Une soirée normale ... {{Pv Jaelyn * - Page 2



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Facebook  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une soirée normale ... {{Pv Jaelyn *

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

Jaelyn N. Miller


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Dodixe
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Leighton Meester
✾ MES CRÉDITS : Dodixe & LJ
✾ MON MOI² : None
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 18/07/2009
✾ MES MESSAGES : 1192

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 26 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Serveuse & Chasseuse


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: Une soirée normale ... {{Pv Jaelyn *   Sam 2 Jan - 5:46

    Laisser son cœur s’ouvrit à l’amour avait été la chose la plus dure qu’elle avait fait de toute sa vie. Elle avait fait tellement de choses dans sa vie, elle avait surmonté tellement d’épreuve dans celle-ci, elle s’était battue, elle était passé tellement prés de la mort, elle avait vu la lumière blanche, elle avait tendu les bras, elle avait pensé que sa vie allait se terminé ce jour là, elle était persuadée que son heure était venue et pourtant aujourd’hui elle était encore vivante ! Miracle de la vie ! En réalité pas tout a fait ! Elle avait seulement prié de toutes ses forces pour ne pas mourir, elle avait cru et le miracle était apparut ! Un ange était venu la sauvée, comme si elle avait encore le droit à une nouvelle chance sur cette foutue terre. Ouais, ils étaient sympa les anges quand ils voulaient, ils avaient décidé de dire que Jaelyn Norah Miller devait encore vivre longtemps et lui offraient ainsi une seconde chance, vraiment inespérée, il faut l’avouer, alors elle était là. Toujours vivante juste après avoir tendu les bras vers la douce lumière entièrement blanche dont tout le monde parlait. Bouarf, elle avait même pas eut peur tiens ! Ouais… Bien sur ! Et mon cul c’est du poulet ? Elle avait flippé sa mère et elle avait pleuré, elle avait même dit que s’ils la gardaient en vie, elle promettrait de retourner vers sa famille londonienne, devenant complètement folle pendant quelques minutes. Heureusement l’ange l’avait sauvée et aujourd’hui n’était pas le jour où elle décider sur un coup de tête de retourner chez ses parents… Sauf pour les prendre et leur foutre un coup de boule dans la tronche, histoire de leur faire comprendre à quel point elle pouvait pas les voir, qu’elle leur en voulait et qu’elle avait envie qu’ils crèvent et que lorsqu’ils seraient morts, elle reviendrait pour cracher sur leurs tombent, mettant des fleurs moisies et laissant les chiens pisser dessus. Qu’ils aillent se faire foutre ! Enfin bref, toute sa rancœur envers ses parents faisait aussi d’une partie des épreuves qu’elle avait du subir. Elle avait passé toute son enfance dans la plus belle des indifférences, ses parents n’en avaient que faire d’elle, comme si elle n’était importante que lorsque venait le temps des grandes soirées mondaines où là, sa mère devenait douce et ultra maternelle, elle sentait encore ses doigts dans ses cheveux lorsque venait le temps de parler de la famille, qu’alors sa mère appelait dans la salle son « adorable fille », qu’elle venait sagement, tentant vainement de marcher convenablement. Elle sentait les doigts de sa mère caresser ses longs cheveux blonds, elle aimait tellement cette petite attention mais avec le temps qui passait, elle ne l’avait plus sentit. Il fallait avouer qu’elle ne faisait plus rien pour se faire accepter par ses parents, le plus mémorable avait été cette soirée mondaine où elle était arrivée en retard, dans une tenue toute déglinguée et déchirée. Elle avait mis le bordel lors de cette soirée, elle s’était bien amusée, elle avait même vomi sur une convive, ça s’était carrément le must ! Ses parents fait un scandale, ils étaient furieux de savoir que leur enfant avait pu les humilier à ce point, elle en avait rien à foutre, au moins parlaient-ils d’elle ! Enfin, le temps avait passé et aujourd’hui elle avait accepté d’ouvrir enfin son cœur à l’amour. Elle avait fait sûrement le plus importants des choix, plus important encore que sa décision de venir vivre à Ellington, plus important encore que le fait de tirer un trait définitif sur son passé. Elle le savait aujourd’hui, tomber amoureuse n’était pas une chose anodine. On perdait beaucoup de notions importantes, notions qu’un cœur libertin à toujours en lui mais qu’un cœur amoureux oublie pour les beaux yeux de celui qu’il chérie. Elle était amoureuse, ouais ! Elle avait beau se battre contre un sentiment qui l’hantait depuis quelques semaines déjà, c’était déjà fait ! Elle était folle amoureuse de Dean Winchester alors autant se laisser faire et oublier complètement les attaches qui la tenaient encore, les apriori et tout ce tralala. Elle avait laisser son cœur s’ouvrir, elle avait donner la clef à Dean et elle lui avait dit : « Vas-y, fais-en ce que tu veux mais surtout… Ne le brise pas. ».

    Les épreuves les avaient quand même poursuivis et alors qu’elle regardait Dean dans les yeux, elle savait très bien qu’une fissure s’était faite dans son cœur et qu’elle ne pourrait peut-être pas se réparer par magie. Tout comme sa blessure sur sa joue faite lors de cette fameuse soirée, son cœur allait avoir de temps pour se reconstruire, pour reboucher la petite fissure que Dean avait faite dans celui-ci. Une fissure peut-être minime mais… Mais qui l’avait fait encore plus souffrir que s’il avait décidé de le jeter par terre pour qu’il se brise en mille morceaux parce que de cette petite fissure s’écoulait toute ses petits brins de sa confiance, des brins tellement fins mais tellement nombreux qu’elle sentait qu’elle peut-être plus que s’il avait brisé entièrement son cœur pour lui donner l’envie de se tuer. Pourtant ce soir elle oubliait tout, elle avait oublié la souffrance, l’attente, l’appréhension, la fissure, la confiance, tout s’était envolé pour ne laisser qu’une douce euphorie qu’elle n’arrivait même plus à contenir lorsqu’elle découvrait Dean. Il avait ce don de faire en sorte que tout aille sans pourtant faire en sorte que tout paraisse bien. Il était là, elle était là, tout était donc parfait. Elle sentait bien que tout n’était pas parfait, que le restant de ces trois semaines de solitude restait bien coincé au fond de sa gorge, que sa rancœur restait bien présente elle aussi, laissant parfois ressortir un peu de sa fureur dans quelques petites piques assassine. Malgré elle ne pouvait pas s’empêcher d’être amoureuse de lui et d’oublier tout ce qui s’était passé pour profiter à fond de cette soirée qu’elle voulait sous un jour nouveau, faisant table rase de tous les évènements qui s’étaient passés lorsqu’ils étaient plus ou moins séparés. Oui, tout était oublié avant le jour où tout reviendrait à la surface, où ils ne pourraient pas tenir plus longtemps dans leur petit monde… Enfin, pour ce soir, l’amour était bien présents et ne les quittait pas d’une semelle. La remarque de Dean la fit sourire, ses joues rouges lui avaient manquées ? Hum… Elle pouvait très bien arranger ça et il connaissait très bien la technique pour qu’elle devienne rouge comme une tomate.

    « Mes joues rouges comme des tomates t’ont manquées ?! Pas moi bizarrement ! Oui tu me l’as dit… Mais ça fait toujours plaisir de t’entendre me le dire… Arrête Dean ! En plus tu dis ça seulement pour que je rougisse ! C’est limite dégueulasse, tu devrais avoir honte ! » La jeune femme sentit ses joues s’enflammer rapidement, faisant un contraste entre la fraîcheur de la soirée et la chaleur de ses joues rouges. Elle ne pu s’empêcher de sourire malgré elle… « Et en plus ça marche, j’y crois pas ! T’es un chieur ! Tu le sais ça ?! Si je m’inquiète pour toi Dean ! Je dois m’inquiéter pour toi ! Je suis amoureuse, je suis obligée de m’inquiéter pour l’homme que j’aime ! Si il t’arrivais malheur moi je deviendrais quoi hein ?! Mais le plus important pour moi c’est que tu sois encore là pour que je te fasse comprendre à quel point tu m’as manqué et je dois dire que tu m’as beaucoup, beaucoup, beaucoup, beaucoup manqué ! Non ?! Tu me déshabillerais dés que tu me verrais si j’étais habillée en Cat Woman ?! Enfin Dean… Un peu de tenue s’il te plait… Oui tu es le lampadaire de ma vie ! Tu m’éclaires de toute ta beauté parce que tu es… bah t’es Dean hein ! On ne va pas tourner autour du pot… J’adore tes yeux. Tu les emmerdes eux ! Qu’ils aillent se faire foutre tiens ! Ils ne valent pas que tu t’en fasses et puis, je suis capable de me tuer avec ma tringle à rideaux alors si tu devais vraiment avoir peur pour moi, tu enlèverais tous les objets pointus… Mais ça voudrais dire que tu devrais t’écarter alors non ! Excuses-moi… Je n’aurais pas du parler du sujet qui fâche… »

    Ce soir elle avait le chic pour lancer les sujets qui fâchent, parlant d’abord de l’épisode merdique de la cabane et maintenant de son frère. Elle savait très bien que ça aurait été encore pire avec lui, elle le savait alors pourquoi lui en parler alors qu’elle savait qu’il allait se sentir mal à cause de ça. Elle ne voulait surtout pas tout gâcher, le pauvre quand même. Quelle idée aussi de faire intervenir celui-là ! Elle aurait pu se retenir de penser à lui à sa place, ça aurait été tout de même beaucoup plus élégant que ce qu’elle venait juste de faire. Pauvre Dean. Elle n’aurait jamais du penser à celui-là d’ailleurs ! Si lui n’y pensais pas depuis quelques temps alors pourquoi le mettre sur le tapis. Peut-être parce qu’elle savait que Dean était beaucoup plus touché par ce qui se passait avec son frère que ce qu’il voulait bien lui montrer depuis ils se connaissaient. Il voulait jouer les fortes têtes, il voulait faire le gars qui ne ressent rien, le gars qui s’en fiche complètement de ce qui se passe du côté de son frère mais il était un trop piètre acteur pour qu’elle ne lise pas dans ses yeux son malaise lorsqu’elle avait évoqué Sam. Elle aurait voulu se faire pardonner en bon et du forme mais là elle ne pouvait pas, autant agir lorsqu’ils seraient tout seuls, elle savait très bien qu’il allait finir par la pardonner à un moment alors autant lui faire tout de suite comprendre qu’elle était désolée pour se faire pardonner plus tard. Elle aurait très bien pu être en train de se faire pardonnée lorsqu’elle embrassait avec autant de ferveur Dean. En réalité, elle ne se faisait même pas pardonner, elle était seulement en train de montrer aux gens d’Ellington que la jeunesse n’était pas vouée à restée cacher ou à se plier à leurs désirs les plus fous, la jeunesse préférait jouer avec leurs nerfs, elle préférait largement montrer sa liberté à la face du monde. Ils voulaient qu’il s’achète une chambre ? Jaelyn préférait embrasser Dean dans la rue, à califourchon sur lui, quitte à se faire réprimander par la police pour une conduite abusivement sexuelle. Quoi ? Ils s’envoyaient pas en l’air devant tout le monde ! Ils s’embrassaient seulement et encore, ils étaient bien gentils parce que si elle voulait, elle aurait pu faire largement pire sur ce banc et Dean le savait tout aussi bien qu’elle ! Finalement, elle les avait chauffés pour leur montrer de quel bois elle se chauffait et s’en était pas mal amusée, mais maintenant elle n’était plus amusée du tout, elle en avait vraiment marre de voir tous ces regards sur sa petite personne alors qu’elle célébrait ses retrouvailles avec Dean. Elle s’était donc retournée, lançant des regards inquisiteurs vers les gens qui s’étaient amassés prés d’eux pour leur faire comprendre qu’elle ne souhaitait pas qu’ils restent encore bien longtemps parce qu’elle était un excédée. Elle revint bien vite vers son petit ami, passant ses mains sur son torse pour lui faire comprendre qu’elle voulait vraiment reprendre où ils en étaient et celui-ci compris immédiatement le message parce qu’il recommença à l’embrasser tout en descendant ses mains pour qu’elle se serre plus contre lui, elle ne se fit pas prier plus longtemps et ne laissa plus aucune distance entre son corps et celui de Dean, appréciant le goût de ses lèvres encore plus lorsque la température venait à monter. Elle avait bien envie de l’embrasser dans le cou mais elle savait trop bien qu’elle allait ne plus pouvoir se contrôler après… Là où elle arrivait à bien se contrôler et où elle s’applaudissait, c’était lorsque son oncle et sa tante étaient présents. Il était sûr qu’elle n’allait pas sauter sur Dean devant eux, les pauvres, ils seraient traumatisés de voir leur nièce faire ce genre de choses, eux qui la pensaient retenue et élégante en toutes circonstances ! Qu’ils la voient déchirée à une soirée mondaine en train de vomir sur une robe d’une grande maison de couture et là ils changeraient radicalement d’avis sur leur nièce chaste et sans problèmes ! Enfin bref, l’oncle et la tante s’étaient barrés et Dean et Jaelyn pouvaient enfin parler de ce qu’ils connaissaient le plus c’est-à-dire… Le sexe ! Heureusement qu’ils étaient seuls ces deux là parce que sinon ils auraient eut bien des problèmes pour se tenir tranquilles ! C’est sûr que ça, ils l’avaient pas appris en cours… Ou si, pendant que leurs camarades étaient en train de bûcher, eux étaient dans les toilettes en charmante compagnie pour faire de charmantes choses… Enfin bref, les tourtereaux ne changeaient pas leurs magnifiques habitudes et ce soir encore, faisaient preuve d’une façon de parler assez peu élégante, aux connotations fortement douteuses. Pouvaient-ils penser à autre chose ? Apparemment non car la jolie blonde suivit son petit ami dans le délire qu’il avait commencé…

    « J’ai remarqué toi et moi on se ressemblait beaucoup mais toi je crois que tu es un homme… A moins que je me sois trompée… Fais voir Dean ! Faites-moi voir si vous êtes bien un homme ! Oh c’est ma faute, j’ai mal élevé mon petit ami et maintenant il sait toutes les petites ruses pour faire en sorte que j’ai envie de faire pleins de choses males dans des endroits publics ! C’est vraiment gênant, je vais finir par devoir le dresser si ça continue ! T’as pas a t’en faire, je connais la police ici… J’ai juste à soulever ma robe comme ça… à me coller comme ça… Et ils font tout ce que je demande… Comme par magie… »

    Tout en parlant de ce qu’elle allait faire si la police les arrêtait pour mauvaise conduite en public, elle montrait à Dean ce qu’elle aurait pu faire. Elle commença donc à relever sa robe sensuellement le long de ses jambes avant de se coller à lui comme pour lui montrer ce qu’elle allait faire pour mettre sur la touche, prenant bien soin d’être le plus réaliste possible histoire de lui en faire voir pleins les mirettes. Décidément, ce soir ils étaient vraiment en forme les deux parce qu’ils avaient bien fini par passer par la case « banquette arrière » histoire de ne pas attendre d’être chez la demoiselle pour fêter dignement les retrouvailles. Depuis combien de temps attendait-elle un moment comme celui-ci… Bien trois semaines ? Ouais ! Trois longues semaines où elle s’était dite que Dean avait tout oublié entre eux et qu’elle ne pourrait plus jamais caresser sa peau, l’embrasser ou profiter de ses charmes. En entendant son « moi aussi » elle se sentit totalement fondre. Comment faire plus romantique que ça ? Depuis quand elle était devenue romantique déjà elle ?! Elle ne l’avait jamais été et pourtant avec lui elle voulait bien dire « je t’aime » avant le sexe et sortir des paroles niaise à souhait seulement pour ses beaux yeux verts…

    La plus grande hantise de Jaelyn était bien de raconter son histoire, elle avait ses démons à elle après tout, peut-être moins horribles que ceux de Dean mais tout aussi désastreux sur elle. Dans sa jeunesse elle avait fait pas mal de choses, elle avait vu pas mal de monde et avait tester énormément de substances. Peut-être était-ce le poids de son lourd passé qui l’avait obligé à découvrir ce qui s’était passé pour Dean ?! Elle n’en savait rien et pourtant elle rêvait d’en savoir plus, parce qu’elle sentait au fond d’elle que quelque chose clochait et que cette main sur son épaule n’était pas une marque au fer rouge seulement histoire de faire joli. Le problème était qu’elle ne se serait jamais doutée d’une chose aussi importante que ce qu’il avait fait. Elle s’imaginait une petite erreur de parcours, peut-être qu’il s’était fait avoir par une créature quelconque lorsqu’il chassait, un truc complètement banal mais malheureusement, au fil des explications plus ou moins vraisemblables de Dean, elle avait compris qu’elle n’était pas face à l’ange aux ailes blanches qu’elle voulait qu’il soit. Il n’était pas le prince charmant habituel, celui qui n’a fait couler aucune goutte de sang sur son beau costume, il était plutôt le prince charmant qui arrivait tout débraillé, épuisé, remuant encore et encore ses souffrances en lui. Elle l’avait accepté comme ça, elle lui avait trouvé du charme à se prince charmant différent qui s’en voulait tellement, qui avait tellement de choses à se reprocher. Elle était tombée amoureuse de lui et pas d’un autre mais aujourd’hui… Alors qu’elle entend toutes les choses qu’il a fait, les raisons pour lesquelles il disait culpabiliser, elle comprenait qu’il puisse s’en vouloir autant. Il avait torturé des gens, il avait détruit des vies qui auraient peut-être pu être reconstruites un jour, il avait fait un pacte avec un démon pour sauver son petit frère pour après torturer des gens en enfer… Elle avait l’impression horrible d’avoir deux personnes en face d’elle : Le Dean fragile qu’elle avait toujours connu, celui qu’elle avait pris dans ses bras et réconforté tellement de fois, celui dont elle était follement amoureuse et que personne ne pourrait jamais changer et un autre homme… Celui qui a torturer des êtres humains, celui qui a fait des choses qui n’auraient jamais du arriver pour le bien de tous, celui qu’elle aurait due haïr de tout son être. Elle aurait très bien pu lui en vouloir à mort, lui dire qu’elle ne pouvait pas sortir avec un homme qui avait fait tant de choses horribles mais son cœur avait pris le pas sur sa morale et alors qu’elle aurait due condamner et lui dire qu’elle ne voulait plus de lui et qu’il devait bien aller sur la première ligne d’attaque contre Lucifer se fait tuer comme un con, elle préférait largement lui sauter dans les bras et lui crier au visage qu’elle ne voulait pas qu’il meurt parce qu’elle savait que sans lui elle ne serait plus rien. Elle ne voulait pas le voir partir, elle ne pouvait pas l’admettre, elle ne pouvait pas l’embrasser et lui dire qu’il pouvait aller se faire sauter la cervelle comme un con par Lucifer. Elle ne voulait pas le voir partir, elle ne savait plus comment faire sans lui, comment fonctionner sans sa présence. La jolie blonde ne pouvait s’empêcher d’imaginer Dean effondrer au sol, avec le pied de ce salopard de Lucifer sur le visage, recouvert de sang, lui assenant le coup de grâce. Elle ne pouvait pas se résigner à le laisser partir à l’abattoir sans qu’elle ne le suive histoire de perdre la vie avec lui, peut-être, pour lui. Elle n’en avait que faire de ces conneries, de sa vie, elle ne voulait que Dean, elle ne voulait que lui alors pourquoi devait-elle attendre sagement pendant qu’il se fait décapiter sur le champ de bataille ? Alors que Dean passait ses doigts le long de ses joues pour enlever les larmes qui y coulaient, d’autres prenaient leur place, elle ne pouvait s’empêcher de pleurer encore et encore en imaginant Dean mourir. Une image s’imposait à chaque fois dans sa tête, toujours plus sanglante, toujours plus horrible, toujours plus touchante. Elle avait l’impression qu’on l’assommait à coups de batte de baseball, elle avait la tête qui lui faisait un mal horrible, elle voulait se réveiller de ce cauchemar, être dans son lit, être dans les bras de Dean et l’entendre dire qu’elle avait seulement fait un mauvais rêve et qu’il n’allait jamais aller se faire tuer par Lucifer. Pourtant ce n’était pas un rêve, c’était la vérité, il avait bien déclenché l’apocalypse et il allait devoir aller remplir son devoir…

    « Je veux pas te voir partir Dean… J’ai déjà des images qui me viennent en tête de toi mort et je ne veux pas que ça arrive… Alors je veux trouver un autre moyen, je ne veux pas que tu partes sans dire « au revoir », je ne veux pas que tu partes trop tôt sans même avoir fais des choses avec moi… Alors si tu n’as pas construit avec moi, je ne vois pas à quoi ça peut servir que je puisse continuer à vivre alors que toi tu es mort. Je ne ferais qu’airer comme une âme en peine et j’ai même pas envie de tester ça alors si tu ne veux pas de moi je m’incrusterais quand même… Que tu le veuilles… Ou non ! »

    La jolie blonde s’approcha encore plus de Dean et l’embrassa de toutes ses forces. Elle s’agrippa à lui, l’obligeant à littéralement se coller à elle, pour ne jamais la lâcher, elle ne voulait surtout pas bouger, surtout ne pas le lâcher, elle voulait qu’il la garde contre elle jusqu’à ce qu’il meure, qu’il la garde à jamais. Elle sentit quelques gouttes tomber du ciel, tiens, il pleuvait ? Bah, quand ils seraient trempés ils finiraient bien par le savoir qu’il pleut. En attendant elle préférait largement continuer d’embrasser Dean, même si elle devait finir trempée jusqu’aux os et malade comme un chien.

_________________

    ✔ Sexyness is my second name...
Revenir en haut Aller en bas

Dean Winchester


SFTD ADMIN ◈ queen of everything, kiss my feet


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Sweet Poison
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Jensen Ackles
✾ MES CRÉDITS : Dodixe
✾ MON MOI² : Pepper J. Sparrow & Jillian N. Beckenridge.
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 10/07/2009
✾ MES MESSAGES : 2894

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 32 ans
✾ STATUT SOCIAL : célibataire
✾ SON EMPLOI : chasseur


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: Une soirée normale ... {{Pv Jaelyn *   Jeu 21 Jan - 2:45

    L'amour, c'est clair que c'est le sentiment le plus étrange que j'ai jamais ressenti de toute ma vie, peut être parce que je ne m'étais pas préparer moralement à le connaître, plus généralement, je ne m'étais pas du tout préparer à ce que j'allais devoir vivre à Ellington, aussi bien pour ma rencontre avec Jaelyn, que cette étrange chasse qu'on faisait pratiquement dans le vent, en arrivant dans la petite ville d'Ellington, j'étais partit du principe que les choses seraient les mêmes que les fois précédente, parce que ce n'était pas la ville dans laquelle j'avais prévu d'avoir à faire à Lucifer ! Alors, je m'étais dit, qu'on trouverait rapidement d'où venait le problème de cette ville, qu'on éliminerait la créature coupable et j'avais bien sûr plus envisagé ce qu'on qualifie de coup d'un soir, et au final, ça faisait déjà un bout de temps, plusieurs mois même, qu'on était coincés à Ellington, on ne savait toujours pas véritablement ce que nous traquions et j'étais tombé amoureux de cette belle serveuse que j'ai rencontré dans ce bar dés mon premier soir passé à Ellington, je ne pensais pas du tout qu'un truc pareil pourrait m'arriver et pourtant, je n'avais d'yeux plus que pour Jaelyn, les autres femmes n'avaient plus d'importance, c'était Jaelyn et seulement elle. C'était quand même dur à accepter, alors que j'avais l'impression que ma fin était proche, voilà que mon cœur, pourtant si résistant venait de céder face aux charmes d'une seule femme, une femme qui à première vu semblait pourtant comme toutes celles que j'avais voulues dans mon lit, elle était belle, sexy, attirante, souriante, c'était la première impression que j'avais eue, mais elle avait commencé à me surprendre à peine quelques minutes après mon entrée dans le bar, au moment où elle avait lancé ses couteaux au centre de cette cible, elle avait pourtant l'air fragile, elle n'avait pas du tout l'air d'être ce genre de filles qui s'entrainent au lancé de couteaux quand elles ont du temps à tuer, et pourtant elle avait réussi son coup avec une agilité hors du commun, peut être était-ce l'une des choses qui m'avaient séduite en elle, le fait qu'elle m'ait surpris alors que je ne lui avais même pas encore parler. Ensuite, les choses s'étaient déroulées lentement, parce que je passais plus de temps à boire qu'à écouter mon cœur, pourtant il avait déjà commencer à s'ouvrir, dés que je l'avais vue, les barricades l'encerclant avaient commencées à s'affaiblir, sans que je m'en rende compte, parce que l'alcool ne permet pas de sentir ce genre de chose et même si on s'en rend compte complétement ivre, le lendemain on ne se souvient de rien ! Pourtant, je me souvenais d'elle, de ses yeux, de ses cheveux de son sourire, de ses joues qui rougissaient au moindre compliment, de son agilité, de sa réussite au lancé de couteaux, je me souvenais de tout ça alors que j'avais sans doute frôler le coma éthylique ce soir là. Peut être parce qu'elle n'étais pas gravée dans ma tête comme un souvenir peut l'être, mais parce qu'elle avait directement rejoint mon cœur comme le ferait tout être dont on serait amoureux. Il m'aura fallu du temps pour réaliser tout ça, les mois s'étaient écoulés et les barrières de mon cœur étaient toujours là, moins puissante soir après soir, mais elle étaient toujours là, jusqu'au soir où elles étaient véritablement tombée, ce soir où j'avais cessé de me voiler la face pour enfin comprendre que j'aimais cette femme, pour la première fois de ma vie j'étais vraiment amoureux de quelqu'un et la panique avait pris le dessus sur ma conscience alors, j'avais décidé de lutter encore contre l'amour, j'avais décidé de partir, de ne plus la voir pour réparer mes barrières, mais il était déjà trop tard, je l'aimais et rien ni personne ne pourrait changer ça.

    Aujourd'hui plus que les autres soirs, je me rendait compte que j'avais vraiment fait le con, que j'avais voulu la protéger et qu'au lieu de ça, je l'avais blessée et je ne pouvais que m'en vouloir et tâcher de réparer mes erreurs, elles étaient sans doute plus faciles à réparer que celles que j'avais faite en enfer, alors au défaut de ne pas pouvoir m'occuper de celles là pour le moment, je pouvais m'occuper de celles que j'avais faite avec Jae, d'où cette invitation d'ailleurs, j'avais décidé de lui prouver que j'étais prêt à tout pour me faire pardonner et j'avais bien l'intention d'arriver à mes fins, même si pour ça, j'avais besoin de lui cacher la plus grosse erreurs que j'avais faite pendant les semaines où nous n'avions pas été ensemble, il était tout simplement hors de question que je lui dise que j'avais cessé de lui donner des nouvelles parce que j'étais avec quelqu'un d'autre, même si je n'avais passé qu'une seule soirée, la première qui avait suivi celle des vestiaires, avec une autre femme, c'était quand même quelque chose que je ne pouvais pas lui dire, au risque de me prendre trois baffes dans la gueule, et encore connaissant Jae, ce serait beaucoup plus violent, donc, non, faisons un silence radio sur cette fameuse semaine afin que les choses soient plus faciles. Quoi que, plus faciles étaient un bien grand mot ! Bref, en tous cas, ça me faisait du bien de revoir ses ses joues rougir au premier compliment, ce n'était pas son cas, elle n'aimait vraiment pas rougir, pourtant c'était vraiment mignon, tellement que cette fois, comme toute les autres fois où je l'avais vue devenir rouge comme une tomate, je ne pouvais pas m'empêcher de lui sourire tendrement.

    « Ho non, j'ai pas honte du tout, tu sais bien que je pense ce que j'ai dit, et qu'en plus j'aime vraiment te voir rougir. Et puis ouais, je le sais, je suis un chieur, mais ça fait déjà des années que ça dur, et c'est pas demain la vieille que ça va changer, alors va falloir t'y habituer. Je comprend ... C'est aussi parce que je t'aime que j'ai foncé tête baissée dans cette cabane, mais maintenant c'est fini, on s'en est tout les deux bien tirés, alors t'inquiètes pas. Toi aussi tu m'as manquée, vraiment et je crois que je ne m'excuserais jamais assez de ne pas avoir eu le courage de revenir vers toi, t'as vraiment pas de chance d'être tombée amoureuse de l'un des pires mecs de la planète, je crois que je te comprendrais si tu me disais que tu étais lesbienne et que tu voulais partir au Pérou pour fonder une famille de dix gosses avec ta copine et que vous vivrez dans un pâturage avec des moutons. Désolé, je n'ai pas de tenue, alors je serais vraiment obligé de te déshabiller si tu mettais une tenue de Catwoman. Et bien, je suis ravie d'être le lampadaire de ta vie, mais tu es tellement rayonnante que tu n'avais pas besoin de moi dans ta vie pour tout éclairer, même les recoins les plus sombres de ma vie à moi ... J'suis un chasseur, alors je ne peux absolument pas oublier les démons, par contre oui, je les emmerde ces sales fils de putes, mais les circonstances font qu'aujourd'hui plus qu'avant ils vont vouloir me pourrir la vie, quoi qu'il l'ont déjà fait avant aussi, ouais finalement, ils se sont toujours acharnés sur les Winchester et s'il faut enlever tous les objets pointus pour te protéger, je le ferais ... C'est pas grave, de toute façon, je suppose que j'aurais réagis de la même façon si elle avait pris Sam, quoi que lui il m'aurait jamais écouté et il serait resté l'imbécile ... »

    J'étais sûr que jamais Sam ne serait partit si je lui avais dit de se barrer, je le connaissais trop bien pour savoir ça, je savais aussi que si ça avait était le contraire, je serais resté moi aussi, parce que je suis têtu comme une mule ce qui d'ailleurs et sans aucun doute un gène qui s'est transmit dans la famille Winchester ! Une chose était sûre, je tenais à Jaelyn autant que je tenais à mon frère, d'un côté il y avait la femme dont j'étais tombé amoureux, de l'autre il y avait mon frère avec qui j'avais vécus vraiment beaucoup de choses, je tenais à eux comme s'ils étaient les prunelles de mes yeux, je ne voulais surtout pas les perdre, alors qu'importe que la démone choisisse Sam ou Jaelyn comme appât, j'aurais tout fait pour sauver l'un ou l'autre. Enfin, pour le moment, là n'est pas vraiment la question, en cette soirée de fin de mai, censée être plutôt fraiche dans cette partie du Missouri, j'avais plutôt l'impression d'être en plein était au beau milieu de l'Arizona ! Il faisait chaud pour la simple et bonne raison que la distance entre Jaelyn et moi était réduite à néant, à vouloir juste emmerder le monde, on était très vite partis dans notre truc, faisant un peu comme si nous étions seuls en cet instant, la réalité nous empêcher d'aller trop loin, nous étions quand même sur un banc, sur la place public de la ville, lors d'une soirée ayant lieu sur cette même place ! C'était vraiment difficile de tenir en place dans de telles circonstances, le simple fait de sentir les mains de Jaelyn sur mon torse me donnais envie de céder à la tentation et de faire comme si nous étions dans une chambre d'hôtel seuls. J'aurais au moins voulu ne pas être obligé de lâché ses lèvres, mais malheureusement, je n'eus pas vraiment le choix, à cause de l'intervention de son oncle et de sa tante, une rencontre brève mais explosive, qui se termina fort heureusement sans baston ! J'espérais que je n'aurais pas l'occasion de retomber sur ses deux personnes avant un long moment, parce qu'à mon avis, pour le moment je n'étais certainement pas le genre d'homme qu'ils voulaient voir au bras de leur nièce, ceci dit, j'm'en fous un peu, de toute évidence, je n'ai pas besoin d'autorisation pour sortir avec une femme, et elle, n'a certainement pas besoin de la bénédiction de sa famille pour sortir avec un homme, alors tant pis. Comme si on ne pouvait pas s'en empêcher, notre conversation avait très vite tournée à quelque chose aux connotations sexuelle, c'est fou ça quand même, quoi qu'on raconte, on est capable à un moment où à un autre de parler de cul, c'était plus fort que nous !

    « Ouais, je suis un homme … Tu veux vraiment vérifié ici ? Parce que pour mon propre honneur, je peux pas laisser planer le doute plus longtemps. En effet, les petits amis il faut les dresser sinon, il font vraiment n'importe quoi ... »

    J'observais la petite démonstration de Jaelyn, espérant qu'elle ne faisait pas réellement ça pour régler ses problèmes avec la police, sinon, j'aurais vraiment était jaloux d'eux ! Vraiment jaloux, parce qu'au final, après tout ce manège et surtout après qu'elle est glissé sa main dans mon pantalon, là au moins elle pouvait s'assurer que j'étais un vrai homme, cette histoire s'était terminée sur la banquette arrière de ma voiture, on était décidément vraiment incapables de se tenir correctement, incapables d'attendre quelques minutes ou quelques heures pour se retrouver dans un endroit vraiment privé, au lieu de ça, on se sautait dessus n'importe où, que ce soit dans les vestiaires du bar ou à l'arrière de ma voiture, j'ai presque envie de dire qu'on s'est envoyé en l'air sur nos lieu de travail, maintenant, il serait temps qu'on essai l'appartement de Jaelyn quand même. Malgré tout, ça n'empêcher pas que le sexe avec Jaelyn était l'une des choses les plus appréciable de la planète et c'est dans ce genre de moment que je réalise à quel point je suis fou d'avoir voulu oublier que j'aimais une femme pareil, parce qu'elle est de loin la plus parfaite des femmes, et ce dans tout les domaines …

    Mon histoire, j'en avais honte, j'avais honte de moi, parce que je savais très bien que je n'aurais pas du craquer là bas, j'avais tellement honte que j'avais voulu cacher la vérité même à Sam et pourtant, il y a un moment où je lui avais tout dit, et j'espérais que se serait la première et la dernière fois que j'aurais besoin de ressortir tout ce qui s'était passé en enfer, et pourtant ce soir, il était tant de tout sortir à nouveau, je devais le dire à Jaelyn parce que je l'aimais et qu'elle avait le droit de savoir avec quel genre d'homme elle partageait sa vie, j'aurais aimé pour elle que ce soit un autre que moi, un type suffisamment fort pour ne pas craquer au bout de trente petites années, un homme suffisamment fort pour tenir à ses principes même sous la torture, un homme qui ne se servirait pas d'un rasoir contre quelqu'un d'autre uniquement pour ne plus souffrir lui même. J'étais lâche, parce que j'avais laissé tomber en enfer, j'étais lâche parce que j'avais ramené mon frère à la vie sous prétexte que je ne pouvais pas vivre sans lui et sans me demander si le contraire n'étais pas vrai lui aussi. Je n'étais pas l'homme idéal, je ne serais jamais le héros au cœur pur comme on les voit dans les contes de fées, je ne méritais pas d'avoir la princesse, parce que je n'étais pas le héros et que normalement c'est le héros qui a la fin épouse la princesse et ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants … Non ça ce n'était pas pour moi, mais au fond, la vie n'est un conte de fées pour personne, ni pour moi, ni pour Jaelyn, ni pour personne d'autre, la vie, c'est juste ce long chemin semé d'embûche, personne ne suit le chemin typique des contes de fées, parce que personne ne peut être parfait comme les personnages niais de ces histoires, alors même si je suis loin d'être un type bien, même si j'ai fais plus d'erreur dans ma vie que beaucoup d'autres gens, j'avais le droit de vivre sans passer mon temps à me dire que je ne mérite pas ce qui m'arrive. A peine avais-je sécher les larmes qui coulaient sur les joues de Jaelyn que d'autres vinrent les remplacer, ce n'était que des larmes, mais elles me faisaient tellement mal au corps, je me sentais responsable de leurs chutes sur les joues de Jaelyn, j'aurais voulu ne pas lui faire de peine, j'aurais voulu que les choses soient plus simples, malheureusement, elles ne l'étaient pas …

    « J'aimerais trouver un autre moyen, j'aimerais ne serait-ce que connaître celui des anges, mais ils sont bien silencieux ceux là, alors tant que je ne sais rien, je ne fais rien, je reste avec toi Jaelyn, je resterais avec toi jusqu'à la fin ... »

    Je préférais ne pas revenir sur la fin de sa phrase car il était tout simplement impossible que je la laisser risquer sa vie, si moi je devais mourir, ce n'était pas bien grave, mais je ne voulais surtout pas qu'elle, elle meurt. Elle s'approcha et m'embrasse, le genre de baiser qu'on savoure même si on dirait qu'il sort tout droit d'un film ou d'une série, je fis glisser l'une de mes mains dans son dos pour la serrer contre moi, tandis que l'autre était posée sur sa joues. Puisque dans les films les baisers ne viennent jamais sans la pluie, la voilà qui commençait à tomber, tant pis, ce n'est certainement pas la pluie qui me donnerait envie de lâcher mon étreinte, non, je voulais garder Jaelyn contre moi et continuer à l'embrasser parce qu'au fond, il fallait en profiter, parce qu'on ne pourrait jamais être sûr que ce n'était pas la dernière fois ...

_________________
UNDERCO.
Revenir en haut Aller en bas
http://sympathyforthedevil.forumactif.com

Jaelyn N. Miller


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Dodixe
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Leighton Meester
✾ MES CRÉDITS : Dodixe & LJ
✾ MON MOI² : None
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 18/07/2009
✾ MES MESSAGES : 1192

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 26 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Serveuse & Chasseuse


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: Une soirée normale ... {{Pv Jaelyn *   Dim 7 Fév - 0:35

    Finalement, elle ne finirait pas par partir en Albanie pour élever des moutonnes lesbiennes avec sa meilleure amie avec qui elle adopterait des enfants des quatre coins du monde. Non, c’était devenu tellement ringard de vouloir allez élever des moutons lesbiennes, et puis, il y avait Dean… Peut-être qu’avant elle se serait sentie capable de partir sur un coup de tête avec sa meilleure amie dans un pays totalement inconnu, ne connaissant même pas la langue parlée là-bas ni même les coutumes locales. Elle aurait très bien pu faire ce choix complètement fou, partir comme ça sans préavis ni rien qui puisse prévenir le reste du monde que Jaelyn Norah Miller devenait un peu folle et décidait de s’en aller… mais aujourd’hui elle ne pourrait pas imaginer devoir s’en aller, elle ne pouvait même pas imaginer une seconde devoir faire ses valises pour s’enfuir d’Ellington en laissant derrière elle Dean Winchester. Aujourd’hui elle avait beau se dire qu’il pourrait s’enfuir à tout moment, que rien ne le retenait vraiment à Ellington et qu’il se pourrait qu’il doive reprendre la route comme il le lui avait expliqué pendant toutes ces soirées passées dans le bar, elle ne pouvait s’empêcher de vouloir rester ici avec lui et ce à jamais. Elle voulait pouvoir l’empêcher de partir, de la laisser seule devant toute cette vie merdique qu’elle avait eue pendant ces vingt-sept dernières années, attendant vainement que quelqu’un vienne la sortir du trou dans lequel elle s’était enterrée durant toute sa vie. Elle avait cette impression si délicieuse d’avoir été sauvée par le prince charmant en personne qui serait venu et l’aurait sortie de sa tombe et l’aurait faite revivre par un baiser… Elle qui aimait tellement les contes de fée lorsqu’elle était jeune, elle avait l’impression que sa relation avec Dean y ressemblait beaucoup, à la seule objection qu’elle sentait fortement l’alcool et l’attirance sexuelle. Elle avait cette magique envie de sautiller gaiment lorsqu’elle rentrait chez elle, elle poussait à chaque fois ce petit cri de joie et était heureuse à l’idée de le revoir le lendemain et de pouvoir recommencer encore une fois ce qu’ils avaient fait ce soir. Elle était comme une petite fille devenant follement amoureuse du plus beau gars du lycée et pourtant ils étaient très loin des années lycées tous les deux. Elle sentait son cœur faire un bond à chaque entrée réussie de Dean dans le bar, comme si celui-ci voulait sortir de sa poitrine pour exploser de bonheur. Elle qui avait passé sa vie à refuser catégoriquement l’amour, les relations sérieuses et passait son temps au libertinage, elle n’avait d’yeux que pour monsieur Winchester. Elle s’était battue pendant des mois contre ce sentiment qui l’obligeait à rougir comme une tomate dés qu’il lui disait un petit compliment, qui la faisait sourire bêtement lorsqu’il la regardait en plein dans les yeux, la faisant fondre complètement et lui donnait une folle envie de l’attraper par le cou pour l’embrasser. Elle aurait tellement aimé ne pas être aussi faible devant les armes qu’utilisait Dean sur elle mais elle ne pouvait pas, la vérité était qu’il avait réussit à détruire les barricades de son cœur et l’avait inondé d’une nouvelle émotion qui la submergeait : l’amour. L’amour avec un grand « A », l’amour tout court. Elle ne pouvait plus se passer de lui parce qu’elle ne voyait plus comment faire pour reprendre une vie normale sans entendre la porte du bar s’ouvrir de telle façon qu’elle lève immédiatement les yeux et le découvre avec ce magnifique sourire aux lèvres et ce regard qui dit : « Toi, ce soir, j’te met dans mon lit ! ». Pourtant il avait attendu pas mal de temps, vraiment longtemps même et il était toujours revenu, comme si… Comme si ce n’était pas temps le sexe qui l’importait qu’elle-même. Elle en était flattée, aurait bien rougit comme une écrevisse s’il lui en avait parlé mais n’arrivait quand même pas à comprendre pourquoi il avait cessé de la voir alors qu’ils venaient de passer à une étape vraiment supérieure. Elle ne comprenait pas, voulait plus que tout comprendre et pourtant n’osait pas en parler, de peur d’en souffrir parce que s’était ça la partie la pire de l’amour. Elle ne voulait pas entendre Dean lui dire qu’il ne voulait d’elle que le corps et non le cœur et qu’il n’avait pas une once de sentiment pour elle.

    Ce soir était différent, Dean l’avait invitée pour qu’ils recommencent à zéro et malgré toutes les mauvaises pensées qu’elle pouvait avoir sur lui, son cœur lui dictait de venir et de le pardonner alors elle était venue et ça avait très bien commencé. Elle avait retrouvé avec bonheur ses lèvres, sa façon tout à fait délicieuse de l’embrasser, de la toucher et de la prendre dans ses bras, elle recommençait à fondre comme de la guimauve sous un feu de bois, Dean était encore mieux qu’un feu de bois, il était aussi brûlant qu’un soleil en pleine activité et bizarrement cela ne la repoussait pire encore, elle voulait se coller à lui pour ressentir cette chaleur. Elle voulait retrouver tes les sensations délicieuses qu’elle avait senties lorsqu’elle était dans ses bras, la chaleur, le bonheur, le sentiment d’être protégée seulement parce qu’elle sentait ses bras enlacer sa taille, elle avait besoin de ce contact pour se sentir bien et Dean était bien le seul homme à lui faire cet effet là, elle qui habituellement détestait rester auprès d’un homme le lendemain matin, elle aurait voulu inviter Dean à en remettre une couche lorsqu’ils avaient décidé de s’envoyer en l’air sur le banc dans le vestiaire. Soirée magique, au passage. Il arrivait encore à la faire rougir comme une tomate alors que cela faisait bien trois mois qu’ils jouaient au chat et à la souris. Dean avait le don de savoir comment la prendre et ses sentiments à son égard y étaient bien pour quelque chose, à chaque fois qu’il la complimentait s’était comme s’il tirait une flèche en plein dans son cœur histoire de la rendre encore plus amoureuse de lui qu’elle ne l’était déjà. Il avait le chic pour la rendre idiote et l’énerver et pourtant elle ne pouvait s’empêcher de craquer et aujourd’hui encore plus… Ses joues en feu, la jolie blonde avait ses mains dessus histoire de les refroidir mais rien n’y faisait, Dean avait encore usé de ses charmes pour la rendre rouge écrevisse, un jour elle allait se venger et il verrait à quel point c’est gênant d’être dans cette position… Elle ne pu s’empêcher de taper gentiment Dean pour lui faire comprendre qu’il pouvait arrêter avec les compliments mais apparemment celui-ci continuait et ses joues redoublèrent de rougeur, malheureusement pour elle.

    « Tu devrais avoir honte Môsieur Winchester ! Si j’étais à ta place je m’arrêterais tout de suite parce que tu sais très bien que ça m’énerve et même si ça me plait tu sais très bien que moi ça me rend folle ! Tu devrais avoir peur aussi ! Si jamais trouve le moyen de me venger tu vas voir ce que tu vas voir ! » Elle ne pu s’empêcher de rigoler, changer Dean ? Jamais ! « Jamais je ne te changerais Dean ! Tu es parfait comme tu es même si tu m’énerves au plus au point lorsque tu t’entêtes à vouloir me faire rougir et que tu réussis à chaque fois ! T’aurais du réfléchir avant d’entrer dans cette cabane tête baissée comme si Dieu était à tes côtés et que rien ne pouvait t’arriver ! Je n’allais pas mourir… Oui on s’en est bien tiré… Excuses-moi de remettre ça sur le tapis… Oh arrêtes Dean ! Tu n’es pas le pire des hommes de la planète et tu le sais très bien ! Je… J’ai pas envie de parler de ton manque de courage… J’ai assez souffert je pense… » La jeune femme sentit les larmes lui monter aux yeux et elle détourna les yeux quelques secondes pour reprendre contenance, ces deux semaines une bouteille d’alcool à la main étaient difficiles à tenir… Elle reprit tant bien que mal contenance et reprit cet air enjoué qu’elle avait auparavant, laissant derrière elle les mauvais souvenirs : « En fait j’ai compris, tu me laisseras pas ma tenue de Catwoman pour qu’on soit au même niveau toi et moi ! Rayonnante ? Voilà qu’il devient poète ! Je ne suis pas rayonnante comme tu dis, j’suis une fille totalement ordinaire… Enfin… Je trouve… J’ai peur pour toi Dean… J’ai peur qu’il t’arrive malheureux et que ce soit moi qui te trouve… J’ai peur qu’il te tue et que je ne puisse plus jamais te dire à quel point je t’aime… Enlèves donc tous les objets pointus de mon appartement, ou alors restes avec moi… Pour me protéger… Je sais pas tu pourrais, m’enfermer dans mon appart’, enlever tout ce qui peux me blesser et rester sur moi vingt-quatre heures sur vingt-quatre… Toujours pour me protéger naturellement ! »

    Etait-ce une invitation à venir passer plus de temps chez elle ? Peut-être après tout, à aujourd’hui Dean vivait plus dans une chambre d’hôtel miteuse que dans un quatre étoile avec piscine chauffée alors s’il décidait de venir camper chez elle ce n’était pas du tout un problème malheureusement il y avait aussi Sam et elle ne se voyait pas contraindre Dean à laisser son petit frère dans sa chambre d’hôtel merdique. Elle ne se voyait pas non plus accueillir Sam chez elle, c’était quand même un peu gênant de voir celui qu’elle avait menacé arriver les mains dans les poches avec ses valises sous le bras. Non pas qu’elle ne veuille pas l’accueillir chez elle, elle savait très bien que Sam n’allait jamais vouloir venir vivre chez elle et elle le comprenait très bien, le pauvre, s’il devait voir son frère et la fille qu’il ne peut pas voir se bécoter devant son nez ça pourrait devenir bien vite frustrant. Enfin, c’était sûrement le choix que Dean devrait faire et non le sien, s’il souhaitait que Sam vienne aussi, il allait bien pouvoir lui en parler. Heureusement ce soir ils étaient seuls, seulement eux deux et le reste des passants qui grognaient dans leur coin sur les deux jeunes qui profitaient de la vie alors qu’eux étaient juste des coincés qui ne vivaient que pour dieu et toutes ces conneries pour lesquels il n’y avait aucun intérêt à avoir, selon Jaelyn. Au moins elle profitait de Dean et de l’amour qu’il lui offrait et même s’ils n’étaient plus vraiment en train de se moquer gentiment du reste des habitants d’Ellington en s’exhibant ouvertement sur la place publique, elle allait garder en souvenir cette partie là de la soirée. Par contre, la rencontre avec la belle-famille aurait pu être meilleure et le souvenir qu’elle en garderait ne serait pas autant important à ses yeux que celui du moment qu’ils avaient partagés auparavant. En effet, Dean avait eu un petit accrochage avec son oncle, les deux ne s’entendant pas vraiment sur l’importance de l’Impala pour le jeune homme. Malgré tout elle savait que Dean avait plus ou moins tapé dans l’œil de son oncle parce que celui-ci s’était montré assez agréable, ce qui était une première pour la jolie blonde, qui s’attendait plutôt à voir son oncle dans la peau d’un détective à poser toutes sortes de questions bien étranges à son petit ami. Là, il s’était seulement montré ironique, ce qui ne lui ressemblait pas tellement. Enfin, du moment qu’ils ne faisaient pas de scandale, tout allait bien. Finalement ils se retrouvaient seuls et repartaient dans une discussion qui ressemble bien à toutes celles qu’ils avaient tous les deux : sur le sexe. La jolie blonde était donc en train de se moquer gentiment de son petit ami en mettant en doute le fait qu’il soit un homme… Pour être un homme, il en était un mais elle ne rechignait pas lorsqu’il était de poser des défis de taille, même à Dean, surtout à Dean. Elle le sentait capable de descendre son pantalon devant tout le monde juste pour lui montrer qu’il était un homme et ça le rendait que plus désirable. Devenant mutine, la jolie blonde se colla contre Dean avec un sourire moqueur avant de l’embrasser langoureusement, passant lentement sa main dans son cou, ses doigts froids contre sa nuque brûlante. Bizarrement, il avait beau faire un froid de canard, Jaelyn avait chaud ce soir et ce grâce aux caresses de son petit ami. Elle se sépara de ses lèvres avant de le regarder droit dans les yeux pour lui dire d’une voix moqueuse :

    « Déjà tu embrasses comme un homme, c’est un bon début mais… Il m’en faut plus pour être sûre et certaine que tu sois un homme… J’veux que tu me le prouves… J’te cache, promis ! Oh si tu voyais le miens ! Ce mec est incorrigible ! Je vais même être contrainte de bientôt lui mettre des fessées dans des tenues de cuir trèèèèès moulantes pour qu’il se calme ! Mais je sais pas trop quoi faire en fait… Conseils-moi toi… »

    La jolie blonde se mit à sourire à Dean, laissant bien comprendre qu’elle souhaitait son avis sur la question histoire de continuer de se moquer de lui. Elle se voyait très peu dans une tenue de cuir noire ultra moulante. Bizarrement l’idée de se retrouver dans une tenue toute en cuir qui colle au corps et qui est dur à enlever n’était pas son ultime plaisir et même si c’était le désir de Dean, ce n’était pas le dernier de ses souhaits. Elle avait tellement plus d’armes pour obliger le beau brun à faire tout ce qu’elle voulait et ce soir elle venait de commencer par celle qu’elle préférait entre toutes : Celle de la main dans le pantalon. Elle savait que Dean ne résisterai pas parce qu’aucun homme ne résistait à ce genre de caresses plutôt intimes. Finalement ils étaient passés au stade : On s’envoie en l’air comme des sauvages sur la banquette arrière de l’Impala parce qu’on en a tellement envie qu’on ne peut même pas attendre de monter à l’appartement de Jaelyn donc autant le faire dans la voiture ! C’était sa manière de faire comprendre à Dean qu’il lui manquait, que ses caresses lui manquaient mais plus important encore : Le fait qu’elle avait attendu tout ce temps qu’il revienne et qu’elle avait été fidèle pendant qu’elle attendait…

    Malheureusement pour la jolie blondinette, tout calme précède la tempête et ce soir la tempête était plutôt un ouragan dans son crâne et dans son cœur, dévastant tout ce qui peut se trouver sous son passage, ne tentant même pas de garder un petit morceau d’intact. Toute cette histoire semblait être comme un roman sordide fait pour les enfants un peu rêveurs et pourtant elle savait très bien que tout ceci était réel, que Dean avait bien fait toutes ces erreurs et qu’aujourd’hui il lui disait tout. Pourquoi déjà avait-elle eut cette envie débile de lui demander des explications ?! Maintenant elle était comme dans un manège, avait la nausée et ses sentiments étaient presque entièrement entremêlés. Elle ne voulait pas qu’il donne sa vie pour une connerie pareille, elle aurait tellement voulu qu’ils vivent dans le monde des ignorants qui ne savent même pas que l’apocalypse les menace pas très loin. Elle ne voulait pas qu’il donne sa vie pour tuer un connard comme Lucifer qui n’allait sûrement pas mourir seulement grâce à l’action héroïque de Dean Winchester. Il fallait se rendre à l’évidence, les anges ou la personne qui lui avait dit de donner sa vie pour tuer Lucifer et arrêter l’apocalypse était seulement un idiot qui voulait que Dean aille à l’abattoir, rien de plus. Toutes ces conneries allaient tuer son petit ami sans apporter quelque chose, il allait seulement perdre la vie et le futur qu’ils auraient pu tenter de construire et ça Jaelyn ne pouvait pas le laisser faire, elle ne pouvait pas le laisser faire, elle ne pouvait plus regarder sans agir et s’il donnait sa vie pour une cause qu’il pensait juste alors elle ferait de même parce que c’était bien à ses côtés qu’elle avait appris l’amour alors autant mourir avec lui. Finalement les larmes avaient accompagnées son désarroi et elle ne pu faire autrement que de les laisser faire parce qu’elle ne pouvait plus les retenir après s’être dit qu’elle pourrait le perdre bientôt… La réponse de Dean la rendit encore plus mal, alors comme ça les anges ne répondaient pas et le laissait dans la merde ?! Qu’ils aillent se faire foutre ! Elle ne comprenait pas ce qui se passait en ce moment, elle ne comprenait plus rien et alors qu’elle reprit la parole, elle s’adressa aux anges, tentant vainement comme une folle furieuse de les faire bouger leurs fion pour trouver une solution.

    « VENEZ ! ALLEZ-Y ! Pointez-vous et trouvez une solution vous-même ! » Elle observa le ciel en attendant une réponse et alors que ses larmes continuaient de couler le long de ses joues, elle se blottit contre Dean, donnant parfois des petits coups dans son torse : « Quelle bande lâches ! Ils sont là pour t’emmerder et te donner des ordres mais lorsque vient le moment de sauver une vie ils ne sont plus là… Allez Dean ! Ne pars pas… Me laisses pas toute seule… Je pourrais pas vivre sans toi, tu es la seule personne que j’ai jamais aimé, la seule et unique… Je pourrais tout faire pour toi… même mourir maintenant… »

    La jeune femme finit par regarder Dean dans les yeux et poser une main sur sa joue, elle le pensait réellement, elle serait capable de tout faire pour lui parce qu’elle tenait tellement à sa vie qu’il n’y avait rien d’autre qui pouvait bien compter. Son oncle et sa tante pouvaient très bien comprendre ça, après tout la blondinette avait déjà fait tellement de choses folles dans sa vie que donner sa vie pour son petit ami était quelque chose de… normal. Elle s’approcha du chasseur et l’embrassa, ce genre de baisers surfaits qui peuvent avoir leur place dans les films à l’eau de rose mais peu importe, c’était son film à elle, s’était Dean alors que le reste du monde aille se faire foutre parce qu’elle ne pensait qu’à lui en ce moment. Jaelyn sentit la main du chasseur glisser lentement dans son dos et elle continua le baiser de plus belle, poussée par le désir qui la prenait. Elle se recula jusqu’à sentir le capot de l’Impala derrière elle. La pluie fut bientôt de la partie et les gouttes commencèrent à se faire un peu plus sentir pourtant la jolie blonde n’en fit rien, elle ne changea pas son étreinte et n’arrêta pas le baiser qu’ils partageaient, elle préféra même le continuer de plus belle, passant ses bras autour de la nuque de Dean, se serrant contre lui. Elle voulait vraiment qu’il passe la nuit chez elle, qu’ils dorment ensemble, pourquoi pas recommencer ce qu’ils venaient de faire dans l’Impala, tant qu’elle restait dans ses bras, elle n’allait pas rechigner à ce qu’ils faisaient…

_________________

    ✔ Sexyness is my second name...
Revenir en haut Aller en bas

Dean Winchester


SFTD ADMIN ◈ queen of everything, kiss my feet


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Sweet Poison
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Jensen Ackles
✾ MES CRÉDITS : Dodixe
✾ MON MOI² : Pepper J. Sparrow & Jillian N. Beckenridge.
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 10/07/2009
✾ MES MESSAGES : 2894

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 32 ans
✾ STATUT SOCIAL : célibataire
✾ SON EMPLOI : chasseur


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: Une soirée normale ... {{Pv Jaelyn *   Jeu 11 Fév - 5:44

    J'avais connu pas mal de soirée qu'on pourraient qualifier de bizarres, en fait, pratiquement toutes les soirées de ma vies étaient aux yeux des autres bizarres et pourtant, moi je les aurais qualifiées de normales, parce qu'après qu'y avait-il de plus banale qu'une soirée durant laquelle on allait devoir creuser une tombe, pour déterrer un cercueil avant de pouvoir cramer des ossements après les avoir recouvert de sel ? Ça c'était tout à fait normal dans ma vie, je faisais ça tout les jours, ce qui me valait un casier judiciaire de taré psychotique qui passe son temps à profaner des tombes, oui mes soirées normales je les passais comme les plus gros des attardés mental qui devrait se faire interner, enfin ça c'est ce que pensait les autres, moi je savais que j'étais vraiment saint d'esprit, enfin, peut être pas totalement, mais bon, tout ça pour en venir au point que c'était cette soirée là qui pour moi était bizarre, alors que pour les autres, une soirée plus ou moins romantique, avec une femme lors d'une petite soirée organisée en ville, ça semblait tout à fait normal, pour moi ça ne l'était pas. Pourtant, j'avais bien sûr passé de nombreuses soirées dans les bras de femmes, différentes à chaque fois, mais ça n'avait rien de romantique, ça n'avait rien à voir avec la soirée de ce soir, en principe ça commençait au bar et ça se terminait dans un lit, il n'y avait pas l'étape retrouvailles et discussion comme c'était le cas actuellement, alors non, je n'avais vraiment pas l'habitude de ce genre de soirée, par conséquent, elle était bizarre, bizarre, mais pourtant si agréable, tellement agréable, qu'elle pouvait bien s'allonger sur la durée, moi ça m'allais parfaitement. Parce que j'étais bien, vraiment bien, avec Jaelyn dans mes bras, je pouvais passer la soirée à me contenter de l'admirer que la soirée serait parfaite, ça pouvait paraître stupide de penser un truc pareil, stupide ou juste complétement niais, mais non, c'était juste la façon de penser des gens amoureux, donc ouais, c'est stupide et niais, mais y a une bonne excuse ça, c'est l'amour, ouais parce qu'y en a, ils sont stupides et niais naturellement et ça, ça craint. Bref, moi j'assume totalement mon état amoureux, aujourd'hui en tout cas, parce qu'avant, ça a été quand même compliqué, très compliqué même. Faut dire aussi, que je n'avais quasiment jamais été amoureux de ma vie, au contraire j'étais un libertin qui aimait sa liberté, ce genre de mec sans pitié qui couche avec les femmes et les laisse tomber sans scrupule après, mon expérience m'avait prouvé que j'étais l'exemple même du gros con, et j'étais plus ou moins satisfait de cette vie, de toute façon, je n'étais pas le genre d'homme qui rêvait d'une petite maison bien entretenue, dans un quartier agréable à vivre, une pelouse bien tondue, une femme, des enfants et des réunions tupperwares tous les dimanches après midi. Non, quitte a choisir, là je préférais encore ma vie de merde, le fait de sillonner les États-Unis en compagnie de mon frère pour buter des démons, passer nos nuits dans des motels pourris et quitter la ville quelques temps après notre arrivée et même si actuellement, notre cible était le diable en personne, ça valait toujours mieux que la vie superficielle décrite juste au dessus. C'est sans doute un exemple extrême de vie normale que j'ai cité, peut être que si on me proposait une vie simple en appartement, avec Jaelyn, ça me suffirait, ça se serait sans aucun doute mieux que la traque stupide du diable. En fin de compte, je donnerais cher pour une vie simple et normale avec Jaelyn, si je devais rêver de quelque chose, ce serait ça, avec en prime, un monde sans enfoirés de démons, ha, ouais, ça se serait vraiment le rêve. Mais bon, pour le moment, j'avais beau être en compagnie de Jaelyn, amoureux d'elle, ça n'empêchait pas que je devais encore refaire le portrait à Lucifer en personne et que si jamais je survivais au combat et les probabilités sont faibles à mon avis, je devrais sans doute repartir sur les routes pour éliminer d'autres démons, d'autres fantômes, d'autres créatures à la con. Ce n'était certes pas très réjouissant comme perspective d'avenir, mais je n'avais pas mieux, je n'aurais jamais mieux parce que ma vie c'était la chasse et je ne pouvais pas arrêter du jour au lendemain même pour les magnifiques yeux bleus de la femme la plus ravissante de la planète, la chasse c'était presque plus une contrainte qu'un choix de vie et c'était peut être pour cette raison que même si ce n'était pas l'envie qui m'en manquait, je ne pouvais pas juste laisser tomber et faire comme si de rien était, même si, au fond, si on envisage le très peu probable fait que je survive à Lucifer, je pense que le repos serait vraiment mérité.

    Enfin, pour le moment, ni démon, ni diable en personne, juste Jaelyn et moi, sur ce banc, sur cette place dans cette ville. Des retrouvailles parfaites après avoir été séparés pendant quelques semaine, séparation pour laquelle je plaide coupable, j'avais fait des erreurs, des tonnes d'erreurs, et ce serait mentir que de dire que je n'ai absolument pas fuit par peur de l'amour, ce qui pouvait quand même paraître bizarre parce que d'un côté je flippe à l'idée d'être amoureux et de l'autre, je fonce tête baissée quand il s'agit de tuer un fantôme ou une autre connerie de ce genre. Ouais, au final, je crois que je suis le mec le plus bizarre de la planète, enfin bon, pour une fois dans ma vie, j'avais quand même l'impression d'être un mec presque normal en train de vivre une soirée normale et ça faisait du bien, c'était un bon moyen de souffler et d'oublier la merde qui me tombait dessus avec ses histoires d'apocalypse, c'était l'un des nombreux talent de Jaelyn que de me faire oublier par sa simple présence, tout le reste, quand j'étais avec elle l'apocalypse n'avait pas plus d'importance que le reste du monde, c'était juste elle et moi et le reste pouvait bien attendre, je ne voulais pas m'en préoccuper, au pire, de toute évidence, ce serait toujours l'apocalypse demain, alors, pas de soucis. Quoi que ce serait bien que ce soit plus l'apocalypse demain, comme ça, par magie, ouais, ça ça me ferait plaisir, mais faut pas trop rêver non plus. J'avais déjà la chance d'être avec Jaelyn après toute mes erreurs, alors autant rester à ça et ne pas espérer plus. En plus, il n'avait fallut que quelques compliments pour que ses joues rougissent à nouveau, comme je les avaient vues rougir si souvent dans le bar. Ça avait cette fichue habitude de me faire sourire à chaque fois, et elle ça l'énervait, alors elle se mettait à donner des petites tapes innocentes qui avaient l'effet de me faire sourire encore plus, elle avait beau dire ce qu'elle voulait, moi je la trouvait vraiment craquante comme ça !

    « Y a rien à faire Mademoiselle Miller, j'arrive pas à me sentir honteux, par contre, je suis vraiment très effrayé - voilà qui était fort ironique bien sûr– Nan, je crois qu'après trente ans, le changement est impossible, mais t'as raison, je dois être parfait, alors pas besoin de changer – c'était encore une fois ironique, bien sûr, un peu de modestie tout de même – Dieu je sais pas, mais en principe, mais y en a certains qui voudrait pas me voir mourir tout de suite, alors au final, je risquais pas grand chose … d'accord, j'suis pas le pire, c'est vrai qu'y en a des encore plus illuminés qu'moi ! Arrêtons de parler de ça alors ...- Je n'avais absolument pas envie de la faire souffrir encore plus, alors il valait mieux se taire et reprendre sur une discussion d'un autre genre, le sourire aux lèvres – Ouais voilà, j'vois pas pourquoi moi je serai nu comme un vers et toi encore habillée en catwoman, il faut bien faire un peu de justice dans ce monde de fou ! Bah, moi je te trouve rayonnante, alors ne contredit pas toute ma belle poésie que j'ai eu du mal a trouver quand même – Il faut dire les choses comme elles sont, je n'étais pas plus poète que romantique alors forcément, ce genre de phrase ce n'était pas mon style – Pense pas à ça Jaelyn, ne me met pas dans la tombe trop tôt, pour l'instant, je suis vivant et en pleine forme alors, t'inquiètes pas. C'est vrai que je pourrais faire ça pour te protéger et bien je n'interprète pas le 'rester sur moi' de façon sexuelle, mais quoi qu'il en soit, je crois que je vais faire ça alors comme ça, tu pourras pas te blesser et encore moins te faire agresser . »

    Évidemment, j'interprétais clairement le 'sur moi' de Jaelyn de façon sexuelle après tout, on venait de le dire, je n'allais pas changer et ce genre d'interprétation, c'était tout à fait moi ! Bref, passer 24h/24 avec Jaelyn, c'était plutôt une proposition alléchante, mais j'avais quand même des obligations, après tout, je n'étais pas venu à Ellington dans le but de passer mon temps à profiter des charmes d'une jolie fille, non, si j'étais ici c'était pour faire mon « job », pour chasser et j'avais un sacré boulot qui m'attendais, en plus il y avait Sam et j'allais pas laisser le tomber le temps que je m'occupe de « protéger » Jaelyn, bien que ce soit tout à fait mon style de faire ça, bref, 24h/24, ça faisait quand même un peu trop, mais je pourrais bien m'éclipser tout les soirs pour rejoindre Jaelyn, un peu comme le faisait Sam ces derniers temps, il arrêtait pas de sortir le soir et je n'étais pas suffisamment con, pour ne pas avoir quelques idée de ce qu'il pouvait bien faire, mais Sam n'étant pas là, oublions le cinq minutes pour revenir à cette soirée assez particulière. Des retrouvailles scellées par des baisers et des caresses faisant râler les gens d'Ellington qui passaient par là, c'était vraiment amusant de se faire plaisir tout en faisant chier tous ses connards coincés du cul et chiants comme la mort ! Tout semblait parfait avant l'arrivée de l'oncle et de la tante de Jaelyn, peut être y avais-je été un peu fort, mais il ne fallait pas parler de mon impala à la légère sans savoir ce qu'elle pouvait bien représenter, ce n'était pas qu'une simple voiture, c'était LA voiture, déjà parce qu'elle avait trop la classe, on fait pas mieux en voitures que les bonnes vieilles Chevrolets des années 60 et 70 ! En plus, elle avait résisté à bien des choses, elle en avait vu de toutes les couleurs et pourtant, elle roulait encore sans problème ! Et puis ce n'était pas tout, j'avais appris que mon père l'avait achetée pour ma mère et il avait fini par me la donner, alors c'était un héritage familial de grande valeur, par conséquent, je tenais vraiment à cette voiture, n'en déplaise à l'oncle de Jaelyn ou à quiconque d'autre. Ceci dit, l'oncle et la tante de Jaelyn finirent par s'éloigner pour nous laisser seuls Jaelyn et moi, pour mon plus grand bonheur ! La discussion vira vers le sexe, un peu comme s'il fallait qu'on parle constamment de ça, vive les discussion de couple j'ai envie de dire ! Je pouvais faire durer la conversation très longtemps si ça me permettait d'avoir ma Jaelyn aussi proche de moi qu'elle l'était en cet instant, ses mains derrière ma nuque, alors que les miennes allèrent se poser sur ses hanches alors que Jaelyn essayer de voir si j'étais vraiment un homme, évidemment c'était un jeu, je suppose, qu'elle avait bien eu l'occasion de voir que j'étais un homme lors de notre soirée dans les vestiaires et jusqu'à preuve du contraire c'était un fait qui sauté aux yeux ! Mais, entrant dans son jeu, je la regardait tout en souriant avant de lui répondre :

    « Bien sûr que j'embrasse comme un homme, vu que j'en suis un, comment est-ce que tu veux que je te le prouve ? Jte proposerais bien de donner un coup entre mes jambes pour vérifier si je finis à quatre pattes ou pas, mais je suis sûr que tu as des méthodes plus douces pour t'assurer que je suis bel et bien un mec. Hum, à mon avis, il faudra plus qu'une fessée pour le calmer celui là, il a l'air vraiment, vraiment, vraiment, en mauvaise voie, mais je suis sûr qu'une femme comme toi est capable de le remettre sur le droit chemin, il pourra pas te résister bien longtemps ce pauvre homme ... »

    Non, le petit ami en question ne pouvait pas résister bien longtemps à la belle Jaelyn et j'étais bien placé pour le savoir étant donné que c'était moi le petit ami en question. Et non, je ne résistais pas facilement à Jaelyn, la preuve étant qu'il lui avait suffit de mettre sa main dans mon pantalon, pour que je cède complément, faut dire aussi qu'aucun homme ne pouvait résister à ça, c'est vraiment une partie trèèèèès sensible du corps ça ! Du coup, l'affaire alla se conclure sur la banquette arrière de l'impala, une chance pour nous, c'était pas le gros bordel dessus, en même temps l'impala c'est sacré alors je veux bien la ranger, autrement, le bordel ailleurs, je m'en fiche. Bref, ça c'était des retrouvailles comme je les aime, logiquement, on aurait du attendre d'être à l'appartement de Jaelyn, mais encore une fois, elle avait réussit à me pousser à bout bien avant, vous me dirait, il ne m'en faut pas beaucoup pour être à bout dans ce genre de situation ! On pouvait sans doute qualifier ce moment d'extraordinaire, ça paraissait être bien mieux qu'avec les autres filles, c'était sans doute l'un des nombreux avantages de l'amour avec un grand A. Mais puisqu'il avait des avantages, il avait aussi des inconvénients et après ce moment magique, j'allais avoir le droit d'en découvrir quelques uns.

    Les inconvénients pour le coup, c'était de devoir dire des choses, des vérités qu'on avait pas forcément envie d'avouer, parce qu'elles n'étaient pas bonnes à savoir ou parce qu'elles avaient le même effet qu'un coup de poignard en plein cœur, sauf que ce n'était pas du sang qui s'écoulait de plaie, c'était une grande culpabilité, dans le fond, il y avait sans doute un sentiment de honte aussi, et le coup n'était pas la pour nous achever réellement, juste pour nous faire souffrir un peu plus. Dans mon cas, ce que je venais de dire a Jae c'était pas bon à savoir et ça m'avait fait le fameux effet poignard. La culpabilité était là, de retour et toujours aussi forte, j'avais fait des erreurs et elles n'étaient pas de celles qu'on oublie facilement, qu'on répare en deux en trois mouvement et qu'on se pardonne ensuite, non, moi j'avais torturer des gens quand j'étais en enfer et sans le savoir, j'avais briser le premier sceau, celui qui devait être brisé pour que tout puisse commencer, j'avais permis aux démons de faire leur saloperie d'apocalypse. Moi qui avait passé ma vie à chasser, moi qui avait passé ma vie a tenter de protéger les gens des créatures surnaturelles, en plus d'avoir torturer de pauvres âmes, j'avais déclenché l'apocalypse, c'était quand même le comble. Et puis maintenant j'étais là, au milieu de l'apocalypse avec le poids de la culpabilité sur le dos, peut être celui du destin ou de la fatalité qui semblait vouloir que ce soit moi qui arrête tout ça, parce que je l'avais commencé, dans un sens c'était normal, mais de l'autre, les anges avaient eu l'occasion de tout arrêter avant que l'apocalypse n'éclate, en plus à cause d'eux, Sam avait fini le boulot, ils s'étaient vraiment payer notre gueule mais maintenant qu'est-ce que je pouvais faire d'autre à part attendre qu'ils me disent quoi faire ? Si j'étais vraiment le seul à pouvoir arrêter ça, ce n'était certainement pas avec le couteau de Ruby ou le Colt si on l'avait encore. On parle de Lucifer quand même, le diable en personne alors il faut sans doute plus que ça pour réussir à les vaincre. Mais actuellement, je n'avais rien pour agir, je n'avais pas d'informations, pas d'armes, rien, alors je pouvais me permettre de chômer un peu en attendant qu'ils bougent leur gros cul d'anges à la con et qu'ils viennent me dire quoi faire. Jaelyn leva les yeux vers le ciel, tenant ce qui pouvait ressembler à un appel désespéré pour les anges mais évidemment il n'y eu aucune réponse. C'était difficile de trouver quoi répondre, j'aurais donner cher pour lui dire que j'allais rester avec elle et laisser tomber toute cette histoire pas je ne pouvais pas, j'étais enchainé à cette apocalypse et je devais me battre jusqu'au bout, pour moi même, moi elle, pour l'humanité même si ça me semblait un peu gros de penser que c'était pour l'humanité que je me battais, après tout, avoir six milliards de vies entre les mains ça faisait bien trop pour moi. Pour l'instant, il n'y avait que Jaelyn dans mes bras et elle, elle faisait partie des vies que je voulais vraiment sauver.

    « Ils ne viendront pas, ils viennent que quand ça les arrange … c'est pas vraiment un ordre Jaelyn, c'est plus un choix, même s'ils n'avaient pas été pour me dire que c'était à moi d'arrêter ça, je me serais battu, parce que ma vie se résume à la chasse et qu'en tant que chasseurs je peux pas laisser le diable détruire la planète, d'autant plus que je suis responsable de sa présence sur terre … Je veux me battre pour que toi tu survive à cette merde, alors ne dit pas des trucs pareil, je m'le pardonnerais pas si tu mourrais à cause de moi .. »

    Si elle pensait chaque mot de ce qu'elle venait de dire, c'était le cas pour moi aussi, j'étais égoïste de nature alors je préférais mourir pour qu'elle reste en vie plutôt que ce soit le contraire, au fond c'était peut être horrible de penser ça, est-ce que ça ne voulait pas dire que je préférais que ce soit elle qui souffre plutôt que moi ? Peut être que c'était le cas, peut être que ça ne l'était pas, dés qu'elle posa sa main sur ma joue et qu'elle commença à m'embrasser, ça n'avait plus vraiment d'importance, nous étions tout les deux en vie en cet instant et c'était de loin le plus important, contentons nous de vivre l'instant présent plutôt que de se demander de quoi sera fait demain. La pluie tombait à grosses gouttes ce qui eu pour effet de nous tremper de la tête au pied, mais au final ça avait quelque chose de romantique, on voit partout dans les films, dans les séries, des gens qui s'embrassent sous la pluie, alors, ce baiser était parfait comme tous les autres du moment que c'était les lèvres de Jaelyn qui étaient attachées aux miennes. Elle recula d'un pas pour se retrouver contre le capot de l'impala, la pluie continuait à nous tomber dessus, tant pis pour le risque de maladie. Ma main resta dans son dos afin de pouvoir la serrer d'avantage contre moi, pendant que mon autre main (bah ouais il en a deux le deanou !) alla se placer dans ses cheveux. Décidément, cette scène était vraiment semblable à une scène de série ou de film ...

_________________
UNDERCO.
Revenir en haut Aller en bas
http://sympathyforthedevil.forumactif.com

Jaelyn N. Miller


SFTD MODO ◈ princess of the world, respect me or die


✐ *´¨`*:.•.¸¸.•´¯`•. ME, MYSELF & I.

✾ MON PSEUDO : Dodixe
✾ MA CÉLÉBRITÉ : Leighton Meester
✾ MES CRÉDITS : Dodixe & LJ
✾ MON MOI² : None
✾ MA DATE D'ARRIVÉE : 18/07/2009
✾ MES MESSAGES : 1192

.MY CHARACTER .•´¯`•.¸¸.•..:*´¨`*

✾ SON ÂGE : 26 ans
✾ STATUT SOCIAL : Célibataire
✾ SON EMPLOI : Serveuse & Chasseuse


••• WHAT I AM
:


MessageSujet: Re: Une soirée normale ... {{Pv Jaelyn *   Lun 8 Mar - 7:47

    Après toutes les aventures qu’ils avaient vécues, ils se retrouvaient enfin. Jaelyn avait pourtant déjà prévu sa soirée, de long en large et jamais elle n’avait prévu d’en arriver là. Elle avait déjà prévu tout le déroulant avec sa meilleure amie, même si cette dernière avait trouvé bon de lui faire savoir qu’elle voyait d’un très mauvais œil cette soirée avec Dean… Elle avait de quoi après tout, il avait trouvé bon de jouer les fantômes deux fois de suite pendant une semaine à chaque fois ! Ca faisait pas mal à digérer d’un coup pour la jolie blonde qui n’avait pas vraiment envie de souffrir une nouvelle fois à ce point, ressortir les bouteilles d’alcool et pleurer à tout vas sur le fait que Dean Winchester est un gros connard de première même pas capable de la rappeler juste après avoir couché avec elle et lui avoir dit qu’il l’aimait. En plus, c’était maintenant sûr pour elle, il s’était moqué d’elle depuis le début, il l’avait faite tourner en bourrique pour finalement avoir ce qu’il voulait : Coucher avec elle. Maintenant elle n’avait plus d’importance vu qu’elle n’était plus un fruit défendu toujours attaché à la plus haute branche du plus grand arbre de toute la forêt. Elle était un peu comme un défi pour lui, mettre Jaelyn Miller dans son lit était devenu le plus gros défi de sa vie et maintenant qu’il avait gagné le gros lot il avait décidé de ne plus s’intéresser à la jolie serveuse blonde du bar d’Ellington. Heureusement pour elle Dean n’était pas celui qu’elle voulait qu’il soit, il n’était pas celui qu’elle s’était imaginé durant ces deux semaines, celui qu’elle voulait bien voir histoire de rendre la chose un tant soit peu rationnelle et compréhensible. Oui parce que le pire n’était pas le fait que Dean ne donne pas de nouvelles après avoir couché avec elle, non, elle ne s’en serait pas plainte car c’était la procédure habituelle, celle qu’elle mettait à chaque fois en place avec les hommes avec qui elle ne passait qu’une nuit. Elle aurait donc pu comprendre que Dean prenne vite fait ses affaires le lendemain sans passer par la case : Petit déjeuner tous les deux avec la tête dans le cul et tout le bordel. Si seulement ils n’étaient qu’à ce stade elle aurait très bien compris et n’aurait même pas souffert du fait qu’il n’ait pas rappelé, pire encore, elle en aurait été heureuse, le plus gênant était quand même lorsqu’un homme que vous ne souhaitez pas du tout revoir vous rappelle et que vous vous retrouvez dans l’obligation de lui faire comprendre en douceur que vous ne voulez absolument pas de lui. Pourtant c’était réellement différent avec Dean, tout était différent, comme si c’était le parfait contraire d’une situation habituelle. C’était elle qui voulait réellement le revoir parce qu’elle était vraiment amoureuse et qu’elle sentait enfin que quelque chose en elle avait changé, au plus profond de son être, elle sentait que quelque chose s’était brisé et avait laissé sortir une douce ode à l’amour dans tout son être, lui faisant respirer la joie de vivre et le bonheur parfait seulement en la présence de Dean Winchester. Il était la clef, celle qui avait tout ouvert et qui avait laissé s’échapper les petits papillons qui virevoltaient dans son ventre à chaque fois qu’elle le voyait, c’était lui qui avait trouvé comme par magie la clef pour la faire sourire, la faire rougir… Elle aurait pu en devenir romantique, elle en était devenue niaise au possible, devenant folle de joie à chaque fois qu’elle le voyait sans pour autant montrer toute son excitation sur son doux visage. Non, il fallait rester neutre pour ne pas que Dean ne se doute de quelque chose, après tout, elle n’était pas sensée être amoureuse et lui non plus… Puis était venu le temps des vestiaires et de la grande découverte ! Ah ça, s’en était une belle découverte parce que s’envoyer en l’air sur un banc dans un vestiaire plus ou moins frais c’était réellement athlétique ! Finalement elle avait apprécié ce moment plus encore que tous ceux qu’elle avait bien pu passer en compagnie de Dean, elle l’avait apprécié de plus car il lui avait avoué qu’il l’aimait et ce genre de chose était devenue réellement importante pour elle alors comment ne pas être déçue lorsqu’on va pour écouter ses messages et que pendant une semaine on attend d’entendre la voix d’un beau chasseur aux yeux verts et que celle-ci ne se fait pas encore entendre… Une semaine durant elle avait attendu qu’il daigne montrer un signe de vie, c’était une belle désillusion et à mesure que les jours passaient et qu’elle se rendait compte qu’il l’avait prise pour une cruche, elle sombrait de plus en plus dans la souffrance et les larmes parce qu’elle se rendait compte à quel point l’amour pouvait devenir cruel lorsqu’il n’était pas réellement partagé…

    Enfin, tout ceci n’avait été que bêtises car Dean avait daigné montrer un signe de vie en l’invitant ce soir au Memorial Day d’Ellington. Ca c’était carrément bizarre parce qu’elle connaissait assez le chasseur pour dire que les réunions Tupperware entres vieux catholiques n’était pas du tout son truc, il détestait ce genre de choses, préférant largement passer du temps seul avec elle à boire et à parler plutôt que de se retrouver mêlé à la population. C’était tellement intriguant d’ailleurs qu’elle n’avait pu résister et avait accepté l’invitation malgré le fait qu’elle lui en voulait énormément et qu’elle n’était pas prête à le pardonner mais que voulez-vous, touchée en plein dans sa curiosité, elle n’avait pu se retenir de venir le voir et puis… il lui manquait tellement et après l’aventure de la cabane, elle avait eut tellement peur pour lui qu’il fallait bien qu’elle le voit de ses yeux pour s’assurer qu’il était sain et sauf ! Heureusement dés qu’elle avait vu Dean elle s’était vite rendu compte qu’il allait très bien et qu’elle n’avait pas du tout à s’inquiéter pour lui mais le petit problème fut de tenir sur ses positions et de lui faire comprendre qu’elle lui en voulait vraiment et qu’elle n’allait pas être aussi clémente qu’il l’espérait, après tout ce qu’il lui avait fait subir pendant ces deux dernières semaines, elle devait bien lui faire ressentir un dixième de ce qu’elle avait subit et pourtant elle avait craqué dés qu’il l’avait embrassée… Quel chieur ! Il n’avait pas le droit de l’embrasser aussi vite, elle lui en voulait et il venait l’embrasser parce qu’il savait qu’elle allait craquer ! Finalement ils étaient sur ce banc à se dévorer des yeux et malgré tout ce qu’elle avait bien pu penser de cette soirée, elle était heureuse de ne pas avoir été aussi froide que ce qu’elle avait prévu parce que sinon elle n’aurait pas profité des abdos en béton de Dean et il fallait avouer que ça aurait vraiment été du gâchis… Vraiment ! Enfin, maintenant elle se retrouvait à nouveau à sourire comme une cruche, ça c’était encore de la faute du chasseur, comment faisait-il pour avoir autant d’effet sur elle ?!

    « Et bien tu devrais avoir honte à devenir aussi rouge que moi pour ne pas que je me sente aussi seule ! Nan mais t’as vu ? On dirait que je fais une hémorragie interne des joues tellement je suis rouge ! De toute façon, je ne veux pas que tu changes Dean Winchester ! Restes celui qui réussit à me faire rougir comme une tomate encore longtemps parce que ça voudra dire que tu me fais encore de l’effet… » La jolie blonde soupira en entendant la réponse de Dean, comme quoi, il était vraiment casse-cou au point de se laisser aller à sauter dans la gueule du loup seulement parce que telle ou telle ange à décidé qu’il n’allait pas mourir, elle répondit donc en douceur : « Et alors ?! J’ai pas envie de te voir mourir tué par un putain de démon Dean ! Même si on ne veut pas que tu meurs, tu peux très bien passer l’arme à gauche comme tout être humain ! Penses-y la prochaine fois que tu te jetteras dans une cabane pour sauver une pauvre petite serveuse blonde en danger ! » La discussion sérieuse reprit un ton plus… osé et la jolie blonde sourit, suivant Dean dans son délire : « Oui mais c’est pour que je me rince l’œil cinq minutes, après je t’accompagnerais ! Promis ! Quelle belle poésie Dean ! J’en suis touchée, je vais même en pleurer et comme tu me vois là je pense bien que ce soir je vais te récompenser pour toutes tes belles paroles ! Je ne te mets pas dans la tombe trop tôt, je te dis juste de faire attention parce que j’ai peur pour toi parce que je t’aime, j’ai tout à fait le droit je te signale ! Voilà, tu me colles toute la journée comme de la glue, bizarrement dans le plus simple appareil… Tu sais, si t’es là sur moi je vais rester tranquille hein ! Vraiment tranquille ! Un petit ange même ! Je pourrais même ne pas me faire agresser parce que l’homme fort et vaillant que tu es me protégerait corps et âme ! »

    Imaginer Dean Winchester se balader entièrement nu dans son appartement était plutôt intéressant, plus encore, elle avait comme une forte envie de tester ce genre de formule tout compris avec sexe, protection et rinçage d’œil le tout gratuit et avec l’homme le plus beau de la terre, que demander de plus ? Non, vraiment, elle voulait que son petit ami prenne une ou deux journées de repos à passer dans son appartement, quitte à le garder en otage sous sa couette pour des journées câlins, bisous et caresses. Il fallait avouer qu’en pensant ça elle remettait Dean au rend de jouet mais quelle femme ne voudrait pas voir son petit ami beau comme un dieu se balader très court vêtement dans son appartement ?! Jaelyn n’en faisait pas partie et prônait même un test de toute urgence ! Pour l’instant ils avaient testé les caresses en ville et il fallait avouer que c’était plutôt intéressant, faire râler tout Ellington seulement parce qu’un jeune homme avait ses mains sur ses cuisses et remontait gentiment sa robe était vraiment comique, comme s’ils n’avaient jamais fait ça… Peut-être ne l’avaient-ils jamais fait ? Qui sait ?! En tout cas, tant pis pour eux car Jaelyn trouvait ça fort intéressant… La suite par contre aurait pu rester optionnel, la rencontre avec la belle famille n’avait pas été des plus cordiales, il fallait dire que monsieur l’oncle n’était pas vraiment doté du plus grand humour qu’on ait vu, bien au contraire et avait réussit à vexer Dean en parlant de sa voiture. L’impala c’est sacré, on n’y touche pas ! Finalement tout avait fini par se calmer, heureusement d’ailleurs parce qu’elle se voyait mal arrêter une bagarre entre son petit ami et son oncle, sachant que repousser l’un allait vouloir dire qu’il pouvait très bien se prendre un coup de la part de l’autre et ce, sans qu’elle ne le veuille. Finalement tout avait réussit à s’arrêter sans bagarre et c’était l’important, sûrement parce que Dean ne souhaitait pas faire mauvaise impression après les deux semaines désastreuses qu’il avait réussit à infliger à son blondinette favorite ! Finalement, les deux s’étaient enfuis après un petit rabrouage de la part de Jaelyn et la jeune serveuse avait enfin pu passer une main dans le dos de son chasseur pour lui faire comprendre qu’ils pouvaient recommencer leurs discussions salaces… Ce qui ne tarda pas d’ailleurs ! Non, ils ne pouvaient s’empêcher de repartir sur un sujet chaud, comme s’ils étaient obligés de se tester à chaque seconde, pour savoir lequel avait le plus d’expérience que l’autre. Il fallait dire qu’ils étaient tout deux libertins avant de s’être rencontrés, elle connaissait assez le type d’homme qu’était Dean pour affirmer qu’il était coureur de jupons et elle, de son côté, était plutôt coureuse de… caleçons ! Là encore ils étaient tous les deux partis à parler du possible sexe de Dean, faisant semblant de croire qu’il n’était peut-être pas un homme alors qu’elle avait eut le très bon plaisir de le tester sur le banc des vestiaires, pourtant il entrait tout de même dans le jeu, lui proposant même de lui donner un coup de genou dans l’entrejambe, non, c’était pas vraiment gentil, elle préférait les méthodes plus douces et surtout plus agréables pour les garçons, le pauvre, c’était vraiment pas très gentil de lui détruire les parties à coup de genou pour s’assurer qu’il était un homme ! Et puis, il fallait avouer que ça peut toujours servir alors autant ne pas casser le matériel ! Enfin, la jolie blonde sourit et commença à défaire la ceinture de Dean tout en disant d’une voix joueuse :

    « Tu sais… Je crois que mes méthodes devront être approuvées par un laboratoire de sexologie parce qu’elles font tout de suite leurs preuves ! Exemple : si j’enlève cette ceinture, que je déboutonne ce pantalon et que je regarde dans ton sous-vêtements, je serais sûre à 100% de me trouver en face d’un homme dont le… tu vois… est très supérieur à la normale que j’ai établit ! » Elle se mit à l’œuvre en tirant quelque peu sur l’élastique du sous-vêtement de son petit ami pour jeter un coup d’œil avant de lâcher celui-ci pour dire d’une voix tout à fait sérieuse : « Ainsi, je pourrais dire sans aucune faute que toi, Dean Winchester est un homme, un vrai, un mâle ! Alors si ce jeune homme dans la mauvaise voie doit avoir plus qu’une fessée je devrais donc sortir les menottes et la cravache pour le dresser quelque peu… Je suis sûre qu’après ce petit voyage en maison de correction made in Jae lui rendra toutes les clefs pour ne plus faire des bêtises ! »

    Tout pendant qu’elle avait parlé, elle avait finit de reboutonner le pantalon de son petit ami et avait regardé autour histoire d’être bien sûre que personne ne l’ai vue faire, ce serait dommage de se faire choper pour flagrant délit d’exhibitionnisme dans le centre-ville d’Ellington surtout que ce n’était pas Dean le fautif dans l’histoire, qui se laissait seulement faire avec un petit sourire salace aux lèvres. Toute cette histoire avait l’air de ne pas du tout le déranger, bien au contraire, il avait l’air de s’amuser et puis, ce n’était pas comme si c’était une vieille bique à la peau toute fripée qui venait zieuter dans ses sous-vêtements s’il était encore robuste ! Finalement la suite avait été encore plus intéressante que ce qu’elle venait de faire, après avoir vu elle avait eut le bonheur de tripoter Dean ce qui n’avait pas mis très longtemps pour qu’il craque et l’attrape pour qu’ils passent à quelque chose de plus violent sur la plage arrière de l’impala, bientôt elle allait faire comme dans Titanic avec la main qui glisse sur la vitre embuée. Attendre pour l’appartement avait sûrement été trop difficile et puis, de toute façon, ils pouvaient bien recommencer là-bas, elle savait même d’avance qu’ils allaient le faire parce que Dean était toujours prêt à ça… Bizarrement…

    Malheureusement les choses commencèrent à devenir sérieuses et ils durent arrêter bien vite leurs bêtises pour repenser en adultes tout ce qu’il y a de plus responsables. Il fallait avouer qu’on parlait tout de même de leur avenir, à tous les deux. Elle aurait du se douter que Dean n’était pas un ange, ni un prince charmant, elle aurait du se douter qu’il avait du souffrir énormément dans sa vie et qu’être ici n’était pas seulement parce qu’entre Sam et lui c’était carrément la mésentente. Elle savait qu’il avait fait des choses males dans sa vie mais ne s’attendait pas à ce genre de chose, déclencher l’apocalypse n’était pas quelque chose de très ordinaire… Il fallait aussi avouer que le pauvre n’était pas gâté par la vie, un séjour en enfer par-dessus le marché… Elle qui aurait du réagir bien était devenue odieuse avec lui, lui remettant sur le dos toutes les peines et les souffrances qu’il avait infligées aux pauvres personnes qu’il avait torturées là-bas… Même si c’était pour soulager un peu sa souffrance à lui, elle ne pouvait s’empêcher de penser qu’il aurait du faire un effort, même minime, alors qu’elle ne savait pas du tout de quoi elle parlait… Finalement elle s’était calmée pour craquer dans les bras de Dean, elle ne pouvait pas s’imaginer une seconde sans lui, elle ne voulait pas s’imaginer sans lui, elle préférait largement imaginer un futur avec trois gosses et une maison puant le propre avec un Dean tout en costard et une Jaelyn toute souriante avec un balais dans le cul et une technique aux fourneaux à la Bree VandeKamp. Non, vraiment, elle ne voulait pas le voir mort et préférait cent fois offrir sa vie en même temps que la sienne plutôt que de rester ici seule à pleurer l’homme qu’elle avait aimé. Pour une fois qu’elle avait appris l’amour avec Dean Winchester, elle voulait le perdre en sa compagnie, était-ce trop demander ? Sûrement… Finalement elle se blottit un peu plus contre lui et laissa les larmes faire leurs chemins sur ses joues, ça faisait un moment qu’elle avait arrêté de les combattre, trop faible pour agir.

    « Pourquoi ne peuvent-ils pas venir pour s’expliquer au lieu de tout foutre sur le dos d’un seul homme… T’es pas Rocky Dean ! Même Rocky ne pourrait pas soutenir tout ce que tu dois soutenir ! Tu parles d’un choix… moi je pense que c’est ton cerveau qui t’obliges à faire ça mais tu l’emmerdes ton cerveau Dean ! Et puis ne me dis pas ce que je dois faire d’accord ! Si je veux offrir ma vie pour la tienne, je fais ce que je veux ! Je suis grande, je suis adulte et je t’aime et il n’y a que ça qui compte, le reste c’est que du superflus ! »

    Finalement le monde commençait à se résumer à eux deux, entièrement dévoués l’un à l’autre, ça semblait kitch et romantico-dramatique mais elle n’en avait rien a faire, pour l’instant elle ne pensait qu’à la vie qu’elle pourrait donner pour aider Dean dans son combat, rien d’autre. L’idée romantique repris encore plus de formes lorsqu’elle pose sa main sur sa joue et scella leurs lèvres dans un baiser, finalement c’était sa façon à elle de lui dire « chut, on n’a pas tellement de temps alors profitons-en ! ». La pluie vint se mêler au baiser et alors qu’elle commençait à sentir sa robe coller entièrement à son corps elle sentit aussi celui de Dean se rapprocher du sien tandis que sa main venait caresser ses cheveux, c’était assez bête parce qu’il n’avait plus trop de cheveux à toucher, ils étaient pas mal trempés il fallait dire et l’eau c’est pas vraiment l’idéale quand on veut se tripoter… Quoi que ! Lâchant les lèvres de son petit ami, la jolie blonde se dépêcha de prendre sa main et de courir direction son appartement, après tout elle avait une promesse à tenir alors autant oublier toute cette histoire et profiter de la vie… Non ?

_________________

    ✔ Sexyness is my second name...
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: Une soirée normale ... {{Pv Jaelyn *   Aujourd'hui à 23:25

Revenir en haut Aller en bas
 

Une soirée normale ... {{Pv Jaelyn *

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» J'ai passé une merveilleuse soirée
» Soirée chatbox à Thème (Miyazaki / Ghibli)
» Images pêle-mêle de la soirée Intel / Adhésia - Geek's So In #2
» Corinne Boulangier : Tenue de soirée (RTBF - 15/03/2008)
» Une soirée sympa chez Rop
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SYMPATHY FOR THE DEVIL ◈ BEDTIMES STORIES :: SAY GOODBYE TO THE WORLD :: archives :: RPG :: SFTD 1 - Les archives :: Ellington ; Missouri :: Les rues :: Ellington Hollow-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit