[3] Le hasard fait bien les choses [Cadell]



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Facebook  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [3] Le hasard fait bien les choses [Cadell]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité


Invité





MessageSujet: [3] Le hasard fait bien les choses [Cadell]    Jeu 14 Avr - 12:00

    10:30 am.

    Comme réveillée par de faibles rayons de soleils, une masse informe commença à bouger sous l'épaisse couette d'un lit se trouvant au beau milieu d'une chambre de motel... Assez rapidement un visage assez attirant sortit de sous la couette, c'est celui de Méira Déborah Abrahamson jeune chasseuse de 22 ans. Celle-ci venait de passer une nuit assez agité et elle s'était couchée aux alentours de 4 heures du matin, contrairement à ce que vous devez être entrains de vous imaginez; elle n'a pas pas passé sa soirée à traquer des créatures surnaturelles, non sa soirée fut bien plus futile, mais aussi bien plus lucrative que cela, la jeune juive avait en effet passé sa soirée auprès d'un jeune camionneur macho qui n'avait pas arrêté de la draguer, bien que dégoutée par ce personnage misogyne et pas très propre elle joua le jeu jusqu'au bout avant de l'assommer au moment de le rentrer dans son vieux camion et de repartir avec son porte monnaie et donc toutes ses cartes bleus.

    Cette pratique n'était certes pas très catholique, mais elle s'en fichait, d'une pars parce qu'elle était juive (ahaha quel humour n'est-ce pas ?) et de deux parce que ce petit larcin lui avait permit de gagner quelques menues monnaies et de se payer une soirée calme dans un hôtel plus correct que ceux qu'elle avait l'habitude de fréquenter. Enfin bref après une nuit, ou plutôt une matinée plus que reposante et plus qu'agréable la jeune femme se leva de bonne humeur avec un large sourire aux lèvres, vêtue de simples sous-vêtements elle se dirigea vers son sac d'affaires et en profita pour allumer la adio et attraper le revolver qui se trouvait sur sa table de nuit, se dandinant sous la chanson "Bad Medecine" de Bon Jovi elle sortit quelques vêtements de son sac avant de faire quelques pas pour rentrer dans la salle de bain. Une fois en face de la glace elle esquissa un nouveau petit sourire aguicheur avant de se regarder; puis d'enfiler un débardeur noir et un jeans... Elle attacha son holster à la ceinture de son Jeans avant de se coiffer en quelques secondes, puis de prendre le temps de se maquiller, la jeune fille fit ensuite quelques pas vers la porte avant de se retourner et de dégainer son revolver juste en face du miroir, restant immobile quelques secondes elle se commença ensuite à rire avant de ranger son arme et de sortir de la salle de bain alors que la radio passait maintenant "I Can't Decide" des Scissor Sisters.

    Se dandinant gaiement jusqu'au mini frigo elle sortit une bière qu'elle ouvrit avec ses belles dents blanches et qu'elle se mit à siroter tout en rangeant ses affaires dans son petit sac de sport, une fois le tout terminée elle referma la porte du frigo d'un coups de fesse très élégant et se dirigea vers la porte en emportant la radio avec elle, dansant bêtement, mais gaiement dans les couloirs elle appela l'ascenseur en chantonnant... Et quel ne fut pas son étonnement lorsqu'elle se retrouva en face d'un homme qu'elle connaissait... Extrêmement bien.
Revenir en haut Aller en bas

Invité


Invité





MessageSujet: Re: [3] Le hasard fait bien les choses [Cadell]    Dim 17 Avr - 2:53

