And I Want You To Know That I Loved You Most And It Breaks My Heart To See You Go ... {PV Lou



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Facebook  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 And I Want You To Know That I Loved You Most And It Breaks My Heart To See You Go ... {PV Lou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Phoenix H. Lawrence


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Twix
✾ MA CÉLÉBRITÉ : DiannaSexyAgron
✾ MES CRÉDITS : Me, I & Myself
✾ MON MOI² : None
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 22/07/2009
✾ MES MESSAGES : 470

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 printemps
✾ STATUT SOCIAL : Mère célibataire
✾ SON EMPLOI : Stripteaseuse


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: And I Want You To Know That I Loved You Most And It Breaks My Heart To See You Go ... {PV Lou   Dim 13 Sep - 6:01



Les sentiments nobles, poussés à l'absolu
Produisent des résultats semblables
A ceux des plus grands vices …


Honoré de Balzac


    Une semaine … Une semaine que sa tête de mule de cousine évitait de le croiser. D’accord, elle n’était pas obligée par quel que contrat que ce soit de passer son temps avec lui, accrocher à ses basques, pendue à son cou, mais tout de même … Tout de même, passer de beaucoup à rien du tout, ça faisait bizarre. Habituellement, le jeune homme la voyait une fois par jour, et si ce n’était pas lui qui venait à elle, c’était elle qui venait à lui. Encore mieux que Lagardère cette fille ! Lou’ était Lou’, il n’y avait rien à redire là-dessus, et parmi tous les traits de caractère qu’elle possédait, il y en avait un tenace, toujours là, il y en avait un qui, pour ne pas se voiler la face, le faisait franchement chier ! Elle était têtue, bornée et lui l’était aussi, que voulez vous ?! Alors, bien sûr, les choses étaient loin de pouvoir aller mieux si tous les deux restaient sur leurs positions ! Alors que parfois, il semblait la comprendre d’un simple regard, qu’il savait déjà qu’elle allait lui commander une glace vanille-caramel-noix de pécan, sa préférée alors même qu’elle n’en était rendue qu’à pousser la porte du Big Gerson’s, qu’il savait lorsqu’elle allait mal et qu’elle refusait, bornée comme elle l’était, de le lui avouer, d’autres fois, en revanche, c’était comme s’il ne la connaissait pas, comme si elle débarquait d’une autre planète et qu’elle n’avait même pas encore fait son entrée dans sa vie. Il détestait ces moments là, parce qu’il avait l’impression de perdre sa cousine, et il avait besoin d’elle pour se raccrocher encore plus à la vie. Elle savait tant de choses sur lui, il savait tant de choses sur elle lui aussi, mais … Il était sûr que tous les deux avaient leurs secrets, plus ou moins petits, plus ou moins importants, y compris pour l’autre. Il avait sans cesse voulu la préserver de toutes ces choses qui ne tournaient pas toujours rond dans sa tête à lui, parce que c’était laid, horrible, parce qu’il souffrait trop à la simple idée d’en parler à quelqu’un. Les gens ne pouvaient pas comprendre, ils ne comprenaient d’ailleurs pas, ce que c’était de voir l’Enfer, ce que c’était de se trouver au cœur d’une guerre qui nous dépassait. Ils ne comprenaient pas toujours, d’ailleurs, pourquoi le jeune homme avait voulu s’engager. On ne choisit pas toujours ce que le destin nous réserve, pour ne pas dire jamais d’ailleurs. Il avait pris cette décision sur un coup de tête et même encore aujourd’hui, le regrettait pas d’avoir agi de la sorte. Après tout, c’était ce qui faisait un peu de l’homme qu’il était à l’heure actuelle. S’il n’avait pas été GI’s, jamais il ne se serait rendu lors de cette fameuse permission dans ce petit bourg perdu au milieu de nulle part qu’était Ellington, jamais il n’aurait rencontré Grace, jamais tous les deux n’auraient passé la nuit ensemble, et Jude ne serait pas là. Et puis … Il avait enfin compris qu’il n’y était pour rien, qu’il n’avait rien fait de mal pour mériter d’avoir la vie qu’il avait. C’était … C’était juste comme ça, et puis c’était tout … Alors, pour que ce comme ça n’envahisse pas encore et toujours sa vie, pour qu’il puisse encore respirer, il avait besoin de ses proches, de Maëlys, de Jude, de Lou, de Lou surtout …

    Une semaine … Une semaine que sa tête de mule de cousine évitait de le croiser. Pourquoi ? … Pour pas grand-chose en plus, pour un homme ! Tous les deux avaient rarement de violents désaccords, mais ils en avaient, et, très souvent, au sujet des hommes que Louisa fréquentait. Depuis qu’ils vivaient l’un près de l’autre, aucun de ces hommes n’avaient pu trouver grâce aux yeux du jeune homme. Pourquoi ? Parce que de son avis personnel, aucun d’eux ne méritait d’aimer sa cousine, aucun d’eux ne méritait l’amour de sa cousine. Elle était plus jeune que lui, pas réellement comme une petite sœur, quoi que si, finalement si. Il ne savait pas, bien sûr, qu’elle était pleinement capable de se protéger parce qu’elle était chasseuse, puisqu’il s’agissait justement là de l’une des choses qu’elle lui avait toujours dissimulé à son sujet. Il ne savait pas non plus qu’elle était tout autant capable que lui de manier l’arme qu’il avait toujours à portée de main. Alors, il s’était mis en tête, depuis toujours, de la protéger, de tout et de rien, du vent, des hommes, de la vie … Il était son cousin, sa seule famille. Enfin non, mais ça c’était une toute autre histoire. Jackson ne mettait pas son nez dans les affaires de sa cousine sans cesse, il était certes ultra protecteur avec elle, mais pas au poids de fouiner dans sa vie. Ce n’était tout simplement pas lui. Il n’avait donc rien prémédité en venant la voir pour lui parler, il ne savait même plus trop de quoi d’ailleurs. Et, pas le moins du monde, il ne s’était attendu à assister au spectacle qui s’était pourtant déroulé devant ses yeux. Elle embrassait un homme, et là, déjà, rien que ça, ça coince, et pas qu’un peu d’ailleurs. Nan mais pour qui il se prenait celui là ? Louisa était une jeune femme intègre, pas de celle qui saute dans le premier lit venu et se laisse posséder par le premier venu ! Ensuite … Ensuite, il avait vu le visage du fameux homme pas gonflé pour un sou. Et là … Il le connaissait. Certes, Ellington était une petite ville et tout le monde avait tendance à y connaître tout le monde mais depuis quelques temps, il y avait un afflux massif de touristes ou d’il ne savait pas trop quoi en ville. Il était l’un des mieux placés pour le savoir, car son restaurant ne cessait de tourner à plein régime, pas trop dur en même temps lorsque l’on savait qu’il était le seul de la ville ! Cet homme, c’était Sam. Sam Winchester, le frère de Dean. Dean … Alors celui là, c’était bien tout un phénomène ! Non seulement il enchainait presque cul sec les bières comme personne mais en plus, il jouait les Superman des temps modernes, sans trop se fringuer comme le fameux Kryptonien. Dean était aussi un coureur et visiblement … Visiblement, des dires même de Dean, Sam avait tendance à vouloir ressembler à son grand frère. Et, clairement, c’était mauvais signe ! Il ne savait pas grand-chose de lui, à peine moins que ce qu’il ne savait sur Dean, et ce n’était pas réellement aisé pour lui d’accepter d’un presque parfait inconnu fasse plus que bourdonner autour de Lou !

    Bien évidemment, dès le phénomène partit, ou plutôt non, décroché des lèvres de sa cousine, Jackson s’était dirigé vers elle et, clairement, la discussion qui s’en était suivie n’avait pas été des plus cordiales. Depuis, plus rien ! Elle ne venait plus au Big, ne passait plus chez lui … Cazzo, ce que la vie se la jouait dur parfois ! Mais si elle pensait qu’il allait s’arrêter de vivre, de s’alimenter ou tout autre truc tout aussi vital pour elle, et bien, elle se mettait le doigt dans l’œil plus que jusqu’au coude ! Si elle pensait qu’il allait revenir vers elle, tête basse et tout honteux et qu’il allait s’excuser, elle se méprenait plus que de raison ! Non mais après tout, c’était bien à elle de s’excuser pour l’avoir si violemment rejeté, nan ? C’était elle qui avait tord, pas lui, n’est ce pas ? Il voulait seulement la protéger, mais aussi, surtout la garder pour lui tout seul, ce que, bien sûr, il refusait d’admettre, ce que, bien sûr, il ne dirait jamais, à personne. Etait ce si affreux et horrible que ça de pouvoir compter sur quelqu’un qui vous défendrait toujours, qui prendrait sans cesse soin de vous ?
    Jude avait été très turbulente aujourd’hui, et le Big n’avait pas besoin de lui, pas plus que de Maëlys, tout le monde semblait quelque peu sur les nerfs, ou un truc dans le genre, puisqu’il y avait plus de commandes à emporter que de conso sur place. Ils étaient donc tous les trois allés se promener au parc. La petite avait couru, encore et encore, et Jackson avait rendu les armes. Quoi ?! La veille, il avait assuré presque en non stop, et il n’avait pas super bien dormi pendant la nuit, il était normal qu’il assure moins que d’habitude dans les courses avec sa fille ! Il fallait voir le petit bout que c’était, une vraie pile électrique ! Maëlys s’était dévouée, et avait continué à se promener avec elle dans les allées, alors que le jeune homme avait décidé de poser ses fesses sur un banc, histoire de se reposer quelque peu, histoire d’enlever quelque chose qui le gênait depuis tout à l’heure de sa chaussure … Une assiette de poupée ! Et bien, on se demande vraiment qui a joué avec les chaussures de son père avant de partir au parc ! Qu’y avait il à faire, à part regarder devant soi et songer ? Rien … Mais même penser, c’était fatiguant ! Et ne pensez pas que Jackson n’était pas un cérébral, au contraire ! Il passait son temps à se poser tout un tas de questions, pas forcément très intelligentes d’ailleurs ! C’était comme la fois où Louisa et lui avaient passé presque toute la nuit attablés à une table du Big’, piochant tous les deux dans les pots de glace à finir qui se perdaient si on ne les mangeait pas, et avaient presque refait le monde, en se demandant, par exemple, quel prix le Joker pouvait bien payer chez le maquilleur pour pouvoir sans cesse être bariolé comme il l’était en permanence, en se demandant aussi comment les glaciers réussissaient à faire de la glace au chewing gum ! C’était pas toujours intelligent, on vous l’a dit ! Vous comprenez pourquoi penser, ça peut se révéler fatiguant ?! Parce que, faîtes confiance à votre subconscient, et il vous mettra de suite en tête toutes ces choses auxquelles vous ne voulez justement pas penser, toutes ces choses que vous voulez fuir à tout prix. C’était si simple d’arranger les choses avec Lou’, il aurait suffit qu’il sorte son portable, qu’il cherche son numéro dans son répertoire et qu’il appuie sur la touche APPEL. Mais c’était trop dur, trop dur de reconnaître qu’elle n’avait peut être pas tord, qu’elle était en droit de fréquenter presque qui elle voulait … Han, la vie est injuste, on vous l’a dit ça ?
    Soudain, il entendit quelqu’un jurer, et ce fut comme s’il avait reçut un électrochoc, en plein dans le dos. C’était elle, pas de doute là-dessus, même les yeux fermés, il aurait pu le dire, d’ailleurs, il ne regardait pas encore dans sa direction ! Oui, quand certains se disaient capables de reconnaître la poitrine de leur femme les yeux fermés, lui aussi était capable de reconnaître des tas de choses. Alors qu’il se retournait, il croisa son regard. Impossible de faire comme s’il n’avait rien vu ni rien entendu et de se barrer, et surtout, ce n’était pas franchement son genre. Hey, c’était connu, il n’avait jamais fuis devant les ennuis, ouais, lui, il les attirait, c’était différent, bien différent. Il se leva, histoire de pas rester assis, l’air de rien, et marcha dans sa direction, puisqu’elle était bien à 20 mètres de lui. Oui, elle avait juré fort mais pourquoi, ça, il n’en savait rien !


    « Tiens … Finalement, t’as peut être pas quitté la ville … »
Revenir en haut Aller en bas
http://in-nomine-mens.bbactif.com
avatar

Louisa Delacroix


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Megalyn
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Zooey Deschanel
✾ MES CRÉDITS : Megalyn & Shiya
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 13/07/2009
✾ MES MESSAGES : 999

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Infirmière


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: And I Want You To Know That I Loved You Most And It Breaks My Heart To See You Go ... {PV Lou   Lun 14 Sep - 4:50

    Lou jeta un regard à son téléphone. Une semaine, c’était assez long pour faire mariner son ‘protecteur’, non ? Ou peut être pas. Il l’avait bien cherché. Elle lui avait dit environ un million de fois qu’elle n’était pas Jude avec vingt ans de plus. Rien n’y avait fait. Il continuait à râler dès qu’elle voyait quelqu’un. Heureusement qu’il ne savait pas que ça durait depuis déjà plusieurs mois avec Sam. Et puis même, il n’avait rien à dire. Sam n’était pas Remy. De toute façon, aucun homme ne trouverait jamais grâce aux yeux de Jack. Si Lou l’écoutait, elle serait nonne ou mariée à un homme qu’il lui aurait choisi. Si elle avait cru en un dieu quelconque, elle l’aurait remercié d’être née en 1985 et pas au Moyen Age .
    La jeune femme s’étala sur son lit, faisant l’étoile de mer. Jack ne savait rien de son état actuel. Sam était le seul à qui elle en avait parlé. Certes, son cousin avait été là la première fois. Il avait été celui qui tenait ses cheveux quand la chimio la rendait malade. Il avait été celui qui lui tenait la main lorsqu’elle s’était réveillée après l’opération.
    Elle était furieuse contre lui, folle de rage même, mais il était sa famille et elle ne pouvait pas le rayer de sa vie comme ça. Surtout pour un fait aussi insignifiant. Jack devrait bien s’habituer à Sam parce qu’elle n’était pas prête de le quitter. Elle-même n’avait rien dit lorsque Grace avait débarqué en ville, se contentant d’une moue réprobatrice. Après tout, elle avait brisé le cœur de Jack et abandonné sa fille. En un sens, Lou savait qu’elle avait eu une bonne raison. Jack non. Néanmoins, elle n’appréciait que moyennement de voir Blondie tourner autour de son cousin et de Jude. Ils seraient effondrés si un démon, ou quelque chose d’approchant ou d’apparenté, tuait Grace.

    La vue du plafond devint rapidement lassante pour la brunette. Elle avait besoin de se changer les idées. Elle n’avait envie de voir personne. Pas même Sam. C’était dire à quel point son humeur était morose. Lou mit les mains sur son visage. La ville était si tristement petite. Avec la chance qu’elle avait, elle était bien foutue de tomber sur Sam. Ou Jack. Seule Haley ne l’aurait pas gênée. Sauf qu’Haley était son alter ego, et qu’elle verrait immédiatement que quelque chose n’allait pas. Et qu’il ne lui faudrait pas plus d’une minute pour lui tirer les vers du nez.
    Quand à rester à l’appartement, ce n’était même pas une option. Il y avait un endroit où personne ne la trouverait. Et où l’unique homme qui y vivait ne lui poserait pas de question. Ce serait plutôt à elle d’en poser. Oui, c’était définitivement une bonne idée. Sauf pour Liam, qui aurait, sans aucun doute, préféré que Lou lui foute la paix. En sachant qu’elle n’en ferait rien. Attrapant la clef de son torturé voisin, elle sortit et tapa doucement à la porte en face de la sienne. Sans grand résultat. Soit il n’était pas là, soit il était tellement ivre qu’il ne l’avait pas entendue frapper. Avec un soupir, elle mit la clef dans la serrure et entra. Comme elle s’y était attendue, il dormait, vautré sur son canapé, une bouteille de whisky presque vide sur le sol.
    Elle n’était ni sa mère ni sa sœur ni sa femme. Elle faisait de son mieux pour l’aider mais s’il ne voulait pas d’aide, elle ne pourrait le forcer à rien. Et surtout à pas à aller en désintox. Etouffant un soupir, elle attrapa une couverture et la posa sur lui. Liam bougea légèrement, sans pour autant se réveiller.

    Retour à la case départ. Elle n’était pas plus avancée. Autant aller faire un tour au parc. Ce serait vraiment de la malchance si elle croisait Sam ou Jack. En même temps, la chance n’était pas ce qui la caractérisait spécialement.
    En plus c’était une belle journée. Il ne faisait pas spécialement chaud, mais le temps était agréable et surtout, surtout, il ne pleuvait pas. En somme, une journée quasi paradisiaque à Ellington quand on n’est pas mourante !
    Lou arriva à l’entrée du parc, pensive. La Nouvelle Orléans lui manquait. Ellington était la première ville où elle se posait vraiment. Et la première ville où elle se disait qu’elle allait mourir. Pour de bon, sans aucune chance de s’en sortir. Mais aussi la première ville où elle se disait qu’elle aurait peut être un avenir après tout ce merdier.
    Tout en étant perdue dans ses pensées, elle regarda l’homme brun qui se laissait tomber plus qu’il ne s’asseyait sur le banc.

    « Putain de merde ! » lâcha t’elle fort peu gracieusement et fort peu discrètement en reconnaissant son cousin. C’était bien sa putain de veine. Et bien sûr, elle avait tellement beuglé qu’il l’avait entendu. Comme probablement la moitié du quartier.

    Bien évidemment, Jackson avait jugé opportun de venir à sa rencontre. Elle aurait pu partir en courant. Il se serait imaginé pouvoir la rattraper. Beaucoup s’étaient laissés abuser par l’apparence frêle et fragile de Lou. A leurs dépens.
    De toute façon, même si elle était en colère contre lui, elle adorait son cousin. Elle ne pourrait jamais lui dire le contraire, et encore moins s’en persuader elle-même.
    Elle le gratifia d'un regard glacial, qui en disait long sur ce qu’elle pensait de lui à cet instant précis. Intérieurement, elle rit. Il se faisait avoir à chaque fois.

    « Faut croire qu’il y a un foutu imbécile dans cette ville dont je ne peux pas me passer. » lâcha t’elle. « Et je ne parle pas de Sam. » rajouta t’elle avec un sourire malicieux.

    Avant de se blottir dans ses bras. Il lui avait manqué cet abruti paternaliste et surprotecteur qui l’étouffait parfois mais qu’elle adorait par-dessus tout. Elle s’écarta de lui, le laissant respirer, avant de le regarder gravement.

    « J’ai quelque chose de très important à te dire. »
    murmura t’elle, sentant soudain le courage lui faire défaut. Comme si c’était le moment. Lou soupira. Il allait devenir fou si elle le faisait mariner. « Je crois que c’est revenu… » marmonna t’elle. Mieux que quiconque, il saurait de quoi elle parlait.

_________________
    VICTOR HUGO DEMAIN DES L'AUBE Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe, ni les voiles au loin descendant vers Harfleur, et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Phoenix H. Lawrence


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Twix
✾ MA CÉLÉBRITÉ : DiannaSexyAgron
✾ MES CRÉDITS : Me, I & Myself
✾ MON MOI² : None
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 22/07/2009
✾ MES MESSAGES : 470

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 printemps
✾ STATUT SOCIAL : Mère célibataire
✾ SON EMPLOI : Stripteaseuse


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: And I Want You To Know That I Loved You Most And It Breaks My Heart To See You Go ... {PV Lou   Mar 15 Sep - 6:55


Les sentiments nobles, poussés à l'absolu
Produisent des résultats semblables
A ceux des plus grands vices …


Honoré de Balzac


    Sans doute le jeune homme était il trop dur avec sa cousine, sans doute ... Sans doute, deux petits mots qui, mine de rien, laissait planer pas mal de doute, deux petits mots derrière lesquels on pouvait fourrer un peu tout et n'importe quoi. Jackson détestait les facilités, il préférait faire compliqué, sans cesse, surtout quand on pouvait faire super simple. Mais dans ce domaine là, il s'employait à utiliser au maximum ces fameux deux mots. Il était borné, têtu, et cela ne datait pas d'hier en réalité. Et puis ... Et puis avec Lou, cela n'avait jamais été pareil qu'avec tous les autres parce qu'elle lui tenait tête cette bourrique ! Parfois, pour ne pas dire souvent, tous les deux s'entêtaient à se contredire l'un l'autre, histoire de faire monter la sauce, histoire de ne juste pas être le premier à s'avouer vaincu et à rendre les armes. C'était assez puéril au final, mais tous les deux avaient besoin de cette petite part d'enfance résurgissant ça et là dans leurs vies pour leur rappeler, sans doute, que hors des murs de leurs logis, la vie pouvait encore avoir quelques petites choses à leur offrir, qu'ils pouvaient encore sourire à la vie sans se dire qu'ils étaient trop décalés par rapport à la réalité du monde pour pouvoir continuer à le faire sans ressentir la moindre honte ni même le moindre remord.
    Sans doute méritait il qu'elle le lâche comme ça, sans doute ... Mais peut être que pas au final. C'est vrai, après tout, il n'avait jamais réagi que pour son bien et, aux dernières nouvelles, il était un cousin plutôt parfait, nan ? Le genre de cousin chez qui vous pouvez venir tambouriner à coups de poing non retenus sur le bois de sa porte d'entrée à toute heure du jour ou de la nuit sans qu'il ne décide de vous laisser dehors ou de vous claquer la porte au nez. Le genre de cousin a toujours savoir ce que vous vouliez manger. Le genre de cousin que vous pouviez aisément titiller sans avoir à craindre de vous recevoir sa main dans la tronche, sans avoir à craindre, si jamais il se trouvait que vous étiez un garçon, de vous retrouver castré pour la vie par ses soins. Au final, les seules anicroches qu'ils avaient, c'était au sujet des garçons, encore et toujours. Le reste du temps, pour tous les autres sujets, cela allait plutôt bien, même si, comme partout, comme toujours, il y avait parfois des hauts et des bas, mais c'est la vie, n'est ce pas ?

    Alors qu'il lui faisait à présent face, après avoir levé son céant du banc, elle lui adressa un regard glacial. Bouh, même en étant habitué, il devait avoué que cela manquait toujours de le faire frissonner. Ne jamais sous estimer votre brunette de cousine, jamais ! Après tout, il l'avait bien cherché, nan ? Il venait vers elle et était presque en train de lui demander pourquoi, sérieusement, elle n'avait pas pris ses clic et ses clac et ne s'était pas barrée sans demander son reste loin d'ici. Ce n'était bien sûr pas ce qu'il fallait comprendre de ses mots, surtout pas d'ailleurs, c'était juste qu'il ne s'y prenait pas toujours très bien. Il était connu pour sa sociabilité, pour son aisance à parler, mais avec certaines personnes, dès que cela touchait d'un peu trop prêt le domaine des sentiments, il se prenait les pieds dans le tapis, et cela n'allait jamais comme il le voulait, les mots qu'il laissait sortir de ses lèvres n'étaient jamais les bons. Jude, Maëlys, Grace aussi, et Lou ... Il se mordit les lèvres, se rendant compte à quel point ses paroles étaient sans nul doute très mal trouvé ... Fallait surtout jamais plaisanter avec la mort, il le savait, il était très bien placé d'ailleurs pour le savoir et, comme un con, lui, paf, il mettait direct les pieds là où il fallait pas !
    La réponse de Lou fut rapide, scinglante, et cela le fit sourire. La voilà sa cousine, là voilà celle qui lui manquait depuis une semaine. Voilà l'explication à ce creux et à ce vide qu'il sentait en lui depuis un peu plus de 7 jours. C'était elle, tout simplement ! Lou savait répondre à toute vitesse, en lui laissant à peine le temps de se réjouir de la réplique qu'il avait lâché, et elle le faisait super bien, avec tact et élégance. Elle était au moins aussi forte que lui à ce petit jeu ! Han, leurs duels ! Ils pouvaient passer des heures à s'envoyer ainsi des piques à la tête, jamais bien méchantes et parfois, même après s'être séparés parce que, sérieux, il était tard, ils s'envoyaient des sms ... Ouais, le foutu imbécile, pas de doute, c'était bien lui ! En revanche, pourquoi se sentait-elle obligée d'évoquer Sam, pourquoi ? Il se renfrogna quelque peu et baissa la tête vers le sol, faisait mine d'avoir vu quelque chose le gênant, shootant dans une pierre qui avait eu le malheur de trainer là. Pourquoi ? Il ne voulait pas qu'une nouvelle dispute éclate parce qu'il aurait tiré une tronche prouvant tout sauf qu'il était fou de joie à l'évocation du nom de l'autre ...

    Lorsqu'il releva la tête, l'ayant au final baissé à peine quelques secondes, il lut sur les lèvres de sa cousine ce petit sourire malicieux. Elle n'avait certainement rien dit au hasard, comme si elle y avait réfléchi avant ... Elle en serait bien capable en plus ! Il leva les yeux au ciel, un sourire en coin, et ouvrit ses bras pour l'y acceuillir en leur creux. Elle aimait bien se blottir contre lui, et lui adorait la sentir tout contre lui, à la place qu'elle méritait, à cette place qu'il voulait toujours la voir occuper. Cela lui avait manqué, toutes ces petites choses qui faisaient qu'elle était elle, Louisa, sa cousine. L'odeur de ses cheveux, la sensation de bienfait que lui procurait le simple fait de sentir son être blotti contre lui ... Lorsqu'elle s'écarta quelque peu, il ne comprit pas de suite ce qu'elle s'apprêtait à faire et continuait à lui sourire pleinement. Mais son coeur manqua de faire un raté lorsqu'elle murmura avoir quelque chose à lui dire. Oh oh, y avait un truc qui clochait sérieux pour qu'elle agisse comme ça, pour qu'elle soupire, pour qu'elle murmure ? Il croisa les bras sur sa poitrine et la regarda.

    « Ok ... Tu me fais un peu peur là ... Vas y, je t'écoute ... »

    Son coeur sembla se stopper, il avala difficilement la salive qu'il avait dans la bouche, il sentit ses poumons se fermer à toute arrivée d'oxygène et ce fut comme s'il se trouvait sous une douche glacée. Oh nan ... Pourquoi la vie était elle ainsi ? Tout allait bien mieux pour eux ces derniers temps, Grace était revenue et, quoi qu'il en dise et quoi qu'il en pense, Lou était souriante et heureuse de la présence de Sam dans sa vie. Et il fallait que le destin s'abatte sur eux ?! C'était dégueulasse ! Ils avaient fait un coup de pute à quelqu'un dans une vie antérieure ou quoi ?! C'était donc revenu ... Il ne doutait pas de sa cousine, mais il voulait à tout prix que ce soit faux, il voulait à tout prix avoir mal compris. Oui, elle avait sûrement voulu dire « je crois que j'ai perdu » ou quelque chose dans le genre !!! Mais nan, c'était bien réel. Il n'y avait qu'à lire dans les yeux de Lou pour tout comprendre, pour savoir à quel point elle avait peur, à quel point elle trouvait ça injuste.

    « Oh Lou ... »

    Il fit un pas vers elle, détruisant la distance qui les séparait et la serra fort contre lui, la serra fort. Il avait été là pour elle lorsqu'elle avait dû subir toute cette merde, parce qu'il était son cousin, parce qu'il se serait détesté toute sa vie d'être resté loin d'elle et totalement hors de ça. Il lui avait tenu la main, tout au long, il avait passé des soirées à lui parler au télèphone, des tas d'autres à être assis sur le sol de chez elle pour parler, encore et encore de tout et de rien mais surtout, surtout pas de ça. Il s'était réveillé des tas de fois après s'être endormi comme un pauvre type sur l'une des chaises de la cuisine qu'il avait ramené dans la chambre de Lou, histoire de veiller sur elle, de l'obliger à s'endormir. C'était pas confortable du tout, mais il s'en foutait bien. Elle était là, lui aussi, il veillait sur son sommeil, c'était l'essentiel. Il était la dernière personne qu'elle voyait en fermant les yeux, la première en les ouvrant. Il avait peur, réellement. Il avait perdu sa mère de cette maladie de coeur ignorée, il avait manqué de perdre Lou, et maintenant ... Cela avait été les pires épreuves de sa vie, mais il s'était montré fort et droit, comme toujours, parce qu'il se devait d'être cette bouée à laquelle se raccrocher, il devait être cet homme vers qui on se tournait et l'on se blotissait, cet homme sur qui on pouvait transférer mentalement tous nos maux, cet homme qui faisait toujours tout pour que cela se passe le mieux possible pour nous, pour que cela ne soit plus aussi dur à porter, parce qu'il était là, parce qu'on était plus seul ...

    « Je te promets que ça va aller ... Je te le promets ... Je suis là ... Je suis là ... »

    S'écartant à son tour quelque peu d'elle, il posa une main sur l'une de joues de la jeune femme et le regarda droit dans les yeux.

    « Quoi qu'il advienne, je serais là, je suis là ... Tu le sais, n'est ce pas ? »
Revenir en haut Aller en bas
http://in-nomine-mens.bbactif.com
avatar

Louisa Delacroix


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Megalyn
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Zooey Deschanel
✾ MES CRÉDITS : Megalyn & Shiya
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 13/07/2009
✾ MES MESSAGES : 999

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Infirmière


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: And I Want You To Know That I Loved You Most And It Breaks My Heart To See You Go ... {PV Lou   Jeu 17 Sep - 7:32

Spoiler:
 

    Lou hocha la tête. Elle avait l’impression d’être une enfant. Jackson était un père après tout, même avec elle. Même si ça lui tapait sur les nerfs la plupart du temps.
    Sauf qu’à cet instant précis, elle aurait vraiment voulu être une enfant, et qu’il soit son père. Que tout ça ne soit qu’un cauchemar et que seuls les mots rassurants de Jackson suffisent à l’apaiser.
    Mais ce n’était pas le cas. Elle n’avait pas voulu pleurer devant lui. Mais lorsqu’elle croisa le regard de son cousin, elle sentit que les larmes coulaient sur ses joues. Depuis plusieurs minutes probablement. Bien avant de croiser les yeux noisette de son rital de cousin.
    Elle était terrorisée. Rien n’était encore certain. Si ça se trouvait, elle n’avait rien, c’était seulement le stress. Mais elle en doutait fortement.
    Elle se blottit à nouveau contre lui, ne sanglotant pas mais les larmes inondant ses joues.

    « J’ai tellement peur. Je ne sais pas si je pourrais recommencer. Même si tu es là, je ne sais pas si je pourrais supporter ça encore une fois… » murmura t’elle.

    Non sans culpabiliser. Pour Sam, elle s’était promis de se battre. Mais face à Jack, qui savait mieux que n’importe qui dans ce bas monde ce qu’elle avait traversé, elle ne s’en sentait plus la force. C’était plus qu’elle ne pouvait supporter.
    Mais elle n’avait pas le droit de baisser les bras, d’abandonner avant d‘avoir même tenté la plus infime chose. Jack ne lui pardonnerait jamais de mourir sans se battre. Si seulement il savait ce qu’elle faisait depuis le jour où elle avait quitté l’orphelinat, près de six ans plus tôt.

    « C’était déjà difficile la première fois… » lâcha t’elle, à deux doigts de vraiment fondre en larmes. Jusqu’à présent, elle s’était efforcée de ne pas y penser. Mais être face à son cousin faisait encore et toujours ressortir les souvenirs de cette période sombre. « Mais je lui ai promis… S’il était là… Et je sais qu’il ne partira pas… »

    Elle s’écarta de lui. Elle ne comprenait pas pourquoi il n’aimait pas Sam, mais visiblement, cette semaine de froid intersidéral ne lui avait pas remis les idées en place. La simple évocation du jeune homme, sans le citer expressément, ne plaisait visiblement pas à Jack. FOUTU MACHO RITAL !

    « Quoi encore ? Va bien falloir que tu te fasses à l’idée que je suis majeure. Universellement et surtout, sexuellement. Tu t’imagines quand même pas que je suis restée vierge jusqu’à ce que je rencontre Sam ? »
    Tout, sauf parler de sa santé. « Tu le connais même pas, alors le juge pas. T’aimais pas Remy, enfin en attendant, c’est moi qui lui ai brisé le cœur. » Si tant que Remy en ait eu un. Lou secoua imperceptiblement la tête. Elle était cruelle. Il en avait un puisqu’il était tombé amoureux d’elle. Il le cachait bien. « Sam est un mec bien, comme je te l’ai déjà dit, je… Tiens beaucoup à lui. »

    Doux euphémisme. La jeune femme déglutit. Si elle avait été censée, elle l’aurait massacré pour avoir libéré Lucifer. Mais elle n’était pas censée. Ni saine d’esprit. Juste terriblement éprise de lui, au point de le défendre contre vents et marais. Et Ouragan Jack. Elle croisa les bras, fixant l’Italien, comme elle l’appelait quand elle était énervée contre lui, avec un air peu amène. Avant de sourire narquoisement.

    « Ne m’oblige pas à te faire du chantage, abruti de rital. »

_________________
    VICTOR HUGO DEMAIN DES L'AUBE Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe, ni les voiles au loin descendant vers Harfleur, et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Phoenix H. Lawrence


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Twix
✾ MA CÉLÉBRITÉ : DiannaSexyAgron
✾ MES CRÉDITS : Me, I & Myself
✾ MON MOI² : None
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 22/07/2009
✾ MES MESSAGES : 470

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 printemps
✾ STATUT SOCIAL : Mère célibataire
✾ SON EMPLOI : Stripteaseuse


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: And I Want You To Know That I Loved You Most And It Breaks My Heart To See You Go ... {PV Lou   Jeu 17 Sep - 23:59


Les sentiments nobles, poussés à l'absolu
Produisent des résultats semblables
A ceux des plus grands vices …


Honoré de Balzac


    Lou était une femme forte et courageuse, il n’y avait aucun doute là-dessus dans l’esprit du jeune homme, il n’y en avait jamais eu pour la simple et bonne raison que le passé de sa cousine n’était guère plus rose bonbon que le sien, et que elle aussi, tout comme lui, malgré tout ce qu’elle avait traversé, malgré les dures épreuves qu’elle avait dû surmonter, elle était encore debout, elle était encore debout et toute prête à emmerder le monde, à prouver à tous qu’elle existait, qu’elle comptait, qu’on ne pouvait pas faire sans elle. Mais toute forte et courageuse qu’elle était, il savait qu’elle avait aussi besoin de se sentir protégée, choyée, bercée comme une enfant. Il était père, il savait comment s’y prendre pour apaiser les crises de larmes et de doute les plus profondes, il avait appris avec le temps, avec les situations, mais il avait au fond ça en lui. Il avait toujours été ainsi si on y réfléchissait bien, c’était une chose innée chez lui, et le temps n’avait jamais rien pu y changer. Sa mère était jeune, très jeune, peu d’années les séparaient au final et puisque son père n’était pas à leurs côtés, il avait vite compris qu’il était le petit homme de sa mère, que cela dépassait le sous entendu basique que l’on pouvait avoir de ces deux petits mots. Sa mère n’avait jamais pu aimer un homme plus fort qu’elle avait aimé Kélian, jamais. Et Jack’ avait été le seul homme à sans cesse rester à ses côtés, le seul qu’elle n’ait pas fait sortir de sa vie, le seul qui soit resté avec elle jusqu’au bout. Elle était sa petite maman … Lorsqu’il était encore un enfant, il n’aimait pas réellement voir tous ces hommes regarder Chiara avec des yeux envieux. Elle avait l’âge d’être séduite et accostée, mais lui, cela ne lui avait jamais plu, jamais. A l’adolescence, cela avait été d’autant plus compliqué à gérer, pour elle comme pour lui. Pour elle, tout simplement parce qu’elle n’aimait pas particulièrement devoir se justifier devant un ado de 15 ans de la vie qu’elle menait, lui qui cessait de prendre des pincettes pour exprimer le dégoût qu’il avait parfois des choix amoureux de sa mère, lui qui y allait direct sans plus se poser de questions. Elle avait 32 ans à l’époque, et était encore bien jolie, toute jeune aussi. Pour lui, parce qu’il se savait désormais capable de flanquer une bonne volée à tout Don Juan tournant trop autour de sa mère, à tout Casanova prêt à aller au-delà de ce que elle, elle voulait, prêt à user de sa force pour la convaincre de se laisser faire. Jack’ n’avait jamais été plus que ça un enfant bagarreur et violent, mais il n’en restait pas moins qu’au fond de lui, il avait un côté violent, emporté, dangereux. Il avait donc vite compris qu’il était parfait dans le rôle du super héros, du protecteur. Il se pliait à l’exercice sans jamais se plaindre, mais en réalité, il n’en prenait qu’un plaisir coupable, savait que se sentir bien alors même que l’on pleurait dans vos bras, que l’on était brisée et blessée n’était pas réellement une chose dont il pouvait être fier. Il n’en restait pas moins qu’il le faisait, sans jamais se le faire demander deux fois, sans nul doute pour oublier le fait que lui n’avait jamais trouvé personne prêt à le serrer dans ses bras et à lui dire que tout irait bien, parce qu’à chaque fois, il se sentait obligé de quitter l’étreinte et de changer de sujet, de recentrer la conversation sur l’autre et non plus sur lui.

    Les larmes ruisselant peu à peu sur le visage de sa cousine lui serrait le cœur, mais aussi l’estomac. Il voulait tellement pouvoir faire que tout aille mieux seulement en le disant mais il en n’en avait jamais été ainsi, et jamais cela n’était possible. Personne n’avait réussi à soigner les gens physiquement par la parole. Il avait tout autant peur qu’elle, ouais, tout autant … Il se souvenait de cette fois où il avait bien manqué de la perdre, et où il avait vomi tout ce qu’il avait dans le ventre, tant il se sentait mal, tant il avait besoin lui aussi de souffrir, comme pour se punir d’être en parfaite santé alors qu’elle se battait encore et encore contre la mort. Il se souvenait de ce matin où elle s’était réveillée, qu’elle lui avait sourit faiblement, autant que ses forces le lui permettaient, alors qu’il n’avait cessé de lui tenir la main, qu’il n’avait pas voulu fermer l’œil de la nuit pour ne rien manquer de son réveil. Il avait des cernes de malade, il était plus pâle que d’habitude lui qui était pourtant légèrement hâlé, et surtout, surtout, il avait les cheveux en tout sens. Gentiment et souriant toujours, elle avait passé une main tremblotante dans son cuir chevelu, et avait cherché à lui mettre un peu d’ordre, elle qui ne cessait jamais réellement de le titiller avec sa coupe de cheveux. N’empêche qu’elle avait moins fait la maligne quand il lui avait montré des photos de lui avec la coupe militaire. Ouais, c’était surtout parce qu’elle le connaissait bien et que sur ce même cliché, il avait un regard qui en disait long si on savait l’interpréter. Il devait d’ailleurs avoir un regard semblable en ce moment, lui qui était terrorisé mais ce devait d’être fort, pour elle. Les gens n’allaient pas toujours être forts pour vous, soyez tout de même forts pour eux dès que vous le pouvez. Il ne cessait à présent de passer doucement une main tendre dans ses cheveux à elle, alors qu’il ne cessait de lui murmurer que tout irait bien, qu’il était là, alors qu’il ne cessait de chercher à la faire taire en lâchant des shuut plein de sens et d’apaisement. Elle n’avait pas besoin de lui dire quoi que ce soit, elle ne devait pas se morfondre et se laisser dire de telles choses. Elle devait juste se taire et le laisser la rassurer.


    « Tu sais que je te laisserais pas me quitter comme ça, ce serait trop facile ! … Je laisserais personne d’autre mourir dans mes bras, perdre quelqu’un alors même qu’on le tient tout contre soi, c’est bien trop dur et ça devrait jamais arriver, encore moins une deuxième fois … Shuut, je suis là, ça va aller … »

    En revanche, il ne put réprimer un sourd grondement dans sa poitrine lorsqu’elle évoqua sans directement le nommé Winchester N°2. Il fallait réellement qu’il le fasse chier jusqu’au bout celui là, même lorsqu’il n’était pas là ! Voilà un truc qui le tuait : un simple mec semblait être capable de les séparer Lou et lui, de provoquer des clashs et des disputes entre eux ! Cazzo ! Louisa capta que ça ne l’enchantait guère et s’écarta de lui, le regardant droit dans les yeux. Il ne fallait pas se le cacher, sa mine s’était quelque peu fermée, ses sourcils étaient tendus comme un arc et il avait une lueur morose dans le regard. Ouais, loin d’être aussi choupinou qu’une seconde avant le Jackson ! Ouais, Lou tentait encore une fois de le convaincre de la laisser vivre librement sa vie sans jouer les cousins castrateurs et encore une fois, il aurait tant aimé qu’elle comprenne qu’il ne demandait que ça, mais il n’était pas prêt à sacrifier son envie de la protéger contre tout sur l’autel d’un coup de foudre éphémère pour un homme qui était loin d’avoir prouvé sa valeur à Jackson. C’est vrai quoi, à chaque fois qu’il venait au Big, il passait son temps à pianoter sur son ordi, encore et encore, à murmurer des choses à son frère et à se taire dès qu’une serveuse s’approchait de la table où Dean et lui étaient installés. En plus, il semblait toujours être en proie à tous les malheurs du monde sur ses épaules ! Il ne faisait que picorer dans son assiette de frites pour combler le tout ! Dean, lui, au moins, il souriait, faisait de l’œillade aux serveuses, mangeait comme deux et savait qu’il y avait autre chose dans la vie qu’un ordinateur ! En fait, il l’aimait bien le Dean parce qu’il profitait de la vie, mais il n’était pas non plus enclin à laisser sa cousine avoir une relation sexuelle avec lui. Oui, mais quand même, selon lui, Dean était bien mieux que Sam, parce que, à part cette tendance un brun exagéré à séduire et aimer tout ce qui portait une jupe et un soutien gorge, ou pas d’ailleurs, bref, Dean était un chic type. Lou avait beau lui dire qu’ils étaient différents, que Sam n’était pas autant joli cœur que son aîné, Jack’ n’en croyait trop rien. Après tout, il avait bien surpris le jeune homme a visité un site peu catholique, bustyasian.com. Nan, il n’avait pas joué les fouineurs, Sam’ était juste allé aux toilettes alors que Dean avait quitté leur table quelques secondes seulement après pour venir commander une nouvelle portion de frites au comptoir. Et Jack’ avait débarrassé une table à proximité et était tombé nez à nez quelques brèves secondes sur la dite page web …

    « Heureusement que t’es plus vierge ma vieille, je veux pas d’une nonne dans ma famille, parce que tu sais que la religion, ça a jamais été mon fort !
    Mais quand même … C’est pas ma faute si tu t’entiches toujours de types qui sont loin de te mériter ! J’y peux rien non plus si je les détectes à vingt kilomètres à la ronde ! …
    Tu tiens beaucoup à lui, ah ouais ? Autant que moi je tiens à toi ? … Pas de la même façon, j’imagine mais … Lou, je te jure, je fais pas ça pour te faire chier ! Il tire toujours la tronche en plus ! »


    Il avait beau tenter d’effacer cette impression de son esprit, cela restait là. Lou’ avait mis tant de conviction à lui avouer tenir à Sam, elle semblait être sincère et cela remuait quelque peu le jeune homme. Mais elle se reprit bien vite, comme pour ne pas lui laisser voir trop longtemps sa petite faiblesse et son moment d’oubli et croisa les bras sur sa poitrine, le fixa avec ce regard qu’il lui connaissait tant, celui qu’elle lui réservait lorsqu’elle était fâchée, avait une dent contre lui et s’apprêtait à faire du quart d’heure suivant un enfer terrestre pour le jeune homme. Et le sourire qui s’en suivit était lui aussi archi connu pour le jeune homme, c’était celui qu’elle utilisait lorsqu’elle lui lançait des piques, lorsqu’elle voulait le pousser dans ses retranchements, lui renvoyer en pleine tronche quelque chose … Ce qu’elle ne manqua d’ailleurs pas de faire !

    « Abruti de rital … Tu sais que ça faisait longtemps que tu me l’avais pas faite celle là ? Tu sais aussi que, malgré tout, tu l’as usé jusqu’à la corde ce gentil petit surnom, tu devrais penser à te renouveler quand même un peu hein !

    Je vais pas t’obliger au chantage, roo … Je laisse ça aux gamins ! Comme si, de toute façon, tu pouvais décider de me tourner le dos pour toujours et à jamais ! Ce serait cruel, injuste, et tu en souffrirais tout autant que moi !
    Et puis, je pourrais moi aussi te mettre au pied du mur … T’as vu la tête que tu tires quand, par hasard, tu croises Grace ? Tu devrais te voir !! »
Revenir en haut Aller en bas
http://in-nomine-mens.bbactif.com
avatar

Louisa Delacroix


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Megalyn
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Zooey Deschanel
✾ MES CRÉDITS : Megalyn & Shiya
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 13/07/2009
✾ MES MESSAGES : 999

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Infirmière


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: And I Want You To Know That I Loved You Most And It Breaks My Heart To See You Go ... {PV Lou   Ven 18 Sep - 12:51

    Lou éclata de rire. Il disait exactement le contraire de ce qu’il pensait. Il aurait adoré qu’aucun homme n’ait jamais posé la main sur elle. Ni même un œil. Alors prétendre qu’il était bien content qu’elle ne soit plus vierge, c’était vraiment la meilleure blague qu’il ait faite depuis un fier moment.
    En revanche, parler de ses ex comme ça était un coup bas. Surtout qu’il ne connaissait que Remy et deux trois sans intérêt notable. Il fallait dire qu’elle n’était jamais restée assez longtemps avec les autres pour avoir le temps de les présenter à son unique famille. Ce qui était visiblement une bonne chose, vu la sale manie de Jack à tenter de les faire fuir les uns après les autres.
    Et puis il faisait CHIER à la fin, elle couchait avec qui elle voulait d’abord.

    « Tu détectes rien, tu me casses les ovaires. A croire que tu remplaces le sexe par ça ! C’est malsain ! »

    Le sourire narquois de Lou s’était effacé de son visage. Elle était à présent franchement en colère, comme une semaine plus tôt. L’explication était plus musclée qu’elle ne l’avait imaginée. La jeune femme mit les mains sur ses hanches et fixa Jackson.

    « Sam ne m’a pas fait un enfant dans le dos que je sache. Il ne m’a pas laissé un bébé sur les bras, sans la moindre preuve que c’était mon enfant. J’ai des raisons VALABLES de ne pas aimer Grace, la seule qui fait que tu n’aimes pas Sam est qu’il ‘tire la tronche’. Peut être que si t’étais pas comme ça avec lui, il se dériderait. Parce que je peux t’assurer qu’il a un sourire magnifique ! »

    Elle lui tapota le torse de l’index.

    « Ne t’imagine surtout pas que je suis pas capable de partir et de ne jamais revenir. Tu serais surpris de voir à quel point je peux avoir une absence de cœur.
    J’en ai ras le bol que tu juges sans arrêt mes petits copains. J’ai jamais rien dit pour Remy parce qu’il te fermait ta grande gueule d’Italien en deux claquements de doigts.
    Mais Sam… »
    Elle fit une pause. Sam n’était pas faible, il était torturé, et dévoré par le remords et la culpabilité. Le genre de choses qu’elle ne pouvait pas dire à son cousin. « Sam compte bien plus que Remy et je ne laisserais quiconque, encore moins TOI, lui faire du mal, que ce soit physiquement ou moralement. »

    Lou fixa Jackson. Mais comment en étaient ils arrivés à avoir une conversation pareille ? Et surtout, surtout, comment ça avait pu autant déraper juste parce que Lou était enfin réellement amoureuse. Ne pouvait il pas, au moins une fois dans leurs putains de vie, se réjouir pour elle au lieu de lui gâcher l’existence ?

    « Et puis merde ! »

    Pestant contre son cousin, encore plus en colère qu’une semaine auparavant, Louisa tourna sèchement les talons et se dirigea… Elle n’en savait rien, en tous cas, ce n’était pas la sortie du parc. Peu important, au final. Du moment qu’elle s’éloignait de son cousin. Vu que sa seule envie était de proprement lui refaire le portrait, à cet imbécile arrogant…

_________________
    VICTOR HUGO DEMAIN DES L'AUBE Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe, ni les voiles au loin descendant vers Harfleur, et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Phoenix H. Lawrence


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Twix
✾ MA CÉLÉBRITÉ : DiannaSexyAgron
✾ MES CRÉDITS : Me, I & Myself
✾ MON MOI² : None
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 22/07/2009
✾ MES MESSAGES : 470

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 printemps
✾ STATUT SOCIAL : Mère célibataire
✾ SON EMPLOI : Stripteaseuse


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: And I Want You To Know That I Loved You Most And It Breaks My Heart To See You Go ... {PV Lou   Sam 19 Sep - 23:21



Les sentiments nobles, poussés à l'absolu
Produisent des résultats semblables
A ceux des plus grands vices …


Honoré de Balzac


    Visiblement, encore une fois, il venait de merder et en beauté ! Après l’attaque, basse, consistant à lui dire qu’il la faisait chier et que c’était franchement nul de sa part, Lou’ se mit à réagir à ce qu’il venait de dire. Sans savoir exactement pourquoi et comment, le jeune homme avait amené Grace dans la conversation, ou plutôt non, il avait amené le sujet Grace dans la conversation, et cela suffit à Lou’ pour que celle-ci s’enflamme et se décharge de son raz le bol, de sa mauvaise humeur ou de quoi que ce soit d’autre. Et elle ne faisait pas dans la dentelle la cousine, ça nan ! Elle taillait elle taillait ! D’abord, elle avait un peu raison. Oui, Grace était revenue dans sa vie en lui amenant leur fille, alors qu’il ne savait même pas qu’il avait une fille, alors qu’il ne savait même pas qu’il était père. Mais après tout, comment aurait il pu en être autrement ? Le jeune homme était retourné au combat après sa permission et vous pensez bien qu’il n’avait pas dû tout penser à l’hypothèse que cette seule et unique nuit avec Grace pouvait avoir créé en cette dernière la vie, avoir fusionné une partie de lui avec une partie d’elle. Il se devait de rester concentrer sur ce qui importait vraiment, à savoir comment survivre et se sortir de ce merdier sans nom ! C’était loin d’être évident, alors, au moindre faux pas, à la moindre distraction, vous pouviez dire adieu au monde et bonjour à l’au-delà ! Lou’ se laissait elle emporter par sa fureur ou pensait elle réellement chacune de ses paroles ? Jack’ ne savait pas trop quoi en penser … Quoi ?! Elle sous entendait qu’il était possible que Jude ne soit pas sa fille ? A bien y penser, jamais le jeune homme ne s’était posé cette question. Pour lui, c’était évident, Jude était sa fille. Grace le lui avait dit, il l’avait lu dans ses yeux et puis, il avait surtout compris qu’elle se sentait horrible de lui faire ça, alors même qu’il était plus que blessé, alors même qu’il était moralement cassé, alors même que sa vie n’était encore qu’un vaste chantier, qu’une vaste zone de combat, qu’il était physiquement là mais encore mentalement là bas. Et les visites médicales, obligatoires lors des premiers mois de l’enfant le lui avaient confirmé. Et en grandissant, il était clair pour tous qu’elle était sa fille. Ils avaient des trais communs, pas tous bien sûr, mais tout de même. Jude était légèrement hâlée tout comme lui l’était, en moindre importance cependant, elle avait les cheveux aussi foncés que lui, et un petit nez tout mignon, comme le sien ...

    « T’as pas le droit de dire ça ! Comment tu peux … Comment tu peux être là, face à moi, et sous entendre sans te démonter qu’il est possible que Jude soit pas ma fille ?! Et puis … Un gosse dans le dos ?! Ok, sur le papier, ça y ressemble beaucoup mais dans la réalité, c’est pas du tout ça ! Je dois te rappeler où je me trouvais pendant les 9 mois de grossesse de Grace ? Je dois te le dire ou tu t’en souviens ? Je peux aussi te montrer des preuves physiques, nan ? »

    Il avait tenté de garder son calme, mais c’était pas franchement gagné ! Lou’ avait touché plusieurs points sensibles, et elle ne pouvait pas ne pas le savoir. Jude et le passé de Jack’ … Voilà deux choses dont il fallait parler avec milles précautions lorsqu’on était en présence du jeune homme, et celui-ci était capable de devenir un tout autre homme s’il se trouvait qu’on merdait complètement avec ces sujets là. Il savait que Lou’ avait compris, mais il était tout de même prêt à relever sa manche et à lui montrer, par exemple, cette petite cicatrice légèrement arrondie, trace d’une opération médicale, effectuée par un chirurgien de guerre, sur le terrain, visant à extraire une balle qui était venue se loger dans l’épaule du jeune homme. Il pouvait aussi mener sa cousine chez lui, fouiller le bas de la penderie de l’entrée, en sortir le gros dossier couleur kaki qui y était rangé, son dossier militaire, et en sortir l’une des feuilles rédigées par l’un des psy militaire qu’il avait rencontré juste après son retour du Front. Il avait tout un tas de moyens de rappeler aux bons souvenirs de Lou’ de quoi il en avait retourné pour lui durant tous ces mois, en particulier durant ceux de la grossesse de Grace. Il espérait juste que, comme elle en était coutumière, elle allait le pousser à bout, aller jusqu’au bout dans son attaque et ses sous entendus. Elle lui tapota le torse avec l’index, lui prouvant clairement qu’elle n’en avait pas fini avec lui. Ok, il se calma un peu, histoire que son cœur se calme lui aussi, histoire de pas entendre sans cesse le sang battre à ses tempes. C’était un bruit qu’il n’affectionnait pas, un bruit qui avait été son meilleur ami pendant des mois, lorsqu’il se battait en Afghanistan. Il ne lui répondit rien, simplement parce que s’il lui répondait, quoi que ce soit, n’importe quoi, de ce qui lui venait à l’esprit, ça allait encore plus dérailler que cela ne l’avait déjà fait ! Il ne la suivit même pas lorsqu’elle jura devant son absence de réponse et qu’elle tourna les talons. Quoi, il fallait réellement qu’il fasse quelque chose ? … Ce n’est que lorsqu’il commença à ne plus voir que sa silhouette qu’il se décida à réagir. Levant les yeux au ciel et murmurant quelque chose pour on sait pas qui mais c’est pas grave, il se lança à sa poursuite, oh, pas aussi vite que Flash Gordon, Lou’ ne s’était pas mise à taper un sprint non plus, disons juste qu’il trottina histoire de la rattraper et de la dépasser quelque peu. Tendant le bras, il se saisit de l’un de ceux de Lou’, la forçant à se stopper dans sa progression et au moins à écouter ce qu’il avait à lui dire, à défaut de le regarder.

    « Lou … Cazzo ! J’en reviens pas qu’on en soit rendu à presque se faire la guerre pour un mec ! C’est niveau maternelle, nan ? Et encore, je suis sûr que Jude n’agirait déjà plus comme ça ! On a quel âge ? 3 ans ? On se prend la tête pour un simple mec alors qu’il y a pour le moment des choses plus graves …

    Si ça peut te rassurer, j’ai pas envie de le démolir tu sais. Je vais pas risquer de me bousiller le point pour lui refaire le portrait ! Parce qu’en plus, pour le coup, y a Dean qui me tomberait dessus et merci bien, mais je perdre personne dans la bataille, pas Dean, pas plus toi, encore moins toi d’ailleurs … C’est pas facile pour moi tu sais … J’ai jamais eu un super rapport avec les mecs qui fréquentaient les femmes appartenant à ma vie. Je suis un Italien, que veux tu ?! … Lou’ … Je veux pas prendre le risque de te perdre. T’as besoin de moi, j’ai besoin de toi et je supporterais pas de te voir partir. De te voir m’abandonner, comme eux ont pu m’abandonner … »
Revenir en haut Aller en bas
http://in-nomine-mens.bbactif.com
avatar

Louisa Delacroix


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Megalyn
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Zooey Deschanel
✾ MES CRÉDITS : Megalyn & Shiya
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 13/07/2009
✾ MES MESSAGES : 999

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Infirmière


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: And I Want You To Know That I Loved You Most And It Breaks My Heart To See You Go ... {PV Lou   Lun 21 Sep - 6:25

    Non, ça, il n’avait pas besoin. Ça avait l’une des pires périodes de sa vie. Durant tout le temps où il était sur le front, elle n’avait jamais pu dormir plus de deux ou trois heures d’affilée. Elle sursautait et mourrait littéralement d’angoisse dès que son téléphone sonnait. Alors non, il n’avait pas besoin.
    Cependant, il ne pouvait pas non plus dire que Grace avait fait le maximum pour le tenir au courant de son état. Et lui coller un bébé dans les bras pour ensuite se faire la belle ne jouait pas non plus en sa faveur.
    Quand aux preuves physiques… Non, merci bien, elle l’avait suffisamment de fois imaginé coupé en deux par une grenade ou écrasé par un tank ou n’importe quoi d’autre de pas très ragoûtant.

    Elle s’était déjà quelque peu éloignée lorsqu’elle sentit qu’on la retenait, fermement mais néanmoins avec douceur. Jackson était visiblement décidé à avoir le dernier mot. Juste le jour où elle voulait juste qu’on lui foute une paix royale. Mais non, même ça, c’était encore trop demandé.
    Il l’obligea à lui faire face, et elle obtempéra sans la moindre résistance. A quoi bon, il l’aurait poursuivie jusqu’en Inde. Et le pire, c’est qu’il en était bien capable. Elle était bien trop lasse pour résister ou pour fuir, de toutes les façons.

    « C’est toi qui cherches constamment la merde, Jack, ne t’étonne pas autant que ça parte en sucette à chaque fois. Qu’on ait l’âge de ta fille ou dépassé vingt ans ne change rien.
    Et ne viens pas me sortir l’excuse de l’Italien après m’avoir soutenu que tu n’étais pas le cliché du rital macho, c’est un peu trop facile ! »


    Lou regarda son cousin. Comme si Dean allait défendre son frère. Elle en aurait volontiers ri si cela n’avait pas été pour une raison aussi grave qu’avoir libéré Lucifer. De toute manière, Dean n’avait toujours été à ses yeux qu’un connard arrogant, comme pas mal de chasseurs, malheureusement. De son point de vue, Sam ne perdait pas grand-chose. Mais elle ne se risquerait jamais à l’exprimer ainsi. Il souffrait bien assez comme ça du comportement de son débile de frère aîné.

    « Effectivement, il vaut mieux pour toi que tu n’en aies pas envie, parce que je suis capable de faire brûler ton précieux restaurant en représailles. » Dire qu’elle était réellement capable de le faire, avec un bon petit cocktail molotov qui ne laisserait que des centres et le squelette de ferraille. « Si tu veux te la jouer mafia, tu sais très bien que t’es mal barré avec moi. »

    Elle lui tourna le dos un bref instant, histoire de reprendre contenance, et une grande inspiration. Elle le fixa à nouveau, ayant, une fois encore, une terrible envie de lui vagir dessus.

    « Laisse moi vivre ma vie, c’est tout ce que je te demande. Et puis arrête de juger et de cataloguer dès la première rencontre. D’autant plus que tu n’as vu Sam dans les meilleures circonstances la première fois, puisque lui ne t’a même pas vu. Tu ne t’en rends même pas compte, mais tu me pourris la vie à chaque fois.
    Si tu ne veux pas que je t’abandonne pour de bon, remets toi en question. »


    Sa voix avait faibli. Elle n’avait pas envie de l’abandonner, et même s’il passait sa vie à critiquer ses petits copains, elle ne partirait pas. Tout d’abord parce que Sam était le dernier. Quoi qu’il se passe, qu’elle meure ou pas, il serait le dernier. Alors Jackson devrait bien s’y faire, sinon dès qu’il verrait sa cousine, elle le pourrirait dans les règles de l’art.

_________________
    VICTOR HUGO DEMAIN DES L'AUBE Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe, ni les voiles au loin descendant vers Harfleur, et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Phoenix H. Lawrence


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Twix
✾ MA CÉLÉBRITÉ : DiannaSexyAgron
✾ MES CRÉDITS : Me, I & Myself
✾ MON MOI² : None
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 22/07/2009
✾ MES MESSAGES : 470

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 printemps
✾ STATUT SOCIAL : Mère célibataire
✾ SON EMPLOI : Stripteaseuse


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: And I Want You To Know That I Loved You Most And It Breaks My Heart To See You Go ... {PV Lou   Sam 26 Sep - 9:57



Les sentiments nobles, poussés à l'absolu
Produisent des résultats semblables
A ceux des plus grands vices …


Honoré de Balzac


    Dans sa vie, Jackson avait connu des hauts, oui, mais il avait surtout sans cesse frôler les bas. Sa vie avait été de loin le contraire de toutes celles que l'on pouvait lire dans les contes de fées. C'était d'ailleurs pour ça qu'il n'avait jamais été un féru des Disney ou des contes pour enfants, qu'il les avait tous toujours rejetés en bloc jusqu'à ce que sa fille arrive dans sa vie, jusqu'à ce qu'il comprenne que ces choses là ne peuvent au fond tenir que du rêve, qu'elles sont là pour nous permettre de nous échapper et de nous sentir plus léger, et non pas pour nous enfoncer et nous rappeler sans cesse qu'on est loin d'avoir la vie qui y était raconté. Il n'avait jamais cessé d'apprendre, il apprenait encore aujourd'hui, à 26 ans, et il savait que demain, que les jours suivants, il apprendrait encore. Parce que personne n'est parfait, parce que personne ne peut tout savoir, personne ... Il avait également appris au côté de Lou, plus qu'il n'aurait pu l'imaginer. Il n'y avait d'ailleurs pas de mot assez fort et puissant pour lui dire combien il lui était reconnaissant pour tout ce qu'elle lui avait enseigné, pour tout ce qu'elle avait fait pour lui, et aussi pour être celle qu'elle était. Le jeune homme avait beau être poli et ne pas vous rentrer dedans à la moindre occasion, il était aussi passé, comme tout le monde, par des moments où il jetait tous ceux qui tentaient de lui parler, de le raisonner. Et Lou' en avait déjà fait les frais, elle en faisait encore les frais d'ailleurs ...

    Il y avait peu de personne sur cette Terre à qui il acceptait de montrer ses faiblesses, auprès de qui il acceptait d'ôter son armure, d'abaisser les murailles qui protégaient son coeur de toute agression éventuelle. Il y avait encore moins de personne dans les bras de qui il acceptait de pleurer, dans le cou de qui il y arrivait à enfouir son nez et à pleurer, encore et encore. Lorsqu'il était revenu du Front, en état de choc, cela avait été très dur pour lui, plus qu'on ne pouvait l'imaginer. Personne ne vivait jamais les choses comme tout le monde, encore plus lorsqu'on passait par de telles épreuves. Pour Jackson, ce choc psycholgique avait eu une manifestation particulière. Physiquement, il était une épave, il avait la jambe en lambeau, il avait bien manqué de finir cloué dans une chaise roulante pour le reste de sa vie. Il avait l'arcade sourcillière complètement éclatée, la lèvre ouverte, bref, il n'était plus qu'un homme brisé. Et mentalement, il n'était plus qu'une épave, une épave qui dérivait, qui ne réagissait plus à rien ni à personne. Il avait donc toutes les raisons de jeter l'éponge, de laisser les larmes de douleur et de désespoir couler sans chercher à les contenir en lui. Mais il ne l'avait pas fait. Il ne l'avait pas fait parce que c'était trop dur, trop dur de laisser le monde le voir si détruit, si brisé, trop dur de laisser voir aux yeux de tous qu'encore une fois, la vie avait réussi à le mettre plus bas que terre, que cette fois ci, elle avait réussi à le broyer aussi physiquement et plus seulement mentalement. Et Jude était arrivée dans sa vie, lui donnant une raison de plus pour ne pas laisser sa douleur s'exprimer. Mais un soir, un soir qu'elle pleurait, qu'il s'était relevé pour la prendre dans ses bras, la bercer, après avoir changé sa couche et lui avoir donné le biberon, et qu'elle ne se calmait pas, il avait craqué. Il n'avait pas su quoi faire, il n'avait pas su quoi faire avec elle, il n'avait pas su quoi faire pour se sentir mieux. Il avait appelé Lou, c'était le premier numéro mémorisé sur son téléphone. Quelques minutes plus tard et elle était là. Sans elle, il ne sait pas ce qu'il aurait fait. Peut être en serait il venu à étouffer Jude pour ne plus entendre ses pleurs déchirants, peut être ... Le fait était qu'elle avait réussi à calmer la petite et à l'endormir, qu'elle était venu le rejoindre sur le canapé et qu'elle l'avait approché d'un geste rapide vers elle, qu'elle l'avait forcé à appuyer sa tête contre elle et qu'il avait pleuré, pleuré ... Ils s'étaient tous les deux réveillés le matin dans la même position, lui lové contre elle, elle les bras passés autour de sa taille. Elle lui avait appris cette nuit là qu'à ses yeux, il ne serait jamais un être faible et pleurnichard ... Elle lui avait montré la force de son amour pour lui. Et aujourd'hui, Jackson sentait qu'il était peu à peu en train de devenir un salop, un connard, un sale Rital machiste et possessif. Et c'était la dernière chose qu'il voulait ...


    « Je cherche pas la merde ! Je ... Je ... Nan, laisses tomber ... »

    Les mots ne voulaient pas franchir ses lèvres, étaient ce sa faute ? Qu'y pouvait il au final ? Il n'allait quand même pas se frapper sur le torse histoire de faire sauter cette boule d'angoisse et de peur qui semblait lui obstruer les poumons, si ?! Et puis, visiblement, Lou avait besoin de reprendre quelque peu pied. Sans doute, comme lui, voulait elle tant lui dire quelque chose et que, tout comme lui, elle n'y parvenait pas. Après tout, ils étaient semblables, nan ? Elle lui tourna le dos et pendant ce bref instant, Jack' se demanda si, au final, elle voulait entendre ce qu'ol avait à lui dire. Après tout, il n'avait aucunement le droit d'agir comme il le faisait ... Après tout, s'il détestait qu'elle s'occupe des affaires qui le concernaient lui mais ne la regardaient pas elle, il devait sûrement en être de même dans le sens inverse, n'est ce pas ? Elle se retourna finalement face à lui et dans son regard, dans un seul de ses regards, il comprit qu'elle prenait soin de ne pas se laisser submerger par ce qu'elle voulait dire. Elle était malheureuse alors ? Il la rendait malheureuse ? A la pensée de cette hypothèse, il comprit qu'il était temps, qu'il était temps de parler, qu'il était temps de mettre sa fierté de côté. Elle lui avait déjà prouvé qu'elle ne le verait jamais comme un homme faible, il y avait donc une chance pour qu'elle le lui prouve à nouveau ...

    « Je ... Chui désolé Lou ...
    Je sais que tu t'en fouts que je sois désolé, parce que ça te fait une belle jambe et que ça change rien à la chose mais ...
    J'ai peur Lou ... J'ai peur de te perdre, peur de voir un autre homme que moi te serrer dans ses bras et te dire que tout ira bien, quoi qu'il t'arrive, et que tu préfères te tourner vers cet homme lorsque tu te sens mal ou que tu as besoin de soutien plutôt que de venir vers moi ... J'ai peur de te voir partir au loin, de te voir m'oublier peu à peu ...
    Les gens partent toujours Lou', ils me quittent toujours, c'est ce que j'ai déduis de la vie ...
    People Always Leave ... »


    Il avait la voix serrée par l'émotion, et parvenait à refouler ses larmes, à faire que sa peine ne s'exprime pas encore totalement physiquement, et c'était un combat de chaque fraction de seconde. Il suffisait d'un seul éclair et tout sortirait, les larmes, la honte, la tristesse. Il savait que ses dernières paroles éveilleraient quelque chose en sa cousine, il le savait parce que c'était les mêmes mots que ceux de sa demi soeur, ceux qu'elle avait écrit sous ce dessin, ce dessin qu'elle avait affiché dans la chambre de son demi frère. Deux feux rouges, avec les visages de leur mère et de Grace à l'intérieur, et un troisième, en bas, orange, avec un visage flou, parce que tôt ou tard, quelqu'un d'autre les abandonnerait ...

    « Si je suis comme ça avec Sam', c'est parce que je sais qu'il n'est pas comme les autres ... J'ai voulu me raisonner, me dire que finalement, il n'était qu'un parmi tous ceux que tu avais pu avoir dans ta vie, mais nan ... Il est différent ... La preuve, tu as jamais réagi avec tant de fureur et de révolte alors même que c'est pas nouveau que je sois qu'un connard Rital ! »
Revenir en haut Aller en bas
http://in-nomine-mens.bbactif.com
avatar

Louisa Delacroix


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Megalyn
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Zooey Deschanel
✾ MES CRÉDITS : Megalyn & Shiya
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 13/07/2009
✾ MES MESSAGES : 999

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Infirmière


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: And I Want You To Know That I Loved You Most And It Breaks My Heart To See You Go ... {PV Lou   Dim 27 Sep - 13:45

    Qu’elle laisse tomber ? Comme si c’était son genre. Comme si elle le pouvait vraiment. Si elle avait dû l’abandonner, elle l’aurait fait il y a bien longtemps. Elle aurait arrêté les frais lorsqu’il était parti en Afghanistan. Ça aurait été tellement plus facile de lui dire qu’elle coupait les ponts, qu’elle ne voulait pas être la personne qui verrait une voiture de l’armée débarquer chez elle pour lui annoncer qu’il avait sauté sur une mine ou quelque chose comme ça. Elle était terrorisée par tout ça, par cette guerre à laquelle elle ne comprenait rien, et encore moins pourquoi son imbécile de cousin et unique famille était allé y foutre son nez dedans. Alors elle n’avait rien dit, acceptant d’être celle à qui l’on donnerait le drapeau et les médailles lors des funérailles, si par malheur il venait par mourir.
    Ce jour avait fini par arriver. Mais ce n’était pas ce à quoi elle s’était attendue. Il était gravement blessé, mais vivant. Elle avait tout laissé tomber et était allée là bas, dans l’aéroport de la base militaire. L’avion était arrivé, déchargeant son funeste équipage. Elle avait honte d’être soulagée que Jackson ne soit pas dans une de ces boîtes. L’avion sanitaire avait suivi. Le premier à sortir avait été un jeune soldat, sur un brancard. Sans jambes. De loin, elle avait cru que c’était son cousin. Mais il était juste derrière. Dans un fauteuil roulant. Plus que l’ombre de lui-même. Les deux hommes étaient les uniques survivants. Ils avaient le même regard, qui avait glacé et la glaçait encore, car il n’avait au fond jamais quitté Jackson : la mort, la culpabilité d’avoir survécu et l’envie d’être eux aussi dans une boite.
    Alors elle avait tout abandonné pour veiller sur lui. Le secouer. Fort heureusement, il était fort et ne s’était pas laissé abattre. Sa jambe s’était remise rapidement, et les pessimistes médecins qui disaient qu’il ne remarchait probablement jamais s’étaient rendus compte de leur erreur. Ça n’avait pas été facile, mais il avait réussi. Et puis Jude était arrivée. Lou n’avait pas vu d’un très bon œil que cette gamine blondinette lui, leur, colle un bébé dans les bras. Sans omettre le fait que ce n’était peut être pas la fille de Jack. En grandissant, sa ressemblance avec lui avait été si frappante que leur moindre doute n’avait plus été possible, malgré les allégations d’une Lou en colère.

    « Tu es injuste ! Tu n’as pas le droit de me dire ça ! »
    répondit elle au bord des larmes. « Je ne suis jamais partie… Au contraire. J’ai toujours essayé d’être là, autant que je le pouvais. Je ne suis jamais partie, et c’est pas demain la veille que je vais le faire ! Même si j’en ai ras le bol de toi, que tu sois trop protecteur, que tu te prennes pour mon père, tu es la seule famille que j’ai jamais eue, je t’aime et je ne partirais pas ! Je ne suis pas le troisième visage du dessin ! »

    Se rapprochant, elle lui colla une bonne gifle, lui jetant au visage qu’il ne l’avait pas volée. Ce qui était vrai. Il se montrait tellement stupide par moments. Souvent, soyons honnêtes.
    Mais elle se calma bien vite. Les paroles de Jackson sur Sam l’avaient refroidie aussi efficacement que l’aurait fait un iceberg. Sam. Elle n’aurait jamais cru dire qu’elle était amoureuse de lui de cette façon. Ni même le dire tout court. Tout était allé si vite. Et pourtant elle était si sûre d’elle. De ce qu’elle ressentait.

    « Je sais, Jack. Et ça me fait peur. Il est tellement différent de Remy. Et des autres. »
    rajouta t’elle en ignorant les potentiels grincements de dents de son cousin. « Je l’aime, Jack. Ça me semble si… Etrange. Comme si je n’avais pas été capable de ça avant de le connaître. Si je devais vivre cents ans, je voudrais les passer avec lui.
    Tu vas devoir t’y faire, et arrêter de le prendre comme tu le fais, Millerini, parce qu’à moins qu’il ne lasse de moins, t’as pas fini de le voir ! »


_________________
    VICTOR HUGO DEMAIN DES L'AUBE Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe, ni les voiles au loin descendant vers Harfleur, et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Phoenix H. Lawrence


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Twix
✾ MA CÉLÉBRITÉ : DiannaSexyAgron
✾ MES CRÉDITS : Me, I & Myself
✾ MON MOI² : None
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 22/07/2009
✾ MES MESSAGES : 470

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 printemps
✾ STATUT SOCIAL : Mère célibataire
✾ SON EMPLOI : Stripteaseuse


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: And I Want You To Know That I Loved You Most And It Breaks My Heart To See You Go ... {PV Lou   Mer 30 Sep - 2:41


Les sentiments nobles, poussés à l'absolu
Produisent des résultats semblables
A ceux des plus grands vices …


Honoré de Balzac


    Brut de décoffrage ? Prompt à la bagarre ? Réagissant au quart de tour ? Maladroit dans ses paroles ? ... Oui, Jackson avait sûrement tous ces défauts, mais on a tous les nôtres, et les siens s'expliquaient tellement bien que plutôt que de nous rassurer, de nous dire qu'au fond, c'était pas un sale con d'Italien qui passait son temps à nous faire chier rien que pour le plaisir, cela nous effrayait plus qu'autre chose. Cazzo, pour reprendre son juron préféré, comment était ce possible qu'il se tienne là, devant vous, debout sur ses deux jambes, des jambes qu'il avait entières, parvenant encore à sourire et à rire, avec une lueur dans les yeux, alors même qu'il avait foutu les pieds dans l'horreur, qu'il avait évolué sur des chemins de terre battue, c'était planqué encore et encore pour sa survie, avait affronté une épreuve qui semblait tout droit sortir des pires histoires, de celles qu'on ne raconte même pas aux enfants parce qu'on se refuse de les laisser faire des cauchemars. Ouais, l'Enfer était tout aussi terrestre que sous terrain. Le jeune homme ne croyait en aucune religion, il était tout ce qu'il y avait de plus athée, mais il en était venu à commencer à croire en tout cela, en cet Enfer dirigé par Lucifer lui même, en ces Enfers où gouverné par le monarque Hadès. On change, on peut vous l'assurer, lorsqu'on passe à côté de la mort, encore et encore. La guerre, ça vous casse un homme plus que tout dans le monde, ça vous le brise chaque seconde un peu plus. On a juste le sentiment que peu à peu, notre humanité disparait, que peu à peu, on devient un animal, on adopte des comportements primaires. On lutte chaque jour un peu plus pour survivre, on devient un loup solitaire, entouré d'une meute mais se sentait toujours éternellement seul. On devient un loup agressif et montrant sans cesse les crocs, sautant à la gorge du premier qui croise notre chemin. On devient un loup charognard, qui se jette sur l'ennemi tombé au sol et le déchiquette sans pitié avec les dents, jusqu'à ce que le pauvre corps cesse d'être secoué de mouvements nerveux incontrôlés. On cesse d'être humain, on devient un autre, complètement un autre ... Certains soldats, une fois rentrés au pays, ne supportent d'ailleurs pas celui qu'ils sont devenus et mettent fin à leurs jours avant même que qui que ce soit n'ai eu le temps de leur tendre une main, pour les raccrocher à la vie et les empêcher de sauter de la falaise. Et personne ne s'en tirait à bon compte, personne, jamais ... Il restait toujours des séquelles, pour les plus chanceux, infimes, mais ces séquelles, quelque que soit leur importance et leur profondeur, vous marqueront à jamais. Elles se rappelleront toujours à vos bons souvenirs, surtout la nuit, une fois que vous êtes seul dans le noir, seul et sans toutes ces personnes qui sont là pour vous depuis le début et qui ont tenu ces lanternes pour que vous ne vous perdiez pas lorsque vous étiez revenu, toutes ces personnes qui avaient fait ça sans jamais se plaindre, sans jamais se lâcher. Et vous ne redeveniez alors qu'un gosse qui a peur du noir et qui craint plus que tout ses propres cauchemars.

    Jackson avait donc des séquelles de son passif de GI's, cela avait laissé des marques, comme une empreinte que rien ne pouvait enlever. C'était comme si tout ce que vous pouviez bien faire ne change rien à ce qui s'était produit, jamais. Mais pour lui, les blessures avaient commencé à s'imprégner dans sa peau comme un tatouage avant de partir au Front, alors qu'il venait de perdre sa mère. Avant, il avait encore foi en la vie et en son avenir, il se disait que c'était bon, qu'il avait assez donné, que la mort lui avait arraché assez de personne comme ça pour qu'elle revienne avec sa faux lui arracher encore quelqu'un de cher à son coeur. Après, il avait compris que la vie ne se lasse jamais, qu'elle se plaint à entretenir les injustices et à faire saigner les coeurs déjà les plus endoloris et sanglants, que c'est ainsi, qu'on y peut rien. Il avait perdu son insouciance, savait que rien de bien ne nous arriverait sans que rien de mal ne s'ensuive derrière. Ce n'était donc jamais le soleil après la pluie, mais bel et bien la pluie après le soleil, c'était une nuance, certes, mais une nuance qu'il se fallait saisir si l'on voulait comprendre le monde, ses tenants et ses aboutissants, si l'on voulait ne pas vivre dans l'erreur. C'était une vérité dure à accepter, mais il se fallait de l'accepter, pour ne pas chuter encore et encore la prochaine fois qu'elle se mettrait en application. Il était devenu un loup sur le Front, et désormais, il était un loup qui tenait à sa meute, une meute qu'il n'hésitait pas à élargir en y incorporant des personnes qu'il jugeait mériter son estime, son affection et sa protection, parce que le deal était là. Tous étaient ses proches, il se devait donc tous de les protéger, de montrer les crocs comme il avait si bien appris à le faire sur le terrain, dès que le moindre danger viendrait les menacer, humain ou matériel. Alors, le souci, c'était qu'il s'y prenait mal, très mal même. Mais avait il jamais su comment il fallait s'y prendre exactement ? C'est vrai, après tout, personne ne lui avait jamais appris, il avait compris de lui même comment faire et, bien sûr, on ne livrait jamais de notices, ni même de manuel d'utilisation. « Aides toi parce que personne ne t'aidera », en gros, c'était ça ... Une fois de plus, il voulait que tout se passe mieux, que tout s'arrange et une fois de plus, il s'y prenait comme un manche ...

    La réaction de Lou' était à la hauteur de la maladresse de Jack' : cinglante, douloureuse, blessante, mais non moins franche, naturelle et compréhensive. Il resta là, sans bouger, continuant de regarder Lou' dans les yeux, un regard chagriné, brisé face à un autre, semblable. « Tu es la seule famille que j’ai jamais eue ! » Comment lui dire que nan ? Comment lui expliquer qu'elle n'était pas seule ? Comment lui dire qu'il savait alors qu'elle même ignorait tout de la vérité ? ... C'était trop dur, trop destructeur et il ne savait déjà pas comment gérer le souci présent, alors, merci bien mais non merci, il ne tenait absolument pas à en amener un autre sur le tapis ... La seule solution qu'il avait, c'était d'expliquer, d'ouvrir son coeur et son âme comme il se l'était toujours refusé à faire jusqu'à là. Bien sûr, il y avait encore tellement en lui, mais sur le moment, c'était comme s'il se sentait nu et mis à jour, comme si à présent, il était sans défenses. Lou' méritait d'aimer et d'être aimée, il le savait, mieux que personne sans doute, mieux qu'elle même qui ne cessait jamais de se sous estimer. Alors, pourquoi cela faisait il si mal d'accepter, de voir qu'elle était sur la voie, qu'elle avait, semble-t-il, trouvée sa récompense ? ... Il avait peur, peur d'être seul, peur de replonger dans les ténèbres de son passé. Lou' avait été là, pour lui, sans cesse, toujours, sans jamais se lasser, pansant ses plaies, réelles et psychologiques les premiers temps, le poussant hors de ses limites pour qu'il se bouge et se batte ... Si elle partait, il craignait tellement que tout s'effondre autour de lui. Bien sûr, il avait Jude et Maëlys, mais ce n'était pas pareil. Plus que tout autre, il avait sans cesse cherché à les protéger, à ne jamais leur laisser voir à quel point tout cela pouvait l'avoir rongé et miné de l'intérieur. A son retour du Front, il n'était plus qu'un pâle reflet de lui même, une bombe à retardement menaçant de sauter à n'importe quel instant. Aujourd'hui, cette bombe avait perdu de sa puissance, mais elle était encore là. Et le détonateur était situé juste à côté du coeur, Lou' en tenait la goupille. Qui pouvait être sûr que cette bombe avait été complètement désamorcée ? ...


    « J'aimerais tellement, Lou', le prendre autrement, je t'assure ... Mais ...
    Mais quoi que je tente de faire, quoi que j'essaie de dire, quoi que je pense, y a toujours cette ... Cette peur en moi qui vient tout faire foirer ! Je suis mort de trouille, autant pour toi que pour moi ! Je sais que je te fais du mal en ... En arrivant pas à accepter, en montrant sans cesse les crocs, et si tu savais comme je me déteste, comme ça me mine et me détruit à petit feu ! »


    Il secoua la tête, désabusé, et regarda le sol, comme pour observer son futur chez lui. Pas de doute, si jamais il y avait bien un Paradis et un Enfer, il finirait six pieds sous terre et se ferait rôtir par les feux de l'Enfer. Soyons sérieux, on ouvre sûrement pas les portes du Paradis à ceux qui ont tué, à ceux qui ont eu du sang sur les mains, à ceux qui ont fait de la vie des leurs un Enfer sur terre. A ceux qui ont échoué ... Il passa une main sur son visage, évacuant les larmes qui avaient roulées sur ses joues, avant de relever les yeux vers Lou', une fois assuré de bien avoir effacé toute trace du petit dégât des eaux lacrimales.

    « Aujourd'hui, tu me dis qu'il y a un risque que ... Que ça recommence pour toi ... Et je veux être là pour toi ! ... Mais maintenant que tu as Sam, je me fais pas d'illusions ... C'est juste que ... Oh, Cazzo Lou', c'est tellement dur !
    Pourquoi c'est comme ça la vie ?! Pourquoi quand on pense que tout est fini, la vie décide de pointer son nez et de venir refoutre la merde dans nos vies ?! Je croyais qu'on avait déjà assez payé comme ça, mais nan, tous les deux, on est sur un siège éjectable ! Tu peux rechuter, je peux à nouveau être appelé là bas, et rien de tout cela ne va prévenir lorsque ça va arriver !
    Alors je suis supposé faire quoi moi ? Te regarder trouver ta lumière dans les yeux d'un autre homme et me contenter de te voir seulement quelques instants ? ... Je veux pas que ce soit quitte ou double, mais y a quelque chose qui me dit que la vie hésiterait pas à nous obliger à jouer au Poker ! »
Revenir en haut Aller en bas
http://in-nomine-mens.bbactif.com
avatar

Louisa Delacroix


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Megalyn
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Zooey Deschanel
✾ MES CRÉDITS : Megalyn & Shiya
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 13/07/2009
✾ MES MESSAGES : 999

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Infirmière


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: And I Want You To Know That I Loved You Most And It Breaks My Heart To See You Go ... {PV Lou   Sam 3 Oct - 13:41

    Elle le connaissait si bien. Il pouvait bien prétendre se passer une main sur les yeux par lassitude, énervement ou n’importe quoi d’autre. Si ça lui faisait plaisir de croire qu’elle n’aurait rien vu, elle ferait comme si elle n’avait pas remarqué ses yeux un peu rouges. En même temps, il avait toujours les yeux un peu rouges. Restant du front… Elle n’ignorait rien de tout ça. Elle avait passé des semaines à veiller sur lui comme on veillait un enfant malade. Elle ne pouvait dormir que vingt minutes d’affilée tant elle était terrorisée à l’idée qu’il ne tente de se faire du mal. Elle avait tout abandonné pour Jackson. Non pas qu’elle le regrettait. Au contraire. Elle l’avait connu si peu de temps avant qu’il ne parte là bas. Elle n’avait jamais eu de famille avant. Au début, elle avait cru à une plaisanterie. Un cousin éloigné d’on ne savait où ? Cependant, tout en écoutant la voix de l’homme au téléphone, elle s’était dit que s’il n’était un geek, il avait dû montrer patte blanche pour la trouver. Parce qu’elle avait expressément demandé à ne pas être contactée par un quelconque membre de sa famille. Et puis il avait avoué être militaire. Ce qui avait rendu caduque la demande de Lou.
    Jackson avait négocié avant qu’elle n’accepte enfin de le voir. Il s’était déplacé jusqu’en Louisiane. Contre toute attente, elle l’avait adoré. Et s’était liée avec lui, comme si elle l’avait connu toute sa vie. Souvent, on les avait pris pour un jeune couple. Ils se tenaient la main, Jack la serrait dans ses bras, et Lou se blottissait contre lui.
    Et puis la terrible nouvelle était tombée. Il partait. A la guerre. Avec un risque plus qu’élevé pour qu’il ne revienne jamais. Elle avait accepté d’être celle qui recevrait la mauvaise nouvelle. Et quand il avait été blessé, elle avait veillé sur lui jusqu’à ce qu’il sorte enfin la tête du trou. Puis quand Jude était arrivée, elle l’avait aidé. Il était un père merveilleux, mais ce bébé, après tout ce qu’il avait vécu et alors qu’il n’en était même pas remis, sachant qu’il ne s’en remettrait jamais totalement, ça avait été trop. Nombreuses avaient été les nuits où elle avait dû débarquer en catastrophe chez son cousin et border le bébé vagissant. A présent que Jude avait grandi et que l’eau avait coulé sous les ponts, Jack s’en sortait très bien. Et puis ça n’avait duré que les premiers mois. Néanmoins, elle avait parfois l’impression de s’être toujours comportée comme une mère envers la fillette. Peut être était ce un signe.

    « Rien n’est encore sûr tu sais. J’ai eu une migraine vraiment douloureuse et puis plus rien depuis. Alors parfois je me dis que je m’affole pour rien, et à d’autres moments, je me dis que c’est peut être ça. Et je suis morte de peur. Parce qu’il y a toi, parce qu’il y a Sam… » Elle soupira. Pourquoi tout ne pouvait il pas être simple ? Lou regarda Jack. « Tu auras toujours un place à part dans ma vie et dans mon cœur. Même si je sais que Sam t’apprécie au moins autant que toi tu ne l’aimes, il a compris que je ne te laisserais jamais tomber pour lui. Et il respecte ça, même si je vois souvent dans ses yeux une envie persistante de casser ta petite gueule de rital. » Sûrement aussi parce qu’il savait pertinemment que Lou lui arracherait les yeux.

    La jeune femme s’écarta un bref instant. Elle n’avait pas eu le courage de le dire à Sam pour le moment. Jackson saurait la conseiller. Enfin. Il le fallait. Elle-même était totalement perdue. Elle avait voulu croire que c’était le stress, l’angoisse, etc… Mais le fait était que non. Elle le regarda à nouveau, prenant une grande inspiration avant de parler. « Je ne peux pas être malade. Je ne dois pas. Parce que si c’était le cas, je ne pourrais pas me soigner… » Devant l’air furieux de son cousin, elle leva les deux mains en signe de paix. « Ce n’est pas ce que tu crois. J’ai dit que je ne pourrais pas, pas que je ne voulais pas. » Il avait l’air perdu à présent. La jeune femme déglutit. Il n’allait pas aimer. « Je suis enceinte… »

_________________
    VICTOR HUGO DEMAIN DES L'AUBE Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe, ni les voiles au loin descendant vers Harfleur, et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Phoenix H. Lawrence


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Twix
✾ MA CÉLÉBRITÉ : DiannaSexyAgron
✾ MES CRÉDITS : Me, I & Myself
✾ MON MOI² : None
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 22/07/2009
✾ MES MESSAGES : 470

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 printemps
✾ STATUT SOCIAL : Mère célibataire
✾ SON EMPLOI : Stripteaseuse


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: And I Want You To Know That I Loved You Most And It Breaks My Heart To See You Go ... {PV Lou   Lun 5 Oct - 7:29


Les sentiments nobles, poussés à l'absolu
Produisent des résultats semblables
A ceux des plus grands vices …


Honoré de Balzac


    Lou' n'était sans nul doute pas une femme sur les pieds de qui l'on pouvait aisément marcher, ça non. Et il ne fallait pas s'attendre à ce qu'elle se contente de vous claquer son sac à main archi lourd à la figure, ce n'était pas elle. Elle était capable, le jeune homme ne savait d'ailleurs pas trop comment, de vous later complètement par terre, en deux temps trois mouvements. Pourquoi ne s'était il pas posé plus de questions que cela à ce sujet ? Tout simplement parce qu'il n'était écrit nul part qu'une femme n'avait pas le droit d'apprendre à se défendre par elle même, au lieu de sans cesse attendre le Chevalier Blanc sur son fier destrier tout aussi blanc qui viendrait la sauver, elle, la belle et malheureuse damoiselle en détresse enfermée au dernier étage de cette infâme tour qui s'élevait jusqu'au ciel ... Après tout, elle aussi avait eu une vie pas géniale géniale, il y avait tout un tas de raisons pour lesquelles elle aurait pu apprendre à se défendre et à se battre. Alors, bien évidemment, le fait que, comme lui, elle ai un caractère bien trempé et assez indomptable, surtout quand on savait pas s'y prendre ou qu'on avait deux mains gauches, cela avait toujours provoqué des conversations et des disputes animées entre eux, le plus souvent pour rien, comme pour tout le monde d'ailleurs, le plus souvent pour plaisanter plus que pour chercher à réellement se prendre la tête. Combien de fois lui avait elle balancé un coussin à la tronche lorsqu'elle venait diner chez lui et qu'une fois encore, il venait de lui lancer une gentille petite pique super bien mise en forme et bien sentie aussi ? Combien de fois s'était il vengé d'une de ses plaisanteries en se saisissant d'elle, en la hissant sur ses épaules alors qu'elle tambourinait de toute la force de ses poings son dos, refusant qu'il la mène là où il voulait la mener, c'est à dire dans la salle d'eau, plus précisément dans la douche ?! Jackson n'avait jamais voulu compter toutes ces fois, parce qu'il les adorait, chacune d'entre elle et que, quand on aime, on ne compte pas. Imaginez quand on adore ... Il détestait être dur avec elle, la rembarrer et lui grogner dessus parce que, soyons sérieux, il n'arrivait jamais réellement à lui montrer comme il faut les crocs, il y avait toujours quelque chose qui l'empêchait bien souvent d'être aussi incisif et attaquant avec elle qu'il ne l'était avec les autres, alors même que parfois, il ne fallait pas se cacher qu'elle méritait pareille réaction de sa part.

    Il détestait s'en prendre à elle alors qu'il avait des tas de raisons de la remercier d'être celle qu'elle était, celle qui pouvait rester des nuits auprès de lui, le bordant, caressant doucement ses cheveux alors qu'il s'agitait et gémissait douloureusement dans son sommeil, encore sujet à un cauchemar. Alors, lorsqu'elle avait été si gravement malade, à son tour, il avait pris soin d'elle, sut même la faire sourire alors que tout autour d'elle aurait donné à s'écrouler en larmes sans que personne ne trouve rien à vous reprocher. Il lui avait fait juré de ne jamais, jamais avoir l'audace de partir avant lui. Ouais, il avait faussement mit en avant sa fierté masculine, son envie de gloire et de reconnaissance pour masquer sa peine et son inquiétude, son angoisse et ses larmes intérieures. Et elle s'en était sortie ... Au fond de lui, il espérait secrètement y être pour quelque chose, ne serait ce même qu'un peu ... Il avait eu si peur, tellement, que lorsqu'on lui avait annoncé qu'elle était tirée d'affaire, rien n'avait semblé avoir d'importance à ses yeux. Tout autour de lui aurait bien pu s'écrouler, s'effondrer sur soi même, tant que Lou' et Jude restaient vivantes et debout, belles et fortes malgré tout, alors rien n'avait d'importance, rien ... Mais à nouveau, il sentait grandir en lui cette peur et surtout cette révolte sourde et dévastatrice, comme une onde de choc qui fait exploser tout autour d'elle, et en particulier le verre. Honnêtement, il ne savait pas comment il réagirait si Lou venait à rechuter, si Lou venait cette fois ci à ne pas s'en sortir ... Le supporterait il ? Arriverait il à garder encore la tête droite, à continuer à bomber le torse comme on le lui avait si bien enseigné lorsqu'il avait intégré l'armée ? Parviendrait il encore à trouver du sens à tout cela alors qu'il savait très bien qu'il n'y en avait en réalité aucun ? Et honnêtement, Lou ne le rassurait pas vraiment en lui disant, elle aussi, être morte de peur. Mais il comprenait ... Lorsqu'il voyait le facteur arrivé avec une tête pas possible, que ce dernier sonnait et lui faisait signer un reçu, Jack' ne pouvait pas empêcher certaines réactions spontanées de son corps. Son coeur s'emballait, ses doigts tremblaient un peu, alors qu'il finissait par pousser un soupir soulagé en voyant qu'il ne s'agissait jusque de factures ou de papiers officiels et non pas d'une lettre l'informant qu'il était à nouveau appeler sous les drapeaux. Et lorsqu'elle plongea ses yeux dans les siens, Jack' en fut tout retourné. Sam était le plus intelligent d'eux deux visiblement ... Lui avait comprit que le coeur de Lou' était assez grand pour deux, lui avait compris qu'il avait une place réservée dans le coeur de la jeune femme, une place d'où visiblement Lou' n'était pas prête de le déloger. Sam avait compris, pas lui ... Le jeune homme ne put retenir un petit sourire lorsque Lou' évoque les pulsions de Sam.

    Lorsque Lou s'écarta, il la fixa d'un regard interrogateur, tel un petit louveteau qui ne comprend pas le monde. Du grand et puissant loup prêt à bien des choses pour défendre ceux qui faisaient partie de sa meute, il redevenait un bébé ... Il ne comprenait pas, pas réellement. Pourquoi s'écartait elle de lui, pourquoi lisait il dans ses yeux tant de ... Tant de stresse, d"angoisse, tant de peur, tant de doute ? ... Elle inspira pleinement, avant de le regarder à nouveau. Il crut qu'on venait de lui briser le coeur ... Quoi, elle refusait de se soigner si jamais elle était malade ?! Nan mais elle était barrée ou quoi ?! Plus jamais, plus jamais la laisser sous les néons, jamais, ça devait lui avoir grillé les neurones, un truc dans le genre ! Sans pouvoir vraiment se contrôler, il serra les poids, ses sourcils se froncèrent durement au dessus de ses yeux, son visage perdit toute once de joie et de sourire, alors que ses yeux auraient tout à fait pu devenir noir ténèbres si l'être humain était fait avec un iris adoptant la couleur de la grande émotion qui nous traversait à chaque instant. Mais elle le stoppa dans toute envie de crier, de lui hurler qu'elle était complètement jetée, que de toute façon, elle pouvait bien se mettre le doigt dans l'oeil (ou ailleurs si elle voulait !) parce que jamais il ne la laisserait se comporter avec tant d'irresponsabilité et de stupidité. Elle stoppa aussi vite qu'elle l'avait envoyé faire des tours de chauffe en mode *nan mais ça va pas la tête toi*, en levant simplement les deux mains, comme pour signer dans les airs une certaine forme de paix et d'apaisement. Ouais, sauf que là, pour le coup, elle l'avait perdu ... Ok, là, il suivait carrément plus du tout, du coup, il devait avoir l'air aussi paumé que s'il venait de débarquer sur la Lune ou sur Jupiter, bref, qu'il débarquait ailleurs, loin ... Visiblement, ça la trippait pas mal, sa cousine, de lui faire se taper des ascenseurs émotifs ! Cazzo, il avait heureusement pour lui le coeur bien accroché, sinon, il aurait clamsé il y avait déjà longtemps ! Et là ... Tindin !!!


    « Quoi ? … »

    C'était un Quoi plein de questionnement de stupeur, de doute, de colère, mais aussi, étrangement, de joie et de surprise ... Comme quoi, un mot peut provoquer en vous tant d'émotions que vous vous emmêlez les pédales et que vous en venez à oublier qui vous êtes, ce que vous faîtes et pourquoi vous êtes là !
    Il fallait qu'une émotion prenne le pas sur une autre, forcément. Et contrairement à ce qu'on aurait pourtant pu croire, la première émotion qui parvint à s'extraire de ce mic mac de sensation, ce fut le soulagement !


    « Grazie mile ! … Grazie mile ! »

    Ouais, ça aussi, c'était un de ses trucs, parler Italien lorsque les émotions étaient trop fortes ! Il la remerciait de quoi au juste là, en se rapprochant d'elle et en la serrant contre lui, si fort, tellement fort ? ... Sans aucun doute de la possibilité de ne pas être de nouveau malade, de ne pas menacer de le quitter encore une fois. Il était tellement soulagé, tellement soulagé de savoir qu'il ne s'agissait peut être que des premiers symptômes de sa grossesse au lieu des premiers signes d'une rechute, tellement soulagé de savoir qu'ils n'en étaient pas revenus à la case départ, que c'était pas un genre de Quitte ou Double ... Mais après ... Après, il sentit une colère sourde montée en lui, et il était même fort possible que cela s'entende, comme si on avait mis un tigre rugissant dans le torse de Jack .. ll se recula, la fixa comme s'il s'apprêtait à lui demander l'adresse où créchait Sam, histoire de savoir où aller pour lui refaire le portrait.

    « Il va me le pay … »

    Ce qui l'arrêta ? Le regard de Lou, ces souvenirs d'elle penchée au dessus de lui, lui épongeant le front alors qu'il venait de piquer une sueur en cauchemardant une fois de plus, des souvenirs d'elle riant aux éclats et de lui se promettant de ne jamais laisser quiconque couper court à ce rire, y compris lui même, une musique aussi, une musique surtout ... La musique avait beaucoup bercé sa vie, sans cesse ou presque ... Et sans savoir exactement pourquoi, il entendait dans sa tête la chanson For Blue Skies, de Stray Don't Sleep ... Could I have saved you ?; Would that've betrayed you ?; I wanna burn this film; You alone with those pills; What you couldn't do I will ...
    Il se devait de comprendre, il se devait de l'aider, il se devait enfin de cesser de jouer un homme qu'il était fatigué et usé d'être. Il se devait de replonger dans son passé, pour ce souvenir de l'homme qu'il avait été, de l'homme qui aurait dû être si toute sa vie n'avait pas été faîte d'épreuves et de croche pattes à répétition. Il s'était perdu dans cette vie, et retrouver son chemin ce n'était pas si aisé que ça. Il en était arrivé à une étape qui faisait qu'il avait perdu en route l'homme qu'il était, peu à peu, mais sûrement. Il se devait de se rappeler de cet homme qui était, de cet homme qu'il se devait enfin d'être, signe du triomphe, signe de l'acceptation, de l'acceptation que, quoi qu'il fasse, jamais il ne pourrait gommer de sa vie toutes ces épreuves, toute cette douleur. Il se devait de faire avec, il se devait de ne pas en faire payer les conséquences à ceux qu'il aimait. Il se devait de les tenir au loin de tout cela, de cesser de les englober sans cesse dans tout cela ... For Blue Skies ... Il avala doucement sa salive, alors qu'il abandonna l'idée de rapprocher de nouveau sa cousine de lui pour la serrer dans ses bras, ses mains tremblants trop et Lou n'acceptant sûrement pas alors que quelques secondes plus tôt, il venait de se la jouer mec bipolaire ... Sa gorge était sèche, alors que sa salive ne parvenait paradoxalement pas aussi bien que d'habitude à s'écouler dans sa gorge.


    « Je … Je sais pas réellement quoi te dire, sans doute parce que ... Parce que je sais pas exactement quoi faire pour rester en accord avec moi même et ne pas t'effrayer et te faire me fuir ... C'est ...
    Enceinte ? ... Je ...
    Lou', je te promet, je te jures de faire des efforts avec tout ça, parce que ... Parce que si Sam s'accroche encore à toi alors même que moi je montres les crocs, j'imagine qu'il va pas détaler comme un lapin de si tôt, alors cet enfant va avoir ses deux parents ... Chose que j'ai jamais eu, chose que j'aurais jamais ... Chose que j'ai même pas réussi à donner à ma fille à moi ...
    Laisses moi une chance de te prouver que je suis pas encore totalement irrécupérable ... Per Favore ... »
Revenir en haut Aller en bas
http://in-nomine-mens.bbactif.com
avatar

Louisa Delacroix


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Megalyn
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Zooey Deschanel
✾ MES CRÉDITS : Megalyn & Shiya
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 13/07/2009
✾ MES MESSAGES : 999

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Infirmière


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: And I Want You To Know That I Loved You Most And It Breaks My Heart To See You Go ... {PV Lou   Mer 7 Oct - 6:00

    Lou posa son livre. Elle avait entendu, dans le talkie walkie, le bébé qui gigotait, et qui bientôt ne tarderait pas à vagir et à réveiller son père. Faisant un détour par la cuisine où elle fit réchauffer le biberon, elle se dirigea, à pas feutrés, vers la chambre du bébé. La jeune femme sourit en entendant le nourrisson s’agiter joyeusement dans son lit.

    « Hey poussin, tu devrais dormir profondément… » chuchota t’elle.

    Elle prit le bébé qui, à présent, gigotait franchement. Elle aurait bien dit ‘chuuuut’ mais il était peu probable qu’un bébé de quatre mois y réagisse. Pire, ledit bébé pouvait parfaitement se mettre à pleurer, ce qui aurait réveillé son père. Ce que Lou voulait éviter par-dessous. S’installant dans le rocking chair avec l’espèce de crapaud gigotant, elle lui colla le biberon dans le bec, savourant le calme relatif et ô combien provisoire.
    Pourtant, lorsque l’enfant eut englouti sa ration, contre toute attente, il sembla pris d’un coup de barre monumental. Béni soit le biberon. Lou l’observa, les yeux clos et la bouche entrouverte. Elle redressa l’enfant, posant délicatement son menton sur son épaule. Le bébé finit par s’endormir paisiblement, bientôt imité par Lou, bercée par les balancements du rocking chair…


    Gloups… Jack ne prenait pas tellement bien la nouvelle. Ou peut être bien que si. Si on omettait le fait qu’il avait éventuellement mentionné l’idée de péter les deux genoux de Sam, voire ses bras s’il n’était pas satisfait du résultat, on pouvait dire qu’il digérait bien la chose. Le fait qu’il serre Lou à l’étouffer était un relatif bon signe, également.

    « Mais lâche moi, triple buse, je peux plus respirer, putain ! »
    Il la lâcha enfin, et elle put enfin respirer autrement que comme si elle était en train de se noyer. « Et pourquoi tu me dis merci ? »

    La jeune femme était perplexe à présent. Il avait quasiment changé de couleur, oubliant subitement toute animosité à l’égard de Sam. Qu’est ce qui ne tournait pas rond ? L’armée avait elle donc plus chamboulé son cousin qu’elle ne l’imaginait ? Non, bien sûr que non, elle s’en serait forcément aperçue avant !
    En parlant de Sam… Elle devrait bien lui dire un jour ou l’autre. Mieux vaut tard que jamais, comme dit le proverbe. Encore que même tard n’était pas une option envisageable à ses yeux. Sam allait bien finir par s’en rendre compte. Il n’était ni idiot ni aveugle, et le moins qu’on pouvait dire, c’est qu’il connaissait Lou sous toutes les coutures. Absolument toutes. Peut être même s’était il déjà rendu compte de certains changements de sa silhouette. Changements certes peu flagrants, surtout quand on y prêtait pas attention… Mais le fait était que Sam y prêtait un minimum attention.
    Lou déglutit. Rien que de penser au jour où elle annoncerait la “bonne” nouvelle à “l’heureux” papa lui donnait des sueurs froides et des nausées bien pires que celles qu’elle avait en se réveillant tous les matins depuis quelque temps déjà.

    « Je… » Lou ne savait pas par où commencer. Elle aurait aimé être aussi sûre que lui que Sam ne partirait pas. « Sam… Euh comment dire… Il n’est pas encore au courant… » Elle entendait déjà Jackson hurler à la mort, et bla bla bla. Il était irrécupérable, en effet, mais c’était bien pour ça qu’elle l’aimait autant, son abruti de cousin.

_________________
    VICTOR HUGO DEMAIN DES L'AUBE Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe, ni les voiles au loin descendant vers Harfleur, et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Phoenix H. Lawrence


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Twix
✾ MA CÉLÉBRITÉ : DiannaSexyAgron
✾ MES CRÉDITS : Me, I & Myself
✾ MON MOI² : None
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 22/07/2009
✾ MES MESSAGES : 470

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 printemps
✾ STATUT SOCIAL : Mère célibataire
✾ SON EMPLOI : Stripteaseuse


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: And I Want You To Know That I Loved You Most And It Breaks My Heart To See You Go ... {PV Lou   Sam 10 Oct - 2:42


Les sentiments nobles, poussés à l'absolu
Produisent des résultats semblables
A ceux des plus grands vices …


Honoré de Balzac


    Un bébé ? Nan, pas besoin d'expliquer au jeune homme ce que c'était, merci, il savait ! Il savait d'abord parce qu'il était pas inculte, loin de là, et aussi parce qu'il en avait eu un. Nan, c'était techniquement pas lui qui avait été enceinte, c'était même carrément pas lui d'ailleurs, mais il s'était occupé de cet enfant pendant toute la vie de ce dernier, moins quelques jours durant lesquels Jude avait vécu avec sa mère. En fait, s'il ne cessait de se demander s'il avait bien entendu, alors que, oui, pas de toute possible, sa cousine venait bel et bien lui annoncé qu'elle était enceinte, c'était tout simplement parce que, Cazzo quoi, c'était de Lou qu'on parlait, de Lou qui était pas plus fana que ça des bébés et qui se disait que jamais elle n'en aurait un. Enfin, aux dernières nouvelles, c'était encore la position qu'elle avait adoptée sur ce point ... Ouah, si ça se trouvait, Sam lui avait complètement retourné le cerveau, le lui avait complètement lavé et rincé, et pas à l'eau claire visiblement ! Cazzo, ça voulait réellement dire qu'ils s'étaient pas parlés depuis une plombe, au point qu'il en était venu à même plus être au courant des envies de futur de sa cousine, au point de même plus connaître ses positions sur les grands plans de la vie tels que le mariage, les enfants ou encore l'issue de la cinquième saison de Supernatural ?! Effrayant, flippant, angoissant à mort ! C'était ce à quoi il pensait à se jetant dans les bras de Lou et en la serrant fort contre lui, alors qu'il pensait aussi en même temps à toutes les grandes frayeurs qui étaient nées dans son esprit et qui venaient d'être chassées d'un grand coup par l'annonce de cette énorme nouvelle. Il sentit soudain les poings de Lou battre ses flans, alors qu'elle lui demandait, supra gentiment, de la lâcher, histoire qu'elle puisse respirer. Lou et les jolies façons de demander les choses, surtout lorsqu'il s'agissait de les lui demander à lui ! Il s'écarta, histoire de pas avoir à l'entendre jurer encore plus, parce que tout le monde sait que, nan, c'est pas beau les gros mots dans la bouche d'une fille, même si c'est plus une petite fille la fille ! A sa question, il se contenta tout d'abord d'oser les épaules.

    « Parce que tu vas pas mourir ... Je sais, c'est nul, mais ... Je crois que je préfère te savoir enceinte d'un ... Te savoir enceinte que de savoir que tu viens de replonger dans cette saloperie de maladie. C'était un merci genre "Merci de finalement pas m'abandonner", tu vois ce que je veux dire ? »

    Cazzo, c'était Lou qui était enceinte, pas lui ! C'était Sam le futur Papa, pas lui ! Et pourtant, il se retournait tout autant le ciboulot, voire même plus, que s'il avait été concerné directement par cette grossesse. Certes, il était sans nul doute, avec deux autres personnes, le plus concerné par cette histoire sans être pour autant ni le père ni la mère du futur bout de chou, mais tout de même, il se torturait vachement trop l'esprit ! C'était surtout qu'il ne savait plus ni quoi faire, ni quoi dire, et que c'était très angoissant, très peu pratique aussi. Il avait la sensation d'être revenu plusieurs années en arrière, lorsqu'il devait surveiller le moindre endroit où il mettait ses pieds parce que le sol sur lequel il marchait se trouvait être truffé de mines et de bombes n'ayant pas explosées en temps et en heures ou étant prévues pour, justement, vous exploser à la tronche dès que vous les approchiés. Il était pris entre deux feux, celui d'aller, tout simplement, exploser la tronche de Sam juste parce que ça devait faire un bien fou et que c'était super d'avoir enfin une excellente raison de le faire, et entre celui de rester ici, de faire oui oui sans cesse de la tête pour prouver à Lou qu'on avait bien tout compris à ce qu'elle venait de dire et qu'on était d'accord avec tout. Le fait était qu'il se trouvait plus proche de la première solution, mais que s'il cédait à la tentation, Lou allait lui arracher les yeux et sûrement faire tout ce qui était dans son pouvoir pour qu'une bonne fois pour toutes, il ne puisse plus avoir d'enfants ! Il voyait déjà Sam et Lou, tous les deux, avec leur bébé, et lui, encore une fois, à devoir ronger son frein et se mordre très fort les lèvres pour ne pas lâcher ce qu'il crevait presque pourtant de dire ! C'était super con leur machin, après tout, depuis que Lou et Sam étaient ensemble, Jack' et lui n'avaient pas échangé un seul mot, pas un seul, pas de « bonjour », pas de « au revoir » et encore moins de « salut mon pote, comment tu vas, ça fait une plombe qu'on s'est pas vu ». Nan, entre eux, c'était plutôt genre « règlement de compte à Ellington Coral », avec presque la petite botte de paille qui, ballotée par le vent, traverse la piste sableuse et poussiéreuse, piste sur laquelle, en fantasmant bien, on pouvait presque voir debouts Sam et Jack', un morceau de paille dans le coin de la bouche, les mains flirtant dangereusement avec la crosse de l'arme rangée à leur côté !

    Lorsque Lou lui répondit, ou plutôt nan, commença à bredouiller, comme si elle avait chopé la sale manie de Jack' de jamais finir ses phrases ou de les commencer et de les laisser en plan presque direct, il se disait qu'il voulait tout, sauf qu'elle lui dise nan. Il voulait qu'elle lui donne une chance, même si, au fond de lui, comme titiller par son honneur, il se disait que, cazzo, pourquoi il devrait supplier presque sa cousine de lui donner une seconde chance alors même qu'il avait tous les droits ou presque de faire partie de sa vie quoi qu'elle en pense et quoi qu'elle en dise ! Il était prêt d'elle, pas assez prêt pour sentir leurs épidermes en contact, assez prêt pour tout saisir du murmure qu'elle laissa échapper de ses lèvres. Ce fut comme s'il se prenait un coup de fusil dans l'épaule, et il ressentait soudainement cette même douleur qu'il avait senti autrefois lorsque, effectivement, il s'était pris une balle dans le bras, une balle qui était venue déchirer sa chaire, pas joliment joliment ! Sam savait pas ! Ok !!! Voilà qui était encore plus génial over méga cool de la mort qui tue ! Il pouvait même pas avoir le plaisir de casser la gueule de Sam et que celui ci comprenne tout de ce qui lui tombait sur le nez si jamais Jack' changeait finalement d'avis ! C'était sans doute encore plus génial et euphorisant de casser la tronche d'un mec qui hallucinait totalement en ne comprenant rien de ce qui lui arrivait, mais c'était un plaisir sadique, c'était presque comme péter les deux bras d'un gosse qui ne comprenait rien et ne savait rien de chez rien de la vie ! Faisant brusquement un pas en arrière, alors qu'il sentait un frisson le parcourir de bas en haut, Jackson passa furieusement une main dans ses cheveux courts, comme il le faisait dans les situations de cata'. Mordillant sa lèvre inférieure, il la coinça finalement entre ses dents pour la moitié, et mordit, presque jusqu'au sang. Tout plutôt que de lui dire ce qu'il était presque sur le point de dire. Si Sam n'était pas au courant, cela laissait à Lou tout le loisir de finalement pas décider de garder ce bébé, sans pour autant devoir répondre aux questions de Sam, sans pour autant sentir peser sur elle le regard vengeur et rancunier de celui qui serait alors l'ex futur père. Finalement, il regarda à nouveau sa cousine dans les yeux, tout en fermant les yeux quelques secondes et en poussant un long soupir.


    « Et ? … Je veux dire ... Tu ... Tu as décidé quoi ? ... Tu as décidé quoi au sujet de garder cet enfant ou pas ? T'as décidé quoi au sujet de le dire à Sam ou pas ? ...
    Lou ... Lou ? ... Pourquoi ... Je veux dire ... Pourquoi tu me l'as dis à moi avant de le lui dire à lui ? ... »
Revenir en haut Aller en bas
http://in-nomine-mens.bbactif.com
avatar

Louisa Delacroix


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Megalyn
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Zooey Deschanel
✾ MES CRÉDITS : Megalyn & Shiya
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 13/07/2009
✾ MES MESSAGES : 999

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Infirmière


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: And I Want You To Know That I Loved You Most And It Breaks My Heart To See You Go ... {PV Lou   Dim 18 Oct - 12:48

    « Oui oui, je vois… » Enfin, vite fait quoi. Bien entendu, elle se garda bien de le lui dire. Cela dit, le fait qu’il la préfère enceinte de son ‘meilleur ami’ plutôt que rongée par un cancer ne voulait pas dire qu’il était ravi de la chose. Certes, cet enfant aurait la moitié des gènes des Lou, mais aussi la moitié de ceux de Sam, ce qui, fatalement, n’inspirait pas Jackson. Qu’il aille au diable.
    Bien évidemment, la suite ne lui plut pas des masses. Oh oh. Jack qui reculait comme ça, limite dégoûté, ce n’était pas ce qu’on pouvait appeler un bon signe. Lou croisa les bras sur son ventre, cachant la petite bosse qu’elle sentait sous son t-shirt suffisamment large pour qu’on ne la voie pas. Elle regarda Jackson se mordiller la lèvre presque jusque au sang. Vraiment, mais alors vraiment pas bon signe. Elle déglutit. Comme si elle avait besoin d’une leçon de morale de son cousin qui s’était fait faire un gosse dans le dos et avait dû, en prime, l’élever seul alors qu’il rentrait du front.

    « Ce que j’ai décidé… »
    C’était une bonne question. Une excellente, en vérité. Elle n’y avait pas vraiment réfléchi, pour être honnête. « Je… Oui, bien sûr que je vais le dire à Sam. » Quand, c’était une bonne paire de manches. D’ici peu, il se rendrait compte que le corps de Lou changeait inexorablement. Elle pourrait difficilement rétorquer qu’elle faisait de l’aérophagie. C’était Sam, pas le dernier des crétins. « C’est juste que… Je ne sais pas trop comment lui dire. Je me vois mal faire lui balancer : au fait, je suis enceinte ! »

    Lou se passa les mains dans les cheveux, les rejetant en arrière. En vérité, elle avait terriblement peur de la réaction de Sam. Parce qu’au final, elle le connaissait, certes, mais elle ne savait pas jusqu’où son seuil de tolérance s’étalait. Et le perdre était bien la dernière chose qu’elle désirait.
    Mais il y avait un paramètre non négligeable et dont elle ne pouvait aucunement parler à son cousin : l’Apocalypse et Lucifer qui se baladait quelque part dans le coin. Lou s’y connaissait parfaitement bien en démons. En archanges aussi. Enfin, théoriquement. Après tout, elle avait grandi dans un orphelinat catholique. Les archanges et leur folklore n’étaient, bien sûr, pas au programme du catéchisme. Mais vous n’imaginez pas ce qu’une adolescente fouille merde et intrépide peut trouver dans la bibliothèque dudit orphelinat.

    « Je sais pas. Je mentirai si je disais que je suis incapable de m’occuper d’un bébé. Mais… C’est pas parce que j’ai fait la nounou pour ta fille que je serais forcément une bonne mère. Et puis Sam et moi, on se connaît depuis quelques mois à peine, je crois que c’est un peu rapide… »

    Pourtant, si elle était honnête avec elle-même, elle voulait cet enfant. Cette petite part de Sam qui grandissait lentement en elle. C’était la plus grande aventure de toute sa vie, et sûrement, une folie. Qu’elle devrait peut être assumer seule si Sam choisissait de ne pas rester. Elle savait qu’il serait prêt à assumer ses responsabilités. Mais elle savait également à quel point il pouvait être torturé. Elle savait quelle piètre opinion il avait de lui-même. Et elle savait à quel point tout cela pouvait peser du mauvais côté de la balance.

    « Honnêtement ? J’en sais rien ! Je prévoyais même pas de te le dire avant de ressembler à une baleine. Si je ressemble un jour à une baleine. » s’empressa t’elle de rajouter. « J’imagine que c’est comme toujours avec toi. Je te dis les choses importantes sur un coup de tête ou sous l’effet de la colère. Ou les deux. » Elle secoua la tête. « Je sais que tu n’aimes pas Sam, et je n’essayerai même pas de te forcer à l’apprécier. Mais tu ne le connais pas. Tu ne sais rien de lui, tu ne sais pas ce qu’il a traversé et tu ne sais pas à quel point il souffre. Sam n’est pas Remy, Jack… »

_________________
    VICTOR HUGO DEMAIN DES L'AUBE Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe, ni les voiles au loin descendant vers Harfleur, et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Phoenix H. Lawrence


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Twix
✾ MA CÉLÉBRITÉ : DiannaSexyAgron
✾ MES CRÉDITS : Me, I & Myself
✾ MON MOI² : None
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 22/07/2009
✾ MES MESSAGES : 470

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 printemps
✾ STATUT SOCIAL : Mère célibataire
✾ SON EMPLOI : Stripteaseuse


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: And I Want You To Know That I Loved You Most And It Breaks My Heart To See You Go ... {PV Lou   Mer 21 Oct - 2:52


Les sentiments nobles, poussés à l'absolu
Produisent des résultats semblables
A ceux des plus grands vices …


Honoré de Balzac


    Toute personne censée est amenée au moins une fois dans sa vie à préférer certaines choses à d'autres, même si la chose acceptée la répugne plus que tout. Justement, nan, pas plus que tout ... C'est ainsi. Parfois, on se retrouve à la croisée de chemin, et on se met à emprunter le moins pire des deux, même si, clairement, c'est pas la super joie et le bonheur paradisiaque. Entre s'enfoncer un poignard jusqu'à la garde dans le cœur et s'enfoncer ce même poignard par petits à coups, le retirant chaque fois pour le replanter doucement, sans toute fois se préserver de toute douleur, Jackson préférait la deuxième solution. Comprenez que ça lui faisait un mal de chien de se dire, et encore plus d'avouer à sa cousine, qu'il préférait la savoir enceinte que de nouveau malade. Ouais, ça lui faisait énormément mal au derche, mais cela valait mieux que de se mettre à craindre la fuite du temps, parce qu'il aurait alors été question du temps qu'il restait encore à Lou avant de mourir et de quitter cette Terre. Oui, Lou’ serait malade, sûrement même, dans les prochains mois à venir, mais cela ne durerait pas plus de 9 mois, même moins d’ailleurs puisqu’elle allait obligatoirement accoucher dans moins de 9 mois maintenant. Fallait pas s’appeler Einstein pour savoir faire le calcul, ce qui ne signifiait pas pour autant qu’il fallait déduire de cela que Jackson était un crétin, contrairement à ce que certaines personnes s’obstinaient à penser … Bon, Ok, clairement, là, on pouvait pas vraiment suivre son regard, le principal concerné ne se trouvait pas dans les environs, heureusement pour lui, heureusement pour eux deux d’ailleurs. Lou’ serait malade, elle vomirait sans nul doute plus d’une fois ses tripes, elle jurerait, deviendrait sûrement irascible, ferait tomber ses foudres sur à peu près tout le monde, ne comprenait pas pourquoi tout le monde s’entêterait à vouloir sans cesse l’aider, et même, même peut être arriverait elle à tomber les deux pieds dans la théorie du complot. Bref, elle ne serait pas exactement la super cousine qu’elle était encore quelques semaines auparavant, mais après tout, sans même avoir besoin d’y réfléchir plus que ça, Jack’ se disait que cela ne le changerait pas beaucoup. Il fallait dire que Louisa avait un sacré caractère, qu’elle était loin de se laisser marcher sur les pieds. Et cela tombait bien, ou mal, tout dépendant, comme beaucoup de choses dans la vie, du point de vue que l’on adoptait, car Jackson lui aussi n’était pas réellement le plus paisible et des moins surprenants des jeunes hommes. Alors, immanquablement, ils s’accrochaient souvent, se prenaient le museau et refusaient tous deux de reconnaître que, sérieusement, ils avaient sans nul doute un peu abusé, refusaient également de reconnaître leurs propres tords. L’orgueil et la fierté, que voulez vous, ça vous colle à la peau !

    Il connaissait bien sa cousine, assez pour savoir qu’elle voyait en réalité rapidement ce qu’il venait de dire, assez pour savoir qu’elle avait compris. Oui, Lou’ n’était pas la première des demeurés, elle avait obligatoirement compris que l’hypothèse de les savoir prochainement parents, Sam et elle, était loin de l’enchanter, qu’il n’était pas heureux au point d’en faire des bondes jusqu’au ciel, au point de s’agenouiller par terre et de baiser la terre de ses lèvres, d’hurler Hallelujah dans tout Ellington ou même de soudainement payer les repas de tous les convives qui seraient venus manger dans son resto. Il n’était pas bipolaire, n’était pas non plus le genre de personne à changer d’avis comme de chemise, à faire brusquement volte face et à passer du blanc au noir, brusquement, en une seconde. Son opinion sur Sam ne changeait pas, il n’acceptait pas cette nouvelle, mais en même temps, refusait de rejeter Lou. Il n’était pas non plus un sale con, un sale lâche qui abandonne les gens qu’il aime dès que ceux-ci lui annoncent une nouvelle plus que peu plaisante. Il refusait de perdre Lou, parce qu’elle était l’une des seules personnes qui lui restaient encore. Mais il refusait aussi de feindre toute joie ou tout sentiment harmonieux et heureux qu’il n’aurait en réalité pas éprouvé. Il avait été honnête, sans cesse, et c’était sans nul doute l’une de ses plus belles forces, mais également l’un de ses plus gros défauts. Etre trop honnête, être trop franc, cela ne vous apportait pas sans cesse des bravos et des sourires, loin de là. Nan, le plus souvent, ça faisait surtout tomber sur vous un tas de problèmes, tout sauf enchanteurs et agréables ! Il ne voulait pas que Lou pense qu’il la repoussait en s’écartant de la sorte, mais il fallait avouer qu’il s’agissait surtout là d’un geste incontrôlé, tout autant incontrôlé ou presque que celui qui consista pour lui à se passer nerveusement une main dans les cheveux. Il sentait une boule de stress grossir peu à peu dans sa gorge, sentait que si ça continuait au même rythme, il allait nous faire un malaise et manquer d’oxygène. La situation était déjà bien complexe et ardue avant même que sa cousine ne lui annonce qu’elle était enceinte, alors, bien évidemment, cette annonce était loin de venir en fin de compte simplifier les choses pour Jack’ ! La vie s’était jurée de lui faire la peau ou tombait il juste dans le délire parano ?! Le destin avait décidé de lui foutre encore des béquilles dans les jambes ou tombait il juste trop rapidement dans la théorie du complot ?! En tout cas, sérieux, il avait dû sacrément faire de conneries dans une vie antérieure, ou un truc dans le même style ! Et comme si ça ne suffisait encore pas, il sentait les mots brûler ses lèvres, les questions jaillir dans son cerveau et s’exploser contre sa boîte crânienne ! D’un côté, il voulait lui crier que c’était la pire idée du siècle, voire même du millénaire, que celle de garder le gosse de Winchester. D’un autre, il voulait simplement lui dire que c’était merveilleux, parce que, tout de même, le futur enfant qui s’annonçait était également celui de Lou’, et qu’il l’adorait sa New Orleans ! Quel chantier là dedans, pfioulàlà ! La réponse de Lou vint naturellement, et Jack’ ne pouvait que comprendre, qu’appuyer la logique qui s’imposait finalement assez rapidement.


    « C’est sûr que le lui annoncer comme ça, ce serait te faire honte à toi-même ! T’es tellement astucieuse pour sortir de sacrés trucs et prendre des chemins détournés ! Sauf quand tu me parles à moi, t’es direct et tu cherches même pas à prendre des gants ! A croire qu’avec moi, tu prends même plutôt tes gants de boxe ! »

    Il avait fait de l’humour, peut être, il n’en savait rien, en tout cas, c’était loin d’être voulu, mais au final, loin aussi de venir peser encore un peu plus dans la balance de tous les soucis qui les séparaient déjà tous les deux. Il repensa à Grace, à la manière dont lui avait appris sa paternité, mais se garda de faire le moindre parallèle. Il fallait l’avouer, la tentation de faire des parallèles était sans doute forte, mais les deux situations étaient loin d’être comparables, parce que Sam et Lou étaient tous les deux l’un près de l’autre, et à ce qu’il en avait conclu, Jack’ savait que les deux zigotos avaient passé plus qu’une nuit dans les bras l’un de l’autre. Qui sait, peut être passaient ils carrément des journées entières à se peloter et à …?! Il décida de cesser de penser à ça, rien que le simple fait d’imaginer les mains de Sam sur la joue de Lou le débectait ! Oui, les deux histoires étaient loin d’être comparables, parce que Grace et lui s’étaient séparés dès le soleil levé, lui retournant à sa vie de soldat en permission, elle … Elle, vers quoi elle retourna, il n’en savait rien. Il savait tout de même qu’elle n’avait pas fait de vieux os à Ellington. Il était retourné au Front, avait connu un Enfer pire que tout ce qu’il avait connu jusqu’alors, était rentré plusieurs mois après, dans un état des plus effrayants, et horrifiants. Sam, lui, était encore en bonne santé, du moins, tant que le jeune homme ne s’était pas encore décidé à franchir les demandes pressantes de Lou qui lui interdisait de ne toucher à ne serait ce qu’un seul des cheveux de Sam. Oui, peut être qu’un jour, on retrouverait un Sam avec les deux jambes pétées à plusieurs endroits, et dans l’incapacité totale de désormais pouvoir avoir des gosses et de pouvoir rendre dignement une femme heureuse. A cette pensée, cette fois ci, les lèvres du jeune homme s’étirèrent en un sourire mi sadique, mi amusé. Béni soit le jour où cela finirait pas arriver, ou peut être pas finalement ! Quoi qu’il en était, quand on savait que le jeune homme était l’une des personnes les plus athées qu’il soit, fallait vraiment que ce soit un truc maous costaud qui le fasse bénir à l’avance quelque chose !

    Il retrouva quelque peu le chemin de la Terre, alors qu’il était déjà parti dans ses pensées, lorsque sa cousine lui confia ne pas être réellement sûre de faire une bonne mère. Elle était sans nul doute l’une des jeunes femmes vivant à Ellington qui s’y connaissaient le plus en bébé sans en avoir pourtant jamais eu, sans avoir non plus jamais eu de petite sœur ou de petit frère. Il fallait dire que même si Jackson avait beau assuré un max’ en tant que père, il ne s’appelait pas non plus Superman, ni même Batman. Il n’avait que deux bras et deux mains, comme tout le monde, alors, bien évidemment, il avait déjà dû faire appel à Lou pour que celle-ci l’aide quelque peu, lorsque la situation devenait ingérable. C’était bien beau d’être père, c’était même sans nul doute la plus belle expérience à vivre qui soit au final, mais cela ne faisait pas pour autant de vous un être différent de celui que vous étiez avant. Vous continuez à avoir une vie à côté, à ne pas uniquement vous résumer à être père et point barre ! Comme tout le monde, Jack’ avait besoin de sommeil, comme tout le monde, il avait parfois juste envie d’être au calme, de se poser quelques secondes et de souffler. Et à défaut d’avoir auprès de lui la mère de la petite puce, il avait dû en appeler à sa cousine, Maëlys trouvant toujours le moyen de finir par saturer elle aussi. En plus, sa petite sœur sortait sans cesse ou s’enfermait dans sa chambre pour dessiner, et quand c’était comme ça, elle se coupait totalement du monde qui l’entourait. Vous auriez pu convier le groupe ACDC et les laisser jouer à fond, jamais Lys’ ne serait sortie de son petit monde ! Elle avait beau faire de sacrés chefs d’œuvre, cela ne l’excusait pas totalement ! Non mais, sans blague ! Se rapprochant de Lou’, quelque peu, il prit l’une des mains de sa cousine et se mit à lui caresser les phalanges sous le bout de ses doigts. Il fixait leurs mains, pas les yeux de sa cousine. C’était sans nul doute plus facile pour lui qu’il en soit ainsi.


    « Tu seras une excellente mère Lou, j’en suis sûr … N’en doute jamais …
    C’est … C’est rapide, trop même, pas besoin de t’expliquer que je suis sans nul doute le moins prêt à dire que, nan, pas du tout, que c’est juste la logique des choses … Mais … Je peux te dire que ce sera jamais aussi brutal que ça l’a été pour moi, parce que tu as les moyens de faire que ce soit différent dans ta situation. »


    Il avait tellement eu envie d’ajouter qu’il doutait en revanche des qualités de Sam, du fait de savoir si oui ou non lui serait un bon père. Mais il s’était retenu, sachant pertinemment que, justement, il était plus que très peu pertinent de jeter de l’huile sur le feu déjà bouillant en Lou. Il savait que les femmes enceintes avaient tendance à monter sur leurs grands chemins dès que quelque chose leur déplaisait, dès que quelqu’un osait les mettre sur les nerfs. Il n’avait pas été auprès de Grace lors de sa grossesse, certes, mais il avait été là lorsque sa mère attendait Maëlys, et il se souvenait de l’attitude légèrement à vif de sa mère. Il avait, à l’époque, entre 6 et 7 ans, et c’était un âge dont on pouvait encore se souvenir, même des années après. Lou’ n’était pas quelqu’un avec qui l’on pouvait jouer avec le feu sans s’attendre à un retour de flammes, tout sale jeu de mot mis à part. En tout cas, ce serait mentir de la part du jeune homme que d’avouer qu’il n’avait pas senti ce pincement au cœur à la réponse de Lou. Alors c’était ainsi ? Elle aurait préféré que tous soient au courant plutôt que lui … C’était … Un poil blessant, oui, mais après tout, il se disait aussi qu’il l’avait un peu mérité … Il ne devait peut être pas s’attendre à autre chose finalement, il ne devait pas se faire de faux espoirs. Il y avait une différence entre eux, de taille. Si Lou’, elle, se retenait le plus souvent d’informer son cousin sur les choses importantes dans sa vie lorsqu’elle le pouvait et qu’elle n’en venait à le faire que lorsqu’elle était en colère ou que sur un coup de tête, le jeune homme, lui, disait presque toujours ce qu’il pensait, et à y réfléchir, il blessait sans nul doute plus Lou qu’elle, elle ne pouvait le blesser. Et voilà, en plus, qu’elle se mettait à lui faire la morale et que lui ne bronchait pas, ne se mettait pas à jurer en Italien, comme à son habitude à chaque fois que sa cousine, plus jeune que lui, empruntait le chemin de la moralisation à outrance. Nan, Sam n’était pas Rémy, mais valait mieux que l’autre tâche ? … Lou avait raison, Jackson ne connaissait pas beaucoup Sam, pour ne pas dire pas du tout, mais au fond de lui, il était vrai que le jeune homme ne crevait pas d’envie de connaître plus que cela le cadet des frères Winchester. Non, effectivement, il ne savait rien des choses qu’il avait potentiellement traversé, il ne savait rien de l’importance de la souffrance qu’il pouvait éprouver, mais il était tout à fait possible de retourner la chose. C’est vrai, après tout, Sam non plus ne savait rien de lui. Et Jack’ doutait fort que le Mister et sa cousine passent leur temps à parler de lui lorsqu’ils étaient tous les deux. Et même si cela avait été le cas, Lou’ était à mille lieues de pouvoir tout expliquer de ce qui faisait Jack’. Lui-même était bien incapable d’évaluer avec exactitude l’importance de sa souffrance et des démons qui le bouffaient de l’intérieur. Il refusait d’en parler plus que cela, surtout qu’il ne trouvait pas cela nécessaire, surtout parce que cela impliquerait se replonger tout entier là dedans. Quand on savait que le jeune homme n’avait pas uniquement manqué d’y laisser ses jambes, c’était parfaitement compréhensible.

    « Nan, t’as raison, j’en sais rien … Et je suis pas sûr de vouloir en savoir quoi que ce soit … J’ai déjà assez à faire avec ma souffrance et mes épreuves passées à moi, et je crois bien que je viendrais déjà jamais vraiment à bout des miennes alors …
    Je serais jamais ce cousin dont tu sembles tant rêver, celui qui s’entendra toujours super bien avec tous les hommes qui entrent dans ta vie par la grande porte de l’Amour. Je serais jamais ce cousin relax et cool qui te laisse gambader autant que tu veux avec qui tu veux, tout simplement parce que cela n’a jamais été moi, que ce n’est pas moi et que ce ne sera jamais moi … Pas après ce que j’ai vécu, jamais … Je suis juste … Je suis juste un sale Rital si c’est ce que tu penses, un sale Rital qui veut juste te garder pour lui tout seul parce qu’il a juste le sentiment de jamais avoir pu s’appuyer sur qui que ce soit en se disant que cela durerait à jamais, en étant sûr que jamais on ne viendra lui arracher ses béquilles …
    Je crois pas avoir jamais tenté de masquer ça … Et comme tu es encore auprès de moi, je me disais que ça te convenait … »
Revenir en haut Aller en bas
http://in-nomine-mens.bbactif.com
avatar

Louisa Delacroix


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Megalyn
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Zooey Deschanel
✾ MES CRÉDITS : Megalyn & Shiya
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 13/07/2009
✾ MES MESSAGES : 999

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Infirmière


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: And I Want You To Know That I Loved You Most And It Breaks My Heart To See You Go ... {PV Lou   Dim 25 Oct - 6:12

    Un bébé. La dernière chose à laquelle elle se serait attendue en arrivant ici. En réalité, depuis le début, rien ne s’était passé comme elle s’y attendait. Bien évidemment, elle ne pouvait pas tout dire à Jack. Déjà, parce qu’il la prendrait sûrement pour une folle évadée de l’asile. Et surtout, dans le cas très improbable où il la croirait, il l’obligerait à rester enfermée tout le reste de sa grossesse. Entre cinq et six mois. Que du bonheur. Déjà qu’elle était à peu près sûre qu’il allait tenter de le faire. Et qu’elle était complètement sûre qu’elle ne le laisserait pas.

    « Oh ça va, recommence pas. Sam passe pas sa vie à me taper sur les nerfs, c’est peut être pour ça que je passe pas ma vie à lui beugler dessus. »

    Non, en fait, quand elle le voyait, la seule chose qu’elle était capable de faire était de se blottir contre le jeune homme, voire plus. Il avait cette capacité d’apaisement, que même Jackson n’avait jamais eue sur elle. Dans les bras de Sam, elle avait l’impression que tout ce qui était mauvais n’existait pas. C’était purement utopique, elle en avait douloureusement conscience, mais c’était tellement bon, parfois, de se comporter comme une enfant. Sauf qu’elle n’en était plus une depuis bien trop longtemps.

    « Et si tu te trompais ? Si j’étais la pire mère qui soit ? Te dépanner était une chose, mais le faire à plein temps… » Probablement seule, d’ailleurs, car le contraire aurait été un miracle. « Cet enfant est un accident, ni Sam ni moi n’avions prévu ça, et je ne suis pas persuadée qu’avoir un bébé maintenant soit la meilleure idée qui soit… »

    Into your eyes,
    hopeless and taken.
    We stole our new lives,
    through blood and pain


    Lou regarda son cousin avant lui administrer un bon coup de poing dans le bras. Soit il était particulièrement stupide, soit… Il était particulièrement stupide, c’était un fait. Il était aussi insupportable, parfois intolérant et tellement surprotecteur. Et cet abruti n’avait pas encore compris que même si elle piquait des crises de nerfs terribles à cause de lui, ça ne changerait jamais rien. Il n’était certes pas celui auquel elle aurait pu s’attendre. En fait, elle ne s’était jamais attendue à quoi que ce soit. Il était son cousin à un degré si lointain qu’elle-même n’aurait su le définir. Il ne savait rien d’elle, hormis le fait qu’elle avait grandi dans un orphelinat. Elle aurait pu être une sociopathe qu’il s’en serait moqué. Elle avait pensé au départ qu’il ne voulait que de l’argent. Elle avait rapidement réalisé qu’elle se trompait. Il était gentil et attachant, et il était exactement ce dont elle avait besoin : un garde fou à son inconscience congénitale.

    « Idiot ! »
    lâcha t’elle en lui mettant une claque à l’arrière du crâne. « Tu m’épuises, mais je t’adore. En ce moment, j’ai vraiment d’autres soucis et d’autres envies ou besoins que me disputer avec toi. Considère que l’histoire est finie. Pour le moment, je vais choisir de croire que tu vas finir par accepter Sam, même si je sais pertinemment que ce n’est pas près d’arriver. » La jeune femme prit une grande inspiration. « Je vais m’en aller dignement, même si j’aurais de toute façon eu le dernier moment, et appeler Sam. » Lou s’approcha de son cousin et déposa un baiser sur sa joie. « Prends soin de toi, et ne sors jamais la nuit, même si tu penses pouvoir te défendre. »

    La jeune femme tourna les talons en souriant une dernière fois à Jackson. Sortant du parc, elle attrapa son téléphone et composa le numéro qu’elle connaissait par cœur.

    Terminé


_________________
    VICTOR HUGO DEMAIN DES L'AUBE Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe, ni les voiles au loin descendant vers Harfleur, et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: And I Want You To Know That I Loved You Most And It Breaks My Heart To See You Go ... {PV Lou   

Revenir en haut Aller en bas
 

And I Want You To Know That I Loved You Most And It Breaks My Heart To See You Go ... {PV Lou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SYMPATHY FOR THE DEVIL ◈ BEDTIMES STORIES :: SAY GOODBYE TO THE WORLD :: archives :: RPG :: SFTD 1 - Les archives :: Ellington ; Missouri :: Les espaces verts :: Le parc-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com