* Après la pluie... ▬ p v . Louisa



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Facebook  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 * Après la pluie... ▬ p v . Louisa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Sam Winchester


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : MARY-W.
✾ MA CÉLÉBRITÉ : J.Padalecki
✾ MES CRÉDITS : Dodixe
✾ MON MOI² : Zadkiel
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 11/07/2009
✾ MES MESSAGES : 45276

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 28 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Chasseur


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: * Après la pluie... ▬ p v . Louisa   Sam 1 Aoû - 9:41


Toute passion engorgée produit sa contre
passion qui est aussi malfaisante que la passion
naturelle aurait été bienfaisante.


    Ils avaient quitté le cimetière, quelques pas, des centaines de mètres à tout casser, quelques minutes passées dans le vide le plus complet, des minutes dont il ne cherchait pas à se souvenir tellement elles n'avaient pas d'intérêt. Ils avaient marché sous la pluie, après que l'esprit de la nonne ait finalement une nouvelle fois disparu, Sam se promettant en silence d'aller la tuer dès qu'il en aurait l'occasion, essuyant presque à tous les mètres le sang qui s'échappait de sa plaie inlassablement, comme pour rappeler que ce qu'elle avait fait, son intervention, ce qu'elle avait pu dire ou même sous entendre cette saleté de nonne était toujours là, entre eux, pour laisser planer ce silence alors qu'ils avaient marché sans même que Sam n'arrive à comprendre ce qui lui était arrivé et ce qui était en train d'arriver. Ce n'est qu'en sentant la chaleur de l'appartement de Louisa, et en sentant l'odeur de cette chaleur bien différente de l'odeur de terre et de pluie à l'extérieur que le Winchester avait reprit ses esprits, reconnecté à la réalité par cette question étrange du "qu'est ce que tu fous là mon vieux ?" qu'il était justement en train de se poser à ce moment précis. Mais... il était bien trop sonné et fatigué pour chercher à dire quoique ce soit ou pour même trouver le courage nécessaire pour dire un truc du genre "je ferais mieux de faire ça en rentrant" pour pouvoir partir... mais avait-il vraiment envie de partir ? Oui hein, ça c'est de la question, voulait-il vraiment partir, après tout, il n'était pas très satisfait d'avoir été interrompu dans ce qu'il avait osé entreprendre avec Louisa dans le cimetière... comme si, ce fameux esprit s'était pointé comme un signe du destin, envoyé par Dieu ou il ne savait quel guss inconnu pour lui faire comprendre qu'il devait arrêter tant qu'il en avait encore temps. Il s'assit sur une chaise, sans vraiment s'en rendre compte encore une fois, sans doute sonné plus qu'il ne le pensait pas ce fameux coup qu'il avait pris en en se mangeant la tombe de l'autre gars qui s'était fait enterré pile à l'endroit où il avait été balancé par la nonne. Haussant les sourcils par un mécanisme automatique et provoquant une affreuse douleur qui le ramena subitement à la réalité alors que le sang s'égouttait encore plus vite de sa fameuse plaie à l'arcade, le Winchester passa une nouvelle main pour essuyer le sang qui coulait et ainsi se donner un aspect presque humain... presque. Laissant échapper un nouveau soupire à la fois de lassitude à l'idée d'être blessé à chaque fois qu'il venait à sortir dans cette ville mais aussi de fatigue après tous les événements qu'il venait de vivre à une heure pareille, Sam remarqua alors qu'en entrant dans l'appartement comme ça, il avait tout salopé sur son passage, de l'entrée jusqu'à la chaise où il était assis à ce moment précis. Se redressant comme frappé par la foudre pour laisser derrière lui une chaise plus trempée qu'il ne l'imaginait, le chasseur eut un nouveau soupire... il avait vraiment pas de bol des fois... ou on pouvait dire qu'il faisait tout pour ne pas avoir de bol. Haussant les épaules en voyant Louisa approcher, le Winchester murmura un faible "désolé" en désignant la chaise du regard d'un air pathétique à la "i lost my shoe" totalement désespéré. Comment il faisait pour avoir l'air autant blasé ? J'en sais rien, mais le pauvre quand même, il avait bien la honte, tout crado, fatigué de s'être mangé une tombe, mouillé des pieds à la tête et enfin avec une plaie béante au sourcil... il avait vraiment tout gagner ce soir, ou presque. Laissant son regard se poser sur la jeune femme quelques instants, Sam prit alors le temps de faire le vide du "négatif" dans sa tête pour se pencher sur le reste, après tout... il y avait aussi du reste. Il y avait eu du bien, jusqu'à ce que cette saloperie de nonne se pointe à nouveau ! Il ne savait pas vraiment comment Louisa s'était débarrassée de l'esprit... bon, ne prenez pas ça au sens propre du terme, il se doutait qu'elle avait utilisé son fusil encore une fois mais ce qu'il ne savait pas, c'est ce qui avait bien pu se passer à partir du moment où il avait été envoyé valdinguer contre la fameuse tombe et le moment où Lou l'avait rejoint devant cette même tombe, l'esprit disparu et la pluie tombant à nouveau à grosses gouttes sur eux. Remarquant qu'il avait sans doute encore une fois l'air con à rester silencieux face à cette chaise pathétiquement mouillée maintenant, le chasseur essuya presque machinalement encore une fois le sang qui continuait de couler de son sourcil. On pourrait presque croire qu'il saignait aussi de la main tellement elle était devenue rouge à force qu'il essuie le sang qui coulait sans s'arrêter, comme voulant le faire mourir d'une hémorragie. Mais non, comptez sur moi XD, il ne mourra pas d'une façon aussi pathétique, ce serait vraiment trop con, surtout maintenant si vous voulez mon avis. Esquissant un léger - encore une fois à son insu - froncement de sourcils, Sam retint une expression de douleur, faisant quelques pas vers Louisa. La fixant droit dans les yeux comme s'il avait peur qu'elle pique à nouveau une crise à cause de son regard fuyant, il se risqua à prendre la parole, brisant le silence de l'appartement, brisant le faible claquement que provoquaient les épaisses gouttes de pluie qui tombaient sur les vitres de l'appartement de la jeune femme. S'il prit la parole, il n'osa pourtant pas tout contact avec la jeune femme, s'attendant peut-être à ce que l'intervention de l'esprit ait changé quelque chose entre eux, bien malgré lui cette-fois.

    « T-tu vas bien ? »

    C'était sans doute un peu débile comme question, il aurait peut-être dû la poser lorsqu'ils étaient là bas, dans ce cimetière sous la pluie, ou peut-être alors qu'ils marchaient dans ce silence que Louisa avait peut-être trouvé gênant ou voulant dire un peu trop long. Ah, décidémment, pauvre Sammy condamné à toujours se poser des tonnes et des tonnes de questions sur ce qui pouvait arriver s'il faisait ci, ça ou ça encore. Décidément, on en revient encore à cette histoire de psy qui ferait un diagnostic tordu qui m'est complètement inconnu en ce moment même. Perdu dans le regard de Louisa qui lui faisait face à ce moment précis, Sam se surprit à repenser à leur baiser, ce fameux baiser qu'il lui avait donnée comme pour répondre à ses attentes... et certainement à ce qu'il avait voulu mais qu'il s'était interdit... et qu'il devrait peut-être s'interdire une nouvelle fois, maintenant qu'il avait encore une chance... ou peut-être pas. Ce baiser trop court à l'humble regard du Winchester, trop vite interrompu par cet esprit, trop vite achevé. C'est alors peut-être pour chasser cette pensée ou pour qu'elle ne voit pas dans ses yeux ce à quoi il en venait à penser que le Winchester baissa le regard vers le sol, sentant une nouvelle fois la lassitude s'emparer de lui alors qu'il repensait à l'apparition de l'esprit et à ce qu'il pourrait bien entraîner entre eux. Là encore, dans le silence qui régnait, Sam avait pour idée de dire un "désolé" qu'il tut bien malgré lui... Il l'avait laissée se débrouiller seule avec cette nonne, à plusieurs reprises qui plus est et il ne s'était même pas préoccupé de si elle allait bien ou non... ou avait semblé ne pas s'en préoccuper, peut-être qu'elle pensait ça après tout, qu'il s'en fichait parce qu'il n'avait pas posé la question plus tôt. Passant comme pour combler ses gestes une nouvelle fois sa main salie de sang sur sa blessure, le Winchester laissa planer le silence entre eux, ne trouvant définitivement pas quoi pouvoir dire pour qu'autre chose que le battement de la pluie ne brise ce qui pourrait s'apparenter sans doute à tord à un malaise.


Suite de ça : [x]


Dernière édition par Sam Winchester le Dim 2 Aoû - 12:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Louisa Delacroix


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Megalyn
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Zooey Deschanel
✾ MES CRÉDITS : Megalyn & Shiya
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 13/07/2009
✾ MES MESSAGES : 999

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Infirmière


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: * Après la pluie... ▬ p v . Louisa   Sam 1 Aoû - 12:23

    Il n’avait pas protesté. Il n’était pas en état, et elle-même n’était pas en état de l’empêcher de partir s’il le voulait. Mais il ne l’avait pas voulu, la suivant docilement jusqu’à chez elle. Lou se souvint brusquement de la fuite. Elle ne l’avait pas totalement réparée, mais espérait seulement que ça avait un peu tenu. Après la pluie, passer la serpillière chez elle alors que Sam était là n’était pas quelque chose dont elle avait particulièrement envie. Fort heureusement, ça avait tenu. Surtout que dans son état, elle serait allée réveiller le concierge et lui aurait cassé le nez.
    Sam saignait beaucoup. Elle tenta de se rassurer en se disant que, de toute façon, une plaie à la tête, ça saignait toujours beaucoup. Il n’empêchait, elle état inquiète. Elle entra donc dans son petit appartement, ravie, pour la première fois depuis son arrivée en ville, de le retrouver. Elle laissa Sam s’installer où il voulait. Il n’avait que l’embarras du choix : le canapé ou l’une des rares chaises. Elle en profita pour chercher serviettes, draps de bain et sa trousse de premiers secours.
    La voix de Sam la fit sursauter. Elle le regardait pourtant depuis déjà quelques minutes, faire des allers retours sur la chaise, qu’il semblait désolé d’avoir trempé. Il se faisait du souci pour grand-chose, ce n’était même pas les siennes. Mais elle était trop fatiguée pour se moquer de lui. Elle haussa les épaules, se mordant la lèvre et se maudissant d’avoir oubliée qu’elle en avait une meurtrie.
    Est-ce que ça allait ? Elle réalisa brutalement qu’elle l’avait ramené à son appartement, qu’il était trempé, qu’elle ne le laisserait pas partir dans cet état mais qu’elle n’avait que quelques draps de bain à lui offrir en attendant que ses vêtements soient secs. Pitié, qu’il ne soit pas aussi bien roulé qu’il n’en avait l’air sous sa chemise informe et sa grosse veste.

    « Euh… » fut la première réponse qui lui vint à l’esprit. Pas la meilleure. « J’aurais mal à l’épaule quelque temps mais à part ça, tout va bien. »

    Ça et le fait qu’elle avait affreusement envie de lui sauter dessus maintenant qu’elle l’avait imaginé à moitié nu. Elle déglutit péniblement. Ça allait être dur. Elle lui tendit une vieille serviette et lui signifia de s’essuyer le visage avec. Il valait mieux qu’il soit encore habillé lorsqu’elle lui ferait les points. Parce qu’une Lou avec une aiguille et les hormones en furie, c’était pas forcément bon pour un Sam à l’arcade ouverte. Elle s’installa face à lui, circonspecte. Il était vraiment trop grand. Elle allait devoir lui faire les points debout, car lever son bras gauche lui était quasi impossible.

    Il ne lui fallut qu’une dizaine de minutes. Sam ne semblait pas avoir trop souffert. Sous ses airs de nana pas du tout classe, Lou pouvait se montrer douce, fallait pas croire !
    Le silence entre eux était lourd de sous entendus flous. Un peu trop au goût de la jeune femme. Choisissant la fuite, elle se dirigea vers l’antique frigidaire et attrapa une poche de glace. Elle en avait toujours, au cas où. L’expérience lui avait montré que ce n’était pas aussi stupide que ça en avait l’air. Elle revint vers la table, laissant tomber les glaçons sur la table. Elle enleva son pull trempé, se retrouvant devant Sam avec un simple débardeur tout aussi mouillé. Elle sortir également deux verres et une bouteille de vieux bourbon, et remplit les verres.

    « J’aurais peut être dû te servir avant… » marmonna la jeune femme. « SANTE ! » ajouta t’elle en vidant son verre cul sec. Elle se resservit puis posa la poche de glace sur son épaule devenue un hématome plus qu’une articulation. « Je t’ai sorti des serviettes et des draps de bain. En attendant que tes vêtements soient secs. » L’image de Sam à moitié nu s’imposa à nouveau à elle. La nuit allait être longue…

_________________
    VICTOR HUGO DEMAIN DES L'AUBE Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe, ni les voiles au loin descendant vers Harfleur, et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Sam Winchester


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : MARY-W.
✾ MA CÉLÉBRITÉ : J.Padalecki
✾ MES CRÉDITS : Dodixe
✾ MON MOI² : Zadkiel
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 11/07/2009
✾ MES MESSAGES : 45276

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 28 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Chasseur


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: * Après la pluie... ▬ p v . Louisa   Dim 2 Aoû - 4:32


Nul ne rencontre deux fois l'idéal.
Combien peu le rencontrent même une fois !

OSCAR WILDE


    Elle allait bien... Sam baissa le regard vers l'épaule de la jeune femme, plongé dans une subite contemplation de cette fameuse épaule, avec un soupçon d'air désolé et un air quelque peu gêné de la voir blessée parce qu'il avait trop con pour pas avoir réussi à ne pas se faire surprendre par l'esprit. Mais bon, à croire qu'il apprenait vite, le Winchester garda le "désolé" qui résonnait encore dans son esprit une nouvelle fois pour lui, se contentant de croiser à nouveau le regard de la jeune femme pour lui faire comprendre d'un simple coup d'œil ce qu'il voulait bien dire. Comme pour briser ce silence et cette immobilité uniquement brisés encore une fois par ce la pluie qui coulait à l'extérieur contre les vitres de l'appartement, Louisa tendit une vieille serviette à Sam, lui faisant comprendre dans un geste qu'il pouvait l'utiliser pour sa plaie, ce qu'il fit un silence, tâchant très vite le linge par de nombreuses tâches de sang rouge qui continuait de s'échapper de cette foutue plaie qu'il avait au sourcil. Il s'était assis sans rien dire, laissant alors la jeune femme l'aider pour sa plaie, et restant sagement silencieux, comme s'il allait se faire engueuler s'il venait à dire quelque chose, ou peut-être trop plongé dans diverses pensées plus ou moins avouables pour votre petit cerveau de jeunets pour chercher des mots à dire. Il ne se sentait pas mal à l'aise dans ce silence, pour une fois, disons-le clairement, il n'allait pas chercher à le briser... pas pour le moment du moins. Sentant les gestes silencieux et doux de Louisa alors qu'elle refermait sa plaie sans même qu'il ne bouge, Sam essayait de ne pas trop grimacer à cause de la douleur ou du sang qui continuait de couler, histoire de ne pas être déformer à vie à cause d'un foutu esprit. Il ne pourrait pas dire combien de temps ça avait duré, les soins méticuleux et silencieux de la jeune femme, alors que lui, il se contentait de fixer le vide, ou de des fois laisser son regard se balader un peu partout autour de lui, quelque part, nulle part, il ne savait même pas où et puis, de toute manière ça n'avait même pas d'importance pour lui, il était bien trop fatigué et concentré sur son silence pour chercher où poser intelligemment son regard. Elle finit les points assez vite, sans même que le Winchester ne s'en soit rendu compte avant qu'elle ne s'éloigne assez subitement de lui, fuyant peut-être ce silence qui s'était installé sans déranger Sam qui n'avait alors pas chercher à le rompre, peut-être à tord. La suivant du regard alors qu'elle revenait près de lui avec une poche de glace pour son épaule, le Winchester continuait de rester presque pathétiquement silencieux. C'est vrai quoi ?! Vous, quand vous lisez ça là, vous avez pas l'impression qu'il a l'air un peu ridicule sur sa chaise comme un crétin à rien dire ?! Moi j'ai l'impression et ça me saoule pas mal, mais bon, je m'égare là, non ? Ah je sais, vous vous étiez dit "ce coup-ci pas d'intervention de l'autre tordue" eh bah si, me voilà pour vous pourrir la vie et encore plus ce suuuper moment de platitude extrême de mon rp trop pourri pour le moment ><. J'en suis frustrée, un truc de fou... mais là j'ai THE musique adaptée XD alors ça devrait mieux aller, je vais la faire tourner en boucle pour me motiver haha. Elle enleva son pull, tout juste devant Sam, découvrant un simple débardeur presque invisible car mouillé par la pluie (anhhh, une réflexion presque digne de Dean, je descends vraiment bas des fois !!! ><). Esquissant un léger sourire en la suivant encore du regard la voyant sortir sa bouteille de bourbon, le Winchester se laissa servir en silence, alors qu'elle s'asseyait sur la chaise à côté de lui, en silence... ou presque. Elle avait marmonné quelques mots, que le chasseur ne prit pas la peine de discuter avant qu'elle ne reprenne la parole en buvant d'un coup son verre. Jetant un regard rapide à la jeune femme tout en restant encore et toujours silencieux car apparemment appréciant passer pour un type devenu subitement muet ou ne sachant rien dire d'autres hormis des phrases aussi perspicaces que "désolé"... il était vraiment malin en ce moment. Buvant son verre cul sec aussi, avec un peu de chance, ça ferait passer la douleur qui lui traversait tout le front maintenant. Posant son verre sur la table dans une légère grimace qui en disait long sur ce que venait de faire l'alcool sur son cerveau déjà déménagé par l'esprit de la nonne, le Winchester acquiesça encore en silence aux paroles de la jeune femme, laissant son regard se poser sur les fameuses serviettes qu'elle lui avait réservées. Se relevant toujours en restant silencieux parce que finalement, il ne savait pas trop quoi dire... il devait faire quoi ? Dire "merci" comme un gosse qui reçoit sa récompense ou se mettre à maudire à haute voix cette saleté de nonne ? Ou dire encore tout haut ce qu'il pouvait bien penser en ce moment à travers ce silence "flou de sous entendu" ? Euhm, non, non et non, alors mieux valait-il qu'il reste silencieux. Et puis d'ailleurs, il s'y était fait, à l'idée de rester silencieux, encore plus maintenant qu'il avait encore l'esprit tourneboulé par l'alcool qu'il venait de boire - ouais pas beaucoup je sais - malgré ses esprits déjà pas mal esquintés. Dans un mouvement (digne d'un "chipendale" qui a besoin de fric, enfin ça, c'est une appréciation personnelle), il enleva sa veste trempée plus qu'il ne l'imaginait u____u pour découvrir une chemise digne d'un fermier sorti de Superman les aventures des années 40 (la chemise typique Winchester quoi) tout aussi mouillée... eh bah, s'il avait su. Poussant un soupire d'un air las parce que oui, il était las et fatigué et il en avait marre de la pluie, marre de ces foutus points de suture qui lui faisaient mal, marre de plein de choses mais pas de tout, Sam attrapa une première serviette pour entreprendre de se sécher les cheveux (ouais, c'est utile me direz-vous, mais bon, faut bien commencer par un endroit et disons que le Winchester ne supportait pas d'avoir les cheveux qui gouttent encore plus sur ses fringues déjà mouillés). Passant quelques coups de serviette sur sa nuque trempée ainsi que les quelques mèches de ses cheveux qui gouttaient bel et bien, le Winchester stoppa son geste en voyant Louisa avec sa poche de glace en train de se tortiller dans tous les sens sur sa chaise pour essayer d'appliquer la glace sur l'hématome bien visible sur son épaule. Laissant la serviette sur la pile que faisaient les autres, le chasseur se dirigea vers la jeune femme. Arrivant près d'elle de trois quart, Sam lui prit la main, avant de prendre la poche de glace pour l'aider à se relever. Se postant dans son dos, il dégagea son épaule, puis sa nuque des cheveux noirs et mouillés qui continuaient de coller à la peau de son épaule, faisant avec douceur pour ne pas risquer de lui faire mal à l'épaule, mais tout en restant silencieux, comme si briser le silence à cet instant précis serait comme briser le moment qu'ils partageaient, même si pour ça, il devait passer pour un crétin fini qui sait pas parler. Une fois l'épaule dégagée de toute mèche de cheveux et le bleu bien mis en évidence sur la peau tout juste couverte par une bretelle de débardeur de la jeune femme, le chasseur appliqua doucement - avec une douceur dont il ne se savait même pas capable, c'est dire ! - la poche de glace sur l'épaule de Louisa, espérant encore silencieusement ne pas lui faire mal. Elle, elle ne lui avait pas fait mal en refermant la plaie saignante à son sourcil, alors il pouvait au moins en faire autant pour une fois. Il avait posé son autre main sur l'épaule encore valide de la jeune femme et ne se rendit compte que maintenant du contact chaud de la peau de Louisa contre celle dure et rêche de sa main. Posant silencieusement son regard sur cette même main alors que l'autre maintenait la poche de glace, Sam se surprit à caresser avec délicatesse le doux grain de peau de la jeune femme, en silence toujours, et avec cette même délicatesse qui l'habitait quand il en venait à se trouver avec elle. Les yeux rivés sur cette fameuse main qui continuait ce faible mouvement de caresse contre la peau de la chasseuse, Sam n'arrivait pourtant pas à faire cesser cet infime mouvement, comme si aucune partie de son être ou de son esprit n'avait la force d'arrêter... ou tout simplement la volonté d'arrêter. Ah, c'est encore digne du plus grand classique d'on ne sait quoi jamais connu, ça peut paraître culcul aussi u___u et d'ailleurs ça me saoule un peu, mais je suis une fille, que voulez-vous x) il faut de l'amouuuur, de la tendresse... je m'appelle pas "deanjesauteunefilledanslesvestiairesavecsonteeshirtàlamain". Bref... je vais aller me cacher moi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Louisa Delacroix


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Megalyn
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Zooey Deschanel
✾ MES CRÉDITS : Megalyn & Shiya
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 13/07/2009
✾ MES MESSAGES : 999

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Infirmière


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: * Après la pluie... ▬ p v . Louisa   Dim 2 Aoû - 11:22

    Il but son verre tout aussi cul sec qu’elle. Il avait une bonne descente. S’il pouvait avoir une aussi bonne chute de reins, voire meilleure. Lou déglutit. Elle ne devait PAS avoir de telles pensées. Le bourbon était fort, elle ne tiendrait pas plus de trois ou quatre verres dans son état. S’il en était de même pour Sam… Non pas que ça la dérangeait tellement que ça finisse au lit. Enfin, puisse finir. Bref. Mieux valait ne pas y penser. Surtout pas. Penser à… Elle le regarda enlever sa veste. C’était cruel de faire ça sous son nez. Il pensait vraiment qu’elle allait rester de marbre, sans déconner ? Il entreprit ensuite de se sécher les cheveux. Lou préféra cesser de l’observer de la sorte, elle était capable d’y voir quelque chose de sexuel. D’ailleurs, si elle ne voulait pas se taper un bras en écharpe, elle aurait tout intérêt à mettre la glace un peu plus arrière. Ce qui se révéla mission impossible. Son bras valide n’était pas assez long et, malgré toutes ses contorsions, elle n’y parvint pas. Vie de merde !