« Cadell était sur la route depuis cinq heures du matin déjà. Les paysages défilaient, tout comme les kilomètres, et l'homme poursuivait tranquillement son chemin. Il se rendait au nord de la région pour affaires. Depuis plus d'une année, le gallois avait quelque peu arrêté son activité de « chasseur ». Alors pour avoir tout de même un revenu qui lui permettait une existence de voyageur paisible, l'homme remplissait des jobs, relatifs aux mercenaires. Or, il y a une dizaine de jours de cela, un de ses anciens amis l'avait contacté. Il s'agissait d'Alex.D, autre chasseur venu du Texas. D'ailleurs, son accent était la première chose qui avait marqué Cadell, et vice versa, puisque ce dernier était gallois de pur souche, de sorte que le galloisant avait tendance à éliminer les voyelles initiales inaccentuées dans la prononciation. Leur accent avait donc été l'élément de base de leur rencontre, rapidement suivie d'une bonne complicité. En outre, les deux hommes étaient des chasseurs d'expérience, dont la réputation n'était plus à faire. Néanmoins, et cela avec grand plaisir, ils avaient pu se donner des conseils et se transmettre quelque savoir propre à la chasse de créatures surnaturelles. Le texan et le gallois ne s'étaient plus rencontrés depuis dix ans, depuis la fameuse nuit durant laquelle Alex retrouva un certain Johnson, qui venait de subir sa première transformation en loup garou. Cela avait donc fortement étonné Cadell d'apprendre que son vieil ami le cherchait. Dix jours auparavant, le mercenaire se trouvait dans un bar, situé au sud-ouest de l'état. Il venait de terminer une mission qui avait nécessité ses talents de sniper. Cadell avait toujours apprécié les armes à feu, et de toute sorte. Cela pouvait aller du fusil d'assaut, au fusil à pompe, en passant par le lance-roquette jusqu'à la mitrailleuse. Mais le fusil de précision restait son favori. Quoiqu'il en soit, en côtoyant Alex, le gallois s'était essayé aux armes blanches de manière plus approfondie. Parfaire ses connaissances était pour Cadell un plaisir, surtout que cela s'avérait toujours très utile. Celui-ci se trouvait donc dans un bar, après une journée de travail, savourant son whisky anglais. Le propriétaire était venu le trouver, lui demandant confirmation de son identité. Le gérant du bar avait une lettre pour lui, signée A.D. Austin avait reconnu l'écriture et la signature de son ami. Ce dernier lui demandait de le rejoindre dans les plus brefs délais dans le nord-est de la région. Le ton de la missive était empressé, et il semblait que l'expéditeur se trouvait en fâcheuse position. Néanmoins, le mercenaire restait sur ses gardes, se gardant de donner un jugement faussé. Vers 10:40, Cadell arrivait aux abords d'une ville. En passant devant un motel, une voiture attira son attention. Ou plutôt, SA voiture... volée par Meira Abrahamson. Lorsqu'il avait pris cette dernière à sa charge, voilà dix ans de cela, le gallois avait fait l'achat d'une voiture. En ce temps là, Meira n'était qu'une enfant, et concluant qu'une moto serait peu confortable pour leur trajet, il s'était décidé à acheter une 504 cabriolet rouge amaryllis. Oui, il n'y avait aucun doute à ce sujet, il s'agissait bien et bel de sa voiture. Cadell fit demi-tour et se gara dans le parking du motel. L'homme coupa le moteur, retira son casque noir et descendit de la harley. Austin portait ce jour-là un jean Levi's, un t-shirt noir qui laissait deviner sa musculature travaillée, et des converses. Son blouson en cuir en main, il se dirigea vers l'entrée de l'établissement. Cadell considéra un instant la salle d'accueil puis il se rendit directement à la réception afin d'avoir quelques renseignements sur le propriétaire de la 504 cabriolet. Les informations reçues, l'homme prit l'ascenseur. Ce dernier s'arrêta à l'étage souhaité, et le gallois se retrouva face à une jeune femme. Cadell lui jeta un coup d'œil indifférent, la trouvant plutôt jolie mais sans plus. Enfin, comme celle-ci ne semblait pas vouloir bouger, le gallois la regarda avec plus d'insistance. Ses yeux s'arrondirent alors légèrement, puis reprenant contenance, un sourire sans joie vint se peindre sur ses lèvres. Il déclara, de sa voix rocailleuse et sans appel : « J'espère que tu as pris soin de ma voiture ».
Revenir en haut Aller en bas

Invité


Invité





MessageSujet: Re: [3] Le hasard fait bien les choses [Cadell]    Mer 20 Avr - 3:31

    En voyant Cadell debout les bras croisés au centre de l'ascenseur qu'elle voulait prendre Méira arrêta de se dandiner bêtement et de chantonner pour regarder le gallois avec de grand yeux étonnés, elle croyait rêver, jamais elle n'aurait cru rencontrer une nouvelle fois Cadell dans un pays aussi grand que les Etats Unis d'Amérique. Au évidemment le monde des chasseurs est minuscule, mais le grand gaillard avec qui elle avait passé presque dix ans de sa vie avait quitté le milieu depuis prêt d'un an et elle avait toujours bien fait attention de ne pas croiser sa route... Enfin bref, maintenant elle ne pouvait plus fuir et c'est pour cela qu'elle esquissa un petit sourire - presque aguicheur - devant celui qui lui avait servit de père de substitution. S'avançant vers lui elle passa sa main dans sa longue chevelure brune avant de ricaner quelques secondes en entendant la première phrase qui sortie de la bouche de l'européen. C'était drôle, mais digne du personnage, la belle jeune fille sortie alors les clés de la voiture avant de lui dire en souriant

    "Mais une fille prend toujours soin de ses affaires tu devrais le savoir..."

    Évidemment qu'elle avait prit soin de cette voiture, c'était vraiment une pièce de collection magnifique à laquelle elle tenait par dessus tout d'autant plus qu'elle lui servait souvent de chambre lorsqu'elle n'arrivait pas à trouver de Motel ou lorsqu'elle n'arrivait pas à arnaquer un ou deux chauffeurs poids lourd. Elle s'approcha du gallois, elle ne savait pas que faire et elle ne savait même pas ce qu'il voulait et elle allait donc user de l'arme qu'elle maitrisée le mieux depuis qu'elle avait abandonner Cadell : La séduction. Toujours avec son petit sourire charmeur elle posa une main sur l'épaule de son ancien compagnon de route avant de lâcher ces quelques mots :

    "Ça fait un... Baille..

    Malgré son apparente tranquillité la jeune femme était tout de même chamboulée par la présence pour la moins inattendu de cet homme qu'elle avait tant aimé et tant fuis... S'approchant encore un peut de lui elle dit en souriant :

    "Si tu veux j'ai quelques bières dans le frigo de ma chambre.... Elle ne sont pas super, mais après tout cela ne nous as jamais dérangé. Enfin cela ne t'as jamais dérangé pardon....

    Tout en rangeant les clés de sa voiture dans sa poche elle attendit la réponse de Cadell.
Revenir en haut Aller en bas

Invité


Invité





MessageSujet: Re: [3] Le hasard fait bien les choses [Cadell]    Jeu 21 Avr - 6:56

« Cadell ne quittait pas Meira des yeux; il semblait chercher quelque chose en cette jeune femme qui rappèlerait la petite fille qu'il avait connue. Pourtant, le gallois avait beau considérer ces formes avantageuses et sensuelles, ce visage à la fois angélique et trompeur, il ne retrouvait rien. D'ailleurs, c'est à peine si le motard avait reconnu Meira. Celle-ci avait tellement changé. Mais après tout, qu'espérait-il? Rencontrer à nouveau l'enfant qu'il avait appris, certes difficilement, à apprécier? Cadell n'emploierait jamais le verbe « aimer » et pour cause, il trouvait sa conjugaison bien trop foireuse. Quoiqu'il en soit, ce n'était pas peu dire qu'il était perplexe. Cela pouvait sembler étrange – ces retrouvailles. Ou pis, qualifier leur relation de « perverse ». Bien qu'elle paraisse l'avoir été, ce n'était pas le cas : le gallois n'avait jamais considéré Meira comme sa propre fille. Non, au contraire, Austin s'était plutôt vu en elle : des orphelins. Lui avait su apprendre la vie, seul, à la dure et sans ménagements. Mais Cadell n'avait pas assisté au massacre de ses parents. Un enfant ne pouvait rarement supporter une telle épreuve; Meira avait fait mieux, elle l'avait surmonté. Le mercenaire avait remarqué en elle cette force, et une singularité qui avait fini de le convaincre : elle serait son élève. Certes, il n'avait pas toujours été tendre avec la jeune fille, et encore moins affectueux : bougon, râleur et renfermé, Cadell n'avait pas été une figure paternelle digne de ce nom pour la jeune orpheline. Or sa compagnie offrait à cette dernière sécurité et savoir. Peut-être avait-elle trouver un peu d'affection dans les apprentissages et conseils donnés... Le gallois l'ignorait. Puis, au fil des années, leur relation avait évolué. Assurément trop. Néanmoins, Cadell ne s'en voulait nullement d'avoir été l'amant de Meira – bien entendu il aurait souhaité que les choses finissent différemment. Il avait eu un seul regret; celui de ne pas avoir pris la peine de se déclarer à la jeune femme. Or, dans l'état dans lequel il se trouvait à l'époque, le mercenaire ne se comprenait pas lui-même... Car c'était le foutoir complet dans ses désirs et sentiments. Aujourd'hui, tout semblait plus clair. Pourtant, revoir la jeune chasseuse, ainsi, avait réussi à déstabiliser l'homme pour quelques secondes. Mais à présent, les bras croisés, Austin semblait attendre quelque chose. Une réponse? Oui, une question brulait ses lèvres depuis maintenant deux ans : pourquoi s'était-elle enfuie? Il ne savait s'il aurait un jour la réponse à cette demande et pour cause, Meira était une des femmes les plus imprévisibles jamais rencontrées par le britannique. L'homme resta de marbre devant le sourire espiègle de la jeune femme, ce qui pouvait passer pour un exploit aux yeux de la gente masculine. En effet, même si Cadell se contentait – pour son bien et celui de la principale intéressée – de qualifier celle-ci de « jolie », il ne fallait pas se voiler la face, elle était simplement superbe et Dieu sait bien que le gallois avait toujours eu une préférence pour les brunes. Austin haussa un sourcil lorsque Meira se mit à glousser. Qu'essayait-elle de faire, ou prouver? C'est vrai que maintenant, elle ne pouvait plus voler la voiture de Cadell et s'enfuir sans crier gare. Assumer ses actes? Le mercenaire l'avait trop bien formée pour qu'elle se formalise sur ce genre de foutaises. Il déclara posément d'un ton neutre : « Et tu devrais savoir que je faisais allusion à ma voiture et donc logiquement, à mes affaires. » Néanmoins, le ton était assez brusque. Puis le chasseur regarda Meira approcher d'un œil circonspect; il était sur ses gardes. Il tourna le regard vers la main de la demoiselle posée sur son épaule. Impénétrable, l'homme commençait à être de mauvaise humeur. Pour qui la jeune femme le prenait-elle? Un pantin qui agissait sous l'effet de ses beaux sourires? Vraiment? Cadell était déçu. Il s'approcha également de sa compagne, et quand les deux furent relativement proches, il se dégagea doucement mais assez fermement de la main posée sur son épaule. « Dans ce genre de situation, la séduction n'est pas la meilleure arme – au contraire. Retiens-le, cela t'évitera quelques... désagréments. Excepté pour ces illettrés de chauffeurs. Quant à ton offre, je me vois dans l'obligation de la refuser. Après tout, tu n'as pas eu cette attention après avoir quitté le dernier motel où l'on s'est trouvé ensemble. » Mais déjà, leurs souffles se mêlaient et leurs corps se frôlaient. Cadell pouvait sentir la poitrine de Meira contre son torse, au rythme de sa respiration. Finalement, il leva les yeux au ciel et lâcha un juron en gaélique. Cadell préféra s'éloigner de la jeune femme, et tandis qu'il passait un main sur le long de sa mâchoire, il formula dans un murmure ses pensées : « Comment avons pu en arriver là? »
Revenir en haut Aller en bas

Invité


Invité





MessageSujet: Re: [3] Le hasard fait bien les choses [Cadell]    Jeu 5 Mai - 4:01

    Troublée par la présence de l’homme qui l’avait élevé, troublée par la présence de l’homme qu’elle aimait en secret Méira tenta d’utiliser sa meilleurs arme c'est-à-dire la séduction, mais elle se rendit rapidement compte que ce bon vieux Cadell n’avait rien à voir avec les dizaines et les dizaines de chauffeurs qu’elle avait peut séduire et arnaquer depuis qu’elle voyagée en solitaire. Elle savait très bien que le gallois qui était juste en face d’elle ne faisait pas partie de cette catégorie d’idiots et celui-ci lui fit rapidement savoir avec une remarque particulièrement acerbe qui fit soupirer la jeune brune. Apparemment ce vieux râleur n’avait pas changé et il continuait toujours à parler d’une manière particulièrement agaçante, mais cela ne fit ni chaud ni froid à la chasseuse qui le connaissait mieux que personne et qui savait très bien passer outres les quelques phrases désagréables de Cadell. Bien au contraire en entendant la voix de son ancien tuteur son cœur commença à battre la chamade, elle ne voulait pas le montrait mes c’était presque impossible, on pouvait presque entendre les battements de son cœur dans tout le corridor de l’hôtel et pour cacher cette sensation qu’’elle trouvait particulièrement dérangeante et humiliante elle mordilla légèrement et discrètement un bout de sa lèvre inférieure avant de faire un grand sourire au gallois et de s’approcher de lui, en le voyant faire quelques pas en arrière pour s’éloigner d’elle elle commença à rire avant dire :

    « Que ce passe t’il ? Je ne suis pas une succube tu sais, je tente simplement de ne pas être trop désagréable… »

    Elle continua à rire avant de passer délicatement ses bras autour du cou de son ancien protecteur et tout en passant sa main dans les cheveux du grand gaillard qu’elle avait en face d’elle Méira s’adressa à lui avec un ton mielleux :

    « Si je t’invite à venir boire c’est simplement pour me faire pardonner de notre dernière rencontre et pour que cette fois-ci nous nous quittions de façon plus formelles… Ne t’inquiète pas je n’ai rien derrière la tête et je ne te prends pas pour un camionneur sans cervelle, disons que j’essaie juste de me faire pardonner… »

    Elle esquissa ensuite un petit sourire angélique et innocent digne de celui d’un petit chérubin avant de se mettre sur la pointe des pieds pour déposer un baiser sur la joue barbue de celui qui l’avait sauvé d’une attaque de loup garou il y a presque dix ans de ça. Ce quelle venait de lui dire était foncièrement sincère, en effet même si elle avait peur de lui et surtout peur de ses sentiments pour lui et de ce qu’il c’était passé lors de leurs dernière rencontre elle ne voulait pas tourner totalement le dos à un homme qui l’avait vu grandir pendant plusieurs longues années. Ses bras toujours placées autour du cou de l’européen et sa poitrine toujours collée contre le torse musclé de celui-ci elle lâcha un soupire en l’entendant marmonner, lâchant rapidement l’homme qu’elle avait en face d’elle elle prit un air beaucoup plus sérieux…

    « Réfléchit un peut… J’avais vingt ans, je te voyais presque comme un second père et nous… Enfin c’est compréhensible tu ne crois pas ? »

Revenir en haut Aller en bas

Invité


Invité





MessageSujet: Re: [3] Le hasard fait bien les choses [Cadell]    Ven 6 Mai - 6:18

« Cadell vit d'un mauvais œil le rapprochement de Meira. Et puis quoi encore, il n'allait tout de même pas craindre les avances d'une femme aussi jeune? Sérieusement, lui, Cadell Austin qui pouvait combattre aisément certaines créatures surnaturelles, reculait devant elle? Le gallois devint immobile, et un sourire narquois vint se peindre sur ses lèvres. Allons, c'était l'hôpital qui se foutait de la charité; Meira ne souhaitant pas être « désagréable »? Elle ne savait plus quoi inventait pour s'excuser, voilà la vérité. Peut-être regrettait-elle. Austin l'avait ardemment désiré – que la jeune fille éprouve quelques scrupules. Or c'était lui qui les avait eu ces foutus regrets. L'homme n'apprécia pas le rire, un brin moqueur de sa compagne. Il se souvint d'une phrase prononcée par un vieil ami coureur de jupon : « Ce qui fait l'horreur, c'est le désir, et le désir devient monstre ». Bien entendu, le chasseur n'assimilait pas Meira à une succube, pourtant, quel était son moyen d'opération? La séduction. « Meira, Meira... Il y a d'autres manières de se montrer agréable, sans obligatoirement user de ses charmes. Bien que les tiens sont... Eh bien, ahem... convaincants ». Troublé, le chasseur porta une main à ses joues et il caressa un bref instant sa barbe de plusieurs jours. Il ne broncha pas lorsque la terrible demoiselle l'enlaça. Cadell lui lança un regard d'incompréhension. Encore une fois, que faisait-elle, que tentait-elle de prouver? Il la dévisagea, et arrêta rapidement l'observation. Il s'était trompé, Meira n'était pas seulement « jolie ». Il réprima un long soupir, ce genre de choses n'arrivait qu'à lui. Pauvre homme tourmenté par sa belle. Le gallois écouta sa réplique avec attention et circonspection. Eh bien, la demoiselle avait une drôle façon de vouloir se faire excusée. Si cela était ainsi avec toutes les personnes avec qui elle avait des différents... Cadell ne préféra pas l'imaginer. Et de plus, lorsque la jeune femme affirmait qu'elle n'avait aucune arrière pensée, Austin ne la croyait point. Peut être qu'il ne s'agissait pas d'une intention relevant du domaine charnel, mais autre chose. Oh, peut-être voulait-elle parler du bon vieux temps? Qu'elle l'avait toujours considéré comme une figure paternelle et autres foutaises? Si tel était le cas, Cadell avait raison de se montrer aussi distant. Un sourire ironique du chasseur fit écho à celui qui se voulait angélique de son ancienne protégée. Si elle croyait l'avoir par cette mine innocente, c'était raté. Malgré les années qui s'étaient écoulées, Austin pouvait toujours reconnaître les subterfuges de la belle. Et puis, il lui avait appris une bonne partie de son savoir. L'homme décida d'entrer dans son petit jeu. Il enlaça à son tour la jeune femme, faisant habilement monter Meira pour qu'elle puisse enrouler ses cuisses autour de la taille du motard. Celui-ci pivota sur ses pieds et plaqua la demoiselle contre le mur. Il eut envie de lui dire « Oh, mais tu fais un bisou à ton petit papounet? », mais il trouva cette remarque caustique et mesquine. Cadell emprunta un ton faussement compréhensif lorsqu'il déclara : « Bien sûr Meira, je ne doute pas de tes bonnes intentions... Un petit verre avec ton tuteur, puis un petit bisou sur sa joue et après quoi? On se sert la main, on se tape la bise et on se souhaite bonne continuation? C'est ça que tu veux? Une touchante réconciliation? Navré de te décevoir, et puis... je n'ai pas très soif ». Austin aurait pu poursuivre en disant que manifestement, quelque chose lui avait coupé sa soif et son appétit. Moqueur, et râleur comme il l'avait toujours été, le chasseur ne voulait pas donner la joie de fausses retrouvailles à son ancienne élève. Quelques mots lui échappèrent alors : « Oh, mais peut-être as-tu prévu un repas de famille? ». L'éclat de ses yeux bleus était étrangement froid, contrastant avec la douce chaleur émanant de son corps. Il sentait à nouveau la délicieuse poitrine de Meira contre son torse, et il déglutit péniblement. Le regard du gallois était à la foi sombre et intense; scrutant celui de sa compagne, et dérivant vers les lèvres tentatrices et sensuelles. Une folle tension s'était installée entre eux, accentuée par le silence qui avait suivi la dernière réplique du motard. Celui-ci approcha son visage de celui de la jeune femme, et de ses lèvres entrouvertes, tout prêtait à croire qu'il allait lui donner un baiser. Il en avait assurément l'envie, depuis qu'il l'avait vue dans l'ascenseur. Mais avec sa dernière volonté, il redressa la tête et répondit : « Oui, je sais. Et maintenant? ». Il regarda à nouveau Meira, et avec sincérité et sans railleries il ajouta d'une voix basse : « Tu veux que je vienne avec toi dans ta chambre? Tu as conscience de ce que tu me demandes j'espère... A la fin Meira, qu'est-ce que tu attends de moi? »
Revenir en haut Aller en bas

Invité


Invité





MessageSujet: Re: [3] Le hasard fait bien les choses [Cadell]    Ven 6 Mai - 12:53

    En entendant Cadell parler la jeune femme s’éloigna un petit peut de lui et son regard jusque là charmeur et aguillé s’assombrit subitement elle n’aimait pas l’attitude de son ancien tuteur. Evidemment elle connaissait le bonhomme et elle savait très bien qu’il n’allait pas lui sauter dans les bras en lui parlant du bon vieux temps, mais elle s’attendait à un peut plus de sympathie, de nostalgie. Posant lentement son pouce et son index sur son le haut du visage la jeune femme commença à se masser doucement le front sans lâcher Cadell du regard, plus elle le regardait et plus elle se disait que ce grand gaillard n’avait pas changeait d’un poil cela l’agacé mais en même temps elle ne pouvait pas s’empêcher de frémir à l’idée d’avoir l’homme qu’elle aimé en face d’elle. S’éloigna de lui à reculant elle s’adossa contre le mur le plus proche avant de lâcher un long soupire digne de ceux de Cadell avant de marmonner…

    « Tss… J’aurais du m’en doutais… J’aurais du envoyer Alex chier et lui dire de se débrouiller seul, mais non il a fallu que j’accepte, trop bon trop con comme on dit… Finalement j’aurais du continuer mon petit business pour éviter la route d’un gros gallois grincheux ! »

    Car oui quelques jours auparavant elle avait était contacté par le vieux Alex D. un vieil ami de son père, mais aussi un très bon ami de Cadell qui lui avait demandé de l’aider pour une chasse ou quelques chose du genre, en tous cas elle avait accepté cette mission tout en sachant qu’elle risquait voir de se retrouver en face de l’homme qu’elle avait quitté il y a deux ans. Tout en ôtant la veste en cuir qui recouvrée le haut de son corps, Méira s’approcha de Cadell avec un regard quasiment glacial :

    « Quoi tu pense vraiment que j’ai envie de te mettre dans mon lit ? Tu pense vraiment que je vais me comporter comme une marie couche toi là juste pour me faire pardonner ou pour faire je ne sais quoi ? Non sincèrement, bien que cette fameuse nuit fut particulièrement agréable et inoubliable je n’ai aucune envie de me retrouver en sous vêtement contre un mur, surtout aux cotés d’une personne que je considère comme un second père vois tu… »

    La magnifique brune soupira une nouvelle fois avant de croiser les bras et de faire quelques pas dans le petit corridor dans lequel elle se trouvait, après cette perte de temps inutile elle s’arrêta une nouvelle fois et d’un air beaucoup moins agacé et plus… Sentimental que tout à l’heure elle s’adressa de nouveau à l’homme qui l’avait vu grandir pendant plus de huit ans… :

    « Tu sais quand je me suis cassée avec ta vieille voiture je n’avais pas prévu de partir aussi longtemps, je voulais revenir après un ou deux jours, mais je ne savais pas comment faire pour revenir sans passer pour une idiote, j’avais peur d’affronter ton regard et pendant presque une année entière j’ai tenté de me montrer forte et de revenir, mais malheureusement j’étais comme une gamine qui venait de faire une bêtise, je ne savais pas comment faire et j’ai donc décidais de vivre ma vie, de devenir une chasseuse exemplaire, oh évidemment certaine de mes actions sont idiotes et pas très catholiques, mais malgré ça mon boulot de tueuse est impeccable ! Mais j’ai l’impression de m’éloigner du sujet là… Ce n’est pas un mal m’enfin… »

    Une larme commença à couler sur le visage de la jeune chasseuse, une larme que la jeune femme s’empressa d’essuyer ni vue ni connue, quoi que… Cadell avait surement du remarquer ce détail, quelques instant la brune leva les yeux vers le ciel, ou plutôt vers le plafond avant de croiser les bras une nouvelle fois et de s’approcher de Cadell, puis d’un geste brusque, imprévisible, mais néanmoins doux et presque enfantin la jeune femme passa ses bras autour du barbu avant de l’enlacer de toutes ses forces, qu’avait-elle ? Elle seule le savait, mais en tous cas elle ne voulait pas lâcher Cadell, et tout en le serrant contre elle avec toute la force qu’elle avait en elle, Méira murmura ces mots à l’oreille du chasseur.

    « Qu’est-ce que je veux de toi ? Comment veut tu que je te réponde alors que je ne connais même pas la réponse ? Pour moi tu es … Cet espèce de père idiot, bourru, mais doux et sympathique, tu es ce grand frère fort et courageux et tu es…. L’homme que j’aime le plus au monde que veux tu que je te dise ? Mes sentiments sont emmêlés et je ne sais même pas ce que je veux moi-même…. RAAAH… Je n’aimes pas être dans le doute.. Je n’aime pas ça… J’ai l’impression d’être dingue ! »
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: [3] Le hasard fait bien les choses [Cadell]    Aujourd'hui à 7:31

Revenir en haut Aller en bas
 

[3] Le hasard fait bien les choses [Cadell]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» merci que le hasard fait bien les choses
» neige en Normandie
» Evocation de PINOCHIO en monotype aquarelle
» Livre " Vite fait, bien fait "
» Tous ça me fait bien rire
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SYMPATHY FOR THE DEVIL ◈ BEDTIMES STORIES :: SAY GOODBYE TO THE WORLD :: archives :: RPG :: Throught the United States :: ON THE ROAD :: Les motels-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit