir passé des journées entières sans dormir, à croire que le sommeil dans lequel il avait été plongé pendant si longtemps au côté de Louisa n’avait en rien été un sommeil réparateur pendant lequel il avait cherché à se reposer. Non, sans doute qu’un coin de son cerveau avait pensé qu’il aurait l’air moins con plongé dans un pseudo sommeil plutôt qu’à sembler la supplier du regard pour qu’elle se réveille. Encore des idées débiles pondues par un cerveau qui ne fonctionnait plus très bien, à force d’être fatigué, usé dans des recherches qui ne menaient à rien, dans des tentatives vaines pour comprendre ce qui semblait totalement inexplicable. D’ailleurs, dans le genre inexplicable, les propos de Louisa étaient plutôt bien classés dans le genre. Il avait vu son sourire disparaître lorsqu’elle avait posé son regard sur son ventre vide de toute existence humaine à présent. L’air de rien, il se força à garder son sourire, rien que pour la rassurer, bien qu’elle ne le regarde pas et sans doute pour ne pas risquer de penser que peut-être, l’enfant qu’il était allé voir avait été enlevé par un quelconque démon qui était passé par là, ou quelque chose dans le genre. Ramené à la réalité par la phrase de la jeune femme, il ne put que se contenter d’hausser les sourcils, avec une perplexité qu’il eut du mal à masquer. Noah ? Certes, ils n’avaient jamais parlé du prénom qu’ils donneraient à ce bébé et d’ailleurs il ne se voyait même pas pouvoir se mêler à une pareille discussion, avec Louisa, ou avec qui que ce soit d’autre dans sa vie. Caressant légèrement la main de la jeune femme, il sourit tout de même, l’observant comme s’il parlait à une cinglée, persuadé qu’elle prenait le temps de bien se réveiller et qu’elle divaguait, à mi chemin entre la conscience et le coaltar.

    « Noah ? »

    Il ne trouva que ça à dire, cherchant un bout de phrase auquel rattacher ce simple mot débité avec toute sa perplexité, encore une fois. Et pourtant, à croire que Louisa ne prêtait déjà plus attention à ce qu’elle venait de dire ou même à ce qu’il pourrait répondre. Son regard s’était posé sur Jackson, elle lui avait adressé un léger signe, si bien que Sam releva le regard dans sa direction, scrutant sa réaction comme s’il attendait du cousin de Louisa qu’il ait une quelconque réaction comme celles qu’il avait si souvent l’habitude de voir chez lui. Un sourire et le voilà qui se détournait, tandis que le Winchester reposait ses yeux sur la jeune femme qui n’avait pas encore retrouvé ses quelques couleurs et qui, à présent, avait toute son attention fixée sur sa fille… et l’homme qui était resté avec eux apparemment toute la nuit, sans même que Sam ne sache de qui il pouvait bien s’agir, trop préoccupé par l’état de la jeune femme pour se préoccuper du potentiel étranger qui s’était pointé et auquel, June comme Jackson semblaient faire entièrement confiance. Visiblement, ce n’était pourtant pas sans préoccuper Louisa, puisque celle-ci releva le regard vers Sam, capturant toute son attention de part l’expression totalement inquiète qu’on pouvait aisément lire sur ses traits. Quelques paroles qui le laissèrent une nouvelle fois perplexe. Qui pourrait bien vouloir lui prendre June ? Et quand bien même, pourquoi est-ce qu’elle se mettait subitement à parler de cette perspective là ? Fronçant légèrement les sourcils, il caressa une nouvelle fois la joue de Lou comme pour tenter de la rassurer alors qu’elle ne semblait même plus sentir ses gestes contre elle tant une peur sourde s’était emparée d’elle. Il ne savait pas vraiment quoi dire, sans doute parce qu’il n’avait pas cette habitude là, d’être celui qui essaye de faire disparaître les inquiétudes des autres, ou même celles de Louisa. C’était presque injuste pour elle, celle qui avait su faire taire tous ses doutes et qui savait le réconforter bien qu’il ne fasse pas la moindre montre de ce qui pouvait bien lui bouffer les pensées. Heureusement pour lui, à croire qu’elle avait senti son soudain malaise, elle reprit la parole, dans un flot complet de questions et de remarques en tout genre. Le Winchester ne manqua pas d’accorder un regard vers l’homme qui les accompagnait et dont Lou semblait douter à l’instant précis. Crispant légèrement la mâchoire, il s’apprêta à répondre avec une certaine honte qu’il ignorait tout de qui pouvait bien être ce type que June semblait un peu trop approcher.

    C’est alors qu’il sentit la main de Louisa contre ses lèvres, contact encore froid contre sa bouche qui le laissa muet, apparemment, c’était ce qu’elle voulait. Et voilà qu’elle en revenait au même point de départ. Du moins, c’est ce qu’il espérait, peut-être que Noah était cet homme justement qui tenait compagnie à la petite fille et au cousin de Jackson. Cette fois-ci, au moins, il était sûr qu’elle parlait du bébé, de celui à qui elle avait donné naissance pendant la nuit et qui, bien qu’il ne l’intègre pas encore très bien dans son schéma de peu d’existence qui lui restait, était également son fils. Un nouveau sourire alors qu’il prenait la main de Louisa dans la sienne pour pouvoir à nouveau prendre la parole, d’une voix posée, qu’il força pour être dénuée de toute inquiétude… il devait la rassurer avant tout et sans doute qu’après tout ce temps, il le lui devait bien :

    « Il va bien… Tout va bien maintenant… »

    Il revint faire une caresse sur la joue de Louisa, savourant la douceur de sa peau qui regagnait peu à peu de sa chaleur alors qu’il s’était endormi en tentant de réchauffer un tant soit peu le bout de ses doigts. Oubliant tout ce qui avait pu être dit avant, il sourit, laissant sa main dériver dans les cheveux de la jeune femme pour les caresser également, comme s’il voulait profiter de voir chaque parcelle de Louisa à nouveau bel et bien vivante et hors de danger :

    « Tu veux le voir ? J’suis sûr qu’avec tout le temps qu’on a passé ici on va pouvoir trouver une sympathique infirmière pour ça… »

    Il laissa échapper un léger ricanement, rien que pour détendre un peu l’atmosphère qu’il sentait tendue. Scrutant quelques instants le regard de Louisa pour s’assurer de n’y lire aucune crainte à l’instant présent, il finit par se détourner, cherchant quelqu’un du regard, comme si une infirmière allait apparaître par magie au milieu du couloir, tout simplement parce que lui, était incapable de lâcher la main de Louisa de peur à ce que tout ne reparte en vrille sitôt le contact entre eux interrompu.

_________________

winchesters say "hi" - i wake up every evening with a big smile on my face, and it never feels out of place. and you're still probably working at a nine to five pace, i wonder how bad that tastes. when you see my face hope it gives you hell, hope it gives you hell. when you walk my way hope it gives you hell, hope it gives you hell. now where's your picket fence love ? and where's that shiny car ? you never seemed so tense love and never seen you fall so hard. VOTEZ POUR NOUS ♥
Revenir en haut Aller en bas

Louisa Delacroix


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Megalyn
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Zooey Deschanel
✾ MES CRÉDITS : Megalyn & Shiya
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 13/07/2009
✾ MES MESSAGES : 999

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Infirmière


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: Baby is coming - Sam + Jack + June -   Lun 13 Sep - 5:37

    June voyait à peine sa mère, de par sa petite taille et la hauteur de la baie vitrée. D’un regard tacite, le grand père et l’enfant comprirent ce qu’elle demandait. Sans un mot, Douglas la prit dans ses bras. Elle était plus légère que ce à quoi il s’était attendu. Il n’avait guère d’expérience en ce domaine, mais il avait des neveux et nièces qu’il avait gâtés au-delà de ce que leurs parents ne le voulaient. Mais il n’avait jamais tenu compte de ce que demandaient, voire exigeaient, ses frères et leurs épouses. C’était en partie de leur faute s’il avait perdu Louisa, et ne sachant pas s’il reverrait son enfant un jour, il avait reporté son affection frustrée sur les enfants qu’avaient eus ses frères. Finalement, jamais personne n’avait osé lui faire le moindre reproche.
    A présent, il regardait sa fille, si pâle, si fatiguée, et un bref instant, effrayée. La panique qui avait traversé les yeux de Louisa ne lui avait pas échappée. Il pouvait la comprendre. Se réveiller à l’hôpital et ne voir personne à part Sam. Mais visiblement, il avait trouvé les mots, car elle détourna la tête d’eux pour à nouveau parler au jeune homme. Il écouta distraitement Jackson parler à June, sans vraiment savoir si elle répondait ou pas. Il songeait, tout d’un coup, que peut être un médecin, ou au moins une infirmière, aurait dû être prévenu. Mais il n’eut guère besoin de s’en inquiéter plus. Une infirmière venait de passer devant eux, jetant un regard distrait à Louisa avant de réaliser que la jeune femme était consciente. Elle était à présent entrée dans la chambre…


    « Ton fils. »
    lâcha Lou plus sèchement qu’elle ne l’aurait voulu. Rien de tout ça n’était la faute de Sam. Enfin, pour l’accouchement difficile, en tous les cas. Pour le reste… Ça ne l’était pas non plus, au final.

    Mais il avait compris de qui elle parlait. La jeune femme le regarda, et il lui sembla moins… Perdu, moins malheureux, même si elle percevait encore une part de souffrance derrière les yeux à l’indéfinissable couleur. Elle savait cependant que, malgré tous ses efforts, tant qu’il ne se serait pas pardonné, elle ne pourrait jamais faire disparaître cette lueur qui lui faisait mal, ainsi qu’à elle aussi. Peu importait, à vrai dire, pour le moment, en tous cas. Sa principale préoccupation restait son fils, qu’elle avait appelé Noah sans même se concerter avec Sam. Néanmoins, il ne semblait ni vexé ni contrarié. Et puisqu’il lui assurait qu’il allait bien, cela pouvait laisser sous entendre qu’il l’avait vu. Lou se laissa aller à sourire. Tout n’était peut être pas perdu. Peut être maintenant que ce bébé était bien réel, Sam réfléchirait à deux fois avant de s’en aller loin.
    Elle fut sortie de ses pensées par une main rugueuse, mais pourtant douce et tendre, qui caressait sa joue puis ses cheveux. Il souriait même. Elle se rendit compte qu’elle avait trop douté de lui, sans jamais oser se l’avouer. Sam tenait vraiment à elle, il faisait juste tout pour qu’elle pense le contraire. Ce qui avait relativement bien marché jusque là, excepté la partie ‘t’en as rien à foutre de moi alors jtoublie’. Lou n’avait jamais pu se résoudre à couper les ponts. Elle ne pourrait plus, désormais.
    Elle n’eut guère le temps de lui répondre. Une infirmière venait justement d’entrer en trombe dans la chambre, et examinait Louisa dans tous les sens, bientôt rejointe par un médecin, qui en fit de même et sembla relativement satisfait. La jeune maman haussa les sourcils, et le médecin lui annonça qu’elle allait bien, mais qu’elle devait se ménager encore quelques jours.

    « Je veux voir mon fils. » rétorqua t’elle fermement.

    « Vous n’êtes pas en état. »

    « Je m’en fiche, je veux voir mon fils ! » répéta t’elle en haussant la voix.

    « Mademoiselle, restez calme, ou je devais vous donner un calmant. »

    Se redressant dans le lit, ignorant les trois paires d’yeux qui l’observaient, effarés, elle s’assit, grimaçant en sentant le bas de son ventre la tiraillait avec douleur.

    « Essayez donc, juste pour voir, et c’est vous qui allez faire une loooooooongue sieste. Et ne me dites surtout pas que je ne suis pas dans mon état normal, je ne l’ai jamais autant été qu’à ce moment précis. Où est mon fils ? Je veux le voir ! »

    L’infirmière posa une main sur l’épaule de Louisa, l’invitant à se rallonger, mais la jeune femme la repoussa, peu encline à se laisser materner par qui que ce soit, même Sam.

    « Calmez vous, vous allez seulement rouvrir vos points. Votre petit garçon va bien, très bien même, si l’on tient compte du fait qu’il est prématuré. Vous ne pouvez pas vous lever pour le moment, et il ne peut pas sortir de sa couveuse sans l’avis du pédiatre. Je vous promets de vous l’amener dès que ce sera possible. Ne soyez pas inquiète, d’ici demain, peut être même d’ici la fin de la journée, il sera près de vous. »

    Louisa la dévisagea aussi glacialement que c’était possible, et l’infirmière réprima à grand peine un frisson. Ce n’était pourtant pas la première fois, mais cette jeune mère était très différente des autres. Bien plus en forme et alerte que n’importe quelle femme qui venait de mettre au monde un enfant, qui avait eu une hémorragie et qui avait bien failli en mourir. Déposant les armes, Lou finit par se rallonger, non sans rappeler à la femme que cette dernière lui avait fait une promesse.


    Promesse qui fut tenue dès le lendemain matin. Lou ne pouvait pas encore se lever, mais sortir de son lit lui fit un bien fou. June avait sauté de joie en voyant sa mère plus ou moins rétablie. Jack avait été moins démonstratif, mais lui aussi était tout aussi soulagé de la voir avec une meilleure mine. Lou aussi d’ailleurs. Elle avait eu peur en voyant son visage pâle, cendreux et les cernes noirâtres sous ses yeux. Mais après une vraie nuit de sommeil, elle se sentait déjà mieux.
    Le pédiatre avait examiné Noah très tôt ce matin là. Le bébé se portait à merveille, il n’y avait plus que de la paperasse avant que sa mère et lui soient transférés dans une chambre à la maternité. Mais Lou n’avait pas pu attendre. Elle voulait absolument le voir, le tenir contre elle.
    Elle seule avait pu entrer. Sam, Jack, June et Douglas attendaient à l’extérieur. Lou jeta un bref regard aux trois premiers avant de s’attarder sur celui qui disait être son véritable père. Elle l’avait regardé avec suspicion, mais le regard contrit de son cousin l’avait convaincue de la véracité des faits. Ce dernier, ainsi que June, semblait lui faire une confiance quasi aveugle. Elle-même l’avait déjà remarqué, alors qu’il les observait, June et elle, depuis plusieurs mois déjà. Elle n’avait jamais eu peur de cet inconnu, qui lui avait paru plus protecteur qu’autre chose. Elle avait eu raison. Aussi lui avait elle simplement demandé d’attendre qu’elle soit sortie de l’hôpital.

    Susan, car tel était le prénom de son ‘amie’ infirmière, déposa le bébé emmitouflé dans une couverture, au creux des bras de sa mère. Noah était serein et calme. Comme s’il savait déjà qui elle était, alors qu’il ne l’avait jamais vue. Certes, elle l’avait porté près de huit mois en elle, mais Lou ne savait pas réellement si c’était assez pour qu’il se souvienne encore d’elle. Mais à la réaction du bébé, elle supposa que oui.
    Le petit garçon ouvrit les yeux, et elle constata qu’il aurait les mêmes yeux qu’elle. Elle lui apprendrait à s’en servir pour faire craquer son père, comme elle-même n’avait pas hésité à le faire et ce, sans même que Sam ne s’en rende compte.
    Lou se tourna vers la fenêtre, montrant le bébé à June. Elle commença à sourire à sa fille, avant de blêmir. Que faisait un démon dans l’hôpital, aussi près de son fils ? Elle qui s’était juré de tout laisser tomber, comment ferait elle pour protéger ses deux enfants si Sam décidait finalement de ne plus faire partie de leur vie, s’il décidait que tuer Lucifer lui-même était plus important que tout ? Elle n’était pas entièrement persuadée de pouvoir lui faire entendre raison.
    Elle reprit contenance, mais Sam avait vu sa réaction. Ainsi que son père. Seuls Jackson et June, occupés à discuter de Noah, n’avaient rien remarqué. Lou espéra que Sam aurait l’idée de se retourner…

_________________
    VICTOR HUGO DEMAIN DES L'AUBE Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe, ni les voiles au loin descendant vers Harfleur, et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur
Revenir en haut Aller en bas

Invité


Invité





MessageSujet: Re: Baby is coming - Sam + Jack + June -   Mer 15 Sep - 5:30

    Tout était parfaitement calme à présent, June était confortablement installée sur les genoux de son grand-père en guise d'oreiller et dormait d'un sommeil profond, récupérateur, surtout après de tels évènements. Le visage de l'enfant était parfaitement détendu lorsqu'elle ne fronçait pas les sourcils dans son rêve, le même qu'elle faisait depuis un bon moment déjà et où sa vie ne ressemblait pas du tout à l'actuelle. Toutes les personnes à qui la jeune femme tenait énormément ne faisait pas partie de cette vie qu'elle faisait en rêve... ou plutôt en cauchemar. Louisa, Jackson, Sam... Ils existaient mais, ne semblaient pas se soucier d'elle lorsqu'ils marchaient dans la rue. June se tenait souvent dans une grande pièce impersonnelle et aussi aseptisée qu'une chambre d'hôpital, regardant de ses yeux malheureux le monde qui lui était inaccessible. Elle avait fait ce rêve tellement de fois que plus rien n'arrivait à la surprendre, elle ne sursautait même plus, restait parfaitement calme, comme immunisée.

    June savait que cet endroit était l'hôpital psychiatrique, la petite avait beau ne jamais y avoir mis les pieds mais, la vue de l'extérieur qui donnait sur son parc préféré dont elle adorait fouler l'herbe en compagnie de sa mère, était reconnaissable entre mille. Soudain, une enfant s'était approchée avec sa mère et s'était installée sur les jeux à bascule, ses préférés. June en éprouva une grande pointe de jalousie et l'envie d'être cette petite fille qui s'amuse sous le regard attendri de sa maman, pourtant, c'était ce qu'elle avait toujours connu avec Louisa... Elle se souvint alors de sa discussion avec Sam quelques jours plus tôt. L'enfant avait alors cette étrange impression que son rêve était finalement beaucoup plus important qu'elle ne le pensait et que ces hommes considérés comme ses « amis imaginaires » étaient peut-être bien plus que cela étant donné la foi inébranlable qu'elle accordait à leur propos.

    June n'eut pas le temps d'y songer plus longtemps, la douce voix de Jackson tira lentement l'enfant de son sommeil. Elle ouvrit légèrement les yeux et afficha un sourire, bien sûr qu'elle avait raison... bien sûr qu'ILS avaient raison. La petite avait même l'étrange conviction que c'était d'ailleurs grâce à eux que sa mère était encore en vie, Noah allait pouvoir grandir avec une mère, ils n'allaient pas être séparés, ils formeraient une belle famille comme June l'avait toujours voulu. Elle sentit les lèvres de son cousin se poser sur sa tempe et poussa un petit soupir encore endormi, laissant reposer sa tête tout contre son épaule. Il lui avait toujours fallu un certain temps pour se réveiller, elle essuya ses paupières et s'étira longuement. June n'avait aucune idée de l'heure qu'il pouvait bien être mais, soit il était très tard, soit il était très tôt !

    Il ne lui en fallu pas plus pour se réveiller complètement, ses yeux grands ouverts malgré les cernes qui aggravait son regard, la petite sauta au pied du fauteuil où elle était assise quelques instants plus tôt et s'approcha de la baie vitrée pour apercevoir sa mère sans pour autant y parvenir. A cet instant, elle aurait tout donné pour apercevoir le visage de Louisa qui lui avait tant fait peur quelques heures plus tôt. Frustrée, June regagna sa place en poussant un long soupir qui en disait long sur ce qu'elle pensait... Il n'y avait pas besoin de paroles, Douglas l'avait comprise et lui avait tendu de nouveau les bras pour que la petite vienne s'y réfugier. Un sourire étira ses lèvres et elle ne se fit pas prier pour s'exécuter, il décolla la jeune fille du sol et l'emmena de nouveau devant la baie vitrée, rapidement rejoint par Jackson. Tous trois observaient la scène avec grand intérêt, Louisa portait Noah dans les bras... Difficile de décrire ce que June ressentait à ce moment précis : une joie intense, le sentiment d'être au bon endroit, au bon moment et d'avoir enfin un but précis qui était de protéger ce petit être encore innocent.

    Sa mère lui montra alors son petit frère et la petite fille posa sa main sur la baie vitrée avec un grand sourire.

    « C'est mon petit frère, il est trop mignon. Je le protégerai. » déclara t-elle d'un ton décidé avant de souligner ses propos par un signe de tête. « On regardera les dessins animés ensemble et je partagerai même mes Lucky Charms avec lui. »

    Alors qu'elle l'observait toujours, son sourire s'effaça aussi rapidement que celui de Louisa lorsqu'elle aperçu dans le reflet de la baie vitrée, une personne se tenant derrière elle... Une personne qui lui flanquait la chair de poule. Un frisson parcourut son échine et instinctivement, June se réfugia contre son grand-père. Elle n'avait pas remarqué que sa mère avait l'air toute aussi inquiète qu'elle.
Revenir en haut Aller en bas

Phoenix H. Lawrence


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Twix
✾ MA CÉLÉBRITÉ : DiannaSexyAgron
✾ MES CRÉDITS : Me, I & Myself
✾ MON MOI² : None
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 22/07/2009
✾ MES MESSAGES : 470

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 printemps
✾ STATUT SOCIAL : Mère célibataire
✾ SON EMPLOI : Stripteaseuse


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: Baby is coming - Sam + Jack + June -   Mer 22 Sep - 6:35

Contempler cet enfant dans les bras de Louisa, c'était comme revenir tant d'années en arrière, ou pas tant que çà au final : quand Jude était encore un nourrisson. La jeune femme avait été là pour l'aider, pour le soutenir, tout au long de la croissance de la jeune demoiselle, et ce même quand Alice était entrée dans leur vie à tous, parce que c'était tout de même de ça qu'il s'agissait : en entrant dans la vie de Jackson, Alice était également entrée dans celles de tout un tas d'autres personnes, peut être pas si nombreuses que cela au final, mais ayant un réel impact et une vraie place à eux chacun à leur manière dans l'existence du jeune homme. Voir Louisa tenir ainsi son fils contre elle, cela faisait tout de même quelque chose. Bien sûr, ce n'était pas comme s'il s'agissait du tout premier nouveau né de sa cousine, parce qu'il y avait tout de même eu June avant lui, mais, quand même ... Ce n'était pas non plus comme s'il s'agissait de la première fois qu'il la voyait avec un nourrisson dans les bras, c'était juste que c'était tellement différent. Il s'agissait là de la chaire de sa chaire, et non pas de la chaire de la chaire de l'un des siens, qui n'était d'ailleurs génétiquement même pas l'un des siens. Jackson n'était pas auprès d'elle lorsque June était née, alors, en quelque sorte, c'était une grande première pour lui que de voir Louisa tenir tout contre elle son enfant encore bébé. Et puis, il s'agissait là de la première rencontre entre la mère et son fils, et c'était tellement beau. Oui, tout ça tombait un peu dans le cliché bien trop souvent véhiculé au point d'être usé quasiment jusqu'à la corde, mais, présentement, il s'en fichait. Ce dont il ne pouvait cependant pas se foutre présentement, c'était de Douglas, et de sa présence ici, avec eux, de cette sorte de reconnaissance qui venait de se passer entre Louisa et lui. Viendrait le temps des explications, et, indéniablement, Jackson ne pourrait s'en dédouaner et y échapper. Il redoutait tant ce moment, surtout parce que, dernièrement, on ne pouvait pas dire que Louisa et lui étaient dans leur plus belle phase relationnelle. Il se refusait à la perdre, mais encore plus à perdre son temps sur le moment présent à se faire plus de noeuds que cela au cerveau. L'instant était magique, il fallait en profiter et non pas le gâcher en s'inquiétant de choses qui reviendraient bien assez vite pointer leur nez dans nos vies, alors qu'on n'était pas plus partant que cela de les y voir revenir.

Un mince sourire s'étira sur ses lèvres en entendant tous ces plans sur la comète faits par sa nièce. Celle ci n'était semble-t-il jamais en manque d'imagination, et avait retrouvé le sens de la parole, elle qui était auparavant muette comme une carpe depuis l'hospitalisation de Louisa, et il ne pouvait pas du tout lui en vouloir. Cela faisait du bien que d'entendre sa petite voix vive et chantante résonner dans ce couloir bien trop grand et vide, au mur bien trop blanc. Cela ramenait de la vie et de la gaieté, et allégeait son coeur. June serait une grande soeur formidable, il n'en doutait nullement, et il ne pouvait s'empêcher de faire certains parallèles entre eux deux : ils n'avaient pas de père, et tous deux avaient désormais en commun le fait d'être l'aîné d'un plus jeune qu'eux. Il était tout prêt à l'aider à bien tout appréhender si elle venait à le lui demander, mais pour le moment, elle était toute à ses plans, dans les bras de Douglas qui l'y avait hissée afin qu'elle puisse bien tout voir du charmant petit tableau vivant qui se déroulait derrière cette vitre qui séparait leurs deux petits groupes. Etrangement, Jackson ne posa pas un seul instant le regard sur Sam, et ce n'était pas comme s'il l'ignorait délibérément. En réalité, il ne pouvait tout simplement pas décrocher les yeux de Louisa tenant son fils dans les bras, de ces bras encerclant avec brio et amour cette toute petite chose qui n'était autre que son neveu. Il ignorait le prénom que lui avaient choisi Louisa et Sam, et, à vrai dire, sur le moment, c'était loin d'être sa préoccupation principale. Oui, honnêtement, il était tout à sa contemplation, et ne pensait à rien d'autre. Cependant, il ne manqua pas ce très léger mouvement de Louisa, qui serrait un peu plus fort le nourrisson contre elle. Oh, il s'agissait là d'un détail vraiment infime, sauf pour quelqu'un qui, comme lui, n'avait le regard fixé que sur ce petit bout de détail de tableau. Il fronça légèrement les sourcils, enfonçant les mains dans les poches, alors qu'une expression légèrement contrariée et inquiète prenait place sur ses traits. Il ne prit même pas la peine, cependant, de relever la tête, se disant que cela ne lui servirait pas à grand chose. Il n'y avait pas de bruit dans ce couloir, alors le moindre son avait un volume décuplé. Douglas et June l'entendraient suffisamment bien s'il continuait à garder le regard posé sur Lou' et le bébé.

« Pourquoi elle fait ça ? Y a un souci ? »
Revenir en haut Aller en bas
http://in-nomine-mens.bbactif.com

Sam Winchester


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : MARY-W.
✾ MA CÉLÉBRITÉ : J.Padalecki
✾ MES CRÉDITS : Dodixe
✾ MON MOI² : Zadkiel
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 11/07/2009
✾ MES MESSAGES : 45276

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 28 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Chasseur


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: Baby is coming - Sam + Jack + June -   Mer 29 Sep - 2:37

    Une légère tension avait rythmé les jours suivants, laissant une vague de malaise entre Louisa et sa sympathique infirmière : apparemment, mieux ne valait pas être la femme qui privait Lou de voir son bébé… Enfin bref, les choses étaient finalement rentrées dans l’ordre à présent, aujourd’hui, alors que la journée commençait à peine depuis quelques heures et que Sam se retrouvait à nouveau à l’hôpital… l’esprit ailleurs. Loin, bien loin. Où ? Qu’est ce qu’il en savait, les choses se bousculaient tellement en ce moment… Il était quelque part, entre son frère, son père et tout ce qui le taraudait depuis trop longtemps déjà, les mêmes tourments, les mêmes remords dont Louisa ne connaissait sans doute qu’un petit dixième. L’air quelque peu pensif – habituel de Sam qui n’arrive même pas à faire semblant d’être uniquement concentré sur son fils – il fixait Louisa et… et Noah, parce que oui, grande nouvelle, l’enfant s’appelait bel et bien Noah, ce n’avait pas été un délire tout droit sorti de l’esprit de la jeune femme, c’était apparemment une conviction ferme et définitive qu’elle avait eue. Il n’avait certainement pas le droit d’aller contre son avis, lui-même ne savait même pas s’il aurait le courage de rester encore longtemps au côté de Louisa ou même s’il en aurait tout simplement la possibilité : car oui, de plus en plus, il se sentait viscéralement attiré plus loin, par autre chose, par une inquiétude sourde qui résonnait en lui et qui n’aurait de cesse que lorsqu’il serait loin d’elle, d’eux… A croire qu’il avait quelque chose à faire dans cette histoire et qu’une fois sa tâche accomplie, les choses finiraient par se tasser… un moment du moins. Réprimant un soupir, bien conscient que ça ne ferait qu’attirer l’attention des trois personnes autour de lui tandis que Louisa, elle, semblait être pour le moment obnubilée par cette nouvelle arrivée dans leur petit groupe. Bizarrement, Sam ne s’était même pas posé de questions sur ce type, il ne lui avait accordé que des paroles qui concernaient Lou sans même chercher à s’interroger sur ce qu’il pouvait bien foutre à l’hôpital avec June… Comme quoi, des fois, il avait des priorités bizarres et il se montrait bien irréfléchi. Quoique, pas tant que ça puisque June était toujours là et Jackson le pro de la méfiance et de l’antipathie ne semblait rien avoir contre l’homme aux cheveux poivre et sel qui, finalement – il avait été là au moment de la grande nouvelle – avait été révélé comme le père biologique de Louisa. A croire que les choses se compliquaient sérieusement des fois ! Croisant le regard de la jeune femme, Sam força un léger sourire, quelque peu anxieux… pour ne pas dire qu’il était sans cesse anxieux depuis que ce bébé était venu à jour, comme si sa venue au monde mettait en marche des événements qu’ils ne pouvaient éviter à présent, comme si les choses allaient finir par échapper totalement à son contrôle, à nouveau. Il avait le sentiment dévorant de devoir partir, de devoir décider de ne plus revenir dans cet hôpital pour voir Louisa ou même… ou même leur fils. Comme s’il ne faisait que les mettre encore plus en danger à chaque fois qu’il se pointait pour les voir, comme si, à chaque fois qu’il s’avouait qu’il serait incapable de partir comme un lâche, les démons se rapprochaient de Louisa et de cet enfant. Ce qui étant sans doute le cas…

    Ce n’est que lorsque son regard croisa à nouveau celui de Louisa qu’il vit qu’elle avait subitement blêmi, comme si elle avait vue une chose qu’elle seule aurait été capable de voir et pourtant, ça ne semblait pas être le cas, comme si elle incitait le chasseur à se retourner rien que par son expression. Crispant la mâchoire comme une réaction physique qu’il se retrouvait incapable de maîtriser, il n’esquissa aucun mouvement, prenant le temps d’encore jauger le regard de Louisa avant de faire volte face pour tomber presque nez à nez avec un démon… A croire qu’ils tenaient absolument à confirmer toutes ses intuitions, même les moins joyeuses. Esquissant un léger froncement de sourcils, il jaugea que bondir sur le démon en plein milieu d’un couloir d’hôpital ou même devant June, Jackson et… beau papa, ce n’était pas la meilleure chose à faire, bien que l’envie ne manque certainement pas ! Qu’est ce qu’il pouvait faire bordel ?! Déglutissant avec une légère difficulté, il ne prit pas la peine de décrocher son regard du démon, s’adressant pourtant à Jackson… ou à Douglas, peu importait tant qu’ils l’écoutent et que le démon ne fasse rien avant.

    « Partez… tous les trois. »

    Comme pour les inciter ou du moins, inciter les adultes à l’écouter – parce que June on sait jamais quoi – il hocha légèrement la tête, détournant quelques secondes le regard pour croiser celui de Jackson, avant de rapidement reposer son regard sur l’élément perturbateur de ce trop joli tableau. Bien entendu, il fallait qu’il y ait quelque chose pour que tout ne soit pas si rose que ça ! Ca pouvait devenir lassant à force d’être tout beau et tout gentillet. A peine le temps pour les autres de faire ce qu’il avait dit, ou du moins, même d’enregistrer dans leur cerveau ce qu’il avait pu dire qu’il sentit cette pression l’emporter, incapable de s’y faire à nouveau, après plus d’un an à avoir échappé à ce genre de contrôle venant de n’importe quel démon. Se retrouvant projeté contre un mur un peu plus loin à la surprise générale, il ne manqua bien entendu pas de bien se ramasser le mur dans la tronche… il fallait bien ça pour qu’il soit un peu sonné et que les choses attirent l’attention de tout le monde. Légèrement sonné, Sam réprima un grognement de douleur – bah oé, il va pas gémir – se redressant quelque peu, remarquant que cette saleté de démon ne l’avait pas loupé et qu’il se retrouvait même par terre. Relevant le regard vers le démon, il remarqua bien vite qu’il était totalement incapable de voir grand-chose sans avoir l’impression que sa tête allait exploser… à croire que plus le temps passait, plus la simple présence d’un démon le rendait au plus bas de sa forme. Il ne savait pas si les autres avaient eu le temps de partir comme il le leur avait fait comprendre, c’est ce qu’il espérait, bien que ce ne soit pas l’idée qui emportait tout son esprit à cet instant précis. Il savait très bien que cette saloperie aurait pu agir n’importe quand si elle avait été uniquement attirée par l’envie de l’envoyer valser contre un mur… non, elle voulait quelque chose à Louisa, ou même au bébé et il devait certainement faire quelque chose pour ça… mais d’abord, il fallait qu’il recouvre un peu plus de ses capacités, histoire de trouver la force de se lever.


Spoiler:
 

_________________

winchesters say "hi" - i wake up every evening with a big smile on my face, and it never feels out of place. and you're still probably working at a nine to five pace, i wonder how bad that tastes. when you see my face hope it gives you hell, hope it gives you hell. when you walk my way hope it gives you hell, hope it gives you hell. now where's your picket fence love ? and where's that shiny car ? you never seemed so tense love and never seen you fall so hard. VOTEZ POUR NOUS ♥
Revenir en haut Aller en bas

Louisa Delacroix


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Megalyn
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Zooey Deschanel
✾ MES CRÉDITS : Megalyn & Shiya
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 13/07/2009
✾ MES MESSAGES : 999

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Infirmière


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: Baby is coming - Sam + Jack + June -   Lun 4 Oct - 2:55

    Douglas regarda Sam sans comprendre. Mais il se reprit bien vite. L’air furieux et déterminé qu’affichait le jeune homme n’augurait rien de bon. Quant à Louisa, elle avait remis le petit Noah dans sa couveuse et était toujours aussi pâle. Constatant que Jackson emmenait June, il jeta un dernier regard à sa fille. Elle lui fit signe d’en faire de même. Peu rassuré mais ne sachant pas quoi faire d’autre, Douglas suivit Jackson et disparut de la vue de Louisa. Grand bien lui en prit car à peine quelques instants après, Sam vola dans les airs, s’écrasant lourdement contre un mur. Il n’y avait personne à proximité, à part les deux infirmières dans la salle de réanimation. L’une d’elles voulut sortir mais Lou la retint par le bras. La femme voulut se dégager mais le regard de la jeune mère l’en dissuada.
    Lou se sentait encore faible et n’était pas franchement sûre qu’elle allait arriver à bout de la démone. Mais elle ne la laisserait pas s’en prendre à Sam, encore moins à leur fils. Quittant le fauteuil roulant, elle se félicita d’avoir bassiné Sam et les infirmières pour qu’on la laisse enfiler un pantalon en coton et un léger débardeur. La jeune femme n’en pouvait plus de l’immonde chemise de nuit de l’hôpital.
    Prudemment et silencieusement, elle ouvrit la porte. La démone ambulancière s’approchait de Sam, un sourire mauvais sur les lèvres. Elle n’avait pas prêté attention à Lou. Cette dernière attrapa un pied de perfusion en fer. Mais, alors qu’elle s’apprêtait à la frapper avec son arme improvisée, la créature se retourna et stoppa son geste.

    « Tu pensais vraiment que tu pourrais m’avoir par surprise ? »

    Elle arracha le pied à Lou et la jeta au loin. Elle sourit, ravie, et fixa la jeune femme. Elle ne lui opposerait que peu de résistance. Tout chasseur, ou ancien chasseur, qu’elle était, Louisa avait perdu beaucoup de sang. Elle n’était pas entièrement remise. Elle songea que ce serait peut être sa chance. Il lui suffirait d’épuiser un peu plus Louisa et elle pourrait la posséder sans la moindre difficulté.
    Lindsay commençait à se lasser de ce corps là et celui de Louisa lui permettrait d’approcher les Winchester, et plus particulièrement, le petit dernier de la famille. Cependant, elle devrait être prudente. Sam aurait tôt de s’en apercevoir si elle ne faisait pas attention.

    « Et toi, tu pensais vraiment que tu me prendrais mon fils aussi facilement ? »

    « Te tuer ne me pose aucun problème. »

    « Alors tout va bien, je n’en aurais aucun à te tuer moi aussi. »

    Malgré son état de faiblesse, Louisa n’était pas décidée à se laisser faire. Lindsay le réalisa bien vite. Ce qui l’ennuya beaucoup. Elle ne pouvait pas blesser gravement la jeune femme si elle voulait s’emparer de son corps et agir rapidement. Certes, la soigner ne serait pas un problème, mais les Winchester trouveraient vite que c’était extrêmement bizarre.
    Fort heureusement pour la démone, le corps qu’elle possédait savait neutraliser sans blesser. Mais ce ne fut pas si simple. Louisa s’était jetée sur elle avec rage, la frappant autant qu’elle le pouvait, cherchant et trouvant la moindre faille dans sa défense. Mais rapidement, elle sentit que l’humaine s’affaiblissait. Elle en profita pour la repousser. Louisa roula sur le sol et s’arrêta contre Sam.
    Lindsay se redressa, ravie. La jeune femme ne bougeait pas, sans doute sonnée. Ce serait parfait pour l’échange.
    Sauf que Lou était loin d’être inconsciente. Faisant mine de l’être, elle avait fouillé Sam, encore dans le coltard. Lui murmurant quelques mots, il consentit à ne pas bouger. Elle trouva un couteau en argent et le cacha contre elle. Lorsque la démone fut près d’elle, Lou se leva d’un bond, l’arme meurtrière en avant. Mais elle ne voulait pas blesser l’hôte, aussi visa t’elle l’épaule.
    Et ce fut son erreur. Bien que surprise par la rapidité de Louisa, Lindsay ne fut pas totalement prise au dépourvu. Se laissant blesser, elle attrapa l’ex-chasseur par la nuque et l’embrassa, pénétrant son corps. Et s’effondra. Louisa était bien plus faible qu’elle ne l’aurait imaginé. Qui plus est, plusieurs points avaient sauté dans la bagarre et son ventre saignait abondamment. Elle ne pouvait plus quitter ce corps là. Son seul salut était de la soigner. Mais elle n’était pas sûre d’en avoir le temps.
    Elle sentit alors qu’on la soulevait. Ouvrant les yeux, elle vit Sam penché sur elle. Sur Louisa, plus exactement. Lindsay sentait le carrelage froid sous son dos. Ils étaient toujours sur le sol. Elle noircit ses yeux, mais avant que Sam n’ait le temps de réagir, elle l’avertit.

    « Tue moi, et elle mourra avec moi… »

_________________
    VICTOR HUGO DEMAIN DES L'AUBE Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe, ni les voiles au loin descendant vers Harfleur, et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: Baby is coming - Sam + Jack + June -   Aujourd'hui à 18:46

Revenir en haut Aller en bas
 

Baby is coming - Sam + Jack + June -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» [REQUÊTE] Connecter un HD2 sur une prise jack / autoradio pour sortie son sur HP 5008 - 3008
» [RESOLU] Etui PROPORTA Union Jack
» Jack Kerouac - Sur la route et autres écrits
» Maquette Custom Jack Swagger
» GAGGIA BABY caffita systéme
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SYMPATHY FOR THE DEVIL ◈ BEDTIMES STORIES :: SAY GOODBYE TO THE WORLD :: archives :: RPG :: SFTD 1 - Les archives :: Ellington ; Missouri :: Les services publics :: L'hôpital-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com