    Elle se sentit soudain observée. Elle redressa la tête et sentit la main de Sam sur la sienne. Il l’aida à se lever et elle s’exécuta, légèrement perplexe. Il prit la poche de glace et, écartant les longs cheveux encore trempés, et posa ladite poche à l’exact endroit où elle tentait désespérément de le faire. Elle déglutit difficilement. Malgré sa douceur, Sam lui avait fait mal. Elle aurait bien pris un tube d’aspirine. Non, une bonne lampée de bourbon. Mais la bouteille était trop loin et Sam la tenait un peu trop fermement. Sans parler de la voluptueuse façon dont il lui caressait son épaule valide, l’air de rien. Fort heureusement (pour elle, tout du moins), elle lui tournait le dos et il ne pouvait voir à quel point cela lui faisait de l’effet. Mais elle avait si chaud au visage et à la nuque qu’elle se dit que peut être son cou était écarlate. Ou allait le devenir sous peu. A moins qu’elle ne fasse fondre la glace.

    « Sam… »

    Elle ne savait pas vraiment ce qu’elle avait voulu dire. Dès qu’il rapprochait sa main de l’endroit plus particulièrement sensible de la jeune femme, elle oubliait subitement qui elle était. Elle laissa échapper un soupir qui en disait long sur ce qu’elle ressentait. Et puis d’abord, pourquoi elle n’avait pas le droit de lui infliger pareil ? Elle se retourna brusquement et croisa son regard… Surpris ? Brûlant ? Rayez la mention inutile ? Elle ne prit pas vraiment le temps de vérifier, à vrai dire. Ni celui de faire attention à son bras meurtri. Elle l’embrassa avec ardeur, sans réfléchir. A quoi bon ? Il en avait envie tout autant qu’elle et là, il aurait menti s’il avait osé prétendre le contraire.

    Ils étaient bien mouillés, à l’instar de leurs vêtements. Elle défit un à un les boutons de la chemise de Sam, songeant intérieurement que les carreaux, c’était pas la meilleure idée qu’il ai eu niveau look. Ni la forme de ladite chemise, d’ailleurs, lorsqu’elle commença à voir son torse et ses bras parfaits. Un athlète de haut niveau n’aurait pas eu un aussi beau corps. N’écoutant que son envie (et ses hormones, surtout), elle le fit tomber sur le canapé, ne tardant pas à le rejoindre. C’était lui qui avait commencé, de toute façon. Et elle était bien décidée à lui payer. A califourchon sur lui, elle entreprit de lentement passer les doigts sur chacun des pectoraux du jeune homme…

_________________
    VICTOR HUGO DEMAIN DES L'AUBE Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe, ni les voiles au loin descendant vers Harfleur, et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Sam Winchester


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : MARY-W.
✾ MA CÉLÉBRITÉ : J.Padalecki
✾ MES CRÉDITS : Dodixe
✾ MON MOI² : Zadkiel
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 11/07/2009
✾ MES MESSAGES : 45276

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 28 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Chasseur


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: * Après la pluie... ▬ p v . Louisa   Lun 3 Aoû - 4:04


Celui qui se perd dans sa passion
perd moins que celui qui perd sa passion.


    Elle avait juste rompu le silence avec ce simple mot "Sam", un simple prénom que des milliers de personnes avaient déjà prononcé face au Winchester, mais qui ne l'avaient jamais fait ainsi, l'interrompant dans sa délicate attention, se tournant vers lui pour le fixer droit dans les yeux, alors qu'il soutenait son regard comme pour lui en dire bien long d'un simple coup d'œil. Et puis elle l'avait embrassé, encore une fois, avec fougue, passion brûlante mais sans le surprendre pour une fois. Le Winchester ne prenait même plus le temps de réfléchir, lui rendant son baiser avec cette même passion, lâchant la poche de glace sans même s'en rendre compte pour passer une de ses mains dans les cheveux de la jeune femme (vous remarquerez, si vous aimez comme moi regarder les scènes de cul de Sam qu'il est très tactile avec les cheveux XD) pour laisser son autre main sur poser à nouveau sur sa hanche, comme dans le cimetière, mais s'en rendant cette fois-ci très bien compte et n'ayant aucunement l'intention de l'enlever de là, pas pour le moment du moins. Leur baiser fougueux partagé pendant un long moment (bah ouais, faut au moins ça quand même), Louisa avait entreprit d'enlever (trèèèèès lentement comme pour déguster ce que cela allait découvrir *0*) la chemise de Sam pour découvrir son torse encore assez mouillé par le tissu qui avait collé à son corps depuis pas mal de temps. Dehors, il continuait de pleuvoir dru, mais le Winchester n'entendait même plus le bruit de la pluie contre les carreaux, se concentrant sur le moment présent qu'il était en train de partager avec Louisa, à tord ou à raison, ça aussi, il n'avait pas pris le temps de s'en préoccuper. Partageant un nouveau baiser avec la jeune femme, Sam passait une nouvelle fois ses mains dans les cheveux de Louisa, cherchant encore et toujours à garder une forme de délicatesse avec elle, comme s'il avait peur de lui faire mal ou quelque chose dans le genre. Alors qu'on a bien lu que ce n'est pas le genre de "Jared" dans son "test sexuel" dans lequel ils disaient qu'il était assez brutal et qu'il imittait la jungle à lui tout seul, un super test entre nous. Bref, là encore je m'égare, mais vous savez, décrire des ébats sexuels, ça chauffe sérieusement les hormones, même si la fenêtre de ma chambre est grande ouverte, j'ai quand même tout mon corps en ébullition XD alors laissez moi fantasmer sur Jared quelques instants... c'est bon. Se laissant tomber sur le canapé le chasseur fut très vite rejoint par la jeune femme et heureusement d'ailleurs, car encore entre nous, il se serait retrouvé bien con si elle n'était pas venue XD. A califourchon sur lui (whouuuu position coquine !! *sbaff*), Lou avait alors entreprit de laisser ses doigts gambader un peu partout sur le torse découvert de Sam depuis qu'ils avaient abandonné son horrible chemise vieille comme le monde il ne savait même pas où dans l'appartement (jor, comme dans les séries où y'a un peu tout partout... sex and the city et toutes ces conneries pour célibataires). Alors qu'il sentait un léger frisson lui lécher l'échine (ahnh, c'est encore plus torride en disant "lécher"... ouais bon, j'ai mis l'astérisque qui signifie "âmes de nonnes s'abstenir", alors si vous êtes pas contents... cassez-vous comme on dit bien), le Winchester esquissa un léger sourire à l'égard de Louisa, croisant quelques instants son regard (ahn, attendez c'est THE chanson "samfaitl'amouràlou"). Il n'eut qu'à se redresser de quelques centimètres pour rencontrer à nouveau les lèvres de la jeune femme et les embrasser une nouvelle fois, laissant cette fois-ci sa main se balader le long de la cuisse de la jeune femme, puis sous ce simple débardeur qui était plus encombrant qu'autre chose à ce moment précis, avouons-le, c'est toujours gênant un truc pareil dans un moment comme celui-ci. Sentant la peau douce et chaude de Louisa sous ses mains, le Winchester eut un nouveau frisson (de plaisiiiir haha encore une fois), après tout, peut-être que c'était vraiment ça qu'il avait attendu... alors il avait essayé de la repousser, mais finalement bien vainement et maintenant, ils se retrouvaient sur son canapé, à faire des trucs de grands que Sam ne regrettait au final pas... car au fond, ne croyez pas, ils n'étaient pas poussés par un désir seulement sexuel, c'était plus, de toute manière, ça avait toujours été plus que ça avec quelqu'un comme Sam... se taper une fille pour se la taper, il ne l'avait jamais fait... enfin, pas lorsqu'il avait eu l'esprit clair comme là. Alors oui, je pars sur un laïus de dix plombes sur le pourquoi du comment Sam fait l'amour... lui, il le faisait avec passion, parfois fougue et une forme d'animosité qui n'étaient éveillées par plus qu'une simple envie de s'envoyer en l'air, une forme de désir oscillant entre le désir charnel et le désir amoureux... oui, c'était vraiment bizarre des fois, l'esprit de Sam. Là encore, ce sont mes propres pensées de rpgeuse qui sont traduites ici, pensez bien que le Winchester ne pense pas à ce moment précis à comment et pourquoi il était en train de faire les trucs de grands avec Louisa... mais comme je le dis si bien, il pense en ce moment même et fait tout simplement des trucs de grands que vos regards de chastes adolescents ne doivent pas connaître... et que mes doux doigts de jeune fille innocente (oh, si seulement c'était vrai), ne doivent pas écrire. Tout ce que vous pouvez savoir avec vos petits yeux obsédés ou pas, c'est que pendant ce moment qu'il venait de partager avec Louisa, Sam s'était abandonné à elle (ouahhh, ça fait encore très romantique et très fille) sans concession, comme il ne l'avait même pas fait avec Ruby, parce qu'au fond, il n'avait jamais rien ressenti d'autre qu'une dépendance à son égard malgré la fougue qu'ils y mettaient à chaque fois qu'ils se retrouvaient tous les deux dans un lit ou un lieu approprié pour le faire. D'ailleurs, je vous ai dit qu'ils l'avaient fait dans la voiture de Dean ? *sbaff* je m'égare et mieux vaut qu'il le sache pas, non ? Là encore, je sais je le dis souvent, ce sont mes pensées tordues, mais peut-être moins tordues que celles de Sam, qui sont décrites ici... faut pas me lancer sur le sexe, je pourrais écrire un roman... heureusement que le temps file à une vitesse folle. Ah, d'ailleurs les Rolling Stones commencent le dernier refrain de Fool to cry, il faudrait peut-être que je m'agite. Laissant ses désirs prendre part de son corps (ahn, ça fait bizarre dit comme ça) et oubliant tout ce qui pouvait arriver ou être arrivé avant ça, Sam avait laissé tout ce qu'il pouvait ressentir pour Lou et dans ce moment de chaleur charnelle qu'ils partageaient ensemble, l'envahir entièrement, lui vider son esprit, ses pensées, laissant juste en lui, cette passion brûlante qui lui chauffait le corps à bloc (je disjoncte à des heures pareilles, mais pour écrire des ébats, je suis sure que c'est plus facile le soir que le matin, non ?). Dominé par ses désirs retenus auparavant peut-être par ces remords et cette culpabilités tus, Sam avait pourtant veillé à garder cette forme de douceur encore, protégeant presque Louisa de chacun de ses gestes comme pour ne pas la faire souffrir, cherchant à ne lui donner que du plaisir à ce moment précis (je sais, mais astérisque, elle est dans le titre, alors encore une fois, si vous êtes pas contents, vous pouvez sortir ! ><). Il avait caressé sa peau avec délicatesse, bien que la peau de ses paumes soit assez abîmée par le temps, par les chasses et par tout ce qu'il avait pu vivre, il avait passé avec une forme d'apaisement les mains sur son corps, dans ses cheveux. Ils avaient partagé de délicats baisers, Sam ne se pensant plus aussi délicat depuis ses derniers ébats partagés avec une démone qu'il avait effacés de ses souvenirs depuis bien longtemps, sachant pertinemment qu'un tel acte uniquement guidé par la simple dépendance charnelle n'avait rien de comparable avec le désir plus profond qu'il avait ressenti à partager cet acte avec Louisa...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Louisa Delacroix


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Megalyn
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Zooey Deschanel
✾ MES CRÉDITS : Megalyn & Shiya
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 13/07/2009
✾ MES MESSAGES : 999

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Infirmière


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: * Après la pluie... ▬ p v . Louisa   Lun 3 Aoû - 13:22



    It's in the water baby,
    It's between you and me


    Les caresses de Louisa l’avaient lentement mais sûrement rendu à moitié fou. Elle l’avait vu dans son regard. C’était maintenant sa main dans les cheveux de la jeune femme qui la rendait folle à son tour. Le traître savait y faire, sous ses airs de chasseur coincé. Il savait même très bien y faire. Il se redressa, avant même qu’elle n’ait pu l’en empêcher, et l’embrassa. L’autre main du jeune homme habilement posée sur sa hanche. Lou ne souvenait même plus de son nom tant il lui faisait perdre même ses instincts les plus primaires par ses étreintes brûlantes.
    Il passa une main sous ce qui avait été autrefois, dans une vie et en un lieu où la pluie n’existait pas, un petit débardeur rose pâle. Elle ne put étouffer un gémissement en sentant sa peau rêche contre la sienne. Feu le débardeur ne fut plus qu’un lointain souvenir. La jeune femme ne pouvait s’empêcher de frissonner, le souffle rendu court par les mains baladeuses. Sam ne lui laissait que tout juste l’occasion de se venger. Qu’importe. Le moment adéquat de lui rendre la monnaie de sa pièce arriverait tôt ou tard.

    It's in the water baby,
    It's in the special way we fuck


    Il se décida enfin à cesser ses caresses plus que voluptueuses, la serrant contre lui pour l’embrasser. Esquissant un sourire, elle s’était laissée faire, oubliant complètement son épaule martyrisée. C’était à son tour de jouer. Passant les bras autour de sa taille, elle descendit lentement les lèvres sur son menton, suivant la courbure de sa mâchoire, pour finalement arriver dans son cou. Mais elle ne s’y arrêta pas pour autant, mordillant délicatement son épaule. Elle sentait chacun des émois qu’elle provoquait en lui tant il la gardait près de lui, et elle s’en délectait.

    « Ce n’est que le début, j'ose espérer que tu as conscience que je vais faire de ta nuit un enfer… » murmura t’elle à son oreille avec un sourire coquin. Il semblait décidé à jouer. Parfait, parfait…

    It's in the water baby,
    It's in your frequency,
    It's in the water baby,
    It's between you and me


    Sam était doux, malgré son corps d’athlète de haut niveau (pardon, je suis trop polluée par Michael Phelps >___< ). Bien plus que ce à quoi elle ne s’était attendue, malgré l’ardeur et la passion de ses gestes. Ce qui était bien loin de lui déplaire.
    La pluie redoubla soudainement d’intensité, mais Louisa fut la seule à s’en rendre compte, sans toutefois s’en préoccuper réellement. Elle profitait de chaque instant avec lui, dans ses bras, sous ses baisers, sous ses caresses. La vie ne tenait qu’à un fil. L’un d’entre eux serait peut être mort le lendemain soir…

    I'd break the back of love for you,
    I'd break the back of love for you…


    Lou ouvrit un œil. Il devrait être tôt. Beaucoup trop tôt pour bouger de l’endroit chaud où elle était. Chaud ? Elle n’avait pas de matelas ou quoi que ce soit d’autre qui chauffe. Elle ouvrit l’autre œil. Ce n’était pas un rêve érotique qu’elle avait fait. Elle avait VRAIMENT invité Sam chez elle et elle avait VRAIMENT passé la nuit avec lui, à faire autre chose que papoter en vidant la bouteille de bourbon. Qui n’avait d’ailleurs pas été vidée. Elle tourna la tête et réalisa qu’elle était avachie sur Sam et qu’ils n’avaient pas bougé du canapé. Tout était VRAIMENT arrivé. Lou n’arrivait pas à s’en convaincre. Elle voulut se redresser et lâcha un juron en sentant une douleur fulgurante dans son épaule. Ça non plus, elle ne l’avait pas rêvé.
    Tant pis, elle ne bougerait pas. Déjà d’une parce que le canapé n’était pas conçu pour que deux personnes puissent aisément bouger dessus, encore que dans ses souvenirs, Sam et elle avaient exploré toutes les possibilités… Et de deux, parce qu’en fait, elle était bien au chaud dans les bras du jeune homme…

_________________
    VICTOR HUGO DEMAIN DES L'AUBE Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe, ni les voiles au loin descendant vers Harfleur, et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Sam Winchester


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : MARY-W.
✾ MA CÉLÉBRITÉ : J.Padalecki
✾ MES CRÉDITS : Dodixe
✾ MON MOI² : Zadkiel
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 11/07/2009
✾ MES MESSAGES : 45276

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 28 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Chasseur


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: * Après la pluie... ▬ p v . Louisa   Mar 4 Aoû - 6:05


Donnez-vous des rendez-vous partout, Dans les champs,
dans les choux, Faites-vous des baisers tout de suite,
Des serments sur le grand huit. Le temps passe à
toute vitesse, Roulez jeunesse.


    Un faible rayon de soleil… ou une lueur qui était juste passée devant lui, comme ça, sans qu'il s'en rende compte dans son sommeil bien mérité. Ou peut-être était-ce un mouvement sur sa peau qui venait de le réveiller, faible, juste esquissé comme ça alors que lui était extirpé de son sommeil parce qu'il avait apparemment assez dormi… ou peut-être pas. Cependant, il sentait que quelque chose dans son esprit (jor) lui disait de se réveiller. Bizarrement, il ne s'était pas réveillé en sursaut ce matin, dérangé par un de ses cauchemars sortis de son esprit culpabilisé (et heureusement d'ailleurs). Cette nuit, ou du moins, du peu qu'il avait dormi, il n'avait pas rêvé… et quand on en vient à faire constamment des cauchemars, ne pas rêver peut s'avérer délicatement reposant. Gardant les yeux fermés le temps que son esprit se mette en marche pour lui ramener quelques souvenirs troubles, pour lui redonner des sensations et une capacité d'esquisser un mouvement, Sam eut un léger mouvement des sourcils, comme s'il rêvait encore et heureusement pour lui, ce n'était pas le cas. Sentant petit à petit ses esprits sortir de leur paralysie causée par ses songes de plusieurs heures, le Winchester retrouva des bribes de souvenirs, comme ça… Il ressentit une furieuse douleur au niveau de son sourcil et ce, dès le moment où il avait eu le malheur d'esquisser ce faible petit mouvement, puis il sentit sa main, celle qui était dans le vide, tombant négligemment de l'endroit où il s'était endormi pour frôler le sol de quelques centimètres à peine, puis son autre main, posée sur quelque chose de doux, bien plus doux même que le vide. Mpf, où est-ce qu'il était déjà ? Dans sa chambre d'hôtel pourrie ? Mmm… il se souvenait même pas y être rentré, à croire qu'il avait aussi pris une cuite digne de celles de Dean. Et puis il se souvint, il était allé au cimetière, parce que Dean était d'humeur pas super ce soir là… et là bas… oh putain… ça y'est, son esprit était tout à fait réveillé maintenant, il se souvenait de tout… ou presque tout. Le cimetière, le coup, Louisa, le baiser, la pluie, l'autre baiser, la nonne, l'appartement et… tout le reste. Oh pinaise, maintenant il avait juste un horrible mal de tête causé par il ne savait même pas quoi, cette fameuse lueur du soleil qu'il n'avait même plus l'habitude de voir quand il se levait à ses "heures devenues habituelles de levé" ou à cause de tous ces souvenirs plus ou moins plaisants qui remontaient que trop vite à son esprit. Punaise, qu'est ce qu'il avait fait encore ? Des conneries sûrement, c'était vraiment pas possible des fois, comment il avait fait ? Mh ? Heureusement qu'il avait encore les yeux fermés, bien trop blasé pour le moment pour les ouvrir… pour le moment bien sûr. Il eut une profonde inspiration, comme pour indiquer à Louisa qu'il sentait maintenant contre lui qu'il était en train de se réveiller, sans trop savoir quel était l'intérêt de faire ça. Ca y'est, à présent, tout un tas de remords envahissait à nouveau son esprit… comment il avait fait pour pas savoir se contenir un peu ? Après tout, il avait bien réussi à la repousser pas si longtemps avant qu'ils arrivent chez elle, il aurait pu réessayer quand même ! Ou peut-être qu'il n'avait pas eu envie d'essayer, alors pshut la conscience là… Oui, quand on est quelqu'un avec l'esprit de Sam Winchester, il est apparemment impossible de passer un moment de plaisir sans avoir des remords après, et encore plus quand on avait tout foiré comme lui il l'avait fait. Là encore, on ressort le psy du placard qui nous dit que Sam souffre toujours de ce même problème post traumatique qui le pousse à ne pas vouloir vivre des moments intenses de bonheur dans sa misérable existence de merde sous prétexte qu'il avait libéré Lucifer. C'est vrai quoi ?! Arrête un peu mec ! Il avait disjoncté une fois, c'était la première fois de sa vie qu'il merdait une chose, ce fameux truc à Ilchester et ce, dans toute sa misérable vie que tout son entourage avait rendue pourrie ! Alors, il avait le droit de péter les plombs une fois, quoique ça ait pu entraîner ! Là, ce sont mes pensées encore de rpgeuses, Sam, quant à lui avait enfin réussi à faire taire sa conscience et ses remords, comme hier soir avant de faire tout ce qu'ils avaient fait avec Louisa pour expérimenter le canapé et aussi les voisins de la jeune femme (ahn XDD les voisins, les paaauvres XDD), ramenant par cette réflexion intérieure pas mal de souvenirs de cette fameuse nuit, le chasseur se risqua à avoir un mouvement de la main, sentant une nouvelle fois la peau de Lou sous celle de ses mains, se reconnectant une nouvelle fois à la réalité dans laquelle il était plongé, sur le canapé, chez Louisa, alors qu'il faisait maintenant jour. Canapé ?! C'est à cette pensée que le Winchester se risqua à ouvrir les yeux, restant ébloui par la lumière qui filtrait à travers les différentes fenêtres de l'appartement, lumière qui ne semblait pas si intense en traversant les carreaux de la chambre miteuse qu'il partageait avec Dean. Il eut un nouveau léger froncement de sourcils, qu'il accompagna d'une grimace à cause de la douleur fulgurante qui lui traversait à nouveau tout le crâne alors que sa plaie refermée par Louisa la veille lui rappelait avec la délicatesse qu'ont les plaies qu'elle était encore et toujours là, malgré la nuit qui venait de passer… et qu'elle était pas prête de disparaître d'ici peu. Remarquant alors d'un coup d'œil qu'il était juste au bord du canapé à deux petits centimètres certainement de se retrouver par terre, le chasseur eut un nouveau soupire quelque peu encore endormi. Punaise, vu sur quoi il avait dormi, il devait avoir une tronche à faire peur, les cheveux en bataille, cette horrible plaie certainement devenue horrible et le visage aux traits tirés encore fatigués. Bref, c'était pas comme s'il s'en préoccupait forcément à ce moment précis, on peut presque dire qu'il avait des tas d'autres choses en tête, conservant encore quelques souvenirs dans son esprit pas encore très réveillé qui se permettait des pensées tordues à une heure aussi matinale. A regarder le ciel par la fenêtre, d'un bleu encore très pâle proche du blanc, il devait être tôt, trop tôt ou très tôt, tout dépend à comment vous voulez voir ça. Sam trouvait qu'il était juste tôt, ayant de plus en plus l'habitude depuis des semaines de se lever aux aurores et de se sentir fatigué à peine réveillé. Et là encore, il s'estimait heureux, il n'avait pas fait de cauchemar… manquerait plus que ça alors que Louisa était juste là. En parlant de Louisa… La première chose qu'il avait remarquée, c'était sa main toujours en contact avec sa peau douce, signe qu'elle était toujours là… mais sait-on jamais, peut-être avait il halluciné tout ça. Tournant le regard pour quitter la fenêtre du regard, il le posa d'abord sur ce qui semblait être ses cheveux noirs et enfin secs malgré la pluie qui les avait arrosés hier, maintenant, c'était redevenues ces mèches douces et fluides et puis ces cheveux mouillés que le Winchester se souvenait bien avoir caressé avec affection il y a de cela pas si longtemps, dans ce fameux cimetière. En parlant du cimetière, le chasseur se nota dans un coin de son esprit d'aller chasser l'esprit ce soir, n'ayant aucune envie de se faire surprendre à nouveau par cette saloperie qui lui avait ouvert le crâne… ou presque. Il eut un léger mouvement, comme pour s'éloigner du bord du canapé et peut-être calmer les courbatures qu'il sentait déjà arriver (mdrr, des courbatures, il se fait vieux Sammy XD). Il surprit une nouvelle fois sa main en train de caresser la peau de la jeune femme (à croire qu'il restait toujours très tactile ce mec), caressant son épaule dans un faible mouvement des doigts, se souvenant subitement qu'elle avait eu l'épaule esquintée par l'attaque de l'esprit, arrêtant son geste, juste le temps de se souvenir que c'était l'autre épaule qui l'avait faite souffrir et qui la faisait certainement encore et toujours souffrir. Il reprit donc ce faible mouvement affectueux ses doigts sur sa peau extrêmement douce, comme ce qu'il gardait comme souvenir d'hier soir. Il n'arrivait pas vraiment à croire ce qui lui arrivait, ce qu'il faisait là et le simple fait qu'il ait réussi à s'endormir. Louisa avait chassé ses cauchemars, comme si le simple fait d'être à ses côtés apaisait tout ce qui pouvait le tracasser dans cette période difficile, c'était si reposant, il aurait aimé rester là pendant des heures entières à continuer de se souvenir, de faire ce simplement petit mouvement des doigts sur l'épaule de la jeune femme, à rester silencieux et reposé comme il ne l'avait jamais été depuis des lustres. Mais il savait aussi qu'il y avait certainement un Dean qui l'attendrait quand il rentrerait, avec un besoin d'explications et des suspicions qui se liraient sur son visage comme sur les pages d'un livre… et qu'ils finiraient forcément par s'engueuler comme toujours, comme à chaque fois que Dean doutait de son frère, pas toujours à tord vous l'avouerez. Il eut un léger soupire, qu'il tut très vite, préférant effacer son aîné de son esprit pour se concentrer sur le moment présent, qui sait… il n'était pas pressé de rentrer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Louisa Delacroix


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Megalyn
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Zooey Deschanel
✾ MES CRÉDITS : Megalyn & Shiya
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 13/07/2009
✾ MES MESSAGES : 999

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Infirmière


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: * Après la pluie... ▬ p v . Louisa   Mar 4 Aoû - 13:05

    Une grande inspiration, et sa respiration moins paisible qu’un instant plus tôt, une main qui tombe du canapé. Sam était réveillé. Louisa sourit. Si elle avait eu le moindre doute quand à cet état de fait, il aurait disparu au moment où elle sentit la main baladeuse dans son dos. Main qui se déplaça lentement sur son épaule. Lou se mordit la lèvre. Il jouait le traître de bon matin. Il n’allait pas gagner à ça. S’étirant avec précaution, elle commença à déposer de légers baisers sur le torse de Sam. Remontant lentement et langoureusement vers ses lèvres. Elle croisa son regard et sourit. Il avait encore les yeux voilés par le sommeil et ses cheveux, désormais secs, était ébouriffés. Inconsciemment, elle passa une main dans les siens. Secs, et emmêlés. Très emmêlés. Sam n’y était vraiment pas allé de main morte. A croire que les cheveux, c’était son truc. Car oui, nous savons toutes que Sam adore nous faire des dreds quand on est au lit avec lui. Il n’avait pas dérogé à la règle avec Lou.
    Elle bougea légèrement, s’allongeant totalement sur lui, continuant sa douce torture dans le cou du jeune homme. Avant de l’embrasser longuement. Elle n’en avait pas encore fini avec lui. Elle n’avait jamais eu envie de sauter à nouveau sur le mec avec qui elle avait passé la nuit. Pas même Remy. Mais voilà, même après plusieurs courtes heures de sommeil, elle n’était pas encore rassasiée de lui. Bien au contraire. Et cela semblait réciproque…

    La jeune femme s’étira avec précaution. Ils avaient carrément atterri sur le sol. Elle était contente d’avoir acheté ce tapis finalement. Il n’était pas très beau pour le prix qu’elle l’avait payé, mais il était confortable et chaud. Ce qui n’était pas négligeable quand votre appartement est un congélateur. Cependant, elle avait la chance d’avoir un radiateur en la personne de Sam. Tirant la couverture qui traînait sur le canapé pour les froides soirées qu’elle passait à bouquiner (rares, s’il en est, mais Lou est une bordélique dans l’âme), elle la remonta sur eux deux. Avant de se tourner vers Sam, plissant les yeux en regardant les points qu’elle avait fait. Elle ne s’était pas trop mal débrouillée, vu son état. Il n’aurait qu’une légère cicatrice. Ça aurait dommage de gâcher un si beau visage. Encore qu’il avait d’autres blessures de guerre. Elle avait eu le temps des les observer à loisir. Elle secoua la tête. Ne pas penser à ça. Penser à Sam nu était une chose qui pouvait lui faire perdre ses moyens. Avoir Sam nu juste à côté d’elle en était une autre qui pouvait lui faire faire pire que perdre ses moyens. Non pas que ça soit gênant, mais ses voisins apprécieraient peut être de pouvoir faire la grasse matinée.

    Louisa prit une grande inspiration. Elle devait garder les idées claires. Elle croisa le regard de Sam et lui fit le plus radieux des sourires s’en même s’en rendre compte. Ça ne durait pas depuis suffisamment longtemps pour qu’elle puisse dire qu’elle était heureuse. Mais en tous les cas, elle était bien. Soulevant un bras du jeune homme, elle vint se caler contre lui, bien au chaud. Elle bougea avec précaution son épaule. Ce n’était pas encore le top, du genre ‘je lève les bras pour faire la ola’, MAIS elle avait quand même une bonne mobilité. Elle s’apprêtait à parler lorsque son ventre gargouilla bruyamment. Elle rit et tourna la tête vers son compagnon, lui demandant s’il avait faim.

    « Enfin, pas une trop grosse faim, hein, parce que j’ai pas grand-chose dans mes placards. » rajouta t’elle. « Si j’ai quelque chose… » lâcha t’elle plus pour elle-même que pour lui. Elle était en général rarement assez réveillée pour manger le matin et acheter quelque chose en allant bosser. En parlant de job, elle songea qu’elle avait bien envie d’achever la religieuse. Elle songea à ce qu’elle lui avait dit. Sam aurait libéré Lucifer. Etait ce seulement possible ? Et puis, pourquoi aurait il fait une chose pareille ? Il n’était ni fou ni mauvais, même s’il se persuadait du contraire. Ne lui laissant pas le temps de répondre, elle reprit : « Tu as vraiment libéré le di… Lucifer ? » Appeler Lucifer le diable alors qu’il n’était qu’un ange déchu lui avait toujours paru tellement exagéré. « Je ne l’ai pas crue quand elle m’a dit ça, mais je… C’est tellement fou. Tu ne l’a pas fait, n’est ce pas ? »

_________________
    VICTOR HUGO DEMAIN DES L'AUBE Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe, ni les voiles au loin descendant vers Harfleur, et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Sam Winchester


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : MARY-W.
✾ MA CÉLÉBRITÉ : J.Padalecki
✾ MES CRÉDITS : Dodixe
✾ MON MOI² : Zadkiel
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 11/07/2009
✾ MES MESSAGES : 45276

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 28 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Chasseur


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: * Après la pluie... ▬ p v . Louisa   Mer 5 Aoû - 1:52

    En sentant les baisers de Louisa contre sa peau, Sam avait esquissé un léger sourire, continuant ses caresses silencieuses, se délectant du moment présent qui allait sans doute passer trop vite. Les secondes avaient lentement défilé, chacun cherchant à faire abstraction du temps à sa manière, le soleil se levant discrètement et assez lentement derrière eux, au-dehors sans même qu'ils y fassent attention. La pluie qui s'était déversée la veille avait eu l'avantage de chasser les nuages, rendant l'atmosphère d'Ellington certainement plus vivable, un brin de soleil permettait même de redonner de la chaleur à une ville morbide comme celle-ci. Laissant la jeune femme continuer sa "douce torture matinale", Sam se surprit même à penser que c'était bien plus agréable que de se faire réveiller par la musique que Dean mettait à fond tous les matins… oui, c'était forcément plus agréable. Lui rendant son baiser alors qu'elle avait finalement déposé ses lèvres contre les siennes, le Winchester se sentait maintenant aussi réveillé qu'après un bon café, c'est dire comme mettre les hormones en furie pouvait réveiller un homme ! Sans même s'en rendre compte – du moins, pour Sam – ils avaient atterri au sol, quittant le canapé pour un tapis qui n'était pas pour autant moins confortable, n'y croyez pas. Il ne faisait pas trop chaud dans l'appartement de la jeune femme, mais déjà plus que dans la chambre d'hôtel qui semblait très mal isolée des deux frères… de toute façon, cette chambre d'hôtel avait tous les pires défauts que la pire chambre d'hôtel ai put avoir. Le chasseur avait esquissé un nouveau sourire en se retrouvant par terre avec la jeune femme, restant encore muet, comme depuis les quelques minutes qui venaient de s'écouler et depuis lesquelles il était réveillé. Mais bon, il n'y avait rien à dire et puis, il se sentait bien dans ce silence. M'enfin bref, le fait est, qu'il n'avait pas duré très longtemps, quelques minutes pendant lesquelles ils avaient décidé d'un commun accord muet de se contenter de ce silence. Il avait senti Louisa se blottir contre lui, comme dans le cimetière la veille, mais cette fois-ci, il n'y avait plus ce silence pompeux et gênant qui s'était installé contre la pierre tombale lorsqu'ils avaient partagé ces quelques moments étranges. Car oui, maintenant ses souvenirs étaient tous revenus, malgré la petite migraine qui s'était emparée de son crâne à cause de sa plaie au sourcil qui s'agitait furieusement pour le faire souffrir dès qu'il esquissait la moindre expression faciale. Alors qu'il avait à peine eu le temps de se complaire du contact de Louisa contre lui, un léger gargouillement brisa le silence qui avait envahi l'appartement, provoquant un nouveau léger sourire encore pas très réveillé chez Sam… à croire qu'il souriait beaucoup en ce moment, comme il n'avait jamais sourit depuis… piou, un bon bout de temps… et ça lui faisait pas mal de bien. A vrai dire, depuis que Dean était allé en Enfer, le cadet Winchester ne s'était pas vraiment permis de vivre des moments pareils… même avec Ruby ça n'avait jamais été comme ça… avec elle, ça avait été différent de toute relation que deux être humains peuvent avoir, ça avait été étrange, bizarre… et Sam n'y avait jamais trouvé de quoi sourire… constamment épié, pensant sans cesse à son frère et à la trahison qu'il montait avec la démone sans même s'en rendre compte. Esquissant un léger froncement de sourcils qui lui provoqua une douleur intense dans tout le crâne alors que la chasseuse avait repris la parole dans le silence, le Winchester effaça Ruby de ses pensées, c'était du passé, oublié, effacé… et bien certainement regretté, il n'aurait jamais du… rien ne serait arrivé s'il n'avait pas été aussi con. Elle avait juste habilement joué avec lui, exploitant ses forces et ses faiblesses avec brio, elle avait juste été parfaitement maligne pour contrer l'union des deux frères et la résistance que Sam pouvait avoir quant au fait qu'elle soit un démon… et que ses propres pouvoirs qu'elle lui donnait avec son sang allaient le transformer lui aussi, petit à petit, goutte par goutte… très lentement. Laissant un nouveau sourire naître sur ses lèvres et effacer ses pensées, le chasseur garda le silence à la question de Louisa, l'espace de quelques secondes… avait-il faim ? Hm, pas vraiment, il pouvait se contenter de tout et de rien le matin… mais bizarrement, il aurait plus pris un cachet d'aspirine et un café plutôt qu'un petit déjeune copieux ce matin. De toute manière, il n'avait jamais trop mangé le matin, il se contentait de boire un simple café en regardant Dean déguster le truc dégueu tout plein de graisse qu'il prenait chaque jour… soit du bacon, soit un truc bizarre dans le genre. Poula, ce matin il avait vraiment les pensées qui divaguaient, entre Ruby et son frère… il fallait vraiment qu'il arrête de penser. Ouais… enfin ça, c'était sans compter le fait que le silence pousse à la réflexion et que, face au celui que gardait le chasseur, Louisa s'était aussi replongée dans ses pensées et ses souvenirs… notamment ceux d'hier soir.

    La question brisa le silence comme si une bombe venait d'exploser en plein milieu d'un désert vide d'homme… elle avait des allures apocalyptiques, graves et que Sam savait impossibles à cacher. Il se l'était dit hier soir, que trop souvent, ça n'allait pas durer longtemps, il ne fallait pas se faire d'illusions… mais ça avait duré encore moins longtemps que ce qu'il avait pu soupçonner… comme si le surnaturel faisait vraiment tout pour lui pourrir l'existence, la petite part de bonheur qu'il aurait pu vivre… comme s'il était maudit, poursuivi sans relâche par ce dans quoi son père s'était plongé, ce dans quoi Mary avait été plongée… c'était comme dans son sang, depuis des générations et des générations. Déglutissant avec difficulté en continuant de fixer le plafond de l'appartement de la jeune femme sans même faire attention à ses pensées devenues douloureuses, le Winchester eut un nouveau moment de silence, sentant sa mâchoire se crisper à cause d'il ne savait quelle crainte. Les remords, la culpabilité, les voilà qui revenaient au grand galop toujours aussi intenses et dévorants. Il eut un soupire, sans même pouvoir le contrôler, à croire qu'il ne pouvait plus rien contrôler à partir du moment où Lucifer débarquait dans son esprit, accompagné du visage moqueur de Lilith, puis du regard triomphant et manipulateur de Ruby… et avec Ruby revinrent tout un tas d'autres visions, d'autres souvenirs. Il aurait voulu encore une fois avoir la force de les effacer, ces souvenirs dévorants, Dean, les Anges, Ruby, les démons, Lilith, les Sceaux, l'Enfer et tout ce qui avait bien pu arriver… C'était une longue histoire, très longue histoire qui s'étalait même sur les vingt-six longues années qui avaient fait la vie de Sam… oui, il avait été maudit même avant de naître, dix ans avoir de voir le jour, lorsque sa mère avait vendu son propre fils dont elle ignorait encore l'existence pour sauver celle qu'elle aimait. Il eut une profonde inspiration, sentant subitement qu'il avait besoin d'espace, de place, se sentant comme étouffé par tout ce qui l'entourait, par ces souvenirs qui s'emparaient de lui avec délectation pour le faire juste souffrir et occulter tout ce qui avait pu arriver d'autre. Qu'est ce qu'il devait faire maintenant ? Répondre un "non mais c'est n'importe quoi, les esprits mentent" d'un air totalement détaché comme s'il n'avait rien fait, nier l'évidence, se voiler la face, mentir et presque se mentir à lui-même pour s'enlever cette culpabilité ?! Si ce n'était même pas bon pour lui de se mentir quant à ce qu'il avait fait, il s'était promis aussi de ne pas avoir à mentir à qui que ce soit d'autre sur ce qui s'était vraiment passé. Mais que faire d'autres ? Se mettre à déballer toute sa vie, de long en large pour justifier la folie qui s'était emparé de lui, la façon dont il avait agi ? Rejeter la faute sur Ruby et dire "elle m'avait juste manipulé, elle était vraiment méchante et patati patata" ? Il y avait tout un tas de possibilités, dont certaines adoucissaient la vérité, dont d'autres la rendaient encore plus déchirante et violente. Il aurait voulu avoir la force d'assumer directement, de pouvoir expliquer ce qui l'avait poussé à faire ça, à quel point il en était rongé par un remord que personne ne pouvait partager avec lui, à quel point il s'en voulait d'avoir été manipulé – parce que oui, il l'avait été mine de rien ! – mais il n'arrivait même pas à trouver la parole, pas là, pas maintenant… Sans même s'en rendre compte, il s'était écarté de Louisa, essayant quand même de ne pas lui faire mal à son épaule encore endolorie et maintenant, il se retrouvait assis sous la fameuse couverture, plongé dans son silence que lui-même trouvait trop long, que son esprit voulait brisé… un silence qui en disait long sur la réponse qui allait tomber sans doute… si long que le Winchester se demandait même si ça valait le coup de répondre quoique ce soit… elle devait quand même avoir compris à le voir agir comme ça. Passant une main sur son visage, frôlant de ses doigts la cicatrice qu'il gardait près de son sourcil suite à l'attaque de l'esprit, Sam eut une nouvelle grimace de douleur, partagé entre la douleur qui lui parcourait presque tout le dos à chaque fois qu'il venait à esquisser un mouvement qui réveillait cette plaie à son front… et cette douleur qui s'était à nouveau emparé de lui, de tout son être, de tout son intérieur, ses membres, la moindre parcelle de son corps. Les remords lui bouffaient le cerveau, complètement, effaçant tout bon souvenir pour le ramener quelques semaines en arrière, dans cette période douloureuse. Il avait perdu son frère, ou l'avait renié serait plus exacte… la seule personne en qui il avait encore confiance, c'était cette démone qui lui avait promis tellement… Ilchester, il l'avait suivie, aveuglé par ce désir de vengeance qui se renforçait à chaque information qui le rapprochait de Lilith, à chaque démon qui cédait, à chaque mètre qui raccourcissait la distance qui le séparait de la démone. Il avait été persuadé d'éviter l'Apocalypse au moment où il l'avait tuée… ou peut-être qu'il n'en avait pas été sûr à cent pour cent… mais qu'il avait senti juste la vengeance et que le fait de libérer Lucifer à ce moment précis n'avait même pas eu d'importance à ses yeux… tout ce qu'il avait voulu, c'était la briser avec cette facilité qu'il avait toujours eue en utilisant ses pouvoirs. Le "n'est ce pas" exprimé par Louisa avait presque été suppliant, comme s'il avait fallu qu'il réponde "non" automatiquement… et il savait qu'à la seconde même où il dirait la vérité, tout serait bouleversé, changé et modifié entre eux deux, c'était ce qu'il n'avait pas voulu mais c'était ce qui arrivait… tout simplement parce qu'il avait cédé, parce qu'il s'était trop attaché, qu'il n'avait pas résisté et que maintenant… suivait tout ce qui brisait l'attachement, cette méfiance qui était encore et toujours dans le regard de Dean, constamment et qui maintenant ne quitterait même plus le regard de la jeune femme. Il sentit un nœud douloureux s'emparer de sa gorge, sa respiration devenue lourde, écourtée à cause de ce nœud qui empêchait presque l'air de passer pour raviver ses pensées. Il aurait voulu même avoir la force d'esquisser un sourire acide, ironique comme s'il avait appris, avec le temps à gérer les remords qui s'emparaient de lui à chaque fois qu'il venait à penser à ce qu'il avait fait… mais il n'avait même pas réussi à faire ça, il continuait de se bouffer de l'intérieur avec cette culpabilité et tout ce que son esprit lui disait quand il y pensait… il était juste un monstre, bouffé par cette dépendance, il avait seulement réussi à céder à la tentation, il n'avait même pas essayé d'y résister, il avait juste accouru dès qu'on lui avait donné la possibilité de prouver sa valeur… Ruby n'avait fait que souffler sur les braises déjà chaudes depuis bien longtemps et ça, plus le temps passait, plus il s'en rendait compte. Laissant un nouveau soupire s'échapper entre ses lèvres tandis que sa migraine semblait s'intensifier, renforcée par cette bousculade de sensations horribles dans son esprit, le Winchester laissa sa main quitter ses cheveux, il avait sûrement réussi juste à plus les ébouriffer, mais à vrai dire, il s'en foutait plus qu'autre chose à ce moment précis… il avait beaucoup plus à penser. Continuant de rester assis à fixer le vide, tournant presque le dos à Louisa, Sam ferma les yeux, comme pour apaiser le flot de réflexions dans son esprit, le flot de douleur dans chaque parcelle de son corps et réussir à articuler quelques mots, faibles et presque inaudibles malgré le silence qui s'était emparé de tout autour de lui, un silence qui n'avait plus rien de comparable à celui qu'il y avait eu quelques minutes auparavant entre eux.

    « Ce… serait sans doute plus facile de dire non… mais… »

    Il se tut, il avait l'impression que tout allait lui tomber sur la tête à partir du moment où il finirait sa phrase, il ferait peut-être mieux de partir, disparaître tout de suite, la laissant sur ces quelques mots, l'oublier avec le temps sans doute, l'effacer à jamais avec quelqu'un qui serait certainement plus digne de vivre de belles choses avec elle. Sentant sa mâchoire se crisper sur cette pensée, le chasseur restait figé, presque incapable de bouger… en fait non, incapable de bouger. Il ne pouvait faire que rester sur place, assis, les yeux fermés à apaiser ses pensées, en vain, elles revenaient toujours encore plus fortes, infatigables et impossibles à faire taire… et ça le poursuivrait encore pendant longtemps, des années, des siècles, même lorsqu'il finira par griller en Enfer, il continuera à ressasser ces souvenirs, à être dévoré de l'intérieur par cette culpabilité bien méritée.

    « Si… je l'ai fait… »

    C'était tombé, comme un couperet sur sa tête, il avait l'impression d'être mort, comme lorsqu'il avait fini par tout comprendre trop tard, dans ce fameux couvent. A présent, il avait encore plus envie de disparaître à tout jamais, être oublié avec une facilité dérangeante… peut-être même être repoussé avec fureur, ce serait certainement plus facile que ce qu'il pouvait ressentir à ce moment précis. Il se sentait fixé, épié par ce regard plein de méfiance qu'avait Dean, mais cette méfiance cette fois-ci dans le regard de Louisa. Il venait de perdre en l'espace de quelques secondes, de quelques mots, ce refuge à ses remords qui lui avait été essentiel tant par la légèreté de ses pensées que par la chaleur que la chasseuse avait pu dégager à chacun de ses mots, à chacun de ses regards. Il avait rouvert les yeux, prenant difficilement une inspiration étouffée, gardant cette fois-ci le silence car n'ayant même plus la force de penser à quoi dire… sentant son esprit juste s'éffondrer sur lui-même alors qu'il n'y avait plus que les remords et la culpabilité qui restaient, après avoir tout éclipser… tout; sauf une nouvelle crainte qui donnait encore plus de force à ce nœud au creux de sa gorge.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Louisa Delacroix


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Megalyn
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Zooey Deschanel
✾ MES CRÉDITS : Megalyn & Shiya
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 13/07/2009
✾ MES MESSAGES : 999

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Infirmière


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: * Après la pluie... ▬ p v . Louisa   Jeu 6 Aoû - 7:26

    C’était un cauchemar. Ça ne pouvait être que ça. Elle avait passé la nuit, et même plus avec Sam. Elle devait encore dormir contre lui, ça ne pouvait qu’être ça… Pas la réalité…
    Il s’était assis et elle en avait fait de même, appuyant sa joue contre son bras musclé (hey hey ^_^). La question l’avait mis mal à l’aise, mas elle s’était naïvement dit que c’était juste le contexte de la chose. Demander à celui avec qui on a passé une chaude nuit s’il avait libéré celui qui souhaitait l’Apocalypse sur Terre, c’était un peu incongru. Et pourtant, il ne démentait pas. Il gardait le silence. Un silence trop long au goût de la jeune femme. Quelque chose le faisait souffrir, le torturait, et elle n’aimait pas qu’il se sente mal de la sorte. Elle lui caressa doucement la nuque, le regard perdu dans le vide, attendant qu’il se décide à parler.
    Il le fit enfin, après de longues minutes d’un silence pesant et lourd. Elle cessa ses caresses, sa main restant toutefois sur la nuque de Sam. Elle était comme paralysée. Elle ne pouvait croire ce qu’il disait. Il mentait. Il se moquait d’elle de la pire façon qui soit.

    « Il est maudit. »

    « Restez loin de lui. Pour votre bien. »

    « Non ! Vous vous trompez ! Il a fait la pire chose à faire ! Il l’a libéré ! »

    « Lucifer ! Votre petit ami a libéré l’ange déchu ! Les anges n’ont pas réussi à l’en empêcher ! »


    Les paroles de l’esprit résonnaient dans sa tête. Elle n’avait pas voulu croire ce que cette folle de religieuse disait. Peut être aurait elle dû ? Non, Lou n’avait pas pu être si naïve et inviter dans son appartement le sauveur de la pire infamie jamais nommée dans ce bas monde. Elle avait forcément mal compris.
    Comme un robot, elle retira lentement sa main du jeune homme, la posant sur sa propre gorge. Elle avait désormais l’impression qu’il faisait un froid glacial dans son petit appartement pourtant bien chauffé. Et qu’elle étouffait. Elle avait besoin de sortir, de s’éloigner de Sam. De Sam qui s’était joué d’elle, de Sam qui l’avait trahie de la pire façon qui soit en rejoignant ceux contre qui il prétendait se battre, ceux contre lesquels elle se battrait jusqu’à son dernier souffle.
    Pourtant, elle ne parvenait pas à croire que tout cela était vrai. Certes, elle ne le connaissait pas si bien que ça. Mais elle avait un sixième sens pour ce genre de choses, elle l’aurait forcément senti s’il avait été différent. Elle avait remarqué qu’il n’était pas toujours très net, mais pas dans le mauvais sens. Visiblement, elle s’était lourdement trompée.

    « J’ai besoin de prendre l’air. Reste ici. »
    ordonna t’elle en se levant sans même le regarder.

    Elle s’habilla avec les premiers vêtements qui lui tombaient sous la main. En l’occurrence, son jean à présent sec, la chemise roulée en boule et tâchée de sang de Sam (oui, c’est mon fantasme, mettre une chemise de Sam après avoir passé la nuit avec lui ^_^ ) et ses bottes. Elle sortit de son appartement en claquant la porte, descendant les escaliers au pas de course. Il faisait à peine jour. Ce n’était que l’absence de lumière chez elle qui lui avait donné l’impression que le soleil était haut dans le ciel. Il ne faisait même pas beau. Il y avait du vent, et il repleuvrait sous peu. Mais elle s’en fichait totalement. Elle ne voulait pas penser au gouffre que sa vie était devenue en deux phrases. La seule personne qu’elle avait envie de voir pour le moment, c’était Jackson. Elle mettrait probablement près d’une demi heure pour aller jusqu’à son restaurant, mais elle s’en fichait. Seules ses glaces pouvaient lui remonter le moral.


    Lou regarda Jackson plonger de bon cœur la main dans un énorme pot de glace vanille-caramel-noix de pécan. Son parfum préféré. Les coudes sur le comptoir, le menton appuyé sur ses paumes, la jeune femme avait le regard perdu dans le vide.

    « Tu l’as vraiment quitté ? » demanda t’il en lui tendant une énorme coupe.

    « Oui, jtai dit ! »

    « Parce qu’il t’a demandé de l’épouser ? »

    « Ben ça me semble plus que valable comme raison ! »

    Jackson haussa un sourcil.

    « Tu l’as jamais aimé de toute façon… » marmonna t’elle la bouche à moitié pleine. « Ptin, c’est froid ! »

    « C’est de la crème glacée, c’est normal. »

    Louisa soupira.

    « Je pensais que tu l’aimais, toi. »

    « Ben…Ouais, vite fait quoi. » Elle croisa le regard peu avenant de son cousin. « Quoi ? T’as jamais cru que j’étais un bourreau des cœurs, t’aurais dû. Et puis même, j’ai pas du tout envie de me marier. » Elle s’arrêta, gardant le silence quelques minutes. « Je n’avais plus très confiance en lui, il me cachait des choses. Pas sur nous, mais sur ce qu’il faisait, et je n’aimais pas ça. Le fait qu’il me demande en mariage, ça a été la bonne excuse pour me tailler. »

    Souplement, comme tout militaire bien entraîné (ou façon Charlie Winston, c’est sexy aussi), Jackson sauta par-dessus le bar et s’installa à côté de sa cousine. Lou se sentit soulagée. Elle pouvait se blottir dans ses bras si elle le voulait, comme elle l’aurait fait avec le grand frère qu’elle n’avait jamais eu et dont Jackson avait presque inconsciemment endossé le rôle. Mais surtout parce qu’elle n’aurait plus à soutenir son regard. Le mariage et les mauvaises fréquentations de Remy n’étaient pas les vraies raisons. Sauf qu’elle ne le dirait jamais à son cousin, ni à qui que ce soit d’autre. Ce serait son little dark secret…




    Lou regarda le restaurant. Fermé. Normal. Les restaurants n’ouvraient pas à 6h10 du matin. Elle soupira. Tout ce qu’elle voulait, c’était s’effondrer sur le comptoir, ivre morte, en disant à son cousin comment un chasseur de démons lui avait brisé le cœur. Il ne l’aurait probablement pas cru pour le chasseur de démons, mais il serait arrivé à lui soutirer le nom du malotru et serait parti lui coller une bonne raclée après l’avoir mise au lit. Mais il était encore trop, et quand bien même, elle n’aurait sûrement pas bu la moindre goutte de son whisky tout droit venu des Highlands. Trop fort, déjà, et puis… Elle n’avait envie de rien. Elle sentit de l‘eau sur ses joues. Elle crut d’abord qu’elle pleurait. Elle pleurait probablement depuis l’instant où elle avait compris qu’elle venait de fuir Sam. Mais en réalité, c’était une pluie gelée qui noyait son visage. Elle comprit alors qu’elle devait rentrer. Chez elle. Où Sam devait être encore, s’il avait eu quelque état d’âme. En plus, elle s’était barrée avec sa chemise. D’accord, il lui restait toujours sa veste, mais bon. Il avait libéré Lucifer, rien ne l’empêchait de partir avec simplement une veste sur le dos.
    Lou se surprit à avoir peur. Maintenant qu’elle savait, qu’est ce qui empêchait Sam de la tuer ? Elle secoua la tête. Non, il l’aurait tuée avant qu’elle quitte l’appartement. Ou bien il voulait encore s’amuser avec elle. L’idée de rentrer chez elle, qui ne lui avait pas paru bonne au départ, lui parut vraiment, vraiment mauvaise.
    Mais elle ne pouvait pas rester dans la rue indéfiniment. Elle devait rentrer, et s’il voulait la tuer, il ne le ferait pas facilement.
    Elle fut plus vite qu’elle ne l’aurait pensé devant la porte de son appartement. Elle entra sas bruit mais Sam devait probablement l’attendre. Elle sentait de l’inquiétude et un certain malaise dans son attitude. Alors qu’elle se sentait elle-même complètement vidée. Elle aurait voulu pouvoir parler, l’insulter, lui cracher au visage, lui jeter sa chemise mouillée au visage en le mettant à la porte. Au lieu de tout ça, elle referma ladite porte et s’appuya contre, croisant les bras sur sa poitrine. Elle avait tant de choses à lui dire, et pourtant, rien ne sortit. La balle était dans le camp de Sam…

_________________
    VICTOR HUGO DEMAIN DES L'AUBE Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe, ni les voiles au loin descendant vers Harfleur, et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Sam Winchester


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : MARY-W.
✾ MA CÉLÉBRITÉ : J.Padalecki
✾ MES CRÉDITS : Dodixe
✾ MON MOI² : Zadkiel
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 11/07/2009
✾ MES MESSAGES : 45276

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 28 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Chasseur


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: * Après la pluie... ▬ p v . Louisa   Jeu 6 Aoû - 12:55


La chance ou le bonheur se transforment en culpabilité,
entraînant dans leur sillage tout ce qui est positif.


    Il n'avait pas cherché à la retenir, ça ne servait à rien de toute manière, et c'était sans doute mieux ainsi. Ou peut-être était-ce parce qu'il n'avait même pas eu la force de faire quoique ce soit, pas même un regard dans sa direction pour l'inciter à rester. Après tout, qu'est ce qu'il pouvait bien dire ou faire ?! Elle était certainement dans la même situation que Dean à ce moment précis, se sentant trahie, le percevant comme un monstre qui avait trahi ce qu'il s'était juré de faire depuis toujours… et il se sentait aussi comme ça, depuis des semaines il portait cet impression sur lui, à chaque fois qu'il se regardait dans une glace et encore plus à chaque fois qu'il en venait à pouvoir éclipser le tout pour sourire, ne serait-ce que pour une part de bonheur. Alors que Louisa disparaissait après quelques mots rapides et secs, Sam s'était passé une nouvelle fois la main dans les cheveux… retenant des mots dans son esprit, essayant de rassembler ses pensées pour pouvoir bouger… il se sentait bien ridicule à ce moment précis, et ce n'était vraiment rien de le dire. Il avait même fermé les yeux, quelques secondes comme pour rassembler chaque part de son cerveau dans cette même volonté de dénouer ce nœud au fond de sa gorge qui venait vraiment trop impossible à vivre, lui coupant presque la respiration. Sans s'en rendre compte, il s'était retrouvé seul dans l'appartement froid, assis comme depuis tout à l'heure, sur le tapis, sous les couvertures et seul comme il ne s'était jamais senti depuis la mort de Dean. Cependant, ce n'était pas du tout à Dean qu'il pensait à ce moment précis, ayant complètement occulté tout ce qui pouvait l'entourer, ne comprenant qu'une seule chose : elle l'avait abandonné, comme les autres, parce qu'il fallait qu'il en soit ainsi, il devait rester seul et ça, il s'en était efforcé face à elle, dans le cimetière… maintenant, la seule chose qu'il ressentait, c'était cette honte et cette nouvelle culpabilité d'avoir cédé si facilement, de l'avoir laissée espérer et de l'avoir laissé entrevoir celui qui avait disparu depuis bien longtemps, depuis la mort de Dean, depuis la seconde même où Ruby était revenue avec des promesses par milliers et des illusions toutes plus tentantes les unes que les autres. Sans trop savoir pourquoi ni comment, le Winchester avait finalement trouvé la force d'attraper quelques uns de ses vêtements (notamment son slip et son pantalon XD) pour se rhabiller en silence, mu par une certaine volonté de disparaître comme il l'avait voulu avant, retourner peut-être au motel… ou peut-être même pas, disparaître quelques temps, quelques heures, quelques jours peut-être… rester injoignable et loin de toute connexion avec les autres, seul, comme il devait en être. Elle n'allait certainement pas revenir avant un bout de temps, et il aurait le temps de disparaître jusqu'à ce qu'elle réussisse à passer à autre chose, ou quelque chose dans ces eaux-là… après tout, si lui était le démon qui avait libéré Lucifer, c'était à Dean de le renvoyer en Enfer… alors qu'est ce qu'il pouvait bien avoir à foutre là ? Hormis faire souffrir des gens, après tout… c'était sans doute ce qu'il faisait, pour s'amuser, sans même s'en rendre compte, renforçant cette part démoniaque en lui. Le silence pesait dans le petit appartement que le Winchester ne s'occupait même pas à observer, laissant son regard se poser quelque part et nulle part, ne faisant même pas attention à ce qu'il pouvait y trouver, n'ayant aucune envie de se mettre à faire autre chose que culpabiliser, comme si ça pouvait l'aider… sauf que ça ne l'aidait rien… et de toute manière c'était juste tant pis pour lui, tout simplement ! Ca lui travaillait l'esprit depuis qu'il était réveillé ce matin, il n'aurait pas du, il n'aurait jamais du et tout serait différent, pour lui, comme pour elle et surtout pour elle. A travers cette simple phrase qu'il avait prononcé… si lui il avait perdu ce refuge à sa culpabilité – refuge qu'il ne méritait même pas de toute manière – elle avait sans doute perdu bien plus, cette confiance qu'elle avait placé en lui, qui l'avait poussée à faire ce qui avait été fait… elle se sentait certainement trahie et souillée à présent, et c'était tout simplement le juste retour des choses. Quelques uns de ses vêtements étaient encore humides, mais il n'en avait franchement rien à faire et après plusieurs minutes de vaines recherches pas si motivées que ça, il n'avait finalement pas réussi à retrouver sa chemise. Se laissant tomber assis sur le fameux canapé qui avait partagé tant de leurs secrets communs, le Winchester s'était une nouvelle fois pris la tête entre les mains, renforçant dans ce moment de répit à sa recherche, ces remords qui lui envahissaient l'esprit, persuadé là encore qu'il ne méritait plus que d'être accablé par la honte et la culpabilité que préoccupé pour sa foutue chemise aussi moche que toutes les autres qu'il pouvait avoir ! Le silence s'était finalement arrêté, alors que les gouttes recommençaient à battre contre les vitres, comme hier alors qu'ils étaient tout juste rentrés ici, alors que Sam n'aurait jamais du passer le seuil de cet appartement ! Cette pensée lui foudroya l'esprit, rentrant dans le flot de remords qui le bouffait encore totalement… il faisait tout foirer, il merdait tout, intégralement et il ne savait même pas si disparaître était la chose adaptée à sa situation. Il aurait préféré mourir, donner son âme pour remonter le temps et changer des choses plutôt que d'avoir à affronter le fait d'avouer la vérité à quelqu'un qui comptait pour lui… quelqu'un comme Louisa. Car après tout, si Dean savait le fin mot de l'histoire, il ne savait même pas toutes les diaboliques étapes qui composaient cette histoire, tout ce qu'il avait fait et qui remontait par bribes de visions devant son esprit, comme pour le torturer encore plus. Il s'était mis à tourner dans la pièce comme un lion en cage, usant presque ses pieds nus contre le sol de l'appartement, faisant inlassablement des allers retours à pas rapides comme pour souffrir non plus que moralement mais aussi physiquement, comme si ça pouvait lui permettre quelque chose, d'échapper à sa culpabilité, à sa peine avec la douleur ou quelque chose dans le genre. Ca lui rongeait littéralement l'esprit, quitte même à le rendre fou, ça allait le rendre fou ! Ces remords, cette honte, cette culpabilité… comment il faisait pour vivre avec ?! Il n'en avait lui-même même pas l'idée, à croire qu'il ne faisait que survivre et qu'il devenait chaque jour de plus en plus l'ombre de lui-même, ce démon qu'il était impossible d'endormir à présent. Il ne voulait pas devenir cette chose, mais tout semblait s'acharner contre lui, le surnaturel finissait toujours par revenir, remonter au grand galop pour ramener toutes ses erreurs en plein dans sa face alors qu'il pouvait ne serait-ce que frôler l'espace de quelques secondes un moment de bonheur avec quelqu'un qui ne savait rien de lui, de ce qu'il avait pu faire. C'était encore pire que de ne pas avoir de moment de bonheur du tout ! Quitte à le faire souffrir, autant lui prendre tout de suite tout bonheur au lieu de l'agiter sous son nez et de tout foutre en l'air en quelques mots ! Il aurait pu tout envoyer valser, tout ce qui lui tombait sous la main, mais peut-être était-ce la pensée que c'était l'appartement de Louisa… ou qu'il cherchait à se contrôler, mais il se retint, se contentant de passer il ne savait même plus combien de fois une main dans ses cheveux, parfois les deux, pour les ébouriffer encore plus et se donner un aspect encore plus pathétique que la tronche qu'il pouvait avoir à ce moment précis. A force de tourner vainement comme ça sans même s'en rendre compte, le Winchester était parvenu à faire monter tous ces remords dans sa gorge, resserrant une nouvelle fois ce nœud qui n'avait même pas encore eu l'occasion de se desserrer ne serait-ce qu'un tout petit peu. Esquissant un nouveau froncement de sourcils sans même se préoccuper de sa cicatrice brûlante, Sam avait alors fermé les yeux, stoppant sa marche inlassable, et essayant de calmer la brûlure qui avait pris ses yeux, alors qu'il avait senti des pathétiques larmes d'il ne savait même pas quoi lui monter dans le regard. C'était complètement con de pleurer, il n'avait pas le droit, c'était lui qui avait merdé et il était bien trop tard pour se permettre de s'apitoyer sur son sort ! Son esprit fut à nouveau connecté au monde réel lorsque la porte s'ouvrit, laissant apparaître Louisa et laissant naître une nouvelle fois cette pensée dans laquelle il se demandait pourquoi il était encore là… après tout, elle lui avait dit de rester ici… mais il aurait du partir, c'était sans doute la meilleure chose à faire, pour elle… enfin, c'est ce dont il avait envie de se persuader. Ne prenant même pas le temps et encore moins le courage de croiser le regard de la jeune femme, le chasseur avait dévié les yeux, les laissant se river sur le vague alentours, comme s'il cherchait un refuge quelque part…refuge qu'il n'avait plus, tout simplement parce que dans la fraction de seconde où il avait croisé le regard de la jeune femme, il n'avait vu dans ses prunelles que cette méfiance et ce manque de confiance qui lui avaient fait tellement peur… qui changeaient tant de choses entre eux. Sans même le vouloir, il s'était assis, sur une chaise en bois, celle qu'il avait habilement mouillée hier soir alors qu'ils étaient rentrés sans un mot. Se posant de côté, Sam continuait de laisser divaguer son regard, ayant tout juste pris le temps de voir Louisa assise contre la porte de l'appartement avant de la quitter à nouveau des yeux, ne supportant vraiment pas tout ce qu'il lisait dans ses prunelles… il avait à ce moment précis encore plus envie de disparaître. Croisant les doigts de ses mains et les fixant en silence alors que ses coudes s'étaient appuyés sur ses genoux, Sam demeura silencieux, sachant pertinemment que ce n'était pas la chose à faire. Mais bon… il aurait aimé pouvoir s'approcher d'elle, avoir la force de soutenir son regard et pouvoir la rassurer, lui jurant quelque chose pour lui montrer qu'il n'était pas un monstre… mais à quoi pourrait bien servir toute cette mascarade ? Le persuader aussi ?! Non, il était un monstre, rien de plus et il ne méritait pas de trouver le courage de se persuader du contraire, il devait vivre avec, avec ces regards que l'on pose sur les monstres. Il déglutit difficilement, le nœud bloquant encore l'air ainsi que sa salive à présent, comme si son corps même l'empêchait de pouvoir parler ou quelque chose dans le genre. Qu'est ce qu'il pouvait bien dire hein ?! Qu'il était désolé ? Qu'il n'avait en fin de compte que l'aspect d'une pauvre victime manipulée ?! Tout lui raconter comme pour se justifier ?! C'était complètement inutile tout ça, nul, bidon !! Alors que cette pensée accablante lui traversait à nouveau l'esprit, il se rendit alors compte que sa voix était en train de rompre le silence, sans même qu'il le veuille, sentant que ses paroles seraient certainement ridiculement nulles de sens, comprenant que ce serait forcément des mensonges, des justifications vaines et débiles :

    « Je… je sais pas si ça pourrait changer quoique ce soit… mais j'en savais rien… j'étais… persuadé de la stopper… »

    Oui, comme il s'y était attendue, c'était bel et bien débile comme phrase, le "je savais pas", c'était vraiment la pire excuse qu'il avait pu trouver, mais peut-être l'avait-il fait exprès pour bien souligner qu'il n'avait aucune raison de chercher à se rassurer… parce que tout simplement, il n'avait pas de raison de se rassurer, il l'avait fait, il était responsable de tout ce qui arrivait ! L'espace de quelques secondes, il avait fermé les yeux… et s'il se mettait à tout raconter ? Il fallait commencer par où ?! Sa propre mort ? Celle de Dean ? Celle de sa mère ? Ce fameux jour où, comme l'esprit l'avait dit, il avait été maudit, choisi par les démons pour libérer Lucifer dans un jour plus ou moins lointain après avoir vécu l'Enfer depuis toujours… Il l'avait compris maintenant… tout ce qui était arrivé, à son père, à Dean, à tous les gens autour de lui qui comptaient pour lui un tant soit peu, Jess, et tous les autres… c'était à cause de lui, pour qu'il fasse ce qu'il avait finalement fait… comme si ça avait été écrit dans son destin depuis des années. Le nœud se renforça, mais il ne fit rien cette fois-ci pour le faire se desserrer ne serait-ce qu'un tout petit peu… il ne méritait même pas de trouver le courage de le faire taire.

    « I... il fallait que je l'arrête, elle allait briser le dernier Sceau… et… je voulais tellement qu'elle meurt… j'avais utilisé le Sceau comme prétexte pour la stopper… mais… je savais pas qu'en la tuant… Non, je voulais pas… si, si j'avais su, je l'aurais jamais fait… tout ce que je voulais, c'était aider mon frère à rattraper ses erreurs… et le venger… et je savais qu'il fallait la stopper. »

_________________

winchesters say "hi" - i wake up every evening with a big smile on my face, and it never feels out of place. and you're still probably working at a nine to five pace, i wonder how bad that tastes. when you see my face hope it gives you hell, hope it gives you hell. when you walk my way hope it gives you hell, hope it gives you hell. now where's your picket fence love ? and where's that shiny car ? you never seemed so tense love and never seen you fall so hard. VOTEZ POUR NOUS ♥
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Sam Winchester


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : MARY-W.
✾ MA CÉLÉBRITÉ : J.Padalecki
✾ MES CRÉDITS : Dodixe
✾ MON MOI² : Zadkiel
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 11/07/2009
✾ MES MESSAGES : 45276

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 28 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Chasseur


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: * Après la pluie... ▬ p v . Louisa   Jeu 6 Aoû - 12:56

    Il ferma à nouveau les yeux, qu'est ce qu'il avait pu raconter ? Il n'en avait aucune idée, c'était sorti tout seul, un maxi charabia qui n'avait fait qu'à chaque mot redonner de la force à ce qui nouait sa gorge, maintenant, il ne cherchait même plus le regard de Louisa, comme s'il savait qu'il n'y avait même plus de raison d'espérer d'y trouver ce qui l'avait quitté depuis qu'il avait parlé, depuis qu'il avait révélé ses secrets. Elle était comme Dean maintenant, elle ne lui faisait plus confiance et elle ne faisait certainement que se méfier de lui… et sans doute pas à tord… il fallait se méfier de lui, elle n'avait qu'à lui dire de partir, ce serait tellement plus facile que de rester là, dans ce silence bien trop pesant qui lui arrachait la peau à chacun des battements de son cœur, comme s'il attendait quelque chose qui n'arrivait pas… et qu'il savait déjà, qui n'arrivera jamais. Peut-être devait-il continuer de parler, de débiter tout ce blabla qui n'avait aucun sens pour lui, qui ne faisait que traduire il ne savait quoi… un doute, un remord… Il n'avait même pas la capacité de se lever de cette foutue chaise pour partir ou faire quoique ce soit, se contentant de fixer le vide depuis sa chaise comme s'il n'avait rien d'autre à faire, attendant, fébrilement… jusqu'à ce que ses propres paroles rompent à nouveau le silence que les gouttes de pluie contre la vitre ne faisaient que rompre trop discrètement :

    « Tout ce que je voulais… c'était la tuer… et ça a entraîné… tout ça… je savais pas… »

    Pourquoi il se répétait, ce crétin ?! Il avait rien de mieux à faire ?! "Je savais pas", oui, dans le cas de Ilchester, il ne savait pas, mais à ce moment précis, il ne faisait que se persuader que même s'il avait su, il l'aurait quand même fait… c'était comme ça que marchaient les monstres assoiffés de vengeance et d'il ne savait quel brin de folie qui l'avait poussé à faire ça ! Comme pour rompre le silence opressant qui l'étouffait presque, accélérant chacun des battements de son cœur, le rendant presque ivre tellement il avait l'esprit qui devenait fou, le Winchester s'était passé une nouvelle fois une main dans ses cheveux, dans une profonde inspiration, déviant le regard vers la fenêtre qui commençait à être inondée par les gouttes de pluie qui s'écroulaient au-dehors. Parmi les gouttes de pluie, dans le reflet, il pouvait voir Louisa, là, silencieuse encore pour le moment, son silence lui dévorant encore plus l'esprit que cette culpabilité, le rendant presque fou de peur à l'idée de ce qui allait arriver. Pourtant, son regard ne parvenait pas à lâcher ce reflet du regard, comme si c'était la seule chose d'elle, un reflet, qu'il pourrait encore se permettre de regarder à présent.


Spoiler:
 

_________________

winchesters say "hi" - i wake up every evening with a big smile on my face, and it never feels out of place. and you're still probably working at a nine to five pace, i wonder how bad that tastes. when you see my face hope it gives you hell, hope it gives you hell. when you walk my way hope it gives you hell, hope it gives you hell. now where's your picket fence love ? and where's that shiny car ? you never seemed so tense love and never seen you fall so hard. VOTEZ POUR NOUS ♥


Dernière édition par Sam Winchester le Ven 7 Aoû - 2:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Louisa Delacroix


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Megalyn
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Zooey Deschanel
✾ MES CRÉDITS : Megalyn & Shiya
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 13/07/2009
✾ MES MESSAGES : 999

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Infirmière


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: * Après la pluie... ▬ p v . Louisa   Ven 7 Aoû - 0:27

    L’attitude de Sam la frappa de plein fouet. Et la façon dont il s’était comporté toutes les fois où elle l’avait vu. Excepté cette nuit là, qui était en marge du reste. C’était la culpabilité. Une terrible culpabilité qui le dévorait de l’intérieur, ne lui laissant aucun répit. Lou s’en voulut d’être partie comme elle l’avait fait. Sam devait vivre avec depuis bien trop longtemps. Comment avait elle pu oser imaginer un seul instant qu’il avait fait ça volontairement ? Comment ? Elle qui n’avait jamais cru ni en Dieu ni en Lucifer ni en une quelconque autre religion, elle qui prétendait tenir à lui, elle l’avait abandonné au moment où il avait le plus besoin qu’on l’aide, qu’on le soutienne, qu’on lui affirme que ce n’était pas sa faute.
    Elle eut envie de pleurer. Pas pour elle, oh non, elle ne méritait que le fouet et la potence. Pour lui, qui souffrait tellement, en partie à cause d’elle.
    Il s’était laissé tomber plus que réellement assis sur la chaise. Il n’avait que son jean et il faisait frais dans le petit appartement de Louisa. Il fixait la fenêtre en grelottant. Il avait bien raison de ne pas la regarder, elle. Elle ne le méritait pas. Elle aurait voulu pouvoir parler, trouver les mots qui l’apaiseraient. Un peu. Elle en connaissait un bout en culpabilité, aussi savait elle pertinemment, hélas, que tant qu’il ne se serait pas pardonné à lui-même, même son pardon à elle ne suffirait pas. Encore que c’était plutôt à Sam de lui pardonner, et non pas l’inverse.
    Lou se leva sans bruit, passant derrière le jeune homme pour attraper la couverture qui traînait encore sur le tapis témoin de leurs ébats. Elle la déposa doucement sur ses épaules massives et l’en enveloppa avec tendresse, l’une de ses mains vagabondant sur la nuque de Sam. Puis elle s’installa à genoux, à même le sol. Elle posa une main sur sa cuisse, couvant Sam de son regard pâle.

    « Sam… » Elle croisa enfin son regard et lui sourit avec douceur. Au moins, elle était sûre qu’il l’écoutait, et qu’il ne partait pas dans ses justifications auxquelles elle n’avait compris que quelques bribes. A moins d’être un excellent comédien, les mots du jeune homme reflétaient ses pensées. Sa douleur, sa culpabilité. « Je te crois. Je n’aurais même pas dû douter de toi comme je l’ai fait. Je suis tellement désolée… » Elle soupira, confuse, détournant le regard un bref instant avant de le regarder à nouveau. « J’espère bien que tu ne voulais pas. » dit elle en souriant. « J’ai été élevée dans un orphelinat catholique, à la Nouvelle Orléans de surcroît, et pourtant je n’ai jamais cru à tout ça.
    As-tu vu la situation sous un autre angle, Sam ? Si tu as réellement libéré Lucifer, comment cela se fait il, alors qu’il est enfermé depuis des millénaires, qu’il n’ait encore rien fait ? Il ne devrait pas avoir besoin de se préparer, il est prétendument aussi puissant que Dieu. »


    Elle posa son autre main sur son bras, se voulant rassurante. Mais elle n’était pas vraiment persuadée que ses paroles aient convaincu complètement Sam. Si elles l’avaient convaincu. Il semblait à peine moins torturé que quelques instants auparavant. Aux grands maux les grands remèdes. Se redressant, elle s’installa sur les jambes de Sam, passant ses bras autour de son cou. « Tout ira bien. » murmura t’elle en l’embrassant doucement. Elle regarda ses points. « Tu as touché. » lui dit elle avec un regard suspicieux. « Tu es pire qu’un enfant. Je vais te mettre une collerette. » rajouta t’elle en se levant. Elle attrapa sa trousse, en sortant une compresse et du désinfectant. « Viens pas chouiner si ça pique, tu l’auras mérité. » lâcha t’elle en lui lançant un regard noir. Elle avait terriblement envie de rire, mais ça l’amusait tellement de voir son air légèrement paniqué et inquiet…

_________________
    VICTOR HUGO DEMAIN DES L'AUBE Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe, ni les voiles au loin descendant vers Harfleur, et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Sam Winchester


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : MARY-W.
✾ MA CÉLÉBRITÉ : J.Padalecki
✾ MES CRÉDITS : Dodixe
✾ MON MOI² : Zadkiel
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 11/07/2009
✾ MES MESSAGES : 45276

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 28 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Chasseur


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: * Après la pluie... ▬ p v . Louisa   Ven 7 Aoû - 2:28


La vie apprend à savoir pardonner, à tout pardonner.

    Elle avait disparu du reflet, dans un mouvement souple et presque imperceptible aux oreilles, c'était juste sa silhouette recroquevillée qui avait disparu, alors qu'elle s'était relevée. Le Winchester avait alors quitté la fenêtre du regard, n'ayant plus rien à regarder dans ce reflet, hormis les grosses gouttes de pluie qui se déversait au-dehors, montrant presque le temps qui fuyait tout doucement… il ne faisait en fait pas beau ce matin et les nuages avaient toujours été là depuis son réveil, comme un signe de mauvaise augure. Il avait posé son regard vers le sol, sans un mot, n'ayant plus rien à dire, ou ne pouvant pas dire quoique ce soit, n'ayant même pas la force de comprendre toutes les pensées qui lui tournaient dans l'esprit. Et puis, elle était revenue, plus silencieuse que jamais, ou sans même que Sam n'ait pu l'entendre, trop plongé dans ses pensées peut-être. D'un simple geste, elle venait de l'envahir d'une chaleur tendre, rien que par son étreinte, alors que la couverture qu'elle avait utilisée semblait futile à ce moment précis, la chaleur qu'il pouvait ressentir en sentant ses bras le serrer lui suffisant presque. Pourtant, c'était comme si cette étreinte, aussi chaude et sincère ait-elle pu être, n'avait même plus la force de faire taire toute la culpabilité qui l'envahissait à ce moment précis, le retenant prisonnier dans ce silence, dans ses propres pensées comme un autiste qui n'arrive même pas à se libérer de son esprit pour s'ouvrir aux autres. Mais bien peu lui importait maintenant, il se sentait bien, sans trop savoir pourquoi, malgré les remords qui lui bouffaient le cerveau, il percevait l'espoir fou d'avoir quelqu'un qui croyait en lui… ou qui cherchait à le faire. Il y avait encore ce "je le mérite pas" qui continuait de résonner dans son esprit, le retenant sans doute, l'empêchant de manifester quelle que réaction que ce soit, l'empêchant même de bouger ne serait-ce qu'un tout petit peu. Et puis, elle était repartie, pour se poster à genoux près de lui, alors qu'il n'avait même pas eu la force de détourner le regard pour la suivre des yeux. Elle avait dit son nom, de cette manière douce, comme hier alors que la nuit noire était tombée et que la pluie tombait dru sur les carreaux de la vitre. Ce simple mot, résonnant dans le silence, le fit baisser le regard vers elle, croisant ses prunelles bleues. L'espace de quelques instants, il y avait vu cette méfiance, alors que sa culpabilité semblait vouloir lui faire voir le mal partout… et puis, cet éclair avait disparu, alors que la chaleur qu'elle avait eu à son égard avant de savoir envahissait à nouveau ses yeux, le laissant dans un vague silence, qu'il ne savait même pas comment briser. Elle avait esquissé un sourire, qu'il n'avait même pas trouvé la force de lui rendre, se sentant une nouvelle fois ridicule de se plonger dans cette forme de léthargie inutile et sans intérêt… il aurait voulu pouvoir avoir un sourire en coin, comme pour lui donner une raison d'espérer et un signe de tendresse face à l'effort énorme qu'elle devait certainement être en train de faire pour pouvoir le regarder à nouveau… peut-être faisait-elle semblant, pour le rassurer encore pour le moment, le temps de le faire partir, de le laisser quitter sa vie ou quelque chose comme ça. Il ne savait même pas lui-même ce qu'il pensait, mais il avait envie de faire taire toutes ces pensées de "faux semblant" pour croire qu'elle faisait ça sincèrement, parce qu'elle tenait à lui et qu'elle essayait, dans un sens de lui donner une chance de se rattraper… ou de trouver à nouveau sa confiance. Le silence s'était prolongé après ce simple mot, pendant quelques secondes à peine, des secondes qui avaient paru être une éternité pour Sam qui ne se lassait pourtant pas de fixer le regard de Louisa, y percevant des sentiments qu'il ne croyait même plus pouvoir voir dans ses yeux. Et puis, elle avait reprit la parole, peut-être parce qu'elle ne supportait pas de le voir rester silencieux comme une tombe, encore torturé par ses pensées qui lui disaient tant de choses à la seconde comme pour l'accabler encore plus, alors que cette lueur d'il ne savait quoi s'était à nouveau manifestée quelques secondes après avoir croisé le regard bleuté de la jeune femme. Elle le croyait, enfin, c'est ce qu'il avait cru entendre… cette parole raisonna à son esprit comme s'il était vide, comme si c'était un écho qui ne se taisait jamais et il s'en délectait de ces quelques mots que peu de gens avaient dit une fois qu'il avait tout avoué. Mais peut-être que simplement elle n'avait même pas compris son charabia, ces bribes d'informations sorties de ses remords et de ses souvenirs alors qu'il ne savait même pas ce qu'il disait, trop plongé dans sa propre tête pour faire taire tout ce qui l'accablait alors. Il avait suivi ses paroles silencieusement, écoutant ce qu'elle pouvait bien dire, comprenant presque que ses mots à elle étaient chargés de remords quant à sa réaction. Réaction que Sam avait trouvé plus que légitime, tout le monde qui savait ce qu'il avait fait réagissait ainsi vis-à-vis de lui, il avait fallu bien plus de temps à Dean pour digérer le truc… et bien d'autres n'avaient même pas encore cherché à comprendre quoique ce soit. Là encore, toutes les pensées du Winchester avaient été à présent mues par une envie de faire un signe pour lui faire comprendre qu'il ne lui en voulait pour le rien du monde, alors qu'elle venait de lui demander pardon pour sa réaction, là encore. Pourtant, dans tout ce qui embrumait ses pensées, il n'avait même pas su trouver la force de faire quoique ce soit pour elle, se trouvant une nouvelle fois bien crétin à rester là et à ne rien faire pour chercher à la rassurer. Il ne voulait pas qu'elle s'en veuille pour sa réaction plus que légitime, elle avait réagit peut-être d'une façon qu'elle trouvait injuste ou autre chose, mais contrairement à bien des gens, elle était revenue vers lui, et ça, c'était sans doute ce qui importait le plus à présent. Là encore, le chasseur aurait aimé pouvoir traduire cette pensée par des paroles, des paroles qui ne parvenaient pas à franchir ses lèvres, à croire qu'il ne parvenait même plus à commander son corps et qu'il parlait sans même s'en rendre compte, trop dévoré par toutes ses pensées pour pouvoir donner des instructions à son cerveau qui agissait alors tout seul, comme par instinct de survie. Sans même qu'il s'en rende compte, elle était venue se caler dans ses bras, sur ses genoux, alors même qu'il était encore trop plongé dans ses pensées pour pouvoir réagir. Pourtant, il l'avait laissée faire, se délectant de ce geste d'affection qu'il avait attendu et qu'il avait redouté ne plus jamais avoir venant d'elle. Il se surprit même à esquisser un léger sourire, à peine perceptible au creux de ses lèvres malgré sa mine fatiguée et son air plus préoccupé que jamais. Il sentait ses bras autour de son cou, son corps contre le sien (ahhhhn, c'est reparti *sbaff* je me tais… u_____u) dans un contact qui l'apaisait plus qu'elle ne pouvait l'imaginer et sans même qu'il n'ait pu le soupçonner, comme si tout contact avec elle avait quelque chose de rassurant, qui faisait taire tous les démons qui l'envahissaient à chaque fois qu'il se mettait à culpabiliser. Malgré ce qui venait d'arriver, Louisa avait conservé cette force de chasser tous les démons de l'esprit de Sam, à croire qu'elle avait un don pour ça… et c'était si reposant qu'il se sentait maintenant la force de commander à nouveau son cerveau pour donner des signes de vie et des signes d'affection à son égard, envers ce qu'elle faisait pour lui et le pardon qu'elle lui accordait malgré ce qu'il lui avait caché et ce qu'il avait pu faire. Elle l'avait embrassé, après quelques paroles rassurantes qui l'apaisèrent une nouvelle fois, comme un gamin qui vient de faire un cauchemar ou de vivre la pire chose de sa vie qui venait à se faire réconforter par la plus douce des personnes à ses yeux. Il aurait voulu que ça dure des années comme ça, qu'ils restent sur cette chaise comme des guignols, mais il s'en fichait bien d'avoir l'air ridicule, il voulait juste apprendre à se délecter du moment qu'il vivait, quelques secondes où son cœur avait battu à la chamade mais plus rythmé par cette peur ou cette culpabilité, mais par bien autre chose, des sentiments beaucoup plus doux et apaisants, une forme de pardon, un bonheur qu'il ne se sentait même pas le droit de refuser, malgré ce qu'il avait pu faire. Elle avait finalement reprit la parole, sans même que ça le dérange, fixant la cicatrice qu'il avait bien du amocher en se passant la main une bonne multitude de fois sur son visage et dans ses cheveux… il n'avait même pas fait attention à la douleur qui lui traversait tout le front, bien trop occupé par la douleur qui lui avait dévoré l'esprit et le corps en entier. Sans retenue cette fois-ci, chose qu'il se permit de trouver bien étrange dans le flot de remords qui s'apaisait assez lentement, Sam esquissa un sourire, comme pour répondre à ses paroles, avant d'avoir un air quelque peu inquiet en la voyant sortir tout le matériel pour lui faire passer l'envie de passer une nouvelle fois la main sur cette foutue cicatrice qui lui brûlait plus que jamais maintenant, alors que son esprit s'était à nouveau vidé de cette culpabilité, comme si à présent, il avait réussi à les endormir l'espace de quelques temps, le temps qu'il passerait avec Louisa, enfin… qui sait pour combien de temps en vérité. Il n'avait pourtant pas bougé de sa chaise, non pas parce qu'il n'en avait pas eu la force ou parce qu'il n'avait pas su ordonner à son corps de bouger, mais tout simplement parce qu'il ne ressentait pas le besoin de bouger, sachant pertinemment qu'elle ferait comme hier, soigneusement, doucement et méticuleusement comme pour ne pas trop le faire souffrir. Il la laissa donc faire ce qu'elle avait à faire, ne préférant même pas les moments où il le faisait tout seul, comme s'il aimait finalement avoir quelqu'un d'attentionné qui le faisait pour lui. Alors qu'elle se mettait à appliquer le produit avec son fameux coton, Sam esquissa une légère grimace de douleur… il n'y était pas allé de main morte en la tripotant cette cicatrice et maintenant, ça lui faisait un mal de chien. Puis la douleur s'apaisa, ou il finit par s'y habituer… et le silence se posa à nouveau entre eux, dans son esprit sans même qu'il le veuille mais sans même qu'il le trouve lourd, là encore, ce n'était pas le même silence que lorsqu'il s'était retrouvé seul, curieusement, il ne doutait même pas de ce qu'elle pouvait penser de lui, il savait qu'il pouvait se sentir à l'aise dans ce silence. Pourtant, il le rompit par quelques paroles, comme ressentant le besoin de parler, de s'expliquer ou de répondre à ce qu'elle avait bien pu dire avant… même si après tout ce temps ça pouvait paraître bien hors sujet :


    « Si… si je suis ici, c'est à cause de ça… c'est parce qu'il commence à se manifester… et c'est ici que tout commence… »

    Sam accompagna la fin de sa phrase d'un léger froncement de sourcils qui devint très vite douloureux, alors que Louisa continuait d'étaler le produit sur sa plaie. Il retint une nouvelle grimace de douleur avant de laisser le silence se poser à nouveau, se perdant à nouveau dans ses pensées, cherchant une nouvelle fois quel pouvait être l'intérêt de commencer par une ville comme Ellington pour poser son Apocalypse et faire débarquer la mort et le carnage dans le monde…

_________________

winchesters say "hi" - i wake up every evening with a big smile on my face, and it never feels out of place. and you're still probably working at a nine to five pace, i wonder how bad that tastes. when you see my face hope it gives you hell, hope it gives you hell. when you walk my way hope it gives you hell, hope it gives you hell. now where's your picket fence love ? and where's that shiny car ? you never seemed so tense love and never seen you fall so hard. VOTEZ POUR NOUS ♥
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Louisa Delacroix


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Megalyn
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Zooey Deschanel
✾ MES CRÉDITS : Megalyn & Shiya
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 13/07/2009
✾ MES MESSAGES : 999

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Infirmière


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: * Après la pluie... ▬ p v . Louisa   Mer 12 Aoû - 8:20

    Sam restait silencieux, tandis que Lou tentait tant bien que mal de rattraper le coup sur sa balafre. Elle n’aurait surtout pas voulu qu’il ait une vilaine cicatrice boursouflée qui le défigurerait à moitié. Vraiment pas. Elle tentait, autant que faire se peut, de ne pas lui faire mal. Peine perdue par moments. Mais rapidement, il ne ressentit visiblement plus aucune douleur. Peut être parce qu’elle avait terminé. Ne disant rien elle non plus, elle rangea tout son matériel, digne de la trousse de secours d’un pompier secouriste.
    Il avait toutefois repris la parole, pour une phrase brève mais lourde de sens. S’il disait vrai, et Sam semblait très sûr de lui, alors la fin du monde commencerait à Ellington. En y réfléchissant bien, Lou n’avait pas envie de mourir. Pour venger ses parents ou pour quoi que ce soit d’autre. Elle n’avait plus envie. Elle aurait voulu fuir, emmener Sam avec elle et quitter cette ville qui ne serait bientôt plus qu’un champ de ruines encore plus dévasté que l’Europe pendant la Seconde Guerre Mondiale.
    Mais elle ne pouvait pas. Elle ne pouvait plus, en réalité. Tout avait changé et ce, bien avant qu’il ne passe la nuit chez elle, avec elle. Elle n’avait jamais pensé qu’elle avait un futur possible, quelque part, avec quelqu’un. Maintenant, c’était comme si elle voyait une lumière au bout du tunnel.
    Soupirant, elle se laissa tomber sur une chaise, face à lui. C’était vraiment trop bête. Maintenant que sa survie lui importait, elle était quasiment sûre de mourir à brève échéance. Savoir que Sam mourrait probablement au même moment ne la réjouissait même pas. Pire, elle avait peur de survivre, mais pas lui.
    Elle secoua la tête. Il ne manquait plus que ça. Qu’elle tombe VRAIMENT amoureuse de lui. Ça avait commencé comme ça avec Remy. Non, en fait, pas du tout. Il l’avait couverte de fleurs, harcelée, jusqu’à qu’elle cède. Avec Sam… C’était elle qui s’était plus ou moins jetée sur lui. Et puis Sam n’était pas Remy. Il était… Bon, peut être pas normal. Différent. Remy était un fou furieux qui voulait l’épouser. Sam, a priori, n’allait pas si vite en besogne. Enfin, Lou l’espérait…

    « Tu n’y arriveras pas seul. Ni même avec moi ou avec les quelques chasseurs que nous connaissons. Il faudrait un soutien… » Lou fit un pause. Dire… Ça… Lui semblait si aberrant, elle qui n’avait jamais cru en un dieu quelconque et pour qui les religions n’étaient qu’une vaste mascarade pour les faibles. « Un soutien d’en haut… » marmonna t’elle à contrecoeur, comme si ce n’était pas elle qui parlait. « J’arrive pas à croire que j’ai dit ça… »

    La jeune femme se releva avec souplesse, passant derrière Sam en silence, pensive. Tout était si bizarre. Si Lucifer existait vraiment, bien qu’elle fut encore sceptique malgré les affirmations de Sam, alors Dieu et ses…Anges devaient aussi exister. Ça semblait logique. Si une quelconque logique était possible dans leur monde.
    Posant les mains sur les épaules du jeune homme, elle prit doucement la serviette pour la passer dans ses cheveux encore humides. Et qui auraient besoin de bien plus qu’une vulgaire serviette pour être secs.
    Sam était tendu. Elle pouvait voir les muscles de son dos saillir (ouh ouh ouh) sous la tension qui l’habitait. Lâchant la serviette, elle posa à nouveau ses mains sur lui, massant avec douceur sa nuque tout aussi tendue que le reste, descendant le long de son dos.

    « Ne pense pas à tout ça quand tu es avec moi. S’il te plaît… »
    lui murmura t’elle en approchant les lèvres de son oreille.

_________________
    VICTOR HUGO DEMAIN DES L'AUBE Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe, ni les voiles au loin descendant vers Harfleur, et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Sam Winchester


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : MARY-W.
✾ MA CÉLÉBRITÉ : J.Padalecki
✾ MES CRÉDITS : Dodixe
✾ MON MOI² : Zadkiel
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 11/07/2009
✾ MES MESSAGES : 45276

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 28 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Chasseur


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: * Après la pluie... ▬ p v . Louisa   Ven 14 Aoû - 1:19

    Les paroles de Sam avaient sans doute eu plus d'effet qu'il n'aurait pu le soupçonner. Lui, avec le temps, il s'était fait à l'idée que l'Apocalypse était aux portes de ce monde, si bien, qu'il en parlait maintenant comme par habitude, disons que c'était le principal sujet de conversation qu'il avait avec Dean en ce moment. Il ne se rendit compte que plus tard, alors qu'il y avait un silence qui semblait pesant entre eux, qu'il aurait peut-être du mieux choisir ses mots et peut-être parler avec moins de neutralité de la situation dans laquelle ils se trouvaient. Il s'était à nouveau plongé dans ses réflexions, cherchant dans ses remords et sa culpabilité quelque chose, n'importe quoi. Ils n'avançaient pas, ils ramaient et tout dans ce arrivait à Ellington leur semblait abstrait, à croire que Lucifer avait dix coups d'avance sur eux et qu'ils préparait un truc énorme auquel ils ne s'attendaient certainement pas. Ce fut le soupire de Louisa, lorsqu'elle s'assit qui fit lever les yeux à Sam. Elle était là et il n'avait pas réussi à se rendre compte à quel point sa phrase avait pu être lourde à entendre pour la jeune femme. Si l'idée de mourir d'ici quelques mois à tout casser lui était devenue acceptable, ce n'était certainement pas facile à entendre pour tout le monde… encore moins maintenant. Il sentit un horrible pincement lui comprimer l'estomac… ou peut-être était-ce son cœur. Il l'avait su, cette nuit avait à présent changé pas mal de choses, trop de choses. Il avait peur de mourir maintenant… ou il ne voulait pas disparaître comme ça, pas aussi vite et laisser des gens derrière lui. Non… et il ne voulait pas que Louisa meure à cause de ses propres erreurs, c'était lui qui avait déclenché cette Apocalypse et il était hors de question qu'elle en paye le prix. Il n'aurait jamais du passer la nuit avec elle, il l'avait su et maintenant… tout son jugement était bouleversé. Voilà qu'il ne se jetait plus corps et âme dans sa quête à Lucifer, il n'avait plus dans l'idée principale de payer de sa vie pour stopper l'Apocalypse et sauver ce qui pouvait être sauvé… il n'était même plus prêt à donner sa vie pour ça. Posant son regard sur la jeune femme dans un nouveau silence alors que son soupire s'était évanoui dans le silence qui envahissait tout l'appartement, Sam ne savait pas quoi dire, fallait-il vraiment dire quelque chose ? Ce qu'il savait, c'est qu'il avait dépassé des limites qu'il s'était promis de ne jamais dépasser. Maintenant qu'il se retrouvait lié à quelqu'un d'une quelconque façon que ce qu'il pouvait ressentir pour Dean, le Winchester se sentait perdu et maintenant, il avait presque peur d'affronter ce qu'il avait sorti de ce trou de l'Enfer. Non, il ne devait pas, il n'avait pas le droit de tomber amoureux. Déjà, il ne le méritait pas… et puis, ça ne ferait que nuire à l'objectif qu'il s'était fixé, rien que l'attachement qu'il éprouvait pour elle le figeait sur place à l'idée de faire face à Lucifer d'ici peu… Il ne savait pas ce qu'elle, elle pouvait ressentir à ce moment précis, mais tout son esprit essayait de le persuader que ce n'était que de l'attachement qu'il éprouvait pour Louisa et qui lui faisait si peur face à la mort… ça ne pouvait pas être plus, il ne pouvait pas se permettre plus. Rien que le fait de s'être attaché à elle était une erreur, alors il ne devait certainement pas aller plus loin… ça ne ferait que la faire souffrir encore plus que ce qu'elle avait pu ressentir en apprenant ce qu'il avait vraiment fait. Oui, s'il lui avait dit qu'il avait libéré Lucifer, il n'avait pas encore parlé de ce sang maudit qui coule dans ses veines, de ses pouvoirs bizarres qui font grandir en lui un démon qu'il n'arrive même pas à maîtriser et qui le fait pencher de plus en plus, inlassablement vers un côté où il ne devrait pas s'aventurer. Comme pour voler à son secours et le sortir de ses pensées douloureuses, Louisa avait repris une nouvelle fois la parole, d'une voix faible mais compréhensible dans tout le silence qui régnait entre eux depuis quelques secondes, les quelques secondes pendant lesquelles il s'était plongé dans ses pensées. De ce qu'il savait de Lou, elle n'avait jamais vraiment voulu croire en Dieu et le simple fait de parler de religion pouvait lui faire presque péter les plombs. Mais elle parla pourtant avec calme, parlant d'une aide venue "d'en haut"… A ces paroles, Sam eut un ricanement sarcastique proche du soupire, un ricanement incontrôlé mais plein d'ironie qui en disait presque long sur les pensées qui lui traversaient l'esprit à ce moment précis. Quelle aide ? Les Anges ? Ces trucs aussi pourris que les démons qui n'ont rien fait pour l'empêcher de tuer Lilith et qui, pire, ont même empêché Dean d'intervenir… juste parce qu'ils voulaient un petit coup d'Apocalypse pour purifier le monde. De "Dieu" ? Ce type qui apparemment avait abandonné les armes depuis pas mal de temps, qui avait "abandonné" ses soldats à eux-mêmes et qui laissait sa Création tomber dans la noirceur du monde ? Non, l'aide "d'en haut" n'était pas celle que le Winchester attendait… et à vrai dire, il ne savait même plus d'où espérer une aide. Non, ils n'avaient vraiment aucune chance face à Lucifer et pourtant, lui, il était prêt à se battre jusqu'au bout… enfin, jusqu'à aujourd'hui, il s'était juré de se battre jusqu'au bout. Maintenant... Il y avait ce petit "et si on fuyait le plus loin possible" qui venait ébranler sa volonté, comme s'il voulait voir quelque part une lueur d'espoir ou comme si son esprit traduisait même ce pincement à son cœur qui ne voulait pas que ça s'arrête comme ça. Il effaça cette pensée dans un froncement de sourcils douloureux, comme si, en éveillant une douleur physique, il réussissait à faire disparaître toutes ces pensées horriblement douloureuses de son esprit. Levant alors le regard tandis que Louisa passait derrière lui, Sam garda le silence, alors qu'elle prenait la serviette qu'elle lui avait mise sur les épaules quelques minutes auparavant. Restant silencieux encore quelques secondes; le Winchester s'était replongé dans ses pensées sans même s'en rendre compte, comme s'il ne se rendait même plus compte qu'il se tourmentait quotidiennement l'esprit et ce, depuis des semaines. A force de ne pas dormir, de s'inquiéter et puis… de se retenir de boire ce foutu sang de démon qui commençait vraiment à lui manquer, Sam se sentait presque devenir fou… et pourtant, avec Louisa, cette dépendance disparaissait, et même si à présent tous ses doutes avaient remonté en son esprit, tout s'évanouit une nouvelle fois lorsqu'il sentit les mains de la jeune femme dans sa nuque. Il eut un léger soupire de douleur, tous les muscles de son corps étaient tellement crispés que même le plus doux des massages lui aurait été douloureux. Le chasseur ferma les yeux l'espace de quelques secondes, esquissant par la même un léger froncement de sourcils qui lui fit un nouvelle fois mal. Elle avait les mains chaudes et le simple contact de ses mains contre sa peau lui faisait du bien, lui vidait l'esprit de tout ce qu'il pouvait penser encore une fois, cette étrange sensation de bien être qu'il savait ne pas mériter, mais qu'il ne pouvait s'empêcher de ressentir en sa présence. Ca lui faisait du bien, parfois de pouvoir se vider les pensées de tout et de pouvoir se sentir léger l'espace de quelques instants. Alors que les mains de Louisa quittaient sa nuque pour descendre le long de son dos, Sam réprima un frisson, non pas parce qu'il avait froid… mais tout simplement parce qu'il se sentait bien là, malgré la pluie qui tombait dehors, l'esprit juste empli de chacune de ses sensations qu'il pouvait ressentir au contact de la jeune femme, de cette légèreté qu'elle semblait dégager, même dans des moments comme celui-ci. Il n'arrivait pas vraiment à comprendre pourquoi elle était revenue vers lui, il ne savait pas s'il méritait son pardon mais… il n'avait même pas envie de s'en inquiéter. Sentant la caresse des cheveux, bien que mouillés, de Louisa sur son épaule, Sam l'entendit dire quelques mots au creux de son oreille. A la fin de sa phrase, le Winchester eut un léger sourire en coin… Elle n'aurait pas pu lui demander mieux, il ne demandait qu'à avoir un endroit, quelque part où pouvoir se vider l'esprit de ces pensées sombres. Il ne s'attarda même pas à se demander s'il méritait vraiment d'avoir ce refuge où pouvoir penser à autre chose qu'à l'Apocalypse et, continuant d'esquisser ce léger sourire à la fois soulagé qu'elle lui demande ça et plein de compassion pour elle, le chasseur garda le silence quelques secondes. Elle n'avait peut-être pas envie de se retrouver plongée dans un truc aussi énorme et lui… il ne voulait pas l'assaillir de tous ses doutes ou de ce qu'il avait bien pu faire, ça ne ferait que dresser un mur de doute entre eux deux… ce qu'il ne voulait absolument pas, il voulait juste pouvoir se délecter de ce qu'ils vivaient ensemble, peut-être qu'ils allaient trop loin et qu'ils finiraient par se faire dépasser tous les deux par ce qui peut bien les lier… mais en ce moment, Sam ne voulait pas penser à ça. Posant sa main sur celle de Louisa qui était à présent sur son épaule, le Winchester eut quelques secondes de silence, avant de répondre, d'une voix qui se voulait posée, comme pour traduire la tranquillité qui régnait à la place de ses remords et sa culpabilité :

    « Ouais… tu as raison… »

    Il releva légèrement le regard vers la chasseuse pour croiser le sien. Lui qui avait pensé, pendant quelques instants il y a de cela pas si longtemps, ne plus pouvoir croiser son regard sans y voir de la méfiance. Il se risqua à soutenir son regard quelques secondes, comme anxieux de voir cette lueur qu'elle gardait, disparaître à force qu'il ne la soutienne des yeux. Mais apparemment non, elle restait, cette fameuse lueur rassurante qui lui faisait vraiment comprendre qu'il n'avait pas à penser à cette Apocalypse maintenant. Soutenant le regard de la jeune femme, Sam eut un nouveau sourire en coin, comme pour lui faire comprendre qu'il n'y pensait plus, et que ce poids sur sa conscience, elle l'avait, pour quelques instants, fait disparaître. Il aurait voulu pouvoir dire plus, quelque chose pour lui faire comprendre qu'il lui était reconnaissant qu'elle soit revenue vers lui, avec cet air habituel face à lui, malgré ce qu'il avait pu faire et malgré le mal qu'il ait pu lui faire en lui révélant une telle chose. Il ne lâcha pas tout de suite le regard de Louisa, ne cherchant pas ses mots, mais n'arrivant presque pas à croire que rien n'ait pu changer entre eux malgré tout ce qu'elle avait appris sur ce qui lui hantait l'esprit en ce moment.

_________________

winchesters say "hi" - i wake up every evening with a big smile on my face, and it never feels out of place. and you're still probably working at a nine to five pace, i wonder how bad that tastes. when you see my face hope it gives you hell, hope it gives you hell. when you walk my way hope it gives you hell, hope it gives you hell. now where's your picket fence love ? and where's that shiny car ? you never seemed so tense love and never seen you fall so hard. VOTEZ POUR NOUS ♥
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Louisa Delacroix


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Megalyn
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Zooey Deschanel
✾ MES CRÉDITS : Megalyn & Shiya
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 13/07/2009
✾ MES MESSAGES : 999

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Infirmière


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: * Après la pluie... ▬ p v . Louisa   Mar 25 Aoû - 7:36

    Le moindre contact avec Sam la faisait frissonner. Enfin, presque. Elle avait toujours beaucoup de mal à se retenir. Il ne fallait pas non plus qu’il la prenne pour une jeune pucelle (une ancienne jeune pucelle, plus exactement, car si elle l’avait été avant de le connaître, il avait fait d’elle une femme) effarouchée par le moindre contact avec un preux chevalier.
    Lou secoua la tête. Elle n’était plus une gamine pour croire ainsi aux contes de fées. Et pourtant. C’était exactement ce qu’elle avait l’impression de vivre. Sam ne voyait que les mauvais côtés de lui même, sans se rendre compte qu’il la rendait heureuse. Elle arriverait à lui ouvrir les yeux. A la longue, et en le travaillant au corps (qu’il avait parfait, par ailleurs). Tout du moins l’espérait elle, car Sam était, mine de rien, une sacrée tête de mule. Et si elle-même était extrêmement têtue aussi, il lui faisait diablement concurrence. Qu’à cela ne tienne, elle userait de toutes les méthodes, même les plus fourbes, incluant de se servir de son corps. Elle n’aurait aucune pitié.

    Lou se sentit soudain intensément observée. Elle lui sourit lorsqu’elle croisa son regard. Sam n’avait pas l’air de croire ce qui leur arrivait. Par moments, elle avait du mal, elle aussi. Elle n’avait jamais rien attendu de la vie, et voilà qu’elle lui faisait un cadeau. Empoisonné tout de même, étant donné qu’elle ne pourrait probablement pas beaucoup profiter de Sam. Elle secoua la tête imperceptiblement. Elle aurait bien d’autres occasions de penser à la noirceur du monde. Elle sortit de sa rêverie, soutenant le regard de Sam, et ne passant pas à côté de son petit sourire en coin.

    « Qu’est ce que tu prépares ? Ce sourire ne m’inspire rien de bon… »

    Elle ne put s’empêcher de rire. Peut être était elle complètement à côté de la plaque. Peut être mentait il depuis le début dans le seul but de se débarrasser d’elle. Pour un démon, un bon chasseur était un chasseur mort. Et, sans vantardise aucune, Lou était plutôt douée. Elle en avait éliminé plus que son quota. Sachant que Sam avait libéré Lucifer, elle pouvait avoir quelques doutes.
    La jeune femme retira brusquement sa main, soudain assaillie par le doute. La panique commença à l’envahir, aussi préféra t’elle lui tourner le dos quelques instants.
    Elle était vraiment trop stupide. Comment pouvait elle croire une telle chose ? Sam avait été son ami avant d’être son amant. Elle n’avait pas le droit de lui faire ça, de douter de lui sans qu’il n’y ait de raison particulière, hormis le fait qu’elle était une fieffée idiote. Elle prit son visage entre ses mains. Si elle doutait aussi facilement qu’elle le rassurait, ça ne serait pas facile tous les jours.
    Elle sentit une brusque migraine lui marteler les tempes. Ça faisait si longtemps qu’elle n’en avait plus eu qu’elle se demanda si elle avait encore de quoi faire passer la douleur. Se précipitant vers un tiroir de sa cuisine, elle en jeta le contenu sur le sol et attrapa la précieuse boîte. Il ne restait que deux cachets. De toute façon, elle allait devoir trouver un spécialiste, car cette douleur ne pouvait signifier qu’une chose.
    Elle avala les deux pilules en étouffant un gémissement de douleur. Elle ne pourrait pas mentir à Sam très longtemps. Encore fallait il qu’elle ne soit pas déjà en train de mourir. Elle soupira, rassemblant tout son courage pour le regarder à nouveau. Sam la fixait avec une franche inquiétude.


    Le médecin reposa les résultats de l’IRM avant de fixer gravement Louisa. La jeune femme sentit un frisson lui parcourir l’échine. Elle était capable de chasser les pires créatures ayant jamais existé sur Terre et un simple neurologue la terrorisait.

    « Depuis quand avez-vous ces douleurs ? »

    « Euh… Je ne sais pas, six mois je pense… » Lou pressa ses mains l’un contre l’autre. « C’est si grave que ça ? »

    « Melle Delacroix, vos migraines sont dûes à une tumeur. Nous devons vous opérer immédiatement pour la retirer et l’analyser. Le cas échéant, vous devrez subir des séances de radiothérapie et une chimiothérapie. »

    La jeune femme écarquilla les yeux.

    « Vous plaisantez ??? »



    C’était trois ans plus tôt. Comme l’avait craint le neurologue, c’était une tumeur cancéreuse. Mais elle était forte et avait vaincu la maladie. En sachant qu’elle aurait toujours une épée de Damoclès au dessus de la tête.
    Elle ne pouvait même pas contacter son médecin. Il avait été tué dans un accident de voiture peu de temps après sa guérison. Et Lou n’avait pas la moindre idée de l’endroit où pouvait être son dossier médical.

    « Je n’ai pas été très honnête avec toi, Sam… »
    murmura t’elle, n’ayant pas la force de lui en dire plus. Tout ce qu'elle réussit à faire fut d'écarter ses cheveux pour lui montrer une cicatrice sur le dessus de son crâne, et s'étendant d'une oreille à l'autre.

_________________
    VICTOR HUGO DEMAIN DES L'AUBE Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe, ni les voiles au loin descendant vers Harfleur, et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Sam Winchester


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : MARY-W.
✾ MA CÉLÉBRITÉ : J.Padalecki
✾ MES CRÉDITS : Dodixe
✾ MON MOI² : Zadkiel
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 11/07/2009
✾ MES MESSAGES : 45276

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 28 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Chasseur


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: * Après la pluie... ▬ p v . Louisa   Jeu 27 Aoû - 9:02

    Peut-être avait-il espéré trop tôt que rien n'allait changer entre eux après ce qu'il venait de dire, peut-être qu'après tout, elle parvenait bien à cacher ce qu'elle ressentait au fond, ou peut-être avait-elle l'intention de feindre jusqu'à ce qu'il s'en aille pour ne plus donner suite à cette nuit-là. Curieusement, il n'avait même pas pensé au fait qu'elle puisse le prendre pour un démon et soit mue par une étrange envie de le tuer comme c'était censé être son job à elle. Et de toute manière, comment est-ce qu'il pourrait prouver qu'il n'avait rien d'un démon ou d'un truc du même genre… il n'était lui-même pas très persuadé de ne pas en être un au fond de lui, de ne pas en porter un dans le fond de ses pensées encore assez claires pour le moment… et il ne savait même pas combien de temps encore il tiendrait sans se laisser dominer par ce côté sombre en lui. Des mois, jusqu'au bout, des jours… le temps défilait autour d'eux, les rapprochant petit à petit de l'inconnu qui devait certainement les terroriser l'un comme l'autre, même s'ils faisaient semblant de vivre à l'instant présent. Qu'est ce qui pouvait bien le terrifier lui, dans ce qui l'attendait ? La mort ? Bizarrement, il avait presque l'impression qu'après tout ce qu'il était en train de vivre, la mort serait comme le repos bien mérité, en Enfer tout comme autre part… comme si rien ne pouvait être pire que l'attraction terrestre et toutes ces conneries qui nous retiennent cloués au sol. Dans son esprit, c'était bel et bien ce qui allait l'attendre pendant les quelques temps qui lui restaient sur terre qui le torturait le plus. Cette idée de perdre pieds, de perdre tout ce qu'il pouvait avoir de cher, de se perdre lui-même sans aucun doute, de devenir ce qu'il sentait au fond de lui, de ne plus pouvoir rien contrôler de ces étranges pulsions qui le poussaient à vouloir utiliser le sang qui coulait dans ses veines pour être plus fort, plus puissant… l'avenir avait vraiment quelque chose de terrifiant, non pas parce qu'il menait logiquement à la fin du chemin, mais parce que Sam savait qu'avant la fin, sa vie allait encore être parsemée d'innombrables embûches dont il ne connaissait même pas la nature.

    C'était peut-être alors l'inconnu plus que l'avenir qui l'effrayait, ou peut-être était-ce une part des deux, tout comme c'était peut-être une part des deux qui venait de pousser Lou à enlever sa main du contact de celle de Sam, comme si sa main à lui contre la sienne à elle était brûlante. Le Winchester sentait toujours ce nœud au creux de son estomac, nœud qui le suivait partout quand il était avec son frère, avec quelqu'un qui savait ce dont il était capable, qui le suivait presque constamment et qui le suivrait maintenant même pour s'immiscer entre Louisa et lui. C'était une malédiction, la culpabilité le rongeait de l'intérieur, et le poussa même à ne même pas esquisser le moindre mouvement alors qu'elle venait presque de repousser son geste d'une manière plus ou moins indirecte. Déglutissant difficilement en gardant le silence pour relaisser son regard se balader en silence sur les alentours, Sam croisa les doigts de ses mains, les liants entre elles comme pour ne plus avoir à faire un tel geste pour être repoussé encore une fois. Il ne pouvait pas comprendre ce qui pouvait bien traverser l'esprit de Louisa à ce moment précis, alors qu'il avait posé sa main contre la sienne… une peur ? de la méfiance ? de la gêne ? Toutes ces idées se bousculaient dans sa tête comme une horrible mélodie criarde qui lui torturait l'esprit pour prendre le rendre fou. Il aurait aimé comprendre, pouvoir dire quelque chose, mais cette culpabilité lui disait seulement qu'il n'avait que ce qu'il méritait, et qu'il n'avait pas besoin de poser quelque question que ce soit, tout simplement parce qu'il savait très bien que ce qui avait poussé Lou à s'écarter, c'était ce qu'elle savait sur lui maintenant. Sentant sa mâchoire se crisper à ce moment, le Winchester essaya vainement de rassembler ses idées pour avoir la force de faire un mouvement, de se lever pour faire quelque chose. Il avait à nouveau envie de fuir maintenant, comme si c'était la réponse à tous ses problèmes comme si, ne plus être dans cette pièce avec elle à ce moment précis pourrait lui offrir un instant de répit duquel il se délecterait sûrement. Serrant ses doigts les uns entre les autres sans vraiment s'en rendre compte, le chasseur prit une longue inspiration discrète, esquissant un froncement de sourcils qui devint une nouvelle fois douloureux. Histoire de faire taire cette douleur et de délivrer ses doigts les uns des autres, Sam passa un doigts sur son sourcil, dans un geste presque incontrôlé que Louisa ne verrait pas de toute manière, puisqu'elle semblait lui faire dos maintenant… c'était comme s'il s'en rendait instinctivement compte.

    Il était plongé dans une forme de malaise qui le figeait sur sa chaise, alors que toute la volonté de son esprit voulait le pousser à se lever, faire quelque chose, n'importe quoi pour faire cesser ce moment horrible qui lui tordait le ventre dans une douleur horrible. Il gardait le silence, n'ayant pas la force de dire quoique ce soit, d'aligner des mots pour faire une phrase comme si, finalement, il comprenait que quoiqu'il puisse faire, Louisa continuerait de ressentir la méfiance et la trahison qui l'avait poussée à partir quand il avait enfin parlé. Et elle avait sans doute raison, de continuer à se méfier, de laisser cette barrière invisible entre eux, ce silence tendu et pénible… mais s'il devait en être ainsi, Sam avait apparemment que trop sous-estimé la douleur qu'il pouvait ressentir en sentant la trahison s'immiscer entre eux. Alors que le Winchester avait finalement baissé le regard vers le sol tout en liant une nouvelle fois ses mains entre elles, Louisa était partie comme une flèche en direction d'un tiroir dont elle vida brusquement le contenu sur le sol dans un fracas qui fit relever le regard au chasseur. Il ne savait pas vraiment ce qu'elle pouvait faire, elle semblait chercher quelque chose dans ce qui semblait être un bazar rangé ici au pif et amassé sur des mois. Il ne la lâchait plus du regard à présent, alors qu'elle semblait plongée dans un besoin de trouver ce qu'elle attendait de ce fameux tiroir. Restant silencieux et figé à tout ce qu'elle pouvait faire, le Winchester se contentait exclusivement de regarder, regarder les trucs s'amasser sur le sol, regarder Louisa chercher sans trop savoir quoi, regarder le temps défiler inlassablement, montré par la pluie dehors, par le jour qui était venu trop tôt mettre fin à leur nuit, par les choses qui s'amassaient sur le sol à chaque seconde. Finalement, le calme revint dans le brouhaha qu'elle avait causé en vidant tout son tiroir alors qu'elle enfilait une quelques cachets avec précipitation, ses mains légèrement tremblantes, mais pas à cause du froid. Là encore, Sam sentait cette intuition en lui, qui lui mordait horriblement chaque recoin de sa pensée, rendant chaque chose qu'il voyait douloureuse à regarder. Il aurait tellement voulu pouvoir esquisser le moindre mouvement vers elle, quitter cette chaise sur laquelle il était assis depuis trop longtemps, pouvoir faire quelques pas vers elle, rien que pour lui montrer, bien qu'elle lui fasse encore dos, qu'il était toujours là, quoiqu'elle fasse.

    C'est alors qu'elle prit finalement la parole, le fixant avec un air partagé entre la culpabilité et quelque chose de tout autre que Sam n'eut pas la force de chercher à interpréter. Il la distingua assez difficilement, bien qu'il ne fusse (c'est ça nan ?) pas loin d'elle alors qu'elle écartait ses cheveux. Entre quelques mèches de cheveux, une large cicatrice porteuse de bien des souvenirs douloureux traversait tout son crâne, rien que pour laisser une marque impossible à effacer d'un passé sûrement dur à surmonter et toujours gravé quelque part dans sa mémoire. Il esquissa un léger froncement de sourcils, comme s'il n'avait que la capacité de faire ça. En réalité, il n'avait la force que de faire ça, alors que des souvenirs douloureux lui appartenant à lui venaient se cramponner sur le moment présent. Jessica, sa propre mère, Madi… Sam semblait être là encore poursuivi avec toute celle avec qui il venait à s'attachait, par une forme de malédiction… cette même malédiction qui le poussait à ne s'attacher qu'à trop peu de gens, cette malédiction qui, par delà le fait du sang de démon qui coulait dans ses veines, l'avait poussé à ne pas vouloir s'attacher à Louisa, comme si, c'était écrit, qu'à partir du moment où leur histoire viendrait à dépasser le stade du baiser ou de l'attachement simple, quelque chose viendrait tout reprendre, de la manière la plus douloureuse qui soit, par le mal, par la mort, par cet avenir qui faisait froid dans le dos tant on le redoutait. Il finit par baisser le regard, non pas à cause de ce qu'elle venait de lui dire, mais à nouveau traversé par cette idée qu'il devrait disparaître, comme si, le fait de disparaître de sa vie maintenant amènerait forcément les douleurs de la jeune femme à disparaître… il s'était tellement cru porteur d'une malédiction qui tuait toutes celles qui étaient chères à son cœur que maintenant, il en arrivait presque à penser que s'il disparaissait de leur vie, tous leurs problèmes disparaîtraient, emmenés dans son sillage noir et maudit. Le silence était interminable, lourd et les gouttes de pluie contre la vitre marquaient le tempo des innombrables secondes qui passaient sans même que Sam ne trouve la force de parler, sans même qu'elle, elle cherche à interrompre le silence dans lequel il semblait s'être plongé.

    Etait-il heureux ? Il n'avait jamais pris le temps de répondre à cette question, de répondre à la question qu'on lui avait posé il y a de cela pas si longtemps. C'était toujours facile de feindre, de faire semblant de ne rien ressentir, de regarder silencieusement la route qui défilait devant lui… Mais au fond, derrière ses remords, derrière cette culpabilité qui l'empêchaient même de se pencher sur ce qu'il pouvait y avoir derrière, qu'est ce qu'il pouvait y avoir ? Il fut un temps où Sam y avait surpris de la colère… De la colère envers son frère, qui l'avait arraché à Jessica, laissant tout le temps à Azazel d'agir… un autre temps où il était en colère après son père, qu'il ne comprenait plus du tout et qui ne semblait qu'être préoccupé par ce démon, tellement, qu'il en venait à délaisser ce pour quoi il se battait… Et puis, il avait de nouveau été en colère après Dean, alors que les mois passants le rapprochant de l'Enfer, il l'abandonnait dans ce monde hostile qui n'était pas fait pour lui tout seul, encore moins dans cette vie là. Maintenant… ce n'était même plus de la colère, comme si celle-ci avait été mue par autre chose, par les épreuves, pour changer, pour devenir une peine qui le poussait à se haïr, à s'accabler sans cesse pour ne pas avoir à ressentir ce qui était horriblement douloureux en dessous. Non, il n'était pas heureux, et aussi loin qu'il puisse se souvenir, il avait été tellement torturé par le malheur et la culpabilité qu'il n'a que très rarement connu dans son existence des moments de bonheur parfait… juste quelques minutes, quelques heures éparses au milieu de milliers de souffrance qui finissaient par prendre le pas sur tout ce qui avait été bien. Là encore, c'était ce qu'il ressentait, depuis de longues minutes maintenant, alors qu'il se prenait en pleine face le revers de la médaille, le malheur qui viendrait tout occulter dans le bonheur qu'il avait ressenti avant le lever du jour. Toutes ces sensations tantôt plaisantes, tantôt douloureuses au point de lui faire serrer la mâchoire le plus fort possible pour souffrir physiquement, lui embrouillaient complètement l'esprit, le rendait trouble et pouvait presque lui donner la migraine. Elle ne lui avait pas parlé de cette fameuse cicatrice porteuse d'un douloureux passé qui lui traversait le crâne de part en part… et au fond, il s'en fichait royalement, il ne se sentait pas trahi… ça aurait tout l'air de l'arroseur arrosé s'il en avait été ainsi… non, il ressentait bien plus, comme si elle lui avait ôté une part de lui pour la torturer, cette part de son esprit qui avait cédé à ses avances, celle qui l'avait poussé à rester avec elle cette nuit, à la serrer dans ses bras, à profiter de ce moment avec elle, à en vouloir plus… Il avait froncé les sourcils, sans même s'en rendre compte, sans même pouvoir ressentir la moindre douleur tant tout ce qui lui traversait l'esprit était déjà douloureux.

_________________

winchesters say "hi" - i wake up every evening with a big smile on my face, and it never feels out of place. and you're still probably working at a nine to five pace, i wonder how bad that tastes. when you see my face hope it gives you hell, hope it gives you hell. when you walk my way hope it gives you hell, hope it gives you hell. now where's your picket fence love ? and where's that shiny car ? you never seemed so tense love and never seen you fall so hard. VOTEZ POUR NOUS ♥


Dernière édition par Sam Winchester le Sam 19 Sep - 10:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Sam Winchester


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : MARY-W.
✾ MA CÉLÉBRITÉ : J.Padalecki
✾ MES CRÉDITS : Dodixe
✾ MON MOI² : Zadkiel
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 11/07/2009
✾ MES MESSAGES : 45276

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 28 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Chasseur


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: * Après la pluie... ▬ p v . Louisa   Jeu 27 Aoû - 9:03

    Personne sans doute ne saurait dire combien de temps ce silence pesant avait duré, trop longtemps, alors que Sam se perdait dans ses pensées, alors que Louisa devait sans doute attendre quelque chose venant de lui, alors qu'il avait envie de pouvoir tout effacer des sentiments qu'il ressentait et ainsi… pouvoir faire comme si de rien n'était, esquisser un sourire et la prendre dans ses bras, l'air de rien. Mais non… il n'y avait plus de "l'air de rien", il ne pouvait plus rien feindre avec elle, et encore moins un sourire. Alors oui, il avait sans doute cet air grave sur le visage, ce froncement de sourcils qui pouvait faire peur tant il sous entendait à la fois tout et rien, ce regard posé dans le vague comme s'il n'avait plus la force de la regarder elle, ces mains jointes et terriblement serrées par une volonté qu'il ne maîtrisait même pas. Dans le silence, il se surprit à écouter les battements de la pluie contre les carreaux, ces petits bruits incessants qui étaient là, bien heureusement, pour ne pas laisser un silence de mort se poser entre eux deux. Non, il ne fallait pas… Cette pensée lui traversa faiblement l'esprit, se répercutant petit à petit entre ses méninges, comme pour le forcer à revenir à la réalité. Mais que devait-il faire alors ? Nier l'évidence, avoir un sourire et faire comme si de rien n'était… ou faire tout l'inverse et s'inquiéter et en faire trop alors qu'elle n'en avait certainement pas envie. Il ne savait pas vraiment ce qui était le plus adapté à ce qu'ils pouvaient vouloir entre eux… nier ou rester avec elle coûte que puisse coûter ce qui semblait être une épreuve. Il aurait aimé avoir instinctivement la réponse adéquate à sa question, comme s'il fallait qu'il trouve quoi faire tout de suite, réagir juste comme elle le voulait, comme elle en avait besoin. Peut-être n'avait-elle besoin de rien venant de lui, comme si, cette méfiance qu'elle avait maintenant à son écart la poussait à ne rien vouloir de lui, pas même quelques paroles… cette pensée traversa douloureusement l'esprit de Sam comme pour le réveiller brusquement du silence dans lequel il était plongé depuis trop longtemps maintenant. Non, il n'avait pas oublié qu'elle s'était écartée au moment où il avait posé la main sur la sienne, et il sentait encore chez elle cette forme de méfiance, cet éloignement qu'il avait naïvement pensé effacé par Louisa qui avait alors fait le premier pas comme pour lui montrer qu'elle ne le craignait pas et qu'elle ne lui en voulait pas. Mais apparemment… ses gestes avaient fait que cacher une réalité dure et sourde qui triturait maintenant l'esprit de Sam pour rendre tout ce qu'il trouvait à faire pour elle nul et complètement déplacé. Après tout, si elle n'avait même plus confiance en lui, qu'est ce qu'il pouvait bien faire pour changer les choses… rien de ce qu'il pourrait faire n'aurait d'importance pour elle… elle pourrait même presque en venir à le repousser encore une fois, encore mue par cette méfiance qui l'habitait malgré ce qu'elle avait dit.

    Oh et puis tant pis. Il finit simplement par fixer une nouvelle fois Louisa droit dans les yeux, prenant une nouvelle inspiration avant d'avoir enfin la force de se relever. La distance qui les séparait n'était pas très longue, ainsi, il n'eut même pas un pas à faire pour pouvoir prendre la jeune femme par la main pour l'attirer doucement vers lui, avec la même délicatesse qu'il avait toujours eu avec elle, comme pour ne pas lui faire de mal, ayant quelque peu oublié son épaule endolorie mais n'y faisant pas pour autant totalement abstraction. Il ne savait pas trop si son geste allait être bien accueilli par la jeune femme car toujours hanté par ce recul qu'elle avait eu quelques minutes auparavant, mais il ne prit pas le temps de se poser dix mille questions à la seconde, passant son autre main dans le dos de la jeune femme pour l'enlacer tendrement et l'entourer de ses bras, parce qu'après tout, c'était ce qu'il avait voulu faire pour elle, c'était le geste qu'il avait aimé qu'elle fasse pour lui quand il n'avait pas été bien quelques instants plus tôt. Il se sentait bien comme ça, à la serrer contre lui sans aucune pensée autre que ce grand vide apaisant seulement coupé par les gouttes de pluie dont le son résonnait dans son crâne pour occuper le simple vide dans lequel il se sentait transporté. Il ne pensait même pas au fait qu'elle puisse le repousser, du moins, il n'y pensait plus, et à ce moment précis, l'avenir avait perdu tout son côté terrifiant, comme si, le moment présent lui permettait, à lui en tout cas, d'affronter toutes les embûches qu'il pourrait amener en arrivant… tout, ou presque.


Spoiler:
 

_________________

winchesters say "hi" - i wake up every evening with a big smile on my face, and it never feels out of place. and you're still probably working at a nine to five pace, i wonder how bad that tastes. when you see my face hope it gives you hell, hope it gives you hell. when you walk my way hope it gives you hell, hope it gives you hell. now where's your picket fence love ? and where's that shiny car ? you never seemed so tense love and never seen you fall so hard. VOTEZ POUR NOUS ♥
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Louisa Delacroix


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Megalyn
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Zooey Deschanel
✾ MES CRÉDITS : Megalyn & Shiya
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 13/07/2009
✾ MES MESSAGES : 999

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Infirmière


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: * Après la pluie... ▬ p v . Louisa   Sam 29 Aoû - 1:26

    Jamais elle n’avait eu aussi mal. Jamais elle n’avait eu aussi. Jamais elle n’avait eu autant envie de vivre que lorsqu’elle était à l’hôpital, à souffrir le martyre. A subir chimiothérapie sur chimiothérapie, radiothérapie sur radiothérapie. Et les opérations, dont elle n’était jamais sûr de se réveiller. Ou de se réveiller comme elle était auparavant. Cela avait été dur. Elle passait ses journées avec les autres malades. Cela créait des liens, malgré le fait qu’elle avait toujours catégoriquement refusé de se lier à qui que ce soit. Elle était heureuse quand l’un de ses amis de galère partait, guéri. Et elle était terrorisée quand un autre partait, emporté par la maladie.
    Mais elle s’en était sortie. Un an de souffrance et de bataille n’avait pas eu raison d’elle. Elle avait une mission, un travail, pour permettre à ces malades de guérir à leur tour, et aux bien portants de vivre. Non, elle avait refusé d’accepter une mort comme celle là. Sa mort à elle devait être contre un démon, ou n’importe quelle autre mauvaise créature.

    Lou aurait pu vouloir dire tout cela à Sam. Lui expliquer à quel point être seule avait été plus dur que tout le reste. Lui dire qu’elle ne le forcerait pas à rester si c’était trop dur pour lui. Tout en espérant qu’il ne partirait pas, car si elle était à nouveau malade, elle savait que se battre sans lui serait trop dur et qu’elle se laisserait mourir.
    Elle s’en voulut d’avoir manifesté de la méfiance à l’égard de Sam. Il ne le méritait pas. Bien au contraire. Il avait une basse estime de lui-même, mais il était dans le faux sur toute la ligne. Aucun être humain au monde n’était plus généreux et plus courageux que lui. Personne n’était parfait, et il avait fait la plus grossière des erreurs. Mais pouvait on l’en blâmer.

    Le silence entre eux la glaçait. Elle était terrorisée à l’idée qu’il pense qu’elle ne voulait plus de lui. Qu’il s’imagine qu’elle désirait qu’il parte et ne revienne jamais. Mais la douleur, qui s’estompait à peine, l’empêchait de parler. Elle avait l’impression d’avoir un semi remorque en appui sur les épaules.
    Pourrait il comprendre ce qu’elle ressentait ? La peur, la douleur ? L’envie de tout laisser tomber, d’avaler une boîte de lourds médicaments et s’endormir pour toujours ? Pourrait il lui pardonner d’avoir de telles pensées ? Pire, pourrait il lui pardonner si elle le faisait ? Elle n’en savait rien. Au fond, malgré la profondeur de ses sentiments pour Sam, elle ne le connaissait pas si bien. Elle avait confiance en lui mais ne savait pas vraiment comment il pouvait réagir. Il avait déjà perdu celle qu’il aimait. Elle n’irait pas jusqu’à croire naïvement qu’il l’aimait, encore moins autant que sa dulcinée, mais elle osait espérer qu’elle comptait pour lui. Autant qu’il comptait pour elle.

    Sans un bruit, il s’était levé, tuant l’espace qui les séparait en deux de ses pas. Lou se sentait encore dans les vapes, faiblarde, se demandant comment elle parvenait à encore tenir debout. Il lui prit la main. La mauvaise, mais le calmant avait aussi anesthésié son épaule malmenée par un tombeau un peu trop récalcitrant. Elle se laissa attirer contre lui. Au fond, c’était tout ce qu’elle voulait. Qu’il la serre dans ses bras comme il était en train de le faire. Rien de plus. Les mots auraient été bien inutiles dans leur triste situation.
    Toutefois, elle ne pouvait pas rester silencieuse plus longtemps. Elle ne devait pas. Il avait le droit de savoir. Ce n’était de toute façon pas une chose qu’elle pourrait taire plu longtemps. Bien que les bras du jeune homme soient le meilleur et unique endroit où Lou avait envie d’être, elle ne pouvait pas y rester plus longtemps. S’écartant de lui avec regrets, elle plongea son regard clair dans celui de Sam.

    « Je vais mourir. » Elle fit une pause. Le dire de cette façon était douloureux. La vie se montrait enfin généreuse, et voilà qu’elle allait mourir. « Enfin, peut être. Je sais qu’on meurt tous un jour, mais j’ai de bonnes chances de mourir avant. Bien avant qu’un quelconque démon ne s’occupe de moi… »

_________________
    VICTOR HUGO DEMAIN DES L'AUBE Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe, ni les voiles au loin descendant vers Harfleur, et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Sam Winchester


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : MARY-W.
✾ MA CÉLÉBRITÉ : J.Padalecki
✾ MES CRÉDITS : Dodixe
✾ MON MOI² : Zadkiel
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 11/07/2009
✾ MES MESSAGES : 45276

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 28 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Chasseur


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: * Après la pluie... ▬ p v . Louisa   Lun 31 Aoû - 11:38

    Dans toute sa vie, Sam avait eu beau traverser des épreuves que peu de gens pouvaient même pas imaginer, il ne parvenait tout de même pas comprendre ce que Louisa avait pu ressentir lorsqu'elle avait franchi cette étape de son existence. La peur, la solitude, la douleur… tout ce qui pouvait accabler et décourager au plus haut point une personne, lui donner envie de déposer bagages et de partir très loin, sans jamais revenir, bien entendu. Dans son existence, le Winchester en avait connu, des épreuves, son enfance en avait été une à elle toute seule, son père, toujours absent et il ne savait où, son frère là pour l'élever mais toujours avec ce quelque chose qui le rendait agressif, cette vie, qu'il avait voulue normale, mais qui ne l'était pas, et qui s'annoncerait encore moins normal pour les années à venir, encore et encore, inlassablement. Le simple fait de penser qu'un cancer aurait pu bouleverser sa vie du tout au tout semblait bien trop banal aux yeux de Sam qui n'arrivait même pas à imaginer aujourd'hui qu'une maladie ou quelque chose dans le genre puisse l'emmener loin de tout ce qu'il se devait traverser, loin de ces douloureuses épreuves qui jalonnaient chaque jour son existence… après tout, mourir d'une maladie pourrait presque être une mort calme et reposante pour le Winchester, une mort qu'il ne méritait certainement pas. Penser qu'une telle chose puisse aussi emporter quelqu'un autour de lui n'avait là encore jamais traverser l'esprit du chasseur comme si, leur vie déjà assez nulle comme ça les épargnait de tout ce qui pouvait être du genre "malheur banal", les maladies, la pauvreté, les accidents de la route ou ces choses à peu près similaires. Aussi loin qu'il la connaissait, Sam n'avait jamais cherché à savoir des choses personnelles sur l'existence de Louisa, comme si, ce qu'il pouvait savoir dans ce qu'elle était, ses actions et ses choix pouvaient amplement lui suffire pour la connaître presque par cœur. C'était sans doute une belle vision édulcorée des choses, après tout, le chasseur n'arrivait même pas à se comprendre lui-même, il ne savait même pas ce qu'il serait demain, s'il resterait le type qu'il était à ce moment précis, ou s'il se retrouverait propulsé parmi les démons, par ce côté maléfique en lui qui grandissait, prenant de plus en plus de place dans son esprit, dans son instinct et dans tout ce qui faisait de lui ce qu'il était.

    Il aurait aimé savoir ce que Louisa pouvait bien attendre de lui, il aurait aimé qu'elle lui murmure quelques mots au creux de l'oreille, qu'elle lui demande de ne jamais l'abandonner ou tout simplement de ne rien tenter de stupide pour ne pas la laisser disparaître… Mais elle ne lui avait rien dit, enfin, pas encore et à cet instant précis, toutes ces possibilités se bousculaient dans l'esprit de Sam, il y avait une part de lui qui voudrait fuir, comme là encore pour emporter cette malédiction avec lui et lui donner une chance à elle, de vivre et puis, il y avait cette part typiquement "Winchester" qui se disait prête à tout pour ne pas la laisser mourir sans rien faire, cette part, divisée par cette peur de voir tous ses proches mourir mais aussi par des sentiments forts, il tenait à elle… plus même qu'il ne l'admettait pour le moment, plus que ce qu'il parvenait encore à montrer, tout simplement parce qu'il avait appris avec le temps à ne plus rien montrer. Il l'avait serrée contre lui, comme dans une dernière étreinte, comme si c'était là un adieu, cherchant à profiter de chaque seconde qui passait, de chaque contact entre eux deux que ce simple geste entraînait. Ses cheveux sous ses mains, son corps contre le sien, sa chaleur le réchauffant un tant soit peu, tant de moments partagés pour être oubliés avec facilité. Sam n'aurait su dire combien de temps il avait duré, ce contact entre eux deux, comme si, tout ce qui s'était bousculé dans son esprit à cet instant là avait tout envoyé valser, les secondes qui défilaient, l'avenir effrayant qui lui traversait sans cesse l'esprit depuis de longues minutes, ce côté démoniaque qu'il ne ressentait même plus alors qu'il trouvait aussi un soupçon de refuge dans le contact chaleureux qu'il avait cherché à lui faire passer. Peut-être serait-ce vraiment le dernier après tout, il n'en avait pas lui-même idée… il ne savait toujours pas quoi faire, comme perdu au milieu d'un chemin qu'il n'avait jamais emprunté. Il avait beau avoir affronté des esprits, des démons et des créatures aux noms étranges, il se sentait tristement perdu et désarmé à cet instant précis, comme si, quelque chose cherchait à lui faire comprendre qu'il n'était pas armé pour faire face à tout. Alors qu'elle restait dans ses bras, Sam avait pris une longue inspiration, sans doute pour avoir de l'air alors qu'à présent, il s'empêchait presque de respirer pour ne pas faire de bruit et ne surtout pas briser cet instant bien trop court, qui finirait obligatoirement par disparaître, par être distillé dans trop de malheur, dans le malheur qui semblait planer sur eux deux, les lier ou les délier… personne ne saurait encore le dire.

    C'est bizarre, mais à cet instant précis, il aurait tout pu donner pour être à la place d'un quelconque ange ou avoir la simple possibilité d'exaucer un simple de ses vœux, rien qu'histoire de changer tout ce qui arrivait à ce moment précis, rien que pour demander que le nœud qui se resserrait au creux de son estomac alors que le doute planait, disparaisse encore quelques minutes, jusqu'à ce qu'il en vienne par finalement se retrouver seul, seul à pouvoir faire ce qu'il voulait, réfléchir ou quelque chose d'autre, il ne saurait encore le dire. Elle finit par s'écarter de ses bras, laissant naître une nouvelle fois le doute dans tout l'esprit de Sam… Peut-être qu'elle s'écartait encore par méfiance… tout simplement parce qu'elle ne pouvait certainement pas faire semblant plus longtemps… après tout, personne ne le pouvait, pas même Dean n'arrivait à feindre de ne plus se méfier de son propre frère… alors pourquoi elle, elle y arriverait, alors qu'il lui avait trop menti, tout comme aux autres. Alors qu'elle quittait ses bras, Sam resta muet, comme pour assembler ses idées et ne pas céder à il ne savait quoi qui pourrait le pousser à faire il ne savait même pas quoi (c'est dire quand même à quel point le pauvre Sammy ne se comprenait pas toujours !). Elle finit par croiser son regard, décrispant un tant soit peu sa mâchoire par ses prunelles toujours aussi douces, quoique maintenant mêlées à de la crainte, ou quelque chose qui s'y apparentait, qui était peut-être même encore plus dévorant que de la simple crainte. Sam soutenait son regard, s'y perdant quelques fois pour tenter d'y déceler quelque chose, pour comprendre la situation, pour savoir quoi faire, pour savoir s'armer face à l'inconnu qu'il se prenait en pleine face; il aurait tellement voulu pouvoir trouver d'instinct les mots, il aurait aimé que les paroles viennent d'elles même, que les actes soient les bons, encore une fois, il se torturait l'esprit de ces pensées, comme pour s'accabler et arrêter de penser à quoique ce soit d'autre qui puisse être encore plus douloureux que ce qu'il voulait bien imaginer.

    Louisa avait pris la parole, de cette même voix basse et reposante, et Sam ne voulait pas perdre une seule chose de ce qu'elle pouvait dire, comme si la réponse à ce qu'il attendait se trouvait dans ses mots, comme si, rien qu'en l'écoutant, il saurait quoi faire, comme un psy ou quelque chose dans le genre… Mais peut-être qu'elle n'avait pas besoin de parler, peut-être qu'elle avait juste besoin d'être écoutée… il se sentait perdu, il ne savait plus quoi faire tant les idées se bousculaient dans son esprit sans jamais être les bonnes. Pendant les paroles de la jeune femme, Sam esquissa un léger froncement de sourcils, douloureux sans même qu'il ne s'attarde sur cette idée, alors qu'il s'efforçait de garder le silence pour ne pas la couper, n'ayant aucune envie qu'elle arrête de parler, tout simplement parce qu'il espérait trouver quelque chose pour la rassurer comme elle l'avait fait quelques minutes auparavant avec lui, avec ses gestes, avec son affection et ses paroles. A chacun de ses mots, il s'était efforcé de la regarder droit dans les yeux, sans rien laisser paraître, pas même cette colère qui l'envahissait encore une fois, envers tout ce qui pouvait se trouver ici, envers les choses qu'il ne parvenait pas à comprendre, envers elle, même… parce qu'elle ne semblait même pas pouvoir montrer quelque signe que ce soit d'espoir de se sortir de là, alors que lui, au fond, il avait besoin de sentir qu'elle voulait s'en sortir… parce qu'il avait besoin de ça pour tenir son regard, pour rester auprès d'elle comme il le voulait, pour rester fort s'il le pouvait encore. Alors qu'elle s'était écartée de lui pour capter son regard, Sam avait laissé sa main se poser dans la sienne, sans même s'en rendre compte, comme si sa main avait instinctivement besoin de se retrouver quelque part, dans un endroit chaud où trouver ne serait-ce qu'un soupçon d'espoir alors qu'il ne parvenait pas à en voir sur le visage de la chasseuse face à lui, ou même dans ses paroles si simples pourtant. Serrant les doigts de Louisa avec douceur dans les siens pour les réchauffer sans doute, Sam continuait de soutenir son regard, n'ayant plus la volonté de détourner les yeux ou même de vouloir échapper à ce qu'il lisait dans le regard de la jeune femme.

    « N-ne dis pas ça… Je… ne laisserai rien t'arriver et je serai là… quoiqu'il se passe… alors… »

    Il ne finit pas sa phrase, ayant légèrement desserré son étreinte autour des doigts de Louisa, laissant sa main dans la sienne mais plus comme si son cerveau n'avait pas la possibilité de commander autre chose comme action. Il se sentait un peu perdu, voire même plus qu'il ne pouvait le penser… il était vraiment perdu et la seule chose qu'il pouvait faire à cet instant précis, c'était espérer… espérer que ce qu'il disait était vrai, espérer qu'il aurait la force de rester avec elle, de faire comme si de rien n'était, comme si ce qui pourrait l'ébranler elle le laisserait fort et d'attaque pour combattre pour deux, il ne savait pas s'il aurait la force de la relever dans les moments durs, il ne savait même pas s'il ne serait pas le premier des deux à s'effondrer sous une pression qu'il n'avait jamais ressentie auparavant. Il voulait que tout ce qu'il ait soit vrai, que tout arrive vraiment, qu'il soit assez fort pour tenir le choc et rester inébranlable, debout pour deux malgré ce qu'ils allaient traverser… ensemble ou non. Il finit par réussir à commander une nouvelle fois à ses bras de rapprocher la jeune femme de lui, pour l'enlacer encore avec délicatesse, parce qu'il en avait encore besoin, pour apaiser ce qui le torturait à cet instant précis, parce qu'il espérait que ça lui faisait du bien à elle aussi, parce qu'il espérait que c'était tout ce qu'elle pouvait vouloir de lui, encore une fois. La serrant contre lui, le Winchester laissa son regard divaguer sur la pièce, s'arrêtant sur tout ce qui avait été déversé sur le sol, mais n'y faisant pas attention, car ne faisant attention à rien de ce qui pouvait les entourer :

    « Alors… n'y pense pas… pas maintenant. »

    Alors que la fin de sa phrase résonnait au creux de ses propres oreilles, Sam déglutit avec difficulté, ressentant toujours cette impression de lourdeur au creux de l'estomac, se sentant douloureuse happé par une fatalité, ou quelque chose dans le genre, qui le ramenait inlassablement vers le malheur d'autrui, comme si, dans la malédiction qu'était son existence même, il ne pouvait qu'apporter le malheur où qu'il s'arrête, où qu'il se sente bien.

_________________

winchesters say "hi" - i wake up every evening with a big smile on my face, and it never feels out of place. and you're still probably working at a nine to five pace, i wonder how bad that tastes. when you see my face hope it gives you hell, hope it gives you hell. when you walk my way hope it gives you hell, hope it gives you hell. now where's your picket fence love ? and where's that shiny car ? you never seemed so tense love and never seen you fall so hard. VOTEZ POUR NOUS ♥


Dernière édition par Sam Winchester le Dim 13 Sep - 8:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Louisa Delacroix


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Megalyn
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Zooey Deschanel
✾ MES CRÉDITS : Megalyn & Shiya
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 13/07/2009
✾ MES MESSAGES : 999

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Infirmière


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: * Après la pluie... ▬ p v . Louisa   Ven 4 Sep - 6:44

Spoiler:
 

Last train home – Ryan Star (from PS I love you)



    Les mains de Lou étaient gelées, celles de Sam, agréablement chaudes et rugueuses.

    And if you wait for me, I’ll be the light in the dark if you lose your way

    Sam serra puis desserra doucement les doigts de la jeune femme.

    And if you wait for me, I’ll be your voice when you don’t know what to say

    Elle n’avait plus peur maintenant qu’il était là, à lui faire si tendrement comprendre qu’il la soutiendrait. Espérant qu’elle ne baisserait pas les bras.

    I wouldn’t leave you

    Il s’était rapproché d’elle et l’avait à nouveau serrée contre lui. Elle avait l’impression si enivrante qu’il ne pouvait rien lui arriver quand il la tenait ainsi dans ses bras.
    Mais il était perdu, et ce n’était pas le genre de choses pour lesquelles elle pouvait lui en vouloir. Il l’aurait été à moins. Elle avait eu peur qu’il s’en aille, qu’il fuit, et qu’elle ne le revoit plus. Mais il était encore là, et c’était le plus important.

    « Sam, je n’ai pas plus envie que toi d’y penser maintenant mais… Nous n’aurons peut être plus l’occasion de le faire une autre fois. »

    I need to see you uncover my eyes

    Elle avait levé la tête vers lui, le couvant de son regard. La panique qu’elle crut lire dans les yeux du jeune homme lui serra le cœur. Que lui resterait il si elle mourrait, si elle laissait la maladie la foudroyer ? Mais elle savait que si elle se soignait, tout du moins si cela était nécessaire, et elle ne l’espérait vraiment pas, elle n’aurait plus la force de quoi que ce soit.

    I’ll be your shelter
    I’ll be your fate
    I’ll be forever


    Elle lui caressa doucement la joue, pour le rassurer. Il semblait se sentir coupable, responsable de ce qui arrivait à la jeune femme, sans qu’elle-même ne sache pourquoi. C’était la fatalité, la malchance, et rien de plus. En aucun cas lui. Ou ses actes. Elle avait été malade bien avant de le connaître. Peut être s’inquiétait elle pour rien, peut être était ce juste la fatigue. Peut être se berçait elle de douces illusions.

    The sun was coming down when I said : “can’t you just believe ? “

    « Sam, je n’ai pas l’intention de mourir sans me battre. Ni à cause de ça, ni à cause de Lucifer, ou de n’importe qui ou quoi d’autre. J’ai bien l’intention de m’en sortir. Et j’ai aussi l’intention de ne pas te laisser mourir stupidement, et encore moins avant moi. Je veux vieillir, avoir des enfants. Dans un monde où les démons ne seront plus un problème. Alors je me battrais contre eux, mais je me battrais aussi pour ma vie. »

    And if you wait for me, I’ll be the last train home

    Lou lâcha la main de Sam pour passer ses bras autour de lui. Elle n’a jamais réalisé qu’ils n’avaient pas besoin de mots pour se comprendre. Et ce, dès le début. Seuls des gestes, des regards suffisaient. Elle enfouit son visage contre l’épaule du jeune homme. Peu importaient Lucifer, l’apocalypse, la fin du monde, une maladie qui décidait de refaire surface au plus mauvais moment. A cet instant précis, rien d’autre ne comptait qu’elle et lui, dans l’unique pièce de son appartement pourri.

_________________
    VICTOR HUGO DEMAIN DES L'AUBE Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe, ni les voiles au loin descendant vers Harfleur, et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Sam Winchester


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : MARY-W.
✾ MA CÉLÉBRITÉ : J.Padalecki
✾ MES CRÉDITS : Dodixe
✾ MON MOI² : Zadkiel
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 11/07/2009
✾ MES MESSAGES : 45276

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 28 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Chasseur


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: * Après la pluie... ▬ p v . Louisa   Dim 13 Sep - 8:36

    Même s'il ne voulait pas réellement se l'avouer pour le moment, Sam savait pertinemment qu'il finirait par y avoir un moment où ils devraient en parler, ensemble, à tête reposée. Ce n'était certainement pas pour rien qu'elle lui avait fait part de sa maladie tout de suite, c'était sans doute pour qu'il l'aide, qu'il lui donne le peu ou le beaucoup de réconfort dont elle pourrait avoir besoin… et aussi, l'oreille qui écoute et la personne avec qui il faut en parler. Au fond de lui, le chasseur se posait des milliers de questions, à chercher à savoir s'il serait à la hauteur pour être celui qui écouterait ses souffrances en faisant semblant de garder espoir et tout simplement celui qui devrait garder espoir pour deux dans les pires moments qu'ils allaient traverser… parce que, c'était comme s'il sentait qu'ils allaient devoir en traverser, des moments difficiles. Et puis, voilà qu'à présent, il y avait cette nouvelle part de lui, la part Winchester, vous savez, celle qui se dit prête à tout pour ne pas abandonner Lou et encore moins la voir mourir, celle qui tient à elle plus que ce qu'il peut bien se douter… bref, vous voyez le topo. Cette part là, encore une fois, se disait prête à tout, même à feindre de l'espoir, ou tout simplement espérer coûte que coûte jusqu'à la dernière seconde, avoir assez de foi pour savoir que tout allait finir par s'arranger, comme dans les plus belles histoires… ou pas. Des tonnes et des tonnes d'histoires s'amusaient inlassablement à faire comprendre que l'amour n'était pas le genre de vie qui se terminait bien… et bizarrement, à ce moment précis, c'étaient les seules qui remontaient dans l'esprit de Sam, qui était alors presque incapable de voir quoique ce soit de lueur d'espoir… pour le moment du moins, comme si le pessimisme et la douleur l'accompagnaient constamment pour enlever les couleurs de tout moment un tant soit peu joyeux, ou intense. Alors qu'il la serrait encore dans ses bras, il ne se rendait plus vraiment compte de ce qui arrivait, ou de ce qui pouvait les surprendre à ce moment précis, pour tout dire, il n'arrivait même plus à se connecter à la réalité, bien trop happé par des sentiments opposés, divergents et douloureux. Peut-être était-ce à cause du froid dans l'appartement, ou de celui qui l'avait envahi depuis trop longtemps, mais il sentait que sa mâchoire était toujours autant crispée, et qu'elle n'allait pas tarder à devenir douloureuse s'il se remettait pas à parler ou à faire comme si de rien n'était… s'il n'arrivait pas à se montrer un tant soit peu fort maintenant, qu'est ce que ce serait d'ici quelques semaines, voire plus longtemps encore.

    Dans un réflexe plus qu'autre chose, il esquissa un froncement grave des sourcils, sentant toujours Louisa contre lui sans en profiter, incapable de ressentir quoique ce soit tant sa tête était remplie déjà. Il ne devait pas penser à ça, l'avenir… ça faisait toujours peur, et encore plus celui d'eux deux maintenant, ils semblaient avoir plus d'épreuves que même prévu à traverser ensemble, et encore… Lou ne savait même pas tout sur lui, il lui cachait bien malgré lui encore trop de secrets pour alléger sa conscience, pour pouvoir se sentir bien à cet instant précis, alors qu'elle lui avait fait comprendre qu'elle aurait besoin de lui… et alors qu'il savait qu'il ne saurait probablement même plus là, bouffé par ce "lui" démoniaque qu'il ne se sentait encore moins la force de combattre à cet instant précis… une passe, sans doute, du moins, il l'espérait. Fermant les yeux dans une longue inspiration, le Winchester tentait presque vainement de se vider la tête, de trouver quelque chose pour inverser la tendance dans son esprit, trouver quelque chose pour faire cesser toute cette peine et toute cette douleur et remplir son cerveau avec autre chose, il ne savait quoi, des événements heureux qui semblaient être bien loin maintenant. Alors qu'il sentait Louisa s'écarter de lui, sans doute pour trouver la possibilité de prendre la parole et répondre à son "rien" dit en quelques mots, Sam s'efforça de rouvrir les yeux, de se redonner une contenance ou ce qui pourrait s'y apparenter, comme il le devait : ne rien laisser paraître… en tout cas, rien d'autre que ce soupçon de "on peut encore espérer" et d'impassibilité face à l'évidence qui semblait déjà se dessiner bien nettement devant eux… comme si, là encore, ils étaient maudits quoiqu'ils puissent faire. Pourtant, deux personnes qui se ressentaient maudites, elles ne pouvaient pas faire… un genre d'overdose de malédiction qui finirait par se transformer en un genre de… bénédiction ?

    Oui, parfois, Sam avait des idées bien étranges, des pensées qu'il formulait quelque part, dans un coin complètement ignoré de sa tête et dont il n'avait même aucune idée… au fond, elles lui paraissaient tellement débiles, qu'il n'y pensait même pas, se contentant de les effacer pour laisser la dure réalité reprendre le dessus sur tout le reste. Elle avait croisé son regard, alors qu'il ne s'était jamais autant concentré pour ne pas le détourner, trouver un quelconque refuge quelque part, parce que cette fois-ci, ce n'était pas dans celui de Louisa qu'il le trouverait. Mais, ce fut sans doute pour montrer à quel point il pouvait se montrer "fort" dans de pareils moments qu'il ne détourna pas le regard, qu'il ne faillit pas et qu'il encaissa chacun des mots de la jeune femme sans lui couper la parole ou sans laisser ne serait-ce qu'un besoin qu'elle se taise traverser son visage et puis, c'était comme si l'évidence s'imposait entre eux… ils allaient forcément finir par devoir en parler, sérieusement, comme si c'était la dernière fois qu'ils pourraient avoir une pareille conversation. Et, c'était comme si toutes les plaies de l'Apocalypse ou n'importe quelle plaie du monde s'abattait sur Sam à ce moment précis, alors que se formulait la réaction, dans son esprit, qu'il n'était pas capable d'en parler maintenant… comme s'il y avait déjà eu bien trop de malheur qui les avait séparés pour aujourd'hui, qui avait fait naître méfiance et distance entre eux, à peine s'étaient-ils laissés liés par le Destin ou ils ne savaient quel coup du sort. Fallait-il qu'il réponde quoique ce soit à ce qu'elle venait de dire ? Un "oui, je sais" pour lui faire comprendre qu'ils allaient finir par en parler, plus fatalement que volontairement, sans qu'aucun sans doute n'en traduise la véritable envie d'en parler. Pourquoi avait-elle décidé de le lui dire ? Sam aimait à ce moment précis se dire que les choses seraient sans doute plus facile si elle avait choisi de continuer à lui cacher ce fait, ce passé douloureux qui commençait trop à déteindre sur le moment présent, et certainement sur l'avenir qu'ils semblaient pouvoir s'être tracé cette nuit-là. Pourtant, sans qu'il le veuille, il y avait eu ce fameux éclair, partagé entre la peine face à la réalité et cette crainte face à l'avenir sinueux qui se traçait dès à présent, qui traversa son regard, éclair que Louisa sembla percevoir à la seconde même où il avait traversé l'esprit même de Sam… sans qu'il puisse faire quoique ce soit pour cacher ce surplus d'émotions alors bien trop visible.

    Alors qu'il sentait la caresse de Louisa contre sa joue, le Winchester ne put s'empêcher de baisser le regard, comme pour rassembler ses idées, le temps de faire disparaître cette lueur dans ses yeux, bien trop gênante pour le moment présent, bien trop révélatrice pour rester… il fallait encore qu'il tienne quelques minutes, qu'il ait encore la force de faire semblant quelques instants, le temps qu'il allait encore passer avec elle, pour ensuite, faire il ne savait quoi, penser il ne savait quoi… et il ne le saurait sans doute pas avant de se retrouver seul, quelque part, il ne savait pas encore où… mais bizarrement… il n'avait même plus aucune envie de retourner dans cette chambre d'hôtel qu'il partageait avec Dean… il avait encore une fois envie de disparaître, le temps de se vider la tête, longtemps ou non… il n'aurait su le dire… mais pour cette fois-ci, ce souhait semblait impossible à réaliser, comme si maintenant, il était ancré à trop de choses sur cette terre pour pouvoir la quitter avant qu'elle arrive elle-même à sa fin. La jeune femme avait repris la parole, tentant visiblement de le rassurer comme une mère qui rassure son gosse que tout va bien, alors que ce n'est certainement pas le cas… Comme quand Dean le rassurait par de simples paroles qui sonnaient bien trop faux, à force, il avait appris à même trouver le vrai du faux dans ce que les gens disaient, peut-être parce qu'ils avaient comme particularité de toujours chercher à embellir le faux. Pourtant, il ne réussit à dire le moindre mot, se plaisant dans le faux sans doute qu'elle venait de lui présenter juste sous son nez, pour une fois que ça lui convenait de se bercer d'illusions, autant ne pas chercher à remuer le couteau dans la plaie. Fermant une nouvelle fois les yeux pour remettre ses idées en place et oublier les images qui l'entouraient l'espace de quelques secondes, Sam prit une nouvelle inspiration, alors qu'il sentait le contact de Louisa contre son épaule, un contact doux et extrêmement plaisant, bien qu'il ait longtemps essayé de s'en priver, comme pour se punir des choses qu'il avait faites… et finalement, il avait cédé… et finalement, c'était le Destin ou "Dieu" qui s'était chargé de le punir… il n'avait peut-être que ce qu'il méritait… mais la simple idée que ça la touche elle pour le faire souffrir autant lui donnait encore plus envie de céder à cette volonté toujours là de disparaître… comme si, s'il recommençait à se punir lui-même, "Dieu" enlèverait sa punition initiale, et la laisserait elle en paix… là encore, c'était sans doute une nouvelle pensée sortie de ce lobe du cerveau qui se faisait de bien belles illusions. Passant une main dans les cheveux de la jeune femme, avec douceur et dans une nouvelle caresse cette fois-ci – pas comme cette nuit disons – Sam passa son autre bras autour d'elle, comme pour une nouvelle fois la serrer contre lui, bien que ce soit elle qui, visiblement, serrait avec le plus de force, comme si, maintenant, le chasseur se retrouvait vidé de toutes ses capacités motrices et qu'elle, elle prenait le relais, encore quelques instants, il ne savait pas combien de temps.

    « Oui… je sais… »

    Quelques secondes à peine s'étaient écoulées depuis la fin des paroles de la jeune femme et c'était pour le moment tout ce que Sam avait réussi à articuler comme réponse. Un simple mensonge, parce qu'il ne savait pas, parce que tout simplement, elle-même semblait savoir que ses propres paroles sonnaient faux, parce que tout allait s'acharner contre elle, contre eux, contre lui pour que rien n'arrive comme ça, c'était dans leur passé, entre eux et certainement dans ce qui allait ressembler à l'ébauche d'un avenir entre eux deux… c'était ça, une malédiction, leur malédiction qui naissait à cet instant précis, comme si elle naissait encore une fois en punition, pour punir Sam de chacun de ses actes… du moins, c'était comme ça qu'il se persuadait que tout arrivait, tout était simplement de sa faute.

_________________

winchesters say "hi" - i wake up every evening with a big smile on my face, and it never feels out of place. and you're still probably working at a nine to five pace, i wonder how bad that tastes. when you see my face hope it gives you hell, hope it gives you hell. when you walk my way hope it gives you hell, hope it gives you hell. now where's your picket fence love ? and where's that shiny car ? you never seemed so tense love and never seen you fall so hard. VOTEZ POUR NOUS ♥
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Louisa Delacroix


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Megalyn
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Zooey Deschanel
✾ MES CRÉDITS : Megalyn & Shiya
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 13/07/2009
✾ MES MESSAGES : 999

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Infirmière


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: * Après la pluie... ▬ p v . Louisa   Mer 16 Sep - 5:41

    C’était peut être la chose la plus idiote qu’elle ait jamais fait. Sam n’était visiblement pas prêt à entendre ce genre de choses. Quand bien même, elle aurait bien dû ‘lâcher le morceau’ un jour ou l’autre. Il n’était pas lâche, elle le savait. Juste perdu. Ce qu’elle comprenait parfaitement. Mieux que quiconque.
    Elle sentit la main du jeune homme passer dans ses cheveux. Elle ferma les yeux. Il pouvait être aussi passionné que doux. Gardant le silence, elle se blottit un peu plus contre lui. Il n’y avait rien à dire de plus.
    Lou réalisa qu’elle portait la chemise de Sam. Mouillée. Certes il avait sa veste, mais sortir à moitié nu… C’était le meilleur moyen pour qu’une femme lui saute dessus. Car quelle femme sensée et saine d’esprit ne se serait pas jetée sur un homme comme lui ? Un homme qui, de surcroît, n’avait visiblement pas la moindre idée de l’attrait qu’il produisait sur la gent féminine.
    Non, non, hors de question qu’il sorte comme ça. Elle devait bien avoir une chemise d’homme qui trainait quelque part dans son foutoir. Forcément. Elle en avait embraqué quelque unes de Remy. Involontairement. Elle avait jeté dans une valise toute son armoire, dont des habits à lui.
    Joignant le geste à la pensée, elle ouvrit la porte de sa penderie, et chercha quelque chose dans lequel les deux mètres de Sam pourraient rentrer.

    « Didju… »

    Dire que c’était le joyeux bordel revenait à énoncer une évidence. Ce qu’elle ne fit pas, enchaînant juron sur juron. Mais, ô miracle, elle tomba enfin sur ce qu’elle cherchait. Sortant le vêtement de l’ombre, elle constata que c’était un polo d’une grande marque. Résolument pas le style de Sam, qui préférait la bonne vieille chemise à la mode chez les bûcherons depuis environ un million d’années. Un sourire amusé naquit sur son visage. Se retournant pour fixer le jeune homme, elle lui tendit le polo. Avant d’enlever la chemise.

    « Je la ferais sécher, tu n’auras qu’à venir la récupé… »

    La fin de sa phrase mourut au fond de sa gorge. 7h54. Elle était GRAVEMENT à la bourre. Elle avait tout juste le temps de prendre une douche. Sam, non. Enfin, il aurait pu la prendre avec elle, mais pas sûr que ça aurait été plus rapide. Elle était même certaine que ça aurait été pire. Surtout après la nuit qu’ils venaient de passer. Elle sentit que ses joues lui brûlaient soudain. Elle était en train de piquer un fard. Tournant ostensiblement le dos à Sam, elle attrapa des vêtements propres, du genre ‘bibliothécaire de moins de trente ans’ avant de le regarder, ayant repris plus ou moins contenance.

    « Tu dois t’en aller. Mets le polo, il devrait t’aller, il était à mon… A un ami qui était aussi… » Bien gaulé que toi, songea t’elle, mais elle parvint à étouffer sa pensée impie. « Grand et costaud que toi. Je vais prendre une douche et euh… Je te déposerais chez toi avant d’aller travailler…»

    Lui tendant le vêtement, elle vérifia à peine qu’il l’avait enfilé. Fonçant dans la salle de bains, elle en ressortit à peine cinq minutes plus tard. Le polo allait vraiment bien à Sam. Lou déglutit. Ce n’était VRAIMENT PAS le moment de penser à ça. Laissant le jeune homme sortir, elle lui emboîta le pas, jetant un regard à son appartement ravagé par leurs ‘exploits nocturnes’, avant de fermer à clef…


CLOSED
sinon Dji Kay va râler x)

_________________
    VICTOR HUGO DEMAIN DES L'AUBE Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe, ni les voiles au loin descendant vers Harfleur, et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: * Après la pluie... ▬ p v . Louisa   

Revenir en haut Aller en bas
 

* Après la pluie... ▬ p v . Louisa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SYMPATHY FOR THE DEVIL ◈ BEDTIMES STORIES :: SAY GOODBYE TO THE WORLD :: archives :: RPG :: SFTD 1 - Les archives :: Ellington ; Missouri :: Hébergements et habitations :: Le quartier résidentiel :: Appartement de Louisa Delacroix-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit