[intrigue N-1] Baby on the way -Sam-



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Facebook  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [intrigue N-1] Baby on the way -Sam-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Louisa Delacroix


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Megalyn
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Zooey Deschanel
✾ MES CRÉDITS : Megalyn & Shiya
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 13/07/2009
✾ MES MESSAGES : 999

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Infirmière


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: [intrigue N-1] Baby on the way -Sam-   Ven 23 Oct - 13:20

    lifehouse - halfway gone


    Lou regarda son téléphone un long moment, pensive. Sam semblait au moins aussi choqué qu’elle, lorsqu’elle avait vu les deux barres apparaître sur le test de grossesse. Et ce n’était pas peu dire. En tous les cas, il avait quand même mieux pris la nouvelle qu’elle ne l’avait pensé. Craint, surtout. Il ne lui avait pas dit qu’il ne voulait plus d’elle, de l’oublier, et tout un tas d’autres choses. Non, loin de là. Il ne voulait pas la laisser seule. Aller jusqu’à dire qu’il voulait peut être de ce bébé était une très grande présomption. Lou n’osait pas tant espérer. Elle estimait n’avoir même pas le droit de le lui demander. Ou de le lui infliger. Comme elle le lui avait dit, il n’était pas obligé de s’impliquer dans quoi que ce soit.
    La jeune femme soupira. Elle n’avait jamais eu la moindre intention d’aller à cette réunion. Il fallait qu’elle trouve un prétexte autre que ‘je dois aller voir mon petit copain pour lui confirmer que je suis bien enceinte’. Encore que, sa patronne ne lui poserait pas de problème. Ça fait presque trois mois que Lou faisait des aller-retour aux toilettes pour vomir. Son gynécologue lui avait assuré que ça cesserait à la fin du premier trimestre. La jeune femme ne savait pas si elle devait en être ravie ou pas. Parce que la fin des nausées et vomissement signifieraient qu’elle allait se mettre à gonfler comme un ballon de baudruche.
    Non, ça, ça avait DEJA commencé. Elle ressemblait DEJA à une baleine. Enfin. Un petit peu, il ne fallait rien exagérer. Elle avait pris du bide, et aucun de ses vêtements ne pouvait plus le cacher depuis déjà deux bonnes semaines. Elle avait bien vu Sam entre temps, mais la nuit, lors d’une chasse. Il allait lui arracher les yeux quand il saurait quelle imprudence elle avait commise.
    Bref. Là n’était pas le propos. Attrapant son sac et sa veste, elle jeta un regard rapide aux alentours. Sa bien aimée patronne papotait avec les dieux seuls savaient qui. Quand bien même, Lou s’en foutait comme de son premier string. Elle devait partir, point barre. Pas de discussion, pas de sincères regards inquiets de cette femme qui se considérait un peu comme sa mère. Comme si Lou avait besoin de ça.

    La jeune femme, comme à son habitude, se gara comme un bourrin sur le parking du motel. Elle déglutit lorsqu’elle fut, à nouveau, prise de nausées. C’était tellement aléatoire. Elle pouvait passer deux ou trois jours fraîche comme la rosée, et les deux suivants à vomir ses tripes jusqu’à ce qu’elle n’ait même plus la force de déglutir. Sauf qu’à cet instant précis, sa nausée avait une toute autre cause.
    Sortant de sa voiture, elle regarda toutes les portes. Comment avait elle pu laisser Sam vivre dans un taudis pareil aussi longtemps ? Elle n’aurait eu aucun mal à le forcer à venir habiter avec elle. Elle prit une grande inspiration. Ne pas mettre la charrue avant les bœufs.
    Dans quelle chambre était il déjà ? La deux, lui semblait il. Presque pile en face d’elle.
    Elle n’aurait jamais dû dire qu’elle venait le voir. Elle n’aurait même pas dû lui dire qu’elle était enceinte. Trois mois. Et elle le savait depuis presque deux mois. Et n’avait rien dit depuis. Ça sentait les problèmes.
    Lou fut tentée de faire demi tour. Non, non, pas bonne idée. Pas du tout. Elle était là maintenant, ils allaient pouvoir en parler calmement, posément, en tête à tête, les yeux dans les yeux.
    Oui enfin ça, c’était vite dit. Elle n’était pas sûre de pouvoir. S’approchant de la porte, elle passa une main dans ses cheveux avant de baisser les yeux sur son ventre. Il fallait espérer que ce ne serait pas la première chose que Sam regarderait. Levant un bras, elle tapa quelques coups brefs et secs à la porte.

_________________
    VICTOR HUGO DEMAIN DES L'AUBE Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe, ni les voiles au loin descendant vers Harfleur, et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur
Revenir en haut Aller en bas

Sam Winchester


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : MARY-W.
✾ MA CÉLÉBRITÉ : J.Padalecki
✾ MES CRÉDITS : Dodixe
✾ MON MOI² : Zadkiel
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 11/07/2009
✾ MES MESSAGES : 45276

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 28 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Chasseur


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: [intrigue N-1] Baby on the way -Sam-   Sam 24 Oct - 13:06

    Lou avait raccroché depuis plusieurs secondes lorsque Sam réalisa enfin qu'il pouvait raccrocher sans la laisser en plein milieu d'une phrase... Il n'aurait jamais du la rappeler, ce serait beaucoup plus simple et il continuerait de tracer son bonhomme de chemin en ce moment même... Il serait pas assis sur le rebord de son lit, comme une loque. Gardant son téléphone serré entre ses doigts, Sam eut une inspiration, esquissant un froncement de sourcils sans s'en rendre compte, ne captant plus grand chose de tout ce qui l'entourait... la seule chose qu'il savait, c'était qu'il était fatalement incapable de bouger, et cette léthargie allait certainement durer pas mal de temps, son cerveau (quoique souvent bien éveillé) se faisait mal à l'idée qu'il avait bien merdé en beauté et que maintenant... les ennuis commençaient... sérieusement ! Le premier mouvement que le Winchester parvint à faire, c'est se passer une main sur le visage, main qui passa ensuite dans ses cheveux pour les mettre en arrière... avant de les ramener dans un bordel monstrueux qui n'avait plus vraiment l'aspect d'une quelconque coupe de cheveux. Elle arrivait, mais elle en mettait du temps... ou peut-être pas, il ne saurait dire si des minutes ou des secondes venaient de s'écouler... sa main était devenue moite autour de son téléphone, alors que ses dents devenaient douloureuses à force qu'il serre la mâchoire, tout ça, bien inconsciemment. Il finit par déglutir, croyant il y a quelques instants à peine, ne plus être capable d'un tel acte tellement un nœud de stress enserrait sa gorge... pour une fois qu'il n'était pas du à quelque chose d'autre, c'était déjà ça. Dans un haussement des sourcils, Sam posa son téléphone sur le lit, avant de parvenir à se relever, à sa surprise personnelle... il avait senti comme des fourmillements dans ses jambes alors qu'un horrible frisson de tension l'avait parcouru aux paroles de Lou. Vacillant quelques secondes sur ses pieds, il se passa une nouvelle fois les mains dans les cheveux, les remettant en arrière avec un aspect à peu près ordonné... la chaleur dans la chambre lui semblait étouffante, si bien qu'il eut assez vite besoin de prendre une nouvelle longue inspiration pour renouveler un tant soit peu l'air de ses poumons.

    Les minutes passaient lentement, semblant même être des heures, alors que le cœur de Sam battait furieusement dans sa cage thoracique, alors qu'il entendait le sang battre à ses oreilles pendant que la migraine qui l'avait quittée il y a de cela pas si longtemps, revenait déjà, malgré les cachets qu'il avait pris à peine Dean parti. Elle était donc... enceinte. Ouais... de lui, forcément, à moins qu'elle ait profité de ses longues périodes sans nouvelles pour trouver quelqu'un d'autre pour s'occuper quand... c'était nécessaire. Non... elle ne lui ferait pas ça, et puis... elle ne lui en aurait peut-être pas parlé si elle n'avait pas été sure que ce soit lui, sinon, elle se serait fait avoir à son propre jeu. Oui, le Winchester réfléchissait à toute allure, plus vite qu'il n'aurait pu le soupçonner, sûrement pour tenter d'organiser ses pensées et ne pas passer pour le pire des crétins quand elle arriverait et que... ils pourraient parler du sujet plus amplement. Enfin... si Sam était capable de se faire à l'idée, et de faire le tri dans toutes les questions qui lui tournoyaient dans la tête, émettant même un bourdonnement sourd et extrêmement agaçant, comme des insectes qui tournent... sans les insectes, bien sûr. Passant une nouvelle fois une main sur son visage - cette fois-ci plus las et inquiète qu'autre chose - le chasseur regarda autour de lui... se rendant subitement compte du bordel innommable dans lequel il avait aujourd'hui trop l'habitude de vivre. Voyons voir de plus près... des bouteilles vides de bières pues aux trois quart par Dean... des vêtements que Dean avait prévu de remettre mais qu'il laissait, entre temps, négligemment traîner, des papiers que Dean éparpillait un peu partout comme pour faire semblant de faire des recherches. Oui, Dean était un homme bordélique qui aurait même pu occuper un bon kilomètre carré de bordel s'il l'avait pu... et ce n'était pas toujours une mince affaire de vivre avec lui, plus particulièrement quand la chambre d'hôtel elle-même n'avait pas grand chose de bien reluisant.

    Comme poussé par un furieux besoin de rangement, ou probablement surtout pour occuper ses pensées, Sam se rua sur le premier élément bordélique qui lui tomba sous la main, entreprenant non sans peine de mettre un certain ordre plus ou moins visible dans ce capharnaüm affreusement agaçant subitement. Déjà que Lou n'avait jamais caché son avis sur "le lieu de résidence" des deux frères, alors si elle voyait en plus tout ce qui traînait alentours, il aurait encore droit à quelques sous entendus... dont, curieusement, il se passerait bien à cet instant même - tout comme d'ici quelque secondes d'ailleurs. Balançant d'abord tous les vêtements qui traînaient dans la salle de bain sans une quelconque forme de ménagement, le Winchester se rendit assez vite compte de son erreur : une femme enceinte a forcément des nausées et... qui dit nausées, dit toilettes - eh ouais, c'est un homme très prévoyant, le Sammy. Ressortant alors à vitesse grand V tous les vêtements de la salle de bain, le chasseur entreprit de tous les fourrer en boule dans les sacs qui lui passaient sous la main... tiens, celui avec les armes, et puis celui de Dean dont le contenu était un peu déversé partout en fait... et puis le sien, tant pis, il reviderait tout plus tard, histoire de remettre le bordel pour ne pas attirer trop l'attention de Dean quant au subit rangement de la chambre. Quelle journée ! Et dire qu'elle n'était pas encore terminée... qu'est ce qui allait lui arriver encore ? Qu'est ce qui pourrait lui arriver de pire ?! Au fond... est-ce que c'était vraiment une chose aussi mauvaise que ce qu'il imaginait là maintenant ?! Préférant oublier cette pensée, Sam entreprit alors de balancer toutes les bouteilles vides dans la poubelle - sans les casser - et puis il s'accorda même le temps d'essuyer les traces que celles-ci avaient laissées... eh oui, minutieux en plus le ptit "futur papa". La pensée lui traversa l'esprit, lui envoyant comme un électrochoc qui le poussa à faire carrément autre chose, abandonnant son nettoyage de traces... tant pis, il y avait déjà tellement de traces sur la moquette ou encore sur les murs, ceux de la table n'étaient pas les plus terrifiantes.

    Putain... Dean aurait quand même pu embarquer ses clés, c'était pas compliqué quand même ! C'est pas non plus comme si des clés ça pesait une bonne tonne dans la poche, ou comme s'il oubliait souvent les clés de sa précieuse voiture. Ah ouais, celle là, il l'oubliait jamais, mais quand il s'agissait d'autres formes de clés... c'était tout autre chose. Cette pensée en enchaîna une autre... eh merde, il avait pas encore parlé de Lou à Dean, et maintenant, l'information avait... une toute autre envergure si on peut dire, non ? Annoncer à son frère qu'il voyait une fille depuis quelques mois c'était une chose, mais lui annoncer qu'il voyait une fille depuis quelques mois, qu'il ne savait pas vraiment ce dans quoi il s'engageait du point de vue des... sentiments et qu'en plus, il l'avait mise enceinte... c'était vraiment, mais alors vraiment autre chose ! Il l'avait eue pourtant, cette intuition qu'il aurait du lui en parler plus tôt, quitte à lui balancer ça pendant leur café du matin ou pendant l'une de leurs "discussions forts constructives" sur la chasse et sur à quel point ils ramaient en ce moment, encore une fois. La première fois avec Lou ça remontait à... quelques semaines, ou voir plus... des mois ? O__O Il faut dire, Sam n'avait pas pris la peine de compter le temps qu'ils passaient en ville et pourtant... il lui semblait bien que ça faisait pas mal de temps à y réfléchir de plus près... et les semaines devenaient bel et bien des mois... merde alors, qu'est ce que le temps passait vite en plein Apocalypse ! Bizarre d'ailleurs que pour le moment, ce ne soit pas la grande bousculade démoniaque, mais comme dit le dicton 'tout vient à point qui sait attendre', hein. Là, à force d'attendre, il en avait une sacré masse à raconter à Dean ! Nan, franchement, il gagnait vraiment le jackpot ce soir...

    Abandonnant son pseudo ménage qui se révéla en fait quasi inutile tant le bordel était... immense - bah oui, amassé depuis des mois - Sam se rassit sur le lit, s'y laissant plus tomber nonchalamment qu'autre chose, poussant même un soupire au passage, rien que pour la forme sans doute. C'est alors que le Destin - ou tout simplement Lou - décida de le sortir de sa déjà léthargie... on frappait à la porte. A peine le bruit répercuté dans la chambre, le Winchester sentit ses tripes même se serrer dans un élan de stress... carrément incontrôlé, mais douloureux au plus haut point. C'était Louisa, forcément... il n'attendait personne d'autre, à moins que ce soit Dean, ce qui ne serait vraiment pas encore une fois pour arranger les choses hein. Il mit quelques longues secondes à se lever du lit, passant une main incontrôlée dans ses cheveux alors qu'il faisait les pas qui le séparaient de la porte, d'un pas assez lourd, comme appesanti par tous les problèmes qui entraient encore dans sa vie, avec cette fameuse nouvelle... Problèmes, mais aussi, beaucoup - pour pas rajouter beaucoup beaucoup - de questions... des questions qui s'étaient introduites à son esprit - de force en lui redonnant une migraine - alors qu'il se posait sur son lit. Est-ce qu'il pouvait vraiment... avoir été aussi imprudent ? Ils n'avaient vraiment rien utilisé le premier soir ? O__O Oui, voilà, les questions habituelles quand on a une tuile pareille qui nous tombe sur le coin de la tronche. Ce bébé, on pouvait vraiment le qualifier d'accident ! Mais de là à ne rien vouloir de lui, à renoncer à Lou ou tout simplement la laisser tomber... il y avait des kilomètres et comme il l'avait si bien dit, il ne savait même pas si... la nouvelle était bonne, ou mauvaise.

    Ouvrant finalement la porte d'un air plus naturel qu'il n'aurait pu l'imaginer, Sam tenta de se constituer une contenance pour faire face à Louisa... contenance qui s'effaça au moment même où il croisa son regard. Pourtant, il le soutint, comme pour échanger un bref coup d'œil pour lui faire comprendre tout ce qui lui traversait l'esprit. Est-ce qu'ils allaient restés sur le seuil, comme des carpes à se fixer sans esquisser le moindre mouvement ? C'était certainement pas pour ça qu'elle était venue, abandonnant même une réunion de boulot... allez, il fallait pouvoir bouger, faire ou dire quelque chose, quoi... Déglutissant, Sam regarda autour d'eux, peut-être pour s'assurer que Dean ne se pointait pas quelque part ou n'était pas dans un secteur trop proche... ce qui n'était apparemment pas le cas. Il se décida à s'écarter, laissant la place à Lou pour passer... ne sachant pas vraiment si elle voulait entrer, ou si c'était vraiment la meilleure chose à faire. Il aurait voulu pouvoir articuler un "si tu préfères on peut aller dehors", mais il n'en fit rien, se contentant de fermer la porte à peine Lou entrée, en profitant pour prendre en plus une inspiration silencieuse, laissant le silence s'installer, très très lourd dans la chambre, qui devint subitement... horriblement étriquée et étouffante... il aurait peut-être préféré sortir, qui sait... ou pouvoir quitter cette chambre et aller... quelque part, il ne savait pas où, mais autre part en tout cas. Il croisa encore le regard de la jeune femme, ne cillant pas et ne baissant surtout pas les yeux, n'ayant en fait... même pas le courage de regarder son ventre dans lequel, maintenant il le savait... grandissait - depuis même plus de temps qu'il le présumait - un être mi-lui, mi-Lou *roooh, c'est beau les bébés présentés comme ça XD*

    « Tu sais... ça aurait pu attendre... après ta réunion... »

    Ou pas. Mais ça, il n'était pas prêt de le dire, il ne savait même pas ce qu'il avait la capacité de dire à cet instant même... il était même impressionné d'être parvenu à formuler ne serait-ce qu'une phrase ! Alors qu'il avait baissé le regard vers la moquette sale de la chambre du motel, il releva la tête, soutenant le regard de Lou à peine quelques secondes, avant de à nouveau détourner le regard... qui se posa encore sur quelques fringues de Dean, qui traînaient encore partout.

    « Euh, ouais... j'avais pas prévu... et puis, après le coup de fil... enfin, désolé, pour... le bordel. »

    Il ne savait vraiment pas quoi dire pour s'abaisser à soulever lui même devant Lou le fait que l'endroit où il vivait n'avait pas grand chose de... confortable et de plaisant, encore moins que messire Dean occupait largement l'espace par tous ses biens... pourtant pas si nombreux que ça... et dire qu'habituellement, ils rentraient tous dans un sac maximum... on en arrivait juste à se demander comment il arrivait à autant occuper l'espace avec si peu d'affaires... Pour Sam, c'était plus simple... une partie de ses chemises laissées la plupart du temps chez Lou, et puis... le reste... loin du bordel de Dean, à l'abri de toute danger dû à la ô combien propreté de son frère.

_________________

winchesters say "hi" - i wake up every evening with a big smile on my face, and it never feels out of place. and you're still probably working at a nine to five pace, i wonder how bad that tastes. when you see my face hope it gives you hell, hope it gives you hell. when you walk my way hope it gives you hell, hope it gives you hell. now where's your picket fence love ? and where's that shiny car ? you never seemed so tense love and never seen you fall so hard. VOTEZ POUR NOUS ♥
Revenir en haut Aller en bas

Louisa Delacroix


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Megalyn
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Zooey Deschanel
✾ MES CRÉDITS : Megalyn & Shiya
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 13/07/2009
✾ MES MESSAGES : 999

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Infirmière


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: [intrigue N-1] Baby on the way -Sam-   Mar 27 Oct - 2:27

    Elle qui avait pensé ne pas pouvoir soutenir le regard de Sam, le contraire exact venait de se produire. Elle avait l’impression qu’il l’avait paralysée, et vice versa. Elle ne bougeait pas, et lui ne semblait pas plus décidé à esquisser le moindre mouvement. D’un autre côté, il était irrémédiablement enraciné devant la porte, ce qui l’empêchait elle-même de faire quoi que ce soit.
    Néanmoins, Sam se décida enfin à décaler son corps d’Apollon sur le côté, la laissant pénétrer dans la modeste chambre. Passant près de lui, Lou se sentit encore plus empotée et gonflée comme un ballon de baudruche que jamais.
    Lou sursauta lorsqu’il referma la porte. Plus de retour en arrière possible. Elle ne pouvait plus fuir. Elle croisa à nouveau le regard du jeune homme et elle sentit son palpitant s’affoler dangereusement. Déjà qu’en temps normal, elle se serait damnée pour lui, si en plus il la gratifiait d’un tel regard de chien battu alors qu’elle avait les hormones en furie, ce n’était pas bon, mais alors pas bon du tout.

    « Ma réunion ? Ah, oui… Non mais… » Mais quoi ? Il était le dernier au courant, même sa gentille mais envahissante patronne était au courant de ‘la chose’ depuis quelques temps déjà. « Ce n’était pas une réunion à laquelle je devais obligatoirement être présente… »

    Mieux valait qu’elle se taise. Elle s’enfonçait à chaque mot qu’elle sortait, et qui, les uns à la suite des autres, formaient une sorte d’excuse minable et pourtant si tristement crédible.
    Il avait baissé les yeux, visiblement aussi mal à l’aise qu’elle. Elle en profita pour jeter un regard circulaire à la chambre. C’était si kitsch qu’on se serait cru revenu dans les années 1930. Elle commença à imaginer Sam avec un costume trois pièces, un chapeau et un long imperméable, avec en fond, un vieux tube jazzy. La jeune femme dut se mordre la lèvre pour ne pas éclater de rire. Ça aurait été tellement déplacé.

    Elle écouta ses excuses, brusquement ramenée à la réalité. Elle n’avait même pas la foutre idée de quoi il pouvait bien parler. Elle comprit alors. Le bazar. Elle fit un vague signe de la main signifiant que c’était bien le cadet de ses soucis. Elle s’approcha d’un lit, fait, et qui donc, selon toute vraisemblance, devait être celui de Sam, et se laissa quasiment tomber dessus. Une fois n’était pas coutume, elle portait une robe. En réalité, c’était la seule chose qui cachait un tant soit peu ses formes naissantes. Elle déglutit, serrant les jambes et posant les mains sur ses genoux.

    « Tu sais, c’était pas délibéré. Je… Je voulais pas te mettre dans une telle… Enfin bref. » Elle prit une grande inspiration. « J’ai beaucoup réfléchi, et sache que je ne te forcerai jamais à quoi que ce soit. Mais… J’ai envie d’avoir cet enfant. Je sais pertinemment que la période est loin d’être la meilleure qui soit… »

    Encore une bien pitoyable excuse. Elle ne serait même pas posé la question si le père avait été un autre que Sam. Elle n’en aurait pas voulu. Elle aurait sûrement été plus prudente. Sa façon d’agir avec Sam en disait long. Elle se décida à le regarder, attendant de sa part une réaction qui se faisait douloureusement attendre. Elle pouvait le comprendre. C’était brutal et imprévu. Et il n’était même pas certain que Dean soit au courant. Les deux d’un coup, elle plus un bébé pour bientôt, ce n’était pas le genre de nouvelle que l’aîné Winchester allait forcément beaucoup apprécié…

_________________
    VICTOR HUGO DEMAIN DES L'AUBE Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe, ni les voiles au loin descendant vers Harfleur, et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur
Revenir en haut Aller en bas

Sam Winchester


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : MARY-W.
✾ MA CÉLÉBRITÉ : J.Padalecki
✾ MES CRÉDITS : Dodixe
✾ MON MOI² : Zadkiel
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 11/07/2009
✾ MES MESSAGES : 45276

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 28 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Chasseur


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: [intrigue N-1] Baby on the way -Sam-   Mer 28 Oct - 8:40

    Si depuis la fameuse nouvelle Sam se sentait un peu à l'ouest et avait l'air d'avoir vu la vierge, les choses ne s'étaient pas arrangées avec l'arrivée de Lou. En plus d'être dans l'incompréhension totale, il était à présent plongé dans plus que ça... un malaise rempli de questions sans réponses. Elle lui en voulait pour ça ? Après tout, ils avaient été deux à passer ces soirées, et peut-être qu'il aurait du... agir avec plus de tact, ou plus de réflexion du moins, pour que ce genre de... - il ne savait même pas par quel mot qualifier la "chose" - n'arrive pas. A y réfléchir, pourquoi est-ce qu'elle lui en voudrait ? Mais d'un autre côté, quand même... Enfin bref, dans la tête de Sam, c'était un tiraillement continuel qui ne cessait pas, même malgré l'arrivée de Louisa. Plus les secondes défilaient, plus il se plongeait dans ce silence qui ne traduisait que trop bien le malaise qui l'envahissait depuis le coup de fil de la jeune femme. Même "en parler" ne semblait pas pouvoir le sortir de ce silence pesant qui brouillait son esprit de mille question et empêchait les mots de s'aligner correctement en une phrase qui ait un quelconque sens. Même s'il avait fermé la porte derrière la jeune femme, il se retrouvait bloqué près de celle-ci, les jambes incapables même d'esquisser le moindre mouvement, les muscles crispés au point d'en être douloureux - déjà que d'habitude, c'était pas la joie, mais là, encore moins - son cerveau lui disait de faire un mouvement, et pourtant, son corps, lui ne bougeait pas. Son regard s'était perdu dans le vide, ses lèvres s'étaient pincées, et lui, il ne se rendait même plus compte de l'endroit où il était, ou des expressions que son visage trahissait, comme plongé dans un monde où l'ombre dominait toute forme de volonté... une ombre mauvaise, noire dans laquelle il ne ferait que de plus en plus tomber, ou peut-être une toute autre, une qui finirait par déboucher sur un peu de lumière, ce qu'on appelait "du bonheur", ça, il n'en avait aucune idée, et c'était juste le cadet de ses soucis pour le moment, la seule chose qu'il voyait... c'était l'ombre pour le moment, le bonheur continuait de se cacher, visiblement bien amusé par son air mi traumatique, mi préoccupé comme s'il jouait dans cette discussion, sa vie elle-même... ce qui, au fond, n'était pas vraiment une hyperbole.

    Plus que jamais les pensées happées par ses doutes, Sam n'entendit même pas la réponse de Louisa, sa réunion, disons que c'était une chose - sans vouloir être vexant - dont il ne se préoccupait même pas. Il réfléchissait au fait qu'elle soit là, si, finalement, c'était une bonne chose ou non, s'il aurait plutôt mieux valu qu'il ait un peu de temps pour se poser face à tout ça, ou tout simplement pour poser Dean face à ce gigantesque mur qu'étaient une nouvelle fois devenues les nombreuses cachotteries de Sam. Décidément, à chaque fois qu'il tardait à parler d'une chose, cette chose devenait très vite plus grosse que lui, et ce, au point qu'il en soit lui-même dépassé. Il fut ramené à la réalité lorsque Louisa s'assit sur le bord de son lit, reposant le regard sur elle, il s'attarda quelques secondes à soutenir une nouvelle fois son regard, toujours ridiculement posté derrière cette porte qui laissait même filtrer l'air de dehors tant elle isolait mal... c'est dire à quel point les choses partaient en vrille dans cette ville, même les portes ne remplissaient pas bien leur rôle. Il ne s'attarda pas bien longtemps sur l'air froid qui venait charrier son dos alors qu'il restait toujours posté au même endroit que quand il avait Lou entrer, cloué au sol, comme une statut, tout aussi incapable de bouger que d'avoir quelque pensée que ce soit, même la plus illogique. Louisa reprit la parole, dans ce qui semblait être encore un plus grand malaise, alors que la discussion semblait irrémédiablement maintenant s'engager dans la voix de cette fameuse nouvelle. Punaise... plus il y pensait, plus les détails de chaque fois qu'il avait été avec elle revenaient dans ses pensées... il avait été vraiment con, franchement, il n'y a que les ados pour pas faire attention les premières fois qu'ils le faisaient avec une fille. Même avec Jess ils n'avaient jamais envisagé la possibilité d'avoir des enfants et là...

    Il stoppa sa pensée, Jessica appartenait au passé maintenant, et il aurait mieux fait de tirer un trait sur elle depuis des années maintenant, sans doute que ça leur aurait évité un bon nombre d'ennuis à lui et Dean... S'il avait réussi à renoncer à elle, à son souvenir, il n'aurait jamais cherché à aveuglément se venger, à chaque fois qu'un démon ou toute autre créature se mettait sur leur route et pourtant. Toujours immobile, il s'efforça d'écouter les paroles de Louisa, sans rien répondre, et sans rien esquisser comme réaction, ou presque. Il ne put réprimer bien entendu le haussement de sourcils bien caractéristique lorsqu'elle lui dit vouloir garder l'enfant. Il n'avait même pas la force de chercher à l'en dissuader et comme il l'avait dit, il ne chercherait pas à l'en dissuader, la laissant faire son choix... avec ou sans réserve. Il était incapable de répondre que lui aussi, il en voulait de cet enfant, bien que ce soit sans doute les paroles qu'elle attendait. Non pas qu'il n'en veuille pas... mais plus il s'attardait à peser le pour et le contre, plus il n'y voyait que des risques. Les démons, même Lucifer cherchaient à l'atteindre, lui ou Dean et il le savait pertinemment, un bon nombre d'entre eux ne reculeraient pas pour utiliser Louisa contre lui, encore plus si elle décidait de garder le bébé. Et puis, restaient encore tous les mensonges qu'il gardait pour lui, ceux qu'il s'était efforcés d'effacer si tôt que l'autre folle de la crypte avait commencé à les révéler, quoique bien douloureusement, ceux qu'il n'avait pas la force encore de lui dire, bien qu'aujourd'hui ç'aurait pu être le meilleur moment. Le meilleur moment pour qu'elle apprenne tout de lui, et sans doute qu'elle le rejette, tout comme elle rejetterait l'enfant qu'ils pourraient avoir ensemble, un comme lui, humain, mais maudit dans son sang même... un Winchester, mais surtout avec un fond démoniaque, sombre... tout comme Sam.

    Est-ce qu'il était prêt au fond de lui, à assumer le fait de transmettre à quelqu'un la malédiction qu'il portait depuis toujours ? Est-ce qu'il voulait vraiment, donner vie à un être qui regretterait de vivre presque autant que lui ? Il baissa une nouvelle fois le regard, ne sachant pas vraiment depuis combien de temps il faisait durer le silence, ne sachant même pas si Louisa avait encore parlé après cette fameuse phrase qui était tombée comme un couperet, ou si elle s'était tue, attendant sa réaction... une quelconque réaction qu'il n'arrivait même pas à même envisager. Passant une main dans ses cheveux, il eut un long soupire, avant de rejoindre Louisa, s'asseyant en face d'elle, sur le lit à moitié fait de Dean, les yeux toujours incapables maintenant de croiser les siens, posés dans le vide alors que ses dents restaient serrées dans un malaise qui l'empêchait de parler. Les coudes sur les genoux, il serra ses mains l'une contre l'autre, croisant les doigts sans vraiment se soucier du silence qu'il faisait toujours régner, ne trouvant rien de mieux à faire que continuer de cogiter... inlassablement, comme s'il n'y avait aucune bonne décision à prendre, comme si les deux décisions étaient mauvaises, ou peut-être toutes les deux bonnes, ça, personne même ne pouvait répondre à la question. Un bébé... même pendant sa vie "normale", il avait été trop occupé à feindre ne pas avoir de passé, à cacher ses secrets, si bien qu'il n'avait jamais envisagé se construire le moindre avenir, encore moins une quelconque famille. Les choses aujourd'hui étaient encore plus différentes, il avait longtemps su qu'il ne devait pas avoir la moindre attache, et pourtant, il s'était trop longtemps enraciné à Ellington, créant des liens qu'il s'était engagé de ne plus créer depuis la mort de Jessica... des faiblesses, qui semblaient devenir même de plus en plus nombreuses. D'abord Dean, maintenant Louisa et après, ce serait cet enfant... est-ce qu'avec ça il pouvait construire un avenir ? Est-ce que tout simplement, il pouvait garantir une vie normale à qui que ce soit, en se basant sur des menaces sans cesse repoussées ?

    « D'accord. »

    C'est la seule chose qu'il réussit à articuler, dans un premier temps. D'accord pour ? Garder l'enfant ? Il ne savait même pas s'il était réellement d'accord au fond, mais peut-être était-il temps de prendre une quelconque décision, plutôt que de la laisser nager dans le silence. Plus les choses avançaient, plus le temps passait, plus il s'attachait à Louisa et il savait qu'il serait finalement prêt à tout, pour garantir la survie de ce qu'ils pourraient construire ensemble, en simple ébauche d'un avenir, ou quelque chose qui finirait par se concrétiser. Le temps n'était vraiment pas bien choisi, mais tous les jours des enfants naissaient à travers le monde, la plupart des parents ignorant même l'épée de Damoclès qui pendait au-dessus de leurs enfants, prêtes à faucher leur moindre avenir. Eux, ils savaient, peut-être qu'au fond, ça pourrait représenter un avantage sur les autres. Son regard se perdait à nouveau un peu partout autour d'eux, se posant parfois sur la jeune femme, la fixant quelques instants, avant de se perdre à nouveau, dans un cercle vicieux qui empêchait toute forme de malaise de s'estomper, bien qu'il ne se complaise pas dans ces silences lourds de sous entendus. Quelques secondes à peine après son premier mot, il se décida à prendre une inspiration, prenant à son tour la parole, ne sachant même pas ce que ses paroles allaient pouvoir traduire, peut-être pourraient-elles un tant soit peu expliquer le lourd silence qu'il conservait, sourdement entre eux deux :

    « J'avais... jamais vraiment envisagé que ça pourrait arriver... J'ai souvent appris des choses qu'il fallait... dans mon cas, se contenter de ce qui était là avant nous... la famille. J'ai jamais envisagé ma vie autrement que pour chasser, encore moins après la mort de Jessica... »

    Il se tut, peut-être avait-il finalement trop parlé pour ne rien dire, il n'en avait aucune idée. Comme si se mettre à raconter sa vie allait pouvoir servir à expliquer pourquoi il restait juste silencieux et glacé depuis qu'elle était arrivée. Comme si ça allait pouvoir au fond, lui expliquer pourquoi il ne voyait que la chose d'un mauvais œil, comme une faiblesse plus qu'une force possible... peut-être qu'au fond, cet hypothétique avenir pourrait lui servir à voir les choses sous un autre angle, une quelconque survie qui aurait un sens, qui sait.

_________________

winchesters say "hi" - i wake up every evening with a big smile on my face, and it never feels out of place. and you're still probably working at a nine to five pace, i wonder how bad that tastes. when you see my face hope it gives you hell, hope it gives you hell. when you walk my way hope it gives you hell, hope it gives you hell. now where's your picket fence love ? and where's that shiny car ? you never seemed so tense love and never seen you fall so hard. VOTEZ POUR NOUS ♥
Revenir en haut Aller en bas

Louisa Delacroix


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Megalyn
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Zooey Deschanel
✾ MES CRÉDITS : Megalyn & Shiya
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 13/07/2009
✾ MES MESSAGES : 999

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Infirmière


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: [intrigue N-1] Baby on the way -Sam-   Sam 7 Nov - 11:27

    D’accord ? Il entendait quoi par d’accord ? D’accord, d’accord. Mais c’était pas une réponse, merde ! Okay, il fallait qu’il encaisse. Ça, Lou pouvait le comprendre. Mais balancer d’accord à tort à et à travers. Il était vrai que Lou n’était pas la pétasse blonde de base, mais quand même. Elle aurait pu avoir envie de croire qu’il le voulait ce bébé, lui aussi. Encore qu’elle évitait d’avoir de faux espoirs. Cela restait la meilleure attitude à avoir. Se mettre à pleurer devant lui n’était pas dans ses envies immédiates. Contrairement à un fraisier. Bref.
    Jessica. Oui, évidemment, elle aurait dû s’y attendre. Elle savait qu’à un moment ou à un autre, il parlerait forcément d’elle. Pourtant, elle avait choisi de ne pas y penser. Mais Sam venait de la ramener à la réalité.

    « Je comprends… » Mais était ce réellement le cas ? Plus ou moins. Et ça lui faisait mal. Mal de comprendre que la vie l’avait bien trop malmené pour qu’il soit désormais capable de s’engager. Lou retint un soupir de lassitude. Elle n’allait pas baisser les bras aussi facilement. Ce serait mal la connaître que de penser ça.

    « Je te l’ai déjà, je ne t’oblige vraiment à rien. Si tu ne veux pas de ce bébé, je pourrais parfaitement comprendre. Je ne te jugerai jamais sur ça, ou sur quoi que ce soit d’autre. J’espère que tu le sais… » La jeune femme fit une pause, posant son regard azuré sur Sam, qui semblait définitivement passionné par ses pieds. Ou la moquette miteuse. Ou les deux, qui peut savoir ? « Ce n’est ni le bon moment ni le bon endroit. J’en ai parfaitement conscience. Et avant de te connaître, je n’aurais jamais imaginé avoir un enfant un jour. Je ne suis qu’humaine, et j’ai envie de voir ce bébé venir au monde, grandir, vivre sa vie. J’aimerais le faire avec toi, mais si tu ne veux pas, je n’irais pas lui dire que tu n’es qu’un salaud. Ce ne serait pas vrai. J’ai envie de croire qu’on va s’en sortir tous les deux… »

    Devait elle rajouter qu’il n’y avait pas que ça ? Elle s’était attachée à lui plus qu’il ne l’aurait fallu. Il ne pouvait pas y avoir pire période que celle qu’ils vivaient. Ils étaient tous les deux si persuadés qu’ils ne s’en sortiraient pas qu’ils n’avaient pas fait montre de la moindre prudence. Peut être était ce un signe ? Sauf qu’elle savait qu’il ne verrait jamais les choses sous cet angle là, tellement rongé par ses remords qu’il en oubliait même ce qui était élémentaire.

    « Tu n’es pas maudit. »
    lui dit elle en quittant le lit pour s’agenouiller devant le jeune homme, posant ses mains sur les genoux de Sam. « Tu m’as dit ce que tu avais fait, et je peux concevoir que tu t’en veuilles. Au moins ça prouve que tu n’es pas sans cœur. Mais tu ne peux pas laisser tout ça prendre le pas sur le reste. Tu n’es plus seul. Tu ne l’as jamais été. Ce n’est peut être pas rose tous les jours avec ton frère, mais il reste ton frère. Quoi qu’il en dise, et même s’il se comporte comme le dernier des connards, il t’aime et il ne te laissera pas. » Lou détourna le regard un bref instant avant de le fixer longuement, pensive. « Et je suis là, moi aussi. Je ne te connais pas depuis aussi longtemps que Dean, mais… Je n’ai pas l’intention de t’abandonner. A part si tu me disais que tu ne veux plus me voir… »

    Ce qu’elle n’espérait évidemment pas. Mais après ce qu’elle venait de lui apprendre, elle n’aurait été qu’à moitié étonnée qu’il la jette dehors avec perte et fracas, exigeant qu’elle ne s’approche plus de lui.
    Okay, peut être qu’elle extrapolait un peu trop. Un peu beaucoup, même. Seulement Sam pouvait parfois se montrer si imprévisible, à être là où on ne l’attendait pas.
    Même si elle devait reconnaître que pour le moment, il ne prenait pas trop mal la chose, on ne pouvait pas non plus exactement dire qu’il la prenait extrêmement bien. En réalité, il ne prenait rien du tout. Il avait une inquiétante absence de réaction…

_________________
    VICTOR HUGO DEMAIN DES L'AUBE Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe, ni les voiles au loin descendant vers Harfleur, et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur
Revenir en haut Aller en bas

Sam Winchester


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : MARY-W.
✾ MA CÉLÉBRITÉ : J.Padalecki
✾ MES CRÉDITS : Dodixe
✾ MON MOI² : Zadkiel
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 11/07/2009
✾ MES MESSAGES : 45276

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 28 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Chasseur


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: [intrigue N-1] Baby on the way -Sam-   Dim 15 Nov - 6:55

    D'accord... on aurait presque pu croire par ces mots qu'il se pliait aux volontés de Louisa, un peu comme un gamin qui se plie aux ordres de sa mère fâchée, rien que pour se racheter d'une mauvaise action. Est-ce qu'il faisait vraiment que se plier aux paroles de Lou ? Après tout, son choix était de garder l'enfant, qu'est-ce qu'il pouvait faire contre ça ? Il n'était pas le genre de type à vouloir imposer sa volonté, si tant est qu'il en ait une. A cet instant précis, c'était surtout une peur sourde qui s'était logée en lui, au creux de son estomac qui était devenu douloureux sans même qu'il s'en rende compte... au fond, ce n'était pas le plus important dans toute cette histoire. Les questions, les remarques, les points négatifs, les doutes, voilà ce qui entrait par flots entiers dans les réflexions du Winchester. Les démons, l'Apocalypse, la mort imminente qui rôdait autour de lui, eux deux, lui tout simplement... tellement d'aspects de ce monde qui ne semblaient pas coller à la naissance d'un bébé. Mais est-ce qu'il n'y avait que ça qui méritait d'être vu, d'être pris en compte ? Si on lui proposait, là, maintenant, effacerait-il tout ce qu'il entretient avec Louisa, juste pour ne pas se retrouver devant ce gigantesque mur de craintes qui se dressait bien devant lui ? Sam déglutit, se rendant bien vite compte que le simple mot qu'il avait formulé aux paroles de la jeune femme ne lui servirait pas de quelconque réponse, comme si la vie d'un enfant, un avenir pouvait se tracer avec un seul mot, un "d'accord" balancé par un type qui ne semblait même plus savoir comment il s'appelait tant il paraissait sonné. Ramener Jessica et le soupçon de vie qu'il avait construite avec elle ne semblait pas être approprié, et pourtant, c'était ce qu'il avait pensé devoir faire, parce que sa vie avec Jess avait été celle qui avait pu, l'espace de quelques années, se rapprocher le plus de la vie dont il avait rêvé gamin, une vie juste comme celle des autres, loin des démons et des monstres, une vie qu'il présentait sauve dans ce qui avait été à cette époque de la naïveté... parce que même dans la vie sauve de Jessica, il y avait eu des démons pour s'interposer et pour tout arrêter du jour au lendemain. Alors non, Louisa ne comprenait pas, mais au fond, c'était tout à fait légitime, c'était juste nul de se servir de Jessica, de cette vie qui devait à présent être loin derrière lui et tout ça, juste pour expliquer le fait qu'il reste comme une loque assis sur ce lit à ne savoir rien dire d'autre que "d'accord" tout en ressassant douloureusement le passé.

    Les yeux rivés sur le sol, il ne trouvait rien à redire aux paroles de la jeune femme, il ne trouvait rien à dire, tout simplement. L'idée même de sortir vivant de tout ça aurait pu le faire sourire d'une manière bien ironique, si tant est qu'il ait été capable de sourire, ce qui ne semblait à cet instant précis pas le cas. Les choses se précipitaient trop pour lui, et les événements ne faisaient qu'évoluer en sa défaveur, et la perspective de se voir survivre à ce qui s'annonçait encore que très faiblement n'avait que très rarement effleuré son esprit, dans des moments d'optimisme complètement fou... et puis, cette perspective l'effrayait alors. S'il s'en sortait, comment toute cette histoire se finirait-elle alors ? Serait-il à la fin le seul à survivre, démuni de tout ce à quoi il pouvait bien tenir, seul avec de nouveaux remords, des culpabilités et tellement torturé qu'il ne pourrait faire qu'attendre avec impatience l'Enfer et ce, sans même avoir la force de s'y précipiter dedans ? Sans son frère ? Sans Louisa ? Ses pensées dépassaient parfois tellement les pires perspectives qu'il préférait même se voir mourir plutôt que de perdre qui que ce soit, encore une fois, alors que les morts qui pesaient sur son passé, sur sa conscience commençaient à déjà trop s'entasser. Il était maudit, définitivement, son existence même était entachée de beaucoup trop de remords et d'échecs pour qu'il ne se maudisse pas lui-même, de toute manière. Il sentit les mains de Louisa sur ses genoux, très faiblement, comme si elle les frôlait à peine, tellement il était perdu dans ses pensées. Pourtant, il laissa naître un léger sourire au coin de ses lèvres, restant encore et toujours muet. Non, il n'était pas prêt à vouloir la voir partir, et ce, encore moins pour fuir une quelconque réalité qui avait pris le dessus, sur ce qu'ils avaient partagé quelques temps, pour leur remettre les pieds sur terre, d'une bien étrange façon. Il finit par esquisser un mouvement, posant une de ses mains sur une de Louisa, gardant encore le silence. Il la fit se relever, avec délicatesse, l'amenant sur ses genoux - ouais parce que le lit de Dean, c'est pas le top niveau hygiène - il eut un nouveau sourire, à peine perceptible, mais un sourire quand même, c'était déjà ça :

    « Nan... je veux pas te laisser partir... sauf si c'est ce que tu décides... et... j'espère que que ça n'arrivera pas... parce que... j'ai besoin de toi... »

    Il y eut un silence après ses paroles, peut-être qu'il avait trop parlé, encore une fois, sans vraiment y réfléchir, et qu'il avait une nouvelle fois plongé toute la chambre dans un profond malaise. Peu importe, pour une fois qu'il regrettait pas ce qu'il venait de dire, il n'allait pas se mettre à chercher midi à quatorze heures. Peut-être allait-elle penser que par cette phrase, il ne pensait qu'à lui, au fait que sans qu'il comprenne pourquoi, elle taisait ses remords, elle faisait fuir ses cauchemars. Définitivement, il se sentait bien avec elle et d'un certain sens, il avait besoin d'elle, besoin de la voir, de l'entendre et de pouvoir lui montrer tout ça d'une quelconque manière possible. Dans le silence, il passa un bras autour de Louisa, la serrant délicatement contre lui, dans une délicate inspiration, prenant même le temps de fermer les yeux, quelques secondes à peine, le temps de poser ses pensées, après tout, ce n'était probablement pas l'avenir qu'il fallait craindre, mais l'instant présent qui passait définitivement trop vite et sur lequel on était incapable de revenir une fois qu'il appartenait au passé. L'écriteuse s'égare sur ce que Pascal a raconté dans ses merveilleuses pensées, bizarre, pourtant elle n'a pas fait de philo aujourd'hui.

    « Et... même si on avait pas prévu qu'un truc pareil arrive... et même si c'est pas le bon moment... je... veux pas laisser passer ma chance de... faire quelque chose d'autre que chasser de ma vie. »

    Oui, peut-être que ce bébé n'avait rien d'un mauvais augure, qui sait, peut-être qu'il pouvait tout simplement représenter une infime chance de changer un tant soit peu, d'espérer en autre chose qu'une mort rapide pour sauver "le monde" qu'il avait lui-même mené à sa perte par ses actes. Beaucoup de gens voyaient une naissance comme un miracle de Dieu et si tant est que Sam ait pu encore croire en un quelconque Dieu qui aurait une influence sur ce qui arrivait aujourd'hui, sur ce qui arriverait, il aurait peut-être pensé que ce même Dieu lui envoyait un signe pour ne pas sombrer, pour ne pas se dire qu'il n'y avait rien pour quoi se battre au bout de ce très long tunnel qu'était toute sa vie. Peut-être qu'il se fourvoyait complètement, et que c'était un signe envoyé par il ne savait qui pour le faire encore souffrir, le faire encore plus douter, le faire craindre pour une nouvelle personne, apporter plus de faiblesses à utiliser à ses ennemis. Mais ça, il semblait l'avoir oublié, ou juste mis de côté, il ne savait pas pourquoi, mais il avait l'impression qu'il pouvait espérer en une chance plus qu'en une nouvelle malédiction.

_________________

winchesters say "hi" - i wake up every evening with a big smile on my face, and it never feels out of place. and you're still probably working at a nine to five pace, i wonder how bad that tastes. when you see my face hope it gives you hell, hope it gives you hell. when you walk my way hope it gives you hell, hope it gives you hell. now where's your picket fence love ? and where's that shiny car ? you never seemed so tense love and never seen you fall so hard. VOTEZ POUR NOUS ♥
Revenir en haut Aller en bas

Louisa Delacroix


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Megalyn
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Zooey Deschanel
✾ MES CRÉDITS : Megalyn & Shiya
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 13/07/2009
✾ MES MESSAGES : 999

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Infirmière


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: [intrigue N-1] Baby on the way -Sam-   Dim 15 Nov - 12:38

    Elle put à peine retenir un soupir de soulagement. Sam n’imaginait même pas à quel point elle avait tout autant besoin de lui que lui, d’elle. Lou aurait presque pleuré. Elle qui n’avait jamais été émotive. Elle haïssait cet état de nerfs permanent dans lequel sa grossesse la mettait. Son médecin avait dit que lors du second semestre, ça irait mieux. Très bientôt donc. Tout du moins l’espérait elle.
    Il avait posé une main sur les siennes, avant de l’attirer dans ses bras. Exactement ce dont elle avait besoin. Etre contre lui, sentir sa chaleur, avoir l’impression, même fugace, qu’elle était protégée de tout dans ses bras.
    Ça n’arriverait pas. Elle n’aurait jamais envie de partir, à moins qu’il lui annonce quelque chose du genre ‘je suis un démon’, mais ça n’arriverait jamais puisque Sam était tout ce qu’il y avait de plus humain. Ses erreurs le démontraient sournoisement.
    La jeune femme appuya sa tête contre celle de Sam. Aucun des deux ne parlait, mais ça ne la dérangeait pas. Au contraire. Elle ne s’était pas sentie aussi paisible depuis plusieurs semaines déjà.

    « Tu sais, j’ai réfléchi à tout ça. Je… Je ne peux pas te demander de tout abandonner pour moi. Je n’en ai pas le droit. Mais moi… Je t’aiderais du mieux que je pourrais, je vais sûrement aussi te bassiner pour que tu sois prudent. Parce que je sais pertinemment que tu ne l’es pas. Et si je dois me rabaisser à le demander à ton frère, je n’hésiterais pas. Enfin bref, tout ça pour dire que je ne suis déjà plus capable de chasser. »

    Il n’imaginerait jamais combien ça lui coûtait de dire ça. D’avouer qu’elle se sentait diminuée. Il l’avait dit lui-même. Cette grossesse n’était, mais alors pas du tout prévue. Lou avait été terrorisée par la réaction qu’il aurait en l’apprenant. Contre toute attente, il avait réagi au-delà de ses espérances. Bien au-delà.
    Louisa s’écarta légèrement, plongeant son regard pâle dans celui du jeune homme. Elle aurait pu rester des heures ainsi, sans jamais se lasser ou se fatiguer. Etait ce ça, l’amour ? Le grand et véritable amour ? Elle s’était toujours dit qu’on ne le savait que lorsqu’on l’avait perdu. Elle en doutait à présent. Et elle n’avait pas envie de perdre Sam.

    « Mais je veux aussi que mon bébé, notre bébé, ait un père. Je ne veux pas l’élever seule parce que tu te seras fait tuer. J’ai besoin de toi, cet enfant a besoin de toi. Je ne veux pas d’un héros. C’est toi que je veux.
    Je sais bien qu’on ne se connaît pas depuis si longtemps, mais… J’ai si souvent la sensation de te connaître depuis toujours. Tu me comprends si bien. Je n’ai pas voulu tomber enceinte, et si c’était à refaire, je ne sais pas si j’infligerais à nouveau tout ça à un bébé. Mais ni toi ni moi n’aurons de seconde chance.
    Je ne veux pas te forcer à rester avec moi toute ta vie si ce n’est pas ce que tu souhaites. Mais je t’en prie, arrête la chasse quand toute cette histoire sera finie. Ne continue pas à risquer ta vie parce que tu n’as quasiment jamais rien connu d’autre… »


    Sam avait grandi sans sa mère et son père était un chasseur. Les parents de Lou La petite amie de Sam avaient été tués par un démon. La vengeance était ce qui les faisait vivre depuis toujours ou presque. Le bébé que Lou portait en elle méritait mieux que ça. Elle le savait, et elle savait, au plus profond d’elle, que Sam en avait tout autant conscience. Tout comme elle n’ignorait pas à quel point il était torturé par ses remords. C’était ça qui l’effrayait, bien plus que les envies de vengeance du jeune homme. Sans qu’elle n’ait pu le lui dire.

_________________
    VICTOR HUGO DEMAIN DES L'AUBE Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe, ni les voiles au loin descendant vers Harfleur, et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur
Revenir en haut Aller en bas

Sam Winchester


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : MARY-W.
✾ MA CÉLÉBRITÉ : J.Padalecki
✾ MES CRÉDITS : Dodixe
✾ MON MOI² : Zadkiel
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 11/07/2009
✾ MES MESSAGES : 45276

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 28 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Chasseur


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: [intrigue N-1] Baby on the way -Sam-   Mer 18 Nov - 3:32

    Dans un sens, il se sentait légèrement plus apaisé qu'auparavant, qu'il y a quelques minutes du moins. Il avait peut-être un peu trop livré sur ce qu'il pouvait cacher derrière cet air préoccupé, mais bon, tant pis, les choses étaient dites maintenant, si bien que Sam craignait de voir un démon débouler à tout moment pour briser l'instant présent. Il faut dire, il avait souvent l'habitude que le surnaturel rentre subitement dans un moment paisible de son existence pour le ramener à la dure réalité. Il ne comptait plus le nombre de fois où un démon, un esprit ou toute autre créature possible et imaginable avait semé le trouble entre lui et les autres, dans les gens qui l'entouraient, dans sa vie et, plus dernièrement, entre lui et son frère. Les choses avaient déjà commencé sur les chapeaux de roue avec Louisa, notamment avec l'autre folle de démone dans la crypte, et heureusement pour lui, il avait réussi à effacer un tant soit peu du regard des autres, il a réussi à taire, à faire presque disparaître ce qui avait bien pu arriver là-bas. Alors qu'elle avait parlé, il avait quelque peu resserré son étreinte, comme pour se préparer à la possibilité qu'un démon déboule de nulle part pour tout briser, comme pour être prêt à lutter si une telle chose venait à arriver à cet instant même. Il ne voulait pas qu'il lui arrive quelque chose de mal à cause de lui ou à cause de ce qu'il venait de dire, une des multitudes des choses qu'il mettait beaucoup de temps à s'avouer à lui-même, comme si, en niant tout, il la tenait loin du danger que représentait sa propre existence pour tous ceux qui l'entouraient. Combien de fois les démons - ou même les chasseurs - s'étaient servis de Dean comme d'un appât au bout d'un hameçon pour ramener le cadet Winchester ? Le fait se répercutant même dans le sens inverse, les Winchester, l'un comme l'autre n'étaient pas forcément appréciés de tous. Ruby même, sans se servir de Dean, elle s'était servie de sa mort, de son pacte, de la culpabilité de Sam pour l'utiliser, pour le pousser vers l'inhumain, et dans un certain sens, vers le surhumain. Il ne fallait pas qu'il ressente quoique ce soit de fort pour Louisa, ça ferait forcément d'elle, un appât bien utile pour tous les démons et autres créatures qui voudraient sa peau... et il ne voulait pas qu'une telle chose arrive, encore moins aujourd'hui, maintenant.

    Il eut un léger sourire en coin aux paroles de la jeune femme, alors qu'il prenait sa main dans la sienne, l'air quelque peu pensif, bien qu'il n'en soit rien en réalité, il se contentait juste d'écouter, ses pensées s'apaisant peu à peu alors qu'aucun démon ne semblait vouloir débarquer pour briser tout ça. Il devait avoir l'air bien crétin, un léger sourire en coin alors que les paroles qu'il avait dites retombaient peu à peu dans son esprit, sonnant comme un aveu ou un soupçon d'aveu pour Louisa qu'il n'avait jamais pris le temps de formuler dans son esprit avant de le dire... c'est dire à quel point il avait parlé de façon... spontanée dirons-nous. "Après tout ça..." il fallait dire, il n'avait jamais pris le temps de réfléchir aussi loin, de voir son avenir au-delà d'une quelconque Apocalypse, d'une quelconque mort face à un Lucifer hypothétiquement tortionnaire et "dieu seul" sait quoi, tout ça sous le ricanement des Anges qui étaient bien contents d'avoir trouvé les pigeons idéaux en la personne de Dean et Sam... Quelle jolie perspective d'avenir, il fallait bien l'avouer, mais à partir du moment où celle-ci partait du principe que Lucifer ne foulait plus la surface de cette planète, les choses étaient déjà un minimum optimistes, non ? L'espace de quelques longues secondes, le Winchester ne trouva rien à répondre... sa vie sans la chasse ? Depuis combien de temps avait-il décidé de laisser tomber une telle perspective ? La mort de son père lui semble-t-il, depuis qu'il avait finalement compris, que les Winchester naissaient dans la chasse, et mourraient dans celle-ci, sans jamais cesser de se battre... comme si leur avenir était déjà tout tracé dans une pierre impossible à détruire et ce, avant même qu'ils ne soient des grains de poussière hypothétiquement envisagés par leurs parents dans l'Humanité toute entière. Encore une belle pensée n'est-ce pas ?

    Il fallait dire, les événements qui l'avaient amené ici n'avaient pas eu pour effet de le rendre optimiste et plus propice à s'ouvrir à l'idée de faire autre chose de son existence que constamment devoir se battre, pour survivre ou pour se venger, tout cela dépendait des époques apparemment. Son père les avait élevés lui et Dean pour se venger du démon aux yeux jaunes, une cause que Sam n'avait jamais soutenue, n'ayant sans doute jamais été assez conscient pour savoir que sa mère méritait une telle lutte. Et puis, avec la mort de Jessica, le cadet Winchester s'était senti proche de la douleur de son père et ce, plus même que John aurait pu l'imaginer, et c'est ainsi qu'il avait fini par accepter que la vengeance... c'était la base même de son existence.Les choses s'étaient bien vite enchaînées par la suite, venger John, venger Dean, venger d'autres et d'autres causes plus ou moins louables pour finalement atterrir ici, maintenant, à Ellington, avec Louisa, dans un moment pareil, un carrefour de son existence comme disent les savants qui aiment les mots débiles. Se voyait-il vraiment dans un rythme de vie commun à celui de tous les autres ? Est-ce qu'il se voyait se lever chaque matin, préparer le petit déjeuner comme un mari modèle, emmener les enfants à l'école avant d'aller s'enfermer dans un bureau pour bosser, ramener un salaire, et puis se sentir heureux ainsi, avec les choses les plus simples possibles, un toit, une femme, quelques enfants pour enjoliver le tableau encore un petit peu ? Alors que cette image germait dans un coin bien imaginatif de son cerveau, le Winchester ne put réprimer un léger sourire, qui étira ses lèvres, alors qu'il soutenait lui aussi le regard bleuté de Louisa. Valait-il mieux qu'il détourne le regard ? Ou qu'il continue de s'y perdre, plongeant la chambre dans un silence qu'il ne contrôlait même pas ? Il finit par baisser le regard, le posant sur il ne savait quoi : les mains de Louisa, les siennes, la couverture couleur bizarre du lit ?

    « Je mentirais si je disais que j'avais envisagé quoique ce soit pour "quand tout sera fini"... J'avais pas voulu que les choses se passent comme ça... entre nous, parce que je voulais pas... avoir peur de mon avenir, encore moins avoir peur de mourir pendant cette... Apocalypse. »

    Le fait était là, ils ne faisaient que traverser le petit calme avant la tempête, la petite période de repos avant ce que Lucifer allait pouvoir faire comme grand show pour pouvoir se venger... Après tout, il n'était pas sorti pour aller se griller la biscotte aux Caraïbes. Sam eut une longue inspiration, suivie d'un soupire incontrôlé, c'était tenter le Diable, à force de parler autant, de vraiment trop se dévoiler, il allait finir par ouvrir la porte grand aux démons pour qu'ils débarquent et brisent ce moment là. Oui, car toujours dans son esprit tordu, le chasseur restait persuadé qu'un démon guettait, là, pas loin, l'exacte bon moment pour intervenir et foutre tout en l'air, les démons étaient des pros pour ce genre de trucs. Le fait était que maintenant, les choses avaient changées, et pas seulement parce qu'elle était enceinte, et qu'elle semblait vouloir donner vie à cet hypothétique avenir qui, sans même qu'il s'en rende compte, tordait les boyaux de Sam tant l'idée que quelque chose de bien puisse lui arriver sans contre coup par la suite, lui semblait impossible, improbable même. Oui, les choses étaient bien différentes maintenant, mais personne ne savait vraiment - pas même Dieu, pour une fois, il se prend ça dans les dents le tout puissant - s'il aurait un jour le courage de reconnaître que les choses avaient trop changé pour qu'il n'en soit pas totalement effrayé. Sa mère était une chasseuse, ou l'avait été, bien contre son gré, une forme "d'héritage" de la famille Campbell... et elle avait eu beau essayer de changer sa destiné, sa vie de chasseuse avait fini par la rattraper, par la torturer et puis par la tuer finalement, des années plus tard, mais assez tôt pour pouvoir par le même contrecoup détruire toute la vie de ceux que Mary avait pu aimer un tant soit peu. La vie de chasseur était-elle finalement, une vie que l'on pouvait occulter du jour au lendemain ?

    « La chasse... m'a toujours été imposée, que ce soit par ma famille... ou par des événements. Aujourd'hui j'vois la chasse comme... une malédiction qui n'est pas vraiment décidée à me lâcher. Disons que ça n'a pas vraiment réussi à ma mère de chercher à s'en éloigner... et ça m'a pas réussi non plus... Les démons ont toujours été là pour nous ramener à la réalité... Je sais pas si je suis prêt à risquer qu'un truc arrive à nouveau. »

    En fuyant la chasse, il avait perdu Jessica, et il ne voulait pas se construire une existence sereine pour tout perdre, être réduit à un rien qui n'a qu'envie de se venger le jour où un démon déciderait qu'il était temps qu'il reprenne les armes. Il ne savait pas vraiment si Louisa pouvait comprendre une pareille vision des choses, une vision si particulière de ce qu'était la vie pour lui. Sans s'en rendre compte, il avait laissé ses souvenirs envahir la pièce, et il avait relâché son étreinte autour de Louisa. Il se reprit assez vite, n'ayant aucune envie de tomber dans une atmosphère de mélodrame dans un pareil moment de son existence. Il avait à proprement parlé, jamais connu sa mère, si bien qu'il ne savait pas vraiment ce qu'elle avait pu ressentir le jour où elle avait senti l'idée de chasser disparaître à l'horizon, le jour où elle s'était sentie libérée des démons, quand elle s'était sentie en sécurité avec John, prête à construire une famille avec lui, dans leur grande maison. C'était sans doute une erreur de sa part à lui, de ne même pas être capable de ressentir quelque chose de pareil dans un moment pareil, comme si la peur prenait le pas sur tout le reste.

_________________

winchesters say "hi" - i wake up every evening with a big smile on my face, and it never feels out of place. and you're still probably working at a nine to five pace, i wonder how bad that tastes. when you see my face hope it gives you hell, hope it gives you hell. when you walk my way hope it gives you hell, hope it gives you hell. now where's your picket fence love ? and where's that shiny car ? you never seemed so tense love and never seen you fall so hard. VOTEZ POUR NOUS ♥
Revenir en haut Aller en bas

Louisa Delacroix


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Megalyn
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Zooey Deschanel
✾ MES CRÉDITS : Megalyn & Shiya
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 13/07/2009
✾ MES MESSAGES : 999

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Infirmière


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: [intrigue N-1] Baby on the way -Sam-   Dim 22 Nov - 12:11

    Lou regarda Sam. Intensément et longuement. Le très léger et trop fugace sourire du jeune homme ne lui échappa donc pas. Quelque chose semblait le terrorisait au point qu’il finit par finalement détourner le regard et baisser la tête. Fixant les dieux seuls savaient quoi. Elle aurait voulu pouvoir le rassurer. Avoir les mots qu’il fallait. Mais elle n’avait ni une âme de psy ni une âme de médiateur, ou un truc du genre. Elle lui avait pourtant des dizaines, voire des centaines de fois, qu’elle lui faisait confiance. Entièrement et aveuglément. Mais il ne comprenait toujours pas pourquoi elle se comportait comme ça. Il avait bien libéré Lucifer, après tout. Et sur ce coup là, il n’avait pas tort. N’importe quelle personne sensée aurait fui Sam. Mais Lou en avait été incapable. Avant même de savoir ce qu’il avait fait, elle n’avait pas pu s’éloigner de lui. Alors que, dès le début, elle avait su qu’il avait en lui une part de noirceur qui ne demandait qu’à s’exprimer.
    Il ne réalisa probablement pas à quel point ses mots la blessèrent. C’était bien connu. Les mots font toujours plus mal que les coups. Elle aurait mille fois préféré qu’il la frappe, à cet instant là. Elle se mordit la lèvre, gardant un silence qui devint lourd pour elle, à cet instant précis. Comment pouvait il avoir peur de son avenir ? N’avait il jamais cru en eux ? Restait il uniquement pour cet enfant qui viendrait au monde dans la pire période de toute l’histoire de l’humanité ?

    « Tu n’as pas le droit de me dire ça. Et pas uniquement parce que je suis enceinte. N’ai-je donc jamais compté à tes yeux ? » Lou réagissait excessivement, mais elle s’en rendait à peine compte. « Je ne me voyais aucun avenir, et ce, même sans tout ça. Mais je t’ai rencontré, et même sans ce bébé, j’aurais pensé qu’on avait une chance. Visiblement, j’avais tort. »

    Elle se leva, quittant la chaleur de ses bras, pour se poster à la fenêtre, lui tournant ostensiblement le dos. C’était bien la première fois qu’elle se mettait en colère contre lui. Surtout pour quelque chose d’aussi idiot que ça, d’autant plus que ce n’était pas comme si elle ne l’avait jamais su. Louisa soupira. Elle se sentait idiote. Sa colère était déjà retombée. Aussi vite qu’elle était montée. Se détournant du spectacle sans intérêt de l’extérieur, à savoir quelques voitures et un poivrot qui décuvait, elle revint vers Sam, se rasseyant à ses côtés.

    « Et tu vas imposer la chasse à ce bébé ? »
    demanda t’elle en lui prenant la main. « J’ai choisi de venger mes parents, de tuer le démon qui me les a arrachés. Tu veux vraiment qu’il nous arrive la même chose ? Que notre enfant soit envahi par la même rage, la même haine, la même colère que toi et moi ? » Lou baissa ses yeux pâles sur leurs doigts entremêlés. « Je préfère encore lui mentir. Lui dire que tu es parti, que je ne sais pas où tu es, plutôt que le voir partir pour te rejoindre ou pire… Je préfère m’en aller, te quitter, si tu n’es pas capable de faire un choix. »

    Aussi douloureux que fusse ce choix. Elle déglutit. Elle n’avait nulle envie de le quitter. Nulle envie de tout plaquer, de retourner en Louisiane pour élever seule un bébé dont elle n’avait pas prévu l’arrivée. Certes, là bas, il y aurait Remy, qui serait probablement plus que ravi de prendre la place laissée vacante par Sam. Sauf qu’elle ne voulait pas. Sam ne pouvait pas lui faire ça. Leur faire ça. Il n’était pas lâche, contrairement à ce qu’il pensait, et elle ne le laisserait pas commencer à l’être aujourd’hui. Elle releva la tête, croisant les yeux à la couleur indescriptible du jeune homme. Une fois n’était pas coutume, elle n’arrivait pas à savoir ce qu’il pensait. Peut être réfléchissait il trop vite pour l’esprit fatigué de la jeune femme.

_________________
    VICTOR HUGO DEMAIN DES L'AUBE Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe, ni les voiles au loin descendant vers Harfleur, et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur
Revenir en haut Aller en bas

Sam Winchester


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : MARY-W.
✾ MA CÉLÉBRITÉ : J.Padalecki
✾ MES CRÉDITS : Dodixe
✾ MON MOI² : Zadkiel
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 11/07/2009
✾ MES MESSAGES : 45276

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 28 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Chasseur


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: [intrigue N-1] Baby on the way -Sam-   Lun 23 Nov - 10:58

    Plus les minutes passaient, plus la discussion progressait, plus, curieusement, Sam se sentait perdu, happé par un inconnu qui prenait de plus en plus part de sa vie, sans qu'il puisse y changer quoique ce soit, se refermant sur lui dans une pression qui le laissaient encore que sans mot. Il avait dit quelques mots, et pourtant, bien moins que ce qu'elle avait attendu de lui, il le sentait au fond, quelque part dans son cerveau, ou dans un coin de son estomac, ou quelque part dans son cœur, une part cachée et qu'il laissait volontairement inconnue... ou peut-être le sentait-il dans chaque partie de son être, dans chacun des mouvements de Louisa. Il ne savait pas si elle était surprise par sa réaction, si elle s'était attendue à pire ou si, au contraire, elle avait au moins espéré qu'il esquisserait un sourire à quelque moment que ce soit, rien que l'idée de devenir père le réchauffant un peu, et ce, même malgré ses doutes. Et pourtant, ça ne semblait pas le cas, et ce n'était pas le cas. Disons que le Winchester était plutôt une personne basée sur la réflexion, et l'action ensuite... et ce, même si ce mode de fonctionnement ne plaisait pas à tous... Peut-être qu'une fois seul, posé depuis de nombreuses heures à ruminer tout ce qu'il peut y avoir à ruminer, à retourner la question dans tous les sens possibles et imaginables, il finira par avoir un léger sourire, détendant ses traits, effaçant ce froncement de sourcils qui était de mise depuis que Louisa était arrivée, depuis que la nouvelle avait fait brusquement irruption dans une discussion au téléphone, depuis que les choses semblaient devenir trop sérieuses pour une époque comme celle qu'ils vivaient, pour un avenir qu'il s'était prédestiné à l'instant même où il avait compris la nature de ses actes irréfléchis, depuis qu'il avait compris que jamais... il ne faillirait pour rattraper les erreurs qu'il avait lui même commises, et ce, même si c'était Dean qui était prédestiné par les Anges à stopper Lucifer.

    Lui même trouvait ses pensées égoïstes, il avait tellement détesté son père pour la vie qu'il leur avait imposée... Sam avait toujours promis de s'opposer aux principes que John leur avait donnés pendant qu'ils étaient enfant et la vie qu'il avait vécue, il ne l'aurait même jamais souhaitée à quelque être humain que ce soit. Une vie remplie d'errance, une vie remplie de monstres, de cauchemars, de sang, de chasses... et surtout de vengeance. Il s'était déjà posé la question depuis qu'elle était entrée dans la pièce, était-il réellement prêt à imposer une telle existence à qui que ce soit ? Etait-il prêt à imposer cette même existence à l'être qui partagerait un peu de lui, un peu de son sang et un peu de ce qu'il cachait au fond, ce qui l'attachait à Louisa, ce qui lui hurlait de renoncer à ciel et terre, à même sauver des gens inconnus pour fuir, dans un lieu inconnu mais sûr. Les faits étaient là, tout simplement, depuis la mort de Jessica, la vie de Sam ne s'était résumée qu'à la chasse, à l'extermination de tout ce qui était démoniaque, inhumain et de tout ce qui nuisait aux autres. Les dernières années de son existence avaient été vouées à servir des gens qui préféraient à chaque fois le voir partir que venir, qui préféraient qu'il garde son savoir pour lui, son existence secrète et ses douleurs loin de leur quotidien bien léger à porter à ses yeux. Il laissa Louisa se lever, serrant la mâchoire et laissant ses mains retomber, une sur le lit et l'autre sur l'un de ses genoux, restant silencieux malgré ses paroles qu'il ne comprenait pas réellement, au fond. Les choses dans sa vie avaient changé à l'instant même où il avait caressé ses cheveux dans ce cimetière, sous la pluie, à l'instant même où c'était lui qui avait déposé ce baiser sur ses lèvres refroidies par la pluie. Il baissa le regard, alors qu'elle se rasseyait à côté de lui... Il n'était pas décidé à répondre quoique ce soit, peut-être préférait-il remuer tout ça dans sa tête, et laisser ces histoires dans un coin de sa tête, pour le moment où il se retrouverait seul à réfléchir à tout ça.

    Il la sentit prendre sa main, ayant un léger soupire, presque de soulagement alors qu'il comprenait que sa colère envers ce qu'il avait dit s'était vite apaisée. Il ne savait toujours pas quoi dire lorsqu'elle prit une nouvelle fois la parole, brisant le petit silence qui s'était installé pour laisser peser un air froid entre eux deux, comme si un couperet, une forme d'ultimatum allait lui tomber dessus sans même qu'il s'y attende. Il n'avait pas pensé ça d'elle, et il n'avait encore moins soupçonné qu'elle lui demande ça si vite, si tôt alors que l'idée d'un avenir lui était encore absurde, alors que l'idée de pouvoir se plonger dans une vie normale lui était devenue étrangère depuis des années maintenant. Il avait légèrement resserré son étreinte, alors qu'elle finissait ses paroles, laissant un nœud lui enserrer la gorge, comme si la douleur le prenait de toute part, le faisant souffrir même plus que quelque douleur physique ce soit, ou même quelque douleur psychologique imposée par ces démons qu'il croisait bien souvent en ce moment. Il lui avait parlé, il lui avait dit qu'il ne voulait pas qu'elle parte, qu'elle l'abandonne, encore moins maintenant, parce que plus que jamais, il avait besoin d'elle... et voilà ce qu'elle en faisait. Il pouvait presque croire qu'elle s'en servait comme une menace suprême, comme une arme contre lui, contre la détermination qu'il pourrait avoir à rester prisonnier de son avenir. Ou peut-être utilisait-elle cette faiblesse, non pas comme une arme, mais pour protéger ce qui comptait pour elle maintenant, alors que ce n'était qu'une esquisse de futur sur une ligne chronologique dont le bout semblait se dessiner dans pas si longtemps que ça. Laissant le silence retomber à la fin de sa phrase, il lâcha sa main, avec douceur, mais une douceur emprunte à quelque chose de douloureux, comme s'il voulait lui faire comprendre par ce contact que, peut-être malgré elle, elle avait fait naître une nouvelle part de douleur, de doute, de culpabilité en lui.

    « Je sais... »

    Il avait su avant même qu'elle le dise qu'elle ne semblait pas prête à imposer à un enfant une vie remplie par la chasse, par les démons, par le mal et ce, même si pour cela, elle devait effacer tout ce qui y touchait de près ou de loin, Sam y compris. Dans une inspiration, il se releva, quittant à son tour le lit, mais pas pour aller à la fenêtre, plutôt pour faire quelques pas dans la pièce, passant une main dans ses cheveux d'un air presque las. Il ne voulait pas qu'elle parte, mais ce qu'il ne voulait encore moins, c'était lui imposer ses choix tout comme son propre père à lui les lui avait imposés. Il déglutit, réveillant la douleur causée par la boule au creux de sa gorge, quittant Louisa du regard, n'ayant aucune envie de poser les yeux sur elle, ou n'en ayant peut-être pas la force, comme pour fuir le fait qui se dressait devant eux. Il y a quelques années à peine, il aurait sauté sur la première occasion pour fuir la chasse, fuir ces obligations, quitte même à ne plus sauver quelque vie que ce soit... au fond, il y avait eu une époque où sauver des gens lui avait été bien égal, la seule chose qu'il avait en tête, ce n'était que la vengeance. Peut-être était-ce juste une crainte d'arrêter, d'exposer ses faiblesses à une vie normale, une vie loin des monstres, rien qu'histoire de laisser pour ceux-ci la porte grande ouverte pour attaquer à tout moment. Ou peut-être était-ce juste, au contraire, parce qu'il ne voyait pas d'autre raison de fonctionner... il avait suivi pendant des années ces principes qu'étaient la vengeance, la colère, la peine, et qui sait ce qu'il pourrait bien lui rester au moment où il pourrait bien choisir de lâcher les armes sur tout ça... une vie, certes, mais jamais bien tranquille quand même, on ne ressort jamais indemne d'avoir frôlé le mal, bien entendu.

    Les mains sur les hanches, le regard ailleurs, l'esprit plongé dans vraiment pas mal de réflexions qui étaient sans doute étrangères à pas mal de personnes extérieures qui n'avaient jamais trop cherché à connaître Sam, il eut une inspiration, se tournant enfin vers Louisa, les sourcils de nouveau froncés dans une expression qui pouvait traduire un nouveau malaise, ou de nouvelles préoccupations qui s'abattaient soudainement sur lui.

    « Je sais pas quoi faire... je sais pas quoi changer. Et... »

    Il se tut un instant relativement long, restant presque sans respirer, ou sans même montrer le moindre signe de respiration. Il leva le regard vers Louisa, les lèvres légèrement pincées cherchant ses mots, ou cherchant peut-être la meilleure façon de pouvoir dire ce qu'il avait à dire.

    « Et... j'espère que tu sauras... prendre la bonne décision... parce que je sais pas si j'y arriverai... »

    Son regard se détourna de celui de la jeune femme, alors qu'il sentait les mots redescendre dans le silence entre eux deux, alourdissant l'ambiance encore plus qu'elle ne l'était déjà, ce qui n'était pas vraiment une mince affaire, cela va de soit. Il ne savait rien sur les choix qui allaient s'imposer à lui, il ne savait rien des choix qu'il serait capable ou non de prendre... Ce qu'il savait, c'est qu'il serait prêt à tout, même à lutter pendant des années pour rattraper ses erreurs et que la chasse faisait pour le moment partie intégrante de sa vie, et qu'à cet instant même, alors qu'elle le mettait vicieusement au pied du mur, il ne savait encore rien de ce qu'il allait faire. Au fond, il savait en revanche, qu'il ne voudrait pas imposer sa vie à qui que ce soit, plus particulièrement à un enfant à qui il viendrait à détruire la vie, comme John l'avait fait avec la sienne... la seule chose qu'il attendait maintenant, c'était que Louisa soit réellement capable de faire ce qu'elle avait dit, si lui n'était au final, pas capable de quitter la vie qu'il avait tant détestée, mais qui maintenant, le faisait survivre depuis trop longtemps pour qu'il puisse s'en détacher.

_________________

winchesters say "hi" - i wake up every evening with a big smile on my face, and it never feels out of place. and you're still probably working at a nine to five pace, i wonder how bad that tastes. when you see my face hope it gives you hell, hope it gives you hell. when you walk my way hope it gives you hell, hope it gives you hell. now where's your picket fence love ? and where's that shiny car ? you never seemed so tense love and never seen you fall so hard. VOTEZ POUR NOUS ♥
Revenir en haut Aller en bas

Louisa Delacroix


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Megalyn
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Zooey Deschanel
✾ MES CRÉDITS : Megalyn & Shiya
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 13/07/2009
✾ MES MESSAGES : 999

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Infirmière


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: [intrigue N-1] Baby on the way -Sam-   Lun 23 Nov - 13:03

    Une boule se forma dans sa gorge lorsque Sam lâcha sa main. Elle n’aurait jamais dû lui dire ça. Comme si les mots pouvaient lui donner le courage de le quitter. Elle était stupide, idiote, naïve, et encore tout ce que l’on voulait d’autres, pour croire qu’elle pourrait définitivement le quitter, alors qu’à peine quelques jours loin de lui étaient une torture. Pourrait elle sincèrement l’oublier, avec ce bébé qui, en grandissant, lui rappellerait sans cesse son père ? Non, bien évidemment que non. Sans parler de la culpabilité qui la rongerait à jamais, en sachant qu’elle l’avait laissé risquer sa vie pour des milliards de personnes qui ne sauraient probablement jamais ce qu’il avait fait pour elle.
    Il s’était levé, s’éloignant d’elle, et Lou pouvait voir dans ses gestes la culpabilité qui le rongeait. Quand il passait la main dans ses cheveux, dans sa façon de la fuir. Elle avait été beaucoup trop dure avec lui. Trop cruelle. Elle pensait les mots qu’elle lui avait dit, savait aussi bien que lui que c’était la meilleure chose à faire cet enfant. Et soudain, elle se demanda si elle n’avait pas fait une erreur. Elle aurait pu ne rien lui dire, et faire disparaître ce petit être innocent sans que personne n’en sache jamais rien. Sauf que se mentir à elle-même ne changerait rien. Ce bébé n’était que la partie émergée de l’iceberg. Même sans ça, elle aurait fatalement fini par lui demander de laisser tout tomber et de venir avec elle.

    Lou ne savait pas plus que lui quoi faire. Enfin, disons qu’elle en avait une vague idée. Malgré tout, elle n’en avait pas la moindre envie. Sachant que ça ne ferait probablement qu’empirer les choses. A supposer que ça puisse s’aggraver un peu plus. Et en ce qui concernait la bonne décision… Elle n’en savait fichtrement rien. Elle avait à présent la désagréable sensation qu’il n’y avait pas de bonne ou de mauvaise décision à prendre et que, quelle qu’elle soit, cela impliquait qu’elle perdrait Sam. Exactement tout ce qu’elle avait voulu éviter.
    Elle se mordit la lèvre avant de croiser son regard. Bien trop brièvement. Le silence pesant qui s’installait peu à peu eut raison de ses nerfs à fleur de peau. La jeune femme se sentait impuissante, frustrée, et même abandonnée. Elle n’avait jamais voulu le croire quand il lui disait que c’était une erreur de s’attacher à lui. Quand elle avait su qu’elle était enceinte, quand elle avait décidé de devenir mère malgré tous les risques, elle s’était naïvement imaginé qu’il serait près d’elle lorsque le bébé viendrait au monde, que ce serait la main de Sam qu’elle détruirait, pas celle de Jackson. Elle avait eu tort.

    Les mots refusaient de sortir. Seules les larmes coulaient. Elle se releva, avec la ferme intention de foncer vers la porte, de l’ouvrir et la claquer, avant de s’en aller pour ne jamais le revoir. Mais elle n’en fit rien, se contentant de rester plantée là, à regarder Sam qui lui tournait le dos, les mains sur les hanches. Elle n’avait pas besoin de voir son visage pour savoir qu’il devait sans doute serrer les mâchoires. Elle voyait ses poings crispés. C’était bien suffisant. Elle se rassit, toute détermination l’abandonnant d’un coup. Elle enfouit son visage dans ses mains, se trouvant idiote de sangloter ainsi sans pouvoir toutefois s’en empêcher.

    « Je ne veux pas te perdre… »
    murmura t’elle, la voix hachée par les larmes. « Je n’ai pas envie de partir et je n’ai pas envie que tu continues à risquer ta vie. »

    Elle s’arrêta, incapable de parler et de pleurer en même temps. Lasse, elle se laissa tomber en arrière, s’affalant en travers du lit, les jambes pendant dans le vide. Elle mit une main sur son ventre, tandis qu’elle cachait ses yeux dans son autre coude, gardant le silence et reniflant aussi discrètement qu’elle le pouvait.

_________________
    VICTOR HUGO DEMAIN DES L'AUBE Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe, ni les voiles au loin descendant vers Harfleur, et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur
Revenir en haut Aller en bas

Sam Winchester


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : MARY-W.
✾ MA CÉLÉBRITÉ : J.Padalecki
✾ MES CRÉDITS : Dodixe
✾ MON MOI² : Zadkiel
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 11/07/2009
✾ MES MESSAGES : 45276

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 28 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Chasseur


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: [intrigue N-1] Baby on the way -Sam-   Mar 24 Nov - 9:44

    Il regrettait déjà ses paroles, il ne savait pas s'il avait bien fait de parler et plus il se posait la question, plus il se rendait compte qu'il n'aurait probablement pas du être aussi dur dans ses propos, comme s'il devenait tout d'un coup catégorique dans sa décision, ce qui, en réalité, n'était pas le cas. Il avait beau avoir parlé, Sam ne savait ni quoi faire, ni quoi choisir pour arranger un tant soit peu la situation qui était soudainement présentée comme plus désastreuse qu'ils n'avaient pu l'imaginer, comme si la nouvelle de Louisa venait de les confronter à ce qu'ils ne voulaient pas voir, ce qu'ils n'avaient pas besoin de voir avant que les choses deviennent trop sérieuses pour eux, trop sérieuses pour la période qu'ils traversaient. Son regard était fixé sur un point qu'il ignorait, qu'il ne voyait même pas tant il était obsédé par ses pensées, par des remords qui l'envahissaient peu à peu alors que le silence s'installait, s'insinuait dans chaque part de la pièce, dans ses moindres détails, même les plus infimes. Il aurait préféré sûrement qu'elle parte en courant, qu'elle claque la porte, ou même qu'elle se lève pour crier, pour le détester ou pour lui dire qu'elle le haïssait. Si ces mots avaient pu l'atteindre d'une quelconque manière, le silence l'atteignait d'une toute autre manière, beaucoup plus vicieuse, et beaucoup plus dure. Son cœur battait à tout rompre, sans même qu'il s'en rende compte sans doute pour exploser, sortir de son thorax et s'enfuir loin d'ici en courant, loin de la douleur que ce silence pesant lui imposait, loin de cette pression qui le faisait souffrir le martyr, bien plus que n'importe quel manque de sang possible et imaginable. Le chasseur trouvait qu'il faisait subitement froid dans cette chambre, et qu'elle était devenue encore plus étriquée, plus lugubre qu'auparavant, plus lugubre même que lorsqu'il se retrouvait seul à pouvoir se reposer sur ses propres pensées, sur lui-même. Il se rendit enfin compte qu'il avait mal aux paumes, que ses doigts étaient étroitement serrés, que ses jointures avaient blanchi alors que ses dents restaient toujours autant crispées et douloureuses. Il aurait tellement envie que les choses puissent se passer autrement, que tout eut été plus simple dans cette affaire... qu'il puisse faire un choix, sans se poser des questions dont personne sans doute ne soupçonnait même l'existence, pas même Lou, qui au final, ne savait pas grand chose des secrets sombres qu'il cachait encore.

    Il ne savait pas s'il devait se retourner vers Louisa, ou si au contraire, mieux valait-il qu'il continue de lui tourner le dos. Chaque seconde qui passait dans ce silence pesant lui était douloureuse, il ne savait pas quoi faire, il était incapable de bouger, et surtout de revenir vers Lou, peut-être que ses paroles avaient, sans qu'il le veuille, creusé un profond fossé entre eux, un fossé de silence, d'incompréhension, de trop de différences pour qu'ils puissent passer outre. Sam eut une inspiration discrète, qui traduisait pour lui seul le malaise impossible à soutenir qui lui serrait le ventre, les tripes même. Il craignait à chaque seconde qui passait de sentir Louisa passer derrière lui à toute vitesse pour claquer la porte de la chambre, et le laisser seul, seul... avec ce qu'il restait de ce qu'ils avaient construit, ce qui n'était pas assez aussi loin qu'il l'aurait voulu, lui laissant juste des regrets sans doute plus durs à porter qu'il ne le soupçonnait. Pourtant, il n'arrivait pas à y croire, mais Lou n'était pas partie, pas encore du moins, peut-être attendait-elle de pouvoir soutenir son regard avant de partir à toute vitesse, lui laissant comme dernière image d'elle un regard, sans doute emprunt aux mêmes regrets que ceux qu'il avait au fond de lui, à l'idée de la laisser partir, trop tôt, trop vite, agir comme un lâche, comme il ne le voulait pas. Et puis finalement, ce ne furent pas des cris de colère, ou Lou qui poussait une bonne gueulante qui le ramena à la réalité, mais bel et bien ce silence, non, plus un silence comme celui d'il y a quelques secondes, un silence maintenant, dans lequel il pouvait presque sentir la moindre des émotions de Lou, oui, dit comme ça ça sonne assez étrange et surnaturelle comme affaire, mais peu importe, il faut bien qu'il remarque qu'elle pleure, déjà qu'il remarque pas qu'elle est enceinte avant trois mois... awesome. Elle pleurait et rien ne pouvait le convaincre que ce n'était pas à cause de lui, que ce n'était pas à cause de ce qu'il avait dit, de la décision qu'il semblait lui faire comprendre... avant même de savoir si c'était celle la qu'il choisirait.

    Ses jambes incapables de bouger, son cerveau incapable de lui commander d'aller vers elle, d'oser affronter la peine qu'il lui avait faite, d'oser affronter même ce qu'il avait dit, il resta encore de longues secondes dos à elle, de trop longues secondes pour chaque part de son être qui, encore une fois, hurlait pour qu'il finisse par bouger ses miches de trouillard pour faire quelque chose, MERDE à la fin ! Et puis finalement, comme s'il était ô combien soudainement touché par une grâce magique (nan, parce que les Anges, ça sucks, mais vous avez pigé l'idée quoi XD), il fit face à Louisa, elle ne le remarquait sans doute pas, le visage enfoui dans son coude, elle, allongée sur le lit de Dean (yeurk, franchement), trop silencieuse pour quelqu'un qui pleurait, comme si elle voulait surtout rester discrète, pour ne pas le déranger, ou pour ne pas le troubler dans des réflexions qu'elle ne soupçonnait sans doute même pas, dans des doutes qui n'étaient que les siens, dans des craintes qu'il était incapable de formuler. Et puis, ce fut un peu comme si toute barrière qui entravait ses gestes, avait disparu, pour le laisser enfin maître de ses actes, capables de suivre les instincts, les envies, les attentions même que son être lui hurlait en s'agitant dans tous les sens dans son crâne, lui refilant la migraine certes, mais pour une fois, pour quelque chose qui était tout sauf blâmable. Il s'assit silencieusement sur le rebord du lit, les mains posées sur ses genoux, le regard quelques secondes posées sur Lou, avant de redisparaître dans le vide devant lui, alors qu'il s'attardait à écouter les sanglots discrets de la jeune femme, qui pourtant, l'enfonçaient de plus en plus dans les méandres de la culpabilité à chaque seconde qui passait, lourdement, semblant être une éternité et pourtant...

    Il posa délicatement sa main sur celle de Louisa, la serrant délicatement entre ses doigts, rien que pour réchauffer ses phalanges encore trop froides. Depuis qu'elle était arrivée, c'était la première fois qu'il parvenait à poser son regard sur son ventre, déjà plus si discret que ça, même sous ses vêtements amples, si bien qu'il en arrivait à se demander comment il avait fait pour ne rien voir plus tôt, punaise ! Il était vraiment bigleux dans son genre, quand il le voulait, le Sam ! Continuant inlassablement de fixer Louisa qui ne le regardait pas encore, le Winchester eut une inspiration, pour défaire le noeud au creux de sa gorge, et ainsi trouver une force quelconque pour parler, prendre la parole, parce que c'est ce qu'il voulait, parce qu'il en avait besoin... il ne voulait pas la laisser comme ça, tout autant qu'il ne voulait pas l'abandonner et ce... à n'importe quel prix, oui, à n'importe quel prix, c'était bien l'idée qui se profilait quelque part, dans cette caboche, tellement improbable de s'imposer aussi vite qu'il avait du mal à y croire lui même... Mais peut-être était-ce un signe, comme il l'avait dit, mais pas un signe de se racheter, un signe annonciateur d'une nouvelle vie, quelque chose qui lui montrait clairement "qu'après tout ça" il aurait peut-être finalement droit de se poser, loin des démons, loin de cette vie, loin de l'errance constante, et ce, avec une vie, une famille... et un avenir :

    « Je vais pas partir... et j'ai pas envie de t'abandonner. Je l'aurais jamais fait... même sans... »

    Il se tut, déglutissant en silence, définitivement, l'idée avait du mal à entrer dans son crâne. Louisa, elle, semblait s'y être faite, en même temps, elle le savait sûrement depuis plus longtemps que lui... oui, la logique même, bien sûr qu'elle le savait depuis plus longtemps que lui ! Déjà, il n'y avait pas aussi bigleux que lui pour ne pas voir qu'une femme est enceinte de trois mois déjà, et ensuite, il y avait certainement eu tous les... ennuis d'une grossesse que Lou avait déjà du traverser... seule. Il se sentit une nouvelle fois culpabliser cette pensée. Il avait été trop con pour voir quoique ce soit, si bien qu'il avait laissé Lou toute seule avec ça depuis tout ce temps, avec les difficultés que ça imposait, avec les craintes que ça éveillait en lui, avec tous les problèmes qu'une telle chose amenait forcément. Il resserra délicatement son étreinte autour des doigts de la jeune femme, baissant le regard, les lèvres pincées par les remords... il avait vraiment tout du pire des crétins aveugles à ce moment là.

    « Et... je sais pas comment toute cette histoire va se finir mais... depuis pas mal de temps, la vision que j'ai des chose a changé. C'est un peu bizarre... je voulais pas te laisser, encore moins pour mourir. »

    Dans son blabla, il avait une nouvelle fois détourné le regard de Louisa, comme si ses yeux étaient trop occupés à chercher les mots dans des coins de la pièce, autour d'eux, quelque part, il ne savait pas vraiment où, mais comme si les mots avaient une quelconque matérialité, et qu'il était capable de trouver des parole un tant soit peu bonnes pour la situation, bien qu'il sentait qu'elles ne seraient jamais à la hauteur de ce que Lou aurait pu attendre de lui. Il croisa enfin le regard de la jeune femme, le soutenant non sans une once de gêne à l'idée de ce qu'il lui disait maintenant, de ce qu'il lui avait dit avant ou de ce qu'il avait laissé paraître et ce, sansmmême penser à elle, aux difficultés qu'elle avait traversées avant d'arriver là, d'être devant lui à lui avouer tout ça.

    « Désolé... j'avais promis de jamais te laisser... et j'ai l'impression que je t'ai abandonnée pour pas mal de choses... et j'ai pas l'impression d'arranger quoique ce soit en ce moment. Je t'ai laissée seule pour pas mal de choses ces derniers temps mais... »

    Le Winchester marqua une nouvelle pause, incapable de trouver le mot juste, ou les mots qui pouvaient un tant soit peu traduire ce qu'il pensait, ou peut-être était-ce parce qu'il était incapable de comprendre lui-même ce que ses pensées lui dictaient de dire, ce qu'il avait envie de lui dire malgré la période, les difficultés et les entraves qui se posaient et qui allaient encore se poser devant eux :

    « Mais je veux plus que ça continue comme ça. Je veux plus que tu sois seule, même si pour ça... certaines choses doivent changer. »

    Il ne savait pas encore quoi, il ne savait pas s'il parlait de la chasse, de son frère, d'eux deux ou de quoique ce soit d'autre. Au fond, il y avait tellement de choses à refaire dans leur vie pour que tout aille comme dans une parfaite idylle sans passé sombre, sans nuage, sans secret, qu'il ne savait pas vraiment de quoi il voulait parler. A sa première grande surprise, il avait soutenu le regard de Louisa tout le long de ses parols, continuant de réchauffer sa main blanche entre ses doigts à lui, sa peau rêche et marquée par le temps, par des années bien dures qui faisaient, malgré tout, partie de lui.

_________________

winchesters say "hi" - i wake up every evening with a big smile on my face, and it never feels out of place. and you're still probably working at a nine to five pace, i wonder how bad that tastes. when you see my face hope it gives you hell, hope it gives you hell. when you walk my way hope it gives you hell, hope it gives you hell. now where's your picket fence love ? and where's that shiny car ? you never seemed so tense love and never seen you fall so hard. VOTEZ POUR NOUS ♥


Dernière édition par Sam Winchester le Jeu 26 Nov - 6:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Louisa Delacroix


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Megalyn
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Zooey Deschanel
✾ MES CRÉDITS : Megalyn & Shiya
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 13/07/2009
✾ MES MESSAGES : 999

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Infirmière


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: [intrigue N-1] Baby on the way -Sam-   Mer 25 Nov - 13:26

    Comment avait elle pu décemment croire que ce serait si simple ? Etait elle donc si stupide ? Visiblement, oui. Parce que, outre le fait qu’elle ne serait pas si rapidement imaginée presque mariée avec lui, elle aurait eu le courage de l’envoyer se faire foutre. Et de partir avec pertes et fracas, le quittant sans un regard en arrière, sans un remord. Elle imaginait déjà la jubilation de Jackson. Qui ne se rendrait probablement même pas compte qu’il lui faisait au moins autant de peine que Sam lui-même, tant il pouvait par moments être affreusement imbu de lui-même.
    Lou déglutit. Elle devait se lever. S’en aller. Oublier tout ce qu’elle avait vécu, ou aurai pu vivre, avec lui. C’était désormais du domaine de l’impossible. Un sanglot lui noua la gorge, mais elle parvint à le ravaler. Elle resserra l’étreinte de sa main sur son ventre. Cet enfant n’avait qu’elle. Et ce qu’elle avait à lui offrir. Autant dire, pas grand-chose. Elle voulait lui offrir une vie meilleure que la sienne mais, au final, peut être ce bébé serait il mieux loin d’elle.
    D’ailleurs, quand elle y pensait, elle ne pouvait pas quitter la ville. Elle se souvint ce que Sariel lui avait dit, déjà quelques temps auparavant, quand elle avait cru qu’elle allait mourir. On pouvait entrer dans la ville, pas en sortir. Lou aurait bien été tentée d’aller vérifier, mais c’était tout sauf prudent. Et si elle en parlait à Sam… Autant oublier, ne venait elle pas de lui demander de ne plus risquer inutilement sa vie ? Même si pour une fois, ça ne le serait pas.

    Elle sursauta légèrement lorsqu’elle sentit la main rugueuse de Sam. Et chaude, quand la sienne était gelée. Lou n’avait pas eu l’impression, à aucun moment, d’avoir froid. Au contraire. Elle avait l’impression de brûler de l’intérieur. De douleur, à défaut de colère.
    Néanmoins, elle ne bougea pas d’un iota, la laissant doucement serrer et caresser sa main. Sans doute n’osait il pas toucher directement son ventre, préférant passer par l’intermédiaire de cette main posée sur ledit ventre, dans lequel dormait au chaud son futur enfant. Leur futur enfant. Elle prit conscience de cela en l’écoutant parler. Ce n’était pas facile pour lui de dire ça, de se remettre en question comme il le faisait. Elle se décida enfin à retirer son bras, posant son regard clair sur Sam.

    « Tu n’as pas à t’en vouloir pour ça. Tu ne pouvais pas savoir que j’étais… »
    Le mot mourut dans sa gorge. Elle s’y était pourtant faite, mieux qu’elle ne l’aurait pensé. Mais en parler devant lui, avec lui, ça lui semblait tellement irréel. « Je t’assure, ce n’est pas si grave. En fait, tu as évité le pire. C'est-à-dire moi de mauvaise humeur du réveil au coucher. Je ne parlerais même pas de la nausée quasi constante et des vomissements un jour sur deux. » Elle laissa échapper un petit rire. « Je crois que tu serais parti en courant si tu avais été là. »

    Louisa se redressa, gardant la main de Sam sur la sienne, sur son ventre, et tendit l’autre vers son visage aux traits tendus, lui effleurant tendrement la joue avec un sourire tendre. Elle avait toujours l’impression qu’il avait fait d’elle une autre personne. Une jeune femme douce avait remplacé le foudre de guerre qu’elle avait toujours été.

    « Je ne te demande pas de changer radicalement. Tout ce que j’aimerais, c’est que tu sois plus présent. Je n’ai pas la moindre idée de ce qui m’attend, et j’avoue que me réveiller chaque jour en te sentant près de moi me rassurait pas mal. Et je… » Elle baissa les yeux un bref instant, secouant la tête, avant de le fixer à nouveau. « Laisse tomber. Je deviens parano. »

    Lou songea à ce que l’ange lui avait dit. Aidez le à survivre, et sachez que même sans lui, vous trouverez sans doute un but à votre vie, parce que c'est ce que lui voudrait. Mais vous avez raison, je vais tâcher d'être le plus claire possible, même si ce n'est pas le point fort des anges. Il existe dans cette ville un sceau, il ne doit pas être ouvert, mais vous imaginez bien que Lucifer n'est pas venu en ville pour passer des vacances agréable. Ensuite, il y a ces disparitions, les frontières d'Ellington sont infranchissables, mais seulement d'un sens, on peut entrer mais pas sortir. Mais les démons ne sont pas du genre à juste faire disparaître les gens...

    « Je crois que je sais pourquoi Lucifer est ici. »

    Aucun rapport, mais elle n’avait pas spécialement envie dans le mélodrame. D’accord, elle était enceinte et ce n’était pas anodin. Mais elle n’était pas mourante et ça devait amplement suffire à ne pas s’attarder sur cet état de faits.
    Elle croisa le regard de Sam. Perplexe. Elle se maudit. TRAN-SI-TION ! Ça n’avait jamais été son point fort, elle ne se referait pas maintenant.

    « Ne me demande pas comment, je serais obligée de te mentir. Ou pire. » Elle lui fit un petit sourire, mi figue mi raisin. Il n’imaginait pas à quel point il y avait une part de vrai dans ce qu’elle venait de lui dire. « Il y a un sceau, quelque part en ville. Oh et puis, on ne peut plus quitter la ville. »

    Brusquement, elle sentit une peur sourde l’envahir. Elle ne pouvait pas être coincée ici. Avec Lucifer caché quelque part.
    Aidez le à survivre.
    La phrase de l’ange la hantait. Sam ne devait pas mourir. Et elle non plus, apparemment. Elle baissa les yeux sur son ventre. Sur sa main enlacée avec celle de Sam. Et si ce bébé n’était pas leur bébé, mais ni plus ni moins qu’une arme ?

_________________
    VICTOR HUGO DEMAIN DES L'AUBE Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe, ni les voiles au loin descendant vers Harfleur, et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur
Revenir en haut Aller en bas

Sam Winchester


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : MARY-W.
✾ MA CÉLÉBRITÉ : J.Padalecki
✾ MES CRÉDITS : Dodixe
✾ MON MOI² : Zadkiel
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 11/07/2009
✾ MES MESSAGES : 45276

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 28 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Chasseur


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: [intrigue N-1] Baby on the way -Sam-   Jeu 26 Nov - 6:10

    Quel étrange hasard avait fini par les mener à Ellington ? Pourquoi avaient-ils finalement décidé de suivre ces fameuses coordonnées envoyées sur le téléphone portable de Dean ? Les coordonnées, à vrai dire, ils avaient souvent eu l'habitude d'être guidés par ça, et ce, sans même parfois avoir la possibilité de se poser la question de leur expéditeur, leur père s'arrangeant la plupart du temps pour rester introuvable. Longtemps, cette situation avait déplu au cadet Winchester, ce simple fait de n'être qu'une valise qu'on balade de bout en bout du pays, il avait enduré ça pendant toute son enfance, et, alors qu'il chassait avec Dean et que leur père redonnait des signes de vie, il s'était senti à nouveau happé par ce passé tant haït. S'il s'était lancé dans la chasse avec son frère, c'était pour se venger, exterminer non pas le démon qui avait tué sa mère, mais bel et bien le démon qui lui avait pris Jessica, qui l'avait privé du bonheur qu'il s'apprêtait à construire avec elle. Au final, la chasse, ça n'avait jamais été le passe temps favori de Sam, comme s'il ne s'était jamais assez compris pour le découvrir seulement maintenant… Non, ce n'était pas le cas, il savait depuis déjà trop longtemps que la traque aux démons ne faisaient que l'attirer dans les méandres de la noirceur, dans une vie de laquelle il ne saurait bientôt plus comment s'extirper, si tant est qu'il puisse encore y échapper sans risquer d'y perdre chacun des êtres qui lui étaient chers à présent. Car oui, à choisir entre une vie normale mais privé de tout ce qui éclairait sa vie à cet instant même, ou choisir de poursuivre à jamais la chasse malgré la haine qu'il éprouvait à retomber dans cette forme de quotidien vicieux qui lui bouffait l'existence, son identité même, il choisirait de poursuivre la chasse, comme si, en fait, son intérêt avait déjà tué trop de personnes pour qu'il se sente encore la force d'avoir des morts sur la conscience… à la fin, ça devenait finalement pesant, et c'était plus que logique, c'était peut-être ce qui le rendait encore un tant soit peu vivant, et ce, malgré le sang de démon qui coulait dans ses veines. Il extirpa bien vite cette pensée du mélange de ses réflexions comme si, par le contact de leurs mains entremêlées, Louisa était capable de ressentir ces souvenirs qui lui envahissaient douloureusement le corps, ses tripes même pour ramener ô combien de remords, de culpabilité dans chaque part de son être, si bien qu'il était presque incapable d'esquisser quelque mouvement que ce soit à cet instant précis, une pression indescriptible le paralysait de la tête aux pieds, alors que Ruby, le sang, Lilith et toute cette période noire de son existence, cette période dont il n'était pas encore totalement débarrassé, et ce, bien malgré lui, remontait dans sa tête pour tourbillonner dans ses pensées, comme une douloureuse mélodie récurrente.

    Il savait bien que Lou ne le blâmerait pas pour ce qu'il avait fait, ou plutôt, pour ce qu'il n'avait pas fait, pour ce qu'il avait été incapable de voir, trop accaparé par des problèmes qui, pourtant, ne la concernaient en rien. Il ne voulait pas imposer ses problèmes à Louisa, et en s'engageant de la manière qu'il l'avait fait avec elle, il s'était aussi engagé à ne pas laisser ce qui ne la concernait pas empiéter entre eux, comme si, pour une fois, il s'autorisait à laisser ses problèmes de côté le temps d'être avec elle. Et pourtant, en ce moment, il s'était laissé accaparé par des problèmes qui l'envahissaient lentement mais sûrement, insidieusement et pourtant, de sorte à ne pas pouvoir le lâcher avant assez de temps pour bien lui pourrir la vie. Et voilà où toute cette histoire l'avait mené, maintenant, il se retrouvait à savoir, quelques mois trop tard, il ne savait pas combien, mais au vu du ventre de Lou, assez de temps pour passer pour le pire des crétins, qu'elle était enceinte. C'est vrai quoi ? Ils ne s'étaient pas vus depuis tout ce temps ?! Bien sûr que si, c'était juste qu'il était tout simplement trop occupés à avoir sa tête de déterré ou sa mine préoccupée pour se soucier un tant soit peu d'elle, et voilà où il en était aujourd'hui. Awesome, vraiment, awesome ! Vive Sam et ses dons d'intuitions étranges qui ont disparu… et voilà qu'il repensait à ça, à des histoires pareilles, à des choses qui, ces derniers temps aussi, avaient décidé de refaire surface : des pulsions, des besoins, une faim, une envie… rien que pour l'accaparer encore plus et l'empêcher sans doute de se préoccuper de quoique ce soit d'autre. La mine à nouveau trop préoccupée par des problèmes qui ne concernaient en rien le moment présent, le Winchester tentait vainement de les effacer à nouveau, bien plus difficilement parce qu'eux aussi, ils avaient décidé d'envahir ses remords en ce moment. Louisa s'était redressée, gardant sa main contre la sienne, alors qu'il se contentait de ce simple contact, espérant presque trop fort qu'il soit encore capable de ne rien laisser transparaître de tout ce qui l'envahissait, du moins, pour le moment.

    Il eut un léger sourire, presque forcé aux paroles de Louisa, même si elle s'était transformée en gozilla qui demande du caviar pour passer ses pulsions hormonales (XD), il n'aurait pas fui, peut-être parce que ce n'était pas son genre de fuir, ou peut-être pour d'autres raisons qui ne lui étaient pas si étrangères que ça, et qui pourtant, lui paraissaient tellement folles qu'il n'arrivait même pas à mettre des idées dessus. Il savait qu'elle ne lui avait pas demandé de changer, mais il sentait en lui quelque chose, une petite voix sans doute, qui lui disait qu'elle méritait forcément mieux que ce qu'il lui donnait, que ce qu'il était pour elle pour le moment, que ce qu'il traduisait sans cesse face à elle : ses malheurs, de la peine, de la culpabilité, de la colère même, des remords. Bref, pas grand-chose de bien réconfortant, si bien que même lui, il aurait été prêt à changer certaines parts de lui, sans savoir lesquelles étaient à changer, mais juste pour la combler un petit peu, rien que ce dont il était capable, sans doute pas grand-chose, mais c'était déjà ça… comme s'il voulait laisser un nouveau soupçon d'humanité s'installer entre eux, peut-être même pour se prouver à lui-même, encore une fois, qu'il était capable d'être humain, malgré tout ce qui le démontrait, malgré le fait même que lui maintenant, il ne savait plus totalement ce qu'il était… un humain avec du sang de démon dans les veines, qu'est-ce que c'était d'autre qu'un monstre ? Il ne semblait plus que capable de ressentir des remords, de la peine ou de la colère, comme si, avec tout ce qui était arrivé, plus aucun sentiment doux, reposant ne lui était accessible… comme s'il était même incapable de rendre à Lou tous les gestes de douceur qu'elle lui donnait. Peut-être était-ce vraiment le cas, et pourtant, il aimerait tellement être à la hauteur, être capable de répondre à ses attendes, ce qu'elle voulait de lui, bien qu'il ne sache pas tout à fait ce qu'elle attendait… une chose était sure, elle ne pouvait certainement pas se contenter du type qu'il était, sombre, secret, distant… mais il ne savait même pas s'il pouvait changer, il ne savait même pas, même avec toute la volonté du monde, si un retour vers l'Humain lui était possible.

    Peut-être qu'il ne faisait que se chercher des prétextes pour expliquer pourquoi il semblait par moments si froids avec elle, trop à son goût, mais comme s'il était incapable de s'en empêcher, comme s'il ne pouvait pas retenir cet instinct en lui, qui le poussait à s'éloigner d'elle, peut-être pour ne pas trop s'attacher, ou pour qu'elle ne s'attache pas trop… lui-même ne se comprenait pas toujours, et c'était ainsi, il essayait de changer, sans toujours pouvoir y parvenir et la plupart du temps, il ne faisait que décevoir les autres. Il ne voulait pas décevoir Louisa, mais le chemin vers quelque chose qu'elle voulait, vers le type qu'elle attendait qu'il soit, semblait long, fastidieux et semé de pas mal d'embûches qu'il avait préféré fuir plutôt qu'affronter à l'époque où il avait été avec Jessica. Au fond, il aurait peut-être aimé être capable de changer pour elle, de se remettre en question de fond en comble, et pourtant, il s'en sentait juste incapable pour le moment, comme s'il y avait trop de choses sur lui à redire, trop de choses à affronter pour qu'il en soit capable, et ce, plus particulièrement en ce moment même. Il avait laissé sa main sur la sienne, leurs doigts entrelacés alors qu'elle s'était redressée, alors qu'elle avait effleuré sa joue de son autre main, forçant un nouveau sourire apparaître au coin des lèvres du chasseur, il aimait tellement le contact de ses doigts, de sa peau contre la sienne, c'était si reposant qu'il aurait pu rester ainsi des heures durant sans ressentir quoique ce soit d'autre que le besoin constant que ce contact dure et dure encore. Et puis, voilà que le fameux démon avait décidé subitement de faire irruption, pas de la manière dont il l'avait initialement prévue, non, non, d'une manière bien plus vicieuse, amené par Louisa elle-même comme un cheveu sur la soupe, dans la conversation et, il fallait l'avouer, pas n'importe quel démon, ou plutôt pas n'importe quel Ange déchu et tombé en Enfer, mais bel et bien Lucifer, comme si les problèmes ne le poursuivaient pas assez comme ça…

    « Quoi ? »

    C'est tout ce qu'il trouva à dire, comme si elle l'avait un peu coupé dans son élan, ce qui n'était pas vraiment faux au fond, lui qui pensait les démons loin d'eux à cet instant précis, voilà qu'elle les ramenait, eux, Lucifer et tous les problèmes qui vont avec sur le tapis. En parlant, il avait esquissé un haussement de sourcils perplexe, surpris même. Il ne s'était pas réellement attendu à ce qu'elle lui parle d'un truc pareil, et encore moins pour lui dire des choses aussi énigmatiques que "je peux pas t'en dire plus" et "il y a un sceau en ville". Il s'était relevé, sans même s'en rendre compte, quittant le rebord du lit et laissant sa main quitter celle de Louisa, la chasse s'étant comme à nouveau inséré entre eux deux, dans ce moment qu'il avait cru épargné de l'Apocalypse qui veillait dehors. Comment elle pouvait savoir ça ? Elle n'était apparemment pas prête à répondre à cette question et quelque chose lui disait de ne pas insister sur ce point, comme s'il sentait qu'il la mettrait automatiquement en danger à partir du moment où elle parlerait trop.

    « C'est quoi cette histoire... quel sceau ? »

    Sam et Dean avaient déjà déduit depuis pas mal de temps qu'il était interdit à qui que ce soit de quitter la ville pour les démons qui vagabondaient dans le coin, mais ils n'avaient jamais entendu parler de quelque sceau que ce soit, ni par les Anges qu'ils avaient croisés, ni même par les archives de la ville. Nulle part il n'était fait état d'un incident particulier qui aurait pu avoir un quelconque rapport avec le surnaturel, si bien que la question du "qui avait bien pu dire ça à Louisa" revint encore à son esprit. Faisant face à Lou, la scrutant de son regard, il effaça à nouveau cette question de son esprit. Dean et lui étaient les chasseurs les plus traqués dans ce coin de ville, que ce soit par des Anges, par des démons ou par Lucifer, chaque ennemi qu'ils croisaient leur en faisait voir de toutes les couleurs et ce, avec grand plaisir et pourtant, ils étaient toujours les derniers à être au courant de ce qui arrivait ou de ce qui allait arriver sous peu. Ils essayaient quoi ? De les faire tuer ? Si ce n'était pas le cas ça en avait tout l'air ! Pour expulser la nouvelle vague de colère qui l'envahissait alors que l'esprit de manipulation des Anges entrait dans un coin de son esprit, le chasseur se passa une main sur le visage, pour la laisser descendre dans ses cheveux, accompagnant son geste d'un soupire mi las, mi fatigué… quelle merde de bosser pour des Anges qui sont incapables de donner des infos aussi élémentaires que celles de situer un sceau dans une ville pourrie.

_________________

winchesters say "hi" - i wake up every evening with a big smile on my face, and it never feels out of place. and you're still probably working at a nine to five pace, i wonder how bad that tastes. when you see my face hope it gives you hell, hope it gives you hell. when you walk my way hope it gives you hell, hope it gives you hell. now where's your picket fence love ? and where's that shiny car ? you never seemed so tense love and never seen you fall so hard. VOTEZ POUR NOUS ♥
Revenir en haut Aller en bas

Louisa Delacroix


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Megalyn
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Zooey Deschanel
✾ MES CRÉDITS : Megalyn & Shiya
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 13/07/2009
✾ MES MESSAGES : 999

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Infirmière


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: [intrigue N-1] Baby on the way -Sam-   Sam 28 Nov - 3:09

    Sam s’était brusquement levé. La lâchant, oubliant même qu’à peine un instant plus tôt, il la réchauffait. Pour être honnête, elle était la seule responsable. Elle n’était pas obligée de lui parler de tout ça. Pas tout de suite. Sauf qu’en réalité, elle ne pouvait plus tellement attendre, ça faisait déjà deux bons mois que ça traînait. Avec tout ce que ça impliquait. La jeune femme se maudit. Comment avait elle pu être aussi stupide, aussi égoïste ? Pendant que seul son état de santé la préoccupait, des démons étaient en train de cerner la ville, déroulant le tapis pour leur grand maître. Grand maître qui, par ailleurs, ne tarderait pas à montrer le bout de son nez. Outre le fait qu’il s’en prendrait sûrement à tout un tas de personnes innocentes qui ne comprendraient même pas ce qui leur arrivait, pas même en mourant, elle était terrorisée à l’idée de ce qu’il ferait à Sam. Elle savait trop bien ce dont les démons étaient capables. Alors que pouvait faire celui qui les avait créés et qui se trouvait, de surcroît, être un ange des plus puissants, bien que banni par ses pairs ? Elle était presque quasi sûre qu’il ne tuerait pas Sam. Lucifer était bien plus cruel et vicelard que ça.

    « Je… Je n’en ai pas la moindre idée. Mais je sais que ma source est sûre. J’avoue ne pas avoir fait de catéchisme depuis un sacré moment. Et quand bien même, Lucifer n’est pas vraiment le sujet de prédilection des culs bénis. On peut essayer les satanistes. Les vrais. Ou les prêtres vaudou. Eux aussi, ils doivent en savoir un rayon sur ça. »

    Etait il nécessaire qu’elle précise qu’ils avaient longtemps été ses informateurs privilégiés ? Et que l’un d’entre eux l’avait formée ? Pas sûr que Sam apprécie tellement. Non pas qu’elle risque de s’en prendre à lui. Loin de là, très loin. C’était juste qu’il la regardait d’un autre œil, ce qu’elle ne voulait surtout pas. Déjà que toute cette histoire l’avait pas mal chamboulé, et qu’il l’était déjà avant…
    Bref. Il la fixait à présent avec l’air de celui qui attend des réponses et qui ne lâchera pas l’affaire, mais aussi l’air de celui qui en a par-dessus la tête des mauvaises nouvelles. Il se passa une main sur le visage, ébouriffant ensuite ses cheveux. Il semblait si las. Comme trop souvent. Lou avait envie de le serrer contre elle. De lui dire que tout irait bien tant qu’il serait avec elle.
    Le seul problème était qu’elle ne savait justement pas si tout irait bien. En fait, c’était assez mal barré. Rien n’irait jamais, au fond. Elle essayait depuis des mois de lui faire comprendre le contraire, mais depuis que Sariel était venue la voir, elle en doutait de plus en plus. Sauf qu’elle en avait plus le droit.

    « Je suis désolée, ce n’était pas le moment pour te parler de tout ça. J’étais pas venue pour te raconter qu’un an… »
    Lou s’arrêta subitement. « Tu oublies ce que je viens de dire. Immédiatement. »

    Elle se leva. Un peu trop vite. Les murs tournèrent autour d’elle avant de s’arrêter. Lou déglutit, priant pour que Sam n’ait rien remarqué. Bien que ce soit probablement peine perdue. S’il y avait bien une personne dans ce bas monde à qui rien n’échappait, c’était Sam. Bien que, jusque là, il n’ait pas remarqué qu’elle avait pris quelques rondeurs. Elle avait tout fait pour, quand bien même.
    Toute cette histoire était de la folie. Avoir un bébé alors que Lucifer était dans la même ville qu’eux. Qu’il soit libre mais loin aurait pu arranger les choses. Mais ce n’était pas le cas. La jeune femme se demanda si, lorsqu’il aurait trouvé le sceau et fait ce qu’il avait à en faire, il irait à Rome. Question stupide au possible, néanmoins, là se trouvait le siège humain de la religion catholique. D’accord, ce n’était pas la seule religion, mais elle restait l’une des plus puissantes, si ce n’était la plus puissante. Taper un bon coup au Vatican et enchaîner ailleurs pouvait potentiellement être un plan de Lucifer.
    Elle vit volte face, encore une fois trop vite. Cette fois là, il était quasiment impossible que cela ait échappé au jeune homme, mais elle prit le parti de faire comme s’il ne s’était rien passé. Comme si elle n’était pas passée par toutes les couleurs de l’arc en ciel avec une envie fulgurante de rendre tout ce qu’elle avait mangé depuis une semaine. C'est-à-dire pas grand-chose. Bref.

    « Je crois que je ne suis pas vraiment en état de penser de façon cohérente… » murmura t’elle plus pour elle que pour lui.

_________________
    VICTOR HUGO DEMAIN DES L'AUBE Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe, ni les voiles au loin descendant vers Harfleur, et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur
Revenir en haut Aller en bas

Sam Winchester


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : MARY-W.
✾ MA CÉLÉBRITÉ : J.Padalecki
✾ MES CRÉDITS : Dodixe
✾ MON MOI² : Zadkiel
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 11/07/2009
✾ MES MESSAGES : 45276

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 28 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Chasseur


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: [intrigue N-1] Baby on the way -Sam-   Sam 28 Nov - 6:04

    Il ne savait pas vraiment pourquoi il s'était levé d'une façon aussi brutale, pourquoi il l'avait abandonnée comme ça sur le lit, comme trop interloqué par ses paroles pour réfléchir un peu au lieu de tout de suite monter sur ses grands chevaux, se redresser brusquement et se mettre à l'assaillir de questions, dont un bon nombre tournait encore dans sa tête. Il ne savait pas comment elle avait appris toute cette histoire, ce truc avec un Sceau et que savait-il d'autre encore plus bizarre, de toute manière, dans cette histoire d'Apocalypse, tout sonnait bizarre... que ce soit les activités de Lucifer ou de ses démons ou ses "non activités". A peine redressé sur ses jambes et les premières questions expulsées d'elles-même dans le silence à peine posé pour une fois, Sam calma un tant soit peu ses mouvements, ayant un soupire pour se calmer, pour prendre le temps de respirer un tant soit peu. Il devait stopper Lucifer, et le moindre signe de l'Apocalypse sonnait comme primordial à ses oreilles, à son devoir et pourtant, il fallait bel et bien qu'il ne perde pas le nord, qu'il ne se laisse pas dépassé par des nouvelles dans ce genre. Sinon, le moment venu, il en viendrait forcément à se jeter dans la gueule du loup sans prendre le temps de réfléchir et il finirait par se faire tuer, ou pire. Il y a quelques temps, cette idée de mourir en combattant Lucifer ne l'avait jamais dérangé, sauf que maintenant, la perspective sur ce qu'ils vivaient avait bien changé. S'il y a quelques temps il s'était résolu à lutter jusqu'au dernier moment sans être persuadé de pouvoir renvoyer l'Ange déchu en Enfer, maintenant, il était non seulement prêt à se battre jusqu'à la fin, mais surtout à ne pas laisser ledit Ange déchu se balader sur Terre une fois que lui-même aura poussé son dernier soupire. Et comme Lucifer, il finirait lui aussi en Enfer, à pourrir là dessous, à souffrir pour l'éternité et pourtant, ce n'était pas toujours ces pensées là qu'il avait... il était prêt à lutter, c'est tout, du moins c'est ce qu'il espérait. Il voulait que les choses soient différentes pour Louisa, qu'elle soit une chasseuse ou non, il ne voulait pas qu'elle risque sa vie pour les conneries qu'il avait lui même faites et ce, même s'il devait l'éloigner de la ville dès que le moment adéquat serait venu, même s'il devait s'éloigner d'elle... ce qui importait au fond, c'était qu'elle soit en vie, avec ou sans lui, et qu'elle soit, d'une certaine manière, capable d'avancer si jamais lui devait rester sur le bord de la route un jour venu.

    Tous les deux ne savaient pas vraiment de quoi leur avenir serait fait, s'ils allaient finir par tous les deux survivre, ou si l'un devrait finalement continuer sans l'autre... et au fond, Sam espérait presque égoïstement que ce ne soit pas lui qui soit obligé de continuer sans elle. Elle ne savait pas de quoi elle parlait au fond, comme si son fameux informateur n'avait décidé que de lui livrer un petit bout d'informations, comme si c'était une pièce d'un grand puzzle dont les autres pièces étaient disséminées il ne savait pas vraiment où. Il ne put réprimer un profond soupire à cette pensée... un Sceau, génial, mais ça n'allait pas l'aider des masses... il n'y avait aucun livre à la bibliothèque qui racontait l'histoire des Sceaux de la ville ou quelque chose dans le genre, merde à la fin ! C'était quoi cette ville ?! Une ville fantôme qui fait tout pour étouffer son passé ?! Et cet état de fait avait vraiment un rapport avec ce Sceau ? Car oui, cette ville avec ses habitants qui iraient à la messe tous les jours s'il le fallait n'était pas prête de livrer de ses secrets ! Et pourtant, c'était pas faute de chercher un peu partout, là où c'était possible et imaginable ! Bon, mieux vaudrait pour lui qu'il se calme, et d'ailleurs, la suite des paroles de Louisa lui en mit un bon dans l'élan, si bien qu'il stoppa tout mouvement pour se poster près d'elle, la scrutant du regard, l'espace de quelques secondes, avant d'avoir un léger froncement de sourcils. Y avait des satanistes dans cette ville ? Sam qui croyait qu'ils avaient tous été pendus à la mode chasse aux sorcières du XVIIe siècle... ce qui en soit, ne serait pas vraiment étonnant vu comme l'Eglise et "Dieu" semblaient omniprésents dans l'esprit des gens.

    « De quoi tu parles ? J'pense pas qu'il y ait des satanistes dans cette ville... encore moins des prêtres vaudou et même... j'sais pas si on peut avoir confiance en qui que ce soit en ce moment... Même les soit disant Anges grand amis de Dean font profil bas... pour pas dire que c'est comme s'ils avaient quitté la surface du globe... »

    Pour la première fois depuis pas mal de temps, Sam se sentit soudainement découragé, comme s'il se rendait subitement compte que toute lutte était vaine. Certes, il s'en était déjà rendu compte mais quand bien même, il s'en était bien fichu, la seule chose qu'il avait acceptée, c'était qu'il était prêt à lutter coûte que coûte pour empêcher Lucifer de gagner... et puis tant pis s'il devait en venir à mourir avant d'avoir réussi, au moins, il aurait essayé. Maintenant, sa vision des choses étaient toute autre, il n'était pas prêt à partir en laissant Lucifer régner sur ce monde et balancer son Apocalypse sur cette ville, ou même sur toutes les autres régions du globe... alors qu'il y avait Louisa. Car oui, au fond, si les Winchester s'étaient persuadés de lutter jusqu'à la mort, la seule chose qui comptait encore pour Sam si Dean venait à mourir aussi, c'était Lou et ce qu'elle pouvait représenter pour lui, l'avenir qu'ils entreprenaient trop vite peut-être qu'elle portait en elle... Les Anges, eux, ils avaient eu ce qu'ils voulaient, à savoir Lucifer libre et bizarrement, Sam sentait qu'ils n'étaient pas prêts à faire grand chose avant que l'Apocalypse ne commence concrètement, tout comme la soit disant "purification de la race humaine" que les piafs de Dieu attendaient tant. Le temps passant, le Winchester se rendait de plus en plus compte qu'il ne savait plus en qui faire confiance, en qui se fier dans ce monde... si tant est qu'il y ait encore un monde. Les démons, peut-être, après tout, c'était les seuls qui semblaient rester fidèles aux engagements qu'ils avaient toujours défendus... les Anges eux, ils étaient pourris depuis le jour même de leur création soit disant divine... et aujourd'hui, leur présence n'avait plus rien de divin. "Dieu" même, que tout le monde priait dans cette ville n'était plus une valeur sure, il avait juste... disparu, sans même que quiconque puisse le retrouver.

    Il garda le silence aux paroles de Louisa, ayant un léger froncement de sourcils alors qu'elle lui faisait comprendre d'oublier son début de phrase. Il ne savait pas pourquoi elle lui disait ça, et s'il faisait vraiment mieux d'oublier ce qu'elle avait commencé à lui dire. Qui sait, c'était peut-être important... et peut-être qu'au contraire, mieux valait qu'il n'essaye pas de chercher quoique ce soit... se contenter de ce qu'elle voulait bien lui dire, lui faire confiance et avoir confiance dans les informations qu'elle lui donnait... Il était vrai, informations assez concises dont il ne savait pas encore quoi faire mais au fond, il savait que Louisa ne lui cacherait pas quelque chose de primordial... parce qu'il avait besoin de sentir qu'il était juste capable de stopper ce qui devait l'être, ce qu'il avait lui-même amené dans ce monde par une chaîne incontrôlée de conneries plus grosses les unes que les autres. Ou peut-être qu'elle voulait garder certaines choses pour elle, pour le protéger, pour qu'il évite de s'en faire pour elle ou plutôt pour éviter qu'il se mette inutilement et bêtement en danger. Elle l'avait dit elle-même, elle était même prête à aller voir son frère pour qu'il ne risque pas constamment sa vie. A cette pensée, Sam détourna le regard, ou du moins, eut un mouvement pour détourner le regard, mouvement qu'il stoppa net lorsqu'il vit Louisa défaillir alors qu'elle s'était simplement relevée. Il garda donc son regard sur elle, bien qu'elle ne semblait pas trop le remarquer et pourtant, il n'eut encore aucun mouvement vers elle. Elle semblait y être habituée, après tout, elle avait du se débrouiller seule pendant longtemps... trop longtemps d'ailleurs, si bien que le Winchester ne savait ni quoi faire, ni quoi dire. Il ne savait pas comment réagir et pourtant, il n'eut pas le temps d'y réfléchir qu'elle eut un nouveau mouvement brisé par une nouvelle défaillance, quoique plus flagrante que la précédente. Réagissant alors plus par instinct qu'en ayant vraiment réfléchi - après tout, il avait l'habitude de réagir instinctivement avant tout, non ? C'est pas pour rien qu'il était chasseur de toute manière - il attrapa doucement Louisa par le bras, la ramenant vers le lit (le sien cette fois XD) et la fit se rasseoir :

    « Tu devrais rester assise... pour le moment... »

    Il ne savait pas quoi dire d'autre, plus les secondes passaient, plus il se sentait mal à l'aise. Lou n'avait jamais été le genre à aimer se sentir materner, ou coller et ce, même par Sam alors peu importe l'état dans lequel il était, le Winchester ne savait pas comment elle réagirait et pourtant, il préférait l'entendre râler assise sur le lit plutôt que de la voir tomber dans les pommes ou faire quelque malaise que ce soit encore plus grave... qui sait, quand on est enceinte, il y a plein de trucs possibles et imaginables. Sans demander son reste, il disparut dans la salle de bain, à la recherche d'un verre d'eau, le même que celui qu'il avait l'habitude d'accompagner d'un tube d'aspirine quand il devait aider Dean à se remettre d'une gueule de bois. Tendant le verre à Louisa, il s'assit à côté d'elle, sans pour autant oser un mouvement vers elle, restant tout aussi silencieux, comme s'il avait été soudainement déstabilisé par ses défaillances, ce qui était vraiment le cas. Disons qu'il n'était pas habitué, alors ça faisait forcément un choc, surtout maintenant, après autant de nouvelles d'affilées. Se décidant finalement à retourner le regard vers la jeune femme, il finit par reprendre la parole, d'une voix subitement plus reposée, d'une voix calmée, comme s'il avait été, encore une fois brisé dans son élan :

    « J'ai... j'ai vraiment envie d'être là pour toi... je veux pas te laisser toute seule alors... dis-moi s'il y a quelque chose... je veux pas que tu me caches quoique ce soit... »

    Même s'il semblait mettre un temps relativement long à encaisser tout ce qui lui arrivait en ce moment, il était prêt à être là pour Louisa, pas seulement pour assumer sa part de responsabilité dans ce qui leur arrivait. Il ne savait même plus s'il se voyait responsable de quelque chose ou si, au contraire, c'était plutôt quelque chose de bien qui leur arrivait, quelque chose qui pouvait tout du moins leur faire du bien à tous les deux et si ce n'était pas pendant cette Apocalypse, c'était sur leurs vies, celles qu'ils s'étaient construites avec la chasse, et leur vie d'après, celle qu'ils auraient d'une certaine manière ensemble, liés l'un à l'autre par ils ne savaient pas quoi encore... ou ce qu'ils ne voulaient pas encore voir. Continuant de regarder Louisa comme de peur qu'il lui arrive encore quelque chose une fois qu'il aurait détourné le regard, Sam resta silencieux, ne sachant pas s'il devait attendre une réponse ou si elle préférait qu'il s'éloigne... oui, définitivement il ne savait plus trop quoi faire, ni même où se mettre...

_________________

winchesters say "hi" - i wake up every evening with a big smile on my face, and it never feels out of place. and you're still probably working at a nine to five pace, i wonder how bad that tastes. when you see my face hope it gives you hell, hope it gives you hell. when you walk my way hope it gives you hell, hope it gives you hell. now where's your picket fence love ? and where's that shiny car ? you never seemed so tense love and never seen you fall so hard. VOTEZ POUR NOUS ♥
Revenir en haut Aller en bas

Louisa Delacroix


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Megalyn
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Zooey Deschanel
✾ MES CRÉDITS : Megalyn & Shiya
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 13/07/2009
✾ MES MESSAGES : 999

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Infirmière


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: [intrigue N-1] Baby on the way -Sam-   Mer 16 Déc - 5:23

    Sam pouvait être si perspicace à certains moments, et tellement naïf et aveugle à d’autres. Comment pouvait il penser un seul instant qu’il n’y avait ni satanistes ni religieux vaudou en ville ? Certes, Ellington était assez spéciale par certains points, mais elle grouillait tant de démons un peu trop sages pour que ça en soit net, qu’il y avait forcément anguille sous roche. Sans parler de Lucifer qui avait la ferme intention de faire une petite fête dans le coin. Et s’il n’y avait que ça… Oui, bon, ça serait limite le pied qu’il n’y ait que ça, mais c’était très loin d’être le cas.
    Lou regarda Sam, perplexe. Comment lui dire ça diplomatiquement ? Elle avait beau réfléchir, rien ne lui venait à l’esprit. Mais surtout, elle songeait à ce qui pouvait potentiellement traverser l’esprit du jeune homme. Elle connaissait bien désormais. Elle n’ignorait nullement qu’il n’hésiterait pas à se sacrifier pour elle et pour leur bébé. Ni à la quitter pour la protéger.


    « Pousse, Lou… »

    La jeune femme lança un regard hargneux à son compagnon. Luttant contre l’envie brûlante de lui rétorquer sèchement que quand il serait à sa place, à se faire déchirer les entrailles par un paquet de chair d’approximativement trois kilos, il aurait le droit d’ouvrir la bouche, Lou se contenta de serrer la main de Sam, histoire de lui faire partager la douleur qui était la sienne. Toutefois, elle ne se leurrait pas tellement. Sam ne devait probablement pas avoir aussi mal qu’elle. Tant pis. Ça la soulageait.


    « Et je fais quoi à ton avis ? »

    Lou ignora Sam, son regard ou sa potentielle réponse à laquelle elle coupa court en poussant un gémissement de douleur. La tête venait de sortir. Si elle en avait eu la force, elle aurait défoncé le crâne du gynécologue. Elle avait bien senti que quelque chose lui avait déchiré le vagin, pas besoin qu’il lui décrive l’état du travail.
    Au bout de minutes qui parurent interminables à la jeune femme, un cri de nouveau né déchira les tympans des adultes présents. Sam sourit, faisant remarquer que c’était bien leur fils. Lou rit faiblement, regardant, y croyant à peine, le bébé que le médecin avait posé sur son sein…



    Son léger vertige n’avait pas échappé à Sam. D’autorité, il l’obligea à s’asseoir, la scrutant avec un regard quelque peu inquiet. La jeune femme ne savait pas si elle devait lui dire que c’était habituel, ou simplement se taire et attendre que ça passe. Après tout, il était déjà assez perdu, inutile qu’elle en rajoute une couche.
    Elle prit le verre d’eau qu’il lui tendait, posant ses mains de chaque côté, sans pour autant faire mine d’en boire une quelconque gorgée. Elle n’avait pas soif, et ce ne serait pas un peu d’eau qui ferait passer ses jambes lourdes et ses nausées.

    « Je ne te cache rien. Je… Je vais bien, et le bébé aussi. » Elle fit une pause. « Je ne savais pas comment tu réagirais, alors je n’ai pas emmené la première échographie que j’ai fait… »

    De toute façon, à part une petite tâche claire d’environ un millimètre, il n’aurait pas vu grand-chose. Néanmoins, elle savait mieux que quiconque que ça l’aurait rassuré de savoir que tout allait bien. Il se prenait tellement pour un monstre que ça ne l’aurait qu’à moitié étonnée qu’il pense qu’elle mettrait un monstre semblable à lui en tous points. Comme s’il avait du sang du démon en lui… Il avait peut être fait une grosse bêtise mais il n’était qu’humain…

_________________
    VICTOR HUGO DEMAIN DES L'AUBE Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe, ni les voiles au loin descendant vers Harfleur, et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur
Revenir en haut Aller en bas

Sam Winchester


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : MARY-W.
✾ MA CÉLÉBRITÉ : J.Padalecki
✾ MES CRÉDITS : Dodixe
✾ MON MOI² : Zadkiel
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 11/07/2009
✾ MES MESSAGES : 45276

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 28 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Chasseur


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: [intrigue N-1] Baby on the way -Sam-   Dim 20 Déc - 9:51

    Avant même d'avoir agi, il savait très bien que Louisa n'aurait ni pris une gorgée du verre d'eau qu'il était allé lui chercher, ni apprécié ce qu'il avait fait. Certes, il n'était pas non plus né de la dernière pluie et il savait bien qu'une femme enceinte, ça s'accompagnait forcément de petits désagréments, du genre vertiges, problèmes matinaux et la plupart du temps sautes d'humeur bien agréables pour quelqu'un qui fait pourtant tout pour combler madame… mais c'est pas parce qu'il savait que cela arrivait en théorie, qu'il était pour autant prêt à y faire face, faut pas croire, Sam n'était pas non plus Superman… d'ailleurs, il n'avait rien de Superman. Et dire qu'il allait devenir père… l'idée lui tournait dans la tête depuis quelques minutes déjà, mais elle restait encore inconnue à son quotidien, elle n'était pas encore ancrée en lui pour qu'il s'y fasse totalement et qu'il pige bien tout ce que cette nouvelle allait enchaîner dans sa vie. Des bouleversements, des changements et peut-être même des problèmes… sûrement des problèmes. Les démons n'étaient pas du genre à apprendre une nouvelle dans ce genre là sans rien faire… encore moins pour quelqu'un comme Sam… enfin, à leur humble regard sadique de saloperies sorties de l'Enfer qui ne trouvaient rien de mieux que de le faire chier, lui et pas un quelconque autre Sam dans le monde. Franchement, il y avait combien de chances sur mille qu'Azazel tombe sur lui ? 0.000000000001 ou quelque chose dans le genre, et pourtant, tous ces problèmes de merde, ça lui tombait bien sur son coin de gueule et, par la même occasion, en l'atteignant lui, ça atteignait ceux dont il était plus ou moins proche ! Tout pour se réjouir, surtout quand on apprend qu'après quelques mois à peine passés dans une ville, on s'apprête à donner naissance à un gamin ! Oui, bon, pas "donner naissance" dans le sens propre du terme, mais il y avait quand même une part de lui dans ce… bébé. Il ne savait pas encore quoi, quelle tare de lui il pourrait avoir, laquelle des rares qualités qu'il pouvait encore se trouver, si tant est qu'il était encore capable de s'en trouver… et il préférait ne pas y penser, peut-être que finalement, ses tares mélangées à ce que Lou gardait en elle, ça finirait par faire quelque chose de bien, quelque chose d'un tant soit peu plus humain que ce qu'il était lui… comme si, à la manière dont elle semblait l'immuniser contre ses cauchemars, elle immuniserait leur enfant de tout ce qui était pourri chez Sam…

    Peut-être qu'en de pareilles pensées, Sam ne faisait que se bercer d'illusions, tenter de se rassurer un tant soit peu dans tout ce qui semblait négatif au fait qu'un type comme lui donne la vie à une nouvelle entité, ni humaine, ni démoniaque, perdue entre les deux, déchirée par cette malédiction qui détruirait sa vie et ce, continuellement, pendant des années, si bien qu'il finirait par avoir peur de la moindre trace de bonheur dans son existence. Assis près de Louisa, le Winchester avait parlé, d'une voix à peine audible, tentant de taire ces pensées qui le prenaient, inlassablement, le plongeant continuellement dans le doute qui était le sien. Son frère disait souvent qu'il réfléchissait trop, peut-être que c'était le cas, mais dans un sens, ces questions tournaient d'elles même, comme des réflexes qu'il a pour s'éloigner de la joie qu'il aurait pu ressentir à savoir qu'il aurait une raison de vivre autre que la chasse dans ce monde. Sa vie de chasseur après tout, c'était celle qu'il avait toujours connue, celle dans laquelle il retrouvait ses origines même, sa mère, son père et maintenant son frère. C'était sa raison de se lever le matin, sauver des vies, encore et encore, pour rattraper ses erreurs et peut-être pour se sentir un peu moins sombre, un peu moins noir à chaque fois qu'il tentait de sauver un être humain. Dans un sens, les gens qui venaient à croiser son chemin étaient forcément frappés par une malédiction, une perte d'un être proche, la mort, des images horribles qu'ils n'auraient jamais pu imaginer dans leurs pires cauchemars et qui sont parties pour les hanter le restant de leur vie encore. Pour Sam, c'était devenu tellement banal de croiser des esprits ou des démons qu'il en venait à ne voir plus que les vies qu'il parvenait à sauver dans cette existence là et ce, sans même voir à quel point son passage, même infime, dans une existence la bouleversait pendant des années et des années, la frappant peut-être plus qu'il ne l'aurait imaginé et qu'il ne l'aurait jamais voulu. Qu'est ce qui lui disait après tout que les gens qu'il sauvait ne viraient pas timbrés avec tout ce qu'ils avaient rencontré ou connu par sa faute ? Rien, il demeurait sans nouvelle des gens qu'il avait sauvés, ceux-ci bien trop heureux de le voir disparaître avec ses horreurs pour chercher un tant soit peu à lui donner un quelconque signe de survie.

    Elle finit par lui répondre, amenant chez lui une forme d'apaisement, alors qu'elle lui faisait comprendre qu'apparemment tout allait bien pour elle et pour l'enfant… qu'ils allaient avoir. Se contentant de fixer le vide devant lui, Sam hocha la tête, un peu comme s'il enregistrait ses paroles sans pour autant les comprendre, et pourtant, elles ne furent que lourdes de conséquence pour chaque part de son esprit, et de son corps même. Elle ne savait pas comment il allait réagir. Cette parole tournait dans son esprit, ne l'intégrant que trop bien pour éveiller que trop d'interrogations qui faisaient naître une peur sourde au creux de son estomac. Tout se bousculait chez lui, ses pensées partaient en furie, dans une forme d'écho qui se répétait dans tout son corps qui semblait soudainement vide de toute substance. Il ne savait pas comment encaisser ce qu'elle venait de lui dire, s'il devait dire quoique ce soit ou encore une fois hocher la tête l'air de rien, faire mine qu'il n'avait pas compris tous les méandres de cette phrase et tous les sens et non sens qu'elle pouvait avoir. Il s'interrompit, levant le regard vers elle, le captant l'espace de quelques secondes, s'obligeant à un sourire en coin, qui fut pourtant très vite remplacé par un haussement de sourcils, comme s'il ne pouvait feindre plus longtemps :

    « Qu'est-ce que tu croyais ? … Tu… tu croyais que je voudrais plus te voir ou même en entendre parler de… tout ça ? »

    Résigné face à l'idée, il déglutit, détournant le regard de ses yeux, sentant une vague de déception le prendre. Il lui avait vraiment donné cette impression ? Elle croyait vraiment qu'il n'aurait pas été capable d'assumer ce qu'il avait pu faire avec elle, qu'elles qu'en soient les conséquences ? C'est vrai, à cet instant précis, il avait plus l'air d'un parfait rhamnacée bien enfoncé dans la terre par ses racines mais pourtant, il ne voulait pas donner l'impression d'être le genre de type qui n'est pas capable de se rendre compte que ses actes ont parfois des répercutions inattendues qu'il faut savoir prendre. Posant ses coudes sur ses genoux et joignant ses mains, il fixa le sol l'espace de quelques secondes, serrant la mâchoire sans trop savoir pourquoi, il n'était ni en colère, ni amusé… il était dans un mélange d'un peu toutes les émotions qui pourraient le traverser dans une pareille révélations.

    « Je sais… je sais pas si c'est ça que tu pensais… mais on était deux ce soir là et on est toujours deux. Je veux pas que tu crois que je serai pas capable d'assumer un truc pareil, même si c'est brutal en ce moment. J'pensais que tu savais que tu pouvais compter sur moi… que c'était pas que cette soirée pour moi. »

    Il avait plus parlé comme les mots venaient, sans trop peser le poids qu'ils pouvaient avoir dans la conversation, dans le moment présent. Ainsi, il resta immobile, sans même savoir ce qu'il avait bien pu dire, bien que chacune de ses paroles aient été réfléchies avant, il avait comme perdu leur sens au moment où elles avaient franchi ses lèvres, peut-être un instinct de survie, qui sait.

_________________

winchesters say "hi" - i wake up every evening with a big smile on my face, and it never feels out of place. and you're still probably working at a nine to five pace, i wonder how bad that tastes. when you see my face hope it gives you hell, hope it gives you hell. when you walk my way hope it gives you hell, hope it gives you hell. now where's your picket fence love ? and where's that shiny car ? you never seemed so tense love and never seen you fall so hard. VOTEZ POUR NOUS ♥
Revenir en haut Aller en bas

Louisa Delacroix


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Megalyn
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Zooey Deschanel
✾ MES CRÉDITS : Megalyn & Shiya
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 13/07/2009
✾ MES MESSAGES : 999

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Infirmière


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: [intrigue N-1] Baby on the way -Sam-   Mar 22 Déc - 4:42

    « Je ne sais pas ce que je croyais, Sam. Je n’ai jamais été dans une telle situation. Je tiens beaucoup à toi, vraiment, mais… Je n’avais aucun moyen de savoir comment tu allais le prendre. Comprends moi… »

    Lou réalisa qu’il était réellement vexé, voire même blessé, qu’elle ait pu penser ça. En réalité, elle ne savait pas ce qu’elle avait pensé avant de venir le voir. Elle était du genre à toujours s’attendre au pire, histoire de ne pas être déçue. Certes, Sam ne l’avait jamais déçue, mais un bébé, ce n’était pas rien. Spécialement pour des gens comme eux. Et même si elle n’osait pas se l’avouer, ou le lui avouer, il restait tout de même très secret, même pour elle, et très imprévisible. Qui plus est, elle-même était relativement indécise quand à toute cette histoire de bébé, et ce que cela impliquait entre eux. Peut être qu’au final, les choses seraient restées en l’état si elle n’était pas tombée enceinte. Ils auraient continué à se voir quand ils avaient du temps libre, à éventuellement chasser ensemble. Mais rien de plus sérieux n’en aurait découlé, malgré les sentiments de plus en plus évidents qu’ils avaient l’un à l’égard de l’autre.
    Sam s’était comme recroquevillé sur lui-même. Lou se rendait peu à peu compte qu’elle avait eu tort de prendre sa réserve pour une peur d’un quelconque engagement. Loin de là. Il semblait avoir peur d’autre chose, mais Lou n’arrivait pas à mettre le doigt dessus. Elle ne pouvait même pas concevoir qu’il avait peur de lui-même. De plus, Sam n’était pas de ces hommes qui s’engageaient par crainte de ce que l’on pourrait penser d’eux. Il s’engageait parce qu’il le voulait vraiment.

    « Je sais qu’on était deux. »
    lâcha t’elle en se levant prudemment. Ne ressentant ni vertige ni nausée, elle se mit à arpenter la chambre. « Mais tu ne dis jamais rien, Sam. Je dois toujours te tirer les vers du nez. Je ne sais même pas où ça va nous mener, cette relation. Et pourtant, j’ai vraiment envie que ça marche. Mais ce bébé, on peut pas vraiment dire qu’il était sur la liste. Alors je crois que toi autant que moi, on peut se poser des questions… »

    La jeune femme s’arrêta près de la fenêtre, regardant, une fois encore, le parking sans le moindre intérêt du motel miteux. Elle ne savait plus quoi dire. Elle ne voulait pas le vexer un peu plus mais, quoi qu’elle dise ou fasse, elle avait la trop désagréable impression que ça serait le cas. Elle soupira, lasse. Pourquoi tout ne pouvait il pas être simple ? Pourquoi n’étaient ils pas un jeune couple qui venait de se marier et qui allait avoir cet enfant dans un climat de bonheur et de joie ? Pourquoi étaient ils deux chasseurs de démons dont seul le désir de vengeance leur permettait d’avancer depuis trop longtemps déjà ? Lou posa une main sur son ventre. Ils allaient devoir faire des choix, et elle n’était pas sûre que Sam serait prêt à abandonner la chasse et ce désir de vengeance, même pour son enfant. Et elle ne voulait pas le forcer, pas plus qu’elle ne voulait le voir mourir à cause de ça. Elle revint s’asseoir près de lui, ne sachant pas si elle devait poser sa main quelque part sur lui, sur son dos, dans ses cheveux ou sur l’une de ses mains. Ou tout simplement rester ainsi. Elle choisit de ne rien faire, ne sachant pas à quel point Sam lui en voulait d’avoir, pour la première fois, émis l’ombre d’un doute.

    « Je suis désolée, je ne voulais pas te blesser. C’est juste que… C’est inattendu, brutal comme tu l’as si bien dit. Ça paraîtrait idiot de dire qu’on est trop jeunes pour ça, mais je crois que ce n’est pas si faux. Qu’est ce qu’on sait de la vraie vie ? On ne connaît que créatures démoniaques… Je ne dis pas que je ne veux pas de ce bébé. Au contraire. Je suis prête à radicalement changer de vie pour lui. Sauf que moi, contrairement à toi, j’ai eu le temps d’y réfléchir. »

_________________
    VICTOR HUGO DEMAIN DES L'AUBE Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe, ni les voiles au loin descendant vers Harfleur, et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur
Revenir en haut Aller en bas

Sam Winchester


SFTD MEMBER ◈ love me baby


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : MARY-W.
✾ MA CÉLÉBRITÉ : J.Padalecki
✾ MES CRÉDITS : Dodixe
✾ MON MOI² : Zadkiel
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 11/07/2009
✾ MES MESSAGES : 45276

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 28 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Chasseur


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: [intrigue N-1] Baby on the way -Sam-   Sam 26 Déc - 5:49

    Il ne savait pas pourquoi il avait réagi comme ça, après tout, elle avait dans un sens raison de douter de lui, d'eux, et de ce qu'ils étaient ensemble. Pouvaient-ils dire qu'ils étaient quelque chose comme un couple ? Sam lui-même ne savait pas quels mots pouvaient convenir pour décrire ce qui le liait à Louisa… c'était à la fois simple et compliqué, incompréhensible, attrayant et effrayant. Il ne voulait pas qu'elle parte, et dans un sens, il ne voulait pas non plus qu'elle ait peur de construire quoique ce soit avec lui, même si cette nouvelle chose qui se pointait entre eux deux n'était pas prévue. Et pourtant, comment pouvait-il se permettre de la blâmer alors qu'elle doutait de lui autant qu'il doutait lui-même de lui… Après tout, comment pouvait-elle lui faire un tant soit peu confiance alors qu'il n'avait même plus confiance en lui, en ce qu'il pouvait faire de bien, en ce qu'il pourrait arranger et surtout en ce qu'il pourrait devenir un jour. Peut-être était-ce parce qu'à travers ses paroles, elle ne faisait que lui lancer en pleine face qu'il y avait forcément de quoi douter en lui qu'il s'était détourné de cette manière, paraissant à la fois blessé et en colère à cause de ce qu'elle venait de dire. Il l'avait été mais seulement l'espace de quelques secondes à peine, avant de se rendre compte qu'en réalité, il n'y avait rien de blâmable en cela, qu'elle avait tout bonnement raison de douter de lui. Il ne savait pas s'ils pourraient un jour entreprendre quoique ce soit de sérieux tous les deux, simplement parce qu'il ne savait pas s'il serait capable de la protéger de tout ce qui lui pourrissait la vie et qu'il ne voulait pas lui infliger. Certes, elle était une chasseuse, et il ne doutait pas du fait qu'elle pourrait être de taille, elle pour affronter la vie qu'il pourrait décider de garder… mais encore une fois, il y avait tellement plus qu'eux deux en jeu. Alors que Louisa avait pris la parole comme pour justifier ses doutes, le Winchester, lui, avait gardé le regard baissé, fixant la moquette crasseuse de sa chambre d'hôtel comme si elle avait tout pour être fascinante. Mais non, comme tout le reste de la ville, cette moquette puait, cette moquette ne racontait rien, restait définitivement secrète quant aux événements qui étaient venus l'entacher de différentes couleurs. Elle était désespérément inerte, vide d'intérêt, mystérieuse, froide… si bien que le chasseur détourna assez vite son regard de celle-ci, pour le poser sur Lou, tandis qu'elle, elle s'attardait à observer au-dehors, à travers la vitre sale du motel… Il s'était apparemment décidé à rester silencieux, alors qu'elle, elle essayait de justifier ses doutes, comme s'il en avait besoin, comme si elle le lui devait, alors qu'en fait… rien n'était plus acceptable que le fait qu'elle doute de lui… après tout ce qu'il avait fait, avec la distance qu'il s'évertuait à laisser entre eux deux… comment ne pas douter hein ?

    Il ne disait jamais rien… mais qu'est-ce qu'il pouvait avoir à dire ? Retracer dans tous les sens les conneries qu'il avait pu faire ?! Lui parler encore et toujours de ce qui l'avait amené à être celui qu'il était, le type mystérieux et torturé qu'elle se disait incapable de comprendre sans insister… Incapable de laisser transparaître quoique ce soit alors qu'elle avait parlé et que, maintenant, elle laissait un léger silence s'immiscer entre eux, Sam ressassait ses paroles, trop lourdes de sens, comme s'il en avait besoin, peut-être pour un tant soit peu se rattraper… ou pour faire tout l'inverse. C'est vrai, où finiraient-ils par atterrir tous les deux ?! Ils se voyaient sérieusement dans une grande maison, tous les deux, entourés de gamins avec un chien pour ajouter du parfait au tableau ? Il ne semblait pas y avoir l'ombre d'un espoir pour qu'ils soient capables de mener une vie pareille et ce, même tous les deux… c'était juste les plus optimistes qui pourraient voir un happy end dans ce genre et pourtant, le Winchester était incapable de dire quoique ce soit, peut-être parce que le fait qu'elle mette des mots sur ce qui tournait dans son esprit depuis de longues minutes, sur les doutes qui l'envahissaient peu à peu sans qu'il en fasse la moindre allusion rendait la chose encore plus réaliste… ils étaient forcément voués à rien du tout tous les deux… c'était comme ça, comme s'ils n'étaient pas sur la même longueur d'onde comme si, même malgré tous les efforts qu'ils pourraient faire, il y aurait toujours cet écart entre eux, comme il existait à présent entre Dean et Sam… cet écart de secrets, d'incompréhension, de méfiance même. Et non, le problème ne venait pas d'une quelconque alchimie qui ne fonctionnait pas entre eux, il ne venait encore moins d'elle, le problème venait tout simplement de lui, il n'arrivait même plus à se comprendre, à s'adonner à quoique ce soit d'autre que le devoir de réparer ce qu'il avait fait… C'était plus dur de comprendre qu'elle s'en rendait aussi compte que lui, que de se l'avouer à lui-même, à chaque fois qu'il avait un moment d'égarement, et qu'il en arrivait à penser à elle, à eux deux, au reste encore… à ce qu'ils auraient pu être dans une autre vie mais qu'ils ne seraient jamais dans celle là.

    Il restait indéfiniment muet, alors qu'elle revenait vers lui, comme pour encore une fois s'expliquer sur ses doutes, peut-être parce qu'elle croyait qu'il avait encore besoin d'explications, alors qu'au fond, derrière ce qui ne semblait plus qu'être une allure vexée, il y avait tellement plus qui tournait dans sa tête, l'obsédant, le dévorant tant et si bien qu'il ne savait pas quoi dire, qu'il ne se savait même pas capable d'aligner des mots un tant soit peu adaptés à la situation. Elle s'était rassise juste à côté de lui, sans rien tenter, sans même essayer de l'effleurer, comme si elle avait peur qu'il réagisse trop violemment, ou sur un quelconque coup de tête, comme il l'avait bien souvent fait dans son existence et plus particulièrement dans des époques plus récentes, brisant un peu plus chaque jour le lien qui l'avait quelques temps uni à son frère. Avec lui, les choses aussi avaient changé, plus qu'ils ne l'auraient tous les deux voulus… si bien que Sam ne savait plus pourquoi Dean continuait de feindre croire en lui, si c'était par amour, ou si c'était par obligation parce qu'ils étaient "une famille" et qu'il fallait croire coûte que coûte en ce que la famille pouvait avoir à donner. Finissant peut-être par se décider à sortir de son silence, il finit par relever le regard, le posant sur la jeune femme, se perdant l'espace de quelques secondes à la regarder sans rien dire, comme s'il n'avait pas envie de parler, de s'avouer ce que son cerveau lui répétait en boucle depuis qu'elle avait avoué tout ce qu'elle avait à lui dire et qui semblait être plus qu'un problème entre eux deux :

    « Nan… j'aurai pas du le prendre comme ça, excuse-moi. Le truc c'est que… même sans le bébé j'aurais voulu aussi que quelque chose puisse fonctionner entre nous deux. Et… j'croyais que j'étais le seul de nous deux à être pessimiste au point de se dire que tout semble dire que ça pourra pas… marcher comme on veut. Après tout… avec ce que j'ai fait, on peut pas dire que je mérite vraiment qu'on croit en moi, même toi. »

    Il baissa le regard, il n'avait même plus la force de croiser son regard, encore moins de le soutenir alors qu'il parlait de cette manière, enfonçant le clou encore plus dans la blessure qui était née entre eux, il y a quelques temps, alors qu'il avait pour la première fois, trahi sa confiance en lui cachant des choses qu'elle avait finalement découvertes.

    « C'est plus seulement une question de vengeance maintenant… j'ai fait des erreurs, des trucs qui me dépassent et… j'me suis promis de les réparer, pas pour les gens, pas pour mon frère… mais pour moi. Avant de te connaître, y'avait que ça qui m'importait. Je voulais pas m'engager dans quoique ce soit d'autre… c'est pour ça que je voulais pas qu'on devienne plus que ce qu'on était avant. Aujourd'hui je sais plus quoi faire, encore moins avec cette histoire de bébé… c'est peut-être égoïste… Mais si j'décide de continuer… ce sera certainement… la dernière chose que j'ferai, c'était tout ce que j'avais envie de faire de ma vie y'a quelques mois. J'voudrais pouvoir maintenant me raccrocher à autre chose… à toi, et à ce qui va nous arriver mais… j'sais pas si j'pourrais le faire, même à présent, alors que t'as changé pas mal de choses pour moi. »

    Il n'avait pas non plus fait le moindre mouvement vers elle, reposant son regard sur la même tâche de saleté qui tapissait le sol. Il avait parlé sans comprendre pourquoi il en disait tant, peut-être pour combler cette parole qu'elle avait eue, comme quoi elle ne savait rien de ce qu'il pouvait ressentir derrière son apparence de chasseur qui lutte contre tout depuis des années déjà sans même faillir, ou du moins, sans même montrer le moindre signe d'abandon. Il aurait tellement aimé être aujourd'hui encore aussi faible qu'il l'était il y a quelques années, guidé par une vengeance qu'il ne comprenait pas, alimenté juste par le désir de pouvoir s'échapper de la chasse dès qu'il en aurait l'occasion. Aujourd'hui, elle était là l'occasion, à quelques centimètres de lui, sur ce lit et pourtant, il était incapable de l'accepter et de se laisser aller à vivre autrement que dans le malheur.

_________________

winchesters say "hi" - i wake up every evening with a big smile on my face, and it never feels out of place. and you're still probably working at a nine to five pace, i wonder how bad that tastes. when you see my face hope it gives you hell, hope it gives you hell. when you walk my way hope it gives you hell, hope it gives you hell. now where's your picket fence love ? and where's that shiny car ? you never seemed so tense love and never seen you fall so hard. VOTEZ POUR NOUS ♥
Revenir en haut Aller en bas

Louisa Delacroix


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Megalyn
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Zooey Deschanel
✾ MES CRÉDITS : Megalyn & Shiya
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 13/07/2009
✾ MES MESSAGES : 999

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 25 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Infirmière


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: [intrigue N-1] Baby on the way -Sam-   Mar 19 Jan - 7:03

    Une maison, un travail, un monospace, un chien, deux chats et trois enfants. Ce qu’ils n’auraient jamais, ensemble ou séparément. Rentrer chez elle, chez eux, le soir, après une longue journée de labeur dans un bureau ou à la bibliothèque. Au tribunal même. Les longs regards perdus de Sam devant le rayon droit de la bibliothèque ne lui avaient jamais échappé.
    Ils n’auraient jamais de petit déjeuner en famille, avec Sam en retard au tribunal et elle, préparant des pancakes pour toute la petite famille et le chien qui aboie à ses pieds.
    Jamais ils n’auraient droit à tout cela. Jamais, pas même dans un monde utopique. Déjà, parce que ça n’existait que dans les séries télé des années 90 où trois sœurs se battaient contre des démons. Certes, c’était ce que Sam et Lou faisaient depuis aussi longtemps qu’ils en étaient capables. Mais eux étaient bien réels, contrairement à ces femmes qui n’étaient que personnages de fiction pour qui tout avait bien fini, au final. Pour eux, elle autant que lui savait pertinemment qu’il n’y aurait pas de happy end. Et Lou se refusait à y penser. Elle se refusait à penser que dans quelques mois, voire peut être même seulement des semaines, Sam ne serait plus là. Qu’il serait mort pour avoir voulu à tout prix réparer une erreur que n’importe qui d’autre aurait pu faire. Rien que d’y penser, elle sentait sa poitrine se déchirer. Parce qu’elle savait, sûrement bien mieux que Dean, que personne ne pourrait l’arrêter.
    Sam n’osait même pas la regarder. Ça lui faisait si mal de le voir comme ça. Torturé, emprisonné par ses remords au point de ne pas voir la lumière au bout du tunnel. Et pourtant, il en avait envie, si Lou décodait correctement ce qu’il disait. Sam était passé maître dans l’art de tourner autour du pot et de couper les cheveux en quatre. Ou en mille.
    Alors qu’elle hésitait quelques instants auparavant, à ce moment là, Lou posa une main sur son dos musclé et tendu, avant de lui caresser les cheveux avec douceur et tendresse.

    « Je sais que tout ça est très brutal pour toi. Tu n’as pas eu plusieurs semaines pour t’y faire. Je voudrais tellement que tu puisses voir en toi-même ce que moi, je vois. Tu n’es pas le monstre que tu imagines. Tu n’es pas aussi mauvais que les démons contre lesquels tu te bats. » Elle lui prit une main et la posa sur son ventre. « Même si on ne s’y attendait pas, même si on ne l’avait pas prévu, même si c’est sans doute trop rapide, ce bébé est la meilleure chose qui peut nous arriver. Tout n’est pas noir ou blanc, Sam… » Lou s’arrêta un bref instant. Ce qu’elle allait lui dire ne serait facile ni pour elle ni pour lui. « Je ne voulais pas non plus que ça devienne sérieux entre nous. Mais j’ai perdu tout contrôle dès que je t’ai embrassé. Dès que j’ai senti que tu le voulais toi aussi. Même sans cet enfant, je m’accrocherais quand même à toi. Tomber amoureuse était la dernière chose que je voulais, mais à présent, je sais que c’est la meilleure qui pouvait m’arriver. »

    La jeune femme passa une dernière fois sa main dans les cheveux de Sam. Se redressant, elle l’embrassa sur la tempe, le regardant fixer le sol. Elle étouffa un soupir. Elle aurait besoin de beaucoup de temps pour le changer, pour lui redonner confiance. Si elle l’avait, le temps. Sam était une bombe à retardement, et elle venait de se rendre compte qu’elle l’aimait à en perdre la raison. De cet amour que même la mort n’efface pas. Elle portait son enfant, qui ne verrait probablement jamais son père. A cette pensée, elle sentit un sanglot lui nouer la gorge. Elle n’était pas sûre de réussir sans Sam. Déglutissant péniblement, elle attrapa son sac et se dirigea vers la porte. Elle attrapa la poignée et se retourna, regardant longuement le jeune homme.

_________________
    VICTOR HUGO DEMAIN DES L'AUBE Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe, ni les voiles au loin descendant vers Harfleur, et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: [intrigue N-1] Baby on the way -Sam-   Aujourd'hui à 23:24

Revenir en haut Aller en bas
 

[intrigue N-1] Baby on the way -Sam-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» GAGGIA BABY caffita systéme
» [Poupée] Petite Blythe "Baby Buttercup" Décembre 2010
» Comment baser une intrigue...
» BABY LOCK
» Million dollar baby
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SYMPATHY FOR THE DEVIL ◈ BEDTIMES STORIES :: SAY GOODBYE TO THE WORLD :: archives :: RPG :: SFTD 1 - Les archives :: Ellington ; Missouri :: Hébergements et habitations :: Le Sunset Motel :: Chambre 02-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit