* Polo contre chemise ▬ p v . Louisa



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Facebook  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 * Polo contre chemise ▬ p v . Louisa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Sam Winchester


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : MARY-W.
✾ MA CÉLÉBRITÉ : J.Padalecki
✾ MES CRÉDITS : Dodixe
✾ MON MOI² : Zadkiel
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 11/07/2009
✾ MES MESSAGES : 45276

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 28 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Chasseur


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: * Polo contre chemise ▬ p v . Louisa   Jeu 17 Sep - 5:47


I WATCHED YOU SUFFER A DULL ACHING PAIN
NOW YOU DECIDED TO SHOW ME THE SAME
NO SWEEPING EXITS OR OFFSTAGE LINES
COULD MAKE ME FEEL BITTER OR TREAT YOU UNKIND.


    La nuit était une nouvelle fois tombée sur Ellington, laissant passer une nouvelle journée, bien trop vite. Sam n'avait pas vraiment eu l'occasion de voir le temps passer, il fallait dire, qu'entre ses remords, ses tortures intérieures, ces regards furtifs envoyés par son frère traduisant que trop plein de sentiments encore restés sous silence, encore ses remords, et puis des culpabilités toutes aussi nouvelles les unes que les autres, il avait eu de quoi s'occuper... pour un bon moment et ce n'était pas encore fini ! C'est dire, si vous en veniez à lui poser la question piège du quizz qui serait "depuis combien de temps t'es pas revenue la voir ?", le Winchester n'aurait même pas su répondre à cette question. L'évitait-il ? Était-ce juste un terrible coup du sort encore une fois qui installait une distance entre eux, faisant filer les jours à toute vitesse sans même que l'un comme l'autre aient la possibilité de faire quoique ce soit contre ça ? A cet instant précis, le chasseur aimait plutôt la deuxième solution, faisant depuis quelques jours tout pour se persuader que jamais il ne ferait quoique ce soit pour éviter Louisa... c'était absolument logique qu'il ne veuille pas l'éviter ! Sur le point des filles, il n'était absolument pas comme Dean et avec Louisa, c'était encore plus particulier qu'avec toutes les autres filles avec qui il avait eu un soupçon de quelque chose qui dépassait les sourires contrits et les silences gênants. Alors... qu'est ce qu'il foutait là au milieu de ce couloir comme une lampe (allusion à Kaamelott : merci dame Seli XD *sbaff), partagé entre, il fallait bien le dire, l'envie d'y aller, le désir de la revoir mais surtout le besoin maladif de repartir... après tout, il pourrait toujours repasser... et ça, c'était ce qu'il s'était mille fois dit lorsque l'idée de passer chez elle lui avait traversé l'esprit, pendant un vague moment de pause dans ses journées de dingue, quoique, un peu pourries. Dieu même sans doute n'avait plus eu le courage de compter le nombre de fois où Sam était passé devant cet immeuble aux allures bien pourries de l'extérieur, ou avait tout simplement pris son téléphone sur lequel était afficher x "millionades" de coups de fil venant de Louisa avec un pincement au cœur et un léger élan de culpabilité. Bon... cette fois-ci, on pouvait lui accorder ce fait, il avait eu le courage d'entrer dans le fameux immeuble pour aller jusqu'à... quelques mètres du fameux appartement de la jeune femme... du moins, de l'appartement dont il avait gardé souvenir comme étant l'appartement de Louisa.

    Ce soir là, Dean était comme à son habitude, parti en direction du seul petit et minable bar de la ville et comment dire, Sam, dans sa nouvelle lubie d'en avoir marre de se retrouver seul à faire des recherches inutiles dans des dossiers sentant le moisi et complètement vides d'intéret, avait décidé d'aller faire un tour... Dans un rapide passage dans son sac pour y trouver vous ne saurez jamais quoi, le Winchester était alors tombé sur le fameux polo... du soit disant "juste ancien ami" de Louisa. Voilà en gros ce qui l'amenait ici, ou plutôt, voilà le stupide prétexte que Sam avait pu trouver pour justifier sa présence... comme si, de un, il avait tout simplement besoin de justifier sa future et éventuelle présence devant la porte de l'appartement de la jeune femme. Et de deux, comme si ça faisait vraiment crédible le truc du "silence radio pendant une durée indéterminée puis réapparition magique pour te rendre ton polo pour qu'il retourne dormir quelques temps dans le bordel innommable qu'est ton armoire à fringues". Oui, vous n'étiez pas au courant que dans le genre "maladroit" pour justifier ce que lui-même ne pouvait pas comprendre, Sam était un maître en la matière ? Bah voilà, vous avez découvert une chose sur lui... c'est un peu parce que le fait de mentir - enfin, d'une certaine manière parce qu'on sait tous aussi que Sam est un super pro du mensonge - ne lui réussissait jamais vraiment. Faisant craquer le sol de bois - ouais, admettons, le couloir est en parquet vieux moisi XD - sous ses pieds, le Winchester était arrêté depuis trop longtemps maintenant dans ce foutu couloir dont les lumières ne s'étaient même pas allumées quand il était entré... ce qui n'avait pas grand chose de surprenant. Il était donc plongé à moitié dans la pénombre, mais cela ne semblait pas vraiment le déranger outre mesure, sans doute parce qu'il était encore trop plongé dans ses pensées pour distinguer quoique ce soit de ce qui avait pu l'entourer.

    Dans ses multiples et vaines tentatives de le joindre, Louisa avait eu souvent l'occasion de laisser un message, ce qu'elle ne s'était pas toujours privée de faire, apparemment. Au fond, Sam se sentait rassuré par la hargne qu'elle pouvait mettre à chercher à le joindre, saurait-il encore une fois expliquer pourquoi ? Peut-être parce que... ça montrait que pour l'un comme pour l'autre, cette nuit partagée n'avait jamais été purement orchestrée pour être unique et sans lendemain. Ou peut-être tout simplement que Louisa s'ennuyait à chaque fois avant de l'appeler et qu'elle avait eu envie de se divertir un peu avec son nouveau gigolo personnel - c'est la fièvre ça XD. Il esquissa un froncement de sourcils, qui avec le temps, était devenu une action de moins en moins douloureuse, alors que la cicatrice qu'avait laissée cette fameuse soirée au cimetière en compagnie de la nonne d'esprit, se ramenant ainsi à la réalité des choses et se persuadant de la même occasion que cette pensée n'était qu'une pensée typiquement paranoïaque du type qui cherche encore un moyen de se défiler... ou quelque chose dans ce genre là. Non, définitivement, Sam n'était pas un type qui se défilait... ou, pas toujours et il ne voulait pas se défiler avec Louisa. Ils ne s'étaient pas quittés disons sur l'ambiance la plus jojo bonheur possible et pour elle comme pour lui, les événements qui avaient suivi leur nuit torride avait du laisser quelques marques... qui ne pourraient que s'apaiser qu'une fois qu'ils se seraient réellement expliqués... dans le fond, pas comme la dernière fois. Il lui devait bien ça et c'était sans aucun doute réciproque. Arrivant enfin à briser l'espace qui le séparait de la porte de l'appartement de la jeune femme, il s'arrêta sur le seuil, réfléchissant une nouvelle fois, ramenant subitement à sa mémoire l'évocation de la fameuse maladie qui semblait reprendre Louisa au beau milieu de sa vie, de leur histoire qui n'était même pas encore tracée. Est-ce que c'était à cause de ça qu'il n'était pas revenu plus tôt ? That's a bingo ! Encore une question à laquelle il n'avait absolument pas la réponse et qui lui tortillait encore une fois les entrailles.

    Si c'était pour ça qu'il ne s'était pas repointé plus tôt ou qu'il avait parfois eu des élans d'hésitation à répondre à Louisa alors qu'elle l'appelait en prétextant pour sa conscience qu'il ne répondait pas parce que Dean était juste à côté, Sam se retrouvait encore une fois dans le parfait modèle du type qui gagne le prix du plus lâche de tout l'Univers, quelle distinction ! Non, il n'était définitivement pas un lâche ! En tout cas, s'il l'avait été ces derniers jours qui avaient passés, il ne le serait pas ce soir... un genre de résolution sans le nouvel an... comme l'alcolo qui décide de plus boire du jour au lendemain - okey, on sait, c'est rare, mais ça arrive. Et puis zhou, c'était comme si son bras avait pris la décision à la place de son cerveau et il frappa à la porte. Est-ce qu'il avait vraiment besoin de frapper ? Oui, bien sûr, il n'allait pas se mettre à rentrer comme chez lui... mais ça faisait pas un peu con de toquer ? Bah, logiquement, non... et puis, pourquoi est-ce qu'il venait à se poser une question aussi débile d'abord ? Son rythme cardiaque manqua un raté quand il entendit du bruit de l'autre côté de la porte... elle lui en voudrait certainement de ne pas être venu plus tôt, ou tout simplement de ne pas avoir daigné répondre à ses appels ou encore rappeler. Et là encore, le chasseur percutait qu'il n'avait aucune excuse pour expliquer ces faits là, il n'avait pas appelé, il n'était pas venu... et c'est tout ce qu'il avait à dire. Alors que Lou ne répondait toujours pas à la porte, Sam jeta un regard vers le couloir... il était peut-être encore temps de s'enfuir et de revenir plus tard, un autre jour... encore une fois... Oui, encore pire qu'un homme amoureux, c'était là... Sam qui se pose des questions, encore et toujours de plus en plus, des vagues, des tsunamis de questions... c'était devenu son fardeau habituel !


Spoiler:
 

_________________

winchesters say "hi" - i wake up every evening with a big smile on my face, and it never feels out of place. and you're still probably working at a nine to five pace, i wonder how bad that tastes. when you see my face hope it gives you hell, hope it gives you hell. when you walk my way hope it gives you hell, hope it gives you hell. now where's your picket fence love ? and where's that shiny car ? you never seemed so tense love and never seen you fall so hard. VOTEZ POUR NOUS ♥


Dernière édition par Sam Winchester le Dim 20 Sep - 1:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Louisa Delacroix


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Megalyn
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Zooey Deschanel
✾ MES CRÉDITS : Megalyn & Shiya
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 13/07/2009
✾ MES MESSAGES : 999

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Infirmière


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: * Polo contre chemise ▬ p v . Louisa   Jeu 17 Sep - 11:21

Spoiler:
 

    La journée avait été épuisante. Et c’était vraiment peu dire. Une fête costumée à thème à la bibliothèque. Comme si le carnaval ne suffisait pas. Non, il fallait que la ville fasse d’absolument adorables partenariats jardins d’enfants-bibliothèque municipale. Et que Lou se retrouve enrôlée parce qu’elle était, je cite, ‘particulièrement douée avec les enfants’.
    Et la marmotte, elle met le chocolat dans le papier d’alu. Lou avait eu terriblement envie de faire bouffer sa note de service à sa chef. Mais, juste à temps, elle avait réussi à se retenir. La robe immonde style pin up des années quarante qu’elle lui tendait avait tellement surpris Lou qu’elle en avait suspendu tout geste ou mot inopportun. « Je me suis permis de vous emmener ceci. Je la mettais quand j’avais votre âge, mais je suis bien trop âgée pour cela à présent. » Et trop grosse, avait songé Lou. « Elle vous ira à ravir, j’en suis sûre. J’ai aussi les mocassins rétro qui vont avec. Nous avons la même pointure, n’est ce pas absolument parfait ? » Lou avait souri, se disant que si l’autre ne la bouclait pas très vite, elle allait lui faire bouffer son déguisement et ses mocassins à la con par les trous de nez. Elle avait vu, avec un bonheur difficilement dissimulé, sa chef s’éloigner, guillerette. Si ça avait encore été possible, la jeune femme aurait souhaité de tout son cœur que cette putain de grognasse aille griller en enfer.

    Et ce samedi là, elle avait dû mettre une robe outrageusement moulante et décolletée qui lui donnait l’impression d’avoir les seins de Pamela Anderson. Et qui faisait visiblement beaucoup d’effet à tous les papas frustrés (et les papas pas frustrés aussi) qui s’étaient ramenés avec leur marmaille à cette foutue fête à la con. Et sourire toute la sainte journée dans sa robe ultra sexy et dans ses mocassins de merde qui lui ruinaient ses malheureux petits petons. Aussi avait elle vu le jour décliner avec un bonheur et une joie à peine cachés. Elle n’avait que faire des numéros de téléphone récupérés. Enfin, donnés avec un sourire niais et un regard qui descendait plus bas que son visage. Et elle était pourtant loin d’avoir des yeux communs ou qui passaient inaperçus. Même vu le temps que sa chère chef avait passé à la maquiller et à la coiffer.

    Jamais elle n’avait autant aimé son appartement qu’à cet instant précis, lorsqu’elle passa le seuil, pieds nus et épuisée. Vidée même. Dire qu’elle avait envisagé d’entraîner sa patronne dans un coin sombre et de lui briser proprement la nuque avant de laisser les rats lui bouffer les globes oculaires ainsi que sa précieuse choucroute qu’elle osait appeler mise en pli. Sans parler de la bonne vingtaine d’affreux petits barbares et d’horribles petites harpies qu’elle aurait volontiers égorgé, trucidé, éventré, éviscéré, décapité et brûlé. Se laissant tomber sur son canapé, elle songea un bref instant à attraper une paire de ciseaux et à déchiqueter sa robe. Avant que ses yeux ne tombent sur son portable. Sam n’avait pas rappelé. Visiblement, son temps d’adaptation était relativement long. Inutile de penser à ça. La seule chose dont elle avait envie était un bain.
    Trouvant la force d’enfin se bouger, elle mit de l’eau chaude à couler. Pensive, elle regarda la baignoire, relativement grande (merci les vieux appartements aux immenses baignoires), se remplir d’une mousse agréablement parfumée au bleuet. Elle aurait pu rester ainsi un long moment, assise par terre, une main qui jouait avec la mousse et l’eau, attendant que la baignoire se remplisse.
    Mais quelqu’un avait eu la bonne idée de frapper. Excellente même, parce que la baignoire n’aurait pas tardé à déborder. Lou lâcha un « Merde ! » et coupa l’eau, avant d’aller ouvrir. Bénissant celui qui l’avait sauvée d’une inondation, et le maudissant pour venir le déranger.
    Pas un instant elle ne songea qu’elle avait toujours la moulante et décolletée petite robe qui avait tant attiré les regards masculins toute la journée. Ni qu’elle était toujours maquillée et coiffée. Et qu’elle était donc plus que ravissante, étant à la base un assez joli brin de fille.

    Aussi, comme à son habitude, Lou ouvrit la porte comme un bourrin, puisque c’était exactement ce qu’elle était. Se retrouvant nez à nez avec un Sam qui semblait décidé à se la jouer carpe. Un bref instant, elle pensa lui claquer la porte au nez. Juste parce qu’il n’avait répondu à aucun de ses appels. Cela aurait mesquin, puéril. Et tellement jouissif.
    Oui mais voilà, il était terriblement craquant avec son air d’imbécile heureux, à la fixer comme si elle était sur un calendrier Play Boy. Sans qu’elle ne sache pourquoi avant de se souvenir qu’elle avait produit un effet approchant toute la journée. Mais Sam n’était pas un papa en manque d’amour (et d’autres choses que nous ne dirons pas parce qu’il y a des enfants très jeunes sur le forum). Il était un jeune homme extrêmement sexy sur lequel elle avait présentement très envie de se jeter. Elle pesait d’ailleurs le pour et le contre lorsqu’elle vit la parfaite excuse pour l’inviter à entrer.

    « Oh, tu n’aurais pas dû me le ramener, tu pouvais le garder. Comme tu t’en doutes, ce n’est pas ma taille. » dit elle en désignant le polo. « Oh, tu veux peut être récupérer ta chemise. »

    Sans lui laisser le temps de répondre, elle se dirigea vers son armoire d’une démarche très sensuelle, faisant signe au jeune homme de la suivre.

_________________
    VICTOR HUGO DEMAIN DES L'AUBE Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe, ni les voiles au loin descendant vers Harfleur, et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Sam Winchester


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : MARY-W.
✾ MA CÉLÉBRITÉ : J.Padalecki
✾ MES CRÉDITS : Dodixe
✾ MON MOI² : Zadkiel
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 11/07/2009
✾ MES MESSAGES : 45276

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 28 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Chasseur


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: * Polo contre chemise ▬ p v . Louisa   Sam 19 Sep - 8:27

    Dans le genre homme chargé à la testostérone, Sam ne battait pas des records, il fallait bien l'avouer… avec les gènes qu'il y a dans certaines parts de sa famille, on pouvait bien lui reconnaître de ne jamais avoir cédé à la facilité comme le faisait Dean… il y a de cela quelques temps, avant d'avoir une étrange poussée de maturité, ou quelque chose qui y ressemblait. Bref. Tout ce qu'il faut retenir sur Sam, c'est qu'il a au moins toujours eu l'honneur si l'on peut dire de ne jamais céder à un beau décolleté qui passait par là ou à une paire de jambe longue comme celles des mannequins et bien plaisantes pour les hommes en principe. Pendant longtemps d'ailleurs, près d'un an, le Winchester était resté fidèle à Jessica, à la fois dévoré par la culpabilité de l'avoir laissée mourir, mais aussi peut-être encore par amour… parce qu'il était tout simplement incapable de l'effacer, de l'oublier comme Dean semblait lui dire de faire, il y a de cela bien trop longtemps. Et Jessica faisait encore partie de lui, quelque part, dans son passé, dans ses douleurs qui aujourd'hui remontaient des passés les plus oubliés, encore une fois pour le torturer. Et puis, finalement, il avait accepté peut-être le fait que Jess aurait voulu le voir heureux plus qu'accroché à son souvenir, et il était passé à autre chose. Sarah… celle avec qui il avait réussi enfin à franchir le pas de flasher sur une fille et de ne pas s'arrêter aux sourires débiles. Et puis il y avait eu Madi, avec qui ça avait été encore autre chose, il avait été attaché à elle plus qu'il ne l'aurait cru, pour finalement devoir la tuer lui-même… c'était encore une fois une boucle infernale qui s'était répétée, Jess, Mary, Madi, elles venaient toutes à mourir et qui sait si Sarah était elle-même encore en vie… Enfin bref. J'étais partie dans ce speech pour dire qu'au final, dans le genre mec qui se tape des filles à la pelle sans se soucier du lendemain, Sam n'était pas prêt de relever le défi… il y en avait eu une de fille dans ce genre, la fameuse femme que Dean avait pris pour une sirène et ce, pendant sa relation presque fixe avec Ruby, qui n'avait pas grand-chose d'une relation banale… qui était encore aujourd'hui bien incompréhensible pour Sam lui-même… elle n'avait certainement jamais rien voulu d'autre que lui attirer encore plus de confiance, peu importe si pour ça, elle devait jouer les allumeuses. Encore une fois bref, disons que le passage "amoureux" avec Ruby n'était pas celui dont Sam était le plus fier et ça, c'était un rien de le dire ! Alors que Louisa lui ouvrait la porte d'une manière qui était bien la sienne, gracieuse et délicate à sa façon, Sam eut un soupçon de phrase qui lui vint à l'esprit… pour disparaître instantanément après, les mots à peine ordonnés… pauvre lui.

    Le premier réflexe de Sam fut de rester perplexe devant la porte, à la regarder de bas en haut détaillant chaque détail et non détail de sa tenue un tant soit peu… "tout, sauf elle" et de sa coiffure qui faisait assez bizarre à vrai dire quand on la connaissait vraiment. Enfin, il n'allait pas non plus se mettre à se plaindre, il n'y avait vraiment pas de quoi et son regard témoignait sans doute que trop bien cette idée de "mec, te poses pas tant de questions" qui lui traversait l'esprit venu droit de… d'un autre endroit disons que son cerveau torturé. C'est ainsi qu'une autre expression traversa le visage de Sam… totalement différente, celle que devaient avoir eu n'importe quelle personne de sexe masculin ayant croisé Louisa dans une telle tenue : oui, il était un homme avant tout, pas la peine de se voiler la face. Il n'avait pas grand-chose d'un obsédé sexuel qui se retourne sur toutes les filles, mais il était comme la plupart des hommes… et les filles ne le laissaient pas insensibles des fois… et encore moins Louisa, il fallait bien l'avouer, sinon, il ne serait pas là avec sa tête de crétin. Sans s'en rendre compte, il avait désespérément serré le polo qu'il avait décidé de ramener dans sa main gauche, la rendant tristement moite sans trop savoir expliquer par quelle réaction chimique expliquer tout ça… enfin, il n'était plus vraiment à ça près. Avant qu'il ne retrouve la capacité d'aligner deux mots pour faire un bout de phrase, Louisa avait déjà pris la parole, d'un air assez naturel heureusement, malgré la façon dont il pouvait bien la regarder sans pouvoir s'en empêcher… c'était terriblement gênant d'obéir à ses pulsions parfois… bref encore une fois. Le speech de la jeune femme fut si rapide qu'il n'eut pas le temps de répliquer quoique ce soit et qu'il mit aussi quelques temps avant de capter tout ce qu'elle avait pu dire… elle avait parlé du fameux polo qui lui réchauffait encore et toujours plus la main alors qu'elle restait crispée autour de celui-ci, et puis de sa chemise… Chemise, nuit, nuit, chemise, cimetière… ça y'est, il y était, reconnecté plus ou moins à la réalité. Elle lui parlait de la chemise qu'elle avait préféré garder après leur dernière soirée passée ensemble, chemise d'ailleurs troquée contre le fameux polo qu'il avait en main sans même lui laisser le temps de dire quoique ce soit pour sa défense ou pour récupérer sa chère chemise. Et puis, alors qu'il retrouvait tout juste la perception normale des choses, Louisa était déjà repartie, laissant comme un air d'amertume de l'air… à croire qu'elle lui en voulait. Ce qui était assez compréhensible et Sam ne chercha pas vraiment à retourner le couteau dans la plaie, sachant que très bien qu'il n'avait aucune excuse valable pour ne pas avoir pris le temps de lui répondre au téléphone ou de la rappeler… il ne l'avait pas fait, c'est tout. Il s'accorda à baisser le regard quelques secondes, restant les lèvres pincées tandis qu'il était une nouvelle fois gagné par ces terribles vagues de remords qui l'avaient envahi avant que Lou n'ouvre la porte.

    Et puis finalement, il perçut son geste lui indiquant de la suivre et hésita encore quelques instants, observant le couloir en se disant peut-être qu'il avait encore quelques instants pour partir comme il était venu, ou qu'il trouverait bien une excuse pour ne pas s'attarder. Pourquoi chercherait-il un prétexte ? Encore une fois, il n'avait pas de réponse à cette question, c'était un genre de malaise, le même que celui qui l'avait laissé devant cette porte il y a quelques secondes, le même qui le faisait presque passer pour un lâche à ce moment précis tout comme tout à l'heure, encore une fois. Fourrant sa main libre dans la poche de son pantalon, il observa les alentours une nouvelle fois, se décidant pourtant dans le silence à franchir le seuil de l'appartement de Louisa, continuant de la fixer de bas en haut, non pas dans un désir pervers comme vous pouvez le penser, mais bien entendu parce qu'une telle tenue chez elle… amenait forcément à se poser des questions. Certes, oui, il y avait aussi le côté hormonal à tout ça qui provoquait quelques nœuds dans l'estomac de Sam et quelques crispations quand il s'agissait de faire comme si de rien n'était, comme Louisa était très bien en train de le faire. Détournant le regard de la jeune femme dans une inspiration silencieuse et restée discrète, il se mit à être terriblement intéressé par cet appartement duquel il gardait de nombreux souvenirs et qu'il commençait à bien connaître… dans presque tous ses détails. Gardant une distance approximative entre un mètre et deux entre lui et la jeune femme, Sam gardait malheureusement le silence, comme la dernière fois, le malheureux petit polo en main, sans même plus y faire attention, continuant juste de le serrer à s'en blanchir les jointures, principalement sans doute pour forcer sa bouche à rester fermée à toute envie de dire quoique ce soit… qu'est ce qu'il pouvait bien dire ?

    Fallait-il qu'il parle des fameux coups de fils facilement évités ? Fallait-il qu'il s'étende en explications purement mensongères pour lui dire pourquoi il n'avait pas pris le temps de décrocher son téléphone pour elle ? Non, elle saurait très bien que ce ne serait que des mensonges… et lui surtout le savait… il avait eu une bonne centaine d'occasions d'appeler la jeune femme et pourtant, il ne l'avait pas fait, c'était comme ça et aujourd'hui, il y avait un peu de tout qui se bousculait dans sa tête… du malaise, une idée que c'était quand même légitime qu'il ait besoin de digérer certaines choses… et aussi, beaucoup de remords quant à ce qu'elle ait pu penser du fait qu'il ne daigne pas vraiment faire attention à ce qu'elle pouvait bien avoir besoin de lui dire, ou du fait qu'elle ait eu besoin de le voir. Et là encore revenait sur le tapis la culpabilité du "elle est quand même malade" qui lui bouffait que trop l'esprit depuis qu'il l'avait appris. Il était bien entendu encore persuadé que s'il en venait à sortir de la vie de Louisa, sa maladie comme ses malheurs s'effaceraient avec son souvenir, éloignant la malédiction dont il semblait être porteur avant même de voir le jour… et pourtant, il n'avait pas trouvé la force ou la volonté de partir, de sortir de sa vie et de ne pas avoir envie de revenir en arrière. Alors il était encore là, pour lui ou pour elle… il n'en avait aucune idée et il ne cherchait pas à peser le pour et le contre une idée ou l'autre… et il était encore et toujours rongé par cette culpabilité de rester et de la maudire à souffrir comme toutes celles à qui il avait tenu au moins une fois dans sa vie. Il s'accablait en silence, ayant appris avec les jours à cacher l'expression grave que tous ses remords faisaient naître sur son visage dès que ses courtes nuits de sommeil prenaient fin. C'était désormais le quotidien de Sam et heureusement pour lui, il avait fini par s'y faire, parvenant aussi de plus en plus à enfouir ses douleurs au fond de lui pour combler cet énorme vide qu'avait laissée l'absence de Ruby et de ce qu'elle lui avait apporté outre ses nouveaux pouvoirs… enfin, vous voyez de quoi je parle. A cette pensée, le Winchester se crispa encore plus, alors que Louisa lui faisait dos, visiblement à la recherche de la fameuse chemise dans le fatras qu'était toujours son armoire… et heureusement qu'elle ne le voyait pas. Il avait besoin de sortir de ses pensées, de s'extirper de cette dépendance qui grandissait en lui encore et encore et qui commençait de plus en plus à devenir envahissante… sans que personne ne s'en rende compte… et encore une fois, c'était tant mieux. Se décidant enfin à prendre la parole, le chasseur regarda autour de lui avant de poser une nouvelle fois son regard sur Louisa, masquant cette fois-ci l'expression "mec qui regarde un 'Play Boy' de son visage", restant assez naturel, enfin, ce qui semblait être naturel, alors qu'il finissait par abandonner le polo sur une chaise, libérant sa main en sueur et presque douloureuse de crampes… décidément, Sam !

    « T-tu sais… si je te dérange… je peux… repasser. »

    Encore un moyen de s'échapper ? Qui sait, Sam non plus ne le savait pas… c'était encore ce même malaise qui prenait le pas sur bien le reste… Louisa n'avait pas pour habitude de mâcher ses mots et elle allait sûrement faire un bon nombre de sous entendus ou ce qui pourrait s'apparenter sur le fameux fait qu'il n'ait pas daigné avoir un seul contact avec elle depuis la nuit qu'ils avaient passée… et oui, Sam appréhendait un peu de se prendre ses quatre vérités dans la face et de se retrouver au pied du mûr à devoir rendre des comptes sans même avoir d'argument pour s'excuser lui-même. Alors qu'il retrouvait sa deuxième main de libre, il la fourra aussi dans son autre poche, finissant les deux mains dans les poches dans une posture qui n'exprimait que trop bien son malaise… il était vraiment pas doué des fois. Histoire pourtant de bien expliciter ses paroles, il jeta à Louisa un regard bien explicite sur sa tenue… elle ne se baladait quand même pas comme ça chez elle, alors qui sait, elle allait peut-être se constituer un harem pour occuper ses soirées parce que Sam n'avait pas daigné venir la voir… ou peut-être tout simplement encore une fois parce qu'elle avait passé une soirée bien sympathique avec lui et que maintenant elle avait tourné la page avec l'idée de passer une autre soirée avec un autre mec… Oui, parano le pauvre Sam et il ne pouvait pas vraiment se retrouver en position de sous entendre des choses dans ce genre et encore moins de se vexer… ses "non réponses" aux milliers de coups de fils de Louisa auraient très bien pu être interprétés pareils après tout… et peut-être que c'était comme ça qu'il voulait voir les choses… punaise, il pensait vraiment des trucs horribles des fois ! Il détourna finalement le regard, observant encore avec grand intérêt les alentours sans même trouver quoique ce soit pour rebondir ou se rattraper tout simplement… il se trouvait bien nase, et pourtant, non, il ne faisait rien pour que ses paroles soient mieux interprétées… si elles venaient à être mal interprétées, bien entendu, parce qu'il y avait aussi un fond de gêne dans le ton de sa voix… comme toujours lorsqu'il se plongeait dans ce que ses pensées, son cerveau et ses tortures ne pouvaient pas expliquer… les choses qui étaient liées à d'autres choses que la logique… c'était le total illogisme de ce qu'on appelait les sentiments.

_________________

winchesters say "hi" - i wake up every evening with a big smile on my face, and it never feels out of place. and you're still probably working at a nine to five pace, i wonder how bad that tastes. when you see my face hope it gives you hell, hope it gives you hell. when you walk my way hope it gives you hell, hope it gives you hell. now where's your picket fence love ? and where's that shiny car ? you never seemed so tense love and never seen you fall so hard. VOTEZ POUR NOUS ♥


Dernière édition par Sam Winchester le Sam 19 Sep - 13:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Louisa Delacroix


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Megalyn
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Zooey Deschanel
✾ MES CRÉDITS : Megalyn & Shiya
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 13/07/2009
✾ MES MESSAGES : 999

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Infirmière


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: * Polo contre chemise ▬ p v . Louisa   Sam 19 Sep - 12:05

    Sam l’avait suivie, et avait même eu la galanterie de fermer la porte derrière lui. Judicieuse idée qu’il avait eue à ce moment là. Elle entendit son pas pourtant discret tandis qu’il la suivait dans l’appartement. Gardant le silence. Lou se mordit la lèvre. Sam était loin d’être un obsédé, néanmoins, il restait un homme. Un jeune homme à qui elle savait faire beaucoup d’effet. Plus qu’ils ne se l’avoueraient probablement jamais. Ce qu’ils reconnaissaient était déjà pas mal, n’est ce pas ?
    Où avait elle mis cette foutue chemise ? Elle l’avait lavée, séchée, même repassée. Avec douleur. Elle ne voulait pas que l’odeur de Sam ne s’efface du vêtement. Mais il avait dû la porter un nombre incalculable de fois, parce qu’après un bon passage au lave linge, la chemise sentait toujours Sam (ou alors il ne l’avait pas souvent lavée, mais nous ne préférons pas penser à cette éventualité).
    Elle se souvint alors que, n’ayant pas de nouvelle du jeune homme, elle l’avait utilisée. Comme vêtement d’intérieur, quand elle restait cloîtrée chez elle. A se morfondre parce que le propriétaire de la fameuse chemise ne répondait pas.
    Donc, elle pouvait continuer à chercher longtemps dans l’armoire, elle ne la trouverait pas. Elle devait traîner quelque part. Elle avait d’ailleurs prévu de la mettre après son bain. Oh oh. Son bain. Avec Sam chez elle, elle pouvait y dire au revoir. Tant pis.

    « Quoi ? »

    Elle se redressa et vit volte face, le tissu souple de sa robe tournant un bref instant autour de ses jambes. Découvrant brièvement plus qu’il n’était sensé cacher. Et transformant à nouveau Sam en carpe. Il avait posé le polo sur la chaise près de lui. Gloups. Il ne voulait peut être pas rester. Oh et puis merde, qu’est ce qu’il lui faisait croire qu’il avait le choix ?

    « Arrête de dire n’importe quoi… »

    Lou sourit au jeune homme, se rapprochant de lui à pas feutrés, se délectant de son air impossible à décrire, et de la façon dont il se décomposait. Si elle avait su qu’une telle robe pouvait faire un effet si… A Sam, elle l’aurait déjà tenté il y a un fier moment.
    Ledit Sam qui fuyait son regard. Quel boulet quand il s’y mettait. Elle s’offrait quasiment à lui sur un plateau en argent, et lui… Il regardait ailleurs en enfonçant profondément les mains dans ses poches.

    « Je suis contente que tu sois passé. J’ai dû passer la journée avec tout un tas de sales gosses hurlant, gesticulant et bavant, et avec leurs pères complètement obsédés…
    J’ai même envisagé de tuer ma patronne pour m’avoir infligé pareille torture. Surtout habillée comme ça, j’ai l’air d’un clown… »


    Ce faisant, elle écarta les bras pour bien lui montrer sa robe. Qu’il avait, de toutes les façons, probablement observée sous toutes les coutures. A sa grande satisfaction, Sam daigna enfin la regarder. Avec un regard de fauve en rut semblable à celui de tous les pères. La jeune femme dût contenir une légère envie de rire. Elle n’aurait même pas besoin de se jeter sur lui. Elle s’approcha encore de lui et attrapa ses poignets. Elle sortit les mains de ses poches et entremêla ses doigts avec ceux de Sam.

    « J’allais prendre un bain juste avant que tu arrives. Ça te dirait de venir avec moi ? Ma baignoire est vraiment très grande… »
    murmura t’elle en penchant la tête de côté, faisant un petit sourire coquin.

_________________
    VICTOR HUGO DEMAIN DES L'AUBE Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe, ni les voiles au loin descendant vers Harfleur, et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Sam Winchester


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : MARY-W.
✾ MA CÉLÉBRITÉ : J.Padalecki
✾ MES CRÉDITS : Dodixe
✾ MON MOI² : Zadkiel
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 11/07/2009
✾ MES MESSAGES : 45276

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 28 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Chasseur


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: * Polo contre chemise ▬ p v . Louisa   Sam 19 Sep - 13:28

    Maintenant qu'il se retrouvait là, dans l'appartement de Louisa en train de se remémorer beaucoup trop de choses tout en… laissant divaguer son regard de-ci, de-là mais surtout sur la jeune femme, Sam ne savait plus vraiment quoi faire, ni même ce qu'il avait bien eu l'intention de faire avant d'entrer dans cet appartement. Nan, c'était l'excuse pour les niais le truc du polo… c'était le prétexte, le truc nase qu'il avait trouvé en fouillant dans ses affaires pour trouver quoique ce soit qui puisse justifier sa présence ici à cet instant précis. Comme elle semblait le dire, elle comme lui se foutaient bien de l'avenir de ce fameux polo et de l'endroit où il allait finalement élire domicile quelques temps… d'ailleurs, principalement Sam se foutait bien de ce qui pouvait advenir de ce fameux polo au propriétaire inconnu un poile quand même plus petit et moins bien bâti que lui. Enfin, là n'était pas le propos, c'était pas comme si l'ex de Lou avait eu la taille de Dean… Cherchant finalement à se débarrasser de ce polo encombrant ou peut-être pour amener un peu d'air à sa paume de main qui commençait à étouffer malgré ses pores, Sam avait alors posé le fameux vêtement sur la chaise, accompagnant son geste d'un haussement de sourcils complètement crétin qui était alors heureusement passé inaperçu aux yeux de Louisa qui, alors plongée dans son armoire, ne le voyait pas… et heureusement encore une fois. Si le fameux cousin rital jaloux avait été là, il en serait forcément venu à comparer Sam à Dean du point de vu sexuel à ce moment précis… et ça aurai été presque vrai, vu l'air que le Winchester prenait pour détailler – un peu trop pour être prude comme Sam l'était – la robe et les formes de Louisa. Non, il n'était pas un obsédé… surtout pas comme Dean… vraiment pas comme Dean, même si c'était génétique… il n'était pas comme Dean… Cette fois-ci, le chasseur parvint à détourner le regard… mais ce ne fut bien entendu que temporaire d'environ quelques microsecondes puisqu'à peine eut-il pris la parole pour émettre l'hypothèse que peut-être il la dérangeait, elle s'était redressée, faisant volte-face et soulevant dans son mouvement une bonne partie de sa robe – trop grande partie découvrant alors trop de partie du corps… - enfin bref. Alors qu'elle avait hurlé son "QUOI" Sam s'était à nouveau retourné vers elle, posant son regard pile au moment où le trop léger tissu du vêtement faisait son mouvement gracieux pour le mettre sans aucun doute encore plus mal à l'aise. Foutue robe ! ><

    Et puis d'abord, pourquoi est-ce qu'il était mal à l'aise ? Il l'avait déjà vue plus découverte que ça et même plus que la voir ! Enfin bref, il n'était pas à sa première fois ou à sa première rencontre avec Lou, alors pourquoi est-ce qu'il se comportait comme un crétin d'ado aux allures encore puceau qui ne sait rien de la vie et qui s'extasie devant un morceau de jambes qui se découvre dans un mouvement gracile de la propriétaire des fameuses jambes. Punaise, il se retrouvait encore une fois à penser comme Dean, il n'y avait que Dean pour faire une fixation sur les jambes d'une femme, aussi longues soient-elles… et voilà que Sam faisait pareil… non, non, il ne fallait définitivement pas qu'il devienne comme son frère… plutôt… se mettre une ceinture de chasteté. Là, ce sont les pensées de l'écriteuse, Sam est en ce moment en mode pause incompréhension de ce qui lui arrive… et il continue de fixer Louisa d'un air totalement abruti comme il le faut parfaitement pour passer pour un sale obsédé, pervers qui plus est. Il finit par esquisser un léger et imperceptible haussement de sourcils, qui se transforma vite en un air tristement déconfit alors que la jeune femme s'approchait de lui à pas feutrés, resserrant l'espace qui les séparait… et offrant à Sam de plus en plus de détails sur tout ce qui n'était pas entièrement couvert par la robe pin-up version vieillotte… Non, non… il ne devait pas s'enfoncer plus, alors ne surtout pas… baisser le regard, ça ferait encore une fois, horriblement pervers de faire un truc pareil… et vive la honte, encore plus avec elle… c'était pas comme si y'avait que les parties de jambes en l'air qui comptaient avec Louisa… Ca y'est, "jambe en l'air", Sam pensait aussi comme Dean maintenant… définitivement, l'aîné Winchester avait aussi pas mal de mauvaises influences sur son cadet, c'était rien de le dire… Bref, il valait mieux que Sam se vide la tête, mais Lou ne faisait visiblement rien, mais alors rien du tout pour lui faciliter la tâche. Peut-être était-ce le fruit de son imagination trop prolifique mais Sam était persuadé que Louisa faisait tout pour lui faire comprendre qu'elle n'était pas contre… une nouvelle nuit en sa compagnie… et puis visiblement, elle ne se plaignait pas non plus de ces horribles regards pervers qu'il savait très bien poser sur elle. Il se détestait presque pour ça… non, en fait il se détestait carrément pour ça, mais en même temps, encore une fois, ça faisait partie de ses chromosomes, de ses hormones ou quelque chose comme ça, ce regard salasse commun à tous les hommes… eurk, il préférait vraiment détourner le regard plutôt que de regarder la jeune femme comme un bout de viande qui lui était offerte facilement… Alors que Louisa reprenait la parole en retraçant dans des grandes lignes qui auraient pu être totalement banales et… naturelles, mais qui, aux yeux de Sam avaient encore plus quelque chose de gênant qu'autre chose… et il n'était définitivement pas au bout de ses surprises ou de ses peines quant à la difficulté qu'il allait devoir affronter ensuite.

    Si Sam était à deux doigts de faire le signe de croix et d'aller se confesser à cet instant précis pour avoir péché encore plus qu'il ne pouvait l'imaginer, Louisa était comme le Diable en personne – sans euphémisme – qui essayait de le tenter pour qu'il ait l'air d'un obsédé qui la dévore des yeux comme tous les autres mecs. Alors que Sam continuait d'essayer de se contenir, elle lui offrit presque une vision panoramique, vue sous tous les angles de sa fameuse robe et de tout ce qu'elle pouvait mettre en valeur de manière plus ou moins… appréciable. Et c'est là qu'on voit que Sam ne tiendrait vraiment pas longtemps face à quelque tentation que ce soit puisqu'il posa finalement son regard sur la jeune femme… lui offrant PRESQUE malgré lui, le regard qu'elle avait voulu voir apparemment. Il put presque voir un léger sourire à la limite du rire de victoire – ou peut-être de fouttage de gueule – se dessiner sur les lèvres de Louisa… lèvres qui elles aussi, sans être mises en valeur par le biais de la robe, restaient quand même… très appréciables. Ca y'est, il se mettait encore une fois à penser comme Dean mais cette fois-ci, il ne détourna pas le regard, essayant que trop bien de surtout soutenir le regard de Louisa pour ne pas laisser ses yeux dévier là où ils ne devraient pas se trouver s'il n'était pas un sale obsédé ! >< Il sentit alors les mains de Louisa extirper les siennes de ses poches, ainsi que ses doigts s'emmêler avec délicatesse aux siens, se rendant alors compte que ce n'était vraiment pas pour le polo qu'il était venu… et robe ou pas robe, les choses auraient sans doute été pareilles, sans le regard salasse en prime. Réprimant un léger frisson sans doute – sûrement oui ! – à cause du froid, Sam rassemblait tous ses efforts intérieurs pour garder un minimum de contenance et continuer de ressembler à quelque chose d'autre qu'un mec en manque… presque cruel, de… vues plongeantes autrement visibles que dans un magasines terriblement plat. Enfin bref, Well, quelle soirée ! Prenant une longue et encore silencieuse inspiration, le Winchester reprenait petit à petit, trèèèès lentement ses idées là où il les avait laissées avant… tout ça. Oui, voilà, la culpabilité… qui s'effaça, mais plus instantanément qu'instantanément, en une micro fraction de seconde alors que Louisa reprenait la parole… la vache, elle était vraiment bizarre ce soir avec ses propositions indécentes !! Retenant un violent haussement de sourcils qui aurait parfaitement bien traduit l'état dans lequel sa proposition venait de le mettre, Sam se contenta de rester debout, alors que tout se bousculait en lui… à la fois dans ses idées, dans son pauvre petit cœur torturé… et surtout, dans ses hormones de taureau en furie – bah ouais, faut pas trop le chercher, le pauvre XD. Il aurait presque pu s'étouffer avec le premier truc qui lui serait venu sous la main, ou tout simplement faire un malaise, bref… Sam ne se sentait plus, là, maintenant, tout de suite. Se liquéfiant de l'intérieur en se persuadant une nouvelle fois d'être un sale obsédé qui allait accepter une invitation à prendre un bain avec une fille, le pauvre Sammy garda le silence, très, très mais alors très longtemps… comme s'il n'arrivait même plus à respirer pour s'alimenter le cerveau et ainsi trouver la capacité d'aligner des mots en quelques phrases logiques.

    « *Mmmmpf*- un… … bain… vraiment … ? »

    Oui, "mmmmmmpf" semblait être l'onomatopée la plus adaptée à cet instant précis, et Sam avait eu beaucoup de mal à aligner ces quelques mots… c'est dire à quel point il était quelque peu, bouleversé par les nouvelles idées de Lou. Il avait parlé d'une voix assez basse, presque proche de la voix du mec qui vient de se faire… castrer par un bon coup bien fort… dans l'entrejambe, enfin bref… Il fallait vraiment qu'il se vide la tête et… un bain avec Lou n'était certainement pas la meilleure des solutions… mais…et voilà, il passait encore une fois pour un sale obsédé ! Sans vraiment s'en rendre compte, il avait légèrement resserré l'étreinte de ses doigts autour de ceux de Louisa, crispant ses doigts en même temps que ses jambes, sa mâchoire et tout le reste de son corps. Après l'étape liquéfaction, Sam se retrouvait maintenant dans le stade dur comme une statut et tout crispé comme un gamin. Franchement… c'était pas la première fois qu'il faisait ça… enfin si, la première fois depuis… plus de six ans, ça fait quand même un certain bail. Enfin, si Sam avait su ce qui l'attendait dès qu'il aurait franchi la porte de l'appartement de Louisa… Non, il fallait aussi taire cette pensée, parce qu'elle n'avait pas non plus quoique ce soit de catholique ! Bien sûr que s'il avait su il serait venu plus tôt et il aurait eu l'air moins con… il ne pouvait pas dire le contraire, une invitation pareille, ça se refusait vraiment pas. Au moins, Sam n'était pas en train de se prétendre à lui-même qu'il n'aurait jamais plus approché Lou s'il avait su qu'elle lui ferait visiblement passer une… longue nuit s'il venait à se faire attendre avant de se repointer chez elle. C'était un mal pour un bien après tout… enfin, presque. A cet instant même, Sam aurait aimé pouvoir se passer une main dans les cheveux ou pouvoir détourner le regard, mais non, ça non plus, il n'en était pas capable… cloué sur place comme une statut de cire – vive Lady Gaga XD *sbaff* - bien ridiculement choquée. Allez… il suffisait de hocher la tête à l'affirmative ou de murmurer un "oké" en plus… mais là encore, c'était cette foutue conscience qui lui disait "eehhh, ça fait obsédé" qui le faisait taire… quelle merde… et ce, sans même avoir à parler de la très, très mais très tentante façon que Louisa avait de présenter les choses… pourquoi est-ce qu'il fallait qu'elle penche la tête de cet air provocateur comme ça hein ?! Elle ne lui facilitait vraiment pas la tâche et Sam commençait à croire qu'il n'aurait jamais du poser le regard sur elle… il ne se retrouverait pas con comme il en avait l'air là… tout ça pour un bain… franchement.

_________________

winchesters say "hi" - i wake up every evening with a big smile on my face, and it never feels out of place. and you're still probably working at a nine to five pace, i wonder how bad that tastes. when you see my face hope it gives you hell, hope it gives you hell. when you walk my way hope it gives you hell, hope it gives you hell. now where's your picket fence love ? and where's that shiny car ? you never seemed so tense love and never seen you fall so hard. VOTEZ POUR NOUS ♥
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Louisa Delacroix


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Megalyn
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Zooey Deschanel
✾ MES CRÉDITS : Megalyn & Shiya
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 13/07/2009
✾ MES MESSAGES : 999

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Infirmière


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: * Polo contre chemise ▬ p v . Louisa   Lun 21 Sep - 0:16

    Lou dut lutter contre une envie difficilement répressible de rire. La peau de Sam passait par toutes les couleurs de l’arc en ciel et l’expression de son visage, ou plutôt les expressions, trahissait tous les conflits intérieurs qu’il subissait. Il essayait visiblement de ne pas se jeter sur elle. Avec un résultat plus ou moins contestable, vu la façon dont il la regardait. C’était cruel de sa part de jouer avec les nerfs du jeune homme de la sorte, mais Lou n’avait pas eu de nouvelle pendant trop longtemps pour qu’elle passe l’éponge si facilement.
    Elle n’aurait pas cru pouvoir lui mettre le feu si vite et avec une telle aisance. Bon, okay, sa tenue aidait quand même pas mal. Beaucoup, ne nous mentons pas. Surtout qu’elle n’était pas du tout genre coquette, alors… Il lui serra doucement les mains (ou pas, c’est Sam aussi, vous avez vu le gabarit ???), incapable de dire non mais tout aussi incapable de dire oui.
    Le sourire de la jeune femme s’élargit. Elle le lâcha, posant les mains sur son torse et les remontant lentement jusqu’à son cou. Attrapant sa veste, elle entreprit de la lui enlever, la laissant négligemment tomber sur le parquet de l’appartement.

    « Oui, un bain. Vraiment. »
    répondit elle en plongeant son regard intense et expressif dans les yeux de Sam.

    Qui semblait inexorablement perdre un peu plus contenance à chaque seconde qui passait. Ce qui amusait énormément Lou tout en servant ses desseins les plus sombres (ouuuuh). Sam était tendu comme un string, ce qui n’était pas peu dire vu l’état du jeune homme. Elle aurait apprécié qu’il y mette un peu plus du sien, mais quand elle en aurait fini avec lui, il lui mangerait dans la main et la suivrait n’importe où, pourvu qu’elle n’y aille pas sans lui.
    Lui souriant toujours avec un air énigmatique, elle se mordit la lèvre avant de baisser enfin les yeux, laissant le jeune homme respirer à nouveau (l’apnée, c’est pas bon >__< ). Il était temps de s’attaquer à sa chemise. Avec une lenteur délibérée, elle défit un à un les boutons, retenant à grand peine un juron de frustration lorsque apparut un t-shirt. Pourquoi tout ne pouvait il pas être simple.
    La chemise rejoignit la veste sur le sol. Lou regarda à nouveau Sam. Elle pouvait presque voir la veine battre sur son cou. Il était toujours aussi tendu et crispé. Bien bien, il serait bientôt mûr à point. Se collant à lui, elle poussa d’un coup sec, l’envoyant contre la table, qui bougea avec le gémissement typique du bois qui racle. Mais avant qu’il n’ait pu se redresser, elle se colla à nouveau à lui, l’obligeant à rester appuyé au meuble (ce qui le rendait, par la même occasion, un peu moins grand).

    « Ne bouge pas. » murmura t’elle en agitant un index sous le nez du jeune homme. « Pourquoi tu ne m’as pas rappelée ? » lâcha t’elle durement.

    Se réjouissant de la décomposition un peu plus flagrante de Sam. Elle était vraiment une très vilaine, très cruelle et très méchante fille. Mais il avait vraiment beaucoup à se faire pardonner. Aussi lui donnait elle une bonne raison de le faire.
    Lui interdisant de répondre par un index sur les lèvres du jeune homme, elle l’attrapa par le col de son t-shirt, rapprochant dangereusement son visage du sien, tandis que son autre main se glissait insidieusement sous ledit t-shirt, caressant délicatement la peau brûlante de son dos tout aussi musclé que tout le reste.

    « Tu es prêt à te faire pardonner ? » dit elle à voix basse avant de l’embrasser longuement.
    Bordel qu’il lui avait manqué, cet abruti. Elle avait l’impression d’être une adolescente avec son premier vrai petit ami. Comment pouvait il la mettre dans un tel état ? Elle ne le connaissait pas depuis si longtemps que ça, mais le courant était toujours bien passé entre eux. Un peu trop même. Elle réalisait peu à peu que cela avait toujours ambigu entre eux. Cependant, la tournure des choses était loin de déplaire à Lou. A Sam également…

_________________
    VICTOR HUGO DEMAIN DES L'AUBE Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe, ni les voiles au loin descendant vers Harfleur, et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Sam Winchester


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : MARY-W.
✾ MA CÉLÉBRITÉ : J.Padalecki
✾ MES CRÉDITS : Dodixe
✾ MON MOI² : Zadkiel
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 11/07/2009
✾ MES MESSAGES : 45276

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 28 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Chasseur


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: * Polo contre chemise ▬ p v . Louisa   Lun 21 Sep - 7:03

    Visiblement, la robe version pin-up ne faisait pas que de l'effet à Sam – et aux autres hommes, accessoirement. C'était plutôt comme si, alors qu'elle l'avait revêtis, Lou avait complètement changé du tout au tout… devenant une jeune femme qui savait très bien jouer de la dentelle pour tenter n'importe qui… et apparemment, surtout Sam. Ouf, quelques instants plus tard et elle se serait retrouvée sans sa robe, habillée à la va vite avec ce qui traînait pour lui ouvrir… si elle avait eu le courage de sortir de son bain pour lui ouvrir… alors il gagnait peut-être au change. Et voilà… quelles pensées, comment est-ce qu'il pouvait se permettre d'avoir des pensées pareilles ?! O___O Pauvre Sammy, qui était une nouvelle fois en train de se penser bien pervers à ne penser qu'à cette foutue robe et aux très sensuelles manières de Louisa… La testostérone en ébullition, ça change vraiment un homme… même Sam ! Que Dean se rassure, la preuve était là, sur le plan macho qui est presque prêt à lever la jambe pour marquer son territoire, Sam était toujours sur le devant de la scène, bien que ce soit bien profondément refoulé… Louisa avait su trouver le moyen de tout ramener au grand jour… qui sait ce que ça pouvait donner, pas grand-chose de chaste et respectable en tout cas. Alors que le sourire de Lou s'étendait sur ses lèvres, la respiration de Sam se faisait de plus en plus saccadée, de plus en plus n'importe comment et bientôt, il sentait qu'il n'allait pas tarder à tomber dans les pommes, ou à faire un stupide malaise, pour bien arranger les choses… manquait plus que ça. Certainement que son air facial (mdrr qu'il est moche ce mot ><) devait encore plus se décomposer à chacun des micro-mouvements de Lou, des plus insignifiants de ses mouvements qui pourtant… la rapprochaient sensiblement de Sam, lui offrant toujours une vue imprenable et faisant germer des milliers, des centaines de milliers de pensées horriblement inavouables. Prenant difficilement une longue et bien silencieuse inspiration alors que Louisa enlevait très sensuellement la veste de Sam pour la laisser tomber par terre, le Winchester se laissa faire, à la fois cette fois-ci toujours au stade figé sur place incapable de faire quoique ce soit mais aussi un petit peu plus conscient de ce qui lui arrivait… et se rendant peut-être compte que dans eux deux, ce n'était pas lui le plus pervers XD. Ou peut-être que ce n'était pas tout simplement de la perversité… -___-'

    Un bain… vraiment… sa proposition semblait d'autant plus sérieuse alors qu'elle soutenait son regard, laissant sans doute son expression à lui se figer sur son visage, dans un air encore et toujours partagé entre la surprise et le côté coincé qui l'envahissait depuis que l'atmosphère s'était réchauffée… en gros, depuis que Lou avait ouvert la porte de son appartement. Whow, celui-ci aussi il sous entendait beaucoup, beaucoup, et on pourrait dire encore une fois, beaucoup de choses qui allaient visiblement arriver… c'était un regard on ne peut plus expressif que le Winchester ne put que soutenir, n'ayant même pas la capacité physique de le quitter. Tous les muscles de son corps étaient complètement crispés, il n'avait certainement jamais eu les fesses aussi serré et l'air d'un gamin qui se rend tellement peu compte de ce qui lui arrive qu'il se laisse faire, envers et contre tout… même envers et contre une Louisa déchaînée qui lui enlève sa chemise encore une fois en dégustant apparemment très bien chacune des expressions par lesquelles Sam semblait passer vu de l'extérieur. Vu de l'intérieur, c'était encore plus compliqué que Sam habituel… il allait presque se donner une migraine à force de réfléchir à pleines turbines à ce point, pauvre Sammy. Il y avait bien entendu toujours ce côté "gentil Sam chaste qui fait le signe de croix à la moindre pensée salasse" qui lui disait qu'il ne passerait que pour un sale pervers s'il se contentait, à peine rentré chez Lou de lui sauter dessus avec la furieuse envie de lui enlever sa foutue robe, de la décoiffer au point que plus personne n'aurait idée de quelle coiffure elle aurait pu avoir avant. Et voilà, il y avait aussi cette autre partie, bien entendu, la salasse, celle commune à tous les hommes qui avait envie de faire tout ce qui était cité ci-dessus rien que pour se venger de ce qu'elle, elle était en train de lui faire subir à ce moment précis. Il y avait aussi, encore encore pour compliquer le tout, le "côté démon" de Sam, celui là même qui avait fait des trucs très très salasses avec Ruby, qui s'en mêlait, brûlant aussi d'une furieuse envie de rendre à Lou la monnaie de sa pièce.

    Deux contre un ? Où était la logique de Sam là-dedans ?! Alors que son cerveau semblait bien décidé à suivre ses hormones cette fois-ci, le chasseur restait encore en mode loque incapable d'esquisser un petit mouvement qui pouvait signifier qu'il n'avait pas croisé, par hasard le regard de quelque créature mythologique qui l'aurait transformé en pierre… ou en espèce de légume tout juste capable de rester debout. Enfin, debout, plus pour très longtemps puisque Louisa s'était langoureusement rapprochée, se collant contre lui, faisant battre pas mal de records à son rythme cardiaque et faisant ainsi battre son sang à ses oreilles, lui donnant encore une fois presque mal à la tête et surtout le mettant dans un état "indescriptiblement" compliqué… jusqu'à ce qu'il atterrisse contre la table, comme une pauvre âme en peine, l'os de la hanche quelque peu douloureux et un vague sentiment de 'aïeuuuh' qu'il ne réussit pourtant pas à prononcer, restant tristement cette loque qui n'arrivait à rien depuis de trop longues minutes presque interminables, sans doute, et pour Louisa surtout apparemment. La jeune femme – qui avait alors tout d'une jeune femme qui avait été trop seule depuis trop longtemps apparemment – ne lui laissa même pas le temps de se redresser ou d'esquisser un mouvement pour reprendre appuie sur ses jambes, elle le rejoignit alors qu'il avait à peine atterri contre cette table en bois, se collant encore une fois à lui de façon à ce qu'il ne bouge pas, à moins de devoir la repousser… ce qu'il ne voulait pas faire… plus faire ? pas faire ? Euh, la question était vague disons, en gros, Sam n'avait pas la capacité de se décoller de cette table, et était à la merci – ô le pauvre – des foudres de Louisa… qui ramenait alors, of course, le sujet des coups de fil sur le tapis – c'est rien de le dire ! Tandis que le Winchester se creusait la tête pour trouver quoique ce soit comme argument valable mais surtout pour essayer d'aligner ses mots, la chasseuse lui fit comprendre qu'aucune réponse n'était vraiment nécessaire, apparemment… elle voulait juste… se venger d'une façon bien cruelle. Alors qu'elle passait suavement – il fallait le glisser celui-là – sa main sous le tee-shirt du Winchester sans défense – quelle pauvre bête – Sam réprima un frisson, ramené presque avec plaisir sur ses pieds, contre cette fameuse table, avec Lou à qui il avait plus que visiblement manqué XD. Eh puis, elle semblait bien décidée à faire ce qu'elle avait à faire, que lui fasse quoique ce soit pour l'aider ou non, alors autant ne pas rester comme une loque, si ?

    Se réveillant alors définitivement – tadadadaaaam – alors que Louisa lui faisait cadeau de leur petit baiser de retrouvailles, le chasseur lui rendit son baiser, de un, parce qu'il n'avait pas pour habitude de se faire embrasser sans rien faire, et de deux, parce que c'était comme ça et pas autrement, elle l'avait tenté avec sa robe et ses sous entendus plein partout débordant dans chacun de ses gestes, alors autant ne pas faire le gros lourd qui pige rien… une fois mais pas deux hein ! Déjà qu'il était certainement passé pour un pas mal coincé la dernière fois u___u il fallait peut-être qu'il fasse mieux cette fois, qui sait… et de toute manière, il était bien décidé à faire mieux que de se poser trente mille milliards de questions sur le fait que ce soit pas bien ou bien ce qu'il faisait pour leur "avenir" qui n'avait pas lieu d'être… ils improviseraient, et puis voilà. Enfin bref, pour le moment, l'instant présent avait une toute autre saveur que celle qui avait rythmée le début de leurs grandes retrouvailles après visiblement assez de silence pour les mettre tous les deux en rut comme des bêtes sauvages XD et alors que Louisa continuait de balader sa main dans le dos de Sam, celui-ci laissa ses mains se poser non sans quelques caresses délicates et sensuelles, se poser sur les hanches de Lou, pour remonter très lentement le long de sa colonne vertébrale alors que leur baiser s'attardait. Après quelques mouvements des mains le long du dos de la jeune femme, entre ses épaules, dans le creux de ses reins, et à d'autres endroits stratégiques, et quelques baisers en guise de distraction, la robe de Louisa finit par rejoindre tout le reste par terre, tombant tout aussi négligemment que la veste puis la chemise, quoiqu'avec un léger bruissement de tissu significatif, laissant Lou en petit tenue de nuit. Décidément, les filles se couvraient beaucoup – quoique moins que Sam qui aimait visiblement beaucoup superposer tee-shirt et chemise… qu'importe le nombres de vêtements qui seraient par terre après tout… l'important c'était que dans la précipitation ils n'en oublient pas, non ?

    Laissant sa première main qui avait ensuite élu domicile dans les cheveux de Louisa les quitter pour redescendre vers ses hanches et rejoindre l'autre main, le Winchester continuait ses baisers fougueux, ne laissant plus le temps à Lou de faire quoique ce soit… elle s'était assez vengée, c'était à lui de se faire pardonner maintenant. Dans un merveilleux porté dont seul Sam – et Patrick Swayze il faut le dire – avait le secret, la situation se retrouva à son avantage, alors que la jeune femme atterrissait assise sur la fameuse table, presque aussi grande qui lui maintenant – presque précisons-le, c'est important ! Cessant quelques secondes ses chaleureux baisers, le Winchester prit le temps de croiser le regard de Louisa, gardant encore le silence pour le moment, avant de déposer un nouveau baiser cette fois-ci dans le creux du cou de Lou – et ça rime en plus ! Faisant lentement remonter ses baisers jusqu'aux lèvres de la jeune femme sur lesquelles il fallait l'avouer, il avait fait une super fixette dans le bordel qu'avaient été ses horribles pensées d'il y a quelques secondes à peine, il laissa l'une de ses mains remonter aussi lentement le long de la jambe de Lou, jusqu'à sa cuisse, dans une caresse bien douce malgré ses mains rêches. Se décidant finalement à laisser un peu de répit à Lou pour qu'elle puisse reprendre ses esprits alors qu'il avait bien senti à quel point il pouvait lui faire de l'effet quand il avait tout d'un sale pervers se faisait pardonner, Sam cessa ses baisers, croisant le regard de la jeune femme, avec cette fois-ci, cette pointe de sensualité made in lui-même. Laissant une dernière caresse dans les cheveux de Louisa, il réussit miraculeusement à trouver la force de parler, comme si les soudains événements l'avaient enfin rendu une nouvelle fois maître de ses actes, et heureusement d'ailleurs !

    « A y réfléchir… ce... serait dommage de gâcher ton bain… »

    Oh oui, vraiment dommage, curieusement, quand Sam se décoinçait un peu, il n'était vraiment pas contre toutes les propositions aussi étranges puissent-elles être, heureusement d'ailleurs, ce n'est pas comme s'il le faisait avec quelqu'un d'autre… c'était sûrement plus le fait d'être avec Louisa que le bain en lui-même qui avait poussé l'évidence même à s'imposer. Il avait beau ne pas avoir répondu à ses coups de fil, elle avait envahi ses pensées bien plus qu'elle ne pouvait elle-même l'envisager et bien plus que ce que Sam avait pu soupçonner… Il n'y avait bien entendu pas le seul fait de culpabiliser pour ne pas répondre à chacun de ses coups de fils, il y avait eu… plus que ça, des pensées que pour le moment, le Winchester ne voulait pas expliquer, ou ne pouvait pas tout simplement, sans doute comme Louisa, du moins, il l'espérait. Prenant la main de Lou dans la sienne comme elle, elle l'avait fait pour lui extirper les siennes toutes crispées de ses poches, Sam lui jeta un coup d'œil TRÈS explicite… l'eau allait refroidir s'ils tardaient trop XD.

_________________

winchesters say "hi" - i wake up every evening with a big smile on my face, and it never feels out of place. and you're still probably working at a nine to five pace, i wonder how bad that tastes. when you see my face hope it gives you hell, hope it gives you hell. when you walk my way hope it gives you hell, hope it gives you hell. now where's your picket fence love ? and where's that shiny car ? you never seemed so tense love and never seen you fall so hard. VOTEZ POUR NOUS ♥
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Louisa Delacroix


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Megalyn
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Zooey Deschanel
✾ MES CRÉDITS : Megalyn & Shiya
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 13/07/2009
✾ MES MESSAGES : 999

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Infirmière


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: * Polo contre chemise ▬ p v . Louisa   Mer 23 Sep - 6:05

    Enfin il y mettait du sien. Il était temps. Lou n’aurait pas tenu longtemps comme ça. Encore que maintenant que Sam le roi de la jungle s’était réveillé, il la rendait à moitié folle. Il avait la main très sûre pour ça. La rendre folle. Tandis que leur baiser, initié par la jeune femme mais largement mené par le chasseur, prenait une direction on ne peut plus intense, Sam en avait profité pour poser ses mains à des endroits stratégiques. Prodiguant des caresses qui étaient bien loin de l’homme pétrifié à qui elle avait ouvert sa porte. Et qui faisaient d’elle sa marionnette, alors qu’un instant plus tôt, c’était elle qui menait la danse. Non pas que cela lui déplaisait, bien au contraire. Sam savait relativement bien ce qu’il faisait.
    Elle sentit ses mains caresser son dos. Il cherchait, avec une frénésie à peine masquée, à lui enlever sa robe. Il commençait par le plus difficile, à savoir la fine fermeture, cachée sur le côté. Il ne mit néanmoins pas longtemps à la trouver et à la faire glisser avec un léger ‘ziiiip’, effleurant au passage, par pur accident (bien évidemment), un bout de peau qui se retrouvait découvert. Il trouva ensuite le nœud dans sa nuque et le défit, enlevant la robe avec une satisfaction qu’elle sentait dans ses caresses plus intenses maintenant qu’il était en contact direct avec sa peau.

    Lou avait l’impression de plus n’être que de la lave en fusion. Et la main de Sam qui passait de ses cheveux pour rejoindre sa petite sœur sur ses hanches ne présageait rien de bon pour ses malheureuses (?) hormones. D’ailleurs, s’ils n’avaient pas été proprement occupés à s’embrasser à perdre haleine, il y avait déjà bien longtemps que la jeune femme aurait laissé échapper un gémissement. De plaisir. De très intense plaisir.
    Lorsqu’elle se retrouva assise sur la table et Sam délicieusement niché entre ses cuisses offertes, elle se demanda un instant relativement long (vu son état) si le traître avait été si ‘traumatisé’ que ça lorsqu’il l’avait vue avec sa robe on ne peut plus sexy.
    Il cessa de l’embrasser, lui arrachant un gémissement, de frustration cette fois, et elle croisa son regard. Brûlant. C’en était fini d’elle. Elle se mordit la lèvre lorsqu’il plongea dans son cou. Et ferma les yeux lorsqu’il eut la délicieuse idée de laisser négligemment (?) une main remonter le long de sa cuisse.
    Elle était à moitié nue, alors que lui-même n’était même pas torse nu. Et pour l’avoir vu pendant toute une nuit qui avait trop courte à son goût, elle savait à quel point ledit torse était agréable à regarder et à toucher. Pas que le torse d’ailleurs.
    Mais il fit taire toute protestation dans l’œuf en l’embrassant à nouveau. Ce qui décida Lou à lâcher la pauvre table, sur laquelle elle s’était fait blanchir les phalanges, pour enlacer le jeune homme et se coller à lui. Mais il avait décidé qu’elle ne s’en tirerait pas si facilement. Il s’était écarté d’elle, la fixant avec un regard énigmatique. Comme pour mieux la détourner de la caresse dans ses cheveux, qui arracha à Lou un délicieux frisson.

    Le bain ? Quel bain ? Lou se souvint brusquement. LE bain qu’elle aurait pris s’il n’avait pas débarqué. Et elle avait eu la judicieuse de lui proposer de la rejoindre. Après avoir eu visiblement un mal fou à comprendre la question, il l’avait intégrée. Parfaitement. Elle plus lui, pas de vêtements et une grande baignoire. Beaucoup, vraiment BEAUCOUP de possibilités.
    En bref, rien qui ne se refusait. Lou se laissa entraîner vers la salle de bain. C’était son idée, il fallait qu’elle l’assume. Passant devant, sans lâcher Sam, elle ouvrit la porte et la referma sitôt qu’ils furent tous les deux dans la pièce. Oubliant toute bienséance, elle lui arracha presque son t-shirt, passant la main sur sa peau mate. Ne pas oublier de respirer, ne surtout pas oublier.
    Elle finit par faire un pas en arrière, un sourire mutin plaqué sur son visage angélique. Elle ôta le reste de ses vêtements, c'est-à-dire pas grand-chose, et entra dans l’eau encore délicieuse chaude en se sentant observée sous toutes les coutures.
    Elle posa les yeux sur Sam, toujours torse nu, autant dire encore trop habillé et lui fit signe de l’index de la rejoindre dans l’eau.

    « Je me sens seule, tu sais… » murmura t’elle avec une voix faussement ingénue.

    Détournant le regard, elle prit un peu de mousse dans sa main, qu’elle étala sensuellement sur sa clavicule puis le long de son cou, descendant entre ses seins, soigneusement cachés par la mousse, justement.

_________________
    VICTOR HUGO DEMAIN DES L'AUBE Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe, ni les voiles au loin descendant vers Harfleur, et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Sam Winchester


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : MARY-W.
✾ MA CÉLÉBRITÉ : J.Padalecki
✾ MES CRÉDITS : Dodixe
✾ MON MOI² : Zadkiel
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 11/07/2009
✾ MES MESSAGES : 45276

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 28 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Chasseur


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: * Polo contre chemise ▬ p v . Louisa   Mer 23 Sep - 11:05

    A compter, ça faisait des masses et des masses de temps que Sam ne s'était pas accordé le petit privilège de prendre un bain. Peut-on dire pour autant qu'il en avait bien besoin ? Bon, cette durée aussi longue soit-elle ne pouvait pas pour autant excuser son attitude de bête en furie, qui a l'air de ne pas avoir fait quoique ce soit d'un tant soit peu… de grand depuis bien longtemps… ce qui n'était absolument pas le cas, et Sam n'était pas en manque, il n'était jamais en manque… sauf de plein de choses, mais pas de ça spécifiquement. Quoique, depuis qu'il avait franchi cette porte, il se sentait bien en manque et surtout les hormones bien remuées par tout ce qui pouvait bien l'entourer – ahhah le pauvre, c'est vraiment passer pour un pervers là. Alors qu'il se délectait de chacun des émois de Louisa tout contre lui, il s'était finalement décidé à s'écarter, la sentant presque de plus en plus défaillir à chacun de ses actes – et n'ayant aucune envie qu'elle tombe DEJA dans les pommes. Elle l'avait bien trop cherché pour qu'il s'arrête là, ce serait certainement bien plus frustrant pour lui que pour elle qui plus est… ou pas, à en croire tous les frissons qui l'avaient parcouru alors que le Winchester avait pris l'avantage sur elle dans leur échange de baisers plus ou moins catholiques – ô pardonnez-nous seigneur tout puissant – elle serait aussi très frustrée que tout s'arrête là, maintenant, tout de suite. Pourtant, à peine entrés dans la salle de bain en laissant derrière eux une bonne partie de leurs vêtement respectifs – proportionnellement parlant, bien entendu – Louisa reprit le dessus, arrachant presque feu tee-shirt sous la violence de son attaque xD, laissant Sam – triste Sammy sans défense – torse nu en plein milieu de la petite salle de bain de Louisa, principalement occupée, et elle avait eu raison, par la grande baignoire dans laquelle elle se serait sentie bien seule s'il n'était pas là à cet instant précis. Whou, quel sourire qui traversa à cet instant précis le visage trop angélique visiblement de la chasseuse, à en faire presque frissonner Sam tant il était plein de sous entendu – ou peut-être frissonnait-il à cause du froid environnant, malgré l'eau dans le bain qui semblait bien chaude. Apparemment, le chasseur avait repris son aspect de spectateur ébahi alors que la jeune femme, elle, préférait être l'allumeuse, celle qui donne envie à l'autre de se jeter dans ses bras… comme juste avant quoi et apparemment, maintenant qu'elle savait très bien que ça allait très bien fonctionner, elle s'en délectait et s'en amusait beaucoup. Ne prenant même pas la peine de voir les autres vêtements de Lou tomber sur le sol, Sam ne la lâcha pourtant pas du regard alors qu'elle entrait dans l'eau, jouant parfaitement avec chacun de ses gestes pour maintenir le côté hormonal de Sam en éveil – ça fait très médical dit comme ça.

    Et puis, sans même que le Winchester ne s'en rende compte, alors qu'il était resté silencieux à détailler chacune des courbes de Louisa avec toujours ce regard hystero-flippant du mec qui s'est fait allumer contre une table de salle à manger. Mais elle n'en avait pas fini avec son petit jeu et puis Sam n'avait pas encore eu l'occasion de reprendre entièrement ses esprits, ou du moins, d'assez détacher ses pensées de Louisa pour avoir la capacité de faire quoique ce soit. Et, dans un nouveau jeu très calculé et faisant bien entendu beaucoup d'effet sur la pauvre personne traumatisée de Sam, la chasseuse lui fit comprendre qu'elle se sentait terriblement seul dans son bain, d'une manière encore une fois, à faire bouger n'importe quelle statut de cire de sexe opposé. Sortant donc d'une façon terriblement efficace Sam dans sa léthargie, Louisa se risquait sans doute sur des chemins dont elle ignorait même les "plus sombres desseins" (whouhou) qui pouvaient l'y attendre. Parfait, le chasseur était plein de ressources, et maintenant, il ne devait pas se dégonfler, bien qu'il n'en ait aucune envie, il était là, elle le tentait et il comptait bien ne pas montrer de résistance acharnée, ce serait bien trop bête. S'il pouvait en venir à réfléchir un tant soit peu, Sam serait encore une fois persuadé de n'être qu'un sale pervers qui ne voit en Louisa qu'une fille dans un bain affreusement tentante avec ses jeux de charme. Au fond, il ne culpabilisait pas, parce qu'il savait sans doute dans ce coin de son inconscient d'où naissaient ses remords que les jours qui avaient passé, il avait pensé à ce moment là, enfin, au moment où il aurait la force de revenir la voir, d'affronter les choses au lieu d'ignorer les coups de fil et de faire comme si de rien n'était. Et, ô bonne conscience, il n'avait jamais pensé que les choses iraient aussi vite… peut-être parce qu'il était venu avec cette idée étrange qu'ils auraient forcément besoin de parler, suite à ces trop longs silence respectifs, suite à tout ce que Sam avait laissé planer depuis tout ce temps.

    A ce moment précis, of course, on s'imagine bien sûr que Sam n'est pas en train de penser aux coups de fil volontairement ratés, ou encore aux petites mondanités qu'il avait imaginées pour leurs "retrouvailles" après silence. Non, non, bien entendu, il pensait à toutes autres choses à ce moment même, encore une fois bien peu avouables alors qu'il se faisait sans aucun doute très attendre dans le bain, en compagnie de Louisa. Quittant ses habits encore plus vite que s'il s'était téléporté pour les quitter – c'est dire à quelle vitesse – le Winchester prit tout de même le temps de se faire désirer, contournant la baignoire – c'est dire comme il n'est pas pudique ! *sbaff* - Sam passa derrière Louisa, s'arrêtant juste dans son dos, déposant un léger baiser sur sa joue, il passa ses mains sur les épaules de la jeune femme, laissant l'une de ses mains glisser sur la fameuse clavicule recouverte de mousse pour l'enlever et puis descendre très lentement pour enlever tout le reste de mousse, avec cet extrême contrôle qu'on ne connaît que trop rarement à Sam et cette douceur toujours la même, malgré les nombreuses atteintes qu'on longtemps subi les mains du Winchester depuis ses longues années de vie. Laissant son souffle caresser la peau de la jeune femme, Sam la rejoignit dans le fameux bain dont l'eau était encore chaude malgré le temps qu'ils avaient bien pu mettre à le rejoindre. Sam avait presque l'impression de se comporter comme un ado, ce qu'il semblait bien être sans doute, mais il ne se posait pas de questions, ne prenant pas le temps de le faire. Peut-être était-ce l'ambiguïté de leur relation qui lui donnait aussi toute sa valeur, peut-être était-ce ce silence qui s'était installé et qu'ils préféraient faire encore durer qui leur faisait du bien à tous les deux, comme un merveilleux moyen de détourner chacun de leurs problèmes… des problèmes qui les prenaient tous les jours de leur vie, sauf quand ils étaient ensemble… et souvent même, pour Sam, à chaque fois qu'il pensait à elle. Sans doute était-il venu spécialement aujourd'hui parce que les jours qui passaient se faisaient tous de plus en plus éprouvants, alors que ses nuits étaient plus longues que jamais, sans qu'il ne trouve quelque sommeil, ou une possibilité de se vider l'esprit et sans doute encore plus parce qu'il avait besoin de tout le bien que Louisa lui avait fait la dernière fois qu'ils avaient été ensembles, ses gestes de tendresse, ses paroles même, tout simplement…

    Prenant la main de Lou dans la sienne encore sèche, il l'amena à lui, dans un léger mouvement du bras, avec douceur, caressant légèrement son épaule en soutenant son regard, quelques secondes, à peine, le temps sans doute de lui faire comprendre qu'elle ne serait plus jamais seule maintenant, et que s'il était revenu ce soir, c'était avec la ferme intention de ne jamais plus laisser un pareil silence entre eux, encore moins aussi long. Rien que pour lui faire comprendre qu'il ne la laisserait pas tomber, quoiqu'elle ait, quoiqu'elle fasse ou quoiqu'elle puisse penser de lui. L'embrassant alors avec la douceur qu'il n'avait pas eue quelques instants auparavant alors qu'il s'était plus laissé emporter par ses instincts hormonaux – si l'on peut schématiser de cette étrange façon – que par tous les sentiments qui le poussaient à être doux et attentif au moindre mal qu'il puisse lui faire, il la serra contre lui, l'enlaçant de ses bras et laissant sa main descendre le long du dos de la jeune femme dans un infime et imperceptible mouvement de chaleur humain au milieu de la chaleur toute simple de l'eau. L'esprit vidé de toute appréhension ou de tous les remords contradictoires qui lui avaient envahi les pensées, Sam se sentait de nouveau libéré, les charmes de Louisa avaient une nouvelle fois marché sur son cerveau, sur ses remords et surtout sur cette irrésistible envie qui lui tordait les boyaux depuis de nombreux jours à présent, une envie à laquelle il ne s'était pas senti la force d'échapper avant cet instant là, et qu'il savait très bien qu'elle allait le dévorer d'ici trop peu de temps, intégralement, de l'intérieur, lui faisant probablement encore une fois perdre tout ce qui faisait ce qu'il était, comme la dernière fois. Il avait beau avoir trouvé la force de résister contre ce besoin de pouvoir, cette envie de sentir la force palpiter dans ses veines, la faim, l'envie était toujours là, le rendant de plus en plus fou les jours passant… sauf à cet instant là, parce que Louisa éloignait tous les maux, quoiqu'elle puisse faire, quoiqu'elle puisse dire, de son simple regard, de chacun de ses actes si réconfortants dans la chaos qui semblait entourer de plus en plus Sam comme tous les gens ici.

    A ce moment précis, il ne se sentait plus seul, plus juste emparé par cette envie, paralysé par ce besoin, il se sentait à nouveau libre de ses actes… et elle non plus, elle n'était pas seule ce soir, ils se suffisaient amplement à eux même, tous les deux, là, maintenant, alors que le temps semblait perdre toute importance critique. Dans ce bain ou ailleurs, à faire l'amour ou autre chose, rien ne pouvait changer, la douce lueur au bout du très long tunnel qu'allait encore être les tortures que Sam s'infligeait à lui-même restait la même, celle apportée par Louisa, extrêmement réconfortante, lui donnant presque parfois la folie d'avoir foi en ce qui allait advenir, d'eux, des choses, des événements et du monde. A ce moment même, Lou avait tout simplement trouvé le pouvoir de tout effacer, de n'être que la seule personne présente à l'esprit de Sam, son seul tourment et le seul réconfort à ses douleurs, juste celle qui était avec lui, ici ou ailleurs, en ces temps perturbés ou en d'autres époques plus sereines, il n'en avait pas grand-chose à faire, l'important, c'était qu'elle était là et qu'ils étaient ensemble comme si les jours n'avaient pas passé depuis la dernière fois et comme si rien n'avait au fond changé un tant soit peu leur relation. Une douce magie, à laquelle le Winchester ne cherchait pas à comprendre quoique ce soit tant il avait peur de briser sa beauté, il voulait juste s'en délecter, de chaque seconde, de chaque caresse, de chaque baiser, comme si c'était le dernier, comme si les secondes qui passaient effaçaient tout bien trop vite.

_________________

winchesters say "hi" - i wake up every evening with a big smile on my face, and it never feels out of place. and you're still probably working at a nine to five pace, i wonder how bad that tastes. when you see my face hope it gives you hell, hope it gives you hell. when you walk my way hope it gives you hell, hope it gives you hell. now where's your picket fence love ? and where's that shiny car ? you never seemed so tense love and never seen you fall so hard. VOTEZ POUR NOUS ♥
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Louisa Delacroix


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Megalyn
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Zooey Deschanel
✾ MES CRÉDITS : Megalyn & Shiya
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 13/07/2009
✾ MES MESSAGES : 999

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Infirmière


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: * Polo contre chemise ▬ p v . Louisa   Sam 26 Sep - 8:57

    Lou le regarda avec un intérêt non feint. Les vêtements du jeune homme avaient volé plus rapidement que si elle les avait elle-même arraché. C’est dire. Déglutissant péniblement, elle attendit qu’il daigne vouloir la rejoindre. Ce qui n’était pas dans ses priorités, visiblement. Elle le laissa se pavaner comme un coq autour de la baignoire, évitant de le regarder, histoire de sortir vivante du bain. Ce qui n’était pas très bien parti, vu la vitesse à laquelle son malheureux palpitant battait la chamade. Seulement voilà, ne pas regarder un Sam en tenue d’Adam qui vous fait un petit défilé, ce n’est pas aussi simple que ça en a l’air. Heureusement, il finit par se mettre derrière elle. La jeune femme ferma les yeux en sentant ses lèvres contre sa joue. Rien qui ne puisse calmer son rythme cardiaque plus qu’irrégulier.
    Surtout pas les mains qui caressaient si tendrement ses épaules, encore moins celle qui s’aventura sur la clavicule mousseuse pour ensuite aller explorer des contrées plus mystérieuses.
    Elle remercia tous les dieux païens qu’elle connaissait (c'est-à-dire à peu près tous, elle ne bossait pas dans une bibliothèque pour rien, après tout) lorsqu’il se décida enfin à entrer dans l’eau, lui laissant à peine quelques instants de répit. Ou pas. Au fond, elle n’en voulait pas. Elle n’avait jamais autant réalisé qu’à cet instant précis à quel point elle se sentait vide quand il était loin d’elle. A croire qu’elle n’avait jamais été… Amoureuse avant de le connaître. Amoureuse. Dire que si elle n’avait pas été aussi en colère contre Jackson, jamais elle ne se serait avoué à elle-même qu’elle l’était. Eperdument et irrémédiablement amoureuse de Sam. Elle voulait croire qu’il ressentait la même chose. Sans en être sûre. Loin de là de même.

    Il lui prit doucement la main et la tira vers lui. Lou se laissa faire avec un sourire, se blottissant contre lui en silence. Ne pouvant se détacher des étranges yeux du jeune homme. Ils n’avaient jamais la même couleur. A ce moment là, ils étaient d’un gris qui tendait vers le bleu. Comme si les faïences de sa salle de bain se reflétaient dans les iris de Sam. Mais elle n’eut guère l’occasion d’en observer plus. Il s’était penché vers elle, l’embrassant avec sa douceur coutumière, bien loin du buisson ardent qu’elle avait fait apparaître un moment auparavant.
    Elle lui sourit lorsqu’elle s’écarta. Se tournant non sans difficulté (parce que bon, Sam est grand quoi U_____U il la prend sa place dans la baignoire), elle appuya son dos contre le torse du jeune homme, se laissant enlacer par ses bras puissants. Elle appuya sa tête contre lui fermant les yeux avec délice, au chaud dans les bras du jeune homme.

    « Tu as le droit d’être heureux, Sam. » murmura t’elle. « Tu n’es pas obligé de torturer comme ça. » Ce faisant, Lou passait un index sur les veines saillantes des avant-bras de Sam. « On fait tous des erreurs. Okay, les tiennes sont plus graves, mais ça ne fait pas de toi un monstre. »

    Elle dégagea une main de l’étreinte tendre mais ferme de Sam, la glissant derrière la nuque du jeune homme, attirant son visage plus près d’elle. La jeune femme déposa un léger baiser sur la joue de Sam, le lâchant pour appuyer sa tête contre la sienne.

    I don’t feel right when you’re gone away

    « Parle moi d’elle. De Jessica… » Lou n’avait pas la prétention de croire qu’il pouvait l’aimer au moins autant qu’elle. Elle avait juste envie de croire qu’il pouvait l’aimer juste un peu. « Enfin, si tu t’en sens le courage. Je voudrais la connaître. Savoir si elle était brune, rousse ou blonde, si elle avait les yeux verts ou marron. Ce qu’elle aimait, ce qui la faisait rire… Même si je ne saurais jamais qui elle était ou qui elle aurait été, elle tenait à toi autant que moi. Et où qu’elle soit, je ne pense pas qu’elle voudrait que tu souffres comme ça… »

_________________
    VICTOR HUGO DEMAIN DES L'AUBE Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe, ni les voiles au loin descendant vers Harfleur, et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Sam Winchester


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : MARY-W.
✾ MA CÉLÉBRITÉ : J.Padalecki
✾ MES CRÉDITS : Dodixe
✾ MON MOI² : Zadkiel
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 11/07/2009
✾ MES MESSAGES : 45276

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 28 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Chasseur


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: * Polo contre chemise ▬ p v . Louisa   Dim 27 Sep - 10:29

    Sans même la chaleur de l'eau, c'était avant tout la chaleur de Louisa, de ses regards couvant son être, de ses gestes si doux à ses tourments qui réchauffait Sam. Cette sensation était encore plus délectable que celle qu'on peut ressentir à plonger dans une eau tout juste chaude, alors que l'air autour se fait de plus en plus frais. Ayant calmé ses ardeurs – dommage ou non ? – le Winchester faisait une nouvelle fois preuve de beaucoup de douceur, faisant de chacun de ses gestes des caresses de tendresse. Ce moment là aurait pu durer une éternité, plus rien n'avait d'importance, si ce n'est la douce torture qu'était celle de sentir Louisa contre lui, de sentir parfois même son cœur battre dans sa poitrine tant ils étaient proches, tant leur rythme cardiaque pouvait parfois battre des records de vitesse. Il réprima d'ailleurs un délicat frisson, alors qu'il sentait les cheveux de Lou passer comme une caresse sur son torse, contre sa peau, alors qu'elle s'écartait pour se blottir contre lui, dos à lui mais toujours avec cette douceur relaxante. Il l'enroula alors de ses bras, délicatement avec une longue respiration pour calmer le rythme acharné de son cœur, qui manquait parfois de faire des ratés, incontrôlable tellement Sam était incapable de se concentrer sur autre chose que tout ce qui semblait être juste éphémère : un frisson, une caresse, un simple contact qui lui faisait pourtant bouillonner l'être entier. Il s'accorda même à fermer les yeux, ayant fait taire ses dernières poussées hormonales XD subies alors qu'il arrivait tout juste, se délectant de ce silence, de ce simple contact qui, maintenant il se l'avouait presque, lui avait bien manqué ces dernières semaines. Jamais il n'aurait pu penser pouvoir se permettre de se délecter de choses aussi simples, ou tout simplement de pouvoir faire taire ses tortures l'espace de quelques heures, à chaque fois lorsqu'il se retrouvait avec elle, elle faisait apparaître ce simple sentiment de plénitude, ce vide à l'intérieur de lui qui lui permettait de vivre, de survivre à tout ce qui l'accablait constamment. Il aurait presque pu oublier l'endroit où il se trouvait, l'Apocalypse qui se déroulait discrètement au-dehors, l'horreur amenée par le voile de la nuit, se contentant tout bonnement de serrer Lou dans ses bras, de la protéger de son étreinte douce, de son simple contact qui lui donnait pour une fois l'impression d'être autre chose qu'un monstre qui boit du sang et qui a libéré Lucifer.

    Pourtant, elle brisa ce silence, de sa voix douce, quoique par ses mots lourds de sens, qui résonnèrent alors dans les pensées de Sam, lui arrachant toutes ses horribles pensées, faisant subitement remonter dans son cœur, dans ses tripes et dans son cerveau toute cette culpabilité qui le bouffait continuellement. Alors que Louisa passait son doigt sur les veines saillantes de son avant-bras, Sam eut un léger froncement de sourcils, sentant comme un voile de douleur, de malaise dans ce contact, dans ce qui aurait pu être une caresse mais qui était au fond une véritable torture qui éveillait en lui des pulsions – merci Freud ! – qu'il ne voulait pas ressentir, pas là, pas maintenant… Il en vint même à remercier intérieurement une quelconque force supérieur, quelqu'un qui avait alors décidé qu'il était tant de mettre fin à cette brûlure, Louisa qui s'était finalement décidée à mettre fin à cette caresse faiblarde qui n'éveillait chez le Winchester que des démons qu'il s'efforçait de laisser bien enfoui en lui. Si ce n'était pas ses actes qui faisaient de lui un monstre, c'était sans conteste possible ce sang, qui coulait dans ses veines et qu'il n'avait que trop largement pollué, empoisonné avec le sang de Ruby, du sang de démon, ce pouvoir qui maintenant lui arrachait d'horribles désirs dévorants à chaque fois qu'il y pensait, à chaque fois que ces souvenirs remontaient à son esprit, quand il s'endormait parfois. Incapable de faire quoique ce soit contre les actes de Louisa, juste occupé à faire taire tout ce qu'elle avait éveillé d'un simple toucher, le Winchester déglutit avec difficulté, sentant sa gorge s'enserrer douloureusement alors que les choses ne s'apaisaient que trop lentement, continuant de faire rager ses instincts les plus primaires – Sam va devenir un tigre! Ahah – dans un cri strident qui ne faisait que retentir à son oreille, dans sa tête, lui refilant presque la migraine. C'était son lot quotidien, sa croix, qu'il portait tous les jours, mais pas pour autant avec de plus en plus de facilité, au contraire, plus les jours passaient, plus il s'enfonçant, irrémédiablement et plus il luttait, plus il sentait l'étreinte du malheur le poursuivre, le retenir avec dureté pour le maintenir dans l'ombre.

    Peut-être avait-elle perçu ce malaise chez lui ? Ou peut-être pas… Sam l'entendit reprendre la parole, mettant pourtant quelques longues secondes à se faire à l'idée qu'il puisse encore entendre quoique ce soit d'autre que ce cri en lui, que cette fureur, cette envie de céder à toutes les tentations qui pouvaient s'offrir à lui, la facilité, la nourriture suprême qui pourrait finalement mettre fin à tous ses tourments. Retombant lourdement sur Terre alors que "Jessica" arrivait dans la conversation, Sam sentit une nouvelle fois sa mâchoire se crisper douloureusement, ses souvenirs, ses remords remonter à son esprit. Il se souvenait de tout d'elle, de son regard, son sourire et des dernières paroles qu'elle avait prononcées pour lui, s'adressant juste en fait à une messagerie vocale, alors qu'il avait été trop occupé pour lui répondre. Il n'eut pas la force cette fois-ci de réprimer son frisson, alors que le souvenir chaud des flammes bouillantes autour de lui remontait à son esprit, de Dean, qui était revenu le chercher et de l'énorme vide qu'il avait alors empli de désir de vengeance, qui s'était emparé de lui alors que Jessica n'était plus que réduite à un souvenir figé, retenu dans le passé auquel elle était désormais rattachée, alors qu'elle finirait par être irrémédiablement oubliée, transformée en un rien par les années passant. Le silence durait depuis de longs instants, des secondes, des minutes… la seule chose dont il était sûr, c'est que ce n'était pas des heures, et qu'il n'avait pas perdu le fil des choses au point de se perdre avec le temps. Sans s'en rendre compte, il avait desserré son étreinte autour de Louisa, se contentant de vaguement l'enlacer alors que le cauchemar qu'avait été toute sa vie reprenait le pas sur la seule chose qui pouvait tout occulter. Il prit finalement sur lui, sans trop savoir par quel choix de son inconscient, prenant une longue inspiration, déglutissant encore une fois avec difficulté, entendant même le sang battre à ses oreilles alors que les souvenirs se faisaient à chaque seconde de plus en plus précis, de plus en plus tranchants et douloureux, rien que pour faire naître sans doute, de nouveau remords :

    « Je… je sais pas quoi dire… elle était juste… celle dont j'avais besoin. Elle savait toujours tout… de ce que je pouvais vouloir, ou de ce que je pouvais être… j'avais juste, l'impression d'être normal… j'avais besoin d'être normal à cette époque. C'est… à la fac qu'on s'est rencontrés… elle était juste… comme les autres, elle semblait être loin de tout ça… intouchable. »

    Il se tut, se rendant peu à peu compte de chacun des mots qu'il disait. Jessica avait eu de beaux cheveux blonds, des yeux bleus magnifiques, des sourires tous plus beaux les uns que les autres, et elle riait à tout, même à ce que Sam pouvait dire… il le savait très bien, mais à cette époque, Jess avait été le refuge du Winchester, tout simplement, alors qu'il quittait un monde horrible, déchirant et traumatisant, elle avait été la fille tout à fait normale, qui l'avait cloué à la réalité, qui avait éloigné les esprits et les créatures horribles de ses visions, qui avait comblé aussi ce grand vide qu'il avait laissé, inconsciemment en abandonnant les siens à un sort qui lui était totalement inconnu. Et voilà, Jessica avait payé de ça, elle avait apporté tellement de bien à quelqu'un comme Sam, quelqu'un de maudit comme lui, qu'elle en avait payé de sa vie, comme maudite, elle aussi, ou utilisée comme outil pour renforcer tout simplement le poids sur les épaules du chasseur, cette conscience douloureuse qui lui donnerait presque envie de damner son âme à l'Enfer éternel plutôt que d'avoir à tout soutenir plus longtemps. Alors que le silence s'installait, Sam se plongeant dans ses souvenirs, celui-ci eut un sourire amer, posant son regard dans le vague, laissant ce sourire très vite disparaître pour être à nouveau gagné par un air désolé, désemparé :

    « Bien entendu… c'est pas comme si ça permettait de se rendre compte… c'est que des souvenirs, ce que j'ai toujours vu en elle… ça lui rend tout simplement pas justice. »

    Il n'y avait tout simplement pas de mot pour décrire tout ce que Jess lui avait amené, et tout ce que le simple fait de l'aimer lui avait pris à elle, à commencer par la vie, elle avait été tout simplement fauchée par le passé du Winchester, par ce qu'il était, sa condition qui finissait toujours par revenir, encore plus violemment même, peu importe où il fuyait… la chasse le retrouvait toujours. Il eut un léger mouvement, faisant mine de se redresser pour être mieux installé, étant une nouvelle fois cloué sur place par tout ce qui était remonté trop subitement, incapable de dire quoique ce soit d'autre mais tout aussi incapable de détourner la conversation, de prétendre ne pas être douloureuse atteint par ce qui lui traversait l'esprit, ce que Louisa avait ramené en quelques paroles, sans même qu'il ait la force de lui en vouloir… elle ne faisait que le confronter à ses échecs, à ses erreurs et à ceux qui en avaient ainsi payé le prix… Jessica n'étant que le premier nom d'une liste qui n'allait pas cesser de s'étendre de si tôt. Plongé dans cette pesant léthargie, Sam ne se rendait même pas compte que le silence suivait ses paroles, laissant juste planer les souvenirs de Jessica partout autour d'eux, l'épiant au moindre mouvement qu'il pouvait faire pour les éloigner, pour s'attaquer à lui, avec encore plus de puissance.

_________________

winchesters say "hi" - i wake up every evening with a big smile on my face, and it never feels out of place. and you're still probably working at a nine to five pace, i wonder how bad that tastes. when you see my face hope it gives you hell, hope it gives you hell. when you walk my way hope it gives you hell, hope it gives you hell. now where's your picket fence love ? and where's that shiny car ? you never seemed so tense love and never seen you fall so hard. VOTEZ POUR NOUS ♥
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Louisa Delacroix


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Megalyn
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Zooey Deschanel
✾ MES CRÉDITS : Megalyn & Shiya
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 13/07/2009
✾ MES MESSAGES : 999

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Infirmière


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: * Polo contre chemise ▬ p v . Louisa   Lun 28 Sep - 12:10

désolée, naze U__U

    C’était de la folie. Elle se faisait souffrir et surtout, elle le faisait souffrir. Il ne s’était jamais remis de la mort de Jessica. Certes, Sam le cachait. Mais si on grattait la surface un tant soit peu, la douleur réapparaissait. Comme Lou venait de le faire. Etait ce une si mauvaise chose, au fond ? Depuis combien de temps Sam gardait il cela pour lui ? Pour le peu qu’elle connaissait Dean, il était plus qu’évident que son frère ne se confiait pas à lui. Dean avait lui aussi perdu des personnes chères à ses yeux. Mais il n’avait pas vu la femme qu’il aimait mourir sous ses yeux, et ne se considérait pas comme le seul et unique responsable. Selon toute vraisemblance, la culpabilité qui rongeait Sam depuis toutes ces années n’avait jamais inquiété Dean plus que cela. Et voilà où en était le monde. Peut être Lou n’avait elle pas tous les paramètres sous les yeux, mais elle se doutait que la brouille entre Dean et Sam était à l’origine de beaucoup de choses.
    Elle sentit que quelque chose se briser entre eux. Sam ne l’avait pas lâchée, non, mais déjà son étreinte était moins intense. Comme si Jessica s’était glissée entre eux pour les séparer, pour écarter Lou de son bien aimé. Ils l’auraient senti si l’esprit de la jeune femme avait été là, ils étaient bien trop habitués à ça. Ou peut être était ce juste ce que Sam disait. Alors Lou comprit qu’elle ne serait jamais comme Jessica à ses yeux. Déjà de par ce qu’elle faisait de façon officieuse. Ça avait tué Jessica. Sam haïssait ce qu’il faisait, comment pourrait il aimer quelqu’un qui faisait la même chose que lui ?
    Lou ne put réprimer les larmes qui coulaient. Fort heureusement, la position dans laquelle ils étaient empêchait Sam de voir que ce soit. Qui plus est, il semblait s’être endormi. Même si ce n’était pas le cas. Sa respiration, bien calme, était loin d’avoir la paix de celle d’un dormeur. Sans même s’en rendre compte, elle s’était remise à lui caresser doucement les bras et les mains. Comme si ça allait changer quelque chose…

    « Je suis désolée, Sam… Désolée d’être tout le contraire de Jessica. De ne pas être celle qui te fait te sentir normal, de ne pas être celle qui te fait tout oublier. D’être celle qui te rappelle tout ce que tu détestes tellement… »

    Lou déglutit péniblement, la gorge nouée. Il n’y avait rien de pire que de ne pas savoir. Jusqu’à présent, elle avait été d’accord avec ce leitmotiv. Mais plus maintenant. Savoir qu’il ne tiendrait jamais vraiment à elle était plus dur à encaisser qu’elle ne l’avait pensé. Elle s’était si vite attachée à lui. Comment aurait elle pu ne pas le faire ? Il était si gentil. Il l’avait toujours considéré comme une égale, pas comme quelqu’un de faible.
    Mais ce n’était pas l’unique raison pour laquelle elle était tombée amoureuse de lui. Amoureuse. Elle qui s’était juré de ne plus s’y laisser prendre. Elle ne supportait même pas qu’il soit loin d’elle à peine quelques jours.
    Elle aurait dû sortir de ce bain, s’éloigner de lui pendant qu’elle le pouvait encore. Mais elle n’en avait pas la moindre envie. Se dire que ce serait peut être la dernière fois. Elle n’en avait pas le courage. A contrario, elle se blottit un peu plus contre le jeune homme, resserrant elle-même l’étreinte de ses bras.

    Elle n’aurait jamais dû mettre le sujet Jessica sur le tapis. C’était fou et stupide. Et elle allait perdre Sam. Pour de bon. Et elle ne voulait pas. Mais si Sam n’était pas heureux avec elle, Lou savait pertinemment qu’elle s’en irait. Lui en serait peut être soulagé, mais elle en aurait le cœur brisé.

    « Je sais que ça fait peu de temps mais je suis réellement attachée à toi, tu sais… » Plus que ça, même. Mais ce n’était pas le bon moment pour lui dire ça. « Tu n’imagines pas à quel point je me sens en sécurité avec toi, ni à quel point je suis bien… »

_________________
    VICTOR HUGO DEMAIN DES L'AUBE Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe, ni les voiles au loin descendant vers Harfleur, et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Sam Winchester


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : MARY-W.
✾ MA CÉLÉBRITÉ : J.Padalecki
✾ MES CRÉDITS : Dodixe
✾ MON MOI² : Zadkiel
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 11/07/2009
✾ MES MESSAGES : 45276

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 28 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Chasseur


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: * Polo contre chemise ▬ p v . Louisa   Mar 29 Sep - 12:37

    Qu'est ce qu'elle représentait pour lui ? Elle était spéciale, plus que les autres, elle avait des côtés en moins que chez les autres. Elle était à la fois simple et complexe à comprendre, dure et douce, fragile et elle semblait pourtant si forte. Les adjectifs, les paronymes, les synonymes, il y avait certainement des centaines de mots pour décrire le caractère de Louisa, mais aucun n'était assez exacte pour tout couvrir, pour correspondre à la personne qu'elle était, comme si, même les écritures les plus anciennes n'étaient pas assez originales pour qu'elle entre dans leurs castes si sélectives. Sam se plaisait avec elle, comme ça, simple, sans lendemain, aimant de plus en plus à chaque fois, leurs étreintes respectives, à chaque fois plus brûlantes comme si leur passion ne faisait que s'attiser de plus en plus, au lieu de s'apaiser, pour finir par s'éteindre. Il aurait aimé avoir la force de balayer le sujet Jessica sur le côté, ne pas laisser son souvenir s'immiscer, là, à cet instant précis, entre eux, alors qu'un petit moment de plénitude avait pris part sur la dureté de tout ce qui les entourait, de leur propre vie même, quand ils n'étaient pas l'un avec l'autre. Est-ce que c'était de l'amour ? Sam doutait même de plus en plus de pouvoir ressentir un quelconque amour pour quelque chose, tant son esprit était dévoré par des pulsions, des besoins qui n'avaient plus rien à voir avec les sentiments humains. Il avait ce besoin maladif de pouvoir, de sang en lui, un besoin qui n'avait rien de ce qu'un humain pouvait ressentir, plus proche alors d'un monstre dénué d'âme et qui semblait avoir besoin de ce "quelque chose" pour survivre. Alors qu'il avait donc senti Jessica s'installer lourdement entre eux, il avait aussi parlé avec la plus grande fidélité de ce qu'il avait pu retenir d'elle, ne se sentant pourtant pas le droit de parler en quelque bien que ce soit de ce qu'elle lui avait apporté. Il l'avait maudite, il lui avait tout pris, alors sans doute qu'il ne méritait même pas de ressentir quoique ce soit à son égard d'autre que de la culpabilité, la douleur de l'avoir laissée mourir, de l'avoir rattachée à des souvenirs plutôt que de la garder intacte comme elle l'avait été au premier jour… de l'avoir donc rattachée au passé, à son passé qui était désormais loin derrière lui, tout comme le Sam qui avait voulu être normal par-dessus tout. Plus que son étreinte qui s'était légèrement desserrée, ses paroles avaient semé le trouble entre eux, laissant durer un silence lourd de conséquences, un épais brouillard de non dits et d'incompréhension. Toute sa volonté lui disait de la serrer à nouveau dans ses bras, alors que, même si elle lui faisait dos et qu'elle arrivait à feindre un tant soit peu, il sentait qu'elle avait de la peine, qu'elle pleurait même. Les mots ne venaient pourtant pas, sa gorge étant bien trop enserrée par cette culpabilité maintenant qui, au moment où il pouvait un tout petit peu se racheter, le paralysait, comme pour qu'il n'ait pas la possibilité de se racheter, et qu'il continue alors à culpabiliser, comme dans un cercle vicieux le prenant même dans les plus bas rouages de sa vie. Les paroles qu'elle avait prononcées il y a quelques minutes continuaient de tournoyer dans l'esprit de Sam, des paroles auxquelles il n'avait pas trouvé de réponse, pas encore du moins, sentant la douleur encore trop présente pour que ses paroles aient un minimum de sens, d'intérêt, peut-être même. Déchiré entre le souvenir frais de Jess et le présent que représentait Louisa à cet instant, le Winchester ne trouvait rien de mieux que de se taire, se terrer dans un silence qui lui ressemblait que trop depuis ces derniers mois, mais qu'il n'aimait pas à cet instant précis.

    Il sentit une légère crispation chez Lou, comme s'il y avait quelque chose au fond d'elle qui était alors comme brisé, et ce qu'il crut ressentir ne fit qu'éveiller encore une fois, douloureusement, l'horrible brûlure qui le torturait quand il avait l'impression de lui faire du mal, à elle, de la torturer sans même le vouloir. Parfois, il se demandait même s'il n'était pas un peu tordu, et qu'au fond, il le faisait exprès de la faire souffrir pour s'y complaire, tout simplement parce que c'était ce que les démons aimaient faire : faire souffrir et s'en délecter. Il ne parlait pas, il ne bougeait même pas, et ce, sans doute comme pour la laisser dans une solitude sans nom qui la ferait certainement souffrir, chose qu'il croyait ne pas vouloir… mais était-ce vraiment ce qu'il voulait ? – Oui, quel raisonnement complexe. Pourtant, elle, malgré sa peine, malgré toute la douleur qu'il venait de provoquer en elle, lui fit comprendre qu'elle ne l'abandonnerait pas, et qu'elle restait avec lui, même si visiblement, il régissait comme une loque depuis de longues minutes. Ainsi, il la sentit avec délectation se serrer à nouveau contre lui, prenant elle-même ses bras pour se blottir à nouveau contre eux. Qu'est ce qu'il aimait ce contact contre elle, contre sa peau, si relaxant, si reposant. Sentant sa chaleur contre sa peau, il se sentait si bien, loin de la froideur de la solitude, loin du vide que provoquaient en lui ces remords qui, sans même qu'il s'en rende compte, le plongeaient dans une léthargie, une mort silencieuse, le coupant du monde, des autres… de tout le monde, sauf de Lou. Elle semblait être la seule à avoir accepter ses tares, son côté qui avait fait tant de mal à tant de gens, et elle semblait être encore la seule à pouvoir lui pardonner mille et une chose, bien qu'il n'ait aucunement envie de la faire souffrir. Et il avait tellement oublié la douce sensation que pouvait être le simple fait de ne pas se sentir seul et abandonné avec ses culpabilités, qu'il avait parfois du mal à croire que ce qu'elle laissait transparaître dans ses caresses et ses regards était vrai. Elle se disait en sécurité avec lui, et ses mots sonnaient tellement vrais venant d'elle qu'il arrivait même à croire qu'il pouvait être un refuge pour quelqu'un plus qu'un danger ambulant prêt à constamment basculer d'un côté ou d'un autre au moindre prétexte. Recouvrant finalement une part de ses sensations alors que Louisa balayait elle-même de ses gestes et de ses paroles les lourds souvenirs de Jessica, ou les rendait du moins, moins douloureux, Sam eut la force de l'enlacer de ses bras, caressant l'espace de quelques secondes à peine le grain de sa peau, celle de son épaule si blanche mais si douce comparée à ses mains trop abîmées, salies par le mal qu'elles avaient fait. Alors qu'il la serrait délicatement tout contre lui, le Winchester eut un moment de vide, fermant les yeux, lentement, rassemblant ses pensées en silence, avant de finalement trouver la force de dire quelque chose, en réponse à tout ce qu'elle lui avait dit, comme pour ne pas rester bêtement silencieux alors qu'elle en avait tant dit pour lui :

    « Tu sais… tout est différent maintenant… j'ai appris que j'avais beau essayer… je pouvais pas être normal, comme les autres et je pouvais encore moins tracer un trait sur ce que j'étais… et la seule fois où je l'ai fait, ça a coûté la vie à Jess… Elle me faisait oublier la chasse, les démons… mais maintenant, ils font partie de moi… »

    Il se tut cette fois-ci, resserrant une nouvelle fois son étreinte tout en esquissant un léger mouvement encore une fois, comme pour se repositionner, mais surtout pour se laisser le temps de choisir ses mots, comme si c'était important qu'il trouve quoi dire exactement pour traduire tout le bien qu'elle lui apportait simplement par sa présence salvatrice. Pourtant, là encore, même ces paroles soigneusement choisies ne rendaient pas justice à Louisa, à croire qu'il ne pouvait pas mettre de mots simples sur toute la complexité qu'était cette relation, qui le poussait aux extrêmes, le faisait souffrir tant il lui arrivait de croire à l'incroyable mais lui apportait surtout un bonheur qu'il pensait lui être inaccessible, amenant des appréhensions sur l'avenir, comme s'il savait pertinemment que tout bonheur n'était qu'éphémère.

    « Maintenant, j'ai juste besoin de pouvoir oublier... un peu. Et… y'a qu'avec toi que j'ai l'impression de vraiment avoir le droit d'oublier… comme quand je pensais qu'il n'y avait qu'avec Jess que j'avais le droit d'être tout sauf un chasseur de démons. J'ai juste… l'impression de pouvoir être comme avant, avec toi… »

    Un nouveau silence s'installa, et Sam le laissa durer, une expression des sourcils traduisant son malaise à cet instant précis traversa son visage, un léger froncement, puis un air totalement préoccupé par ses propres paroles. Ce qu'elle lui avait dit lui avait tant de bien, à côté, il avait l'impression de ne parler que par amas de non sens, de paroles qui n'avaient pas vraiment d'intérêt. Elle semblait s'offrir à lui, offrir s'il observait bien, ses sentiments grands ouverts, et lui, il parlait de chasse, de démon et de lui, exclusivement de lui, faisant parfois même semblant de ne pas interpréter les paroles de la jeune femme qui pourtant tournoyaient dans son esprit, inlassablement comme une douce mélodie qui semblait lui répéter sans cesse qu'elle ne le blâmait par pour ses erreurs, et qu'elle le considérait digne de confiance au point de se sentir en sécurité plus qu'en danger en sa présence.

    « Et… j'ai besoin d'être là… avec toi… pour pouvoir tenir bon. Parce que… plus personne ne me voit comme toi tu me vois et finalement… je veux… pouvoir croire que je fais encore du bien… et plus particulièrement à toi… »

    Est-ce qu'il avait vraiment parlé ou est-ce que ça n'avait été que ses pensées ? Sam n'avait fait que traduire tout ce qui lui passait par la tête quand il était avec elle, quand il se sentait bien avec elle et qu'il voulait tout faire pour qu'elle se sente bien avec lui. Au fond de lui, il n'avait même pas besoin d'espérer qu'elle dise la vérité, il la croyait tout simplement, elle lui disait la vérité, et malgré ce qu'elle savait de lui, leurs étreintes n'étaient pas pour autant mêlées à du malaise, à un silence lourd… Lou avait tout simplement ce côté naturel, celui qui avait laissé Sam pendant de longues minutes seul dans l'appartement, mais aussi celui qui était revenu et qui avait montré qu'elle resterait avec lui quoiqu'il est fait. Ce jour là, il avait eu l'impression de pouvoir changer enfin, d'avoir un tant soit peu une chance de racheter ses erreurs plutôt que de ne faire que culpabiliser en silence, se torturer… elle lui avait ouvert le chemin alors obstrué vers la possibilité de se donner une chance de faire autre chose que pitoyablement se lamenter.

_________________

winchesters say "hi" - i wake up every evening with a big smile on my face, and it never feels out of place. and you're still probably working at a nine to five pace, i wonder how bad that tastes. when you see my face hope it gives you hell, hope it gives you hell. when you walk my way hope it gives you hell, hope it gives you hell. now where's your picket fence love ? and where's that shiny car ? you never seemed so tense love and never seen you fall so hard. VOTEZ POUR NOUS ♥
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Louisa Delacroix


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Megalyn
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Zooey Deschanel
✾ MES CRÉDITS : Megalyn & Shiya
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 13/07/2009
✾ MES MESSAGES : 999

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Infirmière


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: * Polo contre chemise ▬ p v . Louisa   Sam 3 Oct - 13:20

    Lou sentit qu’il la serrait enfin contre lui. Tendrement mais d’une façon qui montrait qu’il ne la laisserait pas partir aussi facilement. Elle sentit la main rugueuse sur son épaule, réprima avec difficulté un frisson de délice. Elle aimait ses mains puissantes, et la peau rugueuse, comme s’il travaillait le bois toute la journée. C’était pourtant loin d’être le cas. Ses mains n’étaient pas abîmées pour les bonnes raisons mais Lou trouvait ça tellement sexy. Cédant à une pulsion, elle caressa doucement la main baladeuse, se délectant encore de sentir les veines saillantes sous ses doigts. Elle prit un peu de mousse et la passa sur les bras qui l’emprisonnaient, tout en écoutant, les yeux mis clos et enfin secs, la douce voix berçante de Sam.

    « Je ne vais pas mourir, Sam… » Enfin, pas de cette façon là. Elle déglutit. Pour dire ça, elle aurait tout aussi bien fait de se taire. Comme s’il ne culpabilisait pas déjà assez. Qui plus est, elle n’était même pas sûre que ça avait récidivé. Elle n’avait plus eu de douleur depuis qu’il… Avait passé la nuit chez elle. Elle se mordit la lèvre, se sentant soudain d’humeur plus encline à faire autre chose que tartiner Sam de mousse. Néanmoins, elle n’en fit rien. Il avait surtout besoin d’être rassuré. Que faisait donc son frère ? Il passait ses journées à le culpabiliser ? Si elle avait été sûre qu’il n’allait pas fuir en courant, Lou lui aurait proposé d’emménager avec elle. Loin de Dean, cet abruti arrogant qui se prétendait son frère. Mais Sam aurait eu peur. Ça aurait un peu trop rapide et elle le savait pertinemment.

    « Ne le crois pas. Sois en sûr. Je… Je ne pensais pas que les hommes comme toi existaient ailleurs que dans les livres à l’eau de rose. »
    Elle lâcha un petit rire, se sentant idiote. « Tu es tellement différent de tous ceux que j’ai connus. Plus secret, sans le moindre doute, mais aussi plus… Ce dont j’ai besoin. » Elle rit à nouveau, un petit rire qui trahissait sa nervosité à mettre ainsi ses sentiments à nu. « Avant de te connaître, je pensais vraiment que je finirais seule. Maintenant… J’ai envie de croire que si on survit à cette guerre, on pourra avoir une vie après tout ça… »

    Elle s’écarta avec douceur de ses bras, ignorant le potentiel regard surpris du jeune homme lorsqu’il se leva. Elle le poussa, avant de passer derrière lui. A elle de le serrer dans ses bras. Même si ce n’était pas tellement évident vu la carrure de Sam. Lou sourit lorsqu’il se laissa enfin aller, posant la tête sur sa poitrine. La jeune femme passa un bras autour de sa taille, tandis que sa main libre effleurait la joue de Sam. Pour descendre sur son torse. Le visage enfoui dans le cou de Sam, Lou ne se rendait que très moyennement compte des émois qu’elle provoquait en lui.

    « C’est quoi ce tatouage ? Non pas que ça me gêne, ça te donne un petit côté bad boy que je trouve très sexy. D’autant plus que je suis la seule à le voir… »
    Tout du moins l’espérait elle. Mais évidemment, se sermonna t’elle. Sam n’avait rien du coureur de jupons qui lui servait de frère aîné. Bien au contraire. Il semblait avoir souffert au moins autant qu’elle de leur longue période de séparation. Qu’il leur avait infligée. Mais désormais, elle doutait fort de rester sans nouvelle de lui plus de quelques jours. « Alors, tu me dis ce que c’est ? Ou plutôt, à quoi ça sert ? » murmura t’elle à son oreille, avant de lentement descendre ses lèvres dans le cou de Sam, pendant que sa main suivait voluptueusement les contours du tatouage.

_________________
    VICTOR HUGO DEMAIN DES L'AUBE Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe, ni les voiles au loin descendant vers Harfleur, et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Sam Winchester


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : MARY-W.
✾ MA CÉLÉBRITÉ : J.Padalecki
✾ MES CRÉDITS : Dodixe
✾ MON MOI² : Zadkiel
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 11/07/2009
✾ MES MESSAGES : 45276

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 28 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Chasseur


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: * Polo contre chemise ▬ p v . Louisa   Mer 7 Oct - 9:39

    Peu à peu, il sentit le souvenir de Jessica s'éloigner, l'ombre de celle qu'il avait tendrement aimée s'effacer, alors que Louisa le ramenait vers la lumière, encore pâle et blanchâtre, mais une lueur qui lui faisait du bien comme elle était. Elle avait arrêté de pleurer, alors que Sam trouvait ses mots bien faibles par rapport à tout ce qu'elle semblait impliquer dans ses propres paroles... elle avait une manière particulière disons, de lui offrir ses sentiments, ce qu'elle ressentait alors qu'aucun d'eux ne savait vraiment s'ils pouvaient croire en quelque chose ensemble, l'un avec l'autre. Elle voulait lui promettre qu'elle ne l'abandonnerait pas, qu'elle ne mourrait pas de la manière dont il craignait chaque jour passant la voir disparaître, bêtement, alors que lui, il ne s'était contenté que d'être impuissant à la regarder sombrer, après tout ce qu'elle avait fait pour lui, tout ce qu'elle lui offrait encore à présent. A ses paroles, le Winchester ne trouva comme unique réponse que ses caresses, ce simple contact qu'il continuait de faire glisser sur la peau blanche de la chasseuse, lentement, délicatement, comme pour apaiser son rythme cardiaque à lui, et effacer les pleurs qu'elle pouvait avoir eus à cause de ce qu'elle avait pu comprendre par ses paroles. Il ne voulait pas d'une Jessica qui le conforte dans un monde complètement idyllique et faux, un monde dans lequel il serait "juste Sam", un type comme les autres, qui n'avait aucun lourd antécédent qui pesait sur sa conscience, un type qui n'avait rien à se reprocher, qui était blanc comme la mousse que Lou étalait sur ses bras à cet instant précis. Aujourd'hui, il était Sam Winchester, celui qui avait trahi ses propres idéaux, celui qui avait tout donné pour un démon qui n'avait fait qu'habilement le manipuler... et Louisa était juste un échappatoire à cette situation, un bol d'air dont il avait besoin dans toute cette pression qui s'emparait de lui... et il avait de plus en plus, à chaque seconde qui passait, besoin de cet échappatoire, alors que la pression se faisait de plus en plus oppressante alors que tout se refermait inlassablement sur lui.

    Il garda aussi le silence lorsqu'elle continua sa litanie, livrant encore une fois tout ce qu'elle avait sur le cœur, tout ce qui existait entre elle et lui, qui circulait, et qui faisait d'un instant de tension, un souvenir en une seule seconde. Sentant sa mâchoire se crisper au fil des paroles de la jeune femme, Sam avait fermé les yeux, comme pour ne se concentrer que sur ce qu'il entendait, et ce que ses doigts caressaient toujours aussi délicatement, comme si, regarder quoique ce soit autour faisait perdre aux paroles de Lou toute leur intensité. Alors qu'elle lâchait un premier ricanement nerveux, les lèvres du Winchester s'étirèrent dans un sourire fin, dans un sourire qui se délectait de ce petit rire si reposant, mais un sourire aussi gagné par la nervosité, alors qu'il semblait qu'elle commençait à engager ses sentiments dans leur relation. Il ne savait ni quoi dire, ni quoi penser... les choses allaient-elles trop vite ? Après tout, avec l'Apocalypse, leur mort était proche, alors y avait-il vraiment encore une notion de temps qui pouvait compter entre eux ? Est-ce qu'ils avaient tout simplement besoin de temps pour aimer ? Il sentit le sang battre à ses oreilles, et dans ses tempes même alors que cette question traversait douloureusement son esprit... est-ce qu'il était tout simplement... amoureux ? Il sentait à nouveau son palpitant prêt à lui défoncer la poitrine, à s'extirper de sa cage thoracique pour trouver de l'air quelque part, où que ce soit, loin d'ici et oublier tout ce qui arrivait à cet instant précis, tout ce qui le faisait se sentir aussi... étranger à ses propres sentiments, incompris et ce, par lui-même... si ce n'était pas du paradoxe un truc dans ce genre. Ses doigts avaient cessé tout mouvement, il ne caressait plus la peau de Louisa et il mit un certain temps avant de s'en rendre vraiment compte... et puis, elle avait fini de parler, et bien qu'il avait eu l'impression de se perdre dans ce flot de sentiments livrés, il avait pourtant tout retenu, chacun des mots qu'elle avait prononcés, ils tournoyaient, virevoltaient dans son esprit. Et la seule chose qu'il réussit à faire, c'est garder le silence, alors qu'il se mettait une nouvelle fois à imaginer qu'inconsciemment, c'était pour qu'elle souffre, qu'elle ait l'impression d'avoir mal agi, d'avoir trop parlé... il avait une nouvelle fois cette dévorante impression que s'il ne disait rien, c'est parce qu'il ne voulait rien dire, pour la plonger dans ce doute, cette peine face à l'incompréhension complète que représentait Sam lui-même. Le franc froncement de sourcils qu'il esquissa à cet instant précis devait sans doute une nouvelle fois trahir bon nombre de ses pensées, et heureusement, Lou lui faisait dos, et apparemment, elle semblait faire avec ce silence, s'en contenter... qu'est ce qu'elle pouvait lui pardonner beaucoup de choses... beaucoup trop, peut-être... elle finirait forcément par en souffrir, parce que la seule manière qu'il avait apparemment de remercier les gens pour tout ce qu'ils faisaient pour lui, c'était les faire souffrir. Jessica, elle qui lui avait apporté tant, du réconfort, de l'amour là où la solitude le glaçait, lui, il lui avait mentie, il avait échafaudé toute une vie fictive et il l'avait laissée mourir... Dean, qui l'avait élevé, qui avait été là pour le rassurer quand leur père ne rentrait pas, qui avait sacrifié sa vie pour lui, donné son âme, vécu mille peines en Enfer, et qui pourtant, ne l'avait pas encore totalement abandonné... Dean qu'il avait poignardé dans le dos, qu'il avait détruit sans même s'en rendre compte... trop obnubilé par ce qui s'attachait au plaisir, sa drogue, Ruby.

    Dans le silence qu'il leur imposait, Louisa s'écarta de lui, faisant naître une peur sourde au creux de son estomac... elle s'en allait ? à cause de lui, de sa stupidité qui le glaçait à cet instant précis, cet instant qui aurait sans doute du être crucial et moins pesant pour Lou ? Il sentit une plainte traverser son être tout entier pour aller se loger dans son cerveau, dans cet inévitable remord qui continuait de dormir profondément mais qui renaissait au moindre obstacle qui s'imposait à la route qu'il traçait. Levant le regard subitement vers elle comme pour essayer de capter une étincelle quelconque dans ses yeux, il sentit la pression le quitter, l'oppression s'apaiser alors qu'elle revenait vers lui, passant - non sans quelques indélicatesses dont celle de le pousser - derrière lui, lui faisant comprendre qu'il était temps d'inverser un tant soit peu les rôles. Elle était petite, fluette, elle aurait pu être un Ange à l'état pur, si les Anges eux-mêmes n'étaient pas pourris de l'intérieur... et pourtant, il savait lui, qu'elle avait ce quelque chose en plus, qui la rendait forte, qui lui donnait un sale caractère mais qui faisait surtout qu'elle pouvait tout faire sans limite... sans que l'éthique ou les préjugés ne lui posent quelque limite... elle avait pardonné l'impardonnable, passant outre toute sa vexation, juste pour lui... elle était différente des autres, mais les autres auraient toujours pu essayer... personne ne serait réellement capable de lui ressembler un tant soit peu. Se laissant donc aller à profiter de ce qu'elle voulait bien lui offrir, Sam se posa contre elle, doucement pour ne surtout pas risquer de lui faire mal, mais sans pour autant traduire un quelconque malaise... parce qu'il n'y en avait plus, ils avaient peu à peu tout éclipser... ou presque, mais pour le moment, aucun d'eux ne semblait enclin à vouloir parler, ressasser encore une fois. Il sentit la main de Louisa passer sur sa joue, pour descendre sur son torse alors qu'il se laissait une nouvelle fois à aller à réprimer un léger frisson, et puis un sourire en coin qui laissait entendre que toutes les tortures de son esprit disparaissaient une nouvelle fois, en quelques fractions de seconde imperceptibles, et pourtant précieuses. Il se sentait à nouveau hors des choses, hors du temps, juste avec Lou, là maintenant, une éternité ou juste une seconde, ça lui était bien égale, pourvu que rien d'eux deux ne change...

    Il entendit la voix de Louisa percer le silence, mais sans pour autant briser ce moment, alors qu'il revenait délicieusement sur terre, sous ses mains et leur caresse voluptueuse, dans ses bras, alors qu'une fois qu'il l'aurait quittée, tout redeviendrait lourd et oppressant, sombre et froid. Ses paroles le firent à nouveau sourire, il se laissait aller, et ce simple moment semblait profiter à tous les deux... et aucun d'eux ne semblait vouloir que les secondes défilent trop vite... le temps aurait du s'arrêter, sans doute. Il sentit les murmures de la chasseuse à son oreille, la laissant faire en étant presque même incapable de répondre, comme si les idées avaient du mal à s'aligner, comme si elle chamboulait tout maintenant, empêchant les messages nerveux de circuler de synapse en synapse, jusqu'à l'endroit qui permettrait aux mots de sortir, pour donner une réponse un tant soit peu cohérente. Laissant son sourire s'élargir alors qu'il sentait les baisers de Louisa dans le creux de son cou, le Winchester sentit que les mots semblaient plus enclins à vouloir sortir maintenant, alors qu'il savait que d'ici peu de temps, si elle continuait son manège, il ne serait plus capable de formuler quelque phrase que ce soit...

    « C'est... »

    "C'est" il ne savait pas quoi, un cercle, un symbole dont il ignorait à cet instant précis l'origine ou le nom... et puis ça n'avait pas vraiment d'importance, au fond, de savoir de quel pays ou de quelle civilisation oubliée ce truc pouvait venir... si ?

    « Ça fonctionne contre... les possessions démoniaques... »

    Un peu comme s'ils avaient déjà pas mal donné avec Dean sur les possessions démoniaques... alors que des pensées plus ou moins lointaines voire même plus ou moins à extirper de son cerveau s'il en avait le choix, remontaient à son esprit, Sam sentit enfin la main de Louisa sur son torse, celle qui faisait délicatement le contour de ce fameux tatouage, une simple caresse, qui devint très vite brûlante sous sa peau, chaude et affreusement douloureuse même. Un froncement de sourcil nerveux tordit ses traits alors qu'il n'avait qu'une envie : pouvoir éloigner cette sensation horriblement dévorante et l'enfouir bien au fond de lui... une chose que bien malgré des efforts, il n'arrivait pas à faire. Inconsciemment, alors que son corps ne semblait même plus lui obéir, Sam posa sa main sur celle de Louisa, tendrement ou avec frénésie, il n'en savait rien, mais prenant les doigts de la jeune femme entre les siens, il stoppa cette caresse, laissant sa peau encore même douloureuse alors que tout contact avait cessé, alors que tout aurait du s'apaiser. Gardant la main de Lou dans la sienne, il ferma les yeux, prenant une longue inspiration silencieuse pour sans doute apaiser cette douleur, et ce "il ne savait quoi" qui avait pris part en lui et qui avait même presque pris contrôle de ses mouvements pour faire cesser toute torture. Si Louisa l'avait remarqué, il n'en avait aucune idée, et la pensée de ne pas vouloir savoir lui traversa l'esprit, alors qu'il s'écartait de ses bras, qu'il se tournait vers elle, croisant son regard juste l'espace d'un centième de secondes avant de fondre sur elle - eh oui eh oui - l'embrassant avec fougue et passion - eh oui eh oui - encore une fois peut-être poussé par cette pulsion, ou par une forme de son inconscient... peut-être tout simplement que c'était lui, comme pour céder à ses caresses et à ses doux baisers au creux de son cou qui avaient tant sous entendu... après tout, si ce n'était pas ce qu'ils voulaient tous les deux maintenant, là, ici... c'est que Sam savait que très mal interpréter les bisous voluptueux de Lou dans son cou.

_________________

winchesters say "hi" - i wake up every evening with a big smile on my face, and it never feels out of place. and you're still probably working at a nine to five pace, i wonder how bad that tastes. when you see my face hope it gives you hell, hope it gives you hell. when you walk my way hope it gives you hell, hope it gives you hell. now where's your picket fence love ? and where's that shiny car ? you never seemed so tense love and never seen you fall so hard. VOTEZ POUR NOUS ♥
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Louisa Delacroix


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Megalyn
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Zooey Deschanel
✾ MES CRÉDITS : Megalyn & Shiya
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 13/07/2009
✾ MES MESSAGES : 999

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Infirmière


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: * Polo contre chemise ▬ p v . Louisa   Sam 10 Oct - 12:32

    Lou sourit. Sam avait la voix légèrement rauque. Dire qu’elle effleurait simplement un tatouage. De protection. Voilà pourquoi il lui semblait si familier. Elle se souvenait à présent l’avoir vu dans un vieux livre, archivé dans la partie de la bibliothèque où personne n’allait jamais, car les livres étaient bien trop anciens et poussiéreux. A part, bien évidemment, les chasseurs. Beaucoup d’entre eux passaient devant elle sans même se rendre compte qu’elle était des leurs. Elle leur indiquait courtoisement (si si, Lou en est capable) où trouver leur bonheur. Sam avait été le premier et le seul à réaliser qu’elle n’était pas la petite bibliothécaire ingénue qu’elle semblait être…


    Avec un sourire, Lou montra à l’immense jeune homme la rangée qu’il cherchait. Elle aurait, bien évidemment, pu simplement lui indiquer la direction et l’endroit exacts. Oui mais voilà, outre le fait qu’il était diablement sexy, ce chasseur l’intriguait. Il était différent des autres, plus… Intelligent, encore que ce n’était indéniablement pas difficile. Bref. Au moment où elle tournait les talons, elle avait entendu la voix du chasseur.

    « Vous chassez depuis longtemps ? »

    Lou avait songé un bref instant à lui mentir. Mais il était plus malin que ça. Beaucoup plus. Alors elle ne lui avait pas menti. Au contraire. Plus elle parlait, plus elle sentait qu’elle pouvait presque aveuglément lui faire confiance…



    Tandis qu’elle était perdue dans ses souvenirs récents, la jeune femme n’avait aucunement cessé de caresser doucement son compagnon. Sans même penser aux émois qu’elle pouvait éventuellement provoquer en lui. Quand bien même, ça ne l’aurait très certainement pas arrêtée.
    Aussi sursauta t’elle quand elle sentit la main de Sam saisir la sienne tendrement mais fermement, l’empêchant de réitérer ses caresses. Elle regarda son profil et fronça les sourcils. Il semblait tendu. Elle n’avait pourtant rien fait de mal. Elle aurait au contraire imaginé qu’il apprécierait ce qu’elle faisait.
    Elle étouffa un gémissement lorsqu’il s’écarta d’elle. Elle s’était légèrement redressée. Mauvaise, très mauvaise idée. Elle croisa son regard, au fond duquel brûlait une intense flamme de passion. Elle se retrouva plaquée contre la paroi de la baignoire, le corps puissant de Sam écrasant le sien sans qu’elle n’en ressente la moindre douleur, ni même la moindre gêne. Loin de là. Elle adorait ça. Surtout avec lui. Il était si ardent, si passionné, si entier dans son désir.
    Ses voisins allaient devenir fous. Elle n’était pas des plus discrètes en pleine action, et on ne pouvait pas dire que Sam l’était tellement plus. D’autant plus qu’à chaque fois qu’elle parvenait à le rendre à moitié fou, il le lui rendait au centuple…

    Lou ouvrit un œil. Encore une folle nuit. Après la baignoire, qu’ils avaient, par leurs ébats on ne peut plus intenses, à moitié vidée, Sam et Louisa avaient migré dans le lit. Pour continuer ce qu’ils avaient commencé, pas pour dormir, bien évidemment. Enfin, pas dans l’immédiat. Quand le soleil avait pointé le bout de son nez, ils étaient à peu près rassasiés l’un de l’autre. Encore que Lou n’était pas très sûre de pouvoir l’être totalement. Elle s’était endormie dans les bras de Sam, la tête sur son torse et un bras autour de lui. Et réveillée dans exactement la même position. Malgré le radiateur humain qui lui servait d’oreiller, la jeune femme ne put réprimer un frisson. Elle remonta la couette jusqu’à ses épaules avant de regarder Sam. Il ne dormait pas. Ou plus. Elle lui sourit, se rapprochant de son visage pour l’embrasser tendrement.

    « Bonjour… » murmura t’elle, sans pouvoir cesser de lui sourire.

    Sans qu’elle ne sache ni pourquoi ni comment, une pensée fugace et désagréable lui traversa l’esprit. Est-ce que son abruti de frère savait pour eux ? La dernière chose dont elle avait besoin était un Dean Winchester qui débarquait furieux à son travail, ou chez elle, en lui interdisant de revoir Sam. Le pire dans tout ça, c’est qu’il en était parfaitement capable. Il la détestait juste parce qu’elle avait mis à mal sa fierté masculine. Il lui tapait juste sur les nerfs. Mais après tout, Sam ne pouvait pas être parfait, il fallait bien qu’il ait un défaut : son frère.

    « Est-ce que ton frère sait que tu es ici ? »
    La question la taraudait vraiment trop pour qu’elle puisse la garder pour elle plus longtemps.

_________________
    VICTOR HUGO DEMAIN DES L'AUBE Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe, ni les voiles au loin descendant vers Harfleur, et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Sam Winchester


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : MARY-W.
✾ MA CÉLÉBRITÉ : J.Padalecki
✾ MES CRÉDITS : Dodixe
✾ MON MOI² : Zadkiel
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 11/07/2009
✾ MES MESSAGES : 45276

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 28 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Chasseur


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: * Polo contre chemise ▬ p v . Louisa   Dim 11 Oct - 8:09

    Alors qu'il n'avait fait que timidement pointer son nez alors que les ébats de Sam et Lou finissaient par arriver à une certaine fin, le soleil arrivait maintenant assez haut dans le ciel, indiquant par son éclairement encore blafard qu'il n'était pourtant pas plus de six ou sept heures du matin. Le Winchester avait ouvert les yeux, dans le silence de la chambre où ils avaient fini par s'endormir, ne se souvenant encore une fois pas de ce qui avait rythmé ses songes. Pourtant, à se baser sur le rythme encore fou de son cœur qui faisait battre le sang à ses oreilles, le sommeil de Sam n'avait pas été de tout repos, un peu comme à l'image de sa soirée... et de la bonne partie de sa nuit. Il prit une longue inspiration, typique de celle de l'homme qui se réveille d'un sommeil un peu trop court, écourté sans conteste par ses propres tortures qui remontent inlassablement chaque jour passant. Il baissa alors le regard vers Louisa, qui dormait encore, toujours contre lui, son rythme respiratoire lent, celui d'une personne qui profitait encore un peu de son sommeil. Il fallait dire, ils pouvaient en avoir bien besoin, après la nuit qu'ils venaient de passer, et la moindre des choses serait qu'elle ne soit pas réveillée à cause de lui. Limitant au maximum chacun de ses mouvements pour ne pas la sortir de ses songes, le Winchester se replongea dans ses pensées, gardant un silence lourd comme il savait si bien le faire quand il s'agissait de ses remords et de ses culpabilités qui remontaient sans aucune difficulté ni même maintenant une résistance venant du chasseur. Passant doucement une main dans les cheveux de Lou, Sam posa son regard sur le bras de la chasseuse, celui qui l'enlaçait avec douceur, limite juste posé sur lui alors que Louisa était définitivement plongée dans son sommeil. Il l'avait déjà remarqué hier, dans le bain, et puis à de nombreuses reprises encore... il n'y avait plus une seule trace de ce fameux soir, dans la crypte avec la démone, pas même une cicatrice comme s'il avait halluciné ce soir là... et si seulement ça pouvait être le cas... N'osant pas vérifier une nouvelle fois, le Winchester se contenta de détourner le regard, crispant la mâchoire alors que cette foutue démone revenait sans cesse dans ses souvenirs, dans ses cauchemars, comme bien d'autres démons encore...

    Comme réveillée pour l'extirper de ses songes déjà trop prenant, Lou esquissa un premier mouvement, suivi d'un frisson bien caractéristique, qui força et bien heureusement, le chasseur à sortir de ses pensées. Il devait faire comme si de rien n'était, prétendre, c'était ce qu'il y avait de mieux à faire, pour lui plus que pour elle sans doute... peut-être était-ce agir égoïstement, mais là n'était pas la question. Abandonnant donc son air inquiet et tous ses questionnements qui se lisait sur son visage, Sam esquissa un léger sourire à Louisa, se délectant du doux baiser qu'elle lui offrait au réveil. Doux baiser qui élimina toutes ses sombres pensées alors que le délectable et l'instant présent reprenait le dessus. Il n'était pas vraiment nécessaire de penser à ce qui allait arriver, à ce qui pesait sur lui, discrètement, silencieusement, mais qui allait forcément lui tomber sur le coin de la tronche un jour prochain. Répondant par un nouveau sourire à son bonjour, le chasseur se contenta de garder encore le silence, comme pour le moment pas tout à fait capable de s'éloigner assez de ses souvenirs pour parler d'autre chose que ce qui lui taraudait l'esprit. C'est alors que Louisa amena le parfait prétexte pour oublier un tant soit peu cette foutue démone et ses foutues idées bizarres... cette fois-ci, c'était sur Dean qu'ils allaient se concentrer, ou pas tout à fait... Oui, parler de Lou à Dean serait comme... officialiser les choses, faire un grand saut qu'il avait presque peur de faire, parce qu'il avait déjà failli la perdre une fois alors que Sam même n'était pas sûr de ses sentiments... alors qu'est ce que ce serait si maintenant il se mettait à montrer à tous qu'il était encore capable d'aimer quelqu'un plus que le pouvoir et le bien-être que lui apportait le sang de démon, ou tout simplement ses pouvoirs démoniaques. Alors qu'elle attendait certainement une réponse, le Winchester déglutit, esquissant un léger froncement de sourcils, presque en imaginant la réaction que pourrait avoir Dean :

    « Nan... j'ai pas vraiment... cherché à lui en parler. C'est... au fond, toujours aussi compliqué avec Dean. »

    C'était le moins qu'il puisse dire... Maintenant, ce n'était plus des regards noirs qu'ils se jetaient, c'était des regards fuyant, évasifs mais toujours aussi plein de sous entendus... qu'ils se pressaient de masquer par un sourire l'un à l'adresse de l'autre. Bref, un jeu de scène qui commençait sérieusement à peser pour Sam, et aussi pour Dean, il n'y en avait aucun doute. Il savait que la réaction de son frère n'était pas à craindre, à partir du moment où Lou n'était pas un démon, Dean était sans doute prêt à tout accepter venant de son cadet... tout ou presque. Mais bon, l'aîné n'avait pas non plus cherché dans la finesse en flashant sur Jaelyn, la pire garce que Sam n'ait jamais croisé, en tout cas, avec lui, alors disons que c'était kiffe-kiffe... Comme quoi, les sentiments ne se sont jamais vraiment discutés. Ne laissant pas vraiment le temps à Lou de répondre, le chasseur poursuivit, fixant son regard dans la chambre, un peu partout et nulle part à la fois :

    « Il va bien falloir que je lui en parle... disons que le fait que je disparaisse le soir pour réapparaître que le lendemain ne lui plait pas trop... »

    Surtout sans explication... Dean avait toujours eu ce côté protecteur, mais là, c'était plus de la poursuite que de la protection. La seule chose que l'aîné Winchester voulait, c'était sans doute s'assurer que son cadet ne s'était pas remis à pomper du sang sur le premier démon venu... et c'était presque légitime, Sam ne s'en plaignait pas... ou presque pas, comme si, après tout ce qu'il avait fait vivre à son frère, le manque de confiance qu'il avait en lui était tout à fait légitime. Se rendant compte qu'il se perdait dans ses pensées, le chasseur poussa un léger soupire, posant cette fois-ci son regard sur Lou, avant de détourner les yeux en esquissant un léger sourire... amer... ou plutôt, très amer :

    « Enfin, le seuil de réaction excessive plafonne assez haut grâce à ton cousin... et quoique tu lui ais fait, Dean n'atteindra jamais ce niveau là. »

    C'était rien de le dire... comment pourrions-nous qualifier la réaction de Jackson face à Sam ? Disons, épidermique... et tellement flagrante que Sam n'avait pas eu besoin de dix mille dessins pour comprendre que monsieur l'avait appris que trop vite. Ahh, les joies de la famille... Enfin, Sam retint cette ironie dans son esprit, se contentant de fulminer intérieurement, n'ayant aucune envie de confronter Louisa à tout ce que son rital de cousin faisait habillement vivre au Winchester à chaque fois qu'ils se croisaient et n'ayant surtout aucune envie d'envenimer les choses entre eux à cause de lui, ça lui ferait certainement trop plaisir.

_________________

winchesters say "hi" - i wake up every evening with a big smile on my face, and it never feels out of place. and you're still probably working at a nine to five pace, i wonder how bad that tastes. when you see my face hope it gives you hell, hope it gives you hell. when you walk my way hope it gives you hell, hope it gives you hell. now where's your picket fence love ? and where's that shiny car ? you never seemed so tense love and never seen you fall so hard. VOTEZ POUR NOUS ♥
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Louisa Delacroix


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Megalyn
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Zooey Deschanel
✾ MES CRÉDITS : Megalyn & Shiya
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 13/07/2009
✾ MES MESSAGES : 999

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Infirmière


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: * Polo contre chemise ▬ p v . Louisa   Jeu 15 Oct - 8:43



    Pourquoi Sam ne souriait il pas plus souvent ? Il avait un sourire si… Ravageur. Oui, en fait, ce n’était pas plus mal en fin de compte. Il ne fallait surtout pas qu’une autre qu’elle se rende compte à quel point il était beau. Et pas qu’au niveau du sourire. Il ne fallait pas qu’elle pense à ça de bon matin. Mauvaise, mais alors vraiment très mauvaise idée. Elle ne devait pas penser dès le réveil que Sam était le mec le plus sexy qu’elle avait jamais rencontré. Même si c’était tellement vrai, elle ne devait pas y penser. C’était mal.
    Non, c’était bon. Très bon. Trop bon. Pourquoi il parlait de Dean, d’un coup ? Ah oui, la question. Est-ce que Dean savait pour eux. Non, et selon toute vraisemblance, ce ne serait pas demain la veille que Sam tenterait de lui en parler.
    S’appuyant sur son coude, Lou regarda le jeune homme, pensive. Sam n’était plus un gamin de seize ans qui découche. Il en avait dix de plus. Et visiblement, Dean ne lui faisait pas confiance. De toute façon, il ne pourrait rien faire de pire que ce qu’il avait déjà fait.

    « Tu n’es plus un enfant, tu as bien le droit de découcher. Et puis tu ne le fais pas si souvent que ça. A moins, bien sûr, que tu n’aies oublié de me dire que tu avais tout un harem à ta disposition. »
    lâcha t’elle avec un sourire malicieux et l’air de rien.

    Jackson. Effectivement, Sam et lui ne pouvaient pas avoir moins d’atomes crochus. Entre un Sam têtu comme une mule qui ne lâcherait RIEN et un Jackson rital un peu trop protecteur qui ne lâcherait pas plus, elle était mal barrée. Les menaces, ça ne marchait pas. Sam savait pertinemment qu’elle ne le ferait jamais, et Jackson, il la faisait céder parce qu’il y croyait tellement qu’il en semblait au bord du précipice.

    « J’ai rien fait à Dean… »
    Mais sous le regard légèrement noir de Sam, elle leva les yeux au ciel. Elle vint s’allonger sur lui, les mains à plat sur son torse, son menton appuyé dessus et fixa Sam avec son habituel air ingénu auquel il se laissait encore prendre. « Jeluiaijustemisuncoupdegenoubiensenti… » Devant le haussement de sourcils caractéristique de Sam, la jeune femme répéta. « Il m’a prise pour une petite poupée fragile. Sans défense, etc… Et puis ben… Je l’ai détrompé. A coup de genou. »

    Lou se redressa, toisant Sam de toute sa ‘hauteur’, dans le plus simple appareil. Avoir repensé à la toute première fois où elle avait vu Dean lui donnait tellement envie d’éclater de rire. Elle l’aurait presque trouvé mignon s’il n’avait pas fait le macho protecteur. Elle ne savait même plus pourquoi elle en était arrivée à lui mettre un genou dans les parties. Elle remonta la couette sur sa poitrine. Il allait vraiment falloir qu’elle envisage de chauffer quand Sam n’était pas là pour la réchauffer. Elle revint se blottit contre lui.

    « Je t’ai vu mater mes seins, tu vas prendre cher pour un tel affront, j’espère que tu en as conscience… » Elle sourit, avant de redevenir grave. « On devrait vraiment le dire à ton frère. Et dire à mon crétin de cousin que s’il fait mine de lever la main sur toi, ou même de se montrer un tant soit peu infect, je lui casse la gueule… »

_________________
    VICTOR HUGO DEMAIN DES L'AUBE Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe, ni les voiles au loin descendant vers Harfleur, et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Sam Winchester


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : MARY-W.
✾ MA CÉLÉBRITÉ : J.Padalecki
✾ MES CRÉDITS : Dodixe
✾ MON MOI² : Zadkiel
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 11/07/2009
✾ MES MESSAGES : 45276

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 28 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Chasseur


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: * Polo contre chemise ▬ p v . Louisa   Sam 17 Oct - 3:42

    Alors que la conversation dérivait sur Dean, Sam se surprit à essayer de penser à son frère, seul comme une âme en peine pour une fois avec les recherches à faire et cette chambre miteuse comme seule compagnie : enfin, c'était l'effet inverse et le cadet Winchester espérait vraiment trouver son frère en pleine recherche tout à l'heure, quand le moment serait finalement venu de retourner à la réalité... ce qui ne serait bien entendu pas le cas, mais on a le droit d'espérer, non ? Heum, un harem ? A compter, Sam n'avait pas semé beaucoup de femmes sur les routes des Etats-Unis... un petit peu plus lorsqu'il avait été dans sa période de solitude intense lorsque Dean avait atterri en Enfer, mais rien encore pour concurrencer son propre frère, qui heureusement, avait visiblement trouvé quelqu'un avec qui se poser avant la grande fin... qui n'était pas si loin, eh oui, on le dit bien les belles choses arrivent toujours très tard, trop tard dans le cas présent... et il en allait certainement de même pour le cadet des Winchester, quelle vie ! Se contentant d'esquisser un nouveau sourire plus détendu aux paroles de la jeune femme, Sam ne répondit pas, sachant que toute réponse était inutile, il n'avait pas besoin de se justifier, il n'avait pas de harem... et encore heureux sinon ça lui prendrait beaucoup trop de son temps et vu de toute manière le temps qu'il avait mis à douter sur quoi faire avec Louisa, il valait mieux qu'il n'est pas une bonne dizaine de filles comme ça... il serait mort avant de s'engager pour de bon avec chacune d'elles... bref, quelle situation hypothétique bien compliquée... pourquoi est-ce qu'ils parlaient de Dean de si bon matin ? Le même Dean qui devait encore certainement dormir à poings fermés... ou peut-être se faire du souci pour pas grand chose. C'était sa spécialité en ce moment, se faire du souci pour pas grand chose et plus ça allait, moins l'aîné Winchester semblait pouvoir faire confiance à son cadet... oui, il fallait vraiment que Sam parle à son frère, encore une fois... et essayer de caser Lou dans la conversation. Mais ils avaient déjà tellement de problèmes comme ça à régler, si seulement les choses pouvaient s'oublier plus vite que maintenant... d'autant que vu les occupations qu'Ellington leur offrait, ils avaient chacun dix fois l'occasion de ressasser leur situation sous tous les angles.

    Ainsi, elle "n'avait rien fait à Dean", cependant, elle craignait de savoir qu'il sache pour eux deux... Hm, les choses étaient bien suspectes parfois, si bien que Sam ne put réprimer un léger regard noir et réprobateur à l'adresse de la jeune femme, non, elle ne pouvait absolument pas lui mentir, il était trop fort et il captait vraiment trop quand les gens (ceux qui avaient une âme du moins) lui mentaient. Et bizarrement, pour lui c'était encore plus flagrant quand c'était Louisa qui mentait, comme si, en un rien de temps, il avait appris à reconnaître tout ce que traduisait son visage ou ses expressions, ou tout simplement ses tons de voix, c'était aussi pour ça que Sam ne pouvait pas avoir de harem, ce serait bien trop compliqué de connaître chacune des filles le composant par cœur, la tâche serait encore plus crevante que chasser une dizaine de démons à la fois... ou peut-être que je m'avance un peu trop là. Et le regard noir de Sam faisait toujours céder Louisa avec une extrême facilité, si bien qu'en un rien de temps, elle se retrouva sur lui, le fixant avec son petit air de gentille damoiselle qui força le sourire du Winchester avant qu'elle finisse par avouer enfin tous les vilains méfaits qu'elle avait fait endurer à ce pauvre Dean. Houu, méchant, surtout pour Dean, rares étaient les filles qui osaient renvoyer sa drague siffleuse bien dans ses hormones par un bon coup de genou... ce n'était pas étonnant au fond que Lou lui ait fait ça, c'était bien son genre, il ne fallait pas la prendre pour une courge incapable de se démerder par elle-même. Ça encore, Sam le savait, parce qu'au cas où vous n'ayez pas compris l'idée, il connaissait Lou par cœur, ou presque, presque. Réprimant difficilement un ricanement ironique en imaginant son frère aîné se faire remballer par Louisa - d'une manière aussi douloureuse qu'un coup de genou bien senti - Sam dut vraiment se concentrer pour ne pas se foutre de la gueule de son pauvre aîné, c'était vraiment mal placé de se moquer de lui alors qu'il n'était pas là pour se défendre... n'est ce pas, Dean ?

    Alors qu'il s'efforçait de ne pas rire, Sam laissa Louisa se redresser, la fixant droit dans les yeux - dans un premier temps, parce que Sam est un homme comme il l'a souvent prouvé et voir une femme nue sur lui, qui plus est, Louisa, ça ne l'aidait pas à garder les yeux rivés avec un air innocent sur tout ce qui est prude chez elle - vous aurez compris l'idée quoi. Peut-être qu'après leur longue et mouvementée nuit, le chasseur avait finalement accepté de passer pour un pervers, du moins, que avec Lou, et s'était fait à l'idée que ça n'avait toujours pas de quoi être répréhensible... même pour lui, c'est dire ! Certes, à force de le caresser et de le sentir se blottir contre lui, Sam le connaissait par cœur ce corps, dans ses moindres détails - même les plus intimes huhu - mais il ne se lassait jamais - ô grand jamais - de le voir, et bien heureusement, sinon on en serait venus à se poser des questions quant à la raison qui le faisait rester ici toute une nuit complète à découcher loin de son frère, pour être avec Louisa. Elle se blottit à nouveau contre lui, pour se réchauffer sans doute alors que l'appartement semblait assez "radinement" construit au niveau isolation et réchauffant donc par la même le Winchester par son doux contact. Laissant une légère caresse remonter le dos de Louisa, Sam esquissa un sourire en coin alors qu'elle reprenait la parole. Oui, la perversité de Sammy donnait visiblement de drôles d'envies de vengeance à Lou, donc pas la peine d'envenimer les choses, ou de la pousser à bout par quelques provocations amusées... Il savait très bien que même après une longue nuit passée à se venger, Louisa aurait encore assez de ressource pour lui faire payer ses petites indiscrétions, ou tout sous entendu un peu trop provocateur... oui, Sam en était capable, c'est fou hein ?

    Il fallait vraiment qu'il en parle à Dean, cette pensée lui traversa l'esprit lorsque Lou la dit tout haut et oui, elle avait raison... il allait vraiment falloir qu'il en parle à son frère avant que celui-ci ne se lance dans une filature et découvre le pot aux roses comme l'avait fait Jackson, de la mauvaise manière en gros. C'était tellement compliqué, à croire qu'ils avaient tous les deux quinze ans et qu'ils avaient besoin de l'approbation d'un tel et d'un autre tel pour pouvoir se voir... ça avait de quoi être frustrant quand même ! Après tout, Dean n'avait encore rien officialisé avec Jaelyn, encore moins pour Sam qui devait juste se baser sur l'air débile niais de son frère à chaque fois qu'il venait à parler d'elle, ou de Jaelyn tout simplement qui se met à regretter la façon dont elle agit avec lui... pfff, c'était surtout pour Dean qu'elle regrettait mais là n'était pas le sujet, si ? Non... Plongé dans ses pensées, Sam avait continué de caresser la peau de Louisa, son épaule douce et blanche chaude bien qu'elle ait la chair de poule, sans doute à cause du froid ambiant de l'appartement sans chauffage... et dire que leurs vêtements étaient éparpillés entre la salle de bain et le salon... de lieux bien trop loin pour avoir le courage de bouger, pour le moment du moins. Revenant de ses pensées, le Winchester eut une nouvelle inspiration, cessant ses caresses et laissant sa main retomber négligemment à côté de lui, fixant Lou dans les yeux avant de hausser les sourcils, résolu... il allait bien falloir que ce soit en quelque sorte officialisé, et ce n'était pas à Lou de se pointer chez Dean pour lui dire "au fait, quand ton frère sort et revient que le lendemain, il boit pas du sang de démon, il est avec moi" ... alors c'était à Sam de le faire... et puis c'est tout :

    « Je lui en parlerai, quand je le verrai... à moins que tu préfères vraiment que j'y aille maintenant... »

    Il adressa à Louisa un sourire moqueur, non, il n'avait pas envie de bouger, il venait de se réveiller et comme dit, il faisait encore trop froid pour qu'il ait envie d'un tant soit peu bouger de l'endroit où il se trouvait confortablement installé.

    « Tu sais, je pense plutôt que je devrais parler à ton cousin... au lieu que tu sois déjà obligée de le menacer... ce serait aussi mieux pour votre relation... »

    Oh quelle folie, comme si Jackson semblait enclin à la discussion, particulièrement avec Sam. Le cadet Winchester pouvait toujours dire "mais Dean t'a sauvé la vie" mais bon, c'était un peu débile de se servir de Dean pour engager une conversation un tant soit peu pacifiste avec quelqu'un qui semblait vouloir sa mort...Il ne voulait pas que Louisa se retrouve prise entre eux deux à devoir prendre le parti de l'un ou de l'autre. Après tout, si Sam n'était plus un ado pour pouvoir découcher, il devait aussi l'être pour pouvoir assumer ses actes et surtout revendiquer sa place !

_________________

winchesters say "hi" - i wake up every evening with a big smile on my face, and it never feels out of place. and you're still probably working at a nine to five pace, i wonder how bad that tastes. when you see my face hope it gives you hell, hope it gives you hell. when you walk my way hope it gives you hell, hope it gives you hell. now where's your picket fence love ? and where's that shiny car ? you never seemed so tense love and never seen you fall so hard. VOTEZ POUR NOUS ♥


Dernière édition par Sam Winchester le Mar 20 Oct - 9:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Louisa Delacroix


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Megalyn
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Zooey Deschanel
✾ MES CRÉDITS : Megalyn & Shiya
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 13/07/2009
✾ MES MESSAGES : 999

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Infirmière


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: * Polo contre chemise ▬ p v . Louisa   Dim 18 Oct - 12:05

    Lou ne put réprimer le frisson qui la parcourut lorsque Sam eut la délicieuse idée de laisser une main s’aventurer le long de son dos nu. C’était si cruel et pourtant si agréable. Elle adorait sentir ses mains rêches et abîmées sur sa peau. Sous ses aies un peu coincés, Sam pouvait se montrer capable d’une très grande douceur. Et d’une très grande sensualité. Sans parler de son sex appeal dont il n’avait pas la moindre conscience et jouait de la plu ingénue des façons. Au moins, Lou savait que ses yeux et son joli sourire pouvaient en faire craquer plus d’un, et n’hésitait pas à s’en servir sans le moindre remords lorsque cela s’avérait nécessaire. Alors que Sam aurait presque paru étonné de voir une femme se jeter sur lui. Presque, pas totalement, il ne fallait pas le prendre pour plus ingénu et naïf qu’il n’était vraiment. Elle l’avait appris à ses dépens (ou pas), lors de cette folle nuit. Sam était un fauve, elle était sa proie, et il ne lui avait laissé aucune chance. Non pas qu’elle s’en plaignait, bien au contraire. Elle aurait été folle de se plaindre d’une telle ardeur, d’une telle passion. Peut être, au fond, lui manquait elle plus qu’elle ne le pensait. Elle n’était pas une douce et incorrigible rêveuse romantique. Mais Sam… Il lui faisait oublier tous les fiascos qu’elle avait connus auparavant, et elle avait envie de croire que ce n’était pas à sens unique. Elle se souvint des mots de Sam, plus tôt dans la soirée, alors qu’ils se prélassaient dans la baignoire. Il se sentait bien avec elle. Comme une confession qu’il n’aurait faite à personne d’autre. Elle avait l’impression à être la seule et unique personne qui le comprenait quand il parlait comme ça. Elle n’aimait le sentir torturé comme ça, mais il était si borné qu’il ne l’écouterait probablement pas si elle essayait de l’aider…


    Lou regarda son reflet dans le miroir. Son profil, pour être exacte. Ce chemisier ne ferait définitivement pas l’affaire. Son début de ventre pointait sous le tissu qui lui collait au corps. Dire qu’elle avait pourtant perdu deux bons kilos. Et pris un bonnet de soutien gorge. Le genre de choses qui ne pouvaient pas avoir échappé à Sam. Et pourtant.
    La jeune femme soupira. La moitié de sa maigre garde robe était étalée sur le lit. Son regard cristallin tomba sur une chemise que Sam avait laissée. Elle se dit, en attrapant ladite chemise et en l’enfilant, que pour quelqu’un qui ne semblait pas vouloir s’engager, il laissait quand même pas mal d’affaires chez elle.
    On frappa à la porte. Elle leva les yeux au ciel. Les nausées du début de matinée n’étaient malheureusement pas passées. Tant pis. Ouvrant à Sam, elle surprit un discret mais caractéristique haussement de sourcils du jeune homme.

    « Ça ne va pas ? »

    « Tu devrais t’asseoir. »

    Cette fois ci, le haussement de sourcils fut accompagné d’un écarquillement des yeux. Lou le regarda et elle vit une panique sourde au fond des yeux de Sam. Elle lui tendit une enveloppe. Trop petite pour être un scanner ou des quelconques radios de sa tête. Ce qui sembla à peine rassurer Sam.

    « Pourquoi tu me montres une échographie ? » demanda t’il, perplexe, avant de voir le nom de Lou dessus. « Oh… Oh ! » rajouta t’il en voyant la petite croix sur la petite tâche blanche.

    Elle le regarda se passer une main lasse sur le visage…



    « Noooooooooon, il fait trop froid pour que tu t’en ailles. En plus c’est dimanche, alors tu es obligé de passer la journée avec moi. Au lit… »

    Elle répondit à son sourire moqueur par un sourire narquois et légèrement allumeur. Avant d’éclater de son petit rire délicat.

    « Notre relation… »
    La jeune femme enfouit son visage contre le torse de Sam, secouée d’un fou rire nerveux. Il lui fallut plusieurs minutes pour se calmer. Elle imaginait si bien l’air perplexe de Sam, qui devait la regarder, blottie contre lui, à pleurer de rire. « Primo, Jack n’est qu’un putain de rital doublé d’un macho. Secundo, il ne t’apprécie peut être pas à la base, et le fait que tu… Couches avec moi ne va pas certes arrangé les choses, mais quand bien même. Moi plus un homme plus plein de possibilités impures, ça le rend dingue. Il sera toujours derrière nous à râler, à nous surveiller et les dieux savent quoi encore. Tertio… Je passe ma vie à la menacer. Et franchement... Ça ne sert strictement à rien, il continue à faire peur à mes petits copains. On a déjà eu une mise au point à propos de toi. Je ne me leurre pas vraiment, en fait, mais j’avoue que j’ai très envie de te voir lui faire la misère. »

    Elle plongea son regard clair dans les yeux de Sam. Elle se mordit la lèvre. Son idée de garder le jeune homme séquestré toute la journée était excellente. Définitivement. Encore fallait elle qu’elle trouve un moyen pour l’empêcher de partir. Elle n’en voyait qu’un : son corps. Comme si ça la gênait de lui faire un chantage sexuel. Oubliant totalement Dean, Jackson et tout le reste, elle se mit sur Sam avec un petit sourire un tantinet pervers. « Tu te souviens de ce que j’ai dit tout à l’heure ? Je ne plaisantais pas du tout. Tu vas devoir payer… » Elle se pencha vers lui et déposa de légers baisers dans son cou, descendant le long de son torse pour ensuite remonter, sans se préoccuper le moins du monde des émois qu’elle provoquait. Elle avait bien assez à gérer avec les bouffées de chaleur qui l’envahissaient peu à peu…

_________________
    VICTOR HUGO DEMAIN DES L'AUBE Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe, ni les voiles au loin descendant vers Harfleur, et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Sam Winchester


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : MARY-W.
✾ MA CÉLÉBRITÉ : J.Padalecki
✾ MES CRÉDITS : Dodixe
✾ MON MOI² : Zadkiel
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 11/07/2009
✾ MES MESSAGES : 45276

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 28 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Chasseur


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: * Polo contre chemise ▬ p v . Louisa   Mar 20 Oct - 10:06

    Heureusement pour Sam, Louisa n'avait pas trouvé son idée d'aller voir Dean tout de suite très judicieuse... et elle semblait elle aussi bien décidée à pouvoir rester le plus longtemps au chaud, plutôt que de sortir dans le froid déjà rien que de l'appartement. En plus, vu l'heure matinale, Dean devait encore bien dormir, pas la peine d'aller au motel pour lui parler amour, le cadet Winchester se ferait directement remballer sans autre sommation, alors il avait décidé d'économiser son temps... et comme il l'avait bien dit, il lui parlerait quand il en aurait le temps. Comme ça ils étaient vraiment dimanche ? Ah, il faut dire, Sam n'avait plus vraiment l'habitude de compter les jours, pour lui, la vie ne fonctionnait plus par "semaines" mais par "chasses" et puis, il n'avait plus la notion de ce qu'était un "dimanche" depuis bien longtemps... pour lui, c'était un jour comme les autres, hormis pour les gens qui allaient à la messe... donc les habitants de Ellington, logiquement. Passer la journée au lit... Hmmm, l'idée semblait fort judicieuse, mais Sam ne savait même pas s'il était capable de rester touuute une longue journée dans un lit, sans rien faire... déjà que l'hôpital n'avait jamais été son truc rien que pour ça, mais alors si même maintenant hors de l'hôpital il devait se retrouver cloué au lit... Vous trouvez aussi que c'est n'importe quoi ? Oui, je sais... En vérité, le chasseur - dans son esprit devenu si pervers grâce (ou à cause ?) de l'intervention de Louisa - pensait juste que si elle réussissait à rendre la journée aussi super que leur nuit, il n'était vraiment pas contre rester encore et encore... même rien que dans le lit sans même en bouger... enfin, vous voyez l'idée quoi... Aux paroles de Lou, il s'était contenté d'esquisser un sourire plus large, traduisant à la fois un "oh vraiment ?" et autres choses... plus ou moins avouables, comme d'habitude lorsqu'elle commençait à proférer des menaces pas très saintes ou sous entendre des idées encore moins saintes... Sam est un pervers depuis peu, vous le saviez pas encore ? C'est pas faute de le répéter pourtant...

    Apparemment, ce que Sam avait dit sur ce qui concernait Jackson faisait bien rire Louisa... et de ce qu'il avait réussi à entendre de ses premières paroles étouffées par quelques rires - qui arrachèrent même au chasseur un léger sourire mi d'incompréhension, mi d'amusement - ce que Sam appelait leur "relation"... Oui, bon, bref, il se comprenait bien... Il venait de débarquer dans la vie de Lou et sans qu'ils s'en rendent compte ou sans qu'ils aient le temps de contrôler quoique ce soit, les choses étaient allées vite entre eux - trop vite ? - et disons qu'aucun des deux n'avait eu le temps de préparer le terrain en ce qui concernait la famille proche, ou les pots de colle dans le genre du cousin rital macho - ça il le lui accordait bien - de Lou. Pourtant, ce que Sam ne voulait surtout pas, c'était que Louisa se retrouve prise entre eux deux, à devoir se justifier de quoique ce soit ou tout simplement à devoir rendre des comptes sur ce qu'elle faisait... ou ses sentiments. Il ne se sentait pas de laisser tomber Dean ou de devoir choisir souvent entre son propre frère et Louisa, alors pourquoi lui imposer ça à elle ? Qui plus est, si Sam et Jackson pouvaient régler ça dignement, comme ils le devaient en principe, calmement et de façon assez mature, ça arrangerait pas mal de choses... Peut-être surtout que Sam en avait marre de devoir changer de trottoir à chaque fois qu'il voyait l'italien cousin jaloux en train de se pointer... oui, car c'était vraiment préférable qu'il change de trottoir. Et dire qu'il s'était presque juré de ne plus se mettre dans des ennuis pareils avec la sortie de Lucifer parmi les humains... si seulement... Mais de là à ne pas vouloir avoir rencontré Lou ? Peut-être que ça aurait été préférable pour chacun d'eux, ou peut-être qu'il n'en avait pas pu être autrement, bref... c'était un coup de chance pour le moment, ça lui faisait un bien fou mais l'idée que tout s'interrompe du jour au lendemain le hantait encore et toujours, comme une bonne malédiction... oui, les malédictions, ça le poursuit vraiment beaucoup.

    Alors que Lou terminait son chapelet des bons adjectifs et autres termes qualifiant son cousin - donc que Sam ne pouvait qu'approuver avec ses petites connaissances qu'il avait du personnage - le Winchester haussa les sourcils, dans une expression à la fois narquoise et aussi un petit peu moqueuse. Oh vraiment, il avait le feu vert pour faire la misère au cousin un peu - beaucoup en fait - trop jaloux pour pas grand chose ? Il ne fallait pas lui dire deux fois, ça... Esquissant un léger sourire, le chasseur prit la parole, d'abord d'un ton amusé, pour quand même retombé dans un minimum de sérieux, il ne fallait pas se mettre à perdre le nord et à aller taper Jackson pour qu'ils leur lâchent enfin la grappe et qu'il accepte leur relation... même en le tapant ce serait impossible de lui faire accepter l'idée que Sam et Lou, qu'il le veuille ou non, c'était comme ça et pas autrement... un comme ça encore assez inconnu et ambigu, mais un comme ça quand même.

    « Je vois mal ton cousin faire peur à quelqu'un... j'avoue plutôt éviter de le croiser, au lieu de tout faire pour lui tomber dessus... mais, je veux pas que tu commences à pendre partie, c'est mieux si vous parvenez à rester... en constant bon terme... et c'est un peu gênant si à chaque fois que vous vous voyez vous parlez de moi... pas toujours en bon terme pour ton cousin je pense... Je suis même prêt à lui faire la misère un peu si ça permet d'arranger les choses sans que tu ais besoin d'intervenir... »

    Non, taper les gens, ce n'était pas le genre de Sam, eh ouais, c'était un gentil dans l'âme et ça lui retombait souvent sur le coin de la face, mais bon, il commençait à avoir l'habitude avec... les années - malheureusement, ça durait depuis des années. Il ne pensait pas vraiment que se mettre à "faire la misère" à Jackson permettrait d'améliorer leurs rapports, mais il était bien prêt à tout pour que Lou n'ait pas à se sentir tiraillée d'un côté ou d'un autre... Lui au moins, il avait compris qu'elle pouvait tout aussi bien se sentir bien avec l'un tout comme avec l'autre... Bref, rien de bien sorcier, pas de quoi piquer une crise. Et puis, si c'était vraiment l'idée de sa cousine en train de perdre pour la xeme fois sa virginité, c'était toujours mieux avec Sam qu'avec un mec différent tous les soirs rencontré dans un bar bizarre avec une seringue dans le bras, nan ? Tout dépendait des points de vue à vrai dire... Et pour le moment, leur relation n'avait rien de répressible, ils... passaient du temps ensemble et c'était sans conséquence sur les autres ou si qui que ce soit hormis eux deux... A moins qu'elle soit enceinte ? O__O (trop obligée XD). Oh et puis merde hein, Sam se sentait bien là, maintenant et se prendre la tête avec le sale caractère qu'était celui du cousin de Lou, il aurait tout le temps de le faire à un autre moment... c'est ce que la jeune femme lui fit aussi comprendre par son regard furtif et son mordillement typiquement made in herself de sa lèvre inférieure... mordillement qui arracha un nouveau sourire au Winchester, alors qu'elle prenait confortablement place sur lui, le réchauffant par le contact de leurs corps encore protégés par la couette du fameux lit qui avait traversé tant d'épiques aventures cette nuit.

    Oh, il commençait avoir de l'expérience pour interpréter les regards cocasses et les sourires mi pervers, mi amusés de Louisa... et là, il savait presque exactement ce qu'elle avait en tête comme idées bizarres. Alors qu'elle prit la parole, le Winchester réprima un léger ricanement, elle était vraiment prête à se venger de tout, si elle savait à quel point elle perdait à ce jeu là (XD). Alors qu'elle déposait ses premiers légers baisers dans le cou de Sam, celui-ci eut un léger sourire, la laissant faire, comme pour lui laisser le temps de prendre un peu d'avance et aussi prendre le temps de bien profiter des petites délicatesses dont elle pouvait faire preuve pour le garder près d'elle... bien qu'elle n'en ait pas grand besoin, il n'avait pas encore eu l'intention de partir. Enfin, il n'allait pas s'en plaindre quand même. Laissant un long frisson - plus de froid maintenant, il avait bien chaud - remonter le long de son échine, Sam laissa sa main glisser dans une délicate caresse tout le long du dos de Lou, pour atterrir délicatement et encore avec de fébriles caresses dans les cheveux déjà pas mal emmêlés de la jeune femme. Ils avaient beau avoir profité d'une longue nuit pour se "retrouver", ils ne semblaient pas encore enclins à se passer l'un de l'autre, ou tout simplement à cesser leurs petits jeux qui ne plairaient sans doute pas à Jackson - s'il était là, le pauvre XD - et surtout pas prêts à se quitter... pour le moment, du moins, mais qui sait quand le moment de courage arrivera enfin, les arrachant tristement l'un à l'autre pour "Dieu seul" sait combien de temps. (Quelle phrase poétique)

_________________

winchesters say "hi" - i wake up every evening with a big smile on my face, and it never feels out of place. and you're still probably working at a nine to five pace, i wonder how bad that tastes. when you see my face hope it gives you hell, hope it gives you hell. when you walk my way hope it gives you hell, hope it gives you hell. now where's your picket fence love ? and where's that shiny car ? you never seemed so tense love and never seen you fall so hard. VOTEZ POUR NOUS ♥
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Louisa Delacroix


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Megalyn
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Zooey Deschanel
✾ MES CRÉDITS : Megalyn & Shiya
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 13/07/2009
✾ MES MESSAGES : 999

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Infirmière


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: * Polo contre chemise ▬ p v . Louisa   Sam 14 Nov - 9:29

    L’idée de rester touuuuute la journée au lit semblait hautement intéressante pour Sam, au vu de son sourire qui s’élargissait ostensiblement. Bien, bien. Au moins, elle ne se servirait de son corps que pour le plaisir, pas comme outil de torture sexuelle. Sam n’était pas très joueur. Tant pis pour lui, Lou le serait pour deux. Et en ce qui concernait Dean et Jackson, ils auraient bien largement le temps d’y penser.

    « Mais je n’ai pas l’intention d’intervenir. Je veux vous voir vous débrouiller tous seuls. » murmura la jeune femme avec un sourire narquois.

    Elle sut au regard de Sam qu’il avait parfaitement saisi ce qu’elle sous entendait. Vraiment trop bien d’ailleurs. Son ‘absence’ de réaction et de résistance, tandis qu’il laissait négligemment une main remonter le long de son dos pour ensuite se loger dans ses cheveux. Lou en oublia presque pourquoi elle était allongée sur lui, et même ce qu’elle faisait, à savoir le torturer avec ses petits baisers. Elle sursauta lorsqu’il l’emprisonna brusquement de ses bras puissants avant de l’embrasser avec ardeur, comment il en avait le secret. Néanmoins, malgré le caractère inattendu de l’attaque, la jeune femme ne fit rien pour se défendre, pas même lorsqu’il fit basculeur leurs corps enlacés, se retrouvant ainsi sur elle.

    « Tricheur… » lâcha t’elle d’une voix rauque et le souffle court.

    Sam ricana. Ou quelque chose s’en rapprochant plus ou moins et ressemblant à Sam. Il était devenu évident qu’il n’était pas plus épuisé qu’elle, et encore moins lassé, et que, fatalement, il allait lui en faire baver pendant encore un sacré moment.
    Cependant, rien ne l’obligeait à docilement se laisser faire, même si elle savait qu’elle n’aurait jamais le dessus, qu’il était bien plus cruel et pervers à ce genre de petits jeux qu’elle-même ne le serait jamais.
    Nonobstant, elle entoura le cou de Sam de ses bras, lui souriant avant de délicatement frotter sa cuisse contre le jeune homme, se délectant des frissons qui le parcouraient par moments.

    « Qui a dit que tu gagnerais facilement ? » susurra t’elle en lui mordillant l’oreille.


    Lou ouvrit les yeux et tomba sur son réveil. 15h09. Elle adorait les dimanches comme ça. La jeune femme sourit en sentant un souffle chaud et léger contre son cou. Sam dormait profondément, collé à son dos, et la serrant fermement contre lui, si bien qu’elle ne pouvait aller nulle part. Non pas qu’elle en ait eu réellement envie. Avec quelque difficulté, elle se tourna, faisant face au paisible visage du dormeur. Elle sourit de le voir si serein. Avant d’être si proches, il lui avait vaguement parlé de ses cauchemars qui l’empêchaient de dormir plus d’une heure à la suite. Lou avait su ensuite ce qui en était la cause. Aussi se réjouissait elle de pouvoir lui procurer un peu de calme et beaucoup de repos. Ne cessant de l’observer, elle passa un bras autour de sa taille et se blottit contre lui.

_________________
    VICTOR HUGO DEMAIN DES L'AUBE Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe, ni les voiles au loin descendant vers Harfleur, et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: * Polo contre chemise ▬ p v . Louisa   

Revenir en haut Aller en bas
 

* Polo contre chemise ▬ p v . Louisa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Luisa contre-attaque - livre du mois 11/2012
» Hommes bêtes contre Empire 2000 Pts
» Tour 3: Orcs & Gobelins contre Elfes-Noirs
» orks contre tyranide, l'occasion de tester des choses
» premier combat du tournois . 2 contre 2
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SYMPATHY FOR THE DEVIL ◈ BEDTIMES STORIES :: SAY GOODBYE TO THE WORLD :: archives :: RPG :: SFTD 1 - Les archives :: Ellington ; Missouri :: Hébergements et habitations :: Le quartier résidentiel :: Appartement de Louisa Delacroix-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit