JAELYN&JACKSON ♦ Meet you again my lovely friend



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Facebook  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 JAELYN&JACKSON ♦ Meet you again my lovely friend

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Crossroads Fate


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : MARY-W.&SWEET POISON
✾ MA CÉLÉBRITÉ : C. F est une célébrité
✾ MES CRÉDITS : Datura
✾ MON MOI² : Sam & dean
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 15/02/2010
✾ MES MESSAGES : 57

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : trop indiscret
✾ STATUT SOCIAL : idem
✾ SON EMPLOI : emmerder le monde



MessageSujet: JAELYN&JACKSON ♦ Meet you again my lovely friend   Mar 21 Déc - 2:43

MEET YOU AGAIN MY LOVELY FRIEND
JAELYN N. MILLER & JACKSON MILLER


Des meurtres étranges, des conditions similaires, voilà quelque chose qui attire l'esprit de Jaelyn alors qu'elle est installée sur son canapé en train de regarder les informations locales. Elle analyse vite les faits, pense qu'il pourrait s'agir d'un esprit vengeur, difficile pour un homme de causer un tel massacre. Elle soupire, éteint la télé et s'en va bosser. Dure journée de boulot, cette histoire tourne encore et encore sans sa tête, comme un poison coulant dans ses veines, cette idée qu'il faut détruire cette chose l'envahie, c'est son voisinage qui se fait assassiner, un jour ce sera peut être elle, peut être Dean ou leur enfant qu'elle porte. Impossible de laisser ça arriver, elle doit agir avant qu'il ne soit trop tard. Ce soir Dean, bosse tard, c'est l'occasion, quittant le boulot, elle se dirige à la bibliothèque faire quelques recherches.

Lawrence - Kansas. Il connait cette ville. Fixant l'article de journal évoquant une série de meurtres étranges, dans cette fameuse ville, Jackson ne peut s'empêcher de penser à ses amis qui vivent la bas, une vie si simple qu'ils méritaient tellement. S'ils avaient été à sa place en cet instant, il savait qu'ils seraient venus s'occuper de cette histoire, qu'ils l'auraient protégé. Maintenant que les rôles sont inversés, c'est à lui d'agir, il repose le journal, monte dans sa voiture et file vers le Kansas, la route est longue, les heures passent et il ne peut pas s'empêcher de penser à Jaelyn et a Dean, ça le tracasse. Arrivé, il est tard, il se dirige vers la bibliothèque pour faire quelques recherches.

A savoir ♦


♦ Jaelyn et Jackson se rencontrent donc à la bibliothèque. A vous d'imaginer la rencontre.
♦ Évidement le sujet principal du Rp est la chasse, mais vous pouvez bien sûr dériver sur autre chose, mais quand même ce serait dommage de laisser un fantôme buter tout le monde *sbaff*
♦ Le Rp commence à la bibliothèque, mais vous pouvez évidemment vous déplacer dans la ville (:
♦ N'hésitez pas à consulter CF si vous voulez qu'il fasse une intervention dans le Rp.
♦ Débute de Rp qui le désire (:
♦ Good Game les petits !
Revenir en haut Aller en bas

Phoenix H. Lawrence


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Twix
✾ MA CÉLÉBRITÉ : DiannaSexyAgron
✾ MES CRÉDITS : Me, I & Myself
✾ MON MOI² : None
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 22/07/2009
✾ MES MESSAGES : 470

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 printemps
✾ STATUT SOCIAL : Mère célibataire
✾ SON EMPLOI : Stripteaseuse


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: JAELYN&JACKSON ♦ Meet you again my lovely friend   Mar 4 Jan - 5:50


Jaelyn & Jackson



Depuis combien de temps roulait-il sur les routes des Etats Unis ? Combien d'états avait-il traversé ? Depuis combien de temps ne s'était-il pas arrêté pour faire une pause, pour manger ? Jackson n'en avait pas la moindre idée, parce que ce n'était de toute façon pas ce qui importait. Ses pensées étaient toutes ou presque toutes tournées vers sa destination finale. Lawrence, Kansas. Certaines personnes ne savaient pas où cela se trouvait, lui n'était pas dans ce cas là, et pour cause. C'était dans cette ville que vivaient Jaelyn, et Dean. C'était cette ville là qu'ils avaient choisi, parce que c'était là qu'était né Dean, si le jeune homme avait bien tout compris. Ses deux amis avaient posé les armes, lorsque lui les avait prises, et même reprises d'une certaine façon. Il avait toujours vécu dans la peur depuis son retour du Front d'y être un jour renvoyé, réquisitionné. Il avait été capitaine dans l'Armée, et l'était d'ailleurs encore, alors que continuait à peser au dessus de lui la menace d'un jour devoir retourner à la guerre. Quoi que, avec le nouveau président du pays, les choses semblaient s'éclaircir. Ouais, durant plus de 5 ans, il avait vécu avec cette menace perpétuelle au dessus de la tête, et au final, ce n'était pas ça qui lui était tombé dessus, comme ça, d'un seul coup d'un seul, sans prévenir. Regardant un bref instant par la fenêtre de sa voiture, il aperçut le soleil poursuibre sa course effrénée pour rejoindre l'horizon, cédant le pas à la nuit. Le soleil était un lâche, qui répétait sans cesse le même rituel, et ne signifiait, dans le fond, pas grand chose. Comment pouvait-il en être autrement lorsque sur cette terre qu'il est censé baigner de ses rayons et réconforter, il vive des hommes et des femmes qui ne sentent pas sa chaleur s'emparer d'eux, qui ne sentent pas sa lumière se poser réellement sur eux ? Le soleil fuyait, cédant le pas à la nuit, et comme tout le monde le sait, la nuit est synonyme de bien des choses, pas franchement réconfortantes et joyeuses. Les pires atrocités se produisaient la nuit, bénies par la Lune, qui illuminait les meurtriers et toutes les pires créatures qui puissent exister de sa lumière si mystique et dérangeante. Lorsqu'il était au Front, il plaçait son pouce devant cette même Lune, parce que c'était un rituel auquel sa jeune sœur lui avait demandé de se plier. A l'époque, il savait qu'elle faisait la même chose de son côté, lorsque tombait pour elle la nuit. Aujourd'hui, il était persuadé qu'il n'y aurait jamais d'écho de la part de qui que ce soit en face. Il n'avait que peu de nouvelles de sa sœur, et il se disait qu'il valait mieux ainsi. Et puis, après tout, il donnait peu de nouvelles, voire aucune, à qui que ce soit d'ailleurs. Les temps avaient changé, lui aussi, surtout lui d'ailleurs. Il était désormais plongé dans une vie qui n'avait jusque là jamais été la sienne. C'est vrai, il savait manier une arme, ayant un passé de soldat, mais il s'était considérablement amélioré depuis lors, depuis qu'il avait revêtu la casquette de Chasseur. C'est ainsi qu'on appelait ceux qui faisaient ce boulot là, si l'on pouvait parler d'un boulot en lieu et place d'une mission sacrifice. C'était peut être même bien pire que la guerre, même si, on savait qu'en face, on shootait des créatures loin d'être humaines, du moins, dans la plupart des cas, alors qu'à la guerre, on ne tuait toujours que des jeunes gens qui, comme nous, s'étaient retrouvés apportés dans une guerre dont ils ne comprenaient pas tout. Et en face, cette fois ci, c'étaient bien des êtres humains.

Qu'est ce qui l'amenait à Lawrence alors ? Dean et Jaelyn ? Pas vraiment non, ou alors, seulement en partie. Il n'avait pas fait tous ces kilomètres pour se faire inviter à diner, ni même à boire un coup, mais il n'avait pas non plus fait tous ces kilomètres dans le but de ne même pas les avertir de sa présence. Comme toujours, il courait à la chasse au fantôme, à la créature démoniaque qui ne méritait qu'une chose : être réexpédiée de là où elle venait. Et cette fois ci, l'une de ces créatures sévissaient à Lawrence. Il l'avait lu dans le journal, en fin de matinée. Et il était sûr que Jaelyn ou Dean avaient eu aussi lu l'info, du moins, l'un d'entre eux. Ils s'étaient retirés de la chasse, et Jack' ne pouvait pas leur en vouloir. Après tout, il sentait déjà qu'on ne ressortait pas de quelque chose comme ça indemne. Ils avaient payé leur dû, ils avaient donc mérités de faire une pause, de mettre un point final, pour enfin pouvoir vivre une vie un temps soit peu plus normale. Il ne leur en avait pas vraiment voulu quand le drap cachait la vérité était tombé, suite à la mort de Jude, ou plutôt devrait-il dire le massacre, le meurtre. Ce démon n'avait laissé aucune chance à sa fille, qui n'était qu'une gosse, et n'avait donc rien fait pour mériter ça. Il ne leur en avait pas voulu, parce qu'il comprenait que c'était là quelque chose dont on ne parlait pas aussi facilement. Lui n'en parlait à personne, et ne parlait d'ailleurs quasiment à aucun des autres chasseurs sillonnant les routes des States comme lui. Jae et Dean s'étaient retirés, mais cela ne voulait pas dire qu'ils étaient aussitôt sortis de la liste noire des gens à abattre. Ces créatures n'ont aucune pitié, et Jack' refusait de laisser couleur, en se disant qu'un autre chasseur se chargerait de botter le derche. Il pouvait tout arriver, et il refusait de laisser ses amis sous le risque d'une mort douloureuse et brutale, eux qui s'en étaient sortis jusque là et qui avaient enfin une vie calme et sereine. Ils auraient de toute façon agis pareil si les positions avaient été inversées, il en était sûr, alors, il estimait que c'était un juste renvoi d'ascenseur. Une fois que tout cela serait fini, il passerait les voir, histoire qu'ils aient une preuve vivante qu'il était encore en vie. Mais pas avant, inutile de les mêler à tout ça au risque de les obliger à sortir de leur retraite.

Se garer devant la bibliothèque de Lawrence n'avait pas été bien compliqué, à cette heure là, les gens mangeaient, prenaient l'apéritif entre amis, ou étaient rendus au cinéma. Bref, il n'y avait pas grand monde, et c'était aussi bien comme ça. La vieille réceptionniste à l'entrée ne lui avait pas accordé un seul regard, ou presque, vissée qu'elle était à son jeu télévisé, tout en tricotant, ne se rendant même pas compte que l'écharpe qu'elle était en train de confectionner trainait par terre. Il se saisit au passage d'un des tracts posés sur le bureau, présentant la bibliothèque, et proposant un plan, histoire de ne pas perdre de temps à fureter entre les rayons avant de trouver celui qu'il désirait. Le lieu était équipé d'un système informatique, ce qui était une bonne chose : pas besoin de fouiller pendant des heures dans des boîtes pleines à craquer de notices de livres. Il avait bien sûr des titre en tête, et avait son ordinateur portable avec lui, mais rien ne valait les vieux ouvrages, ceux qui ont des dizaines d'années et ne sont presque jamais consultés. Résultat, ils sont poussiéreux, mais c'est là plus ou moins un gage de qualité. Tout comme les lumières d'ailleurs. Les coins les plus sombres sont en général ceux où se trouvent les fameux ouvrages. Dans ces conditions, et aidés d'un plan et du système informatique, il n'est pas très dur pour lui de s'y retrouver. Sa cible, pour l'instant, c'étaient les vieux journaux. Il avait arraché la page du journal lu ce matin qui l'intéressait, et devait maintenant faire de plus amples recherches sur toutes ces personnes assassinées. Peut être avaient-elles un lien entre elles, ou peut être y avait-il autre chose. Les vieux journaux renseignaient bien sur cela : actes de naissance, photos de jeunesse, rubrique nécrologique, histoire de la ville, bref, tout ce qu'il fallait ou presque pour dresser un rapide portrait de tout cela. Se posant dans un coin, avec une boîte d'archives contenant tous les journaux imprimés en Mai 1968, il entreprit de rechercher l'acte de naissance de l'une des victimes, et soupira en constatant qu'en face du nom du frère aîné, il y avait cette petite croix, signe que l'enfant était mort jeune, avant la naissance du petit frère. La mort d'enfant était quelque chose qu'il ne supportait pas, et qui pourrait l'en blâmer ?

Revenir en haut Aller en bas
http://in-nomine-mens.bbactif.com

Jaelyn N. Miller


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Dodixe
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Leighton Meester
✾ MES CRÉDITS : Dodixe & LJ
✾ MON MOI² : None
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 18/07/2009
✾ MES MESSAGES : 1192

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 26 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Serveuse & Chasseuse


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: JAELYN&JACKSON ♦ Meet you again my lovely friend   Sam 22 Jan - 3:56

    Assise à la table de la cuisine, cachée derrière le journal, Jaelyn lisait. Ses yeux suivaient avec attention le nombre de lignes impressionnant qui s’étiraient sur le papier, intéressée par quelque chose qu’elle n’aurait jamais du lire, jamais du tenter de comprendre et, lorsqu’elle l’aurait compris, aurait du laisser sa lecture où elle en était… Elle savait très bien dés qu’elle avait vu le gros titre que cette lecture n’allait pas être saine pour sa nouvelle vie, pour les promesses qu’elle avait faites à son fiancé, pour l’enfant qu’elle portait à présent en elle. Elle n’était pourtant pas assez forte pour laisser de côté cet article qui représentait quelque chose de bien trop important à ses yeux pour le laisser de côté, comme si Dean lui aussi n’avait pas jeté un coup d’œil… Ils étaient deux anciens chasseurs, ce n’était pas comme si ils pouvaient oublier aussi finalement ce pour quoi ils vivaient depuis des années en quelques mois alors elle ne pu s’en empêcher et porta son attention à cet article auquel elle n’aurait sûrement pas du porter autant d’importance. Elle lisait en silence, la maison était totalement silencieuse, Dean était depuis quelques heures au travail et c’était une très bonne chose parce qu’elle savait très bien les conséquences qu’auraient eues une telle lecture, sachant qu’il beaucoup plus influençable qu’elle mais aussi parce qu’on parlait d’enfance là… Le chiot restait allongé dans son panier, endormit depuis quelques minutes déjà après une promenade histoire qu’il puisse se dépenser un peu avant de passer le reste de la journée enfermé dans la maison pendant que ses deux maitres avaient un travail qui les prenaient pour une bonne partie de la journée. Toute son attention était à présent sur sa fameuse lecture, elle ne pouvait s’empêcher de se dire que tout ceci n’avait aucun sens, qu’elle ne pouvait plus être chasseuse, qu’aujourd’hui si Dean avait réussit à tirer un trait sur son passé alors elle aussi pourrait le faire et d’ailleurs, elle l’avait obligé à s’exécuter parce qu’elle voulait qu’ils fondent une famille alors pourquoi vouloir autant s’attarder à cette nouvelle prise au hasard dans le journal… Peut-être parce qu’elle ne pouvait pas laisser passer quelque chose qui touchait les gens qui l’entouraient, les gens qu’elle connaissait depuis maintenant un an… Elle ne pouvait s’empêcher de regarder tout ceci, de savoir ce qui pouvait être la cause, de chercher une explication, de vouloir faire quelque chose, pour eux, pour leurs voisins. Elle ne pouvait s’empêcher de savoir que tout ceci n’était pas anodin, qu’elle, elle pouvait faire quelque chose, protéger les gens qui l’entouraient… Une dernière fois, une toute dernière fois avant de vraiment baisser les armes et vivre avec Dean cette vie qu’ils avaient tout les deux pris le soin de monter de toute pièce, elle s’en voudrait tellement si on venait à attaquer leur famille, leur chez eux, tout ce qu’ils avaient déjà construit… Voir tout ça s’effondrer sans faire quelque chose ne serait pas possible alors, pour la dernière fois, pourrait-elle peut-être s’en occuper, après tout, elle n’était enceinte que de quelques semaines, elle n’était pas gênée par leur petit bout, elle pouvait encore très bien se défendre et ce n’était pas comme si elle allait faire quelque chose de plus dur que déterrer un corps et bruler des ossements… Elle n’allait pas vraiment se battre alors autant… Autant essayer, non ?

    Non ! Elle ne pouvait pas tenter quelque chose comme ça, c’était complètement débile ! Jetant rageusement le journal sur la table la jeune femme se leva et s’approcha de la fenêtre pour observer l’extérieure, pensive. Elle ne pouvait pas laisser tout ça se passer aussi facilement sans agir un minimum mais cette partie d’elle qui était la nouvelle Jaelyn lui disait que tenter quelque chose n’était pas bien, pour leur enfant, pour leur vie tranquille, elle allait attirer l’attention sur eux… Au pire, elle pourrait en parler à Dean… Non, sinon elle savait très bien qu’il replongerait et alors leur vie normale et heureuse serait détruite… Il était totalement impossible qu’elle laisse tout ça se passer ! Elle laissa donc tomber sa contemplation et monta à l’étage, dans sa chambre pour enfiler sa tenue de serveuse dans un petit bar du coin. Elle n’avait jamais eut de grands plans de carrière, c’est d’ailleurs pour ça qu’elle n’était pas allée à la fin de ses études et pour cette raison qu’elle était devenue une chasseuse : Au moins elle avait la sécurité de l’emploi, elle était serveuse à côté dans une ville où on avait besoin d’elle tout le temps, où elle connaissait tout le monde. Aujourd’hui elle était encore une fois serveuse, aux détails prés qu’elle avait rangé les tenues sexy et aguicheuses, qu’elle ne servait pas tellement d’alcool et qu’elle portait à présent une magnifique tenue aux couleurs de l’enseigne pour laquelle elle travaillait. Elle était devenue ce genre de femme tout à fait banale, la parfaite voisine, dans sa parfaite petite maison avec ses parfaits voisins, dans sa vie parfaite, avec son chien parfait et tout qui est parfait de chez parfait ! Elle était devenue cette femme qu’elle n’aurait jamais cru pouvoir devenir un jour, dont elle avait parfois peur devant son manque clair et net de rapport au surnaturel. Après avoir attaché ses longs cheveux blonds, la jeune femme descendit les escaliers et se rendit directement à son travail, tentant vainement d’oublier toutes ces choses horribles qui venaient lui miner le moral, qui venaient s’entrechoquer dans son esprit et qui l’obligeaient de plus en plus à songer à aller à la bibliothèque du coin pour faire une chose qu’elle n’avait pas faite depuis bien longtemps : Chercher des indices… D’ailleurs, lorsqu’elle finit son travail, elle ne pensa même pas à la maison où elle devait rentrer, elle pensa en premier à cette bibliothèque et s’y rendit d’un pas décidé, franchissant la porte d’entrée avec un sourire délicieux, celui de la chasseuse chevronnée qu’elle était, de la chasseuse qui sait qu’une bonne impression est plus qu’importante lorsqu’on veut accéder aux archives d’une petite bibliothèque… Elle se présenta à la femme qui était là et attendait sagement qu’on vienne la quémander, juste la potiche de base qui est là seulement pour faire beau… Louisa… Non, elle n’était pas une potiche mais elle était bien cette bibliothécaire qu’elle venait voir à chaque fois pour avoir les fameux documents des archives qui lui servaient à s’occuper de tous ces mystères. Malheureusement, lorsqu’elle demander à la jeune femme aux lunettes rouges si elle pouvait aller aux archives, celle-ci lui répondit que quelqu’un avait déjà pris ce qu’elle était venue chercher… Hum ?!

    Quelque chose fit alors écho dans son esprit… Si elle-même elle avait pensé à chercher des éléments sur cette fameuse affaire, peut-être que son fiancé avait eut la même idée et que, sans lui en parler, il s’était mis dans la tête de s’en occuper parce qu’il était tout comme elle : ce chasseur qui a rendu les armes mais qui ne peut pas laisser quelque chose d’aussi dangereux se passer sans faire quelque chose… Elle se précipita à l’endroit indiqué par la femme et s’arrêta net devant la vision qui vint la prendre. Elle rêvait. Ce n’était pas possible. Ce n’était pas lui. Elle devait sûrement avoir quitté la réalité. Elle n’en croyait pas ses yeux… Lui… Son meilleur ami depuis des années déjà… Elle ne l’avait pas vu depuis tellement longtemps… Il lui avait tellement manqué… La jolie blonde sentit les larmes lui monter aux yeux tendit qu’elle s’approchait lentement, ses pas étouffés par la moquette qui absorbait chacun des bruits… Elle ferma les yeux quelques secondes, priant pour qu’au réveil il soit encore là. Depuis la mort de sa fille, Jackson n’était plus du tout le même, il avait alors utilisé tout ce qu’elle avait bien pu lui apprendre sur la chasse pour devenir ce qu’avait été Dean à son époque : un effréné, un conquérant, un homme détruit qui se perd dans la chasse pour oublier tout ce qui se passait dans sa petite tête… La guerre n’avait sûrement pas suffit… Il fallait qu’il prenne encore une fois les armes… Justicier dans l’âme, son meilleur ami avait été absent tellement longtemps, il ne répondait même pas aux appels, aux messages… Si ce n’était pas la chasse ce n’était pas important apparemment. La jeune femme s’approcha alors avant de poser sa main sur l’épaule de Jackson, sa bague de fiançailles brillant quelque peu aux lueurs blafardes du soleil. Elle ne pouvait plus rester silencieuse, elle ne pouvait plus rester ici sans laisser un sanglot lui échapper, finalement, elle leva les yeux au ciel et finit par dire d’une voix entrecoupée de sanglots : « Ca fait tellement longtemps… »

    HJ : Sorry de l'attente, SHAME ON ME >w<

_________________

    ✔ Sexyness is my second name...
Revenir en haut Aller en bas

Phoenix H. Lawrence


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Twix
✾ MA CÉLÉBRITÉ : DiannaSexyAgron
✾ MES CRÉDITS : Me, I & Myself
✾ MON MOI² : None
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 22/07/2009
✾ MES MESSAGES : 470

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 printemps
✾ STATUT SOCIAL : Mère célibataire
✾ SON EMPLOI : Stripteaseuse


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: JAELYN&JACKSON ♦ Meet you again my lovely friend   Mar 1 Fév - 2:15

La vie fait de vous ce qu'elle veux. Vous avez beau vous débattre de toutes vos forces, vous ne parviendrez tout au plus qu'à ralentir le sort qui vous est promis. Vivre, et se battre contre la vie, ça revient à tenter de pagayer dans le sens inverse de ces flots qui vous amènent droit vers l'une des cascades les plus hautes et mortelles qu'il puisse exister sur cette terre. Mais rien ni personne ne vous empêchait de vous battre, après tout, si ça vous amusait ... Après tout, si ça vous amusait de boire la tasse à longueur de temps, et de sans cesse être trempé jusqu'aux os, c'était toujours bien, enfin, pour vous quoi ... La vie, c'est comme une sorte de marionnettiste suprême, qui tire sur les fils vous reliant à elle, comme un pro, un expert sachant faire danser ses doigts comme personne, dans des mouvements emprunts d'une grâce et d'une beauté très peu communes. Vous n'étiez qu'un pantin, et les fils étaient incassables. La vie avait ce quelque chose de tragique, comme si rien ne pouvait vous arriver sans se trouver teinter d'une once de tragique, de dramatique. Vous étiez heureux et à l'autre bout du monde, quelqu'un se mourrait, vous le saviez, et vous saviez également que, tout de bonne volonté que vous puissiez être, vous ne pouviez rien faire pour ce pauvre malheureux. Mais lorsque vous ouvriez les yeux et acceptiez de reconnaître que parfois, ce pauvre malheureux pouvait vivre juste à côté de vous, ça rendait les choses encore plus tragiques. Comme si vous n'aviez finalement pas de place dans votre vie pour la sympathie, l'entre-aide et la bonté, comme si vous n'aviez pas assez de temps pour jouer les héros, pas assez de cœur non plus. La vie, en cours de route, parvenait à vous déshumaniser, peu à peu, ou bien alors brusquement, tout dépendait si vous étiez dans ses petits papiers ou pas. Vous deveniez de ces personnes qui se désolidarisent de tout, qui se centrent sur leurs malheurs et sombrent dans une folie vengeresse irrépressible, plongées dans un chagrin perpétuel semblable à celui que l'on ressent lorsqu'on se doit de faire le deuil de quelqu'un qui vient de nous quitter pour toujours plus que de quelque chose qui vient de nous échapper à tout jamais. On perdait la notion du bien et du mal, on ne voyait que par la finalité de l'action, le résultat, se fichant alors bien des techniques qu'on avait employé pour arriver à notre but final. Ce n'était plus les circonstances qui importaient, mais le final, le final et uniquement le final. On cessait de sentir tous ces sentiments qui se faisaient humains, du moins, on finissait par cesser de les ressentir, après les avoir tant fuis. Après la mort de sa fille, plus rien n'avait semblé importer à Jackson.Tout avait semblé perdre son goût, et le froid comme la chaleur environnants avaient cessé de lui faire de l'effet. Il semblait juste être perpétuellement entouré de cette lourde mélancolie, plongé dans les ténèbres les plus profondes, ténèbres qui s'intensifiaient de jour en jour. Et il refusait d'y faire plonger avec lui qui que ce soit.

Les parents de ce jeune quadra n'avaient aujourd'hui plus rien, plus rien à part leurs yeux pour pleurer. Ils avaient perdu un fils, avant la naissance de leur deuxième enfant, et Jackson savait à quoi ressemblait cette douleur. Et aujourd'hui, du moins, il y a quelques jours, ils avaient perdu leur deuxième enfant, leur dernier enfant, à coup sûr, parce que dans la case en bas de l'acte de naissance, il y avait eu ce trait tiré, comme si l'accouchement s'était si mal passé qu'on savait d'ores et déjà que, non, dans cette case, on ne pourrait plus jamais inscrire le prénom d'un nouveau né. Peut être leur fils avait eu des enfants, et de ce fait, ils avaient encore au moins cete génération là auprès d'eux, mais en ce qui concernait leurs propres enfants, c'était fini. Un gosse, quelque soit son âge, ne devrait jamais mourir avant ses parents. Il n'y a rien de pire pour un père que de mettre en terre son enfant, ce n'est pas dans la logique des choses, cela va tellement à contre sens du déroulement normal de la vie ... Ces archives, ces journaux, ils renferment bien plus de drames familiaux qu'on ne le pense. Il en savait peu sur les parents de Dean, parce que lorsqu'ils parlaient ensemble, autrefois, ils ne s'étendaient jamais trop sur le sujet parent. C'est fou, mais cela ressemblait tellement à un souvenir exhumé du fin fond des temps, alors qu'au final, à l'échelle du monde, si peu de temps s'était écoulé entre ce genre de conversations là entre eux et aujourd'hui. Bref, il savait que quelque part dans ses archives, il y avait une partie du drame de Dean, du drame de Dean et de Sam, du drame de leur père aussi. Il aurait pu aller y jeter un coup d'œil, autant par curiosité que par envie de mieux comprendre cet événement tragique, mais il se sentirait trop voyeur. Ce serait comme entré dans un passé dans lequel on ne l'a pas invité, ce serait entré dans l'intimité de Dean en fouillant dans ses secrets. Et puis, franchement, il savait que cela ne lui permettrait sûrement pas de mieux comprendre ce qui se tramait ici. Dean et Sam semblaient être d'excellents chasseurs, on lui en avait suffisamment rabâché les oreilles depuis qu'il était chasseur pour l'avoir compris, alors, ils s'étaient sûrement chargés depuis longtemps de tout ça. Ils étaient peu loquasses à l'époque sur les actes de naissance, du moins, bien moins qu'aujourd'hui, quoi que, au moins, on était quasiment sûr de tenir entre ses doigts des éléments véridiques. Aujourd'hui, tout ou presque se retrouvait informatisé, et une modification apportée par la suite à un document, ça ne se repère pas, tandis que sur du papier, on voit clairement les ratures, les choses que l'on a rayées, celles qu'on a voulu cachées sous du correcteur, etc C'était là des documents bien plus fiables, ça oui, mais aussi bien moins détaillées, malheureusement. On ne peut après tout pas tout avoir. Il prit les prénoms et noms des parents de la victime, sans omettre le nom de famille de la mère. C'était important, plus qu'on ne le pensait, parce que c'étaient là des informations qui ne sautaient pas de suite aux yeux. Dans certains pays comme l'Espagne, la mère conservait son nom de famille suite à celui de son époux pour ses enfants, mais dans la majorité des pays, c'était le nom du père qui figurait seul sur tous les actes administratifs, et ça bouchait bien des horizons en cachant nombre de pistes plus qu'exploitables parfois. Lui, c'était différent : il avait le nom de famille de sa mère, mais c'était simplement parce que son père était mort avant sa naissance, et qu'il n'avait donc pas pu le reconnaître. D'ailleurs, il fallait s'accrocher pour le trouver le nom de famille de Kélian, puisque, étant décédé lors de la naissance de son fils, il n'y avait plus de traces administratives de lui depuis de longs mois. Plongé dans son exploration des archives de ce mois de Mai tellement chargé en Histoire comme en histoires, il s'était quelque peu coupé du monde alentour. Du moins, il avait certes entendu que quelqu'un l'avait rejoint dans ce coin de la bibliothèque, mais il n'y avait pas plus prêté attention que ça. Cela pouvait d'autant plus être simplement son imagination. Mais lorsqu'il sentit cette main se poser sur son épaule, il ne put que sortir de ses pensées et de ses recherches. Ses muscles se contractèrent d'eux même sous sa peau, comme tendus à l'extrême pour le parer prêt à réagir en cas d'attaque. Mais il les sentir se détendre bien vite aussitôt que ce parfum si particulier vint titiller son odorat. Une senteur comme émergeant tout juste d'un souvenir lointain, lointain et puissant, comme quelque peu effacé. Pas parce qu'il avait oublié, non, mais parce que tellement de choses semblaient s'être passées depuis. C'était comme si ... Non ... Cette voix et ce parfum ... Il releva les yeux, comme au ralenti dans les plans ciné parfois. « Peachy ... » Le surnom lui avait échappé, comme bondissant hors de ses lèvres tel le diable hors de sa boîte. On ouvre et paf, voilà le diablotin sur ressort qui vous saute au visage, sans vous faire le moindre mal bien sûr, sauf si, comme un idiot, vous êtes venus coller votre bout du nez au raz de la boîte.

Ce n'était certainement pas comme ça qu'il aurait imaginé leurs retrouvailles, et sûrement pas comme ça qu'il les aurait voulues. Mais ce n'était pas comme s'il pouvait prétendre ne pas l'avoir vue, ou lui demander de refaire ce grand moment là, histoire qu'il soit prêt et puisse réagir comme il l'entendait. Elle était là, devant lui, toujours aussi belle et radieuse, impression renforcée par ces lueurs de soleil si faibles désormais, mais conférant des tons sans pareils aux choses et aux personnes. Elle était toujours aussi belle, malgré les larmes qui roulaient sur ses joues. Il savait que c'était sa faute si elle pleurait. Cela faisait longtemps oui, trop longtemps, il le savait et l'avait déjà réalisé il y a bien longtemps. C'était juste que ... C'était juste que certaines choses en lui n'avaient pas changé, et tenir sa meilleure amie à l'écart de toutes ces choses qui, dans sa vie à lui, n'étaient pas belles et adorables, ces choses blessantes et meurtrissantes, coupantes comme les couteaux les plus affûtés, c'était l'une des choses auxquelles il tenait le plus. Se levant doucement, pour ne pas la brusquer ou lui laisser croire qu'il avait décidé de fuir, son premier geste, une fois debout, fut de venir sangler sa taille de l'un de ses bras et d'enrouler l'autre autour de son dos, pour l'amener à se serrer contre lui, ou pour carrément la serrer contre lui en ne lui laissant guère d'autre alternative. Il enfouit son nez dans ses cheveux, comme il en avait tant l'habitude autrefois, et alors, tellement de souvenirs lui sautèrent au visage qu'il sentit son souffle quelque peu se couper, comme si on exerçait une trop grande pression sur sa cage thoracique. « Pleures pas, je suis là ... » Il était mal placé oui, après tout, c'était sa faute, mais il refusait de la voir pleurer pour lui. Les larmes ne résolvaient jamais rien, et elles ne faisaient qu'empirer les choses, même s'il fallait avouer qu'elles permettaient assez souvent de décompresser et d'évacuer un bon coup tout ce qu'on avait sur le cœur. S'écartant légèrement d'elle, il se saisit des deux mains de Jaelyn pour caresser du bout des doigts leur revers, doucement, comme pour y dessiner des arabesques dénuées de sens. Oui, ça non plus, ça n'avait visiblement pas changer, et il se surprenait lui même. « C'est pas exactement comme ça que j'aurais voulu qu'on se retrouve ... Je sais pas comment j'aurais voulu que ça se passe, mais c'est sûr, certainement pas comme ça. ... Tu dois croire que je reviens comme un voleur et que je me planque, mais je t'assure que non. Je viens d'arriver, et je voulais pas ... Pas débarquer dans votre vie en chamboulant tout. Parce que ... Visiblement, vous avez des plans d'avenir. » Un mince sourire s'étendit sur ses lèvres, et bon sang ce que ça faisait longtemps. Un vrai sourire, petit parce que les muscles semblaient ankylosés, mais un sourire franc et heureux quand même. Il désigna cette bague qu'elle portait au doigt et qu'il avait découverte en étant attiré par cet éclat de lumière, en se saisissant il y avait seulement quelques instants de sa main. « Félicitations ... »

Je ne vaux guère mieux, comme tu le vois, mais j'étais pas du tout satisfaite de mes premiers essais de réponse ><
Revenir en haut Aller en bas
http://in-nomine-mens.bbactif.com

Jaelyn N. Miller


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Dodixe
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Leighton Meester
✾ MES CRÉDITS : Dodixe & LJ
✾ MON MOI² : None
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 18/07/2009
✾ MES MESSAGES : 1192

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 26 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Serveuse & Chasseuse


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: JAELYN&JACKSON ♦ Meet you again my lovely friend   Sam 5 Fév - 3:47

    Pourquoi avait-il fallut que tout se passe ainsi ? Jackson ne méritait pas ce genre de vie et elle ne devait pas mériter la sienne non plus d’ailleurs…Dans les deux camps, Jaelyn savait qu’il y avait certaines choses qui n’auraient sûrement pas du se passer comme le cours du temps les avaient obligées à se dérouler, tout simplement parce que Jackson ne méritait pas son sort funeste et qu’elle, elle ne méritait pas vraiment cette vie heureuse qu’elle partageait avec Dean. Ils étaient fiancés, heureux, elle était enceinte, ils avaient un chiot adorable et une vie plus paisible tandis que de l’autre côté on trouvait Jackson Miller, ayant perdu sa fille adorée, petite fille que Jaelyn avait vu grandir sous ses yeux, Jack qui était devenu chasseur, les ayant comme remplacés tous les deux sur les routes comme pour combler le manque qu’avait formé la retraite d’elle et Dean… Elle ne comprenait toujours pas pourquoi il avait fallut qu’elle lui apprenne tout ce qu’elle lui avait enseigné, c’était sûrement la plus grave de ses erreurs car aujourd’hui elle avait totalement perdu le contrôle sur l’homme qu’elle avait créé. La rage qu’avait amassé le jeune homme après la perte de sa fille l’avait rendu assoiffé de revanche et de justice, il se battait pour la mémoire d’une petite fille disparue mais aussi parce qu’il ne pouvait pas l’oublier, qu’elle restait encore dans chaque parcelle de son corps et qu’il en souffrait, parce qu’il se disait à chaque instant qu’il aurait pu l’aider, qu’il aurait pu la sauver, si seulement il savait… Si seulement il savait qu’il n’aurait jamais rien pu faire à ça… Qu’il fallait dés maintenant qu’il arrête de s’enfuir comme il le faisait, qu’il arrête d’affronter la vérité des évènements et qu’il arrête tout ce mutisme étrange dans lequel il était entré depuis bien longtemps. Il était devenu que l’ombre de lui-même et même Jaelyn, la personne la plus proche de lui sur cette terre ne le reconnaissait plus alors comme quelqu’un comme Dean ou Grace pouvait bien retrouver la personne qu’il était auparavant… Il était devenu une arme de destruction massive dans le sens littéral du terme, il était devenu cet homme qu’elle n’aurait jamais voulu voir et que pourtant elle avait vu dans ses yeux lors de leur dernière rencontre. Elle s’en souvenait encore d’ailleurs, ce visage, la toute dernière fois qu’elle l’avait vu, et puis il s’était enfui, comme un voleur, comme si rien ne s’était jamais passé, comme s’il avait seulement fait une petite escale par la case « Ellington » et qu’elle n’avait été qu’une serveuse pour lui et non cette personne qui avait toujours été là pour lui… Si elle lui en avait voulu ? Peut-être un peu au fond… Elle continuait encore et encore de se dire que tout ceci n’était pas sa faute mais ça l’était parce qu’elle avait été celle qui lui avait tout appris, tout donné et que maintenant elle regrettait amèrement le choix qu’elle avait fait ce fameux jour… Elle lui en voulait parce qu’il l’avait complètement oubliée pendant tout ce temps, qu’il n’avait répondu à aucun appel, qu’il s’en fichait pas mal qu’elle puisse l’aider, parce qu’il ne voulait pas du tout être aidé, parce qu’il ne trouvait sûrement plus rien à quoi se raccrocher en elle… Parce qu’aujourd’hui elle était avec Dean et qu’elle n’était plus apte à passer des heures durant dans un lit allongée avec lui mais ça ne voulait pas dire qu’elle pouvait l’accueillir chez eux pendant plusieurs jours l’aider et lui dire que ce n’était pas du tout une bonne idée de courir les routes du pays comme Dean et Sam l’avaient fait en leur temps… Elle avait peur, peur qu’il perde la vie dans la chasse et qu’elle n’ait plus jamais de nouvelles de lui et, qui plus est, qu’elle ne sache jamais où il a perdu la vie, dans quelles circonstances et si elle pouvait récupérer le corps pour pouvoir l’enterrer dignement. Cette peur la poursuivait parfois lorsqu’elle regardait les informations à la télé et qu’elle découvrait une histoire pouvant être surnaturelle… Elle savait très bien qu’au même moment Jackson pouvait très bien voir ça et prendre sa voiture pour aller tout droit dans cet état pommé pour régler le problème dans l’ombre, comme son fiancé l’avait fait des années plus tôt…

    Mais cette après-midi, alors qu’elle venait de sortir de son boulot et qu’elle n’avait que pour but d’aller chercher de fameuses informations sur cette aventure, elle ne s’attendait pas vraiment à croiser son meilleur ami. C’est vrai, que s’était-il dit lorsqu’elle allait quitter le boulot et se diriger vers la bibliothèque ? Qu’elle allait pouvoir trouver les fameuses réponses qu’elle cherchait à ce problème… Qu’elle allait sûrement faire une grosse connerie et replonger dans ce qu’elle avait combattu pendant une année durant en vivant avec Dean loin des problèmes, de la chasse et de tout ce surnaturel qui manquait chaque jour de ressurgir par la petite porte au fond à droite, celle qu’on oublie de refermer après son passage en cachette et d’où les problèmes adorent s’immiscer… Elle s’était donc rendue dans cette bibliothèque, son esprit gardant en mémoire qu’à tout moment elle pourrait rencontrer son fiancé et le surprendre dans ce qu’elle comptait faire : des recherches… Pour protéger leur bébé… Elle le savait, elle le connaissait, renoncer à la chasse avait été une chose difficile pour Dean mais elle avait toujours su que c’était le premier qu’il devait faire pour pouvoir une vie un tant soit peu normale… Finalement, ce n’était pas sa petite bouille bien connue qu’elle retrouvait ici et ce parce qu’il avait changé et qu’elle ne s’en était jamais réellement rendue compte parce que chaque soir il continuait à vérifier tout ce qu’il avait mis en place pour parer toute attaque qui puisse survenir… Alors qui avait bien pu venir jusqu’à la petite ville de Lawrence, hein ? La réponse restait en suspend jusqu’à ce qu’elle s’approche de cette fameuse table et découvre l’identité du jeune homme plutôt musclé qui se tenait là, à éplucher de façon méthodique ces documents. Bizarrement, si elle avait eut l’idée de l’observer un peu plus longtemps avant de l’obliger à se retourner, elle aurait pu reconnaître quelques unes de ses vieilles manies qu’elle lui avait transmises lorsqu’il s’agit de la chasse : prendre le nom de famille de jeune fille de la femme, ce genre de chose auxquelles les femmes pensent immédiatement et que les hommes doivent noter dans un petit coin de leur caboche. Pourtant elle ne s’était même pas arrêtée sur ce genre de détails insignifiants pour se concentrer sur le personnage en lui-même. C’était Jackson ! Son Jackson ! Son Jack ! Son meilleur ami ! Elle ne pu s’empêcher d’être surprise parce qu’en réalité cela faisait quelques temps déjà qu’elle n’avait pas eut de ses nouvelles, des mois en réalité et il lui était sortit de la tête alors le retrouver comme ça c’était comme de se prendre un réacteur en pleine tronche !

    Elle l’observa quelques secondes avant de le voir relever les yeux et prononcer ce fameux surnom dont il avait le secret et que lui seul connaissait. Elle se mit à rire comme une gamine, un flot incongru de souvenirs lui revinrent en mémoire au moment où ce mot franchit ses lèvres. Elle se souvint alors de tous ces moments passés ensemble, avec sa fille, cette fille adorable, ces éclats de rire, ces cuites mémorables, ces journées passées dans un lit à jouer aux cartes… Il ne savait rien d’elle à ce moment là, et maintenant c’était elle qui ne savait rien sur lui, elle ne savait rien de sa nouvelle vie, elle ne savait plus rien sur l’homme dont elle savait tout quelques années plus tôt… Quelle idiotie… Pourquoi avait-il fallut qu’elle le laisse partir aussi facilement, elle aurait du le retenir ! Elle laissa les larmes rouler sur ses joues, meilleur symbole possible de tout ce temps qui s’était écoulé sans qu’ils puissent parler, se voir, s’enlacer, se retrouver. Elle avait besoin de sa présence dans sa vie pour avancer et sans lui elle restait bloquée, c’était un fait accompli… Elle eut un long soupire avant de se sentir son torse contre sa poitrine et de le voir retrouver l’odeur particulière de ses longs cheveux blonds… Il avait de la chance, en une année, elle n’avait rien changé de ses petites habitudes, de son parfum à l’odeur de son gel douche et de son shampooing ! Elle se blottit tout contre lui, posant comme si de rien n’était son menton sur son épaule comme elle l’avait toujours fait. Elle ferma lentement les yeux, se rappelant tous ces instants où elle aurait voulu qu’il soit là : Pour qu’elle lui annonce ses fiançailles, pour lui annoncer qu’ils avaient trouvé un chiot trop adorable et qu’elle était accessoirement tombée enceinte plutôt récemment… Elle avait tellement de choses à lui dire et elle ne savait même pas par où commencer parce qu’elle ne savait même plus comment lui parler, comme s’y prendre pour lui raconter… Pourtant avant tout était si simple… Ils étaient habitués à ce genre de choses il y a longtemps mais ils avaient tellement perdu cette habitude qu’elle ne savait aujourd’hui plus comment lui annoncer toutes ces choses, elle ne savait faire qu’une chose : Profiter de l’instant présent et essayer de le retenir le plus longtemps possible… Il lui demandait de ne pas pleurer ?! Mais pour qui il se prenait lui ?! Il ne savait même pas à quel point elle avait été triste pour lui, à quel point elle s’en voulait, comment elle avait fait pour tenir sans lui, le nombre de fois où elle s’était inquiétée pour lui ! Il ne savait rien de tout ça alors lui dire de ne pas pleurer était sûrement un peu trop simple à son gout ! Franchement ! Elle essaya avec rage l’une de ses joues avant d’observer le jeune homme qui venait de s’écarter quelque peu d’elle, prenant ses mains dans les siennes. S’il voulait s’excuser du fait qu’il n’était même pas passé chez eux en arrivant, c’était loupé car elle lui en voulait bien pour ça ! Elle lui avait toujours dit que leur petite maison était toujours ouverte pour lui alors pourquoi toujours tenter de passer inaperçu comme pour oublier définitivement son foutu passé ! Ils étaient sa famille ! Sa seule et unique famille ! Et il n’allait jamais tout chambouler parce qu’ils seraient heureux de le retrouver… Si seulement il pouvait comprendre qu’il serait toujours accueillit à bras ouvert chez eux… Pourtant elle ne dit rien sur le sujet, se permettant seulement un petit rire lorsqu’il remarqua qu’elle et Dean étaient maintenant fiancés… Elle baissa les yeux avant de dire d’une voix maternelle : « Je ne suis pas seulement fiancée Jack… Je suis enceinte… Tu l’auras su si tu avais écouté les messages que je t’avais laissés… Les centaines de messages que je t’ai laissés… En un an t’as jamais trouvé le temps de venir nous voir ? Même pour deux minutes, faire une escale à Lawrence est si dur dans ton emploi du temps de ministre ?! Jack… Tu peux pas savoir à quel point je m’en suis fait pour toi… Un an ! UNE ANNÉE SANS NOUVELLES ! Je m’en suis toujours voulu de t’avoir enseigné tout ce que je savais parce que d’une certaine manière j’étais sûre que tu deviendrais ce que Dean avait été en son temps… Même mes messages… Tu n’as répondu à aucun de mes messages… ». Elle eut un long soupire avant de s’approcher des documents qu’il observait depuis quelques temps sûrement, fronçant les sourcils sur les documents éparpillés un peu partout. Ça faisait bien longtemps qu’elle n’avait pas chassé mais qu’importe… « Mais je suis pas venue pour te descendre… Je me suis toujours dit que je ne pouvais pas laisser n’importe quoi s’en prendre à des enfants… C’est pour ça que je suis là… T’as trouvé quoi ?! ». La chasseuse était bel et bien de retour et ça allait chier…

_________________

    ✔ Sexyness is my second name...
Revenir en haut Aller en bas

Phoenix H. Lawrence


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Twix
✾ MA CÉLÉBRITÉ : DiannaSexyAgron
✾ MES CRÉDITS : Me, I & Myself
✾ MON MOI² : None
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 22/07/2009
✾ MES MESSAGES : 470

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 printemps
✾ STATUT SOCIAL : Mère célibataire
✾ SON EMPLOI : Stripteaseuse


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: JAELYN&JACKSON ♦ Meet you again my lovely friend   Ven 18 Fév - 4:08


Les trois quart du temps, l'être humain se prenait pour le roi du monde, celui qui contrôle tout, celui qui tient le reste des choses existantes dans ses mains, celui qui prétend être le maître de son destin ainsi que le capitaine de son âme. L'être humain se croit le plus fort, il pense que tout lui est dû, que tout doit lui revenir, et qu'à la fin, il doit ressortir gagnant, pour se positionner comme le maître suprême. L'être humain méprise les conséquences de ses actes, se fiche bien de savoir si il est en train de tout détruire, de ruiner son futur et celui des générations à venir. L'être humain tue pour le plaisir de plus en plus souvent, comme si son existence était bien trop plate et qu'il souhaitait y ajouter du piment, afin de bien mieux tout ressentir, afin de se sentir vivant, comme s'il n'était qu'une coquille vide dénuée de tout âme. Au fond, c'est vrai, l'être humain est une espèce à part, qui a perdu son âme, sa conscience et le sens des choses quelque part en chemin, quelque part entre hier et aujourd'hui, et forcément, demain ne pourra pas être meilleur. L'âme est l'une des plus belles choses qui soit, et malheureusement, l'être humain s'en réserve le bénéfice. Il prétend que les animaux sont dénués d'âme, et qu'il peut donc faire d'eux ce qu'il désire. Il imagine que la terre est elle aussi une chose malléable, qu'il peut épuiser autant qu'il le souhaite. L'être humain est la vraie calamité, celle de ce siècle, et celle des autres. Il détruira son propre monde en abusant de fierté et en ayant un égo sur-dimensionné. Le pire dans tout ça, c'est que, étrangement, il recouvre de temps en temps la raison. Dans ces instants là, il s'apitoie sur son sort, il réalise ce qu'il a fait, et il craque. Il craque parce que, malgré tout, cela demeure une réaction humaine que celle de se sentir usé et abimé, épuisé par un trop long labeur, par un trop lourd poids sur les épaules. Il craque parce que, putain, ça fait du bien parfois de lâcher les vannes et de laisser cette fureur s'emparer de nous, de laisser cette peine nous terrasser et en quelque sorte nous porter. Il réalise que la vie et le destin sont là, au dessus, et qu'ils contrôlent tout. Il réalise quelle est sa place dans toute cette existence, dans tout ce rouage, et il réalise qu'il est si minuscule, simple grain de sable pourtant capable de tout faire dérailler, simple grain de poussière qui, au bout du compte, redeviendra poussière. Mais l'être humain fait rarement quoi que ce soit pour tout changer, et au final, il retombe dans cette torpeur, dans cette inconscience, et il renoue avec son quotidien d'horreurs et de crimes, comme s'il venait de décrocher un tour de plus de manège gratuit dans cette immense fête foraine. Il refusait d'entendre cette mélodie si naïve et harmonieuse qui venait de déraper dans des relents d'horreur, comme si la boîte à musique était tombée à terre et que le mécanisme rendait l'âme, expirant ses dernières notes de musique, si fausses et décalées par rapport à avant, et si déchirantes et troublantes.

Jack n'échappait pas à la règle, il avait perdu son chemin, plus d'une fois, et jamais il n'était parvenu à le retrouver, et lorsqu'il aurait pu, il avait décidé de lui tourner le dos. La chasse l'avait changé, bien plus qu'il ne le pensait, et bien plus qu'on ne pouvait l'imaginer. Ce genre de choses ne vous fait pas ressortir indemne de toute façon. Même si vous le saviez d'avance, rien ne pouvait vous préparer à ce qui allait advenir. Rien ne pouvait non plus totalement vous immuniser. Quelque part au fond de vous, il vous restait ce petit quelque chose de votre vie d'avant. Et dans le fond, si vous mettiez tant de cœur à l'ouvrage, si vous vous donniez autant, c'était bien pour fuir votre passé et votre vie d'avant, n'est ce pas ? Et lorsque ce n'était pas le cas, c'était bel et bien pour vous battre pour ce qui avait été, pour ce qui vous avait été volé, n'est ce pas ? Sa vie d'avant, Jackson ne pouvait pas l'oublier, même si parfois, il souhaitait que ce soit possible de mettre tout ça dans un coffre fort et d'oublier à jamais. Le passé n'avait rien de réconfortant dans le fond. Il était conscient de ce qu'il avait eu, de la magnificence de tout ça, et cela ne le rendait que plus conscient de ce qu'il avait perdu, de ce qu'il ne retrouverait probablement jamais. Plus d'une fois, il avait poussé jusqu'à l'une des extrémités des Etats Unis, pour se retrouver au bout du bout, et pour se garer sur cette dernière bande de terre surplombant l'océan, et lâcher les vannes, assis derrière son volant ou sur le capot de sa voiture. Sa vie était partie en fumée, d'un seul coup, et il avait négligé les opportunités que l'existence lui avait offert de conserver encore un peu l'illusion que tout irait bien, qu'il restait encore des reliquats, à préserver comme les plus beaux trésors au monde. Il avait refusé de s'accrocher à ces reliquats là, sans doute par peur que la vie réalise qu'elle n'avait pas fini le travail et qu'elle vienne réclamer son dû, un tribu que le jeune homme ne se rappelait pas avoir contracter auprès d'elle. Il n'avait pas pu revenir à Ellington depuis qu'il en était parti, pas une seule fois, comme si tout allait lui sauter à la gorge dès qu'il passerait le panneau signalant qu'il entrait dans la petite ville. Il s'en tenait éloigné comme de la peste, parce qu'il avait vécu bien trop de choses là bas pour être capable de respirer comme si de rien n'était et ne ressentir absolument rien. Il avait vécu le meilleur comme le pire, et malheureusement, dans un rapport illogique et inexplicable depuis des siècles, l'être humain avait toujours tendance à se laisser submerger par le pire avec un meilleur incapable de contrebalancer l'envie de gerber qui se saisissait de nous. Certains hommes, s'ils avaient vécu ce qu'il avait vécu, se seraient déjà tiré une balle dans la tête depuis longtemps, mais lui en était incapable. Oh, bien sûr, il y avait déjà pensé, tout comme il avait déjà apposé le canon de son arme contre sa tempe, mais il n'avait jamais pu appuyer sur la détente, il n'en avait jamais eu le cran. Cela faisait il pour autant de lui un homme faible et incapable d'aller jusqu'au bout ? Probablement pas. Il n'avait rien, dans le fond, hormis cette voiture qui était la sienne, il n'avait plus rien à part ça et ce qu'elle contenait, mais il savait qu'il demeurait encore sur cette planète des personnes qui tenaient à lui. En coupant les ponts, il avait tenté de les faire de décrocher de lui, mais il avait affaire à des personnes coriaces, qui ne lâchaient pas le morceau aussi facilement. En voyant Jae aujourd'hui devant lui, en plongeant son regard dans le sien, il se rappelait pourquoi il n'avait jamais pu se la tirer, cette balle : elle, elle était encore là, même après avoir vécu l'enfer, et partir, ce serait la décevoir. Il l'entendait parfois, bien éveillé, le maudire ou lui promettre des tas de claques ou de coups de pieds au cul lorsqu'il déconnait, et ça faisait autant de bien que de mal, ce genre d'hallu' auditives.

Elle n'avait pas changé. Cela en était à la fois rassurant et effrayant. Que les choses se faisaient volontairement paradoxales ... Lorsqu'il l'avait rencontré, il avait senti que eux deux, ce serait pour la vie. Bien sûr, à l'époque, il n'aurait jamais pensé que leur relation devienne une amitié aussi forte, aussi puissante et aussi tragique. Il ne lui en avait pas voulu de lui avoir caché pendant tout ce temps ce secret si imposant qui était le sien, parce qu'elle l'avait toujours protégé, soigné, dorloté, un peu comme une mère avec son fils. Il était plus âgé qu'elle, d'une petite année seulement, et il n'avait jamais réellement été le genre d'homme à avoir sans cesse besoin d'affection. Il avait grandi seul avec sa mère, puis était venue sa sœur, et parce que la vie était ainsi, parce que leurs existences s'étaient déroulées d'une certaine façon, il avait joué le rôle de l'homme du foyer, et avait naturellement endossé depuis toujours la tenue du protecteur, du gardien. Mais au final, qui veillait sur le gardien ? Il ne s'en était jamais posé la question, pas plus hier qu'aujourd'hui, et il ne se la poserait jamais, parce que la réponse était venue d'elle même, sans qu'il ne la requiert. La réponse était venue d'un sacré brun de femme, blonde comme les blés et têtue comme pas permis. Jaelyn prétendait parfois ne pas se sentir la mieux placée, mais au final, elle était toujours parvenue à endormir ses peurs, à calmer ses angoisses, jusqu'à l'apothéose finale. Lorsque Jude était morte, tout avait changé. Jae avait été là pour lui apprendre la chasse, et jamais elle ne l'avait empêché de se lancer dans le business, comme on dit. Mais il se souvenait aussi qu'elle ne l'y avait jamais encouragé, elle avait tenté de l'en dissuader. Et il réalisait aujourd'hui à quel point elle avait dû elle aussi souffrir jusque dans sa chaire de la mort de la petite puce. Elle avait été une mère pour Jude, tout comme une grande sœur, une amie, une tante qui la gâtait en souriant quand la petite souriait, parce que c'était contagieux. Jackson avait été égoïste, et il devenait conscient, en entendant Jae parler, qu'il s'était réfugié trop facilement derrière ce qu'il avait cru bon lui de faire, sans penser à ce que les autres personnes autour de lui auraient préféré. Il avait la sensation de se faire engueuler, déchirer même, tout en étant conscient de l'avoir bien mérité. En se réfugiant dans son monde à lui, il l'avait délaissée, laissée sur la touche, alors qu'elle n'avait rien fait pour mériter ça. Il avait vu plus d'une fois son nom s'afficher dans la liste des appels manqués, tout comme il avait reçu des tas de sms de sa part et de la part de sa messagerie lui disant qu'on lui avait laissé un message. Il les avait tous sauvegardé, avant même de laisser la possibilité au message de se dérouler, mais il n'avait jamais rien écouté, sans doute par peur d'entendre Jae lui dire que eux deux, c'était fini, ou par peur, peut être, de savoir qu'elle vivait parfaitement bien et que pour elle, la vie était magnifique et qu'elle avait tout oublié. Égoïstement aussi, il s'était dit qu'elle rappellerait, et que donc, elle pensait encore à lui. Nan mais quel crétin ... « T'es enceinte ? Félicitations ... » La nouvelle ne le surprenait pas vraiment, du moins, pas tant que ça. Il s'était toujours dit qu'elle finirait par avoir des enfants, et il savait qu'elle assurerait comme une chef. Mais dans le même temps, connaissant assez Dean, il savait que cela n'avait jamais été dans les principaux objectifs avoués du jeune homme. Mais il avait toujours su que tous ces rêves que Dean n'avouait pas, c'étaient ceux qu'il voulait voir se réaliser. Un mince sourire s'étendit sur ses lèvres, mais il s'agissait là d'un vrai sourire, franc et sincère. C'est juste que ça faisait si mal de sourire, et surtout, si longtemps qu'il n'avait pas sourit ainsi ... « J'ai été égoïste, c'est tout ... J'ai été égoïste, borné et fier. Je voulais pas que tu me vois dans cet état là, je voulais pas vous replonger dans ce monde que vous aviez quitté, tout comme je voulais pas que tu t'en fasses pour moi. Et entendre ta voix, c'était trop dur. Je savais pas quoi te dire, à part que tu me manquais, et que j'arrivais pas réellement à refaire surface. Et d'une certaine façon, j'avais peur que tu sois heureuse, pas parce que tu ne l'aurais pas mérité, pas non plus parce que j'étais jaloux, quoi que, mais parce que j'avais peur de tout briser en te disant que pour moi, les choses n'allaient pas. J'en suis arrivé à oublier que tu l'avais perdue toi aussi, qu'à toi aussi, on te l'a arrachée. » Le jeune homme était tellement reconnaissant envers ces papiers étalés devant eux, parce qu'ils détournaient l'attention de Jae sur eux et qu'ainsi, lui pouvait essuyer d'un revers de main rageur ces larmes qui commençaient à perler. Il n'avait rien de l'hyper émotif de base, il ne pleurait pas facilement, surtout depuis cette dernière année, mais face à Jae, c'était dur de garder cette carapace et ce regard d'homme fier. Il était comme toujours aussi certain qu'avant qu'elle lui collerait une droite s'il s'avisait de tenter de lui mentir, à elle. Inconsciemment, il avait comme envie de se réfugier dans ses bras et de lui dire qu'il avait mal, qu'elle lui avait manqué toutes ces fois où il avait frôlé la mort et où il avait recousu seul les plaies qui lui barraient le corps, saignant abondamment, et mortelles s'il n'avait rien fait. « Et bien, je n'ai pas encore trouvé grand chose, si ce n'est que, visiblement, deux des victimes ont eu des aînés décédés avant leur naissance. Mais aucun point commun, si ce n'est cette case rayée, comme si aucun autre enfant ne pouvait être engendré par la suite. Feuilletant au hasard les pages de ce journal jauni, son regard se porta sur la page nécrologique. « Attend ... » Ses sourcils se froncèrent, et il eut un petit geste de recul alors que son doigt s'abaissait sur un acte de décès. « C'est le même nom que sur l'acte de naissance de ce type ... Mort né Hm, visiblement, c'était son jumeau ... Tu crois que ça pourrait avoir un rapport ? Y a quelques éléments avec des jumeaux dans le folklore surnaturel, mais peut être que c'est juste un élément de hasard ? »
Revenir en haut Aller en bas
http://in-nomine-mens.bbactif.com

Jaelyn N. Miller


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Dodixe
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Leighton Meester
✾ MES CRÉDITS : Dodixe & LJ
✾ MON MOI² : None
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 18/07/2009
✾ MES MESSAGES : 1192

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 26 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Serveuse & Chasseuse


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: JAELYN&JACKSON ♦ Meet you again my lovely friend   Dim 6 Mar - 1:52

    La mort de Jude… Elle s’en souvenait comme hier de la disparition de cette petite fille… Ce bout de chou, cet ange descendu tout droit du ciel, parti beaucoup trop tôt à son humble avis, les démons lui ayant brisés les ailes trop vite avant qu’elle n’ait pu vivre… A chaque fois qu’elle se remémorait ces évènements elle ne pouvait s’empêcher de ranger contre les démons qui avaient pris une enfant tout ce qu’il y avait d’innocente, elle qui ne désirait qu’une seule et unique chose : vivre heureuse avec son père, après tout ce qu’elle avait subit, l’absence d’une mère, le retour de celle-ci et voilà qu’elle disparaissait. Elle se souvenait de toute ce qu’elle avait ressentit à sa perte, ce sentiment d’avoir perdu une partie de sa vie parce qu’après tout, elle avait été plus qu’une simple amie de Jackson, elle avait été aussi toute l’attention féminine dont avait eut besoin Jude depuis qu’ils étaient à Ellington… Elle avait été la mère, l’amie, la confidente, celle qui sèche les larmes et provoque les éclats de rire. Elle avait tellement fait pour cette petite fille, l’avait couchée, lui avait lu des histoires à ne plus en finir, lui avait appris à faire des gâteaux, avait su apprécier ses premiers dessins d’artiste, lui avait appris que vivre sans mère n’était pas si dur si elle avait quelqu’un comme Jackson, elle avait su lui redonner ce brin de folie de l’enfance et par son biais, Jaelyn avait repris gout en la vie et tout ce qui allait avec. Elle avait commencé à avoir des envies d’enfants lorsqu’elle avait découvert à quel point vivre avec Jude était un réel bonheur, cette petite fille avait été une révélation dans sa vie, un souffle d’air frais qui a commencé à changer totalement les idées de la jeune femme. Jaelyn n’avait plus été la même après cette fameuse rencontre, jamais parce qu’on ne peut que changer d’avis sur les enfants lorsqu’on rencontrait la fille de Jackson Miller. Et pourtant elle avait eut le malheur de mourir si jeune, elle avait eut le cœur brisé, détruit en morceau comme si on lui enlevait sa propre enfant parce qu’en réalité, malgré tout ce qu’elle avait pu dire sur le fait que non, elle ne s’était pas tellement attachée à Jude comme une mère à son enfant, c’était la vérité, elle s’était voilée la face parce qu’elle avait encore peur de croire en un avenir heureux pour elle mais dés lors que la petite fille avait fait ses adieux tragiquement, elle ne pouvait plus refaire machine arrière et se rendait compte à quel point l’amour pouvait faire souffrir. Elle avait sentit toutes les forces la perdre et son cœur s’émietter à mesure qu’elle réalisait tous les évènements qui s’étaient passés… Elle ne pouvait plus l’accepter, elle l’avait rejeté tellement longtemps, se disant que tout ceci était de sa faute et qu’un jour Jackson allait subir ses malheurs et ses ennuis avec la chasse… Elle avait toujours eut peur de perdre Jackson à cause d’une créature surnaturel mais jamais elle n’aurait pu penser perdre sa fille et le voir souffrir autant… C’en était presque plus dur parce qu’il était encore là… Et chaque jour que dieu pouvait faire, elle le voyait encore et encore souffrir à cause de cette disparition parce qu’il n’y avait rien de plus horrible de perdre un enfant… Et puis Jackson s’était donné corps et âme dans la chasse… Il avait émit la volonté qu’elle lui enseigne tout ce qu’elle savait, tout sans exception, sous peine de le voir s’enfuir… Jaelyn n’avait rien dit et s’était exécutée, lui apprenant tout ce qu’elle pouvait savoir, lui écrivant sur un cahier tout ce qu’elle avait pu rencontrer dans toute sa carrière, demandant parfois à Dean plus d’informations pour pouvoir donner à Jack toutes ses chances pour réussir dans son entreprise suicidaire. Elle avait mille et une fois dit que c’était une mauvaise idée, qu’il allait mourir là-bas et qu’elle n’aurait même pas la possibilité de l’enterrer dignement et qu’elle ne pouvait pas accepter de le voir partir sans qu’elle ne puisse avoir des nouvelles régulièrement. Combien de fois lui avait-elle dit qu’il n’allait que se cacher dans sa souffrance et chercher la vengeance en tuant le plus de choses possible comme l’avait fait le père de Dean en son temps lorsque sa mère était décidée… Lui savait ce que ça pouvait faire de perdre des personnes chères à leur cœur.

    Pourtant, lorsqu’elle eut finit de tout lui enseigner, Jaelyn ne fit rien pour le retenir. Elle n’en avait pas la force à vrai dire, elle préférait l’observer faire ses bagages, les bras croisés sur sa poitrine, le cœur battant à plein régime, son corps lasse posé contre l’embrasure de la porte, cherchant de l’en dissuader de par ses grands yeux… Ca n’avait pas marché parce qu’il était partit. Tout s’était enchainé tellement vite, la disparition de Sam, celle de Jude, puis celle de Jack, il ne restait plus qu’elle et Dean qui avaient perdu tous les deux des êtres chers, alors il avait fallut continuer à vivre quand même et finalement ils s’en étaient plutôt bien sortis ! Ils filaient le parfait amour, revenus là où tout avait commencé pour Dean Winchester, avaient une petite vie pénarde bien loin des démons et de toute chose surnaturelle… Ils vivaient heureux sans se soucier des autres, sans se soucier des problèmes passés, ayant décidé d’un commun accord que les souffrances passées n’étaient plus d’actualité et qu’il était bel et bien temps de vivre heureux et fondé une famille avec des enfants et un chien qui était arrivé plus ou moins sans avoir été prévu celui-là ! Et Jack ? Et bien Jack elle n’avait eut aucune nouvelle de lui ! Non, pas une carte pour son anniversaire, pas un petit message laissé sur le portable, pas une seule visite, rien ! Et elle avait eut beau lui laisser tout un tas de message, tout ceci n’avait servit à rien parce qu’il n’avait même pas daigné y répondre, elle le soupçonnait même de n’avoir même pas pris le temps de les ouvrir et de les lire par pur égoïsme ! Elle détestait cette attitude qu’il avait, le fait de se renfermer comme une huitre dés qu’il fallait qu’il souffre, dés qu’il ne pouvait pas affronter les épreuves de la vie ! MERDE, ELLE ETAIT LA ! Elle avait toujours été là pour lui et voilà comment il l’en remerciait, en ne lui laissant même pas un seul message ! Tu parles de la super amitié ! Elle lui en voulait tellement pour ce manque d’attention, il n’avait même pas appris qu’elle était fiancée et alors savoir qu’elle était enceinte, c’était tout autre chose ! Peut-être reviendrait-il un jour et découvrirait une Jaelyn plus âgée avec quatre gosses et mariée et peut-être se rendrait-il compte qu’il était temps de donner des nouvelles ! C’était tellement con comme façon d’agir, pourquoi fallait-il qu’il s’en aille et ne revienne plus jamais alors qu’elle avait toujours été présente pour lui, qu’il l’avait toujours protégé et qu’il n’avait pas à avoir peur qu’elle lui fasse un mauvais coup parce que ce n’était pas du tout son genre ! Elle avait été l’amie la plus dévouée qu’il ait pu avoir et la seule façon qu’elle avait pu avoir pour le retrouver c’était de le croiser comme par hasard dans une bibliothèque ?!

    Ouais, la bibliothèque de Lawrence accueillait aujourd’hui Jackson Miller, évènement international et voilà que sans être nullement mise au courant de son arrivée, n’ayant même pas le droit à un passage à la maison, la voilà qui découvrait Jack en train de bosser comme si de rien n’était, comme s’il n’avait pas compris qu’à Lawrence vivaient Jaelyn et Dean Winchester et que ces deux là étaient ses plus proches amis qui n’attendaient qu’une seule et unique chose : Qu’il vienne leur dire bonjour et donner un signe de vie ! Combien de fois avait-elle eut peur de le retrouver mort dans la page nécrologique ?! Des centaines ou peut-être des milliers de fois ! Quel con ! Quel idiot ! Quel égoïste ! Après tout ce qu’elle avait bien pu faire pour lui et pour sa petite fille, elle les avait logés, choyés, aidés ! Alors lorsqu’elle retrouva son ami là, assis à cette table en train de travailler comme si le monde autour n’avait plus aucune importance et que par contre, ce qu’il lisait était beaucoup plus intéressant que Dean et elle, la jeune femme ne pu s’empêcher de sentir les larmes couler sur ses joues. Pas seulement parce qu’elle était heureuse de le savoir en vie mais plus parce qu’elle sentait son cœur se briser en réalisant qu’il pouvait très bien être ici depuis trois semaines et ne jamais avoir daigné lui dire qu’il était là, passer à la maison et pourquoi pas dormir chez eux… Elle se rendait compte que toutes ces années d’amitié n’avaient plus aucune importance pour lui depuis qu’il avait pris la route… Elle se sentait trahie, détruite et c’était par sa faute… Alors autant dire que les paroles qu’ils allaient avoir la chance de pouvoir partager allaient être plus qu’électriques, survoltées même parce que Jaelyn n’allait pas le laisser aussi facilement sans quelques explications et sans avoir eut le plaisir de lui jeter à la gueule toute sa rancœur, toute sa peine et toute son inquiétude par rapport à lui, de toute façon, depuis qu’elle était enceinte, elle était devenue un peu plus hargneuse et il allait avoir le droit à l’apothéose ! Et ça avait déjà commencé avec cette longue tirade qu’elle lui sortit pour bien lui faire comprendre que non, elle n’était pas prête à souffrir encore à cause de lui, à cause de son manque de tact… Elle se permit un petit rire amère lorsqu’il finit par la féliciter de sa grossesse, chose qu’il aurait pu faire plus tôt soit dit en passant et qu’elle n’allait pas se gêner de lui faire remarquer en quelques mots : « Merci… T’aurais pu l’apprendre plus tôt si t’avais daigné appeler ou passer à la maison… ». Au passage, elle crut voir le sourire de Jackson et ne pu s’empêcher de sourire elle aussi, de façon sincère, sentant bien que malgré la distance, leur amitié ne s’était pas tellement effritée et qu’elle pouvait quand même continuer s’il tentait d’y changer quelque chose, lui, parce que de son côté Jaelyn ne trouvait pas qu’elle était vraiment la plus chiante… Observant Jackson alors qu’il lui expliquait ses multiples raisons qui l’avaient conduit à ne plus donner de nouvelles du tout, la jeune femme se permit un soupire avant de baisser les yeux vers la moquette de la bibliothèque, déjà lassée par toutes ces explications fournies des centaines de fois, vues, revues et corrigées ! Elle releva finalement les yeux, passant instinctivement sa main sur son ventre avant de se mordre la lèvre en prenant la parole : « T’en as pas marre de toujours dire la même lorsqu’il s’agit de m’abandonner ? Changes de disque Jack… Tu sais très bien que j’ai toujours été présente, j’ai supporté tout pour toi, j’ai toujours été là alors me dire à chaque fois que c’était dur de me voir me fais plutôt penser que je te dégoute plutôt qu’autre chose… Si t’avais eut l’intelligence de suivre mes conseils et que t’avais pas pris la route, tu te sentirais peut-être mieux aujourd’hui ! Tu aurais pu refaire ta vie Jack, redevenir heureux sans pour autant oublier Jude… Tu sais que j’ai souffert moi aussi de sa mort mais moi j’ai avancé, toi tu as reculé… Ca fait quoi de mélanger le sang et les larmes Jack ? De souffrir physiquement et mentalement ? De croire que la vengeance changera quelque chose alors qu’en réalité elle t’enfonce plus qu’autre chose ? ». Oui… Elle, elle avait avancé et bizarrement on sentait une grande différence entre leurs deux parcours, elle lui disait tout ça parce qu’elle-même l’avait vécu, parce que Dean l’avait vécu et que Sam l’avait aussi vécu et tout trois étaient chasseurs… Pourtant elle se décida enfin à changer de sujet, trouvant qu’elle y allait peut-être un peu fort avec lui, qu’il ne méritait sûrement pas qu’elle s’acharne autant sur lui parce qu’après tout, il avait fait ce choix comme ils l’avaient fait tous… Se penchant sur les documents, elle lui demanda vite fait les détails de ce qu’il avait trouvé, remettant en place dans son esprit ce qu’elle pouvait bien savoir de la chasse, n’ayant pas perdu la main en un an de pause… Prenant tout ce que Jackson lui disait, elle fit une légère équation rapide dans son esprit avant de froncer les sourcils et d’observer les documents avec attention… Un esprit vengeur ? Une histoire de famille sordide ? Quelque chose clochait dans ces actes de décès… La jeune femme s’assit en observant l’acte de naissance en soupirant : « Ca ne peut qu’être un esprit pour moi… Un esprit vengeur qui a quelque chose à reprocher à ces enfants… Tu dis qu’il n’y a qu’une case en commun ? Aucun enfant engendré par la suite… Comme si ils étaient adoptés ? Comme si la mère pourrait être stérile et aurait adopté ? Pour ce qui est des jumeaux, laisse-moi te dire qu’il ne faut rien laisser au hasard ! Il faut tout prendre, après tout, c’est une histoire et si on veut retrouver qui est l’esprit il faut bien savoir ce qu’il cherche à faire passer comme message en tuant des enfants… ». Fermant les yeux et se penchant sur la table, la jeune femme se mit à réfléchir plus intensément…

_________________

    ✔ Sexyness is my second name...
Revenir en haut Aller en bas

Phoenix H. Lawrence


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Twix
✾ MA CÉLÉBRITÉ : DiannaSexyAgron
✾ MES CRÉDITS : Me, I & Myself
✾ MON MOI² : None
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 22/07/2009
✾ MES MESSAGES : 470

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 printemps
✾ STATUT SOCIAL : Mère célibataire
✾ SON EMPLOI : Stripteaseuse


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: JAELYN&JACKSON ♦ Meet you again my lovely friend   Dim 3 Avr - 4:35

    Tout perdait tellement de son sens lorsque soudainement, tout ce que l'on avait construit s'effondrait, ne présentant pas plus de résistance à la destruction volontaire que celle présentée par un château de carte face au sèche cheveux tendu vers l'édifice par un sale gosse de frère voulant détruire l'œuvre que son cadet avait mis l'après-midi, si ce n'était plus, à bâtir, en veillant bien de gommer toutes les ondes risquant de tout faire s'effondrer, jusqu'à en marcher sur la pointe des pieds et ne pas fermer derrière lui la porte du sanctuaire qu'était sa chambre. Tout perdait encore plus de son sens lorsque le destin ou la fatalité s'acharnait à détruire ce que vous, vous aviez rebâti, ayant déjà connu une précédente destruction. Vous n'aviez pas pris l'habitude de gérer la crise, parce que ce genre de choses, c'est terrible, et on ne s'y habitue jamais, sans doute parce qu'on a besoin de ressentir de la peine et de la détresse parce que ça nous fait continuer à nous sentir humain. Devant l'adversité, il n'y avait pas de réaction type, tout simplement parce qu'il n'y avait pas réellement d'être humain lambda, contrairement à ce qu'on pouvait bien penser et prétendre. L'être humain ne formait qu'un Tout identique mais emplit de différence. Ainsi, même si le plus doux des hommes appartenait au même genre humain que le plus violent et sauvage des hommes, tous les deux avaient bien trop de différences pour qu'on puisse prétendre qu'ils agiraient et réagiraient de la même façon. Et puis, même, les circonstances changent, le contexte varie, les visées d'avenir et les espoirs varient d'une situation à l'autre, et dès lors, une même personne ne réagira jamais à l'identique de la fois précédente. Même si la variation est normale, elle demeurera, sans qu'on ne puisse l'envoyer valdinguer aux oubliettes et tenter de la gommer d'une main nerveuse et empressée. Mais tout comme certaines choses changeaient, d'autres demeuraient, et c'étaient en règle générale celles là qui posaient problème. Elles étaient nos erreurs, nos points faibles, ce qui nous faisait régresser ou, dans le meilleur des cas, stagner. On les portait comme des fardeaux bien trop lourds à supporter, sur nos épaules. On les trainait derrière nous comme le prisonnier tirait son boulet au pied derrière lui. Nos erreurs nous entravaient les mains et nous empêchaient de respirer correctement, et pourtant, étrangement, on arrivait à les surmonter et à survivre. Mais on n'en profitait jamais réellement pour retourner là d'où l'on était parti et reprendre tout à zéro, en intégrant tous ceux qui avaient voulu nous tendre la main mais qui s'étaient abstenus devant notre tête patibulaire, en acceptant de se saisir des mains qui s'étaient tendues vers nous, décidées et tenaces, et qu'on avait refusé de prendre, trop honteux de s'avouer faible.

    Jack ne faisait pas exception à la règle, il était même le parfait exemple du mec qui n'a rien compris et qui persiste dans la mauvaise direction, tout en refusant de regarder en arrière, symbole qu'il avait tout à fait confiance que c'était pourtant dans ce sens inverse là que se trouvait la meilleure porte de sortie de la crise. Il refusait de regarder en arrière de peur d'avoir à affronter les erreurs qu'il avait commises et qui l'amenait à aller droit dans le mur aujourd'hui. Il fallait pourtant aller en sens inverse. Les paroles de Jaelyn le touchaient en plein cœur, parce qu'il ne pouvait pas en être autrement de toutes façons. C'était Jae tout de même, et ce qu'elle disait, même s'il ne le buvait pas forcément comme du petit lait, il y accordait tout de même un minimum d'attention, minimum plus élevé que celui qu'il pouvait accordé à d'autres. C'est comme ça, elle était privilégiée parce qu'il lui devait au moins ça, si ce n'était largement plus. Mais au delà de la pseudo faveur qu'il lui accordait en l'écoutant, il y avait plus que cela. Elle était sa meilleure amie, celle qui le connaissait comme si elle l'avait fait, alors que, clairement, elle était bien trop jeune pour être sa mère. Elle était l'une des seules personne en droit et en mesure de le juger, alors, clairement, l'entendre lui dire qu'elle en avait assez qu'il retombe dans la facilité en sortant sans cesse les mêmes excuses censées gommer ses conneries, ça ne lui faisait pas plaisir, pas du tout même. Mais elle avait raison, forcément. Elle jugeait avec les éléments qu'elle avait, et elle en avait des éléments, à force de vivre à ses côtés et quasiment même avec lui durant toutes ces années. Mais il n'avait jamais douté un seul instant qu'elle serait là pour lui, ça non. Au contraire, il avait toujours eu conscience qu'elle resterait à jamais pour lui une amie prête à tout pour lui, tout ou presque, parce qu'il ne faut quand même pas trop exagérer. Par exemple, il n'était pas bien sûr que la mettre au pied du mur en l'obligeant, pour une raison ou pour une autre, de choisir entre Dean et lui, le jeune homme était quasiment sûr à 100% qu'elle choisirait Dean. Mais ce n'était pas le genre de choses qui le mettaient hors de lui, parce que c'était normal, d'autant plus aujourd'hui parce qu'elle était enceinte du fameux Dean. En réalité, Jack doutait simplement de lui même, et il refusait de se voir faire du mal à sa meilleure amie. C'était trop dur à supporter. Mais il n'essayait jamais de tenter le coup en restant près de Jaelyn et en voyant comment les choses se dérouleraient, par précaution selon lui, mais par lâcheté en réalité. Cependant, il lui semblait encore trop dur de concevoir un présent parallèle dans lequel il aurait refait sa vie et serait heureux. Cela ne collait sans doute pas assez avec ce qu'il avait connu et vécu depuis la mort de sa fille. Et puis, quoi qu'il advenait, et même s'il avait volontairement lui même laissé Grace sur le bas côté de la route, façon de parler ou pas, il savait qu'il ne pourrait jamais la sortir totalement de son paysage. C'est fou ce que le destin vous fait endurer ... Grace était l'une des personnes dont il ne pourrait jamais se séparer mentalement, et pourtant, en égrainant les jours qu'ils avaient passés tous les deux ensemble et en le dénombrant, on s'apercevrait bien vite que cela ne pesait pas vraiment lourd. Il avait longtemps cru que s'ils étaient liés, c'était grâce ou à cause de leur fille. Maintenant qu'elle n'était plus là, est ce qu'ils demeuraient reliés uniquement par sa perte ou était ce plus ? Quoi qu'il en était, Jaelyn et lui, il y avait plus que ça entre eux, et il n'avait même pas besoin de chercher quoi, parce que cela lui prendrait toute la vie de tout énumérer. « J'étais pas préparé à ce que j'allais voir, vivre et rencontrer, mais j'avais besoin de partir, parce que ... Parce que rester là, je veux dire, rester à Ellington, ça n'aurait certainement pas ramené Jude, et ça n'aurait pas éviter que d'autres subissent le même sort qu'elle. Mais ça fait mal à en crever; et parfois, j'en viens à me demander pourquoi je suis encore là. Je suis pas le plus ancien des chasseurs, loin de là, j'agis bien trop déraisonnablement en réagissant à l'instinct, je compte plus les fois où j'ai été blessé, et pourtant je suis encore vivant ... Et j'ai fais payé le poids de mes erreurs et de mes remords sur tes épaules, en te laissant derrière moi sans me retourner, tout comme j'ai fais payé Grace. Et aujourd'hui, je me dis que, merde, comment vous pouvez encore chercher à me retenir après tout ce que j'ai fais, après tout ce que j'ai refusé de faire alors que j'aurais dû ? ... Mais encore une fois, je me cherches des excuses. » Secouant la tête, désabusé, il tentait en vain de reprendre pied et de ne pas décevoir Jaelyn. Elle demeurait tellement importante pour lui, quoi que son départ et le fait qu'il ne prenne pas de ses nouvelles puisse faire penser à la jeune femme. C'était tellement déraisonnable de chercher à effacer totalement quelqu'un de sa vie lorsque cette personne a tant fait pour vous. C'était surtout très ingrat ! Et Jackson avait beau avoir un paquet de défaut, il n'en était pas arrivé au point de se servir, de recueillir tout ce dont il avait besoin avant de foutre le camp sans remercier et sans être reconnaissant. Sa connerie avait tout de même des limites, comme quoi ...

    Jaelyn s'était assise, et Jack demeurait debout quelques temps, l'observant alors qu'elle était tournée d'un quart. Elle demeurait si belle, et il n'avait aucune honte à penser ça. Elle ne s'offusquerait jamais de l'entendre lui dire qu'elle était magnifique, parce qu'elle ne s'en était jamais offusquée auparavant, et qu'elle était tout à fait consciente que cela n'avait rien d'une remarque émanant d'un pervers ou d'un fou du sexe. Et si Dean était là, ce qui n'était pas le cas, le jeune homme savait bien qu'il ne le prendrait pas mal lui non plus, d'une parce qu'il serait sans doute très fier d'être le petit ami d'une femme telle que Jaelyn et qu'entendre quelqu'un la complimenter sur son physique serait quelque chose d'agréable pour lui, et de deux parce qu'il s'agissait de Jackson et non pas du détraqué du coin. Mais voyez vous, le jeune homme n'était sans doute pas prêt à mettre sa main au feu que Dean accepte aussi bien son retour près de Jaelyn et donc dans leur vie que la jeune femme ne l'avait fait. Il était plus cynique et ironique qu'elle, et surtout, Jackson avait sûrement dû faire souffrir Jaelyn, et ça, c'était jamais bon. Dean défendait corps et âme ceux qu'il aimait et Jaelyn, Dieu qu'il l'aimait ! Bref ! Il se sentait un peu con de ne pas avoir proposé plus tôt à Jaelyn de s'asseoir. Elle lui disait qu'elle était enceinte et lui se contentait de continuer à causer sans lui offrir un siège ! Il perdait de ses belles manières, à croire que la chasse avait abîmé chez lui bien plus de choses qu'il ne le pensait. Il ignorait de combien de mois sa meilleure amie était enceinte, mais cela ne changeait rien au fait qu'elle serait toujours bien mieux assise, sans pour autant qu'on se sente obligée de lui coller les fesses au siège à coup d'étalage de colle extra forte. S'installant près d'elle en cessant de se torturer mentalement plus longtemps, il écouta attentivement les quelques points évoqués par Jaelyn. Ce qu'elle disait se tenait, et en même temps, elle était plus qualifiée que lui en ce qui concernait la chasse et les recherches préalables. Il n'en demeurait pas moins qu'il avait du mal à émettre des hypothèses plus détaillées, parce qu'il y avait tellement de trous béants dans les infos qu'il avait, tellement de questions et tellement de différences entre les victimes, ce qui amenait à des hypothèses ne tenant pas la route et à éliminer tout de suite, comme une vengeance purement familiale. Il n'avait pas trouvé d'ascendant commun à toutes les victimes. « J'arrive pas à y voir très clair ... Et la route m'a explosée, sans compter le décalage horaire. Ils n'ont pas le même âge, pas les mêmes ancêtres et pas les mêmes profils sociaux. Tout ce qui les relient, pour l'instant, ce sont ces cas familiaux. Pourquoi maintenant et pas avant ? C'est comme si tous se retrouvaient poursuivis et assassinés au même moment alors que pour certains, le seul tragique événement qu'on a pour l'instant s'est déroulé il y a quand même plusieurs dizaines d'année ... C'est comme si l'esprit s'était réveillé, ou qu'on l'avait réveillé ... »

    Spoiler:
     
Revenir en haut Aller en bas
http://in-nomine-mens.bbactif.com

Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: JAELYN&JACKSON ♦ Meet you again my lovely friend   Aujourd'hui à 4:53

Revenir en haut Aller en bas
 

JAELYN&JACKSON ♦ Meet you again my lovely friend

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Tiger Meet 2010 Spotter's Day
» Percy Jackson, le voleur de foudre
» Trilogie Tintin : Steven Spielberg et Peter Jackson
» Michael Jackson,la plus grande manipulation...
» I'm so glad to meet you!
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SYMPATHY FOR THE DEVIL ◈ BEDTIMES STORIES :: SAY GOODBYE TO THE WORLD :: archives :: RPG :: Throught the United States :: US CENTER :: Kansas :: Lawrence-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com