[Intrigue N° 1] « There Were Ghosts In Your Eyes; Ghosts Of All The Dreams You Sent Away … » {PV Grace]



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Facebook  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Intrigue N° 1] « There Were Ghosts In Your Eyes; Ghosts Of All The Dreams You Sent Away … » {PV Grace]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Phoenix H. Lawrence


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Twix
✾ MA CÉLÉBRITÉ : DiannaSexyAgron
✾ MES CRÉDITS : Me, I & Myself
✾ MON MOI² : None
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 22/07/2009
✾ MES MESSAGES : 470

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 printemps
✾ STATUT SOCIAL : Mère célibataire
✾ SON EMPLOI : Stripteaseuse


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: [Intrigue N° 1] « There Were Ghosts In Your Eyes; Ghosts Of All The Dreams You Sent Away … » {PV Grace]   Lun 10 Aoû - 10:53


« Face à l’inconnu, la plupart d’entre nous
préfère faire demi tour et rebrousser chemin. »



    Comment la vie pouvait elle encore parvenir à le surprendre ?! Ce n’était pas comme s’il n’était qu’un gentil petit chiot faisant son entrée dans le monde, n’ayant rien connu, rien vu, rien vécu avant. La vie ne l’avait pas épargné, jamais, et ce avant même qu’il ne naisse. La vie était ainsi, le destin ne pouvait semble-t-il jamais être contrecarré. Il avait dû faire leur deuil d’une vie normale dès son arrivée dans le monde, il avait dû faire le deuil de ce père qu’il ne connaitrait jamais, parce que c’était tout simplement impossible, de ce père qui ne saurait jamais qu’il allait avoir un fils. La vie avait été dure, complexe et sans cesse là pour lui prouver que, quoi qu’il fasse, quelle que soit sa volonté et la force de celle-ci, jamais il ne serait comme tout le monde. Il avait perdu sa mère, ses espoirs, ses toutes dernières traces d’innocence, une fois de plus, il n’avait rien pu faire contre ça. Il était ce qu’il était, un pauvre gamin paumé, mordu par les crocs du destin, ses chairs déchirées, en lambeaux. Quant à son cœur … Il avait été maintes et maintes fois éprouvé, durement … Récemment d’ailleurs. Grace était revenue. Oui, vous avez bien lu, Grace était revenue. En chaire et en os, il ne s’agissait plus là de lui parler à travers le combiné d’un téléphone. Il ne s’agissait plus là de faire des efforts pour se contenir, juste parce que ces appels téléphoniques étaient la seule chose qui raccrochait leur fille Jude à sa mère, la seule et unique chose. Grace … Rien qu’à l’évocation de ce prénom, le sang du jeune homme ne faisait qu’un tour en lui-même, parfois parce que cela provoquait en lui le réveil d’une colère sourde, parfois, au contraire, parce qu’il se souvenait de la nuit qu’ils avaient passé ensemble, parce qu’il se souvenait du contact de sa peau avec la sienne, de ses baisers enflammés et passionnés alors même que deux heures auparavant, ils ne se connaissaient pas, ni d’Adam ni d’Eve. Cela avait été soudain, brusque, comme deux aimants s’attirant, comme deux âmes seules et en manque immense d’affection, juste pour une nuit. Mais cette nuit avait eu des conséquences. Jackson n’en avait pris conscience qu’une fois revenu de mission, alors même qu’il était gravement blessé. Il ne savait toujours pas comment, mais la jeune femme était parvenue à le retrouver, et elle lui avait confié cet enfant, qui n’était encore qu’un bébé, un bébé innocent et loin, très loin de se douter qu’on venait de le déposer dans les bras de son père, et qu’il ne reverrait pas sa mère. Pas jusqu’à maintenant, encore aujourd’hui, même si cette mère, Grace, était de retour en ville. Le jeune homme ne cherchait pas à la punir d’être partie sans rien expliquer des raisons de ce départ, de ce départ si précipité qu’elle n’avait même pas cherché à s’arranger des conditions du jeune homme, qu’elle n’avait même pas cherché à se battre. Elle était entrée dans son resto, alors même qu’il était fermé, en plein milieu de la nuit, comme si elle savait déjà qu’elle pourrait encore y trouver Jackson, qui effectuait le grand nettoyage hebdomadaire. Il avait accordé, comme à chaque fois, sa soirée à sa demie sœur, Maëlys, qui bossait ici en tant que serveuse, afin qu’elle garde et s’occupe de Jude. Il avait reçu ce retour comme un choc, parce qu’elle restait la même, mais qu’il avait tout de même décelé en elle des tas de changements, sans qu’il ne soit encore parvenu à mettre sur chacun d’entre eux le pourquoi du comment … Il ne s’était pas énervé, n’avait pas laissé éclater tous ces reproches qui couvaient en lui depuis longtemps, mais il ne l’avait pas non plus accueillie les bras ouverts. Il avait mis fin à leurs retrouvailles, prétextant qu’il se faisait tard, qu’il connaissait leur fille, qu’elle allait sûrement faire un caprice si elle venait à se réveiller et ne trouvait pas son père dans la chambre de ce dernier alors même qu’elle se serait levée pour se blottir tout contre lui. Il se devait de rentrer, il sentait qu’il devait rentrer, avant qu’il ne fasse quoi que ce soit qu’il vienne à regretter par la suite.

    Il devait être 8 h 30, et Maëlys avait gagné son combat ce matin, elle avait réussi à faire craquer son frère pour que celui-ci lui laisse mener Jude à l’école. Il n’avait pas le cœur à voir s’évanouir ce petit sourire de victoire sur les lèvres de sa demie sœur, et puis, Jude se trouvait vraiment heureuse, parce que, en plus, aujourd’hui, il y avait un concours de dessin organisé dans sa classe, et qu’elle voulait ABSOLUMENT avoir l’avis de sa tante sur son beau dessin, cette dernière étant plus que très douée dans le dessin. C’est pourquoi il s’étonna quelque peu de ces petits coups frappés à sa porte. Il ne s’était pas coiffé, puisqu’il n’avait pas eu à conduire Jude à l’école, et les vêtements qu’il portait était un peu froissé, tirés de l’armoire rapidement ce matin, et laissés tombés à terre. Il tenait dans une main un grand mug de café, Italien le café s’il vous plait, et saisit de l’autre la poignée de sa porte. Il n’avait pas fait installé de Judas, pas dans son genre, et puis, avec Maêlys, la porte était rarement fermée. C’était ELLE, là, sur le seuil. Il restait quelques instants en suspens, histoire de se remettre, lui qui pensait qu’il l’avait quelque peu dégoûtée de revenir dans leur vie à Jude et lui en agissant aussi peu chaleureusement avec elle l’autre soir. Finalement, il s’écarta, quitta même le seuil en retournant dans la salle à manger.


    « Tu peux entrer …
    Si tu passais pour la voir, elle n’est pas là. Sa tante l’a amenée plus tôt à l’école ce matin … »


    Il ne se sentait pas réellement de revenir de lui même sur le semblant de conversation qu'ils avaient eu, si l'on pouvait parler là d'une conversation. Après les silences gênés, elle parce qu'elle ne semblait pas exactement savoir quoi dire après toutes ces années d'abscence, lui parce qu'il se retenait de laisser éclater sa colère et ses mots revanchards, il y avait eu une demande, étrange, auquelle Jackson s'était opposé. Grace voulait qu'ils quittent la ville, enfin, elle ne l'avait pas directement énoncé, mais c'était ça quand même. Elle lui avait juste demandé pourquoi il avait choisi de rester à Elligton, pourquoi il refusait de partir d'ici ... Encore un de ses mystères, hein ?! Elle n'avait pas insisté, même si l'importance qu'elle plaçait en cela suintait de ses paroles, parce que le jeune homme lui avait gentiment demandé de le laisser finir de tout ranger en paix ...
Revenir en haut Aller en bas
http://in-nomine-mens.bbactif.com

Invité


Invité





MessageSujet: Re: [Intrigue N° 1] « There Were Ghosts In Your Eyes; Ghosts Of All The Dreams You Sent Away … » {PV Grace]   Mer 19 Aoû - 21:49



    Que faisait encore Grace sur le pas de la porte de Jackson ? Pour être honnête, elle-même n’en savait rien. Au vu de la manière dont il l’avait envoyé baladée lors de leurs retrouvailles très brèves, elle ne savait pas trop si c’était une bonne idée. Pourtant, elle savait qu’elle devait le faire pour le bien de sa fille, la ville devenait un vrai enfer et il valait mieux qu’ils disparaissent tous les trois de cette ville avant qu’un malheur n’arrive. Le problème c’était comment le dire à Jackson sans qu’il la prenne pour une folle. Cependant, sur le chemin, elle avait remarqué que pas mal d’agents du FBI se trouvaient dans la ville et elle pourrait peut-être prendre cela comme excuse.

    Quoiqu’il en soit, ce n’était même pas sûr que Jackson ne lui claque pas la porte au nez lorsqu’il la verrait. La première fois où elle avait tenté de le mettre en garde, il avait refusé et avait mis brutalement fin à leur conversation, prétextant que la petite allait peut-être se réveiller et qu’elle aurait besoin de son père. Lorsque l’on parlait de sa petite puce, plus rien n’avait d’importance et elle laissa Jackson repartir même si elle ne croyait pas vraiment à l’histoire. Aujourd’hui, il ne pourrait plus prendre le prétexte de sa fille : Grace avait attendu que Jude parte à l’école. Lorsqu’elle l’avait vue sortir avec une jeune femme tout heureuse, elle eut un pincement au cœur. Est-ce que cette jeune femme la remplaçait dans son cœur et dans le cœur du jeune homme qui l’avait fait vibrer il y a tant d’années ? Cela lui fit mal de penser ça, alors, elle secoua la tête et se dirigea vers le pas de la porte d’entrée de la maison des Miller.

    Qu’est-ce qu’il lui avait pris ce matin de vouloir venir le voir ? Elle faisait encore les cents pas devant sa porte n’osant pas affronter le père de son enfant. Ca n’était pas dans son habitude d’être froussarde pourtant. D’ailleurs, ce matin, après avoir pris une bonne douche, s’être mise à l’aise dans des vêtements d’été – short, t-shirt et petites ballerines – elle était prête à affronter Jackson. Mais là, tout d’un coup, devant la porte de la maison, son courage était parti en fumée…. Après avoir encore une fois failli partir sans agir, elle souffla puis ferma les yeux et frappa à la porte. Elle souffla de nouveau : son cœur battait à tout rompre, elle espérait qu’il ouvre et qu’il l’écoute cette fois. Elle espérait aussi avoir les mots qui le convaincront de quitter cette ville où les démons étaient de plus en plus féroces.

    Lorsqu’il ouvrit la porte, elle ne lui sourit pas. C’était plus fort qu’elle, au vu de la confrontation de la dernière fois, elle n’avait aucune envie de lui sourire. Lui, resta un instant en suspens, il semblait surpris de la revoir. Peut-être pensait-il qu’elle abandonnerait son idée de retrouver sa fille…. C’était mal connaître Grace : lorsqu’elle voulait quelque chose, elle faisait tout pour l’obtenir…. Il finit par s’éloigner de la porte tout en disant qu’elle pouvait entrer mais que Jude n’était pas là. Il rajouta que sa tante venait de l’amener à l’école. Grace ne put s’empêcher de sourire en entendant que la jeune femme n’était pas la nouvelle maman de Jude mais sa tante…. Grace n’hésita pas une seconde et suivit de près Jackson qui se rendait dans ce qu’elle considérait comme une salle à manger.


    « Je ne suis pas venue la voir ! Je viens pour te parler ! Je pense que l’on a pas fini notre conversation de la dernière fois ! »

    Elle savait que ce serait dur de le convaincre ou même d’essayer de parler de cela après tant d’années mais pourtant, elle se devait d’essayer encore, pour le bien de leur fille….

    « Qu’est-ce qui te retiens dans cette ville ? Tu as entendu parler de toutes ses disparitions, est-ce que tu n’as pas peur que la prochaine soit Jude ? Moi, oui figure-toi ! »

    Elle lui donnait enfin une explication sur son comportement. Une explication qui n’était pas fausse même si ces disparitions n’avaient rien de normales, pour elle, c’étaient des démons qui étaient derrière ça. Elle ne faisait que lui dire la vérité en lui omettant quelques détails qu’il n’avait pas besoin de savoir….


Dernière édition par Grace Woosboro le Dim 23 Aoû - 23:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Phoenix H. Lawrence


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Twix
✾ MA CÉLÉBRITÉ : DiannaSexyAgron
✾ MES CRÉDITS : Me, I & Myself
✾ MON MOI² : None
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 22/07/2009
✾ MES MESSAGES : 470

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 printemps
✾ STATUT SOCIAL : Mère célibataire
✾ SON EMPLOI : Stripteaseuse


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: [Intrigue N° 1] « There Were Ghosts In Your Eyes; Ghosts Of All The Dreams You Sent Away … » {PV Grace]   Ven 21 Aoû - 1:09


« Même dans ses heures les plus sombres,
Il savait dans son cœur, qu’un jour …
Qu’un jour, elle reviendrait vers lui … »




    C’est très étrange, n’est ce pas, la faculté de l’être humain à s’attacher et à se détacher en un clin d’œil, nan ? Un jour on vous jure amour et fidélité pour le restant de vos jours, et le lendemain, on prétend n’avoir rien avoir à faire avec vous et on prétend même ne pas vous connaître, ne jamais vous avoir rencontré … Bien sûr, ce n’était pas exactement comme ça que ça s’était passé entre Jackson et Grace, tout étant plus complexe qu’on ne le pense dans la vie, leur relation ne faisait pas exception à la règle. Leur relation avait été brève, fugace, à peine le temps d’une soirée, oui, d’une seule et unique soirée. Mais tout avait été si intense et le temps avait semblé accepter de cesser de fuir le temps de cette soirée. C’était le genre de rencontre que l’on n’oublie pas, jamais … Si Jackson avait pensé à Grace lorsqu’il fut retourné au combat ? … Sans nul doute, ne serait ce parce que, pour une fois, il lui avait semblé rencontré quelqu’un qui, comme lui, avait été amoché par la vie, et plutôt salement. Ils n’en avaient pas parlé, bien sûr, ils n’avaient d’ailleurs pris la peine de ne parler de rien du tout. A vrai dire, ils n’avaient eu qu’une unique soirée, il n’avait donc pas fallu la gâcher en papotage … Mais elle avait eu sur lui un avantage non négligeable. Lorsqu’il s’était rencontré dans ce fameux bar, il n’était bien sûr pas en uniforme, parce qu’il était en permission, et par ce que se faire harceler de questions était la dernière chose qu’il voulait. Nan, en réalité, si elle avait su quel était son métier, c’était parce que, une fois leurs ébats finis, ils avaient tout de même pris le temps de se demander l’un à l’autre ce qu’ils faisaient dans cette petite ville, assez perdue, il faut l’avouer. Si elle s’était contentée de répondre qu’elle allait et venait sans cesse un peu partout, lui lui avait dit qu’il était ici en permission. Elle n’était pas stupide, elle avait saisi … Jackson était un soldat … Ouah, la classe ! … Pas tant que ça peut être …

    Ils s’étaient quittés comme ça, sans plus d’au revoir. Avouez le, les au revoir, c’est tout ce qu’il y a de plus cliché et larmoyant, et ce n’était pas du tout le genre de nos deux jeunes gens. Il l’avait finalement revue, alors même qu’il pensait que plus jamais il ne croiserait cette petite tornade blonde. Il l’avait revu, 10 mois et des brouettes après, alors qu’il pensait d’ailleurs ne plus jamais revoir quoi que ce soit. Il avait laissé ses hommes derrière lui, ils étaient morts, presque tous en tout cas, et lui était dans un sale état. Mais il allait mieux lorsque Grace avait fini par le retrouver. Elle lui avait tendu ce bébé, leur bébé, et lui n’avait pas su trop quoi faire, essentiellement parce qu’il était en béquille, et qu’il ne savait pas trop comment prendre ce bébé au creux de ses bras sans se retrouver les quatre fers en l’air. Il n’avait pas su quoi dire, parce qu’en de telles circonstances, les mots ne vous viennent pas, ou alors trop nombreux pour que vous puissiez y voir clair et laisser sortir les meilleurs, ceux qui exprimeraient au mieux vos émotions, vos sentiments. Elle la lui avait laissée, cette petite puce … Elle la lui avait laissé, oui, et … Et elle lui avait dit qu’elle les contacterait, qu’elle saurait toujours où les trouver. Etrangement, Jackson n’en avait pas douté, après tout, elle avait bien réussi à le retrouver alors même qu’il combattait dans un pays étranger, à des dizaines de milliers de kilomètres de là. Elle avait aussi réussi à le retrouver lorsqu’il avait été rapatrié au pays …

    Grace entra, et lui confia que ce n’était pas leur fille qu’elle était venue voir, mais bel et bien lui. Il aurait dû s’en douter. Du peu qu’il l’avait cerné, il savait que Grace était la genre de fille à ne jamais rien lâcher, à aller jusqu’au bout pour avoir et obtenir ce qu’elle voulait depuis le début. Et après tout, il ne pouvait pas lui en vouloir de revenir à la charge. Il s’était comporté comme un gosse puéril, en mettant fin à leur conversation bien avant l’heure. Ouais, sans doute … Mais il avait une peur panique qu’elle ne revienne uniquement que pour récupérer Jude, et l’emmener loin de lui, vous savez, comme ces sorcières, dans les contes de fées, qui vous promettent telle ou telle chose qui fera votre bonheur, mais qui viennent réclamer un dû des années plus tard. Grace n’avait rien d’une sorcière, mais il n’empêchait que, du haut de sa petite taille, elle arrivait à faire peur à Jackson …


    « OK … »

    Il ne pouvait pas lui refuser une fois de plus le dialogue, cela aurait été se comporter comme un monstre, tout ce qu’il n’était pas. Et puis, mieux valait que ce dialogue se déroule maintenant plutôt que plus tard, en présence de Maëlys, ou, pire, en présence de Jude. Voir ses parents hausser le ton n’était sûrement pas le plus beau spectacle, visuel et auditif, pour la petite puce. Oui, soyons sérieux, tous les deux ne s’étaient pas vus depuis toutes ces années, et il y avait ces rancunes qui couvaient, alors il était clair que l’un d’eux allait finir par hausser le ton … Il posa son mug dans l’évier, et entreprit de le nettoyer, jusqu’à ce que Grace lui pose cette fameuse question. Il vivait à Ellington, bien sûr qu’il était au courant de toutes ces disparitions ! Et en tant que proprio du principal resto de la ville, il ne pouvait qu’en entendre parler, à longueur de journée … Il laissa retomber son mug, un peu plus brusquement qu’il ne l’aurait voulu, mais par chance, l’objet ne se brisa pas, puis il se tourna lentement vers Grace.

    « Si … Si, bien sûr que si j’ai entendu parler de ces disparitions …
    Cette ville … Cette ville m’a accueilli à bras ouverts … Cette ville est devenu mon nouveau chez moi, mais, d’après ce que j’en sais, tu ne dois pas comprendre qu’on puisse avoir un chez soi … Jude a grandi ici, depuis le début ou presque … Et … Bien sûr que oui, je m’inquiète pour elle, mais c’est pas nouveau !

    Je m’inquiétais déjà pour elle lorsqu’elle ne faisait pas ses nuits, lorsque ses premières dents poussaient, lorsqu’elle avait de la fièvre, lorsqu’elle faisait des cauchemars … C’est bien de t’inquiéter pour elle Grace … Au bout de 5 ans, c’est bien … »
Revenir en haut Aller en bas
http://in-nomine-mens.bbactif.com

Invité


Invité





MessageSujet: Re: [Intrigue N° 1] « There Were Ghosts In Your Eyes; Ghosts Of All The Dreams You Sent Away … » {PV Grace]   Dim 23 Aoû - 23:57



    C’est étrange comme une seule soirée peut tout changer dans la vie d’une personne. Un tout petit événement sans importance peut prendre, parfois, des proportions dont on n’imaginait pas. Pour Grace, la première chose qui l’avait anéantie et qui avait changé sa vie c’était la mort brutale de son père. On peut dire qu’après ça, elle ne fut plus jamais la même : elle se renferma sur elle-même, elle abandonna quelques mois la chasse et elle se mit à boire et à se droguer plus que de raisons pour oublier ce qui s’était passé. Cet événement en avait alors entraîné un autre : sa rencontre avec Jackson…. Sans le vouloir, cet homme avait changé la vie de la petite blonde déprimée. Premièrement parce qu’il l’avait fait se sentir heureuse comme jamais depuis l’accident de chasse de son père. Entre eux était passé un feeling extraordinaire et tout de suite, la blonde avait senti qu’elle ne lui résisterait pas. Elle avait passé la meilleure nuit de sa vie dans ses bras : il était à la fois fort et doux et Grace se sentait belle à ses côtés…. Grace ne pourra jamais oublier ce qu’elle avait vécu avec lui et cela, même si elle avait dû le quitter sans lui donner d’explications sur ce qu’elle faisait de sa vie. Imaginez-vous dire à un homme que vous chassez les démons et que vous fraudez pour réussir à gagner de l’argent . Il l’aurait prise pour une folle et leur nuit magique aurait été gâchée.

    Mais surtout, il lui avait donné l’être le plus adorable – elle aimait à le penser – qu’il soit sur terre, sa fille Jude. Lorsque Grace avait compris qu’elle était enceinte, elle avait arrêté ses conneries d’addiction. Ca n’avait pas été facile et elle dut se faire aider, pourtant, elle y était arrivée, pour le bien de son enfant. Grace avait accouché par voies naturelles et ce bébé était en parfaite santé contrairement à ce que pensait la blonde. Au début, elle l’avait élevée, pensant qu’elle arriverait à s’occuper des chasses et de sa gosse. Bien sûr, elle ne pensait pas se remettre à chasser de suite, il fallait qu’elle soit là pour surveiller sa petite puce. Au bout d’un mois, elle se rendit compte que cela n’irait pas. Beaucoup de ses contacts continuaient à l’appeler et elle culpabilisa de ne plus sauver d’innocents. Grace s’était alors rappelée qu’elle pourrait toujours retrouver le père de son enfant et lui confier la garde. Il avait une vie normale lui et il lui offrirait sûrement une meilleure vie qu’elle ne pourrait le faire. Cependant, ne le connaissant pas vraiment – à part qu’il était à l’armée – elle garderait contact pour être sûre que sa fille était entre de bonnes mains.

    Grace avait alors cherché des informations sur Jackson et très vite, elle avait trouvé où il se trouvait. Elle s’y était rendue pour lui donner l’enfant. Lorsqu’ils s’étaient retrouvé, aucun des deux ne savaient quoi dire, la blonde parce qu’elle ne s’était pas préparée à lui dire quelque chose et Jackson, certainement, par l’effet de surprise. La blonde lui avait seulement tendu le bébé en disant qu’il en était le père…. Il était en béquille et Grace le mettait certainement dans une situation bizarre mais il n’avait pas émis de contestations. La jeune maman lui expliqua qu’elle lui en offrait la garde s’il le souhaitait tant qu’elle pourrait garder des contacts avec elle. Rajoutant que c’était elle qui saurait toujours où les trouver et où les contacter. Et elle était partie tout simplement sans rien dire, c’était déjà assez dur pour elle sans qu’elle rajoute à cela les sentiments qu’elle nourrissait pour lui. Bien sûr, ils étaient légers parce qu’après une nuit, on ne peut pas tomber amoureuse mais ils étaient là quand même. Leur situation était restée comme ça pendant cinq ans, jusqu’à ce que Grace revienne en ville.

    La vie avait décidé, encore une fois, d’ouvrir les beaux yeux bleus de la blonde. Lors d’une chasse contre un féroce démon de classe supérieure, Grace fut blessée à mort et c’est à l’hôpital qu’elle se rendit compte que le seul regret qu’elle avait était de ne pas connaître sa petite Jude. Après des mois de rétablissement, elle décida de retourner à Ellignton pour retrouver sa petite fille et s’y installer. Ainsi, elle pourrait apprendre à la connaître et peut-être même réussir à exprimer ses sentiments envers le père de Jude, Jackson. Bien sûr, lorsqu’elle s’y était installée, elle voulait surtout connaître sa fille mais accessoirement, Jackson restait quelqu’un qu’elle aimait bien et qu’elle voulait connaître. Elle n’avait pas cessé de penser à lui pendant ces cinq années, enfin surtout à leur nuit d’amour.

    La voilà donc aujourd’hui devant Jackson et non, elle ne veut pas lui enlever la petite fille. Premièrement, parce qu’elle ferait de la peine à Jude. Secondo, parce qu’elle ferait de la peine à Jackson et qu’elle romprait le peu de confiance qu’il devait avoir en elle. Bien sûr, elle avait souvent ce qu’elle voulait mais elle n’irait pas contre la volonté du père de son enfant et s’il voulait rester ici, Grace devra les surveiller de près pour être sûre de pouvoir les protéger. Un peu de boulot en plus, en fait. Lorsqu’il vit que Grace était devant sa porte d’entrée, Jackson lui avait dit que Jude n’était pas là. La jeune maman n’était pas là pour elle mais bien pour lui parler. Bizarrement, Jackson ne refusa pas de parler, contrairement à la dernière fois où ils s’étaient vus. Cela surpris beaucoup la jeune femme mais elle continua ce qu’elle devait lui dire, ses craintes envers Jude et même envers lui. Elle y avait été un peu fort en lui parlant mais c’était plus de la panique qu’autre chose. Elle n’aurait pas dû sous-entendre qu’il ne se préoccupait pas de la sécurité de sa fille. Cela faisait cinq ans qu’il s’en occupait seul et elle avait certainement été déjà en danger. Mais ce qui se préparait était au-delà de ces petits dangers que Jackson avait pu vivre jusqu’ici. Ici, ce sont des dizaines de personnes expérimentées dans le domaine qui pouvait perdre la vie alors imaginez-vous des personnes qui n’y connaissent pas.

    Grace entendit un bruit lorsqu’elle avait fait cette allusion : le père de son enfant venait de reposer brutalement le mug qu’il avait en main dans l’évier. Puis, il s’était tourné vers elle pour lui répondre. Il lui expliqua pourquoi il voulait rester à Ellington, apparemment c’était son « chez-soi ». Non effectivement, Grace ne savait pas ce que cela voulait dire, était-ce de sa faute, non, c’était comme ça qu’elle avait été élevée. Puis, bien sûr, il rajouta qu’il s’inquiétait pour Jude et que cela n’était pas une nouvelle, il s’inquiétait pour elle depuis le début. Jackson semblait en vouloir à Grace de n’avoir pas été là avant et de ne s’inquiéter pour elle qu’à présent. Grace s’en voulait déjà assez d’avoir laissé passer sa mission avant son enfant sans que Jackson en remette une couche…. Bien sûr, cela avait mieux valu que Grace donne son enfant à son père plutôt qu’elle vive une vie comme celle que voulait lui offrir Grace MAIS la blonde aurait pu choisir sa fille plutôt que sa mission. Cependant, cela, elle ne l’avait compris que bien trop tard, cinq ans trop tard.


    « Non, effectivement, je ne sais pas ce que c’est qu’avoir un chez-soi ! J’ai été élevée sans avoir de chez-moi et j’ai continué comme ça ! Tu vois, je me voyais mal offrir une vie comme ça à ma fille ! Bien sûr, j’ai fait le mauvais choix et j’aurai dû essayer de me poser mais il est trop tard ! Mais maintenant, je me rends compte de l’erreur que j’ai faite et j’aimerais juste découvrir ma fille même si c’est cinq ans plus tard ! A moins qu’elle ne le veuille pas, je serais toujours là pour elle à partir de maintenant ! »

    Grace avait les larmes aux yeux mais il était hors de question qu’elle pleure devant lui. Pour reprendre contenance et se calmer, elle se retourna. Il lui fallut quelques minutes, quelques minutes où aucun des deux ne furent capable de dire quelque chose. Elle se retourna au bout de ces minutes et rajouta :

    « Mais, je ne compte pas aller contre ta volonté ! Tu es celui qui l’a élevée et tu as tous les droits sur elle ! Tu es tout autant borné que moi alors je sais que tu ne changeras pas d’avis mais je pense que tu as tort ! Alors, ils ne nous restent plus qu’à veiller sur elle ! Parce que cette fois-ci, je serais là pour t’aider à la protéger ! »

    Son ton était plus doux, elle n’était pas venue dans l’intention de se disputer avec Jackson. Bien sûr, cela la rendait folle de devoir se plier à sa décision, elle qui obtenait toujours ce qu’elle voulait. Mais, elle savait faire preuve d’intelligence quand il le fallait. Déjà que Jude avait dû souffrir de l’absence de sa mère sans qu’elle n’assiste maintenant à une bataille ouverte entre ses deux parents. Voilà pourquoi Grace refusait de jouer la garce et d’ouvrir les hostilités avec Jackson….
Revenir en haut Aller en bas

Phoenix H. Lawrence


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Twix
✾ MA CÉLÉBRITÉ : DiannaSexyAgron
✾ MES CRÉDITS : Me, I & Myself
✾ MON MOI² : None
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 22/07/2009
✾ MES MESSAGES : 470

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 printemps
✾ STATUT SOCIAL : Mère célibataire
✾ SON EMPLOI : Stripteaseuse


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: [Intrigue N° 1] « There Were Ghosts In Your Eyes; Ghosts Of All The Dreams You Sent Away … » {PV Grace]   Lun 24 Aoû - 6:12


« Grandir sans sa mère, ça craint vraiment ...
Mais parfois, elles s'éloignent pour notre bien ...
Elles se sacrifient pour nous, encore et encore ...
Ce sont elles les vraies héroïnes de nos vies ... »



    Jackson avait appris sur le tas à être père, même si, techniquement, le métier de père ne s'apprend pas. Oui, c'était un métier à part entière, qui vous prend au coeur beaucoup plus que vous ne pouvez le penser. Le métier de père, c'est savoir anticiper la moindre demande du bébé qui ne parle pas encore et qui ne sait que pleurer pour communiquer, de prévoir les couches, les lingettes, de ne jamais se retrouver à court de lait, parce que, puisque Grace n'était plus auprès de Jude, celle ci ne pouvait plus téter, se relever en pleine nuit pour border le nourrisson ... Le métier de père, c'était comprendre et analyser chaque pleur, afin de savoir du premier coup quel est le soucis, ce que bébé veut sous peine de continuer à pleurer pendant des heures. Le métier de père, c'est savoir quoi donner en cas de toux, quoi donner en cas de fièvre, ou en cas de maux de dents lorsque l'enfant grandit et que ses premières quenottes commencent à percer sous la gencive. Le métier de père, ça commence d'abord par savoir porter le bébé sans le faire tomber, sans que la position ne soit gênante pour eux deux. Le métier de père, c'est de garder le plus longtemps auprès de lui ce petit morceau de lui, cet être humain faible et à la merci de tous les dangers. Le métier de père, c'est de ne pas dormir la nuit et d'avoir le coeur qui bat à cent à l'heure dès qu'il sait son enfant souffrant, ou préoccupé. Mais le métier de père, normalement, c'est un bis du métier de mère. Le père est là pour aider et soutenir la mère, pour être au même niveau d'implication dans les soins et toutes ces choses qu'il faut donner au bébé. En général, dans ces cas là, on est donc deux, en général, dans ces cas là, on demande aide et conseil aux plus âgés, ceux qui sont déjà passés par là, aux parents, aux frères et soeurs aînés ...

    Vous ne pourrez jamais imaginer à quel point élever Jude fut dur pour le jeune homme, parce qu'il était encore jeune pour avoir penser à ça aussi sérieusement, parce qu'il se retrouvait seul, Grace étant partie au loin, sans dire exactement où elle partait, sans dire exactement pourquoi elle partait, sans jamais dire quand est ce qu'elle reviendrait. Maëlys était bien trop jeune pour avoir un enfant, et tant mieux, autant pour elle que pour le père potentiel, et pour Jackson aussi ! Quand à ses parents ... Son père, n'en parlons pas, à part un nom sur une feuille, et quelques photos, il ne savait rien de lui, rien de ce père qui, selon sa mère, aurait été tellement formidable, si seulement il avait su, si seulement il avait vécu ... Quant à sa mère, elle était décédée et il lui était donc impossible de lui demander des conseils ... Il avait alors tâcher de faire au mieux, d'y aller au feeling, découvrant bien vite, de toute façon, qu'il n'existe aucun livre vous apprenant comment y faire, qu'il n'existe aucune méthode. Tout n'est qu'une question d'essais, réalisés ou pas, à reproduire à l'avenir ou pas. Le jeune homme avait fermé les yeux, lorsqu'il berçait sa fille, et tenté de se souvenir de la façon dont laquelle sa mère avait élevé Maëlys lorsque celle ci était tout bébé parce que, soyons honnête, lui ne se souvenait pas de ses trois premières années ... Il avait tenté d'être ce père formidable que, en riant, Chiara lui prédisait d'être. Il s'employait à reproduire les mêmes gestes que sa mère avant lui, parce que pour lui, elle était la meilleure mère qui soit et qui puisse exister au monde. Il savait qu'il ne l'égalerait jamais, mais pour elle, il devait assurer. Elle lui avait montré le chemin, et la tâche n'était pas impossible. Elle même avait élevé son fils, soit Jackson, seule pendant 5 ans, le père étant mort avant même de savoir qu'il allait être papa, et elle vivant en Italie, loin de ses parents ...

    Visiblement, il avait blessé Grace par ses paroles. Ce n'était pas réellement le résultat recherché au début, mais il se prit à ressentir un peu un plaisir coupable. Qu'elle souffre au final n'était pas une mauvaise chose. Après tout, avait elle la moindre idée des souffrances qu'il avait traversé ?! ... Il avait du mal à se dire que c'était possible, mais il n'était pas non plus dans sa nature de voir tout en blanc ou tout en noir, le gris était là, c'était indéniable. Cependant, il comprit qu'il avait sans doute été trop loin dans ses propos. Il le regrettait donc tout de même un peu. Il n'était pas ce monstre qui vous défonsse à coup de piques bien senties, nan, il ne l'avait d'ailleurs jamais été. Il était franc, certes, mais d'ordinaire, il arrivait à l'être sans pour autant blesser la personne face à lui. Mais avec Grace, durant les rares moments qu'ils avaient passé ensemble, rien n'avait jamais été normal. Au lieu de s'insurger, de lui faire un scandale et de refuser de prendre Jude dans ses bras alors même qu'il était blessé, tenait difficilement debout même avec ses béquilles, qu'il ne l'avait pas revu depuis plus de 9 mois et qu'il était tout à fait dans son droit de se demander si oui ou non il était bien le père de ce nourisson, il avait tendu les bras, en tremblant, oui, mais il les avait tendus ... Il avait senti le contact de leurs peaux à tous trois, pour la première et unique fois d'ailleurs. La peau de Grace tenait Jude, effleurant sa peau à lui ... Il en avait frissonné, oui ...
    Il avait réussi son coup, et bien, bravo ! La voilà qui se retourna, et, pendant une fraction de seconde, il se demanda si elle ne repartait pas déjà. Mais elle resta là, dans la pièce, comme pour reprendre ses esprits, sans bouger. Lui ne bougeait pas plus, ne disait rien. D'ailleurs, y avait il réellement quelque chose à dire ? Tous deux avaient sans nul doute raison au final, tous deux souffraient au final ... Cela provoqua une étrange sensation en Jackson, car il lui semblait que c'était bien là la première fois qu'il se rendait compte que Grace avait pu souffrir de la situation ... Lorsque Grace se retourna enfin, Jackson n'avait pas bouger, mais il sentait ses yeux le piquer quelque peu ... Oui, lui, qui avait Capitaine dans les GI's et avait perdu bon nombre de ses hommes, qui avait vécu cette vie au goût de sang et à l'odeur de mort, une vie qui n'avait rien de semblable à celle d'un Bisounours, lui qui était revenu cassé physiquement et mentalement, se sentait bien démuni face à Grace ...


    « Je ... Je te présente mes excuses ... Faut croire que je suis pas bon en tout, n'est ce pas ?! ...
    Tu te trompes Grace, je n'ai pas tous les droits sur elle. Légalement, tu as autant de droits que moi. C'est juste que ... Juste que, jusqu'à maintenant, tu n'étais jamais venue les revendiquer. Devant la loi, tu n'as jamais cessé d'être la mère de Jude ... »


    Il s'approcha de Grace, doucement, en tentant de garder une voix assurée, en tentant de se dire qu'il ne s'agissait là de pas grand chose au final. Comme si Grace, ce n'était pas grand chose ... Son ton s'était adouci, et on notait clairement dans sa voix des accents de regret et d'excuses, au moins, ainsi, Grace ne pouvait pas douter de la véracité et de l'honnêté de ses excuses ... C'était déjà ça, n'est ce pas ? ...
    Il n'était plus qu'à un mètre, un peu plus sans doute, de la jeune femme, et commença un geste, un geste étrange ... Avait il voulu la serrer dans ses bras ? Ou avait il simplement voulu relever cette mèche de cheveux blonds qui effleurait la joue de Grace ? Quoi qu'il en soit, il leva légèrement une main et la rabaissa presqu'aussitôt.


    « Grace, je ...
    Tout serait sans doute plus facile pour moi à comprendre de ton attitude si tu ... Je sais pas moi, me parlais ... Tu ... T'as jamais trop rien dit sur ta vie, jamais, et je n'ai jamais réellement demander d'en savoir plus, parce que j'imagine que ça me convenait. Tu vas sans doute me trouver monstrueux mais ... D'un côté, le fait que tu ne sois pas là me plaisait. J'avais Jude pour moi tout seul et ...

    Grace ... Pourquoi as tu si peur ?! Je te connais assez pour savoir que tu n'es pas revenue ici si ... Pourquoi tiens tu donc tant à ce que je quitte ma vie ici ? A ce que Jude et moi quittions notre vie ici ? ... »
Revenir en haut Aller en bas
http://in-nomine-mens.bbactif.com

Invité


Invité





MessageSujet: Re: [Intrigue N° 1] « There Were Ghosts In Your Eyes; Ghosts Of All The Dreams You Sent Away … » {PV Grace]   Jeu 27 Aoû - 21:17



    Depuis que Grace avait abandonné Jude à son père, sa vie avait été vide. Cinq ans où elle n’avait fait que errer à la recherche d’une chasse ou d’une aventure d’un soir. Mais, il lui manquait toujours quelque chose, elle n’avait plus jamais été aussi heureuse que lorsqu’elle avait mis au monde ce petit être miraculeux. Tout le mois qu’elle avait passé à ses côtés avait été un pur mois de bonheur. Un renouvèlement dans sa vie qu’elle n’avait pas su prolonger, elle avait préféré accepter de continuer sa mission pour sauver des individus inconnus. Mais, qu’en était-il de la personne la plus proche d’elle, cette petite fille qu’elle avait mis au monde ? Elle aussi avait besoin d’être protégée comme les millions d’autres êtres humains et il était clair qu’en restant à ses côtés, elle aurait eu beaucoup d’ennuis. Beaucoup de démons connaissaient l’activité de chasseur de Grace. Pour elle, cela avait mieux valu qu’elle reste aux côtés de son père. Et puis, elle s’était dit que si elle protégeait l’humanité, elle protégeait sa petite puce aussi. Et la jeune maman avait fait fi de sa culpabilité et prenant son courage à deux mains, elle avait conduit sa fille à son père.

    Pourtant, cela avait été un déchirement pour elle, une vraie petite mort. La jeune femme était morte peu à peu au cours de ces cinq ans, les seuls moments où elle revivait un peu était lorsqu’elle entendait la voix de la petite au téléphone. Elle était alors dans un état euphorique. Dans ces moments-là, elle se rêvait mère exemplaire : Grace berçant sa petite puce, la changeant, l’amenant à l’école, lui faisant à manger, jouant avec elle, lui donnant le sein, la voyant grandir. La jeune blonde arrivait à la réconforter rien que par sa présence, elle se voyait être réveillée par la petite puce parce qu’elle avait faim. Une vraie vision de rêve qui ne l’empêchait pas de rester loin d’elle même si cela lui déchirait les entrailles. C’est pourquoi, lorsqu’elle partait en chasse, elle y allait sans plus aucune crainte. Mourir ne lui faisait plus peur au vu de ce qu’elle vivait. Elle était bien plus forte comme ça mais aussi plus impulsive, elle ne cherchait pas à trouver un plan avant de se jeter la gueule la première sur une affaire.

    C’est à cause de ce comportement qu’elle avait failli mourir six mois auparavant. Son informateur l’avait informé qu’il y avait un démon très féroce qui rôdait dans les rues de Santiago. Ou plutôt qui fréquentait la ville depuis un petit bout de temps faisait plusieurs morts par semaine. Lorsqu’elle était arrivée en ville, elle l’avait toute de suite repéré : il était beau mais d’une beauté surnaturelle. Elle l’avait séduit pour pouvoir l’approcher de plus près mais il avait vite compris son manège et il lui avait envoyé des Daeva. Ces créatures de l’ombre, des créatures très violentes et il est difficile à se débarrasser. Elle avait souffert de leur attaque et avait failli mourir. Comme il est difficile à tuer des Daeva, Grace avait réussi sur le fil à détruire le miroir où le démon avait dessiné le symbole des Daeva pour les appeler. Ces ombres s’étaient alors retournées contre le démon qui avait péri sous leurs attaques. Grace avait alors passé un mois à l’hôpital et elle avait pris conscience qu’elle ne pouvait plus vivre comme ça, mourir à petit feu parce qu’elle n’était pas heureuse n’était pas la solution.

    La jeune maman avait alors rejoint sa petite puce et elle remerciait chaque jour le ciel de lui avoir permis de la retrouver avant qu’il ne soit trop tard et que Grace soit morte avant d’avoir pu tisser des liens avec elle. Elle était donc retournée à Ellington pour la deuxième fois, elle savait que cela serait difficile de reprendre contact avec Jude et Jackson et de faire comme si de rien n’était. Bon ça n’était pas son intention, elle savait qu’elle devait faire face à ses responsabilités. Et aujourd’hui, elle était là, devant Jackson, elle lui avouait ses fautes : oui, elle avait fait une erreur en la laissant là, à son père qui ne connaissait même pas son existence. Pourtant, Grace était sûre que Jude serait mieux avec lui et elle avait pensé qu’il serait aidé par quelqu’un de sa famille. Après tout, elle ne savait rien de sa vie et elle était sûr qu’il devait être bien entouré lui qui semblait si doux, si attentionné avec les autres. Du peu qu’elle connaissait de lui, elle savait qu’il avait toutes ces qualités qui pouvaient faire de lui un bon père.

    Lorsqu’elle était venue lui parler ce jour-là, elle savait que ça ne serait pas facile mais de là à craquer devant lui, elle n’avait pas imaginé cela. Le revoir était plus difficile que ce qu’elle aurait pensé. Mais surtout, être confronté à toutes les erreurs qu’elle avait faites, lui faisait du mal. Déjà qu’elle culpabilisait mais le lui rappeler qu’elle avait mal agi n’arrangeait rien à ses affaires…. Mais, elle l’avait cherché après tout…. Grace ne voulant pas montrer combien tout cela la touchait, elle se retourna. Pas question qu’elle soit plainte ou quoi que ce soit d’autre, elle voulait être forte et montrer combien elle prenait conscience qu’elle avait fait une erreur. Envers Jude mais aussi envers Jackson…. Grace resta quelques minutes retournée puis elle se tourna vers Jackson pour lui dire qu’elle n’était absolument pas là pour reprendre Jude ou essayer d’user de ses droits contre lui…. Il semblait ne pas savoir quoi faire, lui qui lui en voulait il y a quelques secondes avait retrouvé un visage plus doux et il s’excusa même. Grace avait voulu tout sauf qu’il s’excuse, pourquoi le faisait-il d’ailleurs ? Ca n’était pas lui qui avait merdé mais bien elle…. Ensuite, il avait ajouté qu’elle avait encore ses droits envers Jude…. Grace garda le silence même si tout son corps voulait répliquer qu’il ne devait pas s’excuser et que surtout, elle devait gagner le droit de revendiquer quoi que ce soit envers Jude…. Mais, elle ne dit rien parce que Jackson s’était rapproché d’elle, ils étaient tout proche à présent, cela perturbait Grace qui repensa à la nuit qu’ils avaient passé ensemble. Elle ferma les yeux pour mieux encore ressentir ce qu’ils avaient vécu lorsqu’ils avaient mis en route Jude…. La jeune maman ne remarqua donc pas qu’il avait levé le bras pour commencer un mouvement qu’il n’avait pas continué…. Puis, il avait continué à parler et elle avait rouvert les yeux….


    « Grace, je ...
    Tout serait sans doute plus facile pour moi à comprendre de ton attitude si tu ... Je sais pas moi, me parlais ... Tu ... T'as jamais trop rien dit sur ta vie, jamais, et je n'ai jamais réellement demander d'en savoir plus, parce que j'imagine que ça me convenait. Tu vas sans doute me trouver monstrueux mais ... D'un côté, le fait que tu ne sois pas là me plaisait. J'avais Jude pour moi tout seul et ...

    Grace ... Pourquoi as tu si peur ?! Je te connais assez pour savoir que tu n'es pas revenue ici si ... Pourquoi tiens tu donc tant à ce que je quitte ma vie ici ? A ce que Jude et moi quittions notre vie ici ? ... »


    « Non ! Tu n’es pas monstrueux ! Tu ne devrais déjà pas t’excuser, mais c’est à moi de m’excuser de mon absence depuis si longtemps ! Envers Jude mais envers toi aussi ! Je regagnerai votre confiance ! »

    Elle resta proche de lui, ne bougeant pas d’un poil. Grace releva la tête pour faire face à Jackson, elle devait montrer qu’elle était sincère. Oui, elle ne pouvait pas tout lui dire mais elle serait sincère sur ses intentions et ses sentiments envers eux deux.

    « Si je ne te dis rien de ma vie, c’est parce qu’il n’y a rien à dire ! Je n’ai fait que mourir à petit feu depuis que je t’ai donné Jude ! J’avais une mission que je ne pouvais pas abandonné ! Mais, j’ai failli mourir et ça m’a fait comprendre combien la vie est courte et que j’avais envie de revoir mon bébé ! »

    Rabaissant les yeux, comme si elle avait honte, elle rajouta :

    « Il se passe des choses dans cette ville qui dépasse ton imagination ! C’est une ville devenue vraiment trop dangereuse mais je suis en mesure de la protéger et même de te protéger toi ! Ne m’en demande pas plus pour l’instant, je ne peux rien te dire de plus ! Est-ce que cela ne vaut pas le coup de tout laisser tomber dans une ville qu’on aime si c’est pour garder en vie ceux qu’on aime ? Cela dit, moi, je n’ai jamais connu une ville où je me sentais comme chez moi ! »

    Elle savait qu’il lui demanderait de plus amples explications qu’elle n’était pas en mesure de lui expliquer toutes ces histoires de démons tout de suite. Peut-être un jour, y arriverait-elle et elle lui montrerait ce qu’elle faisait pour qu’il la croie. Mais elle avait aussi peur qu’il prenne la fuite en la laissant seule derrière pour protéger Jude de sa mère elle-même…. Elle était toujours à ses côtés et elle le regardait à nouveau, guettant sa réaction face à ce qu'elle venait de lui dire ...


Dernière édition par Grace Woosboro le Ven 18 Sep - 22:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Phoenix H. Lawrence


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Twix
✾ MA CÉLÉBRITÉ : DiannaSexyAgron
✾ MES CRÉDITS : Me, I & Myself
✾ MON MOI² : None
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 22/07/2009
✾ MES MESSAGES : 470

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 printemps
✾ STATUT SOCIAL : Mère célibataire
✾ SON EMPLOI : Stripteaseuse


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: [Intrigue N° 1] « There Were Ghosts In Your Eyes; Ghosts Of All The Dreams You Sent Away … » {PV Grace]   Ven 28 Aoû - 23:23


« Un soldat qui fuit la mort
C’est un héros aux ailes coupés …»



    Revoir Grace après toutes ces années avait un petit quelque chose d’effrayant. Tous deux avaient changé, forcément, car personne ne reste sans changer pendant des semaines. Il y aura toujours quelque chose qui viendra vous faire dévier de votre chemin présent, ne serait ce qu’un peu. Parce que vous faîtes partie du monde, et qu’il est là, près de vous, qu’il vous entoure. Ce monde est fait de milles et unes choses, et ce monde est régit, en autre, par la vie, une vie qui ne fait jamais que vous toucher, qui agit sur vous. Et tout le monde sait que le simple effleurement de la vie vous fait changer de direction, comme une girouette au vent. Il faut s’adapter, agir en conséquence, savoir réagir à tout nouveau changement, c’est là le propre de l’homme, ce qui a fait de l’une cette créature qui a su se démarquer des autres, cette créature qui a su se mettre debout sur deux jambes, qui a su prendre les commandes du monde, même si l’on peut se demander parfois si cette même créature ne va pas finir par causer la mort de tout, la mort de toute chose … Certes, tous les deux étaient déjà adultes la dernière fois qu’ils s’étaient vus, il y avait donc assez peu de changement physique en eux depuis la dernière fois, du moins, moins que s’ils s’étaient quittés alors qu’ils n’étaient tous deux que de jeunes adolescents. Mais le temps laisse toujours plus ou moins sa marque. Les cheveux de Grace étaient plus longs la dernière fois qu’ils s’étaient vus, mais déjà plus courts que lors de leur nuit ensemble. Grace avait donc décidé de les couper quelque peu. Depuis quand ? Le jeune homme n’en savait rien, et ne pouvait de toute façon pas le savoir … Ces cheveux à lui étaient plus courts, parce qu’il avait encore la coupe militaire. Ses cheveux rasés de près avaient donc fini par repousser, même si le jeune homme gardait les cheveux courts. Quant aux marques physiques, aux cicatrices, aux blessures. Il n’y avait pas à en douter, jamais Grace n’avait vu le jeune homme dans le même état de santé les deux fois précédentes, et pour celle-ci non plus. Lorsqu’ils avaient passé la nuit ensemble, il était déjà un peu marqué par la guerre, avait quelques cicatrices, et même quelques points de suture à l’une de ses arcades sourcilières. Mais ce n’était pas grand-chose, rien, des petites blessures de rien du tout par rapport à celles qu’il avait lorsqu’ils s’étaient revus, lorsqu’elle était venu lui confier Jude, lui apprenant dans le même temps qu’il était père. Cette fois ci … Cette fois ci, le jeune homme était béquillé, et il y avait encore sous son pantalon un pansement compressif, destiné à la fois à cicatriser l’une de ses multiples blessures, et à empêcher le sang de continuer à couler. Aujourd’hui, il allait mieux, bien mieux, et heureusement. Heureusement pour lui, heureusement pour Jude qui n’avait pas à le voir plus que salement amoché, qui n’avait pas à savoir par quoi était passé son père avant qu’elle n’arrive dans sa vie.

    Grace était encore magnifique, même encore plus que dans ses souvenirs. Jackson n’avait qu’une photo d’elle, une seule et unique, qu’il lui avait demandé, ou qu’elle lui avait donné, il ne se souvenait plus exactement duquel d’entre eux avait eu cette idée. Cette photo était plus que précieuse pour le jeune homme, car avec le temps, les souvenirs s’effacent, ne restent plus que des impressions, des impressions modifiées par les sentiments et par l’imagination qui venait peu à peu prendre le pas sur la réalité. Une photo qui était encore plus précieuse aux yeux de Jude, car il s’agissait là de la seule façon pour elle de savoir à quoi sa mère ressemblait. Jackson savait qu’elle la gardait plus que précieusement, c’était « sa prunelle de ses yeux », comme elle disait, façon pour elle de reprendre à son compte l’expression de son père, qui lui disait qu’il tenait plus à elle qu’à la prunelle de ses yeux. Les enfants ont parfois d’étranges façons de s’approprier les mots d’adultes et de les arranger à leur sauce, ce qui donne très souvent de jolies petites expressions, de jolies petites expressions qui tirent un sourire conquis des lèvres même des plus froids adultes. Jude la glissait sous son oreiller, et veillait à ce qu’elle ne soit pas trop cornée. Elle l’emmenait très souvent partout avec elle, mais avait quelque peu cessé de le faire ces derniers temps, parce que malgré tout le soin qu’elle savait mettre à même pas 6 ans pour ne pas abimer le cliché, le temps passait par là et le cliché s’abimait quand même un peu, de plus en plus. Elle avait déjà demandé à son père s’il ne pouvait pas demander à sa mère de lui en envoyer une autre, « plus mieux » et « plus nouvelle », comme elle le disait si bien. Jackson lui avait dit qu’ils n’en viendraient à une telle fin que lorsque la photo serait vraiment trop abimée.
    Alors, être face à elle le troublait plus qu’il ne l’aurait imaginé, plus qu’il ne l’aurait voulu aussi, parce que, déjà, les images et les souvenirs de l’unique nuit qu’ils avaient passé ensemble revenaient à son esprit, surgissaient devant ses yeux comme s’il regardait le présent en face. Il n’avait pas voulu trop y repenser toutes ces années durant, parce que cela n’aurait rien changé à la vie qu’il menait, parce que cela le faisait vivre dans le passé, ce qu’il ne voulait absolument pas, aux vues de la noirceur qu’avait toujours été le sien, aux vues du fait qu’il était père, et qu’il devait penser à l’avenir pour sa fille, à l’avenir pour eux deux, à l’avenir et au présent. Ils n’étaient plus très éloignés physiquement maintenant, et la tentation était forte pour lui de poser sa main sur sa peau, afin de voir si elle était toujours aussi douce que dans ses souvenirs. Elle n’avait déjà pas changé de parfum, c’était déjà ça, ou alors, sa peau avait gardé la même odeur si un quelconque parfum artificiel n’avait rien à voir là dedans. Elle ne bougeait pas, elle restait face à lui, comme pour se montrer à la hauteur, comme pour lui prouver qu’elle ne fuyait pas cette distance qui diminuait entre eux. Cela commençait à torturer le jeune homme … Etrange sensation que celle là, lui qui ne l’avait pas ressenti, pas aussi fort du moins, la dernière fois qu’ils s’étaient vus. La réponse qu’elle lui donna le heurta de plein fouet …Lui aussi avait manqué de mourir, à plusieurs reprises, et il avait saisi à chaque fois combien la vie était courte, combien le passage de l’autre côté était rapide et vif comme l’éclair. L’être humain n’était qu’un funambule marchant sur un fil, et le moindre faux pas ne laisse que peu de chance de s’en sortir. A cette époque là, Jude n’était pas encore née, et c’était le visage de Maëlys qui s’imposait à lui. Il comprenait donc ce qu’avait pu ressentir Grace, même si …


    « Une mission ? … Oui … Parfois les missions qui nous sont données nous éloignent de nos envies, nous torturent … »

    Déjà, Grace enchainait sur son autre réponse, celle qui était destinée à informer le jeune homme sur les raisons de son envie soudaine de les emmener, Jude et lui, loin d’ici. Cela n’avançait pas beaucoup le jeune homme à vrai dire, surtout parce que, encore une fois et comme toujours lorsqu’ils se parlaient, la jeune femme restait évasive, ne se contentait que de répondre en surface, ne faisant qu’effleurer les choses plutôt que de les explorer à fond. Le protéger lui ? Il eut un petit mouvement de surprise, et haussa un sourcil. Aurait elle oublié certaines choses en route ?

    « Grace … Je … Tu sais que j’ai été soldat, que j’ai fais la guerre … Je le suis encore d’ailleurs, mais … Tu n’as pas besoin de me protéger, je suis un grand garçon, je sais me protéger moi-même ! Et si la vie n’a pas réussi à avoir ma peau lorsque j’étais sous les feux croisés de centaines de balles, ce ne sont pas des disparitions dans une petite ville paumée des Etats Unis qui vont finir par m’avoir !
    Jude est ta fille … Je sais que … Que tu veux la protéger, et … Je sais qu’en tant que mère, tu as tout autant le droit et le devoir que moi de la protéger, alors je ne vais pas te spolier ça …
    Tu veux pas aller plus au fond des explications ? D’accord … Je vais pas te forcer après tout, c’est ta décision et je dois la respecter. Mais si tu cherches juste à me protéger parce que tu penses que ce que tu as à me dire est trop horrible, trop effrayant, prends pas de pincettes, et vas y ! J’ai vu des horreurs innommables, j’ai été témoin de choses indicibles, alors quoi que ce soit, je pense pas que ça puisse être pire que ce que j’ai vécu ! »


    Sans s’en rendre réellement compte, il avait fini par saisir l’une des mains de la jeune fille dans l’une des siennes, et commençait à caresser doucement le dos de cette main, en formant des petits cercles, comme il le faisait avec sa demi sœur lorsqu’elle avait quelques soucis, comme il le faisait avec Jude pour l’apaiser quelque peu après qu’elle ai fait un cauchemar … D’un côté, l’amour fraternel, de l’autre, l’amour parental … Etait il question d’un troisième amour ? Lorsqu’il réalisa ce qu’il était en train de faire, il se stoppa, relâchant doucement la main de Grace et s’éloignant quelque peu d’elle, histoire de recouvrer quelque peu ses esprits. Il s’appuya contre l’entrebâillement de la porte, derrière Grace, tentant de trouver les mots plus justes possible.

    « Je veux pas partir Grace … Je veux pas fuir la vie, je veux pas fuir le destin, pas une nouvelle fois … Je sais, peut être est ce que tu ne comprend pas mon attitude, mais je … Je te promets qu’il y a des tas de choses dans mon passé qui me poussent à faire ça … Et c’est pas beau à voir … Je veux rester ici, à Ellington, quel que soit ce danger qui nous menace Jude et moi selon toi … Et … Tu parles comme si, comme moi, tu étais un soldat … J’imagine que les deux petits soldats que nous sommes pouvons protéger notre fille. Laisses nous au moins essayer … »

    Il s’était retourné pour le regarder droit dans les yeux. Il voulait qu’elle le comprenne, elle voulait qu’elle dise qu’elle était d’accord, il voulait qu’elle reste auprès d’eux, parce qu’elle avait réussi à l’inquiéter. Si elle était revenue, c’était que quelque chose de grave, de réellement grave, se profilait à l’horizon. Jamais elle ne serait revenue sinon, jamais …
Revenir en haut Aller en bas
http://in-nomine-mens.bbactif.com

Invité


Invité





MessageSujet: Re: [Intrigue N° 1] « There Were Ghosts In Your Eyes; Ghosts Of All The Dreams You Sent Away … » {PV Grace]   Jeu 3 Sep - 21:44



    Il était clair qu’après la réponse évasive qu’elle lui avait fourni, elle n’allait pas pouvoir en rester là mais pouvait-elle lui dire ce qu’elle faisait réellement. Oui, elle savait qu’il avait été soldat et oui, cela avait dû être dur. A vrai dire peut-être que cela était encore plus difficile que les missions que devaient remplir Grace. Mais, lui dire qu’elle chassait les vampires, les loups-garous et tous les démons de ce genre n’était pas quelque chose que l’on lâchait comme ça en plein milieu d’une conversation. Il allait certainement la prendre pour une folle et la conduire dans un hôpital psychiatrique. Elle lui avait répondu de la manière la plus sincère possible parce que oui, elle était revenue après un accident, oui elle était vraiment revenue pour voir sa petite chérie mais non, elle ne pouvait pas lui parler de son passé sans qu’il ne la prenne pour une tarée…. Après lui avoir expliqué ce qu’elle faisait ici, elle avait enchaîné, en baissant les yeux, sur le fait qu’elle voulait protéger Jude et lui aussi, que cette ville était devenue bien trop dangereuse mais qu’elle les protégerait quoiqu’il pouvait arriver…. Elle avait simplement voulu le mettre en garde mais il ne semblait pas comprendre que le danger était différent de ce qu’il avait vécu jusqu’à maintenant…. Malgré tout, elle respecterait le choix de Jackson…

    Pourquoi ? Simplement parce qu’il avait toujours été là pour Jude contrairement à Grace. Oui, elle avait toujours tout fait pour que la petite n’oublie pas que sa mère l’aimait : lui téléphoner dès qu’elle le pouvait, c’est-à-dire après chaque chasse ; lui envoyer une photo. Vu qu’elle n’avait pas beaucoup changé, elle ne voyait pas l’intérêt d’en envoyer une nouvelle à sa petite puce, surtout qu’elle était bien plus marquée par les chasses depuis qu’elle avait abandonné Jude. Puisqu’elle ne faisait plus attention à sa vie, elle prenait plus de coups et elle était plus abîmée. Oui, cela ne se voyait pas vraiment mais comparé à la photo qu’elle avait envoyé, si cela se voyait. Jackson avait dû le remarquer lui et il devait se poser bien des questions…Surtout lorsqu’elle lui disait qu’elle avait été en mission et qu’elle les protègerai. Ca n’était pas un discours de personne qui avait une vie tranquille…. C’était vrai qu’il y avait beaucoup de mystère qui tournait autour de la belle blonde et elle ne doutait pas que cela devait piquer la curiosité de Jackson et même de sa fille….

    La dernière fois qu’elle l’avait vue – c’était il y a deux jours à la sortie de l’école – Jude lui avait demandé pourquoi elle était partie et qu’elle l’avait laissé toute seule ? Et pourquoi elle avait laissé son père tout seul aussi. Grace n’avait pas su quoi dire : oui, elle savait qu’elle lui poserait cette question parce que même si elle ne savait pas vraiment ce que c’était que d’avoir un enfant, elle savait quand même que les enfants demandaient TOUJOURS des explications. Que pouvait-elle répondre à sa petite puce ? Qu’elle n’avait pas eu le choix bien sûr et qu’elle était là maintenant et qu’elle comptait bien réparer son erreur…. Jude l’avait regardée avec tristesse et lui avait dit qu’elle espérait bien que maman reste à ses côtés pour toujours mais qu’elle avait peur qu’elle reparte. Les yeux de Grace, à ce moment-là, s’étaient rempli de larmes et elle avait pris Jude dans ses bras lui promettant d’être toujours à ses côtés maintenant….

    Jackson eut l’air surpris de ce que venait de dire Grace et cela s’entendit dans sa réponse. Il lui répondit qu’il savait se protéger parce qu’il était toujours soldat et qu’il était aussi un grand garçon…. Grace ne le réfutait pas mais il ne savait pas comment se protéger de ces créatures immondes qui ont souvent plus de force que les simples humains. Il faut être préparé à se battre contre les monstres, il faut être rusé et ne pas se laisser guider par ses sentiments…. Enfin, comme pour être un militaire, il faut être préparer. Et Jackson ne l’était pas malgré ce qu’il pouvait dire. Mais, ça, il ne le savait pas puisqu’il ne connaissait pas l’existence des démons…. Jackson pensait que s’il n’était pas tombé sur le champ de bataille, ça n’était pas des disparitions qui auraient sa peau…. Malheureusement, il ne s’agissait pas de simples disparitions et lorsque Grace avait parlé de « choses qui dépassent son imagination » c’était autre chose que des disparitions. Mais comment lui faire comprendre sans lui dire ce qu’elle faisait dans la vie…. C’était impossible bien sûr et elle se résignerait à les protéger tous les deux. La belle maman comprenait que Jackson ne lui fasse pas confiance, après tout, cela faisait cinq ans qu’elle ne s’était pas présentée à lui et là, elle revenait tout d’un coup, pour lui demander de lui faire confiance et de quitter la ville ? Grace elle-même n’aurait pas accepté.

    A la suite de cela, Grace sentit une main prendre la sienne et cette main commençait à faire des ronds sur sa paume. La belle blonde se sentit bien malgré leur conversation des plus difficiles, elle se sentait bien, elle retrouvait un semblant de complicité qu’ils avaient eu dans le passé…. Pendant qu’il lui tenait la main, il lui arriva enfin à ce que craignait Grace…. Il lui expliquait qu’il respecterait le fait qu’elle n’aille pas au fond des choses mais si c’était pour le protéger, elle n’avait pas à avoir peur…. Là n’était pas le problème bien sûr, il le supporterait mais il la prendrait surtout pour une timbrée…. Et ça, alors qu’elle venait à peine de renouer des liens avec lui – le fait qu’il prenne sa main dans la sienne voulait tout dire – elle ne voulait pas gâcher ça…. Peut-être que si arrivait à lui montrer combien il pouvait avoir confiance en elle, il arriverait plus facilement à la croire. Imaginez-vous quelqu’un qui ne vous a pas vu depuis cinq ans et qui vient vous dire qu’elle chasse les démons, ça ne le fait pas…. C’est alors qu’il retira brusquement sa main de celle de Grace, qu’il s’éloigna. Grace sentait qu’il était troublé, enfin c’est comme ça qu’elle le ressentait. Jackson alla se poser dans l’entrebâillement de la porte, derrière la blonde. Celle-ci resta quelques secondes un peu surprise…. Elle ne se rendait pas compte que rien que le fait qu’il la frôle, la rendait folle d’envie…. Elle était surprise de ce qu’elle ressentait et elle reprit ses esprits lorsque Jackson reprit la parole…. Elle se retourna et Jackson la regardait droit dans les yeux. Il continua en disant qu’il ne voulait pas partir et fuir encore une fois son passé. Elle ne savait pas de quoi il parlait mais s’il ne lui expliquait c’est qu’il ne le souhaitait pas. Comme lui laissait le choix à Grace de ne rien dire, elle lui laisserait le choix de se taire sur son passé. Peut-être qu’un jour, les deux jeunes gens arriveraient à se dire les choses mais il n’était absolument pas question de cela, là tout de suite…. Il lui demanda si les deux soldats qu’ils étaient ne pouvaient pas essayer au moins de protéger Jude…. La belle blonde ne doutait pas de l’envie de Jackson de protéger sa fille mais il n’en serait pas capable si elle ne l’entraînait pas avant. Alors, jusqu’au moment où elle sera en mesure de lui expliquer son métier, elle protègerait Jude des monstres et Jackson des humains. Parce que les humains pouvaient être très sadiques aussi mais le beau jeune homme était entraîné à les combattre, eux. Ce fut à Grace de s’approcher de Jackson et elle mit une main sur la joue de Jackson.


    « Ok ! Je ne vous obligerais pas à quitter cette ville ! J’essayerai de m’habituer à vivre dans une ville et peut-être que j’arriverais à l’aimer ! Mais, il nous faudra être vigilants, très vigilants ! »

    Retirant sa main, elle se retourna et fit quelques pas de long en large avant d’ajouter :

    « En ce qui concerne tout ces trous noirs que représente ma vie pour toi, un jour, je t’expliquerais, mais je pense qu’il vaut mieux que j’attende avant de te le dire ! Ce n’est pas que je veuilles te protéger mais plutôt que je ne veux pas que tu me prennes pour un folle alliée ! »

    S’approchant de nouveau de lui, elle le regarda droit dans les yeux également :

    « Maintenant, est-ce que tu m’invites à boire un verre ou pas ? »

    Un sourire charmeur s’était dessiné sur ses lèvres. Pour elle, ils avaient fait le tour des choses importantes, peut-être pouvaient-ils essayer de réapprendre à se connaître autour d’un verre….
Revenir en haut Aller en bas

Phoenix H. Lawrence


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Twix
✾ MA CÉLÉBRITÉ : DiannaSexyAgron
✾ MES CRÉDITS : Me, I & Myself
✾ MON MOI² : None
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 22/07/2009
✾ MES MESSAGES : 470

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 printemps
✾ STATUT SOCIAL : Mère célibataire
✾ SON EMPLOI : Stripteaseuse


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: [Intrigue N° 1] « There Were Ghosts In Your Eyes; Ghosts Of All The Dreams You Sent Away … » {PV Grace]   Dim 6 Sep - 7:31


« Il savait qu’un jour ou l’autre
Il cesserait de lui montrer les crocs …»



    Jackson n’était pas un bourreau des cœurs, dans le sens où il détestait faire souffrir les gens, il détestait ceux qui feignaient vous apprécier, vous aimer, jusqu’à ce que vous leur confiez votre cœur et qu’ils le détruisent, un grand sourire sadique aux lèvres. Mais, oui, dans sa « jeunesse », il en avait charmé plus d’une, il en charmait encore plus d’une d’ailleurs, même si, trop modeste, lui mettait ça sur le compte du fantasme du jeune père célibataire. Il n’aimait pas faire souffrir les gens, c’était dans sa nature. Sa mère l’avait élevé de cette façon, lui avait appris à respecter les gens au maximum, même si ce qu’ils faisaient nous déplaisait, même s’ils avaient été les pires monstres avec nous. Oui, Chiara lui avait appris à tendre l’autre joue si on venait à le frapper en plein visage. Ce n’avait pas toujours été facile, cela n’avait jamais été facile. Porter le nom de Millerini durant toutes ces années n’avaient pas été aisés, eux qui étaient tant réputés, autant reconnus, eux qui en faisaient frémir plus d’un, surtout sa grand-mère, le jeune homme devait lui reconnaître ça. Jackson, aux yeux de tous ceux qui connaissaient l’histoire, mais pas assez pour tout comprendre, c’était le fils tombé du ciel, ou presque, un ange qui, pourtant, n’aurait jamais dû naître, simplement parce que Chiara n’aurait jamais dû le garder, parce qu’elle était trop jeune, parce que le père n’était pas issu du beau monde, parce qu’en plus, il était mort … Oui, mais voilà, selon eux, Chiara s’était laissée emporter par le tourbillon de la jeunesse, elle n’avait pas réfléchi, était restée dans l’euphorie de la découverte, n’avait pas cherché à comprendre, n’avait pas voulu comprendre tout ce que cela allait impliquer dans les mois qui suivraient, tout ce que cela changerait dans sa vie à tout jamais. Jackson savait bien que toutes ces personnes se trompaient. Son père n’était pas un amour de jeunesse à proprement parler, sa mère l’aimait, réellement, du plus profond de son être, du plus profond de son âme. N’avait elle jamais réussi à retomber amoureuse avec autant de ferveur et de passion qu’elle l’avait été de lui ? N’avait elle, au fond, jamais cessé de l’aimer ? C’était bien ça le soucis, malgré tous les hommes qu’elle avait connu, malgré tous les hommes qu’elle avait aimé, jamais elle n’avait réussi à leur faire prendre la place qu’occupait Kélian, jamais. Incontestablement, les deux hommes de la vie de Chiara étaient et resteraient toujours Kélian et Jackson, l’homme qu’elle avait le plus aimé au monde et le fils que cet homme lui avait donné. Oui, ça n’avait pas été facile tous les jours, parce que, vous connaissez les enfants, c’est méchant et agressif, et Jackson n’avait pas pu y couper. Il était l’enfant sans père, l’enfant d’une mère bien trop jeune. Les enfants ne faisaient au fond que répéter ce que disaient les adultes, et, croyez Jackson, d’après ce qu’il en entendait, les adultes étaient franchement de sales égoïstes et des langues de vipères plus qu’acharnées. Il s’était battu pour défendre son honneur, battu aussi mais surtout pas laver l’honneur de sa sœur, qui, bien que plus jeune que lui et ayant encore son père en vie, même si divorcé de leur mère, n’était pas préservée elle non plus des rumeurs et des moqueries. Certes, elles étaient un peu moindres, parce que Chiara avait plus de différence d’âge avec elle qu’elle n’en avait avec Jackson, mais il n’empêchait qu’on faisait vite l’association et que les raccourcis étaient très vite trouvés, très très vite trouvés même. Ayez foi en l’espèce humaine, elle saura toujours trouver quelque chose pour détruire son semblable, et si elle ne trouve rien, et bien, elle inventera, et puis alors ? Quel est le soucis, hein ? N’est ce pas ainsi que cela se passe depuis la nuit des temps ?

    Cela avait été moins évident pour le jeune homme par la suite, lorsque sa mère était décédée. Il avait eu moins de scrupules à parler comme il le fallait, sans plus se retenir, sans chercher à peser ses mots, en les disant comme ils venaient, tout simplement. Jackson n’avait plus sa mère pour le raisonner, lui dire que l’être le plus intelligent était celui qui savait rester calme et posé, qui ne cherchait jamais à répondre des coups, qui se moquait bien de ce que les autres pouvaient penser et dire, qui vivait sa vie comme lui le souhaitait, parce que cet être là saurait toujours se débrouiller, se sortir des pires situations sans avoir besoin de supplier l’aide de quelqu’un dès les premiers soucis rencontrés. Il avait 17 ans, sa mère était morte, elle qui, à 17 ans, venait de l’avoir. Il eut 18 ans, ses graduations en poche et son billet d’avion pour le Front. Là bas, il fallait s’endurcir, qu’on le veuille ou non, là bas, on s’endurcissait, de sa propre initiative ou non. C’était ainsi, c’était la règle, la règle du « Marches ou Crèves ». Là bas, plus la place pour les petites moqueries basses et viles, tout simplement parce que les autres ne savent de vous que ce que vous voulez bien leur dire, tout simplement parce que l’esprit de corps et d’équipe doit être là et que, donc, on évite un maximum de chercher les embrouilles inutilement, et aussi parce que l’on est en équipe avec des plus âgés que nous, plus expérimentés, des gars qui ont déjà une femme et des enfants et pour qui les gamineries sont bien loin dans le passé maintenant. Jackson était un jeune soldat lorsqu’il avait été envoyé. Il fallait bien y aller un jour de toute façon … Sa destination ? Et bien, essayez de deviner. Nous sommes vers le mois de Septembre 2001 … Une guerre où on ne vous laisse pas le choix, où vous n’avez pas le choix. Volontaires ou non pour aller au Front, vous y irez, pas de moyen de s’échapper, vous y allez, un point c’est tout et s’il vous venait à l’esprit de discuter les ordres, soyez sûr et certain que l’on trouvera le moyen de vous placer en poste dans la région la plus secouée et dangereuse, juste histoire que les balles vous sifflent aux oreilles, juste histoire que cela vous remette quelque peu les idées en place. Jackson n’était plus ce garçon sympa et toujours prêt à s’écraser pour éviter les conflits. Il était devenu franc et direct, ou plutôt, il avait développé ce caractère qu’il gardait caché en lui pour les beaux yeux de sa mère. Il n’était plus question de lui marcher sur les pieds sans au moins prendre la peine de s’excuser. C’était sans nul doute cela, et ses états de service, qui avait mené l’Etat Major à lui faire gravir les grades à vitesse Grand V, lui qui, en s’engageant, avait pris le nom de Miller, au lieu de Millerini, histoire que l’ombre de sa famille ne le suive pas même à plusieurs dizaines de milliers de kilomètres. C’était ce Jackson là que Grace avait rencontré, serviable et généreux, mais aussi mystérieux et blessé, protecteur et puissant.

    Il la regardait droit dans les yeux, lui demandant simplement d’accéder à sa requête. Qu’allait elle faire ? Jusque là, il était vrai, elle l’avait laissé manœuvrer comme il le voulait, en respectant quelques petites choses cependant, comme accepter que Grace reste en contact avec Jude et lui, qu’il la prévienne si jamais il lui prenait l’idée et l’envie de quitter Ellington et d’emménager ailleurs. Mais maintenant ? Maintenant qu’elle était rentrée, n’allait elle pas vouloir à son tour pouvoir agir, aller et venir, s’occuper de Jude comme elle le voulait ? Elle était tout à fait dans ses droits après tout. Elle s’approcha et de lui et posa l’une de ses mains sur son visage, et, une nouvelle fois, Jackson sentit son cœur quelque peu s’emballer dans sa cage thoracique, une sensation étrangère, surtout qu’elle lui était à vrai dire peu familière. Il la ressentait généralement en présence de Jude et de Maëlys, et cela ne sous entendait rien qui vaille pour lui. Les deux personnes auxquelles il tenait le plus, et Grace. Il y avait donc un lien derrière tout ça et, pour une fois, il ne se sentait pas la force de chercher à en comprendre un peu plus de tout ça … Etre vigilant ? Il l’était, pas de doute là-dessus, mais visiblement, si Grace parlait ainsi, c’était qu’il allait réellement le falloir. Il ferma les yeux un bref instant et lorsqu’il les rouvrit, il était presque prêt à porter la main à son côté, comme il le faisait au combat, pour s’assurer de la présence de telle ou telle arme à son ceinturon. Mais il n’était plus sur les lignes du Front, il n’était plus face aux Talibans, il était à Ellington, face à Grace. Il sourit doucement et hocha la tête, façon à lui de remercier Grace pour l’effort qu’elle concédait. Cela allait être à son tour d’en concéder, c’était donnant donnant, pour tout, et il comprenait quelque peu les difficultés que cela représentait pour Grace que de rester ici. Visiblement, elle était prête à faire cet effort, il se devait d’en faire lui aussi de son côté. Elle s’éloigna finalement quelque peu de lui, tout en allant et venant dans la pièce, alors que lui l’écoutait, bras croisés et sourcils légèrement froncés. Il était curieux de bien des choses, mais comprenait parfaitement que Grace ne veuille pas se livrer à lui tout de suite. Après tout, même s’ils avaient eu une fille ensemble, et pas n’importe laquelle puisqu’il s’agissait de Jude, ils ne se connaissaient pas tant que ça. Et même dans les couples, les conjoints gardent chacun un part de jardin secret, sans ça, ce n’est plus un couple, mais des siamois … Bien sûr, il aurait aimé en savoir un peu plus, mais après tout, lui non plus ne lui avait pas beaucoup parlé de lui. Ils devaient apprendre à se connaître quelque peu avant de se livrer l’un à l’autre, ils ne devaient pas brûler les étapes sous prétexte qu’ils avaient eu un enfant ensemble. Ce n’était pas une bonne chose d’utiliser Jude, pour quelle que fin que ce soit. Mais il restait curieux, surtout par les précautions que semblait prendre Grace, qui ne voulait pas qu’il la pense folle à lier …


    « Je comprends Grace … Après tout … Après tout, on ne se connait pas tant que ça … Les circonstances et la vie ont fait qu’il en est ainsi. Moi non plus je ne te parle pas de tout ce qui me constitue, et c’est mieux ainsi, j’imagine. On évite les jugements hâtifs, et on ne se retrouve pas nus avant même d’avoir procédé par étape en se déshabillant peu à peu … »

    La question suivante de Grace le fit sourire, tout en hochant la tête de droite à gauche, amusé. Certes, il ne tenait pas un bar, mais un restautant, mais cela ne l’empêchait pas d’avoir toujours de quoi boire, surtout qu’il vivait avec une fille de 5 ans qui voulait presque boire un verre de quelque chose différent quand elle rentrait de l’école et goûtait, sans oublier sa demi sœur, qui aimait faire la fête et mélanger un peu tout et n’importe quoi dans un verre, du moment que ça se boit et que ça finit pas illico dans la cuvette des toilettes !

    « Ouais ! Je vais pas te laisser partir sans t’offrir un petit quelque chose, ne serait ce que parce que si Jude sait que tu es passée et que je t’ai rien donné, elle va m’accuser de faire comme avec sa poupée, de te priver de mangé et de buvé ! Cherches pas, elle dit ça comme ça !
    J’ai tout ce que tu veux, ou presque, tout dépend de ce que tu veux boire ! »


    Il lui sourit, avant de redevenir plus sérieux, tout ceci se lisant sur son visage et surtout dans ses yeux, reflets de son âme.

    « Grace … Je lui dirais que tu es passée, t’as pas à t’en faire pour ça. De toute façon, elle serait assez maligne pour me questionner jusqu’à ce qu’elle sache ce que j’ai fais, et qu’elle découvre que tu es venue … Elle a pas que ta beauté tu sais … »
Revenir en haut Aller en bas
http://in-nomine-mens.bbactif.com

Invité


Invité





MessageSujet: Re: [Intrigue N° 1] « There Were Ghosts In Your Eyes; Ghosts Of All The Dreams You Sent Away … » {PV Grace]   Ven 18 Sep - 22:22




    La vie de Grace n’avait pas toujours été de tout repos. Après tout, avec le métier qu’elle fait, elle était constamment sur les routes et ne dormait pratiquement pas lorsqu’elle était sur une chasse. Souvent, elle prenait quelques jours pour se remettre d’une traque mais si le boulot l’appelait, elle y allait sans hésiter. Et puis, ces nombreuses soirées qu’elle passait dans les bars en pensant à la vie qu’elle ratait en accomplissant sa mission plutôt que d’être aux côtés de sa petite puce. Elle ramenait souvent un mec ou même une femme dans son lit pour oublier tous ses soucis…. Mais, ça ne l’avait jamais réellement comblé et lorsqu’elle y repense, la seule nuit dont elle ait vraiment un souvenir fut celle avec Jackson. Ca n’est pas seulement parce qu’il lui avait offert la plus belle chose qui soit ce jour-là, non pas seulement. Il avait réussi à la transporter, ils avaient réussi, en quelques sortes, à se comprendre mutuellement…. Tous les deux étaient perdus et seuls et mal au point mais lorsqu’ils unirent leur corps, Grace fut transportée et il réussit à la faire revivre….

    Parce qu’avant lui, elle n’était plus que l’ombre d’elle-même…. Imaginez-vous perdre le seul parent qui vous reste et le perdre alors que vous vous êtes brouillés avec lui. Pour Grace, son père était tout pour elle et malgré la vie qu’il lui offrait, elle l’avait toujours aimé. Elle était sa petite fille adorée et il lui passait tous ses caprices, il était très affectueux avec elle. Bon, elle n’avait pas eu une vie dite « normale » avec lui puisqu’il était chasseur lui-même mais au moins, elle savait qu’il l’aimait…. Et puis, il n’avait pas eu le choix, lui, la mère de Grace était morte en la mettant au monde alors il avait reporté tout son amour sur sa fille. Grace n’avait jamais vraiment pensé qu’elle avait manqué de quoi que ce soit dans sa vie mais au moment de l’adolescence, cette vie peut être difficile à surmonter…. Elle avait alors tout doucement commencer à être infernale mais elle avait continuer à suivre les ordres de son père ainsi que son entraînement…. Jusqu’au jour où elle dut quitter le lycée dans lequel elle s’était super bien sentie. Là, elle avait rencontré une fille qu’elle adorait et qui l’avait tout de suite mise à l’aise : Beth…. Mais, comme tout chasseur qui se respecte, elle avait dû quitter précipitamment la ville mais cela lui fit mal de quitter la seule amie qu’elle n’avait jamais eu. Alors, la belle blonde commença à devenir vraiment insupportable et son histoire avec ce Dean n’avait pas arrangé les affaires entre eux deux…. Jusqu’à cette fameuse nuit où elle se disputa violemment avec son père, refusant d’aller au combat avec lui…. Ca lui fut fatal et elle avait eu du mal – c’est un euphémisme – à s’en remettre.

    Jackson avait réussi à lui faire remonter la pente. En partie à cause du bébé qu’elle portait mais aussi juste après leur nuit d’amour. Comment l’expliquer ? Elle s’était sentie aimée, de nouveau. Les autres mecs ou femmes qu’elle ramenait dans son lit était plutôt du genre à la prendre comme un objet sexuel, sans vraiment essayer de lui parler. Oh oui ! Lorsqu’ils s’approchaient d’elle pour la draguer, là, ils savaient écouter mais après l’amour, là, ils étaient déjà partis en courant. Ce qui n’était pas pour déplaire à la jeune femme qui ne supportait pas qu’on s’attarde après avoir tiré son coup. Mais, avec Jackson, les choses étaient différentes. Lorsqu’ils s’étaient parlé pendant au bar, il n’y avait aucun sous-entendu, aucun des deux n’avaient réellement prévus de coucher avec l’autre. Enfin, c’était l’impression que lui donnait Jackson, il semblait triste et ne semblait pas être poussé par l’envie de la mettre dans son lit. Grace qui était légèrement – encore un euphémisme – triste l’avait tout de suite remarqué et elle avait été vers lui pour voir ce qu’il avait. Ce gars l’avait réellement touché, accoudé au bar, les yeux perdus dans le vague. Il dégageait une telle beauté pour la belle et une telle tristesse que la belle n’avait pas hésité avant d’aller le voir. Cependant son but n’était réellement pas de le mettre dans son lit mais de l’écouter et peut-être même l’aider. Cela n’était plus arrivé depuis des années pour la blonde et elle n’avait jamais compris pourquoi elle avait fait ça. Elle pensait que ça avait été le destin, ces deux-là devaient se rencontrer pour mettre au monde la petite Jude, une puce qui semblait si adorable…. Après leur folle nuit d’amour, ils avaient encore parlé de leur vie, le strict minimum pour Grace qui s’était – encore – contentée de passer en surface plutôt qu’en profondeur et un peu plus pour Jackson. C’était surtout Jackson qui avait parlé en fait… Mais, surtout, la belle blonde n’avait pas eu le besoin de le mettre dehors, elle avait très naturel qu’ils parlent après ce qu’ils venaient de faire… Sa relation avec Jackson avait déjà commencé de manière très étrange et avec le cas Jude, cela ne s’était pas arrangé.

    Mais, aujourd’hui, Grace était revenue vers lui, enfin plutôt vers Jude…. Pourtant, au fond d’elle, c’était aussi vers Jack qu’elle était revenue…. En lui parlant ce matin, elle avait compris que le fait qu’il se préoccupe de sa vie, lui avait manqué. Que quelqu’un s’intéresse à elle pour autre chose que son cul lui avait manqué…. Peut-être était-elle aussi revenue pour ça ? Elle n’en était pas certainement mais elle pensait que cela avait joué un rôle de sa décision de revenir. Bien sûr, la principale raison était de lier un lien plus fort avec sa fille après son accident très grave mais pas seulement. Aujourd’hui, devant lui, elle n’avait pas pu s’empêcher de le toucher, juste pour ressentir à nouveau ce que c’était que de toucher quelqu’un qui ne se moque pas de ce que vous être réellement. Encore une fois, il avait prouvé qu’il s’intéressait à elle, il voulait savoir ce qu’elle faisait et ce qu’elle était réellement…. Cela l’avait beaucoup touchée même si elle ne préférait pas lui montrer combien il la touchait au plus profond de son être…. Lorsqu’elle le vit fermer les yeux puis qu’il lui avait montré d’un signe de la tête qu’il la remerciait de ce qu’elle voulait bien consentir à faire pour eux, elle se retourna pour reprendre ses esprits. C’était fou tous ces sensations qu’elle retrouvait rien qu’en le touchant alors que cela faisait cinq ans qu’ils ne s’étaient plus vus…. Puis, elle avait commencé à lui expliquer pourquoi elle avait du mal à parler de son passé, lui expliquant qu’un jour, elle lui dirait mais que pour l’instant c’était bien trop tôt, il la prendrait pour une folle.


    « Je comprends Grace … Après tout … Après tout, on ne se connait pas tant que ça … Les circonstances et la vie ont fait qu’il en est ainsi. Moi non plus je ne te parle pas de tout ce qui me constitue, et c’est mieux ainsi, j’imagine. On évite les jugements hâtifs, et on ne se retrouve pas nus avant même d’avoir procédé par étape en se déshabillant peu à peu … »

    Pour simple réponse à ce qu’il venait de dire qui était très juste, elle hocha la tête. Puis, reprenant un peu contenance, elle s’était de nouveau approchée de lui et lui avait décoché son plus beau sourire avant de lui demander s’il l’invitait à prendre un verre ou pas…. Il avait alors lui aussi sourit, le sourire le plus sublime que Grace avait vu, un sourire qui la charmait encore…. Il hochait la tête de droite à gauche et dit que bien sûr qu’il lui offrait un verre et que de toute façon, Jude l’engueulerait si elle savait qu’il ne lui avait pas offert du « buvé ». Grace avait ri à cette remarque puis elle se dit qu’elle aurait bien aimé la voir grandir cette petite, elle devait être extraordinaire, elle était sa fille après tout et surtout la fille de Jackson, le mec le plus génial que Grace avait connu dans sa vie….

    « Du buvé ! J’me rends compte que j’ai manqué pas mal de choses ! Mais j’espère bien apprendre à la connaître aussi bien que toi ! »

    Elle n’avait pas dit ça sur le ton morose comme ces gens qui regrettent leurs actes. Oui, Grace avait fait une erreur en ne choisissant pas sa fille à sa mission mais elle ne regrettait pas ce choix, c’était comme ça, le destin comme elle disait. Elle avait sauvé pas mal de monde durant ces cinq ans et cela malgré le manque que lui procurait l’absence de sa fille qu’elle aimait plus que tout. Elle avait simplement baissé la tête et lâché cette phrase parce qu’elle le pensait vraiment, elle voulait apprendre à la connaître sa petite fille…. Grace releva la tête vers Jackson :

    « Et bien ! Sers-moi une bière si tu en as une, sinon, je prendrais du jus d’orange ! »

    Après cela, il redevint lui aussi plus sérieux, il la regardait dans les yeux et Grace fut hypnotisée par ce regard.

    « Grace … Je lui dirais que tu es passée, t’as pas à t’en faire pour ça. De toute façon, elle serait assez maligne pour me questionner jusqu’à ce qu’elle sache ce que j’ai fais, et qu’elle découvre que tu es venue … Elle a pas que ta beauté tu sais … »

    Grace s’empourpra de la dernière phrase qu’il venait de lui dire et elle baissa de nouveau le regard, trop gênée d’être rouge comme une pivoine. Ca ne lui arrivait jamais d’être gênée par ce que lui disait un mec mais ça n’était pas n’importe quel mec, c’est Jackson, le père de son enfant et surtout l’homme avec qui elle avait un lien spécial mais s’ils ne s’étaient plus vus depuis cinq ans…. Elle releva de nouveau le regard :

    « Merci du compliment ! Elle a hérité de nous deux apparemment ! »

    Marquant une pause, elle rajouta :

    « J’apprécie beaucoup que tu sois aussi sympa avec moi ! Tu n’étais pas obligé d’accepter que je vois Jude et ça me touche énormément ! Elle m’a manqué, tu ne peux même pas savoir à quel point ! »

    Puis, elle rajouta plus bas, comme si elle ne voulait pas qu’il entende….

    « Toi aussi tu m’as manqué ! »
Revenir en haut Aller en bas

Phoenix H. Lawrence


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Twix
✾ MA CÉLÉBRITÉ : DiannaSexyAgron
✾ MES CRÉDITS : Me, I & Myself
✾ MON MOI² : None
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 22/07/2009
✾ MES MESSAGES : 470

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 printemps
✾ STATUT SOCIAL : Mère célibataire
✾ SON EMPLOI : Stripteaseuse


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: [Intrigue N° 1] « There Were Ghosts In Your Eyes; Ghosts Of All The Dreams You Sent Away … » {PV Grace]   Sam 19 Sep - 23:23


« Il me semble que même loin de moi
Tu es toujours restée mienne … »


    Parfois, il se trouvait que votre vie ressemblait au final à un immense champ de bataille, et ce constat était douloureux, toujours, encore plus lorsque, comme le jeune homme, vous aviez servi sous les drapeaux, encore plus lorsque, comme lui, vous aviez laissé des hommes sur le chemin. Il s’était perdu, sans nul doute, quelque part entre ici et là bas. Il avait mis du temps avant de retrouver son chemin, parce qu’il ne se sentait plus chez lui nulle part. Il était hors de question pour lui de se sentir chez lui là bas, au milieu de ces blindés, sous le feu des balles, dans ces villages dévastés et emplis de mort, alors que dans le ciel ronronnaient encore et encore le bruit des avions survolant la zone. Il ne pouvait pas se sentir là bas dans ce pays sec, aride, qui ne vous laissait aucune chance de survie si vous ne vous trouviez pas aux abords d’un point d’eau, et encore fallait il que cette eau soit potable, ce qui était très loin d’être toujours le cas. Là bas, la poussière était aussi sèche que le sol, voletait sans cesse dans les airs, pour finir par entrer dans votre nez, dans votre bouche, dans vos yeux aussi, cette poussière rougeâtre et acariâtre qui venait se coller à vos poumons, à votre palais, vous faisant tousser, causant des problèmes respiratoires. Vous ne sentiez plus votre gorge asséchée par ce sable pénétrant et collant partout, vous ne sentiez plus que son goût écœurant, à vous faire vomir. Et ici, il ne se sentait plus chez lui. Ici, les gens ne le comprenaient pas, c’était comme s’il était rentré dans un pays qui avait trop changé en son absence, comme après des siècles et des siècles, un pays qui ne parvenait plus à paraître à ses yeux aussi attractif et sécurisant. Entre lui et le jeune homme s’était soudainement dressée une montagne d’incompréhension, entre lui et le jeune s’était creusé un fossé des plus profonds, un gouffre immense, et aucun pont digne de ce nom ne venait relier les deux bords de terre. Au final, il avait compris que le monde n’avait pas changé, que le souci venait simplement de lui. Il avait plus changé au cours des premières semaines de guerre qu’il n’aurait pu le faire tout au long de sa vie. Le problème venait de lui, il ne pouvait en blâmer personne, et il ne pouvait rien faire pour arranger cela. Se mentir à lui-même, très peu pour lui. Mais il se devait de tenir, de garder la tête haute, parce que la vie continuait, parce que pour vivre, il faut parfois faire des sacrifices, évoluer là où on ne se sent pas forcément chez soi. Bien sûr, avoir un chez soi, c’est bien mieux. Mais réfléchissez un peu … Il se trouvait à la croisée de plusieurs chemins, lui, le fils de plusieurs nationalités, lui qui avait combattu aux cotés de soldats appelés sous des drapeaux autres que le sien. Il se trouvait être un citoyen du monde. En tant que tel, il devait se dire que le monde était sa maison, qu’il avait sa place un peu partout, même s’il n’avait pas de place définie et sûre à 100 %.

    L’arrivée de Jude dans sa vie l’avait beaucoup aidé à accepter ce fait qu’il ne pouvait plus revenir en arrière, qu’il se devait d’avancer et de progresser dans la vie, sans jamais oublier par quoi il était passé, sans jamais oublier non plus de cesser d’y penser un peu et de se concentrer sur le moment présent, sur le futur. Il ne s’agissait plus seulement de survivre, non, il devait élever dans ce monde un petit bout de chou loin de toutes les préoccupations et les conflits qui s’entrechoquaient dans le cœur de son père, un petit bout de chou qui ignorait tout des rigueurs du monde, de sa laideur, de tout ce sang qui coulait encore et encore sans que réellement personne ne se dresse contre cette réalité et ne fasse que cela cesse. Jude avait été sa bouée de sauvetage, la lumière venant éclairée la pénombre et les ténèbres dans lesquelles était plongée sa vie, la lumière le guidant vers la sortie pour qu’il quitte la noirceur de sa vie, le roc auquel se raccrocher pour ne pas perdre pied et pour ne pas laisser les vagues et flux de la vie l’emporter au loin, le faire dériver jusqu’à ce qu’il se noie. Jude devait être préservée de toutes ces merdes que la vie fait sans cesse s’abattre sur vous, parce qu’elle était encore pure, innocente, que la vie n’avait pas à lui faire payer les erreurs de tous ceux qui avaient vécu avant elle. Elle aurait suffisamment son lot de peine et de souffrance au cours de sa vie, tant qu’à faire, autant lui éviter la tristesse et le désespoir aussi longtemps que possible. Alors, pour cela, Jackson se devait de remercier Grace, encore et encore, même s’il n’y parvenait pas. Il ne savait d’abord pas réellement comment tourner la chose. « Merci Grace de m’avoir abandonné notre fille ! » Non, effectivement, c’était sans doute pas la bonne formule, mais le fond de l’idée était plus que là. Jude avait été l’ange gardien le tirant des méandres dans lesquels plongeait sa vie. Lorsque certains ordres soldats, revenus comme lui du front, réformés et placés en réserve comme lui après avoir vu la mort de très, très près, après avoir vécu l’Enfer encore et encore, après avoir presque senti sur eux les flammes de l’Enfer sous terrain celui là léchées leur peau, avaient songé dans la drogue, l’alcool ou le crime, finissant alors soit dans un cercueil soit derrière les barreaux, Jack’, lui, avait réussi à remonter la pente. Il était en vie, en bonne santé, et surtout, il était libre. Et Jude allait bien. Et, honnêtement, c’était surtout là que résidait l’essentiel pour le jeune homme.

    Lorsque Grace laissa échapper ce rire, Jack’ s’en sentit tout retourné, alors que dans sa poitrine, son cœur s’emballa quelque peu. Il ne l’avait plus entendu rire depuis … Depuis leur nuit d’amour en fait, parce que, vous vous doutez bien, elle était loin d’avoir le cœur à plaisanter et encore moins à rire lorsqu’ils s’étaient revus et qu’elle était venue lui confier leur fille. De toute façon, le jeune homme aurait mal pris quelconque rire de la part de Grace dans ces conditions là, parce qu’il aurait pensé qu’elle se moquait de lui, qu’elle se fichait éperdument de la difficulté de la situation, autant de celle de Jude que de la sienne à lui. Ce rire était rafraichissant, et, étrangement, il tintait comme celui de Jude. Finalement, à bien y réfléchir, ce n’était sans doute pas si surprenant que ça, Jude était autant la fille de Grace qu’elle n’était la sienne. La réponse de la jeune femme ne vint pas le doucher froidement comme pourrait le faire l’eau froide de la douche, mais elle calma quelque peu son cœur, parce qu’il savait à quel point Grace pouvait se sentir mal. Mais elle n’avait pas dit ça sur un ton plaintif, n’avait pas lancé ce constat amer comme on lance un javelot en plein visage de l’adversaire, elle ne cherchait donc ni à s’apitoyer sur son sort, ni à attaquer le jeune homme. Il ne savait pas trop quoi répondre. Après tout … Après tout, il continuait encore à ignorer presque tout des raisons qui avaient poussées la jeune femme à prendre une telle décision, à lui laisser leur fille et à partir, sans jamais donner d’autres nouvelles qu’à travers le fil du téléphone et les ondes téléphoniques. Elle avait baissé la tête quelques instants et la releva, demandant alors à Jackson de lui servir une bière, s’il avait bien sûr !


    « Une bière ? Nan, ça va, t’en fais pas, j’ai ça ! Je vis peut être avec ma fille … pardon, notre fille de 5 ans, mais je me prive pas de tout pour elle, déjà, parce qu’elle aime pas quand je fais ça et ensuite parce que je me dois quand même de vivre un peu, non ? »

    Il s’approcha du frigo et en ouvrit la porte. Il tira l’un des tiroirs de légumes, au fond duquel il rangeait ses bières, loin des petites mains farfouilleuses et curieuses de Jude, et, de derrière une botte de carottes, il sortit une bouteille de bière, plus une autre pour lui. Oui, il était encore tôt et la matinée était à peine débutée, et boire de l’alcool à cette heure pouvait paraître étrange et déplacé, mais ce n’était pas une matinée comme une autre, n’est ce pas ? Il tira un tiroir, sortit le décapsuleur et ouvrit les deux bouteilles. Il en tendit une à Grace et garda l’autre dans sa main. Il la regarda alors droit dans les yeux et l’assura de transmettre le message à Jude : il lui dirait que sa mère était passée les voir, qu’ils avaient discuté ensemble. Il acheva sa phrase en évoquant la beauté de Grace. C’était vrai, il était honnête dans ce qu’il disait. Il pensait réellement ce qu’il disait, Grace était une jeune femme splendide et il se doutait bien qu’elle faisait des ravages depuis qu’elle était née, qu’elle en avait encore fait durant ces 5 dernières années. Lui aussi avait eu des relations avec d’autres femmes parce que, encore une fois, il se devait de vivre. Mais jamais il n’avait trouvé en aucune d’elle autant de passion qu’il en avait connu avec Grace, alors même qu’il n’avait eu qu’une relation d’une nuit seulement et que, justement, cette unique nuit, il l’avait passé en compagnie de la jeune femme. Il y avait bien Saphir, mais c’était là une relation un peu particulière, il ne s’agissait même pas là d’une relation amoureuse, il ne s’agissait plus de ça. Ils avaient essayé, mais avaient vite constaté que ce n’était pas pour eux. Alors, désormais, c’était plus du sexe pour réconforter le jeune homme et apaiser sa souffrance que parce qu’ils s’aimaient réellement. Un léger sourire taquin naquit sur les lèvres de Jack’ lorsqu’il aperçut le visage de Grace s’empourprer. C’était amusant, tiens donc, il arrivait donc à la faire réagir ainsi alors même qu’ils ne s’étaient pas revus depuis toutes ces années ? Elle n’en était que plus séduisante, et il dût chasser mentalement à grand coup de pieds les souvenirs de leur nuit passionnée qui lui revenaient alors en mémoire. Mais Grace ne fut pas en reste, et lui retourna le compliment. Le jeune homme porta la bouteille de bière à ses lèvres et but une gorgée, avant de lâcher un petit rire et de secouer doucement la tête. Grace reprit alors la parole, après avoir marqué une courte pause, et le remercia pour se qu’il acceptait de faire. Plus elle ajouta que Jude lui avait tant manqué, ce qu’il voulait bien croire, la petite était une telle merveille, et si attachante …

    « Tu lui manques aussi. Y a pas un jour, en rentrant de l’école, où elle ne me demande pas si tu as appelé pendant qu’elle était, justement, à l’école. Y a pas un matin où, quand elle s’habille, elle me demande pas si elle te ressemble un peu … Tu lui manques …
    Et tu me manques à moi aussi … »


    Au même instant, Grace avait prononcé la même phrase au presque, comme lui, à voix basse, dans un murmure, un murmure imperceptible ou presque. Il releva les yeux vers elle et croisa son regard. Cazzo, si ça continuait, elle allait finir par le faire ramper au sol ! Comment pouvait elle lui faire encore tant d’effet alors même qu’ils n’avaient au final passés qu’une nuit ensemble, alors qu’ils ne se revoyaient que pour la première fois en plus de 5 ans ? Il porta instinctivement la bouteille à ses lèvres et tenta de penser à autre chose parce que, en ce moment, ses pensées étaient tout sauf bien placées … Le pouvoir des femmes … Ne jamais le sous estimer, pas plus qu’il ne fallait sous estimer les femmes …
Revenir en haut Aller en bas
http://in-nomine-mens.bbactif.com

Invité


Invité





MessageSujet: Re: [Intrigue N° 1] « There Were Ghosts In Your Eyes; Ghosts Of All The Dreams You Sent Away … » {PV Grace]   Jeu 1 Oct - 21:54



    Les coups que Grace avait pu recevoir pendant toutes ces chasses n’étaient rien comparé à la peine que la blonde avait ressenti en laissant sa puce au jeune homme. Lorsque Grace avait pris la décision d’abandonner Jude à sa père, elle avait bien réfléchi et malgré tout le mal que cela pouvait lui faire de penser même à cette éventualité, elle le faisait pour l’intérêt du bébé. Après tout, quelle vie pouvait lui offrir une chasseuse de démons cruels ? Une vie peu sûre, pleine de dangers divers et bien présent. A cinq ans, qu’est-ce que Grace aurait pu répondre à sa fille si elle lui avait demandé si le croque-mitaine existait vraiment ? Oui, ma chérie, il existe et il faut que tu fasses attention. Ne soyez pas absurde, elle aurait été traumatisée. Et la dernière chose que la belle blonde voulait, c’était que sa petite puce ait une vie aussi bizarre que celle qu’avait vécu Grace.

    Oh bien sûr, elle aurait pu abandonner sa vie si désordonnée, une vie faite de chasses mais elle redoutait de faire cela. Grace n’avait jamais eu une vie normale : depuis sa naissance jusqu’à la conception de Jude, jamais elle n’avait su ce qu’était avoir une vie normale. Même lorsque son père était mort et qu’elle avait abandonné pendant quelques temps les traques, elle n’avait pas repris une vie normale, non, elle avait déambulé de ville en ville sans vraiment savoir ce qu’elle allait faire. Elle n’avait jamais eu de vrais travaux, de vrais amis, jamais eu une vraie vie. Alors, lorsque Jude fût née, elle n’avait pas eu le courage d’apprendre à être une bonne mère et apprendre à vivre une vie normale. Elle avait trouvé cela insurmontable et puis surtout, des tas d’innocents comptaient sur elle pour les sauver des griffes des monstres. C’étaient ces deux raisons qui l’avait amenée à abandonner leur fille à Jackson.

    Et cela avait été dur de montrer au jeune homme combien elle était triste de la quitter sans plus jamais la revoir. Egalement de le quitter lui, elle aurait voulu les prendre tous les deux dans ses bras, faire comme si de rien n’était mais cela avait été au-dessus de ses forces. Sans trop de bla-bla, elle avait repris la route en disant simplement au beau jeune homme de prendre soin de Jude, elle lui avait également dit qu’elle prendrait des nouvelles d’eux toutes les semaines voire tous les jours. Cela dépendait toujours de la chasse qu’elle faisait : il suffisait qu’une chasse ne se prolonge pas pour qu’elle passe toutes ses soirées à téléphoner à sa petite puce adorée. C’était ce qui la gardait en vie, les contacts avec Jude, sans cela, Grace aurait dépéri. Déjà qu’elle ne tenait plus à grand-chose dans ce monde après avoir laissé sa petite puce mais si en plus elle avait coupé tous les ponts avec elle, elle serait au fond du caniveau à cette heure-ci.

    Ce lien indescriptible qui la liait à sa petite puce lui faisait comprendre à quel point son père devait souffrir de faire vivre une vie d’errante à sa Gracy. Il lui avait toujours dit lorsqu’elle était adolescente mais elle ne voulait pas le croire, le traitant d’égoïste. Cependant, après avoir abandonné Jude, elle comprenait que les parents n’avaient pas toujours le choix, ils faisaient au mieux pour ses enfants et son père avait dû croire que le mieux pour Grace était de la garder auprès de lui. Grace n’avait pas eu la même vision que lui, peut-être parce qu’elle avait vécu sur les routes toute sa vie et qu’elle ne voulait pas que sa fille lui reproche un jour. Quoiqu’il en soit, la blonde avait, elle aussi, fait au mieux pour sa petite puce et aujourd’hui, en revenant en ville, elle tentait de nouveau de faire au mieux pour elle. Ca n’avait pas été une décision facile pour la chasseuse qui ne savait pas trop comment allait réagir Jude et Jackson. Est-ce qu’elle ne faisait pas une erreur en voulant retrouver des liens avec la seule famille qui lui restait ? Elle n’en savait rien mais elle voulait essayer pour au moins ne pas regretter de n’avoir rien fait. Cinq ans, Jude n’était ni trop jeune ni trop vieille pour tisser des liens avec elle, c’était le moment d’essayer. Si aucun des deux n’avaient eu envie de la voir, elle aurait tout tenté pour les faire changer d’avis. Et si cela n’avait toujours fonctionné, elle serait partie, le cœur lourd bien sûr mais elle aurait compris leur réaction.

    C’était cette raison qui l’avait poussée à enfin sonner chez Jackson pour qu’ils parlent franchement de son retour. Oh, elle savait que cela ne lui plairait pas franchement : il pensait certainement qu’elle revenait pour lui prendre Jude et elle comprenait qu’il l’ait envoyée chier lorsqu’ils s’étaient revus au Big. Cependant, elle voulait vraiment mettre les choses à plat et elle s’était donc rendue chez lui pour que les choses soient claires entre eux. A présent, elle avait mis ces choses au clair : non, elle n’était pas là pour reprendre Jude ; non, elle ne comptait rien faire contre son consentement ; non, elle n’irait pas contre l’avis de Jackson et elle attendrait qu’il soit d’accord pour la voir en face à face…. Après cette conversation, Grace se sentait un peu mieux, comme si les choses s’arrangeaient entre eux deux… Ca n’était pas gagné pour autant mais l’ambiance électrique du début avait laissé place à une ambiance plus décontractée, un peu comme à leur première rencontre. La belle blonde lui avait alors demandé s’il comptait lui offrir à boire et elle prit une bière lorsqu’il lui demanda ce qu’elle voulait. Même si l’ambiance se voulait plus drôle puisque les choses sérieuses et fâcheuses étaient mises à plat, Grace n’avait pu réprimer un sentiment de regret lorsqu’elle apprit que Jude disait Buvé et non boisson. Mais, elle ne s’apitoyait pas sur elle, elle détestait cela : plutôt mourir que de devoir se confier à quelqu’un sur ses malheurs. Il y avait toujours plus malheureux que soi et Grace tentait toujours de voir le positif dans les pires situations même si cela n’était pas toujours facile.

    Jackson fouilla dans le frigo pour trouver deux bières : une pour elle et une pour lui. Il les trouva enfin et lui en tendit une. Grace ne s’attendait pas à ce qu’il lui dise qu’il transmettrait à Jude le fait qu’elle était passée et surtout qu’il lui dise qu’elle était belle. Ca n’était pas tous les jours que Grace rougissait mais c’était cet effet-là qu’avait Jack sur elle. Il avait toujours réussi à lire en elle et à lui faire éprouver des choses qu’aucun autre n’arrivait à lui faire éprouver. Elle avait même baissé le regard pour qu’il ne le voie pas et lorsqu’elle avait relevé son visage, elle vit un semblant de sourire. Il semblait amuser de la voir rougir, elle lui retourna alors le compliment. Il rigola légèrement et secoua la tête mais elle reprit tout de suite la parole pour lui dire que Jude lui avait énormément manqué tout ce temps.


    « Tu lui manques aussi. Y a pas un jour, en rentrant de l’école, où elle ne me demande pas si tu as appelé pendant qu’elle était, justement, à l’école. Y a pas un matin où, quand elle s’habille, elle me demande pas si elle te ressemble un peu … Tu lui manques …»

    Alors que la belle chasseuse lui disait qu’il lui avait manqué, elle entendit cette phrase sortir de sa bouche également. Elle releva alors son regard et croisa celui de Jackson. Il avait un regard si intense comme la première fois qu’ils s’étaient croisés. C’était son regard qui l’avait fait fondre, puis son sourire, puis son corps et lorsqu’elle avait commencé à parler avec lui, c’était son esprit qui l’avait séduite. Toutes ces qualités qu’il avait et qu’elle recherchait chez un homme se retrouvaient concentrées chez Jackson. Il n’avait cessé d’hanter ses pensées lorsqu’ils s’étaient séparé le lendemain matin et elle avait été tentée de le rappeler avant même qu’elle ne sache qu’elle soit enceinte de lui. Se pouvait-il que Jackson fut l’homme qui lui était destiné ? Si elle était revenue, elle était revenue aussi pour lui mais serait-elle capable de lui dire ? Elle qui a toujours tellement peur de ses sentiments…. Le regardant toujours, elle se demandait ce qu’elle pourrait lui répondre à cela… Elle savait ce qu’elle ressentait pour lui mais pourrait-elle lui dire ? Déjà qu’elle n’avait pas osé lui dire trop haut qu’il lui manquait…. Peut-être devait-elle se lancer ? Peut-être serait-ce trop tôt pour Jackson ? Alors que toutes ses pensées convergeaient en elle, elle ne se rendit pas compte qu’elle s’était levée et qu’elle s’approchait de lui, doucement. Il avait toujours sa bouteille en bouche et elle ne pouvait s’empêcher de le regarder. C’est alors qu’elle posa ses lèvres doucement sur les siennes et se rendit enfin compte de ce qu’elle faisait : elle l’embrassait alors qu’ils venaient à peine de se retrouver…. Elle s’empressa de se retirer, elle allait trop loin, trop vite en tout cas….

    « J’suis désolée, je m’emporte là ! »

    Elle s’était retournée et elle prit la bière dans ses mains et avala une gorgée pour oublier ce qu’elle venait de faire. Il la prendrait pour une folle, pour une allumeuse, une fille facile… Ca n’était pas ce qu’elle voulait, elle voulait que les choses fonctionnent entre elle et lui et entre elle et Jude. Ca n’était certainement pas le moment pour le jeune homme de s’enticher d’elle aussi vite….



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Phoenix H. Lawrence


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Twix
✾ MA CÉLÉBRITÉ : DiannaSexyAgron
✾ MES CRÉDITS : Me, I & Myself
✾ MON MOI² : None
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 22/07/2009
✾ MES MESSAGES : 470

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 printemps
✾ STATUT SOCIAL : Mère célibataire
✾ SON EMPLOI : Stripteaseuse


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: [Intrigue N° 1] « There Were Ghosts In Your Eyes; Ghosts Of All The Dreams You Sent Away … » {PV Grace]   Sam 3 Oct - 6:18


« Tout le monde cherche un sens à la vie …
Mais la vérité c'est qu'il n'y en a aucun ...
Parce que tout ce que l'on a, c'est la vie ... »


    Certains disaient que l'intérêt de la vie, c'était qu'elle était complexe et compliquée. Il ne suffisait pas de voir un pan de la vie pour la comprendre entièrement, il s'agissait toujours de tant de choses. C'était une sorte d'iceberg, un dixième seulement des choses qui composaient la vie était visible, les neuf autres dixièmes restaient obstinément cachés, comme masqués dans la pénombre, et c'était la raison pour laquelle vous ne pouviez jamais savoir ce qui allait vous attendre, ce qui vous tomberait sur le coin du nez la prochaine fois, à l'imprévu. C'était l'arbre qui cachait la forêt, le souci, c'était que personne ne se positionnait exactement comme il le fallait pourtant, alors évidemment, personne ne voyait ce qui aurait pourtant dû être vu. C'était une sensation étrange que celle d'avancer dans la vie en se sachant en permanence à la merci du destin, comme si l'on était qu'un jouet entre les mains d'une entité supérieure qui ne trouvait rien de mieux à faire que de s'amuser encore et encore avec nous. A croire que chacun d'entre nous avait l'immense honneur et l'immense privilège d'avoir un double de soi même en poupée vaudou. Le truc, c'était qu'en plus de faire mal, les épingles qu'on s'amusait à nous enfoncer un peu partout dans le corps étaient toutes rouillées, et du coup, les plaies, les blessures avaient de grandes peines à cicatriser et justement, les cicatrices n'étaient pas réellement belles à voir. C'était une sensation étrange de tenter de bâtir chaque seconde un peu plus, chaque seconde quelque chose tout en sachant que tout ceci pouvait d'un moment à l'autre s'écrouler, tout en sachant que l'on vivait en permanence sur quelque chose ressemblait à une immense plaque tectonique, qui bougeait, qui se craquelait, qui se brisait et qui dérivait peu à peu. Bâtir du solide sur quelque chose de mobile, cela semblait être une réelle stupidité, mais pas tant que ça. Sans ces constructions qui semblaient aller dans le sens opposé à la logique, à la raison et à l'intelligence, on se trouvait sans rien. Sans rien d'autre que des choses futiles et sans importances, une voiture, des dizaines de cartes d'identité, un nom, un passeport ... Le monde devait avoir un sens, la seule chose qui posait problème, le seul souci, c'était que jusque là, personne n'y avait jamais réellement tout compris, personne n'avait semble-t-il encore trouvé le sens de la vie, le sens du monde ... Peut être était-ce tout simplement parce qu'il n'y en avait pas, ou plutôt parce qu'il y en avait des tas, chacun d'entre nous faisait de sa vie ce qu'il souhaitait, chacun agissant d'une certaine façon et non pas d'une autre, donnant un sens particulier à sa vie, un sens unique et authentique, un sens qui n'en avait pas forcément pour les autres autour de nous.

    On évoluait dans le monde en se croyant sans cesse unique, en se pensant presque le plus malheureux, en refusant d'accepter qu'autour de nous, l'existence et la réalité de ceux qui nous entouraient était la même ou presque, refusant de voir que leur vie n'avait rien de plus que la nôtre, ou si peu. L'espèce humaine était ainsi, se croyant sans cesse maîtresse du monde mais n'y comprenant jamais réellement rien. Tout le monde cherchait un sens à tout ça dans son coin, en pensant être le seul à chercher, ou en refusant d'écouter les conclusions des autres, parce que, bien évidemment, puisqu'elles ne provenaient pas de nous, il était sûr qu'elles ne pouvaient pas être vraies et pertinentes, qu'elles ne pouvaient pas s'appliquer à nous. La fierté des hommes ... Oui, tout le monde était tellement occupé à chercher un sens à tout ça. Mais personne, en réalité, ne pouvait le donner. Parce qu’en réalité, il n’y en a aucun. Tout ce qu’on a, c’est la vie. Tout ce qu'on a, c'est la vie, et on doit faire avec, on doit faire avec cette vie, il n'y a rien d'autre à faire, pas d'autres solutions possibles. Vivre ... Vivre malgré tout, c'est tout ce qui compte. Et si on se refusait à vivre, il fallait au moins vivre pour les autres, pour ceux aux yeux de qui l'on comptait. Nous devons tous nous comporter comme l'homme, comme la femme que ceux qui nous ont précédé, aimé et quitté voulaient que l'on soit. Jack' se souvenait de toutes ces fois où, plus jeune, sa mère venait le border et l'apaiser après qu'il ai fait un cauchemar, un cauchemar à propos de son père bien sûr, parce qu'à cette époque là, sa mère était encore là, ce qui signifiait qu'il n'avait pas encore été abimé et détruit par sa mort et par la guerre dans laquelle il allait s'engager assez bien malgré lui par la suite. Elle le consolait, lui disait sans cesse qu'il avait le droit de pleurer, parce que toutes les larmes n'étaient pas un mal, parce que les larmes étaient là pour laver notre âme et notre douleur, parce que parfois, pleurer ça faisait du bien, parce que pleurer, ça ne servait pas toujours à rien. La mort de Kélian avait même que son fils ne naisse, avant même qu'il ne soit au courant du virage qu'allait prendre sa vie alors que Chiara allait faire de lui un futur père, était une réelle tragédie. La mort était comme un océan, elle était immense, sans fin. Le chagrin était profond et obscur et plus grande que nous tous. Et la douleur ... La douleur était persistante, continuelle, injuste aussi, injuste surtout. Les seules choses qui semblaient être capables et en mesure d'apaiser toute cette souffrance, c'était l'amour, c'était l'amitié, c'étaient toutes ces mains de tous ces proches tendues vers nous, pour nous aider à sortir des flots, pour nous aider à ne pas nous laisser emporter par le courant, pour nous aider à ne pas nous noyer. Il y avait toujours de l'espoir, même pour ceux qui ne semblaient plus en avoir. La mort de Kélian était une tragédie, mais cette tragédie ne devait pas briser plus de vie qu’elle ne l’avait déjà fait.

    Avant même que Jack' ne sorte totalement de ses pensées, alors même que, sans réellement s'en rendre compte, il continuait à fixer intensément Grace alors même que dans le même temps, il perdurait à penser à elle assez peu pieusement, la jeune femme s'approcha de lui, doucement. On aurait pu croire qu'elle ne touchait plus terre parce qu'elle n'avait fait aucun bruit, parce qu'il semblait qu'elle n'avait même pas perturbé l'équilibre de l'air ambiant dans la pièce. Il eut simplement le réflexe, sorti d'on ne savait trop où, d'abaisser sa main, de faire quitter le goulot de sa bouteille de ses lèvres, et presque aussitôt, ce furent les lèvres de Grace qui vinrent s'aposer sur ses lèvres. C'était comme si les deux pièces d'un puzzle étaient enfin réunies après tant d'années de séparation, ce qui, à quelques petits détails prêts, était au fond la stricte vérité. D'abord figé, sous le choc de la surprise et de cette réaction inattendue, Jack' ne fit rien, ne réagit même pas. Il devait sûrement avoir l'air d'un crétin, ça c'était sûr, mais que voulez vous, il semble que tout le monde aurait réagit de la même façon si la situation avait été généralisée. Et alors qu'il sortait de la brume et qu'il captait ce qui se passait, qu'il comprenait qu'il n'avait qu'une envie, celle de faire s'écarter les lèvres de Grace et d'entrouvrir les siennes pour avoir le droit à autre chose qu'à un baiser plus chaste que passionné, Grace réagissait déjà en quittant ses lèvres. C'est avec une grande force sortie, elle aussi, d'on ne savait trop où, que Jack' réprima un grognement d'insatisfaction, un grognement de protestation. Oui, c'était sans nul doute la dernière chose qu'il s'attendait à voir arriver, mais cela ne lui déplaisait au final pas. Grace s'excusa, se recula et avala une gorgée de bière, comme pour faire passer le tout, ce qui ne devait pas être aussi évident qu'il n'y paraissait. Jack', après un instant d'hésitation, finit cul sec sa bière, avant de poser la bouteille en verre sur le bord de l'évier, produisant un bruit de choc entre le verre et la surface dure de l'évier, mais ne s'en soucia pas. D'un pas décidé, il franchit le mince espace qui le séparait au final de la jeune femme.


    « Nan ! T'as pas à t'excuser ... »

    Il se saisit du visage de Grace et le porta à ses lèvres. Il déposa doucement ses lèvres sur celles de Grace, alors que du bout des doigts, il massait la mâchoire de Grace, alors que du bout de ses doigts, il caressait doucement ses joues. C'était un besoin, un besoin ardent et fougueux mais il se refusait à forcer en quoi que ce soit la jeune femme. C'était imprudent, immature et déraisonnable, mais au diable tout cela, ouais, il s'en moquait, voulait juste vivre l'instant présent sans penser au lendemain, sans non plus laisser hier lui revenir en mémoire. Aujourd'hui ... Aujourd'hui et rien d'autre ... Elle ... Elle et personne d'autre ...
Revenir en haut Aller en bas
http://in-nomine-mens.bbactif.com

Invité


Invité





MessageSujet: Re: [Intrigue N° 1] « There Were Ghosts In Your Eyes; Ghosts Of All The Dreams You Sent Away … » {PV Grace]   Ven 9 Oct - 23:27



    Grace en venant chez Jackson ne pensait pas finir lèvres contre lèvres. Pour elle, ça ne devait être qu’une simple conversation entre deux adultes qui ne s’étaient plus vus depuis longtemps. Ou presque si l’on ne comptait pas leurs retrouvailles au Big. Après leur conversation, elle se voyait repartir aussitôt mais alors qu’ils étaient arrivés à la fin des choses essentielles, la blonde n’avait pas eu envie de quitter la maison et de continuer à parler à Jackson. Elle se rendait compte qu’il lui avait manqué presque autant que sa petite puce après cette conversation et elle voulait faire durer les choses. Alors qu’elle comptait partir, elle avait osé lui demander un verre… Une manière pour elle de lui dire, « j’ai envie d’en savoir plus sur toi ». Oui, elle avait un peu parlé avec lui le soir où ils avaient conçu Jude mais ils ne connaissaient rien l’un de l’autre. S’il serait difficile à Grace de parler d’elle et de son passé, peut-être, elle arriverait à entendre parler du passé de Jackson. Peut-être cela lui permettrait de casser ce blocage sur son passé. Plus elle restait en sa présence, plus elle avait envie de l’approcher et de l’embrasser fougueusement comme lors de leur nuit d’étreinte d’il y a cinq ans…

    Et elle l’avait fait. Oui, Grace s’était approchée sans vraiment s’en rendre compte de Jackson et avait posé ses lèvres sur les lèvres douces du jeune homme. Des centaines de sensations se bousculaient dans sa tête, ses souvenirs se ravivaient. Elle se rappelait de leur étreinte passée : leurs caresses, leurs baisers, leurs étreintes coquines qui durent jusqu’au petit matin. Et un goût de « pas assez ». Grace l’avait laissé partir mais elle n’en avait pas eu assez, elle ne voulait encore. Une chose qui n’était jamais vraiment arrivé, comme si Jackson lui manquait déjà. Cependant, elle reprit vite ses esprits et elle s’empressa de quitter les lèvres gourmandes de Jackson qui venaient de s’ouvrir pour mélanger leur langue. Grace se retourna pour boire sa bière cul sec et elle se maudissait intérieurement. Comment avait-elle pu croire qu’il pourrait se passer quelque chose entre. Peut-être parce qu’elle l’avait entendu dire qu’elle lui avait manqué. Comment être sûr qu’il ne l’avait pas oublié en termes de petite amie potentielle depuis cinq ans ?

    Alors qu’elle était dans ses pensées et qu’elle se trouvait légèrement stupide, Jackson se retrouva de nouveau en face d’elle et il lui dit qu’elle n’avait pas à s’excuser. Relevant la tête, elle le regarda droit dans les yeux avant que Jackson prenne le visage de la belle blonde pour l’embrasser de nouveau. Tout en l’embrassant, elle sentit ses mains lui caresser son visage, et les mains de la chasseuse virent se mettre dans le cou du jeune homme et elle se laissa aller à ce baiser fougueux. A cet instant, elle ne pensait plus que c’était une bêtise : il était revenu la chercher et il semblait que tous les deux avaient une envie folle de l’autre…. C’était comme un besoin vital, il fallait que ces deux-là continuent ce qu’ils avaient interrompu il y a cinq ans. En tout cas, Grace, elle, elle le voulait… Fermant les yeux, elle se laissa aller à un baiser bien plus fougueux que celui qu’elle lui avait initialement donné. Ses lèvres se mêlèrent à celles de Jackson mais bien plus sensuellement que premièrement, leur langue se mélangèrent encore et encore et encore…. Grace n’avait plus conscience de ce qu’il se passait à côté, tout ce qui comptait c’était Jack. Si c’était mal d’aller aussi vite, cela ne l’importait plus du tout, son cerveau était maintenant sur off et elle se laissa guider par les sensations fortes qu’elle ressentait sous les caresses douces de Jackson. Quelques minutes après, Grace s’éloigna légèrement, pris le visage de Jack dans ses mains et sourit.


    « Est-ce que tu t’imaginais finir comme ça lorsque j’ai toqué à ta porte ? »


    Reprenant de plus bel, elle passa ses mains sous le t-shirt de Jackson. Sa peau était aussi douce que dans les souvenirs de la belle. Ses mains passèrent dans tous les coins et recoins du torse du jeune homme. Puis, enlevant – de nouveau – ses lèvres de celles de Jack – elle s’éloigna un peu pour se rapprocher du fauteuil du salon. Elle ne manqua pas de faire une marche sensuelle pour qu’il ne lui échappe pas. Grace avait regoûté au corps de Jackson et elle ne voulait plus s’arrêter là. Elle voulait continuer ce plaisir de toucher Jackson, de l’étreindre, de l’embrasser…. Elle en voulait encore… Grace s’assit sur le bras du fauteuil le plus proche et commença à déboutonner les boutons de son chemisier doucement, dévoilant peu à peu une poitrine généreuse… .
Revenir en haut Aller en bas

Phoenix H. Lawrence


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Twix
✾ MA CÉLÉBRITÉ : DiannaSexyAgron
✾ MES CRÉDITS : Me, I & Myself
✾ MON MOI² : None
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 22/07/2009
✾ MES MESSAGES : 470

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 printemps
✾ STATUT SOCIAL : Mère célibataire
✾ SON EMPLOI : Stripteaseuse


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: [Intrigue N° 1] « There Were Ghosts In Your Eyes; Ghosts Of All The Dreams You Sent Away … » {PV Grace]   Dim 11 Oct - 6:23



« On a parfois l'impression d'avoir des ailes et de pouvoir voler
Puis la vie nous arrache ces mêmes ailes et l'on chute violemment ...
Les ténèbres nous entourent, et on croit alors que c'est la fin
Jusqu'au jour où le soleil réapparait, et on se remet à espérer ... »


    Le soleil était là, sans cesse, jamais il ne déclinait dans le ciel. S'il disparaissait de notre vie, de notre ciel à nous, cela ne signifiait pas qu'il en était de même pour tous ceux qui nous entouraient et pour tous ceux que l'on aimait. Il ne fallait pas redevenir enfant en pensant que le soleil, le soir venu, disparaissait du ciel et laissait place à la Lune, alors même que pour une partie du monde, il ne faisait que se lever. Mais il est dur de réaliser et de comprendre, d'accepter que d'autres puissent être heureux et bénis par la destinée, enveloppés par les rayons dorés et réchauffants du soleil alors que nous, nous devions nous contenter de cette obscurité, emplie de peur, de doute et de tristesse. On croyait alors en l'injustice, en tournant le dos à la raison et à la compréhension. C'était qu'il était tellement plus aisé de se penser maudit, de se dire que rien n'était de notre faute, il était tellement facile de s'en prendre à quelque chose qui, au final, n'avait pas de forme propre, quelque chose que l'on ne pouvait pas saisir entre ses doigts et étrangler jusqu'à ce que mort s'en suive. Le destin était comme toutes ces grandes notions : la liberté, la justice, l'amour. De magnifiques mots, qui sous entendent toujours de magnifiques sensations et de merveilleuses situations, mais des mots qui ne nous servaient que peu lorsqu'il se trouvait qu'il ne pouvait pas faire partie de notre monde, alors même qu'on leur tendait les bras, qu'on ne faisait que ça ... Parfois, on se mettait à croire que rien de beau ne pouvait sortir de nos vies, qu'en quittant ce monde, on ne laissait rien d'autres que des regrets, de la tristesse et des erreurs derrière nous. On se mettait à croire en des ténèbres totales et profondes, alors même qu'il suffisait de chercher, un peu parfois, beaucoup le plus souvent tout de même, pour trouver cette étincelle de lumière qui restait dans nos vies, bien cachée. Il fallait chercher cette lueur, qui tentait encore et encore de resplendir avec plus d'éclat, pour qu'on puisse la voir, pour qu'on puisse la saisir avant qu'elle n'ai plus aucune force et qu'elle ne s'éteigne à jamais.

    Jackson ne faisait pas exception. Après tout, il n'était qu'un homme parmi les hommes, qu'un homme parmi des milliards, un mortel qui, comme tous les autres mortels, retournerait à la poussière lorsque la vie aura décidé que son temps sur cette Terre s'était totalement écoulé. Lui aussi avait pensé ne plus jamais revoir le soleil, alors que, peu à peu, un voile obscur et dense s'était abattu sur sa vie. Il était comme tous les autres, tout en restant différent, l'être humain ayant cette particularité étrange, en plus d'être le seul groupe vivant capable de comprendre qu'il était seul, d'être différent des autres tout en restant sans cesse semblable à ses semblables. Lui n'avait jamais rien compris de ce qui lui semblait être une punition infligée par la vie. Lui n'avait, semble-t-il, jamais pu voir le ciel éclairé sans aucune zone d'ombre s'abattant sur lui, tout simplement parce qu'il était né sans père. Les ténèbres avaient commencé à l'encercler avant même qu'il ne soit donné au monde. Mais il avait eu la chance dans son malheur d'avoir une mère formidable, assez forte pour élever son fils en le tenant loin des soucis et de turpitudes de la vie, autant qu'elle le pouvait. Vous savez, c'était simplement comme si elle était un rayon de soleil tombé sur la terre, ou une étoile dégringolée du ciel, elle était là, rayonnait, tout simplement, sans qu'on ne puisse jamais l'expliquer. Chiara était un ange, un ange fauché malheureusement trop tôt. Elle avait tenu à bout de bras son fils, puis son fils et sa fille lorsque Maëlys lorsque celle ci était née, comme si elle voulait les élever le plus haut possible, pour que le soleil de la vie les touche ne serait ce qu'un peu, lui, ce trouillard qui se cachait derrière tous ces nuages gris, des nuages qui avaient viré au noir dès que Chiara avait expiré son dernier souffle. Alors, quitte à vivre dans la peur, le doute, l'angoisse, quitte à être sans cesse à la merci de la vie et du destin, autant l'être complètement et officiellement. C'était en partie l'une des raisons qui avaient poussé le jeune homme à apposer sa signature sur ce fameux document de l'Armée, c'était aussi ce qui l'avait poussé à ne pas regarder en arrière et à ne pas se retourner lorsqu'il avait fallu qu'il grimpe dans cet avion militaire, un avion qui l'arrachait pourtant à tant de choses. La vie était sans cesse trop courte, les beaux moments passaient sans cesse trop vite, alors qu'on avait à peine le temps de sentir leur saveur sur nos langues, leur douceur sur notre peau. Il nous fallait donc les vivre aussi fort et aussi intensément que possible, il nous fallait les saisir dès qu'on les sentait, ne jamais les laisser filer ...

    Lorsque Grace répondit à son baiser, lorsque ses lèvres vinrent se heurter et se mêler aux siennes, Jack' sourit, doucement. Enfin ... Enfin, après tant d'années, la vie semblait être prête à lui redonner une chance. La dernière fois ... La dernière fois qu'il avait cru être enfin débarrassé de toute cette peine, de toute cette souffrance, c'était avec Alice, et tout le monde savait que finalement, ce n'était qu'un leurre, comme un piège destiné à apaiser son coeur et ses souffrances, un piège qui s'était finalement refermé, un piège qu'il avait au fond laissé se refermer, refusant de croire qu'une fois de plus, il avait échoué. Avant, il y avait eu la naissance de Jude, et encore avant ... Encore avant, le jeune homme ne s'en souvenait pas ... Peut être sa rencontre avec Lou, cette cousine, ou alors ... Nan, après, il fallait remonté à encore plus loin, si loin que tout cela ne lui parvenait que comme à travers la brume. La saveur de la langue de la jeune femme contre la sienne, le toucher, tout cela raviva en lui tant de choses : la nuit d'amour qu'ils avaient passé, le pincement au coeur qu'il avait ressenti en lui disant au revoir alors qu'il savait très bien que le mot adieu aurait été plus adapté et dans le contexte, le souvenir de son visage s'imprimant, au côté de celui de Maëlys et de Lou, dans sa mémoire lorsqu'il avait manqué de passer l'arme à gauche, la peine et la joie lorsqu'il l'avait revu, tenant leur fille dans ses bras et qu'elle avait dit ne pas rester, ne pas se sentir capable de marcher à ses côtés, en tenant dans l'une de ses mains l'une des mains de Jude et dans l'autre l'une de celles du jeune homme. Grace s'éloigna finalement quelque peu de lui, du moins, en réalité, ses lèvres se séparèrent quelques instants de celles de Jack', le temps pour elle de lui demander s'il s'attendait à telle évolution en lui ouvrant la porte tout à l'heure.


    « Nan ... Parce que j'ai arrêté, je crois, d'attendre quelque chose de la vie ... A chaque fois que j'espère, je suis ramené à terre, encore et encore ! Alors ... Alors je préfère prendre les choses comme elle vienne ... Mais ça ne veut pas dire que, tous les deux, on peut pas tenter de me faire à nouveau espérer ... Il suffit juste que tu ne partes pas, encore une fois ... Que tu ne me laisses pas ... »

    Il lui sourit doucement et tendrement, même si, clairement, on décelait dans ses yeux une lueur taquine et mutine. Il lâcha le visage de Grace pour poser ses deux mains autour des hanches de la jeune femme, alors même que celle ci passait les siennes sous le T Shirt du jeune homme. Il ne put réprimer un léger frisson qui lui vrilla tout le dos, naissant dans son cou et mourant dans le creux de ses reins. Il ressentait tellement de choses à cet instant là, de l'envie, mais de la peur aussi. Il avait changé depuis qu'ils avaient fait l'amour ensemble. Déjà, à l'époque, sa peau était marquée de multiples cicatrices mais depuis, il en avait de nouvelles. Il ne fallait jamais chercher chez le jeune homme une peau lisse et plane. Où que l'on pose ces mains ou presque, on décelait une cicatrice. La plus longue qu'il avait lui barrait une partie du dos, en diagonale, c'était d'ailleurs cette cicatrice qui avait manqué de lui faire perdre l'usage de ses jambes, ou plutôt, la blessure initiale qui avait aujourd'hui pour seule trace cette longue cicatrice. Mais visiblement, Grace n'en tenait pas rigueur ou alors, elle était trop absorbée par ses découvertes tactiles pour s'en rendre compte. Quoi qu'il en était, elle ne se recula pas et laissa encore ses mains vagabonder sur la peau de Jackson quelques instants. Lorsqu'elle quitta à nouveau leur étreinte, le jeune homme la suivit des yeux, son regard ne pouvant s'emêcher de dériver sur les fesses et le creux des reins de la jeune femme. Cazzo, cela aurait été stupide et crétin de se priver de tel spectacle ! Elle s'installa sur l'un des bras du fauteuil le plus proche et le jeune homme ne put s'empêcher de sourire. C'était dans ce même fauteuil que, le plus souvent, il prenait Jude sur ses genoux et qu'il lui lisait une histoire ou qu'ils regardaient tous les deux la télé, la petite préférant de loin être collée à son père pour une bonne raison, celle, ici, de la place, plutôt que de devoir en trouver une pour expliquer le fait qu'elle ne s'installait pas tout simplement à côté de lui lorsqu'ils étaient dans le canapé king size. C'était ... Amusant ... Jude n'était pas là, et elle n'en saurait rien, alors, qui se préoccupait plus de tout ça ?! Surtout pas le jeune homme ! Il se mordit doucement les lèvres en observant les doigts agiles de Grace déboutonner peu à peu son chemisier, laissant alors apparaître son soutien gorge. Le jeune homme refusait de se tenir en retrait, sans rien dire et sans rien faire, quoi que, pour le coup, ne rien dire l'aurait moins dérangé que de ne rien faire ! Il s'approcha doucement d'elle, ôtant sur le chemin son T Shirt qu'il envoya bouler, ne regardant même pas où celui ci avait fini par échouer. Il s'agenouilla devant Grace, et n'était seulement que de quelques centimètres plus petit qu'elle maintenant.

    « Laisses moi t'aider ... Per Favore ? ... »
Revenir en haut Aller en bas
http://in-nomine-mens.bbactif.com

Invité


Invité





MessageSujet: Re: [Intrigue N° 1] « There Were Ghosts In Your Eyes; Ghosts Of All The Dreams You Sent Away … » {PV Grace]   Ven 16 Oct - 0:25



    Grace avait souvent frôlé la mort de près : être chasseur n’était vraiment pas sans risque. De nombreuses cicatrices étaient d’ailleurs la preuve de ce qu’elle avançait. Son corps en était rempli : des monstres qui la griffaient, des monstres qui la lançaient contre un mur. Ce sont des blessures qui ne s’effaçaient jamais et lors d’une nuit d’amour, c’était difficile de passer sous silence toutes ces cicatrices mais elle avait trouvé une histoire tout à fait plausible à force. Grace racontait qu’elle était passée par la fenêtre un jour parce qu’elle était somnambule. Cela fonctionnait toujours. Jackson, lui, ne lui avait jamais posé la question lors de leur seule nuit d’amour mais la blonde savait que ça n’était pas parce qu’il ne s’intéressait pas à elle mais parce qu’il savait qu’elle ne voulait pas en parler, comme de beaucoup de choses….

    Grace ne pensait jamais revoir Jackson après leur première nuit d’amour. Elle ne revoyait jamais ses amants et Jackson n’allait pas faire exception. Oh oui ! Elle avait ressenti quelque chose de fort avec lui, ce qui ne lui était plus arrivé depuis… Dean Winchester. Cependant, elle savait qu’elle n’était pas fait pour une vie normale et elle n’allait pas changer d’avis parce qu’elle pensait avoir rencontré quelqu’un d’extraordinaire. La belle blonde savait qu’elle lui ferait plus de mal qu’autre chose. Elle aurait sans cesse besoin de changer d’air comme elle l’avait toujours fait depuis qu’elle était petite. Et ça n’était pas parce que Jackson lui avait presque rendu la vie avec ses caresses et sa tendresse qu’elle allait changer du tout au tout au bout d’une nuit. Avec regret, elle l’avait laissé filé mais elle ne l’oublierait jamais, elle se l’était promis. Quelle ne fut donc pas sa surprise lorsqu’elle comprit qu’elle était enceinte et que Jackson avait fait plus que de lui donner de lui avoir rendu la vie : il lui avait redonné de l’espoir et un but dans la vie. Avec la mort de son père et avant l’arrivée de Jackson dans sa vie, elle errait sur terre sans vraiment de but vu que la chasse, c’était terminé pour elle. Elle était même devenue accro à des substances illicites qui la rendaient totalement zinzin. Alors lorsqu’elle apprit qu’elle allait mettre au monde une petite fille, elle s’obligea à arrêter toutes ces conneries pour offrir à sa petite une vie décente. Le sevrage fut très difficile à supporter mais le bien de son enfant était en jeu et lorsqu’elle sentait qu’elle allait replonger, elle pensait à la belle petite qu’elle mettrait au monde….

    A la naissance de sa chérie, ça n’avait pas été facile : jamais, elle n’avait eu la garde d’une enfant et elle ne savait même pas comment il fallait la changer. La blonde avait alors acheté des livres qui lui permettraient de savoir comment élever un enfant. Grace avait aussi repris la chasse parce qu’elle ne voulait pas que sa petite puce soit en danger une seule seconde. Cependant, plus on avançait dans le temps et plus elle se rendait compte qu’elle devait choisir entre sauver le monde – et sa fille – et vivre une vie normale avec sa fille. Ce choix n’avait pas été facile et plus d’une fois elle avait pensé à abandonner. Jusqu’au jour où une mère vint la trouver pour sauver sa petite fille d’un monstre. Un monstre qui aimait les petits enfants car ces monstres se nourrissaient de forces vitales et quoi de mieux qu’un enfant pour cela ? La chasseuse s’était alors mis à la place de cette mère et elle fit un choix : elle retrouverait Jackson et lui rapporterait leur fille. Bien sûr, elle avait pensé au fait que Jackson aurait pu refuser et elle ne comptait pas l’abandonner à n’importe qui, elle l’aurait gardée à ses côtés.

    Ce fut la deuxième rencontre de Jackson et Grace, neuf mois après leur nuit d’amour. Elle ne doutait pas que le jeune homme serait surpris. Cependant, Grace aussi fut surprise de le voir une béquille à la main : c’était certainement la guerre encore une fois. Lors de leur nuit d’amour, elle avait senti toutes ces cicatrices qui lui couvraient le corps et elle savait qu’il risquait bien plus que quelques cicatrices. Grace eut de la peine en le voyant comme ça : oh, ça n’était pas de la pitié, loin de là, elle avait juste eu envie de le prendre dans ses bras encore une fois et de rester à ses côtés pour qu’il ait une épaule sur laquelle se reposer. Cependant, l’image de cette mère effondrée lui revint en tête et Grace resta très distante avec lui, de peur de ne pas réussir à résister à l’envie de rester à ses côtés. Jackson n’avait pas hésité une seule seconde pour prendre la petite et ils s’étaient de nouveau quittés, sans vraiment avoir parlés. Après cela, les seuls contacts qu’ils eurent furent par téléphone parce que la belle blonde refusait de couper totalement les ponts avec eux. Elle prenait au moins une fois par semaine des nouvelles de Jude. Elle lui manquait terriblement mais elle n’était pas la seule : sans vraiment s’en rendre compte, Jackson lui manquait énormément presque autant que celle qui fut un temps en elle, Jude.

    Ce matin, Grace était de nouveau aux côtés de Jackson, une chose qu’elle n’aurait jamais cru possible. Pour elle, jamais elle ne reverrait Jackson et Jude, cela lui aurait fait trop de mal de les revoir, elle n’aurait peut-être pas eu le courage de partir de nouveau. Cependant, une chasse presque mortelle pour elle l’avait convaincue de revenir auprès de sa famille. Car il fallait bien le dire, Jude et Jackson était la seule famille qui lui restait. Lorsqu’elle avait cru sa dernière heure venue, les seules personnes à lui revenir en tête furent ces deux-là et son père qui était déjà mort depuis longtemps maintenant. Grace s’était mise à pleurer : elle se sentait tellement seule lors de sa remise en état. Parce que cela avait mis un mois pour qu’elle soit de nouveau sur pieds. La blonde avait passé un mois dans un établissement de rééducation et elle n’avait eu aucune visite. Quelle triste vie que celle-là : personne qui ne tient à elle, cela faisait mal. Aussi mal que de savoir qu’elle aurait pu continuer une vie comme celle-ci pendant encore longtemps… Une vie sans véritable amour comme celui qu’elle avait pour Jude et pour Jackson.

    C’était peut-être toutes ces idées inconsciemment ancrées en elle qui l’avait fait se lever et se diriger vers Jackson pour l’embrasser. Un baiser très doux et très chaste au début qu’elle interrompu très vite, se disant qu’elle allait peut-être trop vite pour lui. Après tout, cela faisait cinq ans qu’ils ne s’étaient pas vus et peut-être avait-il quelqu’un dans sa vie. Après tout, Grace ne s’attendait pas à ce qu’il ait attendu qu’elle revienne sagement. D’autant plus qu’il devait faire des ravages avec un regard, un corps et un caractère comme le sien. Pourtant, très vite, Jackson s’était de nouveau approché d’elle et son baiser fut plus fougueux que jamais. Il ne semblait pas être contre et Grace s’abandonna aux bras de Jackson sans penser à rien d’autre qu’à ce baiser sucré qui lui avait tant manqué. Prise dans son étreinte, elle se laissa aller. Puis, Grace se stoppa en douceur pour lui demander s’il s’attendait à ce qu’ils en soient là lorsque la blonde s’était présentée à sa porte. Ce à quoi, il répondit qu’il ne croyait plus d’attendre quelque chose de la vie, qu’il arrêtait d’espérer. Il voulait prendre les choses comme elles venaient. Puis, il rajouta qu’il voulait bien essayer de le faire espérer de nouveau si elle ne le laissa pas encore…. Il devait avoir vécu pas mal de choses dans sa vie pour penser comme cela, pour ne plus avoir d’espoir. Une situation proche de celle de Grace avant qu’elle ne le connaisse et qu’il lui fasse un enfant….


    « Je n’ai plus l’intention de partir ! Je suis revenue pour de bon ! Pour Jude mais pour toi aussi ! »

    Il lui souriait et Grace le dévorait des yeux alors qu’elle lui tenait le visage et qu’elle lui répondait. Il n’avait pas eu un ton de tristesse, il avait même un air taquin. Elle reprit alors son baiser tandis qu’elle passait ses mains sous son t-shirt. Lui mit ses mains sur ses hanches, Grace partit à la découverte d’un corps qu’elle ne connaissait plus depuis longtemps. Il y a cinq ans, Grace se souvenait d’une peau pleine de cicatrices mais avec quelques endroits lisses et doux. Aujourd’hui, sa peau était encore plus remplie de cicatrices mais elle était toujours douce sous les caresses de la blonde. Elle partit à la recherche de nouvelles cicatrices qu’elle ne connaissait pas tout en continuant à l’embrasser sensuellement. Lorsqu’elle mit ses mains dans le dos du beau jeune homme, elle sentit une longue cicatrice qui parcourait le dos en diagonale. Grace sentait le désir monter en elle mais elle voulait qu’il monte également chez son amant. Oh, elle savait y faire pour rendre fou de désir un homme et elle comptait bien y jouer sur Jackson. Il serait le dernier à qui elle ferait ça, s’il l’acceptait dans sa vie, elle ne charmerait plus que Jackson et seulement Jackson. Alors, la jeune femme se dirigea sensuellement vers le fauteuil du salon, un peu plus loin. Elle savait que Jackson n’aurait d’yeux que pour la chute de reins de la belle blonde et là était bien le but de la blonde. Arrivée à destination, elle s’installa sur un des bras du fauteuil et doucement, elle déboutonna son chemisier blanc. Elle lui adressa un regard entendu et coquin, elle le vit mordre ses lèvres avant de s’approcher à son tour du fauteuil, ou plutôt de Grace. Il avait retiré son t-shirt et l’envoya à travers la pièce. La blonde sourit tout en soutenant son regard sur le corps du jeune homme. Lorsqu’il fut près d’elle, il s’agenouilla et lui demanda s’il pouvait l’aider…. Tortillant ses cheveux, elle lui répondit de suite.

    « Tu n’as même pas à me demander ! »

    Grace mit alors ses mains dans le dos du jeune homme commençant à lui masser le dos doucement. Le désir était plus présent que jamais et elle ferma les yeux pour profiter le plus possible de ce moment qu’elle n’attendait plus.
Revenir en haut Aller en bas

Phoenix H. Lawrence


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Twix
✾ MA CÉLÉBRITÉ : DiannaSexyAgron
✾ MES CRÉDITS : Me, I & Myself
✾ MON MOI² : None
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 22/07/2009
✾ MES MESSAGES : 470

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 printemps
✾ STATUT SOCIAL : Mère célibataire
✾ SON EMPLOI : Stripteaseuse


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: [Intrigue N° 1] « There Were Ghosts In Your Eyes; Ghosts Of All The Dreams You Sent Away … » {PV Grace]   Sam 17 Oct - 6:05



« Il avait d'abord eu du mal à croire en tout cela ...
La vie l'avait tellement brisé, encore et encore ...
Et brusquement, il avait reprit espoir en la vie ...
Preuve qu'il reste de l'espoir, encore et toujours ... »


    La vie était faite de multitudes de sentiers, des sentiers appartenant chacun à une seule et à une seule personne seulement, des sentiers qui, cependant, pouvait se confondre et se mêler avec un autre, des sentiers qui pouvaient aussi brusquement se séparer et se diriger tout droit vers l'obscurité, les ténèbres, le désespoir, la tristesse et la peine, sans prévenir, sans passer par un quelconque endroit plus éclairé. C'était violent, violent et brusque, et on ne réalisait pas, jamais, ce qui nous arrivait, pas assez tôt du moins. Lorsqu'on prenait enfin conscience de ce qui venait de se produire, lorsqu'on semblait enfin commencer à saisir les tenants et les aboutissants, il était trop tard, bien trop tard. Il était alors inutile de se battre, de chercher à déchirer ce voile noir opaque qui s'était soudainement abattu sur notre vie, parce qu'il n'y avait rien à faire. C'était inutile. Ou pas ... Ou pas, parce qu'on trouverait toujours des combattants, partout. On trouverait sans cesse des gens qui refusaient de se laisser devenir jouet du destin, de laisser la vie leur mettre des fils et jouer avec eux comme avec une marionnette. On trouverait toujours des gens qui refuseraient leur condition, qui chercheraient à aller plus loin, qui grifferaient encore et encore ces ténèbres jusqu'à en avoir les doigts qui saignent. Jackson était de ceux là. La vie l'avait durement éprouvé, depuis toujours, et si extérieurement, les apparences étaient plutôt sauves, il ne fallait pas se leurrer. A l'intérieur, c'était une toute autre histoire, parce qu'il était amoché, salement, sacrement, et que c'était douloureux. Il avait sans cesse eu la sensation que, petit à petit, la vie lui arrachait des morceaux de son coeur, comme si cela ne suffisait pas à la vie de le voir se débattre encore et encore. Il refusait simplement de se laisser prendre au piège. Il refusait de baisser les bras, il refusait de déposer les armes, parce qu'il savait qu'il n'y avait plus de retour une fois cette faiblesse épousée.

    Il avait croisé sur sa route des gens formidables et merveilleux, des gens qui avaient été capables, souvent en étant juste là, en lui tenant la main, en lui passant un bras autour de l'épaule, de le faire tenir, de le faire tenir et de le faire retarder l'échéance, parce qu'il en était sûr, un jour ou l'autre, il ne pourrait plus résister, il devrait se rendre, déposer les armes. Un jour, il tomberait à genoux, sentirait tout son être devenir froid, si froid, dedans comme dehors, et il ne serait plus capable de se relever, éprouvé par un nouveau coup dur de la vie, éprouvé par le dernier coup dur, celui qui serait venu à bout de sa force et de sa résistance. Auprès de toutes ces personnes, qui avaient toutes eu une place dans sa vie, une place différente et sans cesse unique, il s'était senti revivre, il s'était senti homme parmi un grand tout, jeune homme entouré, aimé et apprécié pour ce qu'il était, homme envié pour sa force et la façon dont il avait réussi à rester debout, debout malgré tout. Mais il avait perdu toutes ces personnes, les unes après les autres, au moment où il pensait enfin être passé dans la liste VIP de la vie. Il se trouvait une nouvelle fois Black listée, et il pouvait vous assurer que cela ne faisait jamais du bien. C'était comme si, encore et encore, la vie prenait un malin plaisir à lui mettre un crochet du droit dans la mâchoire et à force, il ne la sentait plus, avait la sensation qu'elle était sans cesse en feu, qu'il mordait des charbons ardents venant brûler ses chaires à chaque fois qu'il serrait les dents. Et pour prouver à la vie qu'elle n'avait pas encore tout à fait réussi à le détruire, il faisait bien attention de serrer encore plus les dents, de garder la tête haute et de se sortir de cette nouvelle épreuve encore plus fort et résistant.

    Grace n'avait pas échappé à la règle. Elle aussi était entrée dans sa vie, elle aussi en était sortie, mais avec elle, tout ceci avait été différent. Différent parce qu'au fond, elle n'avait été là qu'une journée, allez, 36 h à tout casser, si on additionnait les heures qu'ils avaient passées ensemble, en ne comptant bien sûr pas celles qu'ils avaient passées depuis le retour de Grace. Non, on parlait uniquement là de l'année 2004, et pas d'une autre. Mais elle avait été comme une comète de sa vie. Son passage avait été éphémère et bref, mais il avait marqué de son emprunte la vie et le destin du jeune homme. Et comme s'il avait réellement vu une comète traverser le ciel, traverser le ciel noir et ténébreux de sa vie, Jackson avait, sans doute, au fond de lui, nourrit l'espoir qu'un jour, qu'un jour, il reverrait cette comète et il s'était sans doute juré que ce jour là, lorsqu'enfin, elle déciderait de reparaître dans sa vie, il ne la laisserait pas filer, pas une fois de plus. Il avait pensé à elle, avant même de savoir qu'elle allait faire de lui un père, avant même qu'elle ne le comble en lui confiant leur fille et ne le blesse durement, il fallait l'avouer, en lui disant qu'elle ne serait pas là à leurs côtés, aux côtés de leur petit trésor et à ses côtés à lui, que cette vie n'était pas pour elle, qu'elle aimerait tellement qu'il puisse en être autrement mais que c'était impossible, qu'elle ne pouvait simplement pas, parce que ce n'était pas sa vie, parce qu'elle ne se sentait pas en mesure de pouvoir être pleinement capable de tout gérer. Il avait pensé à elle en montant de nouveau dans cet avion militaire qui allait l'emporter là bas, là où plus rien ne semble avoir de sens, là où vous vous mettez à aimer la vie au point de prier pour qu'elle vous soit accordée, encore et encore. Il avait pensé à elle lorsque le convoi dont il faisait parti avait été attaqué, lorsqu'il avait entendu cette déflagration qui lui avait vrillée les tympans, le laissant sourd quelques instants, lorsqu'autour de lui, le bruit des balles lui avait encore et encore sifflé aux oreilles, lorsqu'il avait senti quelques unes d'entre elles déchirer sa tenue et pénétrer dans sa peau, plus ou moins profondément. A elle, ainsi qu'à Lou et à Maëlys bien sûr, mais à elle tout de même. Lou était sa cousine, Maëlys sa demi soeur, la seule famille qu'il lui restait, alors que Grace n'était au fond rien pour lui. Ils n'avaient pas de liens de parentés, ils n'étaient pas mariés, n'étaient même pas en couple et pourtant. Pourtant, son visage avait été là, devant ses yeux, s'imprimant presque sur le revers de ses paupières lorsqu'il avait fermé les yeux si forts, qu'il avait cessé de sentir ses jambes, qu'autour de lui, l'odeur du sang et de la mort emplissait l'air.

    Et aujourd'hui, elle était là, devant lui, et ils venaient de s'embrasser. C'était plus qu'un baiser, c'était ... C'était tellement différent ... Comme deux pièces d'un collier fendu se réunissant, comme une clef retrouvant la serrure qu'elle ouvrait, comme deux parties d'un tout qui se retrouvaient enfin. Il ne voulait pas qu'elle lui fasse de serments d'amour solennel, il n'avait pas besoin qu'elle lui promette encore et encore des tas de choses, qu'elle lie sa vie à la sienne, il avait simplement besoin de savoir qu'elle ne viendrait pas s'ajouter, comme les autres, à toutes ces personnes qui avaient fait partie de la vie de Jackson et qui avaient fini par l'abandonner, le plus souvent définitivement, abandonnant dans le même temps la vie terrestre et tous ces soucis. Alors, lorsqu'elle lui répondit être revenue pour leur fille, pour Jude, mais pour lui aussi, les mots de Grace résonnèrent en lui, si fort, si fort qu'il n'entendit plus son coeur battre si violemment la chamade dans ses tempes. Aujourd'hui, elle était de retour, et elle semblait décidée à ne pas repartir. Il savait qu'ils avaient encore du chemin à parcourir, il savait aussi qu'ils allaient en avoir des choses à se dire, des secrets à se confier, mais ils avaient maintenant tout leur temps, n'est ce pas ? Jamais lui ne partirait, il avait même plutôt tendance à s'accrocher désespérément aux gens, pour qu'il ne le quitte pas. Mais pour ça, il avait besoin de quelque chose lui permettant de s'accrocher. Il n'avait abandonné le combat qu'une fois, avec Alice, parce qu'il avait cessé de se convaincre et de se persuader que tout irait mieux, que tout s'arrangerait. Il n'avait plus trouvé de prise, et Alice ne lui avait pas tendu la main, pour qu'il la saisisse, pour qu'ils restent ensemble. Il ne lui avait pas plus tendu la sienne ... C'était sans nul doute là le plus gros échec de sa vie. Raison de plus pour ne pas laisser s'enfuir Grace. Qu'elle le veuille ou non, désormais, elle avait une place dans sa vie, et cela impliquait tant de choses ...

    Agenouillé près d'elle, alors que la jeune femme était assise sur l'un des accoudoirs du fauteuil, il posa doucement les doigts sur les boutons du chemiser de Grace, alors que les mains de la demoiselle lui massaient doucement le dos. Pour ne pas laisser trop s'échapper de ses lèvres ce petit grognement rauque de satisfaction, il apposa ses lèvres à celles de Grace, de nouveau. Et le balai quasi artistique de leurs langues reprit. Il sentait des frissons parcourir sa colonne vertébrale, sensation que, pendant un moment, il n'avait plus pu ressentir, lorsqu'il avait dû faire de la rééducation, lorsqu'il revenait tout juste du Front. Venant à bout du dernier bouton, il fit glisser les manches du chemiser de Grace sur ses bras, avant de lui ôter totalement le vêtement. Il ne le jeta pas à l'autre bout de la pièce, mais le laissa simplement doucement tomber à terre, aussi légèrement que l'aurait fait un mouchoir. A peine entendit il le bruit du tissu heurtant le sol. Il fallait dire qu'il était plutôt occuper, si vous voyez de quoi il en retourne exactement ... ! Quittant doucement ses lèvres, ce ne fut que pour mieux apposer les siennes dans le cou de la jeune femme, puis juste au dessus de sa poitrine, avant de se saisir de l'une des mains de Grace et de la serrer doucement entre les deux siennes. La regardant droit dans les yeux, lui massant la paume de la main du bout de ses doigts, il lui posa une question, une question qui n'avait pas besoin de réponse orale, pas forcément du moins.


    « On va réussir, n'est ce pas ? ... »

    Avant même d'attendre sa réponse, il s'empara d'elle, elle toujours aussi légère qu'une plume, et il la hissa dans ses bras puissants, tout en passant les deux jambes de Grace autour de sa taille et en reprenant possession de ses lèvres. Ils serraient beaucoup mieux en haut, dans la chambre de Jackson. Du moins, c'est ce qu'il pensait ...
Revenir en haut Aller en bas
http://in-nomine-mens.bbactif.com

Invité


Invité





MessageSujet: Re: [Intrigue N° 1] « There Were Ghosts In Your Eyes; Ghosts Of All The Dreams You Sent Away … » {PV Grace]   Sam 24 Oct - 2:26




    Grace n’avait jamais fait de cadeaux à la jeune femme. Dès sa naissance, sa mère mourut en la mettant au monde et jamais Grace n’avait pu partager ce qu’une jeune femme partage avec une mère. Jamais, elle n’aura été là pour la border, pour parler de ces choses privées que seules les femmes peuvent parler car les hommes ne savent pas ce que c’était. Cela l’avait aussi décidée à retrouver Jude puisqu’elle ne voulait pas que sa fille vive sans mère comme elle, elle voulait que sa petite puce puisse partager ces choses que seules les filles et mères partagent. Lui apprendre à se maquiller quand elle aura l’âge, la rassurer lorsqu’elle deviendra femme et que son corps changera. Seule une mère peut comprendre ce que l’on ressent dans ces moments-là…. Alors, que Grace avait ressenti un énorme vide lorsqu’elle vit que son corps changeait et qu’elle saignait d’un endroit étrange. Grace n’avait jamais osé parler de cela à son père et elle avait dû attendre qu’il s’en rende compte tout seul. Ce jour-là, elle avait eu son pantalon tout rouge et lorsque son père s’en rendit compte et lui fit la remarque, elle éclata en sanglot de honte. Oh, bien sûr, il avait su la rassurer en lui disant que cela arrivait à toutes les femmes et qu’elle n’avait pas à avoir honte. Il alla alors lui acheter des serviettes qu’elle sut mettre tout de suite même si elle n’était pas sûre de ce qu’elle faisait. Grace refusait que sa fille passe par là et elle voulait être présente lorsqu’elle deviendrait une belle jeune femme….

    La mort de sa mère alors que la chasseuse n’était qu’un bébé n’avait pas été la seule chose difficile à vivre pour elle. On ne le redira jamais assez mais vivre sur les routes n’étaient pas ce que Grace préférait. Pourtant, elle faisait cela depuis qu’elle était tout enfant et elle en était habituée. Pourtant, elle aurait tellement aimé avoir une vie « normale » où elle allait à l’école, où elle avait des amis avec qui elle restait tout le temps. Une vraie vie sociale et familiale. Même si elle adorait son père et qu’elle le chérissait plus que tout au monde – elle s’en était rendue compte lorsqu’il se fit assassiner par un démon – elle aurait tellement voulu partager la vie de sa mère et de son père dans une maison chaleureuse sans démon et sans créatures de la nuit qui lui faisaient faire des cauchemars lorsqu’elle était petite. Imaginez-vous le traumatisme d’une jeune enfant d’à peine quatre ans qui découvre que le monstre du placard existait vraiment ? Imaginez-vous que ce ne soit plus du tout des cauchemars et que sa vie dès qu’elle fut toute petite fut remplie de démons en tout genre que son père traquait. Plus que de la peur pour sa propre vie, Grace avait peur pour son père et pour sa vie. La belle blonde avait toujours su au fond d’elle-même que son père – même s’il lui semblait invincible – finirait par mourir sous les coups d’un démon. Lorsqu’elle s’était remise à chasser, elle était persuadée qu’elle finirait comme son père : pratiquement seule pour mourir et sous les coups d’un démon. Une autre raison qui a fait changer la donne dans la décision d’arrêter de fuir et d’enfin se poser. Il n’était pas dit que la belle blonde en aurait fini avec la chasse mais au moins, elle essaierait d’allier vie de famille – dite normale – et vie de chasseuse – dite paranormale. Oh, ça ne serait pas facile et elle devrait un jour le dire à Jackson et à Jude lorsqu’elle serait en âge de comprendre. De toute façon, maintenant qu’elle était rentrée auprès de ceux qu’elle aimait le plus au monde, cela n’allait pas être si simple, il allait falloir que les choses évoluent doucement, il ne fallait pas précipiter les choses. Grace devait d’abord se faire accepter de sa puce et de Jackson. Lorsque ce serait fait, il fallait qu’ils aillent en douceur pour se créer des liens et qu’un jour, Grace ose parler d’elle et de sa vie de « vagabonde ».

    La dernière raison qui avait poussé la belle blonde à revenir auprès de Jude et Jackson avait été la sensation d’être bien seule sur son lit d’hôpital, à attendre qu’elle guérisse et qu’elle réapprenne à se débrouiller seule. Elle avait pleuré pas mal de nuits là-bas, restée comme ça coincée et sans personne à qui parler à part ses infirmières l’avait pas mal ébranlée. Les infirmiers et les patients la regardaient toujours avec pitié, se disant qu’elle n’avait personne qui venait la voir et qu’elle devait se sentir bien seule. La chose qu’elle détestait le plus au monde : que les gens la regardent avec pitié…. C’était dans ce lit d’hôpital qu’elle avait décidé que lorsqu’elle serait remise sur pieds, elle se rendrait à Ellington retrouver sa fille chérie qui avait déjà cinq ans et l’homme qui l’avait le plus touchée, celui qu’elle avait vu en image lorsqu’elle avait failli mourir. Cependant, cela ne s’arrêtait pas là. A côté de ces trois événements qui l’avaient fait réfléchir à son retour à Ellington, il fallait y ajouter la mort de son père qui l’avait anéantie et qui l’avait rendue junkie. Un événement qui l’avait totalement rendue dépressive et qui ne s’arrêta que lorsqu’elle découvrit qu’elle était enceinte de cet homme qui l’avait touchée au plus profond d’elle-même. Grace avait repris goût à la vie et sa grossesse fut la meilleure période de sa vie. Cependant, un choix devait être fait : soit continuer à sauver les innocents et donc sa fille, soit choisir d’élever sa petite puce pour qu’elle ait une vie normale. Et le dernier coup dur de la vie fut de choisir d’aider le monde et d’abandonner sa petite Puce. Ce fut le pire de tous ces moments : se retourner sans un regard et partir loin de sa raison d’être sans rien dire….

    Son retour avait, donc, été mûrement réfléchi ; elle avait eu le temps d’y réfléchir pendant toute sa convalescence et elle savait que c’était la meilleure chose à faire. Abandonner Jude avait été la pire erreur de sa vie et le manque qu’elle avait ressenti pendant cinq ans l’avait tuée à petit feu. Aujourd’hui, devant Jackson, elle comprenait d’autant plus son erreur. Le jour où elle lui avait donné leur fille, elle aurait dû se retourner et rester auprès d’eux. Mais, à cette époque, elle ne comprenait pas le choix crucial qu’elle faisait et elle pensait que cela était bien mieux pour eux tous…. Grace savait que le choix qu’elle faisait aujourd’hui était le bon et qu’elle s’y tiendrait comme elle s’était tenue à son choix il y a quelques années pendant cinq ans. Alors, elle était à présent sûre qu’elle resterait et elle l’avait dit à Jackson parce qu’elle savait qu’elle resterait à ses côtés. La douceur de sa peau lui avait tellement manqué qu’elle ne savait pas pourquoi elle l’avait quitté – lui et Jude. Elle avait la même peau douce que lui, elle s’en souvenait comme si c’était hier qu’elle lui changeait – avec difficulté – ses couches.

    Il était toujours près de Grace qui, elle, était assise sur un accoudoir du fauteuil du salon. Doucement, il déboutonna le chemisier de la jeune blonde tandis qu’elle lui massait tendrement le dos. Elle ferma les yeux tout en sentant les doigts suaves de Jackson lui toucher la peau. Elle en avait la chair de poule et elle sentit à peine le chemisier tomber le long de ses bras, trop préoccupée par la douceur du toucher du jeune homme. Alors qu’elle fermait toujours les yeux, elle sentit les lèvres de Jackson se poser sur celles de Grace pour reprendre leur baiser enflammé. Leur langue se mêlèrent de nouveau dans un mouvement unique et qui n’avait pas besoin de s’apprivoiser. C’était comme s’ils ne s’étaient jamais quitté et qu’ils se connaissaient par cœur – psychologiquement comme physiquement. Leurs mains apprenaient à se connaître alors que Grace avait l’impression qu’ils ne s’étaient jamais quitté et qu’elle connaissait ce corps depuis toujours. La belle blonde était perdue dans son désir pour le jeune homme lorsqu’elle sentit les douces lèvres de Jackson quitter les siennes de nouveau. Elle aurait voulu que ce baiser continue et elle se mordit la lèvre pour ne pas crier : « ENCORE ! ».

    Mais très vite le plaisir reprit lorsqu’elle sentit les lèvres du jeune homme se poser dans le cou de la belle Grace. Grace descendit plus bas vers les fesses de Jackson qu’elle se mit à explorer également. Alors qu’elle remontait doucement vers ses hanches et puis vers le torse de son amant, elle sentit une de ses mains être saisie par les deux mains du jeune homme qui la caressa doucement. Il la regarda, à présent, droit dans les yeux et elle se mit à sourire de manière très suggestive mais aussi très amoureusement. C’est alors qu’il lui demanda s’ils allaient réussir. Grace l’espérait et se sentait capable de l’aimer toute sa vie entière, elle ne pouvait penser qu’un jour, elle serait dégoûtée par le goût de ses baisers, de sa peau ; par l’odeur de son parfum si délicieux. Elle n’eut pas le temps de répondre qu’elle se sentit partir : Jackson venait de prendre la jeune femme dans ses bras tout en passant les deux jambes de la blonde autour de sa taille. Puis, il plaqua de nouveau ses lèvres contre celles de Grace. Cette dernière ne voulait plus à avoir à se passer de ces baisers à la fois doux et fougueux. Elle en était folle à présent : se souvenir de ce corps qu’elle avait touché il y a cinq ans de cela était à présent de nouveau dans sa tête. Elle avait tenté de le repousser le plus possible mais aujourd’hui, elle ne voulait plus ne plus y penser. Elle voulait être dans ses bras pour toujours et à jamais….

    Tout en s’embrassant, les deux amants montèrent dans la chambre de Jackson – enfin c’est ce qu’elle pensait vu qu’il aurait été déplacé d’emmener sa conquête dans la chambre de sa fille, elle ne croyait pas Jackson capable de cela. Grace se retrouva tout d’un coup sur un grand lit et elle entraîna Jackson sur ce même lit. Grace se mit alors à califourchon sur lui et commença à l’embrasser tendrement et fermement tout en continuant à balader ses mains sur le torse nu de Jackson. Ce fut au tour de ses lèvres de quitter celles du jeune homme pour embrasser le cou, le haut du torse, le nombril du jeune homme. Elle laissa promener sa langue sur tout le torse de son amant, cherchant à connaître le goût de tout le corps de Jackson…. Tout en faisant cela, ses mains se promenaient sur le visage de son amant puis sur les jambes de Jackson. Elle était insatiable et ne pouvait s’empêcher de faire le tour de tout ce corps à la fois doux et rugueux – là où les cicatrices étaient ancrées sur son corps….
Revenir en haut Aller en bas

Phoenix H. Lawrence


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Twix
✾ MA CÉLÉBRITÉ : DiannaSexyAgron
✾ MES CRÉDITS : Me, I & Myself
✾ MON MOI² : None
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 22/07/2009
✾ MES MESSAGES : 470

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 printemps
✾ STATUT SOCIAL : Mère célibataire
✾ SON EMPLOI : Stripteaseuse


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: [Intrigue N° 1] « There Were Ghosts In Your Eyes; Ghosts Of All The Dreams You Sent Away … » {PV Grace]   Dim 25 Oct - 7:27




« L'aube se lève et un doux rayon de lumière les éclaire ...
Ils s'éveillent à peine, elle, encore nichée au creux de ses bras,
Lui, qui fait jouer ses doigts sur sa peau comme sur un piano ...
Leurs coeurs battent à l'unisson, leurs corps sont encore mêlés ...
Ils savent qu'un jour nouveau se lève au dessus de leurs vies ... »


    Toute personne méconnaissant les deux jeunes gens aurait tout à fait classé le geste de Jackson dans ceux du quotidien, aurait aisément penser qu'il ne faisait que s'inscrire dans leur vie de couple depuis longtemps déjà débutée, tant tout ceci semblait naturel. Jackson avait agi d'instinct, sans plus réfléchir. Il en avait simplement eu envie, oui, juste une envie, comme ça, qui va et qui vient, une envie qu'il avait saisi en vol. Cela faisait longtemps, tellement longtemps qu'il n'avait pas agi de la sorte avec une femme. Bien sûr, il fallait alors mettre à part Lou et Maëlys, ce qui semblait évident, puisqu'il s'agissait là de sa cousine et de sa demie soeur et que, bien sûr, la situation et le contexte passé étaient nettement différent. En y réfléchissant, il ne s'était pas senti si vivant depuis Alice. Il n'avait pas senti toute cette chaleur affluée de partout et se répandre tant en lui depuis sa dernière réelle histoire amoureuse. Lui qui cherchait sans cesse à établir un minimum de choses avant de se lancer dans tout acte mettant en cause une femme (les deux exceptions précédemment mises à part ayant toujours lieu d'être), il n'avait pas cherché plus loin à comprendre. Il agissait enfin en homme, se jetant dans l'inconnu sans plus réfléchir, décidant de laisser son cerveau du bas décider pour lui au lieu de se référer à l'avis de celui du haut. Vous savez, c'était un jeune homme assez ouvert, dans le sens où les gens pouvaient bien faire ce qu'ils voulaient, aimer qui ils voulaient (sauf Lou ...), tant que cela n'avait pas de grande incidence dangereuse sur sa vie. Il comprenait les clichés et les plaisanteries sur les hommes, n'était pas le dernier pour en rire, savait aussi que certaines de ces choses avaient un fond de vrai. Oui, il arrivait aux hommes de penser avec leur braguette plutôt qu'avec leur cortex, mais après tout, tout le monde a ses faiblesses. Et il acceptait d'en avoir, au moins celle là, surtout parce que cela le faisait se sentir si bien et que c'était déjà si bon ... Il s'était saisi de la jeune femme avec douceur mais non moins fermeté, afin de l'empêcher de s'enfuir si jamais elle refusait d'aller plus loin avec lui, afin de ne pas trop passer pour un rustre se saisissant d'un sac de patates avant de l'emporter ailleurs. Certes, il était peut être un peu macho, mais il respectait les femmes, les traitait de la meilleure des façons qui soit. Enfin, c'était en tout cas ce qu'il pensait, personne n'était encore venu se plaindre de son comportement avec les femmes jusque là. Elles n'étaient pas des morceaux de viande devant lesquels on peut baver en toute impunité, elles n'étaient pas un énième jouet sexuel venant dans la liste après la poupée gonflable parfois surnommée Monique. Elles étaient des êtres vivants, qui respirent, qui ont leur propre volonté, leurs propres envies et leurs propres désirs. Mais Jackson refusait sur le moment, il était vrai, l'hypothétique envie de Grace de fuir cette étreinte, de s'en aller hors de chez lui en détalant à toute allure. Mais visiblement, ce n'était pas un soucis, la jeune femme semblant tout sauf vouloir quitter cette étreinte.

    Il grimpait les escaliers en la portant toujours, ne regardant même pas où il mettait les pieds, au risque de glisser l'un d'entre eux dans l'un des trous entre chaque marche, étant incapable de penser à autre chose qu'à Grace, ou seulement par à coup. C'était comme s'il était traversé de flash de si de là, qui se rappelaient à lui et le ramenaient, un instant seulement, à la réalité. Nan, il n'avait pas fermé la porte d'entrée à clef derrière Grace tout à l'heure, tout simplement parce que cela aurait ressemblé au geste d'un gardien de zoo fermant à clos l'enclos, que cela aurait pu être interpréter comme le geste d'un serial killer s'assurant que sa prochaine victime ne pourrait pas lui échapper, pas en fuyant par la porte d'entrée en tout cas. Et de toute façon, il n'avait pas plus pris la peine d'y penser plus en détails tout à l'heure que maintenant. Nan, il ne savait pas à quelle heure rentrerait Maëlys, et après, qu'est ce que cela pouvait faire ? Sa demi soeur était une grande fille, et ce n'était pas la première fois que le jeune homme allait faire l'amour à une femme. Il ne fallait tout de même pas oublier que, pendant longtemps, ils avaient vécu à trois dans cette maison, avant même que Maëlys ne débarque : Jude, Alice et Jack'. Et lorsque la demie soeur du jeune homme s'était rajouté au trio, formant à présent un quatuor, le couple qui vivait sous ce toit n'avait pas cessé toute activité sexuelle, il n'aurait manqué plus que ça ! Jack' n'avait cependant pas l'habitude de ramener une fille différente chaque soir. Il pouvait, parfois, avoir de courtes relations amoureuses, mais jamais il ne couchait pour la première fois avec sa nouvelle conquête ici, dans cette maison. Il y avait des tas d'autres endroits en ville pour ça ... Nan, il n'avait aucune idée de ce vers quoi cela allait les mener Grace et lui, mais pour être honnête, il s'en souciait comme de savoir si oui ou non, il y aurait de la neige à Noël, bien que pour le coup, si la réponse à cette dernière question était oui, il était sûr de pouvoir trouver une activité à Jude, histoire qu'elle ne tourne pas en rond dans la maison et ne se mette pas à courir partout en manquant de tout casser sur son passage. Il avait simplement envie de faire l'amour, envie d'aimer et de se sentir aimer, le deal se stoppait là, même s'il était parfaitement conscient qu'il ne se jetait pas là dans du sexe pour le sexe, sans aucun sentiment derrière. Il ne s'agissait tout de même pas de n'importe qui, mais bel et bien de Grace, point ultra important dans l'équation.

    Ils étaient à présent arrivés dans la chambre du jeune homme, une pièce que Jack' connaissait les yeux fermés, ayant dû, plus d'une fois, en sortir dans le noir le plus complet, comme par exemple lorsqu'il avait soudain soif, qu'à côté de lui dormait à l'époque Alice et qu'il refusait d'allumer la moindre lumière, ne voulant pas le moins du monde réveillé sa belle au bois dormant, qui avait déjà bien de la peine à s'endormir le soir et à dormir d'un sommeil sans rêve ni cauchemar. Il y avait aussi toutes les fois où toute la maison était privée d'électricité, non pas parce que le jeune homme avait oublié de payer les factures, mais parce qu'un orage avait tout fait pété ou que sa soeur, branchant trop d'appareil à la fois, avait fait sauté les fusibles et que Jack' n'en avait plus assez en réserve pour les changer et rétablir le courant. Oui, cela pouvait donné un petit côté aventuro-romantique à une soirée et à la nuit qui suivait, parce qu'on mangeait à la lueur de bougie, parce qu'on sentait son coeur battre en voyant des choses étranges dans la moindre ombre se dessinant sur les murs, parce qu'on était dans le noir et que, forcément, c'était tout de suite si excitant ... Il ne faisait certes pas noir et le jeune homme n'avait pas les yeux fermés, mais en tenant Grace comme il le faisait, sa vision était légèrement encombrée et il ne voyait pas droit devant lui, il fallait le concevoir et le comprendre. Il trouva donc sans encombre le chemin du lit, alors que Grace l'y entraina à sa suite, après qu'il l'y ai déposé en douceur, refusant une nouvelle fois de jouer les rustres. Lorsqu'elle le fit légèrement se tourner, qu'il se retrouva dos au matelas, qu'elle se plaça au dessus de lui et qu'elle commença à l'embrasser tendrement tout en caressant son torse nu de ses mains, il se souvint tout juste qu'il avait ôté son T Shirt tout à l'heure, et ce que celui ci trainait sur le sol du rez de chaussée. Il devrait le ranger, histoire que Jude ne le trouve pas et ne se décide pas à faire le ménage avec, enfin, son ménage à elle, c'est à dire frotter le sol et tout ce qu'elle trouvait. Il ne retint pas un grognement rauque et un râle lorsque les lèvres de Grace quittèrent les siennes et vinrent taquiner d'autres parcelles de son corps, plus cachées et intimes celles ci, que ses lèvres, qui, elles, étaient visibles de tous sans cesse. Il repoussa la tête en arrière et celle ci vint s'échouer sur son oreiller. Comment avait il pu vivre tant d'années sans Grace ? Comment avait il survécu alors qu'elle n'était pas auprès de lui ? ... Trop de questions, trop de question auxquelles il ne voulait pas répondre, pas pour le moment, pas encore. Ils auraient tout le temps plus tard, n'est ce pas ? Décidant qu'il avait assez laissé jouer la jeune femme, il reprit le contrôle de la situation et d'un mouvement de bassin, inversa leur positionnement. Grace ne savait pas ce qui l'attendait. Le jeune soldat en permission qu'elle avait connu 5 ans auparavant n'était plus, mort depuis longtemps ... Jack' était un autre homme à présent ...


    {...}


    Quelle heure pouvait il bien être ? Il faisait jour, ça, c'était sûr, mais le jeune homme n'avait pas encore décidé d'ouvrir les yeux et de tourner la tête vers son réveil et ses aiguilles lumineuses, et ne pouvait donc pas savoir exactement quelle heure il était. Concernant son réveil, il n'était pas accro plus que ça aux réveils à aiguilles, mais il fallait avouer qu'il coûtait moins cher et que c'était donc plus économique d'en acheter des tas et des tas, puisque le jeune homme avait la fâcheuse manie le matin d'exploser une fois sur deux son réveil, ce traître qui avait osé le réveiller alors qu'il commençait enfin à cesser de rêver et de cauchemarder. Il s'en saisissait et l'envoyait de toutes ces forces se fracasser sur le mur d'en face. Une fois qu'on s'y était fait, c'était moins surprenant et moins effrayant, on vous le garantit. Il caressait des doigts la peau de Grace, visiblement encore allongée à ses côtés, sa tête posée sur son torse. C'était incroyable comme elle avait la peau douce et chaude ... Un sourire se dessina sur ses lèvres, alors qu'il se décidait enfin à ouvrir les yeux. Ils s'étaient aimés, encore et encore, si fort, si longtemps, qu'ils avaient tous les deux finit par piquer un petit somme. Tournant la tête vers la gauche, après avoir déposé un léger baiser sur le front de la jeune femme, Jack' apprit qu'il était déjà 12 h 58. Oh oh ... Il ne savait plus, exactement, si ce midi, Jude mangeait à l'école ou s'il lui avait dit qu'il viendrait la chercher et que tous les deux mangeraient en ville. Et même sans ça, le jeune homme était censé ... Censé aller à son resto, parce que, voyez vous, il en était le proprio et pour qu'il fonctionne ... Son portable avait sûrement dû sonner, mais encore enfoncé dans la poche de son Jeans, Jeans planqué sous un tas de vêtement en boule et chiffonné, Jack' n'avait pu rien entendre. Tant pis, ils sauraient tout de même se débrouiller sans lui pour une matinée, il serait là ce soir, c'était le principal, puisqu'il y avait plus de clients en soirée. Il laissa sa main glissée le long de la courbe du dos de Grace, doucement ...

    « Amore ... Il est tant de te réveiller ma belle au bois dormant ... »
Revenir en haut Aller en bas
http://in-nomine-mens.bbactif.com

Invité


Invité





MessageSujet: Re: [Intrigue N° 1] « There Were Ghosts In Your Eyes; Ghosts Of All The Dreams You Sent Away … » {PV Grace]   Mar 3 Nov - 8:08



    Grace mit quelques temps à se réveiller lorsque Jackson l’avait appelée en lui disant qu’il était temps de se lever. Quelle heure était-il ? La blonde ne pouvait le dire, elle n’avait pas fait attention à combien de temps avait duré leur moment d’amour ni combien de temps elle avait dormi. Après leurs ébats sensuels et apparemment longs, ils s’étaient tous les deux endormis, exténués. Grace s’était endormie satisfaite, pas seulement physiquement mais aussi moralement : elle s’était sentie revivre de nouveau dans les bras de l’homme qui était le père de sa fille. Elle s’était sentie heureuse à nouveau… Elle était loin de sa chambre d’hôpital où elle s’était sentie plus bas que terre, une jeune femme seule et non aimée. Dans les bras de Jackson, elle s’était sentie aimée et elle l’avait aimé pendant toutes leurs galipettes. Encore maintenant, elle se sentait pousser des ailes et elle se sentait proche de Jackson, proche de l’aimer à nouveau. Après tout, elle ne l’avait jamais vraiment oublié même si elle avait tenté de le faire dans les bras de pas mal d’amants d’un soir…. Même si elle tentait de l’oublier par ses chasses nombreuses pendant cinq ans, elle n’avait pas su l’oublier. Comme elle n’oubliait jamais le visage de son ange qu’elle avait abandonné. Dans les bras de Jackson, elle se voyait un avenir radieux autour de lui mais aussi autour de sa petite puce….

    Lorsqu’elle s’était endormie, pour la première fois, elle avait réussi à ne pas cauchemarder mais bien à rêver, à rêver de cette vie qui lui faisait tellement envie depuis qu’elle avait failli mourir. Elle rêva de cette vie de famille qu’elle n’avait jamais pu donner à sa petite fille ni à cet homme qu’elle avait tant aimé en si peu de temps. Une vie dont elle n’aurait jamais rêvé, elle-même. La belle Grace était loin de s’imaginer mère de famille et mariée à un jeune homme il y a six ans. Ni même cinq ans quand elle avait rencontré ce beau GI même après avoir ressenti autant de sentiments envers lui, même après avoir mis au monde la belle petite fille qu’elle avait porté pendant neuf mois…. Elle n’avait jamais pensé être capable de vivre comme tout le monde et d’avoir une vie de famille, elle n’avait jamais appris à vivre comme cela. Même lorsqu’elle avait abandonné la chasse à la mort de son père, elle avait continué à aller de ville en ville sans s’arrêter et sans se fixer…. Alors, penser qu’à présent, elle rêvait d’une vie de famille autour des deux personnes les plus importantes pour la belle blonde, c’était presque impensable. Et pourtant, c’était bien de cela qu’elle rêvait lorsqu’elle entendit de loin la voix de son prince charmant la réveiller….

    La belle blonde sentit la main de son amant parcourir le long de son dos, une caresse douce comme il l’avait déjà fait quelques heures avant…. Un large sourire naquit sur les lèvres de la chasseuse lorsqu’elle se rendit compte qu’elle était dans les bras de Jackson. Elle revint à la réalité et doucement, se releva pour faire un baiser à Jackson. Le regardant dans les yeux, elle ne voulait plus parler, juste le regarder éternellement et rester dans ses bras pour toujours. Mais, comme il le disait, il était temps de se réveiller mais surtout il devait certainement se rendre au boulot….


    « Rha ! Je pensais pas rester aussi longtemps quand je suis venue ce matin ! »

    Se relevant légèrement, elle était à la hauteur de Jackson, elle l’embrassa de nouveau sur la bouche avant d’arriver à son oreille. Elle était constamment en train de sourire depuis qu’elle s’était réveillée….

    « Je pense qu’il est temps que je m’en aille ! Tu dois sûrement aller au boulot ou t’occuper de Jude à cette heure-ci ! »

    Se relevant délicatement, elle n’enroula pas la couverture autour d’elle, et elle se dirigea – nue – vers la salle de bain tout en ramassant ses vêtements qui trainait un peu partout dans la chambre de Jackson… . Elle en ressortit un quart d’heure plus tard, sans chemisier, ils l’avaient laissé dans le salon….

    « Je pense qu’il me manque quelque chose ! Je vais le chercher et puis je m’en vais ! Je te laisse aller au boulot ! Mais, je veux te revoir, je ne ferais plus l’erreur de te laisser partir ! »

    Elle lui fit un clin d’œil avant de s’approcher de lui pour lui poser un dernier baiser sur les lèvres. Un doux et long baiser avant de prendre la porte de la chambre, de descendre, de remettre son chemisier et de prendre la route vers chez elle, des rêves plein la tête….



FIN
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: [Intrigue N° 1] « There Were Ghosts In Your Eyes; Ghosts Of All The Dreams You Sent Away … » {PV Grace]   Aujourd'hui à 15:01

Revenir en haut Aller en bas
 

[Intrigue N° 1] « There Were Ghosts In Your Eyes; Ghosts Of All The Dreams You Sent Away … » {PV Grace]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Comment baser une intrigue...
» [Blu-Ray] Ghosts of Mars (Import US)
» Adrien Goetz : "Intrigue à l'anglaise" et autres livres
» Question qui m'intrigue...
» [collection] L'Intrigue (Gutenberg)
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SYMPATHY FOR THE DEVIL ◈ BEDTIMES STORIES :: SAY GOODBYE TO THE WORLD :: archives :: RPG :: SFTD 1 - Les archives :: Ellington ; Missouri :: Hébergements et habitations :: Le quartier résidentiel :: Maison des Miller-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